La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone

L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit industriel nécessite avant tout un regard attentif sur les anciennes unités de production. Progressivement, l’œil entrevoit distinctement chaque élément : de l’atelier qui a accueilli pendant plusieurs décennies hommes et machines, aux voies d’acheminement qui ont transporté matières premières et produits finis, sans oublier l’habitat tantôt ouvrier, tantôt patronal  qui a abrité bon nombre de familles.  Apprécier un paysage industriel implique de s’intéresser à la spécificité de son architecture, à son histoire avec ses heures de gloire comme de déclin, ainsi qu'à son héritage qui nous apparaît aujourd’hui.

Par sa complexité, le patrimoine industriel est parfois mal connu du "visiteur néophyte". Cette méconnaissance s’explique par de nombreuses raisons : la difficulté de percevoir un site industriel lorsqu’il est absorbé voire dissimulé dans un tissu urbain dense, le manque d’intérêt pour le type d’industrie exposé, l’absence parfois relative d’esthétique etc. En effet, souvenons-nous que la fonction première de l’usine est de produire et non de plaire.

Comment dès lors trouver le juste ton pour susciter la curiosité qui sommeille chez un visiteur ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour qu’il puisse comprendre puis apprécier le patrimoine ?

Automobile, cinéma, métallurgie, textile, agroalimentaire et santé, toutes ces activités ont marqué le territoire et constituent aujourd’hui un patrimoine culturel à découvrir.

"La ville de Lyon se caractérise par une structure industrielle multiple et complexe"1
Les activités économiques ont fortement contribué au rayonnement de Lyon, dès la Renaissance avec l’apparition de l’imprimerie et de la soierie.

Au XIXe siècle, trois secteurs dominent : le textile,  la mécanique, la chimie. Le territoire lyonnais connaît un essor industriel entre la seconde moitié du XIXe siècle et les années 1950 ; il est marqué par une diversité d’industries : la métallurgie, l’électricité, l’agroalimentaire, la santé etc. Contrairement à d’autres villes, les usines se répartissent sur l’ensemble des 9 arrondissements et s’intègrent au tissu urbain - mêlant ainsi au sein d’un même espace industrie et habitat ouvrier, comme l’atteste la carte industrielle de 19322.

Progressivement, les entreprises s’installent sur des espaces situés en rive gauche du Rhône puis  à l’est et au sud de Lyon, sur des terrains agricoles alors peu occupés, plats et suffisamment irrigués, et donc propices à l’activité industrielle.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, nombreuses sont les usines du centre-ville à fermer ou à se déplacer en périphérie ou vers d’autres régions. Peu à peu, l’industrie si longtemps florissante, laisse place à une économie tournée vers la tertiarisation. Le 3e arrondissement en est l’une des illustrations avec la Part-Dieu. L’ancien quartier autrefois occupé par des industries multiples s’impose aujourd’hui comme le deuxième quartier des affaires de France après la Défense à Paris.

Quels patrimoines industriels à Lyon ?

Même s’il subsiste aujourd’hui une petite industrie (ateliers, activité artisanale) dispersée à travers Lyon intra-muros, les secteurs ayant conservé une activité économique plus soutenue sont le 7e, le 8e et le 9e arrondissements.

À partir des années 1970, dans le sud-est lyonnais, des zones industrielles voient le jour sur les territoires de Saint-Priest, Corbas et Vénissieux. A cette période, Lyon a la volonté de s’affirmer comme un carrefour européen sur les plans géographique et économique afin de faire partie des échanges commerciaux nord-sud et ouest-nord3.

Actuellement, certains secteurs d’activités d’autrefois perdurent, même si leur forme s’est modifiée au cours des siècles. Les filières-clés sont : l’agroalimentaire, les biotechnologies et la santé, la chimie et la parachimie, la construction électrique, l’énergie et l’environnement, la mécanique et la métallurgie, le textile (mode et création), la logistique et le transport4.

Reconnaître le patrimoine industriel en milieu urbain

En ville, le patrimoine industriel peut apparaître sous des formes multiples qui sont liées aux fonctions actuelles du site : en activité ou non, réutilisé en espace culturel, laissé à l’abandon, ouvert au public, en démolition etc.

Concernant cet aspect, retrouvez l’article sur "La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes", publié par Nadine Halitim-Dubois sur ce carnet en juillet 2012.

Réutilisation de sites industriels en bâtiment administratif et en espace culturel

L’ancien grenier public, dit Grenier d’Abondance, construit en 1722 pour conserver le blé destiné à l’alimentation des lyonnais, est occupé par la DRAC Rhône-Alpes depuis 1993.  Le site  est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques (1987), à l'exception de la façade occidentale et de l'escalier principal qui ont été classés au titre des Monuments Historiques (1990).

Façade principale de l’ancien "Grenier d'Abondance" de Lyon

Façade principale de l’ancien "Grenier d'Abondance" de Lyon - Phot. Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1993 - ADAGP

Les anciens abattoirs de la Mouche, construits par Tony Garnier en 1909, composés d’une grande halle servant de marché aux bestiaux et les abattoirs, sont aujourd’hui utilisés comme salle de concert ou d’exposition. La halle Tony Garnier est classée Monument Historique depuis 1975.5.

Entrée principale des anciens abattoirs de la Mouche, actuellement Halle Tony Garnier

Entrée principale des anciens abattoirs de la Mouche, actuellement Halle Tony Garnier - Phot. Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1997 - ADAGP

A partir de 1915, les ateliers de l'usine de confection "corsets René (Veuve)" sont occupés par Revel & Grillot, fabricant de corsets.  A la suite d’une fermeture dans les années 1980, le site est acheté par l’Université Lyon 2 afin d’y aménager un espace culturel ouvert au public, le Musée des moulages.

Vue d'ensemble de la salle principale du Musée des Moulages

Vue d'ensemble de la salle principale du Musée des Moulages - Phot. Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2001 - ADAGP

Des sites industriels toujours en activité

Même si la plupart des sites industriels du XIXe siècle ont disparu ou occupent aujourd’hui une fonction différente, certaines industries de petite taille ou de taille moyenne existent toujours et maintiennent leur activité initiale.

Très peu de fabriques de soieries existantes au XIXe siècle subsistent aujourd'hui. Néanmoins, la maison de soierie Jean Brochier et Fils créée en 1896 à Lyon a su conserver la même activité en s’adaptant notamment aux nouvelles techniques.

Entrée de la maison Brochier

Entrée de la maison Brochier - Phot. Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 - ADAGP

Des sites industriels ouverts au public (tourisme de découverte économique)

Certains sites, en parallèle de leur activité de production, organisent des visites. Il s’agit de faire découvrir un musée vivant : comprendre une activité industrielle grâce à un médiateur de l’entreprise et observer une "entreprise de l’intérieur" (les étapes de fabrication, la confection, l’expédition). Dans l’agglomération lyonnaise, la société TSD, considérée comme l’un des derniers ateliers de canuts est désormais spécialisée dans la fabrication d’étoffes de luxe. Initialement installée à la Croix-Rousse, l’entreprise s’est déplacée à Vaulx-en-Velin en 2002. Des visites ont été mises en place pour accueillir le grand public sur demande6.

Métier Jacquard mécanique en fonctionnement, Vaulx-en-Velin

Métier Jacquard mécanique en fonctionnement, Vaulx-en-Velin © Société TSD, 2012

Sites industriels désaffectés

Un passé industriel peut parfois être visible grâce aux  ruines ou aux vestiges. Désaffectés et abandonnés durant une longue période, les fragments de bâti plus ou moins présents peuvent être qualifiés de friches industrielles.

L’ancien marché-gare (20-36 rue Casimir-Perier ; quai Perrache, Lyon 2e)

L’ancien marché-gare (20-36 rue Casimir-Perier ; quai Perrache, Lyon 2e) - Phot. Jessica Giovanetti © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2012 - ADAGP

Chantier de démolition pris sur le vif

En général, les sites industriels connaissent plusieurs activités successives et le bâti est maintenu sur un même parcellaire. Néanmoins, dans certains cas, faute d’un projet de reprise suffisamment porteur et face à une pression foncière forte, la démolition apparaît comme le seul recours envisagé. L’exemple ci-dessous représente la démolition du bâti industriel successivement occupé par la Société Lyonnaise des vélocipèdes et automobiles Rochet et Schneider (1896-1906), puis par la société Cotonnière de Villefranche (1935-1979).

Pourtant emblématique d’une activité ancienne, le patrimoine industriel est encore méconnu et insuffisamment considéré. Il peut s’illustrer sous différentes formes, être laissé à l’état brut ou reconverti et réutilisé ; c'est pourquoi le recours aux nouvelles technologies a paru indispensable au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel pour faire connaître davantage ce type de patrimoine.

Démolition du bâti à vocation industrielle, Lyon 3e

Démolition du bâti à vocation industrielle, Lyon 3e - © Google, 2012

Intégrer le smartphone dans une médiation culturelle numérique et mobile

Le smartphone comme une aide à la géolocalisation

"Un smartphone (littéralement téléphone intelligent) est un téléphone disposant des fonctions similaires à celles d'un assistant numérique personnel (PDA). Les fonctions les plus courantes concernent l'accès à Internet, le courrier électronique, la gestion d'emploi du temps et de carnet d'adresses. La plupart sont équipés d'un appareil photographique numérique et d'un GPS, et peuvent lire des MP3 et des vidéos ainsi que des fichiers de divers formats (Word, PDF, etc.)"7.

La tablette tactile s’assimile à un ordinateur plat et tactile permettant la navigation Web, la lecture multimédia, le jeu, la bureautique, l’installation d’applications, et peut même avoir la fonction téléphonique selon utilisation. Outre sa grande taille, la haute résolution et sa mémoire interne, la tablette présente des fonctionnalités similaires au smartphone.

Aujourd’hui, on dénombre près 19 millions de mobinautes en France, soit 29% de la population (2012)8. D’après les prévisions, le nombre de smartphones pourrait tripler d’ici 2015. Comparativement, 3 millions de tablettes ont été recensées en 2012, les ventes ayant doublé en un an9.

Le smartphone permet plusieurs usages à ses utilisateurs, les "mobinautes" : communiquer avec les autres, s’informer, travailler, se déplacer/voyager, se divertir et consommer. Ces appareils sont majoritairement utilisés à domicile, au travail, en mobilité.

Lors d’un déplacement ou d’un voyage, le smartphone est utilisé pour  s’orienter et/ou  trouver un lieu précis dans un endroit inconnu, et de préparer un voyage : choix de la destination, horaires, trajets, réservations ainsi que l’organisation des déplacements en transports en commun.

Des applications smartphone au service du patrimoine et de la culture

Les applications sont des logiciels téléchargeables et exécutables sur les smartphones et les tablettes tactiles. L’application ne doit pas être confondue avec le site web mobile, une version allégée conçue pour s’afficher exclusivement sur des mobiles. Dans les domaines de la culture, du patrimoine et du tourisme,  les applications répondent aux objectifs suivants :

  • Informer et accompagner une personne en situation de mobilité
  • Avoir un lien direct avec le consommateur et/ou le visiteur
  • Diversifier les modes de communication en s'équipant de 3 outils externes : le site internet, le site web mobile et l’application.

Dans son contenu et ses fonctionnalités, l’application peut s’apparenter à un support de visite dans un musée, un guide pour une randonnée ou des parcours ou sentiers de découverte, un annuaire recensant des activités existantes sur le territoire, un plan géolocalisé en lien avec événement local, etc.

C’est pourquoi, face à ces multitudes de situations différentes,  l’application doit contenir une dimension ludique voire pédagogique et inclure des fonctionnalités diversifiées mais complémentaires : la géocalisation  (le repérage sur une carte interactive), la recherche des points d’intérêt à proximité (appelés POI, Points Of Interests), des  supports multimédia diversifiés (descriptions textuelles et/ou audio, des images, des vidéos). Certaines comprennent des fonctions : de partage sur les réseaux sociaux pour un usage collaboratif, de réalité augmentée, des itinéraires prédéfinis, des jeux découverte (type jeux de piste culturels).

L’application smartphone de la Région Rhône-Alpes : "Patrimoine industriel de Lyon"

Click 'n Visit - Ponts du RhôneLe service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région a sorti en septembre 2011 "Click’n visit Ponts du Rhône", sa première application pour smartphone. Cette dernière comprend 316 points de franchissement en Rhône-Alpes. Sa conception s’appuie sur des  fonctionnalités techniques  adaptées à la navigation mobile (la géolocalisation, une arborescence étudiée, des audio-guides) et des contenus riches produits par des chercheurs (description, historique, photos, plans etc.). Cette application a reçu le label "Territoire innovant" au Forum des Interconnectés 2011.

 

Fort de ce premier projet réussi, le service de l’Inventaire a souhaité concevoir une seconde application smartphone à destination du grand public sur la thématique du patrimoine industriel de Lyon.

En tenant compte des enseignements du précédant guide mobile, cette seconde application regroupe plus de 200 sites industriels et intègre deux itinéraires thématiques. L’accent est mis sur la dimension ludique et pédagogique sans pour autant perdre le contenu scientifique, une manière novatrice de présenter les données du service. L’objectif est de vulgariser l’information, c’est-à-dire de la rendre accessible au grand public.

Une médiation culturelle appropriée à la promenade urbaine

Patrimoine industriel de LyonDans ce contexte, il importe de construire une médiation culturelle capable de mettre en valeur les sites industriels tout en suscitant l’intérêt du visiteur. Ici, le smartphone ne constitue qu’un support numérique et mobile accompagnant le public dans sa découverte culturelle.

La médiation retenue repose principalement sur des circuits de plusieurs étapes, progressant selon un fil conducteur tantôt chronologique, tantôt thématique. S’ajoute à cet ensemble, une scénographie simple prenant en compte un milieu urbain ouvert.  Cette approche doit permettre au visiteur d’observer, de comprendre et d’apprécier les sites industriels présents ou démolis qu’il croise dans le parcours. L’accent est mis sur la dimension pédagogique, teintée de quelques "touches ludiques" (énigmes avec questions/réponses, puzzle à résoudre, et gains culturels).

Découvrir l’application "Patrimoine industriel de Lyon"

Patrimoine industriel de Lyon : accueilDepuis 1999, l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Rhône-Alpes Lyon assure le  recensement des sites industriels de Lyon (ce travail est assuré par le chercheur Nadine Halitim-Dubois). En 2009, un état des lieux a dénombré près de 430 sites étudiés dont la plupart ont été géolocalisés sur la carte Google réalisée par le service régional en 2010. Ce travail scientifique se poursuit toujours aujourd’hui et vise à repérer tous les éléments du patrimoine industriel lyonnais.

L’application pour smartphone "Patrimoine industriel de Lyon" est un guide culturel gratuit. Elle s’adresse à tous les publics et invite les visiteurs à observer et à comprendre les monuments du patrimoine industriel croisés à Lyon. Deux parcours ludiques viennent agrémenter la promenade urbaine. Chaque étape comprend une énigme qui donne lieu a un bonus culturel en cas de réponse correcte.

Ce produit culturel itinérant comporte des fonctionnalités adaptées aux rythmes des promenades urbaines :

  • Plus de 200 points d’intérêt
  • 9 arrondissements étudiés
  • 1 carte interactive et géolocalisée
  • 40 audio-guides
  • 40 éléments d’aide à la visite
  • 720 images
  • 3 vidéos
  • 2 jeux de pistes culturels

L’application smartphone "Patrimoine industriel de Lyon" est disponible gratuitement sur Google Play et Apple Store.

Jessica Giovanetti, stagiaire au service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes / étudiante en Master 2 Tourisme, Loisirs, Patrimoine à l’Université Lumière Lyon 2

Pour citer cet article

GIOVANETTI, Jessica. « La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 20 novembre 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1311>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Nadine Halitim-Dubois, "Panorama industriel lyonnais", in L’archéologie industrielle en France n°54, juin 2009 []
  2. "Les cartes industrielles de France : Rhône", plan de situation des industries à Lyon, dressé par Saint-Denis, géomètre, édité par la société de Documentation industrielle, 1932, éch. diverses, imp. Lyon, Archives municipales de Lyon, 2 S 456 []
  3. BERTHET F., CIGOLOTTI A., WASSERTROM S., Altas de l'aventure industrielle de l'agglomération lyonnaise (XIXe-XXI siècle), Ed. Agence d'urbanisme pour le développement de l'agglomération lyonnaise, 2009 []
  4. Source : Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie - OPALE []
  5.  HALITIM-DUBOIS Nadine. « Panorama des usines protégées au titre des monuments historiques en Rhône-Alpes », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 13 septembre 2013 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2008> []
  6. Source : réseau TRISTRA - Tourisme Industriel Scientifique et Technique Rhône-Alpes []
  7. Géolocalisation et Smartphones dans le domaine culturel et patrimonial, livre blanc, veille technologique 2010/2011, service de l’Inventaire du patrimoine général, mai 2011 []
  8. Cf. l'article du Journal du Net du 6 mai 2012 []
  9. Source :  Institut GFK, "Etat du marché des tablettes en 2012" []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Architecture industrielle

16 commentaires pour “ La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone ”

  1. [...] La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone | Les carnets de l'Inventaire [...]

  2. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  3. [...] Par sa complexité, le patrimoine industriel est parfois mal connu du “visiteur néophyte”. Cette méconnaissance s’explique par de nombreuses raisons : la difficulté de percevoir un site industriel lorsqu’il est absorbé voire dissimulé dans un tissu urbain dense, le manque d’intérêt pour le type d’industrie exposé, l’absence parfois relative d’esthétique etc. En effet, souvenons-nous que la fonction première de l’usine est de produire et non de plaire.Comment dès lors trouver le juste ton pour susciter la curiosité qui sommeille chez un visiteur ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour qu’il puisse comprendre puis apprécier le patrimoine ?Automobile, cinéma, métallurgie, textile, agroalimentaire et santé, toutes ces activités ont marqué le territoire et constituent aujourd’hui un patrimoine culturel à découvrir.  [...]

  4. [...] . La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone | Les carnets de l’Inventai... [...]

  5. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  6. Veille MuseoLab | Pearltrees le 10/12/2012 à 16:07

    [...] La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone | Les carnets de l'Inventaire Plug, les secrets du musée Von Hippel : le paradigme de l’innovation par l’utilisateur A l’occasion de l’inauguration de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (”l’I3″, prononcez i-cube), le 14 juin 2012, un institut de recherche fondé par Mines Paris-Tech et Télécom Paris-Tech, qui associe 6 laboratoires et groupe de recherche sur l’innovation et la société numérique, les organisateurs de l’évènement avaient invité le célèbre spécialiste de l’innovation, Eric von Hippel, à faire une lecture de ses récents travaux. haptick | Interactive Exhibits for Museums, Science Centers and Brand Environments @TriadBerlin [...]

  7. [...] L’application pour smartphone “Patrimoine industriel de Lyon” est un guide culturel gratuit. Elle s’adresse à tous les publics et invite les visiteurs à observer et à comprendre les monuments du patrimoine industriel croisés à Lyon. Deux parcours ludiques viennent agrémenter la promenade urbaine. Chaque étape comprend une énigme qui donne lieu a un bonus culturel en cas de réponse correcte.  [...]

  8. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  9. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  10. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  11. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  12. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  13. [...] Vincent Anciaux Get flash to fully experience Pearltrees La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone | Les carnets de l'Inventaire L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle [...]

  14. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

  15. Expériences ludiques | Pearltrees le 01/12/2012 à 12:29

    [...] ludiques < benjaminhecht Get flash to fully experience Pearltrees La valorisation du patrimoine industriel de Lyon par le smartphone | Les carnets de l'Inventaire L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle [...]

  16. [...] L’usine, qu’elle soit en pierre, brique, béton ou mâchefer, intrigue tout autant qu’elle fascine. Comprendre un site dit ind...  [...]

Laisser un commentaire

En images