Note sur l’histoire des stations de sports d’hiver

Introduction

Ecrire l’histoire des stations de sports d’hiver, c’est saisir les spécificités d’un contexte contraignant (climat et topographie), retracer le développement d’un sport ou loisir (le ski et ses infrastructures), prendre la mesure de l’évolution d’une pratique sociale (de l’élitisme au tourisme de masse), et replacer l’ensemble de ces éléments dans l’histoire de l’aménagement architectural et urbanistique de la montagne.

Avoriaz : vue de la station

Avoriaz : vue de la station. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

En 1994, le Centre André-Chastel1 lançait le programme de recherche « Architectures de la villégiature ». Du fait des liens historiques unissant ce Centre aux services de l’Inventaire général du patrimoine culturel, ceux-ci ont intégré la thématique de la villégiature à leurs propres programmes d’étude ; un certain nombre de publications témoignent du succès de cette démarche, dans les domaines de la villégiature balnéaire et thermale notamment2. Ce programme thématique a été appliqué à la villégiature de montagne par le service de l’Inventaire de la Région Rhône-Alpes, qui a mené, en collaboration avec l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble, une étude échelonnée sur une quinzaine d’années. Cet inventaire a permis de produire plus de 200 dossiers électroniques3 et de publier une synthèse concernant les six stations sélectionnées (Courchevel 1850, les Arcs et les Karellis en Savoie, Megève, Avoriaz et Flaine en Haute-Savoie)4.

Ecrire l’histoire, c’est aussi se situer dans un courant historiographique et exploiter les sources pertinentes ; en la matière, les annexes de l’ouvrage du service de l’Inventaire témoignent de l’importance de la conservation et de la mise à disposition des archives des architectes, tant par les institutions publiques (le Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, les Archives Départementales de Savoie et Haute-Savoie, et dans une moindre mesure certains services d’archives municipales) que par les cabinets d’architecture et personnes privées. La bibliographie quant à elle, qui s’échelonne pour l’essentiel des années 1930 à 2010, révèle un tournant vers le milieu des années 1970 : alors que la production des années précédentes avait été plutôt consacrée au ski et au développement du tourisme en montagne, les chercheurs ont rapidement investi les champs de l’aménagement et de l’architecture.

Les liaisons entre Flaine Forum et Flaine Forêt par les ascenseurs inclinés

Les liaisons entre Flaine Forum et Flaine Forêt par les ascenseurs inclinés. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009 – ADAGP

En Rhône-Alpes, la montagne est une réalité évidente (les deux tiers de son territoire sont répartis entre les massifs des Alpes, du Massif central et du Jura) avec laquelle il faut savoir composer, en termes d’aménagement comme de préservation des espaces naturels. Le tourisme est notamment un facteur incontournable, tant au niveau de la fréquentation (la France est devenue la 1e destination mondiale pour les sports d’hiver)5 que de retombées économiques6. Pour la Région Rhône-Alpes, la montagne et ses stations de sports d’hiver représentent donc une thématique à la croisée de plusieurs compétences de la collectivité : le patrimoine culturel, l’aménagement du territoire, le développement économique et le tourisme.

Cet article présente dans les grandes lignes l’ouvrage du service de l’Inventaire paru en octobre 20127.

La naissance d’un nouveau sport

La première partie de l’ouvrage, due à Jean-François Lyon-Caen, présente dans un premier temps les « pionniers du ski » et l’invention de la remontée mécanique, puis les différents types de stations élaborés par les architectes-urbanistes au cours de la seconde moitié du XXesiècle8.

L’invention du « ski alpin » est indissociable d’Henri Duhamel, qui introduisit en 1878 les skis scandinaves sur les pentes alpines ; l’engouement pour ce nouveau sport fut immédiat, et l’année 1907 vit se tenir deux concours de ski dans les Alpes (dont l’un, international, fut organisé par le Club alpin français). Le développement du ski rendit bien évidemment nécessaire celui des équipements (au premier rang desquels le logement) et infrastructures permettant son intégration dans la vie montagnarde. Le transport des skieurs vers les sommets, facilité par les téléphériques (construits à partir du milieu des années 1920), fut révolutionné par l’invention du téléski (qui consista en une adaptation du transport par câble utilisé pour le fourrage, le lait, le bois, etc.) : le premier « remonte-piste » fut inauguré à Davos à Noël 1934. Ces éléments, combinés à d’autres comme la création de l’Ecole de ski français et celle des congés payés, ont posé les bases d’un « ski démocratique ».

Megève : câble à lait et à bois au sommet de Rochebrune

Megève : câble à lait et à bois au sommet de Rochebrune. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

Les types de stations

Jean-François Lyon-Caen établit une typologie des stations de sports d’hiver, liée à l’époque de leur aménagement et aux principes l’ayant régi ; bien souvent par ailleurs, la genèse de chacune d’entre elles est marquée par une ou plusieurs personnalités (sportifs, guides, commanditaires et architectes) ayant fortement influé sur les modalités d’aménagement de la station.

Megève : le chalet de la baronne Noémie de Rothschild, par Henry Jacques Le Même

Megève : le chalet de la baronne Noémie de Rothschild, par Henry Jacques Le Même. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

Ainsi la naissance de la station de Megève, développée autour du village à partir du début des années 1920, est-elle indissociable de la famille de Rothschild. De même, Courchevel 1850, aménagée ex nihilo à partir de 1946 et à ce titre représentative de la « super-station » entièrement conçue autour d’un domaine skiable à définir, reste notamment associée à Laurent Chappis et Denys Pradelle. A partir des années 1960, le type de la « station intégrée » s’impose, qui tend à maîtriser dès la conception l’ensemble des paramètres : foncier, orientation du domaine skiable, urbanisme, logement, etc. Véritables « laboratoires de recherche » en ce qui concerne l’architecture et l’urbanisme, des stations comme Flaine, Avoriaz ou les Arcs préfigurent les villes nouvelles des années 1960 ; le « plan neige » (éléments des plans quadriennaux successifs spécifiquement consacrés aux programmes de construction en montagne) porte par ailleurs le fort développement des stations. A partir des années 1970, le mode d’aménagement évolue ; la « directive montagne » (1977) et la « loi Montagne » (1985) ne sont pas étrangères à ce changement. L’architecture des stations tend à devenir « néorégionaliste » et à rompre avec la période précédente.

Jean-François Lyon-Caen conclut cet historique en évoquant, pour la période 1995-2011, « les choix d’urbanisme et d’architecture […] dictés par des approches commerciales, sans considération pour la cohérence originelle des lieux déjà aménagés »9. La concurrence internationale, la « gouvernance » des stations, le changement climatique, les évolutions de la démographie et des loisirs : tous ces éléments semblent laisser planer une ombre de doute sur l’avenir des stations de sports d’hiver, et laissent présager de profondes mutations.

Domaines skiables, équipements et services, modes de résidence

La seconde partie de l’ouvrage consiste en une « visite en images »10, proposée par Maryannick Chalabi et Jean-François Lyon-Caen, à travers l’ensemble des éléments qui composent une station.

Sont ainsi présentés successivement, pour chacune des six stations : le domaine skiable, les équipements et services (voies d’accès et parkings, centrales et chaufferies, logements, édifices de loisirs, civils, commerciaux et religieux, etc.) et les modes de résidence (chalets, hôtels, villages de vacances, résidences de tourisme, etc.).

Megève : chalet Le Grizzly, par Henry Jacques Le Même

Megève : chalet Le Grizzly, par Henry Jacques Le Même. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

Cette visite en images permet d’une part de saisir, dans la conception des différentes stations, les constantes tout autant que les spécificités (liées à l’époque de l’aménagement, ou aux contraintes topographiques), et d’autre part de mesurer l’influence des architectes-urbanistes sur le « caractère » de ces stations. Ceux-ci en effet, disposant bien souvent d’une table rase laissant a priori libre cours à l’expérimentation, durent néanmoins composer avec les contraintes de la montagne (enneigement, ensoleillement, déclivité du terrain, etc.) pour concevoir des projets tantôt uniques, tantôt reproductibles. Sans entrer dans les détails, on peut citer l’ascenseur incliné de Flaine (conçu par l’ingénieur Denis Creissels, les « gares » ayant été dessinées par Marcel Breuer), la galerie marchande d’Arc 1600 (Bernard Taillefer, Guy Rey-Millet, Gaston Regairaz), la chapelle Notre-Dame de l’Assomption à Courchevel 1850 (Denys Pradelle), le chalet Lang (« chalet à pattes », du même Denys Pradelle), les résidences d’Arc 1600 (Versant Sud, la Cascade, la Cachette, la Nova, etc. conçues par Charlotte Perriand, Gaston Regairaz, Guy Rey-Millet).

Avoriaz : chalet Arkéta (par Jacques Labro), côté aval

Avoriaz : chalet Arkéta (par Jacques Labro), côté aval. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009 – ADAGP

Au terme de ce parcours, il apparaît que la seconde moitié du XXe siècle fut bel et bien l’âge d’or de l’aménagement des stations alpines : les possibilités offertes alors ne sont plus aujourd’hui d’actualité ; les planifications urbaines et les conceptions architecturales sont le reflet bien marqué d’une époque révolue. Dès lors se pose la question de la valorisation, et par extension de la protection, de réalisations récemment entrées dans le champ patrimonial. Si la connaissance et la valorisation sont l’objet même de l’étude de l’Inventaire, la protection reste la prérogative de l’Etat. En la matière, les stations de sports d’hiver sont pour l’instant peu représentées. Si le label « Patrimoine du XXe siècle »11 a notamment été attribué à plusieurs édifices ou ensembles à Avoriaz, Flaine, Mégève, ainsi qu’aux Arcs 1600 et 1800, la stricte protection (inscription ou classement au titre des Monuments Historiques) reste à ce jour limitée : hôtel Le Flaine (1967-1968, inscrit MH en 1991), maison d’Henry Jacques Le Même à Mégève (1928-1929, inscrite MH en 1995), quatre édifices de Courchevel 1850 inscrits MH en 2005 et 2006, ainsi que le chalet Lang à Courchevel (1950, inscrit MH en 2012 ; il doit être démonté et déplacé, et sera ensuite classé MH). Alors que la fréquentation touristique de ces stations ne faiblit pas et que la pression foncière s’y fait de plus en plus forte, la question de la conservation d’ensembles caractéristiques au regard de l’histoire de l’architecture n’est pas à négliger ; gageons que l’étude de l’Inventaire y apportera des réponses.

Courchevel 1850 : le chalet Lang

Courchevel 1850 : le chalet Lang. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

Pour aller plus loin

  • Consulter les dossiers électroniques de l’Inventaire :

–    accéder à l’ensemble des dossiers consacrés aux stations de sports d’hiver
–    débuter avec le dossier « Présentation de l’étude des stations de sports d’hiver »

La neige et l'architecte

Pour citer cet article

GUILLOT, Julien. « Note sur l’histoire des stations de sports d’hiver », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 18 décembre 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1368>

Julien Guillot – chargé de documentation, service Veille & Documentation, Région Rhône-Alpes

______________________________________________________________________________
Notes
  1. UMR 8150 dépendant du CNRS, de l’Université de Paris-Sorbonne et du Ministère de la Culture ; cf http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/ []
  2. Cf. l’exemple récent : TOULIER Bernard, Villégiature des bords de mer : architecture et urbanisme, XVIIIe-XXe siècle, Paris : Editions du Patrimoine-Centre des monuments nationaux (« Patrimoines en perspective »), 2010 []
  3. Consultables sur le site http://patrimoine.rhonealpes.fr/ []
  4. Maryannick CHALABI, Paul CHERBLANC (dess.), Eric DESSERT (phot.), Françoise LAPEYRE-UZU (dir.), Jean-François LYON-CAEN et Catherine SALOMON-PELEN (dess.), Stations de sports d’hiver : urbanisme et architecture – Rhône-Alpes, Lyon : Lieux Dits, 2012 []
  5. Voir le bilan de l’hiver 2011/2012 publié par l’Observatoire régional du tourisme []
  6. Voir la synthèse de l’étude publiée par Atout France []
  7. Voir le site de l’éditeur []
  8. p. 14-64 []
  9. p. 61 []
  10. p. 69-255 []
  11. Institué en 1999, il n’implique pas de mesure de protection ou de contraintes particulières ; cf le site officiel []

3 réponses

  1. Lyon-Caen dit :

    Bonjour, je vous remercie pour votre article descriptif de l’ouvrage. Je relève une erreur dans le dernier paragraphe consacré à la protection des édifices :
    – Les quatre édifices inscrits entre 2005 et 2006 sont à Courchevel 1850 (et non à Megève) : chalet Joliot Curie, chalet Le Petit Navire, chalet La Goupille et chapelle Notre-Dame de l’Assomption
    – le chalet Lang est inscrit MH depuis mars 2012 et sera classé MH une fois déplacé.
    Bien cordialement
    jean-François Lyon-Caen

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Merci pour votre relecture ; le dernier paragraphe a été corrigé.
      Cordialement,
      JG

  1. 18/12/2012

    […] 18/12/2012Ecrire l’histoire des stations de sports d’hiver, c’est saisir les spécificités d’un contexte contraignant (climat et topographie), retracer le développement d’un sport ou loisir (le ski et ses infrastructures), prendre la mesure de l’évolution d’une pratique sociale (de l’élitisme au tourisme de masse), et replacer l’ensemble de ces éléments dans l’histoire de l’aménagement architectural et urbanistique de la montagne.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *