La succursale lyonnaise de la Banque de France : de la rue de la République au quartier de la Confluence (1854-2013)

L’annonce du déménagement de la succursale de la Banque de France à Lyon, de son site historique de la rue de la République début 2013 pour le quartier de la Confluence, a permis de réaliser une étude approfondie1, aussi bien de ses locaux du 14 rue de la République, que du Grand Hôtel de Lyon, situé au 16 dont elle a acquis les bâtiments en 19192.

La porte principale de la Banque de France

La porte principale de la Banque de France. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Après une première existence avortée entre 1808 et 1817, la succursale lyonnaise de la Banque de France est définitivement créée en 18483. Elle s’installe rue des Pénitents de la Croix dans l’ancien hôtel de la Loterie royale, aujourd’hui disparu.

L’édification de la Banque de France et du Grand Hôtel mitoyen s’inscrit dans l’histoire du percement de la rue Impériale (actuelle rue de la République) à partir de 1854, confié à l’architecte de la Ville René Dardel, puis à un ingénieur des Ponts-et-Chaussées, Gustave Bonnet. L’architecte-promoteur Benoît Poncet (1806-1881) est chargé quant à lui de l’exécution du projet via La Société Immobilière de la rue Impériale.

Elévation ouest du Grand Hôtel, depuis la Bourse de Commerce

Elévation ouest du Grand Hôtel, depuis la Bourse de Commerce. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP

Le Grand Hôtel de Lyon

D’après Jasseron4, le Grand Hôtel serait le premier bâtiment de la nouvelle rue à avoir été commencé, en avril 1855, et serait dû à Poncet. Parmi les architectes travaillant sous les ordres de celui-ci, Frédéric Giniez (1813-1867) a été plus particulièrement appelé « pour composer les façades des nombreux immeubles de la compagnie immobilière »5. Aussi la construction du Grand Hôtel lui a-t-elle été attribuée par plusieurs auteurs6, le goût de Giniez pour le décor sculpté étant mis en avant. La façade du Grand Hôtel se caractérise en effet par une ornementation très affirmée sur la rue de la République, en particulier sur la travée centrale, contrastant avec les élévations extrêmement sobres situées rue de la Gerbe.

Détail du décor de l’élévation ouest de l’hôtel, sur la rue de la République

Détail du décor de l’élévation ouest de l’hôtel, sur la rue de la République. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP

Le voyageur pénétrait dans l’hôtel par un escalier comportant cinq couleurs de marbre et se retrouvait, ébloui, dans un hall à six niveaux d’élévation (aujourd’hui entresolé), surmonté d’une verrière. En raison d’un incendie, celle-ci a été entièrement refaite en 1946 en verre cathédrale par l’entreprise Pervangher, vitrerie-miroiterie implantée 3 rue Palais-Grillet à Lyon7.

La partie supérieure du hall du Grand Hôtel de Lyon

La partie supérieure du hall du Grand Hôtel de Lyon. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Le carrelage du palier du deuxième étage révèle encore aujourd’hui le monogramme de l’hôtel.

Détail du carrelage au deuxième étage

Détail du carrelage au deuxième étage : monogramme GHL pour Grand Hôtel de Lyon. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Partiellement loué par la Banque de France en 1884, le Grand Hôtel est racheté en 1919 à la Société anonyme de la rue Impériale, mais ce n’est qu’en 1948 que la succursale peut jouir librement des locaux. En 1947, il fait encore partie des cinq grands hôtels de Lyon, avec le Terminus Perrache8, le Royal, le Grand Nouvel Hôtel et le Carlton.
Depuis 1882, des pièces de l’hôtel sont également occupées par le Cercle du Commerce. Lors de la prise de possession des lieux de 1948, la Banque de France ne souhaite pas son éviction car il regroupe les membres les plus en vue de l’industrie, du commerce et du barreau : ses locaux sont simplement déplacés au sein du 16 rue de la République.

Une des salles de jeu du cercle, au premier étage

Une des salles de jeu du cercle, au premier étage. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Les salons, les salles de jeux et la bibliothèque du cercle se caractérisent par des lambris en chêne clair, ainsi que, pour certains, par de magnifiques glaces gravées, illustrant plusieurs types de jeux (échecs, dominos, jeu de dames…).

Détail d’un miroir gravé : jeu de dames

Détail d’un miroir gravé : jeu de dames. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

La Banque de France

La construction de la Banque de France suit de peu celle du Grand Hôtel. Dès 1854, une première prise de contact a lieu entre la Société anonyme de la rue Impériale et les administrateurs de la succursale lyonnaise9. Pour ceux-ci, la proximité de la Bourse constitue un argument particulièrement favorable au choix du nouvel emplacement, ainsi que de meilleures conditions de sécurité. L’acquisition du terrain est réalisée en 1854 et l’architecte de la Banque, Gabriel Crétin (1812-1883), en fournit les plans en août 185510.

Vue de la banque de France et vue partielle du Grand-Hôtel vers 1857 (?)

Vue de la banque de France et vue partielle du Grand-Hôtel vers 1857 (?). Photographie anonyme. Archives municipales de Lyon, 1PH 00308. Repro. AM Lyon G. Bernasconi © AM Lyon

Gabriel Crétin a été nommé architecte de la Banque de France en 1848 et a travaillé à l’agrandissement et à la restauration de la banque de France à Paris ; il est intervenu sur de nombreux établissements de province11, créant un véritable type de succursale.
Chaque architecte en chef de la Banque dispose d’une équipe à Paris, ainsi que d’architectes implantés localement, chargés de suivre la construction, les réaménagements et les travaux courants. A Lyon, le chantier commence à l’automne 1855 et la banque est établie rue Impériale à la fin de l’année 1857. Gabriel Crétin affiche discrètement son nom, ainsi que la date d’achèvement, sur la façade. Progressivement, le secteur situé autour de la Bourse de Commerce devient ainsi le quartier des banques.

Signature de G. Crétin et date d’achèvement de la banque sur la façade sur rue

Signature de G. Crétin et date d’achèvement de la banque sur la façade sur la rue de la République. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

T. Gaston-Breton12 détaille les missions des succursales sur tout le territoire français : « Avec l’examen du papier, l’encaissement des effets constitue le deuxième volet des opérations d’escompte et une autre activité centrale des succursales de la Banque de France. [ …] Enfin, chaque succursale abrite un service des titres. Y sont conservées toutes les actions et obligations déposées par la clientèle de la Banque de France, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. » Ceci, jusqu’à la dématérialisation des titres qui intervient en 1986. De ces activités spécifiques découlent trois parties distinctes : les serres ou salles-fortes, le hall du public et les bureaux.

L'escalier aboutissant à la salle des coffres

L’escalier aboutissant à la salle des coffres. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Les différents corps du bâtiment, formant un demi-îlot, s’articulent à l’origine autour d’une vaste cour ouverte. Au fur et à mesure de l’évolution des missions des succursales, l’édifice est réaménagé. Les ailes situées rue de la Gerbe, puis rue Gentil sont surélevées. En 1894, intervient une transformation majeure, due à l’architecte Xavier Thoubillon (1862-1922) : une verrière vient couvrir la cour d’honneur. Ce « ciel vitré » est construit par Guer et Blanc, entrepreneurs de serrurerie, avec des barres d’acier commandées à Longwy.

Vue actuelle de la verrière

Vue actuelle de la verrière. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Les années 1950 voient à nouveau une série de transformations importantes menées par l’architecte Gabriel Deveraux13. Les trois façades sur cour sont détruites afin de créer un vaste hall du public. Le premier étage est modifié avec, en particulier, le démontage de la verrière, qui est installée au niveau supérieur. Les réaménagements se succèdent afin d’adapter au mieux les lieux à l’accueil du public et aux nouvelles missions de la banque. Cependant, la décision est prise le 25 septembre 2009 de quitter la rue de la République pour la Confluence, un quartier en pleine mutation, situé « au delà des voûtes », afin d’offrir une nouvelle image de la Banque de France. La question de la reconversion de ces deux superbes bâtiments est désormais posée.

Catherine Guillot – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Détail de l’armoire à clefs dans la salle des coffres

Détail de l’armoire à clefs dans la salle des coffres. Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

Pour citer cet article

GUILLOT, Catherine. « La succursale lyonnaise de la Banque de France : de la rue de la République au quartier de la Confluence (1854-2013) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er décembre 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1226>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Consulter les dossiers électroniques « Banque de France » et « Grand Hôtel de Lyon ». []
  2. Le service du Patrimoine Historique et Artistique (PHAR), qui conserve la plupart des documents figurés, ainsi que le service des archives historiques de la Banque de France à Paris, ont souhaité que seul le dossier d’Inventaire puisse être illustré par des photographies de leur fonds. Pour visualiser ces documents iconographiques, se reporter aux dossiers documentaires. []
  3. Banque de France, Paris, Archives historiques, bordereau 2202199001, boîte 115. Lyon, dossier immobilier, gestion et entretien de l´immeuble : mémoire des travaux exécutés, 1854-1897 ; devis, plan, correspondance, note, 1891-1902. 1854-1902 ; Banque de France, Paris, Archives historiques, bordereau 2202199001, boîte 112. Lyon, dossier immobilier : location, entretien et mise en vente de l´ancien immeuble : note, correspondance, devis, 1858-1880 ; acquisition du terrain rue Impériale : note, correspondance, 1854 ; construction du nouvel immeuble : correspondance, rapport, état de dépenses, 1855-1856 ; travaux d´entretien : devis estimatif des travaux, correspondance, note, 1861-1891. 1854-1897 ; Marie-Hélène CHAZELLE, L´architecture bancaire à Lyon et dans sa région entre 1850 et 1935, Mémoire de DEA. (dir. F. Fossier), Histoire de l´Art, Lyon 2, 2002. []
  4. Louis JASSERON, « Centenaire de la rue Impériale, actuelle rue de la République », N° spécial de Quinze jours à Lyon, Lyon, Bosc frères, 1956 (?), p. 10, citant le compte-rendu établi, lors de la pose de la première pierre le 25 avril 1855 de la rue Impériale, par Le Salut public. []
  5. Léon CHARVET, Lyon artistique. Architectes : notices biographiques et bibliographiques avec une table des édifices et la liste chronologique des noms par E.L.G. Charvet ; illustré de 20 portraits d’architectes, Lyon, 1899, p. 174 []
  6. Dominique BERTIN, « Lyon 1853-1859 : l’ouverture de la rue impériale », Revue de l’Art, 1994, n°106, p. 53 et Jean-Louis ASTIE, Virginie PRUDHON, Maud GODEMEL (Agence Didier Repellin), 69 – Lyon Banque de France 16 rue de la République. Diagnostic patrimonial. s.l., juillet 2004. []
  7. AD Rhône, 3996 W 177. []
  8. Voir le dossier « Grand Hôtel Mercure Château Perrache » []
  9. cf. CHAZELLE, op. cit. et archives de la Banque de France (boîte 112). []
  10. Cf. CHAZELLE, op. cit., p. 54 []
  11. cf. CHARVET, op. cit., p. 97 []
  12. Tristan GASTON-BRETON, Banque de France. Deux siècles d’histoire, Paris, Le cherche midi éditeur, 1999, p. 129. []
  13. Jean-Louis ASTIE, Virginie PRUDHON, Maud GODEMEL (Agence Didier Repellin), 69 – Lyon Banque de France 14 rue de la République. Diagnostic patrimonial, s.l., juillet 2004, p. 18 []

3 réponses

  1. THEVENIEAU Brigitte dit :

    Durant la Seconde Guerre mondiale, le Grand-Hôtel était réquisitionné, par les Allemands, puis le 13 septembre 1944 par les Américains (ordre de réquisition en date du 13 septembre 1944 – Archives départementales du Rhône, 3996 W 177).
    Après la Libération entre le 4 et le 12 septembre 1944 , le 2éme bureau du 1er régiment du Rhône de l’Etat – major du Capitaine BRUN des F.T.P. s’y était installé.

    Dans le cadre de recherches familiales relatives à la disparition de mon oncle Pierre CHATELAIN arrété au Grand-Hôtel le 10 septembre, Je suis à la recherche d’archives relatives à l’activité du Grand-hôtel entre le 4 et le 12 septembre 1944.

    Merci d’avance
    Brigitte THEVENIEAU tel : 06 40 49 05 26

  2. Inventaire général du patrimoine culturel dit :

    Bonjour Madame,

    Notre étude a exclusivement porté sur l’historique des bâtiments d’un point de vue architectural. Nous ne sommes donc pas en mesure de répondre à votre demande. Je vous suggère de vous adresser au CHRD (Centre d’histoire de la résistance et de la déportation) de Lyon http://www.chrd.lyon.fr/chrd/, qui pourra sans doute utilement vous renseigner.
    En regrettant de ne pouvoir vous aider, bien cordialement.
    Service de l’Inventaire du patrimoine culturel

  1. 05/12/2012

    […] 01/12/2012 L’annonce du déménagement de la succursale de la Banque de France à Lyon, de son site historique de la rue de la République début 2013 pour le quartier de la Confluence, a permis de réaliser une étude approfondie1, aussi bien de ses locaux du 14 rue de la République, que du Grand Hôtel de Lyon, situé au 16 dont elle a acquis les bâtiments en 1919. Après une première existence avortée entre 1808 et 1817, la succursale lyonnaise de la Banque de France est définitivement créée en 18483. Elle s’installe rue des Pénitents de la Croix dans l’ancien hôtel de la Loterie royale, aujourd’hui disparu.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *