L’église Saint-André de la Guillotière à Lyon : les vitraux du 20e siècle

Après une étude des vitraux du 19e siècle à l’église Saint-André, développée dans un article précédent, ce second billet est consacré à la mise en place de verrières figurées dans le même édifice au cours de la première moitié du 20e siècle.

Rogatien Le Nail, l’église Saint-André représentée avec le clocher prévu initialement et protégée par un ange, Bulletin paroissial n°13, janvier 1909 (Archives diocésaines, I 1213).

Rogatien Le Nail, l’église Saint-André représentée avec le clocher prévu initialement et protégée par un ange, Bulletin paroissial n°13, janvier 1909 (Archives diocésaines, I 1213). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

 

La verrière de la façade occidentale
Les Lyonnais Paul Nicod et Jean Jubin réalisent en 19031 la seule verrière entièrement consacrée à saint André, celle située sur la façade occidentale, rue de Marseille. En raison de la destruction du maître-autel, saint André semble relativement peu présent dans l’église. De style Art nouveau, elle montre le saint bénissant sa croix, surmonté d’un ange tenant la palme du martyre.

Nicod et Jubin, Saint André bénissant sa croix.

Nicod et Jubin, Saint André bénissant sa croix. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Nicod et Jubin ont réalisé également de nombreuses verrières civiles. Ils signent des vitraux à motifs floraux dans plusieurs immeubles du quartier, en particulier place Ollier, dans les cages d’escalier, sur des dessins du peintre Louis Bardey2.

Nicod et Jubin, Détail d’une verrière civile située dans la cage d’escalier d’un immeuble de la place Ollier.

Nicod et Jubin, Détail d’une verrière civile située dans la cage d’escalier d’un immeuble de la place Ollier. Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP

Les verrières des collatéraux (1930-1942)

Balmet, L’Adoration des Rois mages (1930).

Balmet, L’Adoration des Rois mages (1930). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

La mise en place de nouvelles verrières ne reprend qu’à partir de 1930 avec un cycle consacré au Christ. La commande est passée à un verrier grenoblois, Louis Balmet, associé à un peintre-cartonnier lyonnais, Emile Bégule3. Celui-ci est rémunéré par la fabrique indépendamment de Balmet « pour ses travaux d’esquisse, de composition et de dessin ». Il ne s’agit pas de réemployer un carton déjà existant, mais bien de commander une composition originale à un peintre, composition qui sera ensuite traduite en verre par Balmet, sous le regard vigilant de Bégule. Les plombs et les barlotières sont fournis par une entreprise voisine de l’église, l’atelier de serrurerie F. Carron- J. Grenier successeur4.

Balmet, Le Christ parmi les Docteurs (1939).

Balmet, Le Christ parmi les Docteurs (1939). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

L’architecte de l’église, Tony Desjardins, et les commanditaires avaient choisi de reprendre le style gothique du 13e siècle pour la construction de l’édifice. Aussi chaque verrière comporte-t-elle un décor d’architecture gothique feinte qui prolonge l’architecture réelle et sert d’écrin à chaque scène. Ainsi, de grands pinacles sont posés dans le ciel et viennent parfois se superposer aux constructions présentes, en particulier pour Jésus et les Docteurs (tours et terrasses de Jérusalem.).

Balmet, Le Sermon sur la montagne (1942).

Balmet, Le Sermon sur la montagne (1942). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Le cycle se compose de six « tableaux », dominés par des représentations secondaires. A partir du chœur, le premier épisode commence à droite avec l’Adoration des Rois mages, surmontée de l’Annonciation. Puis vient le Christ parmi les Docteurs, couronné par la Fuite en Égypte. Le Sermon sur la montagne, associé en partie haute au Baptême du Christ, clôt la séquence placée au sud.

Balmet, La Cène (1930).

Balmet, La Cène (1930). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Le cycle se poursuit en retournant près du choeur, à gauche avec la Cène, surmontée d’une autre scène de repas, celui pris avec les Pèlerins d’Emmaüs, le jour de la Résurrection.

Balmet, La Crucifixion (1939).

Balmet, La Crucifixion (1939). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Ensuite viennent la Crucifixion et la Résurrection, associée à l’Apparition à Madeleine représentée dans la partie gauche.
L’ordre logique des scènes est différent de celui de la chronologie de réalisation des verrières, qui ont été mises en place par travées.

Balmet, La Résurrection (1942).

Balmet, La Résurrection (1942). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

En novembre 1960, Emile Bégule récapitule dans une lettre la part qu’il a prise à la conception des vitraux de Saint-André5. Les deux premiers, Nazareth (l’Adoration des Rois mages) et la Cène, ont été exécutés par le verrier sur ses données et suggestions, mais pas à partir d’une maquette détaillée.

E. Bégule, esquisse pour Jésus parmi les Docteurs (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

En revanche, Bégule est le créateur des esquisses et des cartons des quatre autres compositions (Jésus au Temple, le Sermon sur la montagne, le Calvaire, la Résurrection) et leur exécution a été réalisée sous sa surveillance. Il est également l’auteur de deux esquisses très poussées pour les verrières des deux premières travées (non réalisées), l’Entrée à Jérusalem (les Rameaux) et l’Ascension.

E. Bégule, esquisse pour Le Sermon sur la montagne.

E. Bégule, esquisse pour Le Sermon sur la montagne (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les archives de l’atelier Balmet sont dispersées entre plusieurs institutions : le centre international du vitrail à Chartres, les musées de Vernon, Beauvais6, Rouen et Boulogne-Billancourt et plus particulièrement les archives départementales de l’Isère7. Elles doivent conserver d’autres étapes du projet, Emile Bégule faisant allusion à des esquisses au 1/10e et deux photographies de maquettes étant visibles aux archives diocésaines de Lyon8.

E. Bégule, esquisse pour La Crucifixion (archives diocésaines de Lyon, I I 1199).

E. Bégule, esquisse pour La Crucifixion (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Sept dessins sur calque au 1/20e sont également conservés aux archives du diocèse de Lyon9. Cinq sont préparatoires à des verrières en place dans l’édifice : Jésus parmi les Docteurs, le Sermon sur la montagne, la Crucifixion (deux versions) et la Résurrection.

E. Bégule, esquisse pour La Résurrection.

E. Bégule, esquisse pour La Résurrection (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Une autre esquisse représente le Christ au jardin des oliviers, dont le sujet n’a finalement pas été retenu et remplacé par la Crucifixion.

E. Bégule, esquisse pour Le Christ au jardin des oliviers.

E. Bégule, esquisse pour Le Christ au jardin des oliviers (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les deux fenêtres les plus proches de l’entrée devaient également recevoir des verrières de Balmet.

E. Bégule, esquisse pour L’Entrée du Christ à Jérusalem.

E. Bégule, esquisse pour L’Entrée du Christ à Jérusalem (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

L’Entrée du Christ à Jérusalem devait se situer au sud, face à l’Ascension.

E. Bégule, esquisse pour L’Ascension.

E. Bégule, esquisse pour L’Ascension (archives diocésaines de Lyon, I I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les esquisses sont très picturales, libres et colorées. En revanche, répondant au travail du verrier, les maquettes connues par des photographies révèlent un travail très précis destiné à la mise en plomb de ces vitraux de grande taille, tout en conservant le caractère expressif des compositions de Bégule.
Bégule et Balmet adaptent la palette de couleurs à l’intensité dramatique de chaque scène. Une évolution est perceptible, en particulier dans la stylisation des ciels, sans que Balmet n’adopte néanmoins un langage véritablement « Art déco ».

Papier à en-tête de la maison Balmet, 1938-1940.

Papier à en-tête de la maison Balmet, 1938-1940 (archives diocésaines de Lyon, I 1199). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Vitrées entre 1866 et 1889, le chœur et le faux transept accueillent des représentations statiques, la narration étant limitée aux petites rosaces et aux parties inférieures des verrières, alors que le récit de la vie du Christ et de son enseignement se déploie librement dans les verrières des collatéraux.

En 1960, peu de temps avant le décès de Balmet, Emile Bégule estimait peu probable la réalisation des deux verrières situées à l’entrée de l’édifice à partir de ses esquisses. Elles n’ont en effet pas reçu de vitraux depuis lors. Elles seraient le support idéal pour une création au 21e siècle, permettant ainsi de prolonger le dialogue entre les époques.

Une valorisation originale : le Vitrailloscope
Les six verrières des collatéraux ont fait l’objet d’une expérience de médiation originale, menée par Célia Bonnet-Ligeon, à l’occasion des journées européennes du patrimoine 2012, en collaboration avec l’IUT (Institut Universitaire de Technologie) Lumière Lyon 2 (CERRAL, Programme e-Tourism), nommé le vitrailloscope10.
Lors d’une visite in situ, le visiteur se voit remettre une tablette tactile et doit chercher six détails significatifs isolés par C. Bonnet-Ligeon comme point de départ de la découverte des six verrières.

Détail de la Cène retenu dans le cadre du vitrailloscope.

Détail de la Cène retenu dans le cadre du vitrailloscope. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

C. Bonnet-Ligeon a conçu cinq vidéos par vitrail (soit 30 vidéos au total), correspondant à cinq thématiques : le détail retenu, la composition, le rôle du Christ, l’identification de personnages ou de groupes de personnages clefs, et, enfin, la palette des couleurs. Cette dernière approche renoue intuitivement avec la démarche de l’artiste, Bégule posant dans ses esquisses des notations de couleur.

Fondée presque uniquement sur le regard, cette forme de médiation permet de privilégier l’observation fine de l’œuvre. Elle demeure accessible quelle que soit la langue parlée par le public ou le niveau de connaissance en histoire religieuse, tout en étant gratuite. Des allers et retours visuels s’instaurent entre le vitrail, ses détails et le scénario présenté dans les vidéos, sans que la tablette numérique ne monopolise toute l’attention du visiteur. Le retour des utilisateurs s’est révélé très positif11, aussi bien en terme d’éducation à l’image que de familiarisation avec un outil numérique.
Au-delà de l’événement constitué par les journées du patrimoine, le projet du vitrailloscope a prouvé sa pertinence dans le domaine du patrimoine culturel et a permis de faire découvrir les verrières de l’église Saint-André à un vaste public. La pérennisation et l’élargissement d’un tel outil ne peuvent qu’être souhaités.

Plan de localisation des verrières.

Plan de localisation des verrières. Dess. André Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

 

Catherine Guillot – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUILLOT, Catherine. « L’église Saint-André de la Guillotière à Lyon : les vitraux du 20e siècle », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 15 février 2013 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1412>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Archives départementales du Rhône, AD 61 J 26, Comptes de verres de juin 1903 : 105 kg de verre ont été fournis à Saint-André ; Sabine MATHIAS, Marion DUVIGNEAU, Eric MONTAT, Jean-Baptiste Barrelon, Georges-Nicolas Dufêtre et Nicod-Jubin 1837-1928 61 J Répertoire numérique détaillé, 1993-2011, p. 3. Le fonds n’est pas consultable sauf 61 J 1 à 61 J 35. []
  2. Les verrières portent leur double signature. []
  3. Peintre, graveur sur bois, élève de Lucien Simon et de Merson, Emile Bégule est souvent éclipsé par la renommée de son père Lucien, auteur par exemple des verrières des bas-côtés, des fenêtres hautes et de la tribune sud de l’église du Bon Pasteur à la Croix-Rousse. []
  4. Archives diocésaines, I. 1199, 1942. Situé 24 rue de Marseille et 22 rue de Bonald. []
  5. Archives diocésaines, I 1199. []
  6. Cf. Marie-José SALMON et Josette GALIEGUE, De Thomas Couture à Maurice Denis : tome II Les collections du XXe siècle du musée départemental de l’Oise, Conseil général de l’Oise, éditions d’art Monelle Hayot, [1994], p. 236-238, p. 241-243 (cartonnier G.-L. Claude). []
  7. AD Isère, 138 J Fonds Balmet, non consultable. []
  8. I 1199. []
  9. I 1199, 17,5 cm x 25,8 cm []
  10. Pour en savoir plus, voir le vitrailloscope. []
  11. Cf. le bilan des Journées du Patrimoine. []

3 réponses

  1. PICON dit :

    Bravo et un grand merci pour ce travail remarquable qui me permet de mieux connaître cette église (et son histoire) qui est à côté de chez moi.
    Bernard PICON

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Merci de l’intérêt que vous portez à cette publication. A terme, le dossier complet du service de l’Inventaire sera publié sur son site, en cours de refonte.
      Cordialement,
      Julien Guillot

  2. Wagner dit :

    Bravo…
    Thierry Wagner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *