Patrimoine funéraire : pour que les regrets ne soient pas éternels

Elle fut vertueuse, bonne épouse, bonne mère et toujours disposée à secourir les malheureux

Blessé d’un coup de sabre à l’épaule gauche et d’un coup de lance au col à l’affaire d’Ulm
blessé d’un coup de feu au bras droit à la bataille d’Austerlitz…

Si les épitaphes1  qui s’égrènent sur les stèles de nos défunts ont toujours suscité la curiosité (reflet d’une époque, goût pour une tournure de phrase, un bon mot, …), d’autres sources d’intérêt attendent le promeneur qui pousse les lourdes portes d’un cimetière.

Tombeau de la famille Arnaud-Coffin-Saint-Cyr, détails de l’ange sculpté signé P. Dubief, Villefranche-sur-Saône

Tombeau de la famille Arnaud-Coffin-Saint-Cyr, détails de l’ange sculpté signé P. Dubief, Villefranche-sur-Saône – Phot. Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

En effet, les aspects de ce patrimoine sont multiples : appréhension d’un cimetière dans sa globalité (comment il s’inscrit dans la ville, comment il est absorbé par elle), monumentalisation de l’entrée (clôture, portails, maison de gardien, annexes), tracé adopté (les allées, arborées ou non, les ronds-points, le traitement de la végétation), monuments eux-mêmes, matériaux, ornements, symbolique, usages des familles et des visiteurs, vitraux, mobilier, importance des inscriptions et épitaphes, marques de marbriers, de fondeurs, …

L’Inventaire général du patrimoine culturel lui-même s’est intéressé depuis sa création au patrimoine funéraire au cours de ses enquêtes topographiques, étudiant les cimetières, certaines chapelles, certains tombeaux, des crématoriums, etc.2 Il établit des fiches de repérage, diffuse ses résultats3, organise des partenariats fructueux, encadre des stagiaires.

Le recensement de ces objets d’étude n’est pas exhaustif. Sont retenus uniquement ceux que les chercheurs jugent représentatifs des habitudes locales ou, au contraire, exceptionnels. Un effort particulier peut être porté sur les tombeaux dont les modèles sont tombés en désuétude et dont les matériaux sont fragiles tels que ceux supportant de petites marquises : le verre se brise, la fonte, corrodée, se casse. Bien des tombes ont probablement été détruites depuis l’enquête de l’Inventaire ; les édicules sont appelés à disparaître en l’absence d’ayants droit susceptibles de les entretenir avant d’y être enterrés à leur tour.

Souvent, le regard porté n’a pas été celui de l’ethnologue ni du sociologue, mais celui de l’historien de l’art4.

Depuis quelques années déjà, des initiatives permettent de sensibiliser le public à ce patrimoine. On peut citer, entre autres, les suivantes. En novembre 2006, Patrimoine rhônalpin constitue une commission Cimetières et publie dans la collection Les Guides du Patrimoine rhônalpin sous le n° 42, Bâtir la dernière demeure, patrimoine funéraire en Rhône-Alpes en 2008 suivi d’un Vademecum. Construire le cimetière de demain. Clés de gestion et de valorisation en 2010.

En 2011, un stage  Patrimoine funéraire est organisé par l’INSET (Institut National Spécialisé d’Etudes Territoriales de Nancy au sein du CNFPT) à l’attention des personnels des services patrimoniaux ; un colloque Cimetières et patrimoine funéraire est co-animé par Patrimoine Rhônalpin et la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France la même année. La SPPEF a mis en place un groupe de travail spécifique : Cimetières, mémoire des lieux et a établi, avec l’aide de l’association Mémoire protestante montpelliéraine, une fiche-type informatisée.

Cet effort doit être poursuivi : en effet, avec le changement des mentalités, l’uniformisation des matériaux (importation massive de granits d’Asie) et des formes5, l’exposition constante aux intempéries (gel l’hiver, canicule l’été), ce patrimoine est fragile à plusieurs titres.

Néanmoins, on peut noter depuis quelques années déjà l’émergence d’une prise de conscience patrimoniale, et certaines communes cherchent à valoriser les concessions arrivées à échéance.

Par ailleurs, il n’est plus rare d’observer dans certains cimetières des tombes récentes dotées d’une réelle recherche esthétique ou symbolique.

Tombeau de la famille Arnaud-Coffin-Saint-Cyr, détails de l’ange sculpté signé P. Dubief, Villefranche-sur-Saône

Tombeau de la famille Arnaud-Coffin-Saint-Cyr, détails de l’ange sculpté signé P. Dubief, Villefranche-sur-Saône – Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Enfin, un éclairage particulier doit être porté sur les marbreries funéraires qui sont nombreuses à fermer depuis plusieurs années. Un inventaire avant destruction devient urgent, les informations à collecter étant souvent plurielles et inédites.

En effet, en dehors de l’étude des édifices eux-mêmes (logement patronal, organisation des ateliers – stockage, sciage, mise en forme, sculpture, polissage, gravure, composition florale) et de leur insertion dans la ville, les recherches sur les marbreries permettent d’accéder à des archives concernant des monuments édifiés par leurs soins (catalogues plus ou moins détaillés, photographies d’édicules effectivement réalisés), mais également sur les carrières de pierre ou de marbre, sur d’autres matériaux utilisés, sur des réalisations non funéraires puisque le marbre est largement utilisé par les arts décoratifs pour l’aménagement d’intérieurs.

Elles permettent également d’accéder à des fonds concernant les sculpteurs locaux, car nombreux sont les sculpteurs « funéraires » qui sont praticiens pour des sculpteurs plus reconnus. Ils peuvent alors réaliser au sein de la marbrerie, où les ateliers sont vastes, des œuvres religieuses ou civiles qui partent parfois loin de la commune concernée et parfois même à l’étranger : il en reste des croquis, des photographies, des souvenirs vivaces pour les marbriers les plus anciens encore vivants.

Ces fonds permettent alors une connaissance plus fine de l’histoire de l’art local que la fonction principale de l’édifice ne laisserait présager.

Véronique Belle – chercheure à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes / Ville de Lyon

Une conférence sera donnée à l’attention du grand public à la médiathèque Pierre-Mendès-France de Villefranche-sur-Saône le 18 octobre 2012 à 19h, 79 rue des Jardiniers.

Pour citer cet article

Référence électronique

BELLE, Véronique. « Patrimoine funéraire : pour que les regrets ne soient pas éternels », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 15 octobre 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1194>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Les deux exemples donnés en exergue rendent hommage à Antonia, décédée en 1857 et inhumée à Villefranche-sur-Saône (69), ainsi qu’à Jean-Claude Berthier, lieutenant de la Garde impériale, décédé en 1848 à l’âge de 73 ans et enterré à Saint-Etienne-des-Oullières (69). []
  2. Les données sont accessibles sur les bases de données du Ministère de la Culture Mérimée et Palissy, ainsi que sur patrimoine.rhonealpes.fr. []
  3. CLIO 94, Actes du colloque La mort dans le sud-est parisien octobre 2003, BELLE Véronique « Architecture et sculpture funéraires dans le Val-de-Marne, 1800-1950 », 2004, p. 170-204. []
  4. Les limites de cette approche sont alors perçues au moment d’une publication []
  5. Du début du XIXe jusqu’au milieu du XXe siècle, toutes les sensibilités cohabitaient dans un même lieu, dans un espace restreint. C’est peut-être ce qui distingue les parties des cimetières mises en service dans la seconde moitié du XXe siècle de celles ouvertes au XIXe : simplicité voire uniformité, fréquence de l’anonymat des tombes, tranchent avec la profusion de symboles funéraires des décennies précédentes. []

5 réponses

  1. Pierre-Yves Beaudouin dit :

    Le grand public peut aider à « inventorier » l’art funéraire. J’ai photographié et rédigé de brèves fiches pour 2000 tombes du Père-Lachaise.

    Exemple :

    https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Grave_of_Marie-No%C3%A9mi_Cadiot

    Liste alphabétique :

    https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Graves_in_Cemetery_P%C3%A8re-Lachaise

    On trouve de nombreux ouvrages sur les cimetières dans les bibliothèques numériques. J’en retranscris quelques-uns afin d’avoir une version en mode texte en plus des versions en mode image proposées par les bibliothèques numériques. Dernier en date :

    https://fr.wikisource.org/wiki/Le_P%C3%A8re_Lachaise_historique,_monumental_et_biographique

    Malheureusement il n’y a encore rien au sujet des marbreries ou des maitres verriers.

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Merci de l’intérêt que vous portez à nos travaux, et félicitations pour votre propre inventaire du patrimoine funéraire du Père-Lachaise.
      Cordialement,
      J. Guillot

  2. Teresa Matos de Almeida dit :

    c’est un beau sujet de reflexion,j’ai bien amé…
    Muito prazer e boa noite,

    Teresa M.

  1. 15/10/2012

    […] 15/10/2012 Si les épitaphes qui s’égrènent sur les stèles de nos défunts ont toujours suscité la curiosité (reflet d’une époque, goût pour une tournure de phrase, un bon mot, …), d’autres sources d’intérêt attendent le promeneur qui pousse les lourdes portes d’un cimetière.  […]

  2. 16/10/2012

    […] Elle fut vertueuse, bonne épouse, bonne mère et toujours disposée à secourir les malheureux Blessé d’un coup de sa…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *