Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon : une architecture carcérale à forte valeur patrimoniale

Plus de deux ans après le transfert des détenus depuis les prisons Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon vers la maison d’arrêt de Corbas et l’établissement pour mineurs de Meyzieu, les hauts murs d’enceinte cachent encore aux yeux des passants l’intérêt patrimonial de ces édifices. Après une menace de démolition totale, le choix a été finalement fait de privilégier un appel à idées puis à projets pour la réutilisation de ces bâtiments dont l’image était ternie par les conditions de détention des détenus.

Les changements de fonction de ces prisons interviennent alors que le quartier d’abord appelé Presqu’île Perrache, puis Derrière les voûtes, et aujourd’hui Lyon Confluence, est à nouveau en pleine mutation.
Or l’implantation de la prison Saint-Joseph est liée dès les premières études (1823-1829) à des projets d’urbanisme.
En effet, le bail de la première prison Saint-Joseph, installée dans un ancien couvent au sud de la place Bellecour, expire en 1828, et sa démolition permet de prolonger la grande rue de Bourbon (rue Victor-Hugo) jusqu´en Bellecour.
Parallèlement, le quartier du Confluent est un territoire gagné sur les îles et les eaux grâce aux projets de Perrache (décédé en 1779). Pour les maires des années 1820-1830, Rambaud puis Lacroix-Laval, l’implantation de la prison, édifice public imposant, donne une impulsion forte à l’urbanisation du Confluent.

La prison Saint-Joseph depuis l’avenue Leclerc, Baltard, 1831. Elle déploie ses longues façades sur la rive droite du Rhône et poursuit ainsi le front urbain de la Presqu’île vers le sud, dans un quartier alors en construction

La prison Saint-Joseph depuis l’avenue Leclerc, Baltard, 1831. Elle déploie ses longues façades sur la rive droite du Rhône et poursuit ainsi le front urbain de la Presqu’île vers le sud, dans un quartier alors en construction – Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’intégration des édifices Saint-Joseph et Saint-Paul à l’actuel chantier d’envergure qu’est Lyon Confluence, loin d’être un non-sens, est donc historiquement pleinement justifiée.
En outre, ils forment avec la brasserie Georges (1836), la gare de Lyon-Perrache (1855), l’église Sainte-Blandine (1863), le groupe scolaire (1883), la gendarmerie (1886) et l’hôtel Terminus (1906) un ensemble architectural et urbain XIXe cohérent et de grande qualité.

En dehors de ces aspects urbanistiques, la prison Saint-Joseph présente bien sûr des atouts intrinsèques longuement développés dans le dossier d’inventaire versé sur Internet  .
Ce dernier permet de saisir combien la naissance de la prison Saint-Joseph a concentré d’enjeux pour la société, quelles discussions et quelles remises en cause des pratiques antérieures elle a provoquées, tout cela dans un contexte de débats internationaux.
La prison Saint-Joseph est due à l’architecte Louis-Pierre Baltard, héritier des Lumières (1764-1846 ; c’est son fils, Victor, qui construira les halles centrales de Paris en 1851), dont l’œuvre s’inscrit dans les décennies majeures de l’histoire de l’architecture carcérale entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe. Baltard est également l’auteur du Palais de Justice de Lyon projeté dès 1828, édifié de 1835 à 1845 et classé MH en 1996.
Séparation des catégories de détenus, souci de la salubrité annonçant les considérations hygiénistes et fonctionnement du pénitencier dans l’intérêt des enfants prévalent dans le choix du plan. Le résultat est une réussite pour les institutions de l’époque.

Prison Saint-Joseph. Cour d'honneur : élévation antérieure du bâtiment administratif

Prison Saint-Joseph. Cour d’honneur : élévation antérieure du bâtiment administratif – Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Il ne faut donc pas tenir compte de ses abords : au nord, le passage des voies ferrées a rendu depuis 1856 ce quartier ingrat pour les piétons tandis que le quai Perrache est depuis les années 1970 dénaturé par l’autoroute A7. En outre, les qualités architecturales de Saint-Joseph sont aujourd’hui occultées par une grande vétusté et les agrandissements successifs. Mais ceux-ci sont pour la plupart réversibles, notamment la fermeture des baies jumelées par trois.

Le plan panoptique1, finalement rejeté à Saint-Joseph, est adopté trente ans plus tard par l’architecte départemental Antonin Louvier pour la prison Saint-Paul qui entre en service en 1865 . L’architecte donne deux directives fortes à son projet, l’unité centrale de surveillance et la séparation des catégories de détenus. L’entrée de la prison, dotée d’un caractère monumental et d’un décor soigné, se fait sur le cours Suchet.
Outre son plan en étoile, la prison Saint-Paul se distingue par le grand soin apporté à la construction et notamment par le jeu chromatique des différents matériaux employés.
Signalons qu’en 1883, un rapport de l’architecte en chef du département, après les crues exceptionnelles du Rhône et de la Saône, constate que les bâtiments ont été solidement et profondément fondés.

Vue générale de Saint-Paul depuis l’escalier mécanique du cours Charlemagne

Vue générale de Saint-Paul depuis l’escalier mécanique du cours Charlemagne – Phot. V. Belle © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

En étant voisines, ces deux prisons présentent, cas unique en France, un résumé grandeur nature des deux courants majeurs de l’architecture carcérale du XIXe siècle, Saint-Joseph  étant construite sur un plan en grille tandis que Saint-Paul, une génération plus tard, est élevée sur un plan en étoile. Seul le plan de la prison de la Santé peut être comparé à cet ensemble, mais il est dû à une campagne de construction unique menée en 1867 par l’architecte Vaudremer ; située en outre en plein Paris, elle ne résistera peut-être pas éternellement à la pression immobilière.
L’avenir des anciennes prisons Saint-Joseph et Saint-Paul – qui ne bénéficient pas de protection au titre des Monuments historiques – est désormais entre les mains de la Sofade, de l’Opac du Rhône, d’Habitat et Humanisme, ainsi que de l’Université catholique de Lyon.

Véronique Belle – chercheur à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes / Ville de Lyon

Pour aller plus loin

Consulter les dossiers électroniques complets :

Prison de Perrache, puis prison Saint-Joseph

Ensemble de 5 bas-reliefs (prison Saint-Joseph)

Prison Saint-Paul

Pour citer cet article

Référence électronique

BELLE Véronique. « Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon : une architecture carcérale à forte valeur patrimoniale », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 29 juillet 2011 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/127>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Cf. Projet de construction d’une maison d’arrêt à Lyon : plan du rez-de-chaussée, A. Louvier, 1860. Archives Départementales du Rhône, 1 Y 282 []

1 réponse

  1. 22/12/2014

    […] Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon : une architecture carcérale à forte valeur patrimoniale. Plus de deux ans après le transfert des détenus depuis les prisons Saint-Joseph et Saint-Paul de Lyon vers la maison d’arrêt de Corbas et l’établissement pour mineurs de Meyzieu, les hauts murs d’enceinte cachent encore aux yeux des passants l’intérêt patrimonial de ces édifices. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *