La chapelle disparue du lycée Champollion : architecture religieuse et enseignement public à Grenoble sous la III° République

Avant-projet d'un lycée de garçons à ériger à Grenoble, par Emile Vaudremer

Avant-projet d’un lycée de garçons à ériger à Grenoble, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883 (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 299). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 

Le projet de construction d’un nouveau lycée de garçons à Grenoble remonte à 1882. A cette date, la Ville songe à remplacer le lycée existant (actuel lycée Stendhal), établi dans l’ancien collège des jésuites et devenu insuffisant pour accueillir un nombre d’élèves grandissant1. Ce projet s’inscrit dans le double mouvement d’extension de la ville, dont le maire Edouard Rey est l’infatigable promoteur2, et de mise en oeuvre des lois de Jules Ferry, en dotant la ville d’un lycée dont l’architecture serait adaptée aux besoins d’une pédagogie moderne. La décision est entérinée le 23 septembre 1882 par le Conseil municipal3, lequel définit les orientations du programme de construction et décide d’emblée de placer la chapelle du lycée à l’extérieur de ses murs, sur un îlot séparé. L’emplacement est choisi le 2 décembre 1882 : elle sera édifiée sur une surface de 5 à 600 mètres carrés sur l´îlot n° 20 du plan d’alignement, situé à l´angle nord-ouest du prolongement de la rue Lesdiguières et du boulevard 97, futur boulevard Gambetta4. Ce choix est assez inhabituel — dans la plupart des lycées de garçons construits à cette époque, la chapelle reste dans l’enceinte de l’établissement —, mais conforme aux orientations radicales-socialistes de la majorité municipale. A partir de 1881 en effet, le régime de laïcité républicaine et le respect de la liberté de conscience ont supprimé l’obligation faite aux élèves d’assister aux offices, et rendu l’enseignement religieux optionnel. Ce dernier est désormais soumis au choix des parents, et assuré en dehors des heures de classe par les ministres des différents cultes, lesquels perdent leur statut de fonctionnaire et ne sont en principe plus logés dans l’établissement5. Marquant le refus de tout prosélytisme, la Note relative aux conditions d’installation des collèges et des lycées publiée en 1881 par le Ministère de l’Instruction publique6 définit ainsi la place de la chapelle dans les nouveaux établissements : il n’est « plus indispensable de lui donner une place centrale et de la traiter comme une église, ainsi que cela a été fait trop souvent »7. Il n’est cependant pas envisagé de les supprimer, de peur de heurter certaines familles et de les détourner des établissements publics, lesquels ont besoin de recruter de larges effectifs8. La municipalité grenobloise va donc plus loin en choisissant d’exclure la sphère religieuse de l’enceinte du lycée, optant pour une chapelle indépendante, type qui voit le jour au même moment dans les lycées de jeunes filles. Le lycée de garçons sera dès lors perçu par la bourgeoisie catholique grenobloise comme la fabrique de « jeunes générations athées ou libres penseuses, qui doit former les nouvelles couches républicaines »9.

Projet d'un lycée de garçons à ériger à Grenoble, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883

Fig. 2. Projet d’un lycée de garçons à ériger à Grenoble, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883 (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 300). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 

Le 2 décembre 1882, la Ville de Grenoble confie à l’architecte parisien Joseph-Auguste-Emile Vaudremer  le soin de construire son nouveau lycée10. Le 24 février 1883, ce dernier présente les plans et l’avant-projet au Conseil municipal11 ; les plans définitifs, datés du 29 mars 188312 sont approuvés par la Ville le 1er mai et visés par le contrôleur des travaux du Ministère de l’Instruction publique le 3 juin suivant. Respectant le vœu de la municipalité de dissocier espace religieux et espace public d’enseignement, Vaudremer élabore deux plans distincts, un pour le lycée, un autre pour la chapelle. Dans le premier, aucune pièce n’est prévue pour le logement de l’aumônier, alors que toutes les autres sont dûment affectées à un usage ou une catégorie de personnels ou d’élèves. Pourtant, une lecture attentive du plan permet de déceler la présence de religieuses au sein de l’établissement. Vraisemblablement dévolues aux soins infirmiers — aucune autre source ne mentionne leur présence —, elles sont logées dans l’aile sud-est du lycée, le long du futur boulevard Agutte-Sembat, qui accueille, autour de la Cour des cuisines et du Jardin de l’infirmerie, les espaces dédiés à la restauration des élèves et à leurs soins (cabinet médical, infirmeries, chambre d’isolement, bains en sous-sol). Plusieurs espaces leur sont attribués : au rez-de-chaussée, une cuisine et un réfectoire particuliers (pièces n°52 et n°53 du plan), et un jardin au sud de la Cour des cuisines (n°55) ; au 1er étage, un dortoir (n°36) situé juste au-dessus de leurs cuisine et réfectoire. Un plan postérieur, datant de 1890 et réalisé pour l’implantation des canalisations de chauffage13, indique une distribution différente : le Jardin des sœurs est devenu Cour de l’infirmerie et un oratoire a été créé au 1er étage, à l’emplacement de l’ancien dortoir des sœurs. Ces dernières semblent désormais être logées à l’extérieur, tandis que de nouveaux appartements sont aménagés dans la même aile pour le sous-économe et le dépensier, et que les dortoirs de l’infirmerie ont été étendus au  bâtiment fermant la cour au sud.

plan masse

Fig. 3. Chapelle du lycée Champollion. Plan masse, 1901 (Arch. mun. Grenoble, 4 M 68). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

La date précise de construction de la chapelle n’est pas connue. Elle semble avoir été édifiée dans un second temps, après l’ouverture du lycée en 1887, et a été financée, prix du terrain compris, pour moitié par l’Etat et pour moitié par la Ville14. Les travaux ne sont complètement achevés qu’en 1898, avec la fermeture du mur de clôture15. La chapelle est implantée au sud-ouest du lycée, à l’angle du boulevard Gambetta et de la rue Lesdiguières qu’elle longe, libérant ainsi de l’espace sur la parcelle pour un petit jardin clos de murs. Ses dimensions sont modestes, conformément au vœu du commanditaire de ne pas mettre l’accent sur l’édifice. A l’extrême simplicité du plan rectangulaire, s’inscrivant dans une parcelle de même forme, s’ajoute une grande sobriété dans le traitement des volumes, des élévations et du décor, qui repose uniquement sur le jeu de l’appareil et sur un module ternaire répété à l’envi. Sur l’élévation principale, les trois arcades en plein-cintre soulignées par une moulure pleine reposent sur des piliers retaillés sur une partie de leur hauteur, simulant une colonne adossée. Elles ouvrent sur un porche dans-œuvre et sont surmontées d’une triple baie jumelée, également en plein-cintre, tandis que sur l’élévation latérale sud six baies éclairent la nef. Une petite croix de pierre couronne le pignon. De l’extérieur, le plan se lit dans le dessin des élévations, la différence des volumes et des hauteurs de toits : sur l’élévation latérale, la présence du porche est marquée coté rue par une jambe harpée à hauteur de l’empattement, tandis que le chœur et la sacristie s’inscrivent dans un volume cubique dont la hauteur est diminuée d’un tiers par rapport à celle de la nef. Une corniche à modillons, des chaînes d’angle harpées et des encadrements de baies en pierre de taille apportent un peu de vibration au mur lisse fait de moellons enduits. Une discrète tour d’escalier hors-œuvre vient remplacer le clocher, et l’escalier-en-vis qu’elle abrite permet d’accéder à une petite tribune placée au-dessus du porche. Le décor intérieur est sobre. Des verrières à motifs géométriques éclairent la nef meublée de bancs ; un autel en marbre16 est placé dans une petite abside qui marque le chœur, à l’arrière de laquelle se trouve la sacristie, éclairée par une triple baie jumelée.

Fig. 4. Chapelle du lycée Champollion. Plan, coupes et élévations, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883 (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 294).

Fig. 4. Chapelle du lycée Champollion. Plan, coupes et élévations, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883 (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 294). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 

Malcommode d’accès, car située du côté opposé à l’entrée principale du lycée sur le cours Lafontaine, la chapelle n’a servi tout au plus qu’une quinzaine d’années. L’extension du quartier de Bonne et la pression immobilière ont très vite eu raison de ce bâtiment ; elle disparaît d’autant plus facilement que sa valeur architecturale est alors jugée médiocre. En octobre 1907, le projet de désaffectation et de transfert de la chapelle est inscrit à l’ordre du jour du Conseil municipal. Il apparaît d’autant plus indispensable qu’elle fait obstacle à l’achèvement du quartier : «  des constructions se sont édifiées sur des terrains voisins. Au milieu de ces beaux immeubles, la chapelle est d’un effet peu esthétique »17. En juillet 1909, l’argument est développé avec plus d’insistance par la nouvelle équipe municipale : « Ni l’art ni l’esthétique ne sont d’ailleurs intéressés à la conservation de cet édifice, car c’est un monument sans caractère, dont la pauvreté architecturale est encore mieux accusée par les habitations élégantes qui l’entourent »18. A la même date, le maire reçoit de ses administrés des demandes allant dans le même sens, comme celle d’Alfred Rome, architecte du gouvernement résidant 29 rue Lesdiguières, qui propose d’acquérir une portion du terrain en vue d’y construire un immeuble19. Mais c’est surtout un argument économique qui a pesé en faveur de sa démolition : le produit de la vente devait permettre de financer d’importants travaux de réfection des toitures du lycée et de l’Université, pour lesquels l’État refusait à la Ville toute subvention.

 

Plan du 1er étage, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883, avec localisation des 2 projets d'installation d'une chapelle à l'intérieur de l'établissement

Fig. 5. Plan du 1er étage, par Emile Vaudremer, 29 mars 1883 (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 299), avec localisation des 2 projets d’installation d’une chapelle à l’intérieur de l’établissement : en vert, 1er projet ; en bleu : 2e projet. Phot. P. Lemaître, Dess. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

La désaffectation de la chapelle devait initialement être compensée par l’aménagement d’une salle pour le service religieux à l’intérieur de l’établissement scolaire20. Dans un premier temps, il est envisagé de l’implanter au 1er étage du bâtiment des réfectoires (aile ouest de la Cour des cuisines), dans un dortoir inutilisé en raison de la baisse des effectifs de l’internat (voir localisation sur le plan, fig. 5 : en vert)21. Le 1er juin 1908, une lettre de l’administration du lycée adressée à l’architecte de la Ville précise la nature des aménagements à réaliser. Une partie du mobilier doit être remployée : les tableaux, l’autel et sa garniture, l’harmonium. Une autre est à créer : la chaire, la barrière de communion, des chaises et prie-Dieu fixes. Un devis accompagné d’un plan (fig. 6) est joint à ce courrier22.

 

Fig. 6. Projet d'installation d'une chapelle à l'intérieur du lycée de garçons. Plan, coupe, élévation, 17 juin 1908 (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Fig. 6. Projet d’installation d’une chapelle à l’intérieur du lycée de garçons, 17 juin 1908. Plan, coupe, élévation (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73). Phot. P. Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 

Le projet ne sera pas réalisé pour au moins deux raisons. La première est d’ordre technique : le poids considérable de l’autel en marbre (plus de 10 tonnes d’après les sources) rend en effet nécessaire un étaiement des planchers par des poteaux à implanter dans le réfectoire du rez-de-chaussée. Aussi l’administration envisage-t-elle dans un second temps d’installer la salle de culte de plain-pied, dans le préau des Grands, en annexant une salle d’escrime pour y placer la sacristie (voir localisation sur plan, fig. 5 : en bleu). Le préau semble en effet, par ses dimensions et son volume, être adapté à cette nouvelle destination. Cette solution a de plus l’avantage de réduire les coûts du nouvel aménagement23. Mais cette nouvelle proposition n’aboutit  pas non plus, en raison d’une situation budgétaire très contrainte. En effet, le Ministère de l’Instruction publique n’accepte pas que le produit de la vente de la chapelle et des matériaux issus de sa démolition serve en partie à financer l’installation d’un nouveau lieu de culte, eu égard aux nombreux travaux en cours dans le lycée (réfection totale de la toiture, du système de chauffage, peinture). Il consent seulement à ce qu’une partie en soit prélevée pour financer la réfection partielle de la couverture de l’université. Apparaît ici en filigrane une raison non invoquée, mais sous-jacente : la création d’un lieu de culte financé sur des fonds publics n’a plus lieu d’être après le vote de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, et sans doute l’administration ne souhaite-t-elle donner prise aux querelles violentes qu’elle a suscitées.

Chapelle du lycée. Plan de lotissement, 8 septembre 1909 (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73

FIg. 7. Chapelle du lycée. Plan de lotissement, 8 septembre 1909 (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73). Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

 

Le destin de la chapelle est scellé en 1909. Le 9 juillet, le Conseil municipal décide l’aliénation du terrain et la partition en deux lots de la parcelle sur laquelle s’élève la chapelle24. Cette partition doit permettre d’en tirer un meilleur prix lors de son adjudication, l’ensemble devant être mis aux enchères au prix de 70 francs le mètre carré pour le lot en façade sur le boulevard Gambetta, 55 pour le lot en façade sur la rue Aubert-Dubayet25. Le 10 août, le Ministère de l’Instruction publique décide sa désaffectation, le 8 septembre, un plan de lotissement est réalisé pour le compte de la Ville (fig. 7), le 15 octobre enfin, le recteur de l’Académie remet les clefs de la chapelle à la Ville. La vente du terrain, réalisée quelques mois plus tard, est adjugé au profit de M. Guigné pour le lot 1, de MM. Hennequin et Barbier pour le lot 2. Elle rapporte 121 241 francs, soit le double de l’estimation initiale (60 000 francs)26. Le ministère impose également que l’édifice soit démoli27 ; bien qu’aucune raison ne soit avancée, il souhaitait sans doute obtenir une somme plus importante résultant de la vente des matériaux de démolition. La municipalité ne peut qu’adhérer à ce vœu, qui lui permet de poursuivre l’embellissement du quartier en faisant construire de nouveaux immeubles sur cet îlot. Aussi les adjudicataires se voient-ils contraints28 de réaliser des « constructions convenables » dans un délai de dix ans à compter de la date d’acquisition. Ce qui fut fait : toute trace de la chapelle et de son jardin disparut pour laisser place à des immeubles de rapport qui aujourd’hui s’intègrent parfaitement à leur environnement quelque peu monotone.

Catherine Guégan – conservateur en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

 

Pour aller plus loin

Sur le lycée Champollion, consulter le dossier électronique complet : lycée de garçons, actuellement lycée Champollion, Grenoble

Sur Emile Vaudremer : THOMINE, Alice, Emile Vaudremer, 1829-1914 : la rigueur de l’architecture publique, Paris : Picard, 2004

Pour citer cet article

GUÉGAN, Catherine. « La chapelle disparue du lycée Champollion à Grenoble », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 10 mars 2013 [consulté le …]. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/1594

Avec mes remerciements au Service des Archives municipales de la Ville de Grenoble qui a bien voulu autoriser la reproduction des images qui illustrent cet article.

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Arch. mun. Grenoble, 4 M 52 : lettre du recteur de l’Académie de Grenoble au maire Edouard Rey, 7 février 1882 ; de fait, les deux établissements vont coexister : une fois le lycée de garçons transféré dans ses nouveaux locaux, l’ancien sera affecté à l’enseignement des jeunes filles []
  2. Maire radical-socialiste de Grenoble de 1881 à 1888, Edouard Rey, industriel gantier et Vénérable de la loge des Arts réunis, entreprend durant son mandat d’importants travaux d’urbanisme  et de modernisation de la ville. []
  3. Arch. mun. Grenoble, 4 M 52 []
  4. Ibid. []
  5. Marais, J.-L.,  » L’aumônier des lycées (1802-1959) « , in Lycées, Lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, sous la direction de Pierre Caspard, Jean-Noël Luc et Philippe Savoie. Lyon : INRP, 2005, p.103-104 []
  6. Paris, Imprimerie nationale, décembre 1881, 5p. []
  7. Voir notamment Le Cœur, Marc,  » L’architecture et l’installation matérielle des lycées. La réglementation et sa mise en œuvre « , in Lycées, lycéens, lycéennes, op. cit., p. 363-380, dont cette citation est extraite (p.373) []
  8. Ibid. []
  9. Le Dauphiné catholique du 7 octobre 1887, p.1, cité par Thomine, Alice, Emile Vaudremer, 1829-1914 : la rigueur de l’architecture publique, Paris : Picard, 2004, p.196 note 72 []
  10. Arch. mun. Grenoble, 4 M 52 []
  11. Ibid. []
  12. Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 295 à 300 []
  13. Arch. mun. Grenoble, 4 M 62 []
  14. Arch. mun. Grenoble : extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 juillet 1909, 4 M 73 []
  15. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73, carton 13, n°4 []
  16. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : Lettre de l’administration du lycée à l’architecte en charge du projet d’installation d’une chapelle à l’intérieur de l’établissement, 1er juin 1908 []
  17. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registre des délibérations, séance du 30 octobre 1907 []
  18. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registres des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 juillet 1909 []
  19. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 []
  20. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : vœu du Conseil d’administration du lycée en vue du transfèrement de la chapelle à l’intérieur du lycée, 24 janvier 1908 []
  21. Voir Condette, Jean-François,  » La crise des lycées de garçons à la fin du 19e siècle « , in Lycées, Lycéens, lycéennes, op.cit., p. 427-441 []
  22. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : lettre de l’administration du lycée à l’architecte en charge du projet d’installation d’une chapelle à l’intérieur de l’établissement, 1er juin 1908 []
  23. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : lettre du proviseur du lycée de garçons, E. Nougaret, à l’Inspecteur d’Académie, 20 juillet 1908 []
  24. parcelle n°686 de la Section II []
  25. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registres des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 juillet 1909 []
  26. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : procès-verbal d’adjudication, vente enregistrée par Maître Maguet, notaire à Grenoble, le 5 mars 1910 []
  27. Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registres des délibérations du Conseil municipal, séance du 10 décembre 1909 []
  28. Arch. mun. Grenoble, 4  M 73 : clause 1 du cahier des charges de l’adjudication []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *