Sauveterre, une cloche du XVIe siècle à la collégiale de Montbrison (Loire)

Le département de la Loire compte un nombre remarquable de cloches de la fin du XVe ou du XVIe siècle : il en conserve en effet 541, dont 82 (soit près de 15% du corpus départemental) se trouvent dans le canton de Montbrison et ont été étudiées par le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel lors de son enquête3. L’une d’elles est la seule des dix cloches mises en place lors de l’achèvement du grand clocher de la collégiale Notre-Dame de Montbrison, au tout début du XVIe siècle, qui soit parvenue jusqu’à nous.

Le chantier de la collégiale de Montbrison à la fin du XVe siècle

La fondation de la collégiale Notre-Dame de Montbrison4 remonte à 1223, mais le bâtiment a été construit par étapes, du chevet à la façade occidentale, tout au long des XIIIe, XIVe et XVe siècles. À la fin du XVe siècle, les ducs de Bourbon, qui sont alors comtes de Forez, apportent leur contribution à l’achèvement de l’édifice, en particulier des deux clochers qui encadrent le portail principal.

Montbrison (Loire). Vue générale de la collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame, depuis le sud-ouest

Montbrison (Loire). Vue générale de la collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame, depuis le sud-ouest. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP

Seul le clocher nord a cependant été porté à sa hauteur totale, avec cinq niveaux d’élévation, dont l’avant-dernier est orné d’écussons aux armes de deux ducs (Jean II et son épouse Catherine d’Armagnac, duchesse de 1484 à 1487, et Charles, cardinal de Bourbon, duc en 1488) ; le clocher sud est resté au niveau des combles de la nef, laissant la façade asymétrique. Le duc Pierre II (Pierre de Beaujeu, duc de 1488 à 1503) se serait encore impliqué dans ces travaux, mais on ne sait pas exactement à quel clocher ni à quelle étape de la construction ses subsides étaient destinés5. En 1502, on peut donc supposer que le clocher nord était suffisamment terminé pour accueillir une nouvelle cloche : Sauveterre.

Une cloche « merveilleusement bonne »

La fonte : commanditaires et étapes

Barthélemy Puy, bourgeois de Montbrison au début du XVIe siècle6, raconte dans son livre de raison les circonstances de la fonte de Sauveterre. Malgré la présence sur l’objet des armoiries de Bourbon (voir description), ce sont les chanoines qui en auraient passé commande, peut-être grâce aux deniers des ducs. Selon une « tradition encore vivante à Montbrison » rapportée par Gabriel Brassart7, Sauveterre aurait été fondue « dans le parc du Duc, en haut de la butte, et l’on montre encore des trous dans le sol qui auraient servi à cette fonte, mais les traces qui restent ne sont guère probantes ». Le Parc des Comtes est un terrain en pente, boisé, situé hors les murs au sud du quartier canonial, et qui appartenait aux chanoines ; il n’est pas très loin de la collégiale et était peut-être l’espace libre le plus proche pour réaliser la fonte. Un atelier de fonderie a été fouillé en 2008 sur la butte castrale, à côté de l’ancien auditoire de justice, mais son activité s’est arrêtée au XIVe siècle8 et son éloignement, ajouté à la forte déclivité à franchir, l’auraient rendu peu propice à la fonte répétée de cloches, dont au moins deux de grande taille (Sauveterre et Bourbon), destinées à la collégiale au XVIe siècle.

Selon Barthélemy Puy, la première fonte, en février, se serait soldée par un échec : la cloche était « empoisonnée ». Elle est alors refondue, le 1er juin : à l’issue de cette seconde tentative, elle est jugée « merveilleusement bonne ».

Description

Sauveterre9 est un bourdon d’environ huit tonnes (poids évalué par le chanoine Renon10), pour 1,75 m de haut (avec les boucles) et 1,58 m de diamètre. Sa surface est ornée de plusieurs registres d’inscriptions en caractères gothiques11, dont les mots sont entrecoupés de plaquettes décoratives ornées de lions ailés, phylactères, fleur à cinq pétales, entrelacs, damiers… ; les lignes d’inscription alternent avec des registres de décor constitué de plaquettes ornées de personnages en bas-relief, obtenus par fonte à la cire perdue.

Montbrison (Loire), collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame. Vue d’ensemble de la cloche Sauveterre

Montbrison (Loire), collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame. Vue d’ensemble de la cloche Sauveterre. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007, ADAGP

Les inscriptions se composent de trois types de textes :

– une invocation qui donne le nom de la cloche : SALVA TERRA VOCOR MEA VOX SIT FULGURA PELLE[N]S GE[N]S FORENSIS EA LAUDES XP[CHRIST]OQ[UE] MARIE OM[N]IBUS ET SANCTIS REFERAT TERRA QUOQUE FUNCTOS CORDE PIO MEMORET12 (ligne d’inscription sur le cerveau de la cloche)

– deux prières chantées qui font partie de la liturgie catholique médiévale, le premier quatrain du Regina Coeli, un des quatre hymnes mariaux, qui célèbre aussi la résurrection : REGINA CELI LETARE ALLELUYA QUIA QUEM MERUISTI PORTARE ALLELUYA RESURREXIT SICUT DIXIT ALLELUYA ORA PRO NOBIS DEUM ALLELUYA (première ligne d’inscription sur la panse), et le Te Deum, chant d’action de grâces : TE DEUM LAUDAMUS (mot répété deux fois ; seconde ligne d’inscription sur la panse)

– enfin, la date : ANNO M CCCCC II (entre les deux lignes d’inscription de la panse).

La cloche ne porte pas de marque de fondeur.
Le Te Deum se retrouve partout en France sur les cloches du XVIe siècle, et il est particulièrement fréquent dans la Loire, où il concerne 26 cloches13. Le Regina Coeli semble être un marqueur géographique : on ne le rencontre que dans les départements de la Loire (dix cas14) et du Puy-de-Dôme (cinq cas, dont un du début du XVIIe siècle15). Quant au nom Sauveterre, il est porté par une dizaine de cloches en France, dont trois cloches du département16.

Les plaquettes historiées utilisées pour le décor sont au nombre de douze : dix plaquettes rectangulaires ornées de personnages debout sous une arcade, en général groupées par deux (elles représentent les saints Pierre, Paul, Jean Baptiste, Jean l’Evangéliste, Michel, Antoine abbé, un évêque (saint Aubrin, patron de la ville de Montbrison ?) et les saintes Barbe et Catherine, ainsi que Vierge couronnée portant l’Enfant qui tient un rosaire), et deux plaquettes représentant une scène (l’Annonciation et la Résurrection). Un motif en forme de monogramme IHS entrelacé avec une croix dans le H est inséré dans la deuxième ligne d’inscription (avant le dernier vers du Regina Coeli), et un écusson aux armes de Bourbon (à trois fleurs de lys, barré, couronne de duc) est placé sur la panse dans l’axe du IHS. Une grande croix grecque aux extrémités en forme de fleurs de lys orne la panse sous le début de la première inscription.

Montbrison (Loire), collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame. Détail de la cloche Sauveterre : première ligne d’inscription ; plaquettes décoratives : sainte Catherine et sainte Barbe ; deuxième ligne d’inscription avec monogramme IHS ; armoiries

Montbrison (Loire), collégiale, puis église paroissiale Notre-Dame. Détail de la cloche Sauveterre : première ligne d’inscription ; plaquettes décoratives : sainte Catherine et sainte Barbe ; deuxième ligne d’inscription avec monogramme IHS ; armoiries. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007, ADAGP

La facture des éléments décoratifs n’est pas parfaitement homogène et laisse supposer des réutilisations successives, d’autant que des motifs similaires se retrouvent très fréquemment sur les cloches des environs. On peut en particulier les rapprocher de ceux utilisés sur les cloches de Chalain-le-Comtal (1504) et surtout de Chalain-d’Uzore, dont l’observation est facilitée par le fait que la cloche, fendue, a été déposée dans l’église. Cette cloche17 a été fondue en 1533 pour Gabriel de Lévis, seigneur de Couzan et Lavieu, bailli de Forez, pour l’église attenante à son château de Chalain-d’Uzore, où il venait d’élire sépulture. La graphie et l’ornement des inscriptions sont identiques à ceux de Sauveterre : lettres gothiques allongées dont les extrémités semblent repliées, utilisation d’une plaquette rectangulaire verticale avec un fleuron au centre et des feuilles de part et d’autre pour séparer les mots, ainsi que de motifs de lions ailés, fleurons, damiers ou phylactères repliés. Les mêmes plaquettes figurées semblent également avoir été employées pour la fonte de ces deux cloches, comme par exemple le couple de plaquettes représentant sainte Barbe et sainte Catherine, ou le monogramme IHS, utilisé ici pour former le centre de la croix ornant la panse.

Chalain-d’Uzore (Loire), église paroissiale Saint-Didier. Détail de la cloche de 1533 : saint Jean Baptiste et saint Jean l’Évangéliste, sous des arcades en accolade gothiques

Chalain-d’Uzore (Loire), église paroissiale Saint-Didier. Détail de la cloche de 1533 : saint Jean Baptiste et saint Jean l’Évangéliste, sous des arcades en accolade gothiques. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP

 

Chalain-d’Uzore (Loire), église paroissiale Saint-Didier. Détail de la cloche de 1533 : croix avec monogramme IHS et croix pattée posée sur un piédestal à degrés

Chalain-d’Uzore (Loire), église paroissiale Saint-Didier. Détail de la cloche de 1533 : croix avec monogramme IHS et croix pattée posée sur un piédestal à degrés. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP

Enfin, le texte des inscriptions reprend le Te Deum et le Regina Coeli.

Les cloches du XVIe siècle conservées dans la Loire ne portent que très rarement la signature d’un fondeur (de même qu’on mentionne pas les noms des parrains et marraines). La comparaison du matériel de fonte utilisé pour ces deux cloches avec celui encore en usage lors de la fabrication de la cloche de Bard (Loire)18 montre également de grandes similitudes : la panoplie s’est enrichie de motifs de style Renaissance, mais une grande partie des plaquettes à personnages, le monogramme IHS, le lion ailé, la croix pattée posée sur un piédestal à degrés ou la frise de feuilles de vigne et fleurs de lys alternées (présente sur la cloche de Chalain-le-Comtal) sont identiques.

Bard (Loire), église paroissiale Saint-Jean. Détail de la cloche de 1647 : la Vierge à l’Enfant, sous une arcade en plein-cintre Renaissance, et saint Jean l’Évangéliste, sous une arcade en accolade gothique

Bard (Loire), église paroissiale Saint-Jean. Détail de la cloche de 1647 : la Vierge à l’Enfant, sous une arcade en plein-cintre Renaissance, et saint Jean l’Évangéliste, sous une arcade en accolade gothique. Phot. Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2006, ADAGP

 

Bard (Loire), église paroissiale Saint-Jean. Détail de la cloche de 1647 : croix avec monogramme IHS

Bard (Loire), église paroissiale Saint-Jean. Détail de la cloche de 1647 : croix avec monogramme IHS. Phot. Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2006, ADAGP

La cloche de Bard a pourtant été réalisée bien plus tardivement, en 1647 ! Elle porte la marque du fondeur Pardon Mosnyer, de Viverols (Puy-de-Dôme), autre témoignage, comme l’emploi du Regina Coeli, des liens existants entre la Loire et le Puy-de-Dôme, départements limitrophes, dans la circulation des fondeurs et de leurs ateliers.

 Les cloches de la collégiale au XVIe siècle

L’abbé Renon, dans sa Chronique de Notre-Dame d’Espérance de Montbrison19, mentionne l’existence de dix cloches à la collégiale avant la Révolution. La documentation et la bibliographie permettent de retrouver la trace de six d’entre elles, fondues dans la première moitié du XVIe siècle, à l’exception de la cloche Bourbon20, déjà mentionnée au XIVe siècle puis successivement refondue en 1488, 1593 et 1820. Ainsi la commande de Sauveterre est-elle rapidement suivie par celles de Forez (1503), Claude (1505 ou 1506), puis Retour (avant 1536) et enfin quelques décennies plus tard par Marie (1553). La cloche Claude était une commande du doyen Claude de Saint-Marcel d’Urfé, important mécène du début du XVIe siècle, qui s’était fait construire au sud de l’abside de la collégiale une chapelle funéraire dont il ne subsiste que quelques éléments de décor sculpté. L’inscription choisie pour cette cloche, JESUS AUTEM TRANSIENS PER MEDIUM ILLORUM IBAT21, plus souvent employée sur des monnaies et médailles que sur des cloches, est beaucoup moins stéréotypée et plus personnelle que celle de Sauveterre ; malheureusement le décor de cette cloche n’est pas connu.

Sauveterre, une cloche à l’épreuve du temps

Malgré l’invocation qu’elle porte, loin de repousser la foudre, Sauveterre l’a plutôt attirée sur le clocher, frappé par l’orage dès 1536 (lors de l’entrée solennelle de François Ier à Montbrison), puis en 181522. Cependant les dommages sont restés assez réduits et n’ont en particulier pas provoqué l’incendie du beffroi, qui aurait été fatal aux cloches, et sans doute au clocher.

La documentation ne porte pas de trace de dommages occasionnés aux cloches par les guerres de Religion (bien que les Protestants aient occupé la collégiale et pillé ses trésors en 1562). C’est la Révolution qui dépeuple le clocher de la collégiale : toutes les cloches de la commune sont envoyées à la fonte en décembre 1793. La seule exception consentie est pour Sauveterre, qui doit servir à convoquer les assemblées du peuple et comme timbre pour l’horloge ; Bourbon est aussi épargnée, pour faire contrepoids23. La délibération du 18 frimaire an II (8 décembre 1793)24 précise : « Premièrement, qu’une seule cloche qui sera la plus grosse de celle existante au clocher de l’église du ci-devant chapitre dud. Notre-Dame, laquelle est connue sous le nom de Sauveterre, laquelle servira en même temps de timbre pour l’horloge [sera conservée]. Deuxièmement, que toutes les autres cloches des églises St André, St Pierre, la Madeleine et Ste Anne seront descendues à commencer dès demain et les matières desdites cloches ainsi que les ferrures en dépendants et cordes seront déposées dans l’église et sacristie des ci-devant Cordeliers (…) ». Le nombre total de cloches concernées par cette opération n’est pas précisé. On peut rappeler en parallèle le cas des deux belles cloches (1490 et 1557) de la modeste église de Lérigneux, petite paroisse des monts du Forez à dix kilomètres de Montbrison, que leurs habitants ont réussi à préserver en atermoyant face aux autorités révolutionnaires : ils invoquent « la rigueur du temps comme étant exposé en pays de montagne… le temps propre et convenable à faire les tremois ou blés de mars ainsi que les pommes de terre »25, ce qui les empêchait de mettre en œuvre la descente des cloches et les charrois de transport. Des cloches sauvées par les pommes de terre…

La fonte de nouvelles cloches pour le vaste clocher de la collégiale intervient quelques années après le rétablissement du culte. Peu après la réparation du clocher touché par la foudre en 1815, deux nouvelles cloches sont commandées en 1820 au fondeur Pierre Descharme26 : la vieille Bourbon, qui était « fendue depuis quelques temps », est refondue, en même temps qu’est fabriquée une troisième cloche qui devait peser au moins 2500 livres, Marie Thérèze Charlotte27, baptisée en hommage à la duchesse d’Angoulême.

Sauveterre est donc la seule rescapée des cloches d’Ancien Régime de la paroisse de Montbrison. Elle a été classée Monument Historique le 1er février 1938. Peut-être en raison de son âge vénérable, ce n’est plus elle qui est actionnée par l’horloge de la collégiale28, mais sa compagne Bourbon, qui sonne l’angélus à la volée et marque trois fois par jour de sa présence l’ambiance sonore de la ville de Montbrison.

 

 Enregistrement de la cloche Bourbon : angélus de 19h

 

Caroline Guibaud – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUIBAUD, Caroline. « Sauveterre, une cloche du XVIe siècle à la collégiale de Montbrison (Loire) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 31 mars 2013 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/1688>

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Chiffres établis à partir de la base Mérimée, domaine MH (recensement des objets protégés). A titre de comparaison, les régions Alsace, Bretagne, Champagne-Ardenne, Corse, Lorraine, Haute et Basse-Normandie ou Pays-de-la-Loire comptent chacune moins de 30 cloches de cette époque ; les départements les plus riches sont la Haute-Garonne, avec 69 cloches, ou l’Yonne, avec 56 cloches []
  2. Les autres cloches du quatrième quart du XVe siècle ou du XVIe siècle conservées dans le canton de Montbrison sont situées dans les églises paroissiales de Chalain-d’Uzore (référence IM42002255, datée de 1533), Chalain-le-Comtal (IM42002130, datée de 1504), Lérigneux (IM42002023, datée de 1490, et IM42002022, de1557), Montbrison (église paroissiale Saint-Pierre, cloche provenant du prieuré de Savigneux, IM42001716, datée de 1481) et Roche (IM42001659, datée de 1596). La cloche de l’église de Champdieu, datée de 1557 et classée MH en 1938, a malheureusement « disparu » à une date assez récente : elle a été refondue en 1957 après s’être fêlée l’année précédente ; le surmoulage effectué à cette occasion a donné un résultat très médiocre. []
  3. Canton publié en 2008 : GUIBAUD, Caroline, HARTMANN-NUSSBAUM, Simone, JOURDAN, Geneviève, MONNET, Thierry. Montbrison, un canton en Forez. Lyon : Editions Lieux Dits, 2008 – Images du patrimoine ; 251. Voir le dossier de présentation du canton de Montbrison. []
  4. Référence IA42000988. Voir le dossier complet en ligne. []
  5. Lors de son entrée à Montbrison, en 1492, Pierre II donne des ordres pour pourvoir à l’achèvement du « grand clocher », puis, en 1503, il donne 500 £, payables en 10 ans, pour l’« édifice du clocher » (cité par La MURE, Jean-Marie (chanoine de). Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, en forme d’annales, sur preuves authentiques… publiée pour la première fois d’après un manuscrit de la bibliothèque de Montbrison portant la date de 1675. STEYERT, André (éd.) Paris : Potier, 1860-1869 ; Roanne : Horvath, 1982-, II, p. 432 et 462). []
  6. Livre de raison de Barthélemy Puy et Livre de nouvelles pour Jean Puy, seigneur des Periers, conservé dans la bibliothèque du vicomte de Meaux à Ecotay-l’Olme, LXXIV, 297 et 298 (cote donnée par LONGEON, Claude. Documents sur la vie intellectuelle du Forez au XVIe siècle. Saint-Etienne : Centre d’Etudes foréziennes, 1973, p. 42) ; passage cité par G. Brassart, qui déclare le document « égaré » ; BRASSART, Gabriel. Monographie de Notre-Dame d’Espérance, dactyl. [s.d.], p. 94-95). []
  7. G. Brassart, p. 94. []
  8. GOY, Michel. Montbrison. Fouille au 4 rue des Visitandines. INRAP. Rapport de fouilles, 2008 (A. SRA Rhône-Alpes). []
  9. Voir description détaillée en ligne. []
  10. RENON, François (chanoine). Chronique de Notre-Dame d’Espérance de Montbrison, ou étude historique et archéologique sur cette église, depuis son origine (1212) jusqu’à nos jours. Roanne : imprimerie de A. Farine, rue Royale, 1847, p. 172. []
  11. Les conjonctions -QUE placées en fin de mot sont abrégées en z cursif. Certains N sont abrégés par des tildes en forme de trait. Les parties restituées sont indiquées entre crochets. []
  12. Traduction : je m’appelle Sauveterre. Que ma voix repousse la foudre ; qu’elle transporte les louanges du peuple de Forez au Christ, à Marie et à tous les saints ; qu’elle rappelle le souvenir des défunts au cœur pieux. []
  13. Aveizieux, Balbigny, Chagnon, Chalain-d’Uzore, Chalain-le-Comtal, Champdieu, La Chapelle-en-Lafaye, Châteauneuf, Chazelles-sur-Lyon, Chevrières, Cleppé, Epercieux-Saint-Paul, Estivareilles, Lérigneux, Montbrison (collégiale Notre-Dame), Saint-Georges-en-Couzan, Saint-Just-en-Bas, Saint-Just-la-Pendue, Saint-Nizier-de-Fornas, Salvizinet, Tartaras, Sury-le-Comtal, La Tour-en-Jarez, Valeille, La Valla-en-Gier (deux cloches). []
  14. Chalain-d’Uzore, Chevrières, Farnay, Juré, Montbrison (collégiale Notre-Dame), Saint-Germain-Laval, Sorbiers, Sury-le-Comtal, La Tour-en-Jarez, La Valla-en-Gier. []
  15. Saillant, Thiers (1613), Clermont-Ferrand, Arlanc (deux cloches). []
  16. Epercieux-Saint-Paul, Saint-Sauveur-en-Rue, Sury-le-Comtal. []
  17. Voir le dossier en ligne. []
  18. Référence IM42001622. Voir le dossier en ligne. []
  19. Chanoine Renon, p. 361. []
  20. Référence IM42001830. Voir le dossier en ligne. []
  21. Luc c. 4 v. 30. Cette inscription a été transcrite par La Mure dans ses Notes (cité par G. Brassart, Notre-Dame, p. 95) et dans l’Astrée Sainte, l. III, ch. 24, p. 372 (cité par Renon, p. 179) ; selon les Inscriptions foréziennes (Revue Forézienne. Histoire et archéologie, juin 1868, p. 273, n° XLVII), la date MCCCCCVI figurait à la fin de l’inscription. []
  22. AC Montbrison, 1 D 8 : Registre des délibérations du conseil municipal du 25 mars 1815 au 7 mai 1828. Délibération du 20 août 1818. Rapports de l´architecte voyer relatifs aux dégradations occasionnées par la foudre tombée en 1815 sur la tour du clocher de l´église et aux réparations qu´exige le mauvais état actuel de cette tour (…). AD Loire. Série O : 1066. Montbrison, affaires diverses. 1823-1841. Extrait du registre des adjudications prononcées en mairie de la ville de Montbrison : 18 avril 1819, détail estimatif des ouvrages à faire pour réparer les dégradations faites au clocher et à la façade principale de l´église Notre-Dame à Montbrison pour la foudre tombée de 8 mai 1815. []
  23. Chanoine Renon, p. 361. []
  24. AC Montbrison : 1D3. Registre des délibérations du conseil municipal du 16 brumaire an II au 3 messidor an III. []
  25. Archives privées. Registre de délibération de la commune de Lérigneux. Délibération du 30 mars 1794 ; citée par BAROU, Jospeh. Parcours à travers l’histoire de Lérigneux (notes et documents). Village de Forez ; Bulletin d’histoire locale ; supplément au n°79-80, 1999, p. 34. []
  26. A. évêché de Saint-Etienne. Délibération du conseil de fabrique de Notre-Dame de Montbrison et traité passé avec le fondeur Pierre Descharme, 9 mars 1820 ; cité par HALM, Cindy, Les églises du Forez au 19e siècle et leur importance dans le tissus social. T. 2. Canton de Montbrison et Noirétable. Montbrison : la Diana (Recueil de mémoires et documents sur le Forez ; 43), 2006, p. 106. []
  27. Voir le dossier en ligne. []
  28. Déposée, référence IM42001833. Voir le dossier en ligne. []

2 réponses

  1. BOSTVIRONNOIS dit :

    Très interessante description de SAUVETERRE.
    Le fondeur serait il CALMARD de Viverols?
    Auriez vous des détails sur les 3 cloches de Saillant 63840?
    Une d’elle Marc aurait été également fondue par un CALMARD en 1582, une autre en 1723 dédiée à Saint Roch.
    Auriez vous des précisions?
    Merci

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Merci de l’intérêt que vous portez à nos publications. Le fondeur de « Sauveterre » avait peut-être des liens avec la famille Mosnier de Viverols, dont l’activité apparait dans deux autres communes rhônalpines (voir nos dossiers électroniques : http://patrimoine.rhonealpes.fr/recherche/globale?type=Dossiers&texte=viverols). En revanche, nous n’avons pas trace d’un certain Calmard de Viverols. En ce qui concerne Saillant, aucune étude n’y a été menée par notre service, cette commune se situant dans la région voisine ; je vous invite à contacter le service de l’Invenaire de la Région Auvergne (http://www.auvergne-inventaire.fr/.
      Cordialement,
      Julien Guillot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *