Note sur Michel Melot et les merveilles du patrimoine

Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 2012.

Comment un objet (monument, document, œuvre d’art ou objet du quotidien) passe-t-il avec succès devant le « tribunal de l’éternité »1 et gagne-t-il le caractère de « patrimonial » ? Au-delà des musées, les institutions culturelles dans leur ensemble participent à cette nouvelle sacralisation patrimoniale par laquelle la mémoire de l’objet est transmise, comme un écho de l’histoire, au fil des générations. L’Inventaire du patrimoine peut être considéré comme l’un des agents de ce processus, qui s’avère être une démarche autant pragmatique (l’analyse de ce qui est le patrimoine) que prospective (la construction permanente d’une définition de ce qui peut être le patrimoine).

Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l'Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 2012

Michel Melot, ancien responsable de la sous-direction de l’Inventaire général au ministère de la Culture (1996-2003), a récemment consacré un essai à cette entreprise scientifique menée à l’échelle du territoire français par des services désormais « décentralisés ». Les spécialistes se réjouiront qu’un ouvrage vienne mettre en lumière cet « Inventaire général du patrimoine culturel », trop souvent confondu avec les Monuments Historiques – voire considéré comme un parent pauvre, un petit frère ou une déclinaison « moins importante » de ceux-ci2. Les amateurs du patrimoine pourront se familiariser avec l’Inventaire, qui est de fait un domaine aux contours plus flous aux yeux du grand public ; si chacun sait en effet si l’église ou le château de son village est un « monument historique »3, il n’est en revanche pas toujours évident que la ferme du voisin, le monument aux morts que l’on voit de sa fenêtre ou l’usine devant laquelle on passe tous les jours ont pu être « repérés » ou « recensés » par l’Inventaire et faire l’objet d’un dossier diffusé par le ministère de la Culture dans ses bases de données, ainsi que sur les sites internet des Régions.

L’Inventaire produit de nombreux ouvrages et s’appuie sur des publications spécialisées (méthodes, thésaurus, etc.), mais l’essai de Michel Melot est à ma connaissance le premier livre consacré à l’Inventaire en tant que tel. Si l’initiative de l’auteur est donc louable, le contenu pourra déstabiliser ceux qui s’attendent à une « pure » histoire de l’Inventaire : la forme de l’essai fait que les lecteurs y trouveront bien d’autres choses ; les plus critiques parleront de digressions4. De fait, si le premier chapitre porte bel et bien sur la nature de l’Inventaire et son (presque) demi-siècle d’existence, les suivants abordent, parfois de manière très minutieuse, des points qui sont certes liés à l’Inventaire mais ne relèvent pas uniquement de ses spécificités : ainsi des considérations sur les métiers et objets d’art (chapitre 3), de l’illustration ou de l’écriture de l’histoire de l’art (chapitres 4 et 7), ou encore du patrimoine de l’humanité (chapitre 6). Même le dernier chapitre (« Les leçons de l’Inventaire général ») et l’épilogue, que l’on aurait pu penser voir refermer certaines parenthèses pour revenir à l’objet initial de l’essai, ne traitent pas directement de l’Inventaire, mais plutôt de sujets annexes à celui-ci (le statut de l’art dans la société ou la sacralisation du patrimoine). L’érudition de Michel Melot nous entraîne bien au-delà des seules terres de l’Inventaire.

Reprenons le cheminement suivi par Michel Melot afin de donner une idée plus précise du contenu de cet essai.

Le point principal du prologue est aussi l’un des fils conducteurs de l’ouvrage : il s’agit de saisir la problématique articulation entre art et patrimoine, qui permettra de définir chacune de ces notions par rapport à l’autre. A ce stade, l’auteur rappelle l’existence des Mirabilia Romae, ancêtres médiévaux et modernes de nos guides touristiques contemporains, qui rassemblaient les curiosités et chefs d’œuvre que l’on pouvait alors contempler à Rome, autrement dit tout ce qui y était « admirable ». Cette notion de merveille admirable peut aussi bien correspondre à l’ébauche d’une notion de l’art qu’à une définition basique du patrimoine. La (possible) confusion entre art et patrimoine, ainsi que la tentative de la résoudre, représente donc le point de départ de cet essai.

Au cours du premier chapitre, Michel Melot s’attache à dresser parallèlement l’histoire de l’Inventaire et celle de la notion de patrimoine. De la première, on retiendra les dates clefs (création en 1964, décentralisation en 2004) et les personnalités fondatrices (Malraux, Chastel et Delarozière). L’auteur revient avec précision sur les aspects théoriques, voire doctrinaux5, et administratifs6 de la naissance de l’Inventaire. Comme une telle histoire est souvent l’occasion d’un bilan, Michel Melot avance quelques chiffres qui éclairent 40 années de travail (et donnent une idée du reste de la tâche à accomplir) : un quart du territoire français couvert, 9000 communes, 3 millions d’édifices et d’objets signalés, autant de photographies réalisées, 100 000 cartes, plans et relevés, etc.7. Constatant qu’après 40 ans d’étude, le quart du territoire a suffi à faire émerger les 3 millions d’édifices et objets que l’on estimait, en 1964, devoir représenter l’intégralité du patrimoine français, force est de s’interroger sur la nature même de l’Inventaire et sur l’évolution de la notion de patrimoine ; Michel Melot en conclut, selon une conception partagée par les spécialistes, que l’Inventaire est « condamné à la perpétuité »8 – non pas tant par l’ampleur de la tâche que par sa nature même, son ancrage historique qui induit fatalement un décalage entre l’objet de sa recherche et les conceptions qui la guide. Michel Melot a fait siens les mots de Malraux : « pour la première fois, la recherche, devenue son objet propre, fait de l’art une valeur à découvrir, l’objet d’une question fondamentale »9.

Sans s’arrêter sur les détails, mentionnons quelques autres éléments intéressants de ce chapitre traitant de l’histoire et de la notion d’Inventaire : les antécédents de l’époque moderne, dont l’Antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon (1655-1741)10, les « filtres » méthodologiques (topographiques et chronologiques) qui déterminent les opérations d’Inventaire11, la question des échelles (de valeur artistique) et des ensembles (les séries d’objets)12, ou encore les débats autour de l’idée même d’un Inventaire, notamment les reproches faits par Caillois à Malraux de son « Kamtchatka géographique ou mental »13.

Le deuxième chapitre traite d’un champ désormais incontournable de l’étude du patrimoine, à savoir le patrimoine industriel ; à partir des années 1980 en effet, la sensibilité à ce patrimoine s’est peu à peu imposée, sans doute en partie du fait de la désindustrialisation croissante du pays, laquelle réclamait notamment une réappropriation des friches et autres édifices industriels. Michel Melot rappelle qu’une cellule spéciale, consacrée au patrimoine industriel, fut créée à l’Inventaire en 1984, mais aussi qu’en dépit de sa reconnaissance officielle, ce patrimoine peut sembler sous-représenté – du moins si l’on s’en tient au domaine de la protection : 731 édifices classés ou inscrits au titre des MH sont dits « industriels », parmi lesquels la moitié sont des moulins, ce qui ne représente finalement qu’environ 2 % des édifices protégés en France14.

Les lecteurs souhaitant se familiariser avec ce domaine trouveront dans Mirabilia une série d’exemples instructifs concernant la France (les usines de Tourcoing, les châteaux d’eau du Nord-Pas-de-Calais ou les silos de la Beauce)15, mais aussi un intéressant éclairage sur l’articulation entre patrimoines industriel et économique, à travers l’exemple de l’Heritage Economic Regeneration Scheme de Birmingham, alliant conservation du patrimoine et revitalisation économique16.

La question du patrimoine industriel permet par ailleurs à Michel Melot de placer à nouveau la notion d’art au cœur de son argumentation, en s’interrogeant sur la possible assimilation de l’objet industriel à l’objet d’art, laquelle soulève une série de problèmes si l’on juge de l’objet industriel à l’aune de la définition juridique de l’œuvre d’art (reposant sur trois critères : elle est réalisée par un auteur, unique ou rare, et porte en elle sa propre finalité, c’est-à-dire qu’elle « ne doit rien en tout cas à sa fonction »17, selon une conception classique de l’art), ou encore si l’on aborde la question des objets fabriqués en série ou de la contradiction apparente entre « vocation universelle de l’objet d’art [et] contingence de l’objet industriel »18. Michel Melot est loin d’épuiser le sujet, mais ses considérations sont particulièrement éclairantes en la matière.

Je ne m’arrêterai pas sur le troisième chapitre, qui débat de l’impossible définition du « métier d’art », à partir d’une série de listes de métiers, établies par des ministères, la Chambre des métiers et de l’artisanat, l’INSEE ou encore la Société d’encouragement des métiers d’arts. Michel Melot en tire comme principales conclusions que l’Inventaire se trouve ainsi confronté à un véritable « maquis », et que le critère essentiel qui peut l’y orienter est le « degré d’art » des objets19.

Le quatrième chapitre traite du statut de l’image, et plus particulièrement de la photographie, au sein de l’Inventaire. Fervent défenseur des photographes de l’Inventaire, dont il regrette qu’ils aient pu être un temps considérés « comme des manœuvres », voire « méprisés »20, Michel Melot rappelle en premier lieu que la photographie du patrimoine s’est progressivement constituée elle-même comme un patrimoine iconographique exceptionnel ; chaque service régional dispose en effet de plusieurs dizaines de milliers de photographies (négatifs argentiques et fichiers numériques) documentant un territoire et prêtes à être exploitées.

La photographie d’Inventaire, qui peut être considérée comme une héritière du style documentaire, sans pour autant évacuer tout sensibilité esthétique21, a pour objectif de procéder à une véritable « synthèse visuelle »22 des objets et édifices ; elle est une forme de discours (iconographique), complémentaire et inséparable du discours (graphique) des chercheurs. Sa méthode est d’ailleurs définie, de la même manière que les analyses architecturales écrites, par une série de prescriptions techniques23.

Michel Melot aborde ensuite dans ce chapitre la question du statut de l’image dans l’histoire de l’art (à partir des écrits de Malraux, Gombrich, Bazin, Faure, etc.)24, et quelques éléments juridiques et éthiques liés à l’utilisation de l’image25.

A la question centrale du cinquième chapitre, « qu’est-ce qu’un monument ? », Michel Melot répond : « la manifestation officielle du patrimoine »26. Cette définition n’est bien sûr valable que si l’on garde à l’esprit, comme le fait l’auteur tout au long de l’essai, que ce patrimoine est toujours un système symbolique mouvant et propre à une communauté, lié à la « construction d’un regard national »27. Les institutions culturelles, actrices de cette manifestation officielle, confèrent un statut social au monument, notamment par les procédures de classement et d’inscription. Pourtant, le Monument Historique n’épuise pas tous les sens du monument ; puisque tout édifice admirable (pour reprendre le lexique du prologue) peut être considéré comme un monument, alors « l’extension irrépressible du patrimoine »28 est un fait indubitable. Les corollaires de cette extension sont d’une part que les monuments entretiennent nécessairement un rapport à l’oubli (négation de celui-ci par la conservation, ou au contraire acceptation par la destruction)29, et d’autre part qu’ils font partie des « lieux de mémoire », au sens où l’entendait Pierre Nora30.

Après le monument, le sixième chapitre tente de définir le patrimoine culturel ; Michel Melot y parvient de manière relativement précise. Le patrimoine culturel est composé de « biens symboliques »31 ; sa particularité réside en ce que « sa propriété matérielle est distincte de sa propriété morale »32. S’il est un bien collectif, jusqu’où peut-on étendre cette collectivité ? La question du « patrimoine mondial » et de l’UNESCO est ici détaillée par Michel Melot, des textes fondateurs aux limites juridiques en passant par « l’arsenal » de l’UNESCO33. Les enjeux de la Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005), qui relève finalement plus de la question des industries culturelles que de celle du patrimoine, sont longuement exposés par l’auteur. Michel Melot semble faire du« combat de l’Unesco pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles » une sorte d’alter-mondialisme par lequel les « valeurs communes » viendraient dominer les « intérêts privés »34. Il met en évidence les difficultés de ce combat (illustrées notamment par les tractations auxquelles a donné lieu la rédaction de la Convention de 2005), aux prises avec les intérêts des états et les contraintes géopolitiques.

Le septième chapitre tire, pour clore l’essai, les « leçons de l’Inventaire général ». La première est que l’Inventaire a accompagné deux phénomènes liés, « l’anthropologisation de l’art »35 et « l’esthétisation de l’ethnologie »36. La deuxième est que l’Inventaire « pose […] de manière très concrète la question de la temporalité de l’art »37 et réduit celui-ci à un « courant du patrimoine culturel »38. C’est là l’une des principales conclusions de Michel Melot ; dans le premier chapitre, il évoquait déjà « la catégorie de l’art […] noyée dans le patrimoine culturel »39. Une autre leçon est qu’une œuvre d’art peut être définie avec certitude par un douanier, avec difficulté par un juriste, mais pas du tout par un chercheur40 ; les critères traditionnels de sa définition (en premier lieu l’autorité et la rareté) sont peu à peu « vaporisés »41. En dernier lieu, si le fait que le patrimoine ne puisse être défini ni a priori ni de manière catégorique et définitive peut être conçu comme un avantage, il n’en reste pas moins que la « perpétuelle révision »42 peut constituer un écueil pour l’Inventaire, dès lors « mouvant et périssable »43. Michel Melot termine son essai sur les analogies possibles entre notre conception du patrimoine et le domaine du sacré ; à ce titre, l’Inventaire participe bien à la « sacralisation laïque »44 des édifices et objets qu’il étudie.

Au terme de cette lecture, que retenir de ces Mirabilia, extrêmement riches et auxquelles on pardonne de s’éloigner parfois du champ de l’Inventaire ? En premier lieu, que celui-ci n’est pas une discipline, au même titre que l’histoire de l’art par exemple, avec qui il entretient pour des raisons évidentes des relations privilégiées, mais plutôt une vaste entreprise. En deuxième lieu, que cette entreprise relève d’une compétence administrative fortement ancrée, depuis la loi de 2004 qui l’a décentralisée, dans la politique et les territoires régionaux. En troisième lieu, que cette entreprise administrative et scientifique s’avère potentiellement infinie. A lire Michel Melot, on est finalement surtout marqué par deux éléments concernant la naissance de l’Inventaire : d’une part l’audace de son idée même (quel ministre lancerait aujourd’hui une entreprise d’une telle ampleur, surtout dans le secteur culturel ?), d’autre part la richesse du débat et du discours théorique qui ont sous-tendu son développement.

 

Pour aller plus loin

L’ouvrage méthodologique Principes, méthode et conduite de l’Inventaire général [PDF], publié par le ministère de la Culture en 2001 et réédité en 2007, permet de compléter l’essai de Michel Melot en abordant de manière scientifique et pratique la démarche de l’Inventaire.

 

Pour citer cet article

Référence électronique

GUILLOT, Julien. « Note sur Michel Melot et les merveilles du patrimoine », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er septembre 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1097>

 

Julien Guillot – chargé de documentation, service Veille & Documentation, Région Rhône-Alpes

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Expression empruntée à Bob Dylan, qui chantait : « Inside the museums, infinity goes up on trial / Voices echo this is what salvation must be like after a while » []
  2. En réalité, leurs champs d’intervention ne sont tout simplement pas les mêmes : les MH s’occupent de la protection du patrimoine quand l’Inventaire a pour mission sa connaissance et sa valorisation []
  3. Rappelons qu’il existe plus de 40 000 monuments classés ou inscrits au titre des MH en France, ce qui en représente donc plus d’un par commune []
  4. Dans le prologue, Michel Melot insiste en effet sur les « éléments vécus » qui sont en grande partie à l’origine de cet essai []
  5. Cf p. 21 et suiv. sur le discours « incantatoire » de Malraux []
  6. Cf p. 35-38 []
  7. Cf p. 18-19 []
  8. p. 27 []
  9. Discours du 14 avril 1964, cité p. 22-23 []
  10. Cf p. 28-31 []
  11. Cf. p. 38-42 []
  12. Cf. p. 50-54 []
  13. Cf p. 54-61 []
  14. Cf p. 89-90 []
  15. Cf p. 63-69 []
  16. Cf p. 69-72 []
  17. p. 78 []
  18. p. 83 []
  19. p. 130 []
  20. p. 137 []
  21. Cf p. 136-138 []
  22. p. 134 []
  23. Cf p. 135-136 []
  24. Cf p. 140 et suiv. []
  25. Cf p. 157-163 []
  26. p. 167 []
  27. Nathalie HEINICH, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 2009. Citée p. 25 []
  28. p. 171 []
  29. Cf p. 172-180 []
  30. Cf p. 189-199 []
  31. p. 202 []
  32. ibid. []
  33. Cf p. 213-221 []
  34. p. 232 []
  35. Cf p. 236-242 []
  36. Cf p. 242-248 []
  37. p. 249 []
  38. p. 250 []
  39. p. 17 []
  40. p. 261 []
  41. Cf p 261-270 []
  42. p. 271 []
  43. ibid. []
  44. p. 283 []

3 réponses

  1. 01/09/2012

    […] 01/09/2012 Compte-rendu de lecture de Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 2012. Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 2012.  […]

  2. 01/09/2012

    […] Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l'Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des id&eacu… … Par Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes. Michel MELOT, Mirabilia …  […]

  3. 02/09/2012

    […] Michel MELOT, Mirabilia : essai sur l'Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des id&eacu…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *