L’église Saint-André de la Guillotière à Lyon : les vitraux du 19e siècle

Etudiée dans le cadre de l’Inventaire topographique de Lyon, secteur de « la Guillotière-Marseille Saint-André » (7e arrondissement), l’église Saint-André se caractérise par une parure de verrières remarquables, dont la réalisation s’étend de 1866 à 1942, au fil de l’avancement du chantier de l’édifice et des moyens financiers de la paroisse.

La façade discrète de l’église, située rue de Marseille, photographiée depuis la rue de Bonald et le quai Claude-Bernard.

La façade discrète de l’église, située rue de Marseille, photographiée depuis la rue de Bonald et le quai Claude-Bernard. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP

L’église Saint-André, succédant à une première église élevée en 1845 par l’architecte Jean-Baptiste Ballet, a été construite en deux phases principales par les architectes Tony et Paul Desjardins, de 1860 à 1866 pour le chœur, les sacristies et les premières travées, de 1897 à 1901 pour les travées restantes de la nef et la façade.
Elle a la particularité d’abriter des ensembles de vitraux dont la réalisation s’étend sur une période de 76 ans, de 1866 à 1942. Ils illustrent le travail de quatre ateliers de peintres-verriers, tous situés dans la région : les Lyonnais Paré et Aubriot (intervention en 1866-1867), Alexandre Mauvernay (1879-1889), installé à Saint-Galmier dans la Loire et travaillant avec le peintre-cartonnier Raymond Balze, les Lyonnais Nicod et Jubin (1903), ainsi que l’association d’un verrier grenoblois, Louis Balmet, avec un peintre-cartonnier lyonnais, Emile Bégule (1930-1942).

Les premières commandes

Paré et Aubriot, L’Apparition du Christ à Marguerite-Marie Alacoque (1866)

Paré et Aubriot, L’Apparition du Christ à Marguerite-Marie Alacoque (1866). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les réalisations de Paré et Aubriot, dont l’atelier était situé 32 rue du Boeuf à Lyon, sont assez modestes. Au nombre de cinq, elles représentent le Mariage de la Vierge, l’Apparition du Christ à Marguerite-Marie Alacoque (le Sacré-Cœur), le Retour du fils prodigue et Tobie et l’Archange Raphaël (1866, quatre roses), ainsi que le thème de l’Eucharistie (1867) dans la sacristie.
Les dévotions mises en avant dans ces premières verrières sont caractéristiques de cette seconde moitié du 19e siècle ; placées en hauteur dans le chœur et les travées proches, elles adoptent un langage très codifié, le fidèle pouvant identifier à distance les attitudes des protagonistes.

Signature de Paré et Aubriot sur la verrière du Fils prodigue (1866).

Signature de Paré et Aubriot sur la verrière du Fils prodigue (1866). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les commandes à la maison Mauvernay

Une série de commandes est passée à partir de 1866 à la maison Mauvernay, mais leur réalisation est plus tardive selon les dates portées, 1879 pour le chœur et 1889 pour les verrières situées au-dessus des portes latérales. Pourquoi tant de temps s’est-il écoulé entre la commande et la mise en place définitive ? Les archives ne donnent pas d’indication précise mais la paroisse était extrêmement impécunieuse ; seuls quelques dons et surtout des legs providentiels sont venus abonder le financement des verrières. Cependant, dans une lettre datée du 28 juin 1879, destinée aux commanditaires des vitraux de la cathédrale d’Orléans, Mauvernay et Balze présentent les verrières du (faux) transept comme achevées et la réalisation de celles du choeur en cours1. La date de 1889 correspondrait-elle alors à une réparation ?

Montage photographique réunissant sur un même plan les verrières du chœur, Mauvernay (1879).

Montage photographique réunissant sur un même plan les verrières du chœur, Mauvernay (1879). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Dans le chœur, la verrière axiale montre les Evangélistes surmontés de la Crucifixion. Celle de gauche, les Prophètes, Abraham, David, Moïse et Aaron, couronnés par la Création du monde. A droite, sont figurés saint André, saint Pierre, saint Etienne, saint Vincent-de-Paul (qui semble une reprise peut-être ultérieure ?), surmontés de la Pentecôte, verrières du chœur complétées de part et d’autre par la Vierge de l’Immaculée Conception et saint Michel terrassant le dragon.

En 1866, un contrat est passé entre la fabrique de l’église et Mauvernay, « fabricant de vitraux peints », pour les verrières situées au-dessus des portes latérales2. L’iconographie est liée à l’histoire de cette paroisse ouvrière : en effet, au sud, quatre grandes figures identifiées par les commanditaires comme les saints patrons de l’industrie et du travail, saint Laurent, saint Eloi, sainte Cécile et sainte Anne, devront être représentées. Cette iconographie devra être complétée par une scène située en-dessous, illustrant l’« un des principaux traits de la vie du Saint patron ». Les figures en pied surmontent en effet le martyre de saint Laurent, saint Eloi et le trône du roi Clotaire II, le martyre de sainte Cécile et l’éducation de la Vierge. Le martyre de saint André couronne l’ensemble.

Verrière sud : les saints patrons de l’industrie et du travail (Mauvernay).

Verrière sud : les saints patrons de l’industrie et du travail (Mauvernay). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

La verrière nord devra, elle, représenter les quatre patrons des principales confréries de la paroisse, saint Thomas d’Aquin, sainte Elisabeth de Hongrie, saint Louis de Gonzague et sainte Catherine. Ils seront surmontés de la représentation de la vocation de saint André et de saint Pierre. Des scènes narratives sont également commandées en complément des figures en pied : saint Louis de Gonzague renonçant à la couronne de margrave en faveur de son frère, saint Thomas d’Aquin agenouillé devant le pape, sainte Elisabeth de Hongrie faisant la charité et le martyre de sainte Catherine.

Verrière nord : les saints patrons des principales confréries de la paroisse (Mauvernay).

Verrière nord : les saints patrons des principales confréries de la paroisse (Mauvernay). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Le contrat précise que les cartons devront être l’œuvre de monsieur Balze, « Inspecteur général des écoles de peinture et de dessin de la ville de Paris » et « depuis quinze ans, spécialement attaché à la manufacture de vitraux peints de St Galmier et par suite [qui] en a fait tous les cartons depuis lors ».

L’Exposition Universelle de 1867
Il est également stipulé que « Monsieur Mauvernay s’engage en outre à présenter les dites verrières à l’Exposition universelle de dix-huit cent soixante sept, et leur admission à cette Exposition est une condition d’acceptation par la fabrique de l’Eglise de St André. Néanmoins si l’espace désigné par la commission de l’Exposition à monsieur Mauvernay n’était pas suffisant pour recevoir convenablement ces deux grandes verrières la fabrique de St André aura la faculté de faire apprécier les parties qui n’auraient pas été exposées par des artistes compétents. »

Edouard Didron, directeur des Annales archéologiques, publie en 1868 un compte-rendu quasi-exhaustif des verrières présentées à l’Exposition universelle de 1867 qui s’est tenue à Paris3. Il signale la suprême indifférence témoignée aux peintres verriers et à leur produit (classement, conditions d’exposition) par les organisateurs. Certains vitraux ont été brisés par les mains des visiteurs ; la plupart, presque invisibles, ont été oubliés de la critique.

A. Mauvernay, Sainte Catherine, détail de la verrière nord.

A. Mauvernay, Sainte Catherine, détail de la verrière nord. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Parmi les 54 exposants, il décrit rapidement4 les réalisations de Mauvernay : « M. Alex. Mauvernay, de Saint-Galmier (Loire), a présenté au public deux grandes figures, sainte Cécile et sainte Catherine d’Alexandrie. Elles reposent sur un fond de mosaïque en écaille qui serait excellent si le bleu en était moins violacé et les filets rouges plus clairs et plus brillants. L’ornementation architecturale qui encadre ces deux saintes contient un peu de couleur et me semble assez réussie. Je n’en dirai pas autant des figures : celles-ci sont un peu prétentieuses d’attitude. » Didron est un inconditionnel du Moyen Age, en particulier des vitraux du XIIIe siècle, ce qui pourrait expliquer son rejet de figures teintées de maniérisme, inspirées par la Renaissance, comme la sainte Catherine, traitées sans hiératisme exagéré. En revanche, H. Lesueur souligne la perfection des figures et de la représentation de leur apothéose, indiquant que les saintes étaient présentées avec la scène de leur martyre5.

R. Balze, <i>Sainte Elisabeth faisant la charité</i> (huile sur toile, Lyon, musée des beaux-arts, INV. 2005-34).

R. Balze, Sainte Elisabeth faisant la charité (huile sur toile, Lyon, musée des beaux-arts, INV. 2005-34). © Lyon MBA – Photo Alain Basset

Raymond Balze, cartonnier

Raymond Balze, le cartonnier d’Alexandre Mauvernay, est un élève d’Ingres, auteur notamment de tableaux pour l’église Saint-Roch à Paris6, également restaurateur, copiste, en particulier des loges de Raphaël au Vatican, souvent associé à son frère Paul.

Dans son mémoire consacré à Mauvernay, Maryse Dal Zotto7 reproduit des peintures à l’huile, exécutées sur toile par Balze, mesurant 70 cm par 70 cm issus du fonds documentaire Mauvernay, proches des scènes narratives situées sous les figures de saint Louis, saint Thomas et saint Eloi.
Elle note qu’au Salon de 1853 et surtout à celui de 1859, Balze présente des tableaux en relation avec des verrières. Ayant eu accès au fonds Balze avant sa dispersion, elle montre également des peintures composées en vue de la réalisation de vitraux destinés aux églises Sainte-Marie de Saint-Etienne, Saint-Clair de Brignais (Rhône), Saint-Roch de Tarentaise (Loire) et de Chazelles-sur-Lyon (Loire)8. Balze prépare ainsi ses cartons par de véritables peintures, au nombre de personnages parfois plus élevé que la réalisation de Mauvernay. Ces compositions sont parfois utilisées dans plusieurs édifices9.

A. Mauvernay, Sainte Elisabeth faisant la charité, détail de la verrière nord.

A. Mauvernay, Sainte Elisabeth faisant la charité, détail de la verrière nord. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Une découverte

En 2005, La Tribune de l’Art10 publiait deux peintures de Raymond Balze (huiles sur toile, 125 cm x 105 cm), en relation avec son activité de cartonnier pour Mauvernay, mais sans que leur destination précise soit identifiée. L’une a fait l’objet d’un legs au musée des beaux-arts de Lyon11 ; l’autre est désormais présentée dans l’église Sainte-Catherine de Lille, à la suite d’un don récent à la paroisse12.
A l’occasion de cette étude d’inventaire, elles ont pu être directement mises en rapport avec les scènes narratives situées sous les figures de sainte Elisabeth et sainte Catherine. Leur composition a été simplifiée dans la verrière : les personnages sont en particulier passés de cinq à trois pour le martyre de sainte Catherine. En raison de leur date (1866) et des différences existant avec les vitraux, les peintures font partie du processus d’élaboration des verrières et n’ont pas été réalisées postérieurement pour garder dans un autre médium la trace des compositions narratives. Raymond Balze a dû peindre d’autres œuvres, encore non localisées, en relation avec les vitraux de Saint-André.

R. Balze, <i>Le Martyre de sainte Catherine</i> (huile sur toile, collection particulière).

R. Balze, Le Martyre de sainte Catherine (huile sur toile, Lille, église paroissiale Sainte-Catherine). © DR

A. Mauvernay, Le Martyre de sainte Catherine, détail de la verrière nord.

A. Mauvernay, Le Martyre de sainte Catherine, détail de la verrière nord. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012

Les commandes de vitrage de l’église se sont poursuivies au 20e siècle et font l’objet d’un second billet.

Plan de localisation des verrières.

Plan de localisation des verrières. Dess. André Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

Catherine Guillot – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUILLOT, Catherine. « L’église Saint-André de la Guillotière à Lyon : les vitraux du 19e siècle », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er février 2013 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1463>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Cf. Maryse DAL ZOTTO, Alexandre Mauvernay (1810-1898), peintre-verrier à Saint-Galmier. Mémoire de maîtrise : Histoire de l’art : université de Lyon-2 (dir. D. Ternois), 1986, t. 1, p. 26-27. []
  2. Archives diocésaines, I 1206 []
  3. Edouard DIDRON, Les Vitraux. L’Exposition universelle de 1867, Paris, librairie archéologique de Didron, 1868. []
  4. Ibid., p. 48. []
  5. Cité par M. DAL ZOTTO, op. cit., t. 1, p. 194-195 : H. LESUEUR, « Compte-rendu des produits, classe 16, M. Mauvernay, fabricant de vitraux peints à Saint-Galmier », dans Extrait de l’Union industrielle, Moniteur Universel de l’exposition 1867. []
  6. Cf. Les élèves d’Ingres. Montauban, Musée Ingres, exposition du 8 octobre 1999 au 2 janvier 2000 ; Besançon, Musée des beaux-arts et d’archéologie, exposition du 29 janvier au 8 mai 2000, p. 48-49. []
  7. M. DAL ZOTTO, op. cit., t. 2, p. 153 à 159. []
  8. Cf. M. DAL ZOTTO, op. cit., t. 1 p. 47, 50, 70, 107, 108, t. 2, p. 105 (œuvre conservée au musée départemental de l’Oise à Beauvais), 108, 117, 120-121. []
  9. Cf. Marie-José SALMON, De Thomas Couture à Maurice Denis : tome I Les collections du XIXe siècle du musée départemental de l’Oise, Conseil général de l’Oise, éditions d’art Monelle Hayot, [1993], p. 24, 31-32. []
  10. Didier RYKNER, « Legs d’un tableau de Raymond Balze au Musée des Beaux-Arts de Lyon », La Tribune de l’Art, 10 juillet 2005. []
  11. Cf. Christian BRIEND dans Histoire d’un œil La collection André Dubois, musée des Beaux-arts de Lyon, 6 juillet-25 septembre 2006, p. 17, 20-21. []
  12. Cette information a été ajoutée à la suite de la visite de cet édifice par l’auteur le 5 avril 2013. Le tableau comporte l’inscription suivante : « Balze / pinxit / Paris 1866 » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *