Vue de l’élévation principale de la colonne Antonine, par Giovanni Battista Piranesi (1776) : art, histoire et Antiquité au lycée de Tournon

Veduta del Prospetto principale della colonna Antonina

Fig. 1. Veduta del Prospetto principale della colonna Antonina (Vue de l’élévation principale de la colonne Antonine), par Giovanni Battista Piranesi. Tournon-sur-Rhône, lycée Gabriel-Faure. Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

On doit au Père Gérard, directeur du lycée de Tournon à partir de 18011, la présence insolite d’une estampe d’assez grandes dimensions (3, 068 m x 0, 75 m), composée d’une planche en six parties et contrecollée sur toile, représentant la colonne Antonine (fig.1) ; il s’agit en fait de la colonne de Marc Aurèle2. L’œuvre, signée en bas à droite « Cav. Pirane(si) » (Cav. pour Cavaliere, Piranèse ayant été fait chevalier par le pape Clément XIII en 1767) a pour titre Veduta del Prospetto principale della colonna Antonina (Vue de l’élévation principale de la colonne Antonine). Elle fait partie de l’un des derniers recueils publiés par Giovanni Battista Piranesi, dit Le Piranèse, entre 1774 et 1779, intitulé Trofeo o sia magnifica colonna coclide di Marmo composta di grossi macigni ove si veggono scolpite le due guerre daciche fatte, da Trajano inalzata nel mezzo del Gran Foro eretto al medesimo imperadore per ordine del senato e popolo romano doppo i suoi trionfi (Trophée ou magnifique colonne spiralée de marbre composée de gros blocs de pierre où l’on voit gravées les deux guerres daciques, élevée sous Trajan au milieu du Grand Forum érigée [en l’honneur] du même empereur par ordre du sénat et du peuple romain après ses triomphes)3. Ce recueil comprend trois séries d’estampes représentant les trois colonnes monumentales érigées à Rome en l’honneur des empereurs Trajan, Marc Aurèle et Antonin le Pieux4.

Détail du chapiteau avec indication des cotes

Fig. 2. Détail du chapiteau avec indication des cotes. Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

L’entreprise, qui a par ailleurs nécessité un relevé complet des colonnes, a été réalisée avec la collaboration déterminante d’une partie de son atelier, et notamment de son fils Francesco Piranesi et du dessinateur Vincenzo Dolcibene5. Etant donné la hauteur de la colonne (29, 61 m6), la représentation étonne par sa fidélité au modèle, dont chaque détail ornemental est transcrit sur l’estampe. Pour effectuer le relevé de la colonne et la copie des bas-reliefs qui l’ornent, Piranèse semble avoir combiné deux techniques : l’utilisation d’une nacelle suspendue depuis le sommet permettant un déplacement vertical, et d’un échafaudage pour les parties inférieures ; une technique déjà employée pour le relevé des temples de Castor et Pollux sur le forum7. La représentation graphique s’accompagne en effet, comme pour tout relevé d’architecture, d’une échelle et des cotes des hauteurs pour chaque élément de la colonne (fig. 2), données en palmes romains8.

Fig. 3. Colonne de Marc Aurèle, partie supérieure, in situ (à gauche) et sur la  gravure de Piranèse (à droite).

Fig. 3. Colonne de Marc Aurèle, partie supérieure, in situ et sur l’estampe de Piranèse. © Phot. Matthias Kabbel, 2009 et Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

De fait, si l’on compare le monument et sa représentation (fig. 3), l’on perçoit aisément la différence entre le point de vue du dessinateur, qui se situe au niveau des reliefs, et celui d’un spectateur qui, se trouvant au pied de la colonne, les regarde de bas en haut. La fidélité de la représentation relève donc d’un point de vue à la fois objectif, qui se veut au plus près du modèle, et subjectif, en ce qu’il ne retranscrit pas une vision « naturelle » de la colonne depuis un point de vue unique, mais une multiplicité de points de vue recomposés en un tout cohérent mais « irréaliste ». Il s’agit ici de représenter non seulement l’objet le plus exactement possible, mais ce faisant de l’inscrire dans un projet archéologique et historique, en restituant par l’image son état d’origine dans l’une des planches du recueil (voir plus bas, fig. 6), laquelle illustre de surcroît un moment particulier de l’histoire romaine. A ce titre, le Trofeo o sia magnifica colonna… s’inscrit dans l’exact prolongement des Antichità romane9 qui constituent le fondement même de l’œuvre piranésien. Ces gravures ont en effet pour objet non pas, même si c’est également ce qui a paradoxalement fait leur succès, d’offrir des vues pittoresques de la Rome antique que tout voyageur séjournant à Rome se devait d’acquérir, tout amateur de posséder, mais de donner, par une description précise et d’une incontestable exactitude, une représentation du monde antique qui soit également objet de connaissance. Il ne faut en effet pas oublier que la gravure est avant tout, dans la Rome de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un support de diffusion de la connaissance de l’Antiquité, alors même que l’histoire de l’art prend son essor sous l’égide de Winckelman, Séroux d’Agincourt ou Ennio-Quirino Visconti. Piranèse, qui est aussi (et avant tout) un architecte et un théoricien, est partie prenante de ce mouvement : son œuvre graphique a une visée essentiellement érudite, voire encyclopédique. Les textes gravés dans les marges de la colonne Antonine en attestent : Piranèse y retrace l’histoire du monument et en fait la description (au niveau du piédestal de la colonne) puis développe une analyse de la représentation en suivant les épisodes représentés sur les bas-reliefs du fût. Mais, par delà cette ambition, son œuvre n’aurait pas eu un tel impact s’il ne s’était accompagné d’une puissance évocatrice liée à sa maîtrise de la technique de l’eau-forte, où la poétique du trait et ses effets picturaux actualisent le passé en en ancrant la substance dans le présent. Cette « manière émotionnelle de voir le monde antique »10 s’exprime, dans la représentation de la colonne Antonine qui offre pourtant peu de place à l’expression poétique, à travers la présence du soldat romain apparaissant dans le cadre sombre de l’entrée de la colonne (fig. 4) — celle-ci est en effet creuse et percée de jours rectangulaires que l’on peut distinguer sur la gravure ; un escalier en vis conduit jusqu’à son sommet.

Fig. 4. Partie inférieure de la gravure : piédestal et base de la colonne

Fig. 4. Piédestal de la colonne. Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

Ce soldat constitue à la fois un élément pragmatique, en donnant l’échelle d’une manière immédiate, et poétique, en désignant au spectateur l’intérieur de la colonne et en l’invitant à pénétrer le monde antique dont elle est un vestige, ce que l’on appellerait aujourd’hui un « objet de mémoire ». Sa figure évoque celle, plus tardive, de la Vertu dans le Cénotaphe de Marie-Christine d’Autriche de Canova (Vienne, Augustinerkirche, 1798-1805, fig.5) laquelle, avançant vers l’entrée ténébreuse du tombeau, marque le passage entre le monde des vivants et celui des morts. Comme elle, ce soldat nous incite à entrer dans l’au-delà d’une Rome disparue.

Fig. 5. Canova, Cénotaphe de l’archiduchesse Marie-Christine d’Autriche (1798-1805), Vienne, Augustinerkirche

Fig. 5. Canova, Cénotaphe de l’archiduchesse Marie-Christine d’Autriche (1798-1805), Vienne, Augustinerkirche © Phot. UrLunkwill, 2008

Loin d’être anecdotique, cette « licence poétique » est une sobre illustration de la liberté de l’artiste que revendique Piranèse, y compris dans la restitution des monuments antiques. Ce parti-pris fait l’objet d’une vive querelle l’opposant notamment à Winckelmann à Rome ou Laugier et Mariette à Paris11. Même si, dans le cas de la colonne Antonine, le style pictural de Piranèse est tempéré par l’influence croissante de l’idéal esthétique néoclassique, sans doute due à l’intervention prépondérante de Francesco Piranesi et de Dolcibene dans l’exécution12.

G. Piranesi. Vues comparées de trois états de la colonne Antonine, planche du recueil Trefeo sia colonna magnifica..., 1776

Fig. 6. G. B. Piranesi. Vues comparées de trois états de la colonne Antonine, planche du recueil Trofeo o sia magnifica colonna…, 1774-1779. Repro. Wikimedia Commons

On l’a dit plus haut, la démarche de Piranèse inscrit le monument dans une dynamique historique. L’entreprise archéologique — la restitution de son état d’origine —, s’accompagne de la prise en compte de son histoire : il en donne trois états successifs, correspondant chacun à une période donnée, dans l’une des planches du recueil (fig. 6), à savoir, à droite : Idea compita della Colonna quando fu dedicata (Idée achevée de la Colonne quand elle fut dédiée), au centre : Colonna come si vedeva a tempo di Sisto V prima della sua ristaurazione (Colonne comme on la voyait du temps de Sixte-Quint avant sa restauration), à gauche : Colonna Antonina come si vede oggidi (Colonne Antonine comme on la voit aujourd’hui). Les incertitudes liées à la restitution d’éléments disparus mais documentés (la piédestal était à l’origine ornée d’une série de bas-reliefs représentant des Renommées, qui ne furent pas conservés lors de la restauration), et les choix qui en ont découlé, sont longuement explicités dans la légende encadrée placée sur la colonne centrale, qui correspond à l’état délabré du XVIe siècle, avant restauration. Seul l’état du XVIIIe siècle, soit après la restauration de Fontana, est développé dans un format monumental. C’est en effet, comme l’indique la dédicace sur le piédestal de la colonne (voir fig.4), sous le pontificat de Sixte-Quint que la colonne fut remise en état, et que fut placée à son sommet une statue en bronze doré de saint Paul, orientée vers la basilique du même nom et réalisée par Leonardo da Sarzana et Tommaso Della Porta, pour remplacer celle de Marc Aurèle, également en bronze, disparue depuis le Moyen Âge13

Fig. 7. Lettre du libraire François Le Clerc au Père Gérard

Fig. 7. Lettre du libraire François Le Clerc au Père Gérard, 20 thermidor an X (Arch. dép. Ardèche, 1 T 612). Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

C’est cette version au format monumental de la colonne, présentée sous forme de rouleau14, qui entre en 1802 dans les collections pédagogiques du lycée de Tournon. Une lettre (fig. 7) conservée dans la correspondance administrative des Pères Gérard et Verdet15, membres de la Congrégation de l’Oratoire qui dirigèrent l’établissement entre 1801 et 1819, atteste son acquisition auprès du libraire lyonnais François Le Clerc16 au plus tard le 1er Thermidor an X (20 juillet 1802)17, mais rien n’indique les motivations de cet achat. On sait le rôle important qu’ont joué les oratoriens dans l’histoire de l’enseignement, ouvrant dès le XVIIe siècle leurs collèges à des disciplines nouvelles, telles l’histoire ou la géographie, et insistant sur le rôle de l’expérimentation dans les disciplines scientifiques18. La gravure de Piranèse a-t-elle pu servir de support imagé à l’enseignement de l’histoire romaine ? Le collège de Tournon était en effet à la fin de l’Ancien Régime l’un des plus novateurs de France pour son programme d’enseignement19. Devenu École royale militaire en 1776, le collège assure au début du XIXe siècle la continuité de cet enseignement dans lequel l’histoire a toute sa place et auquel était venu s’ajouter l’art militaire20. En témoigne notamment la richesse de sa bibliothèque en ouvrages historiques21. Cette pérennité est à mettre au compte des oratoriens qui ont dirigé l’établissement sans interruption de 1776 à 1819. Dans cette perspective, l’acquisition de l’estampe de la colonne Antonine prend tout son sens, en ce qu’elle illustre un moment important de l’histoire militaire de l’empire romain.

Fig. 8. Plan de situation (planche du recueil)

Fig. 8. G. B. Piranesi : Plan de situation des colonnes Trajane, Antonine et de l’Apothéose d’Antonin le Pieux et Faustine, planche du recueil Trofeo, o sia magnifica colonna…, 1774-1779. Repro. Wikimedia commons

Érigée entre 176 et 192 environ par le Sénat en l’honneur de Marc Aurèle (161-180), fils d’Antonin le Pieux auquel il a succédé et dont il a repris le patronyme22, cette colonne devait faire partie de la décoration du forum éponyme (fig. 8) et célébrer les victoires de l’empereur sur les Germains Marcomans et les Sarmates, peuples établis au nord du Danube (actuelles Moravie et Basse-Autriche), contre lesquels il mena campagne entre 168 et 17523. Marc Aurèle fut proclamé Imperator deux fois, en 171 et en 174, et reçut pour ces succès le titre de « Germanicus » en 172 tandis que les monnaies frappées la même année portent la légende Germania subacta (Germanie soumise).

Fig. 9. G. Piranesi, Allégories de la Victoire : sur la colonne Trajane (à gauche), sur la colonne Antonine (à droite)

Fig. 9. G. B. Piranesi, Allégories de la Victoire : sur la colonne Trajane (à gauche), sur la colonne Antonine (à droite). Repro. Wikimedia commons et Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

En témoigne la figure de la Victoire24 représentée au centre de la colonne (fig. 9, à droite) gravant les exploits de l’empereur dans le marbre, dont l’exécution, transcrite fidèlement par l’estampe, apparaît plus fruste que celle de la colonne Trajane (fig. 9, à gauche), laquelle fait par ailleurs l’objet d’une planche spécifique en deux parties dans le recueil. Ces années de conquêtes liées aux règnes d’Antonin le Pieux, de Marc Aurèle et de Commode sont considérées comme une étape charnière entre l’âge d’or de la Pax Romana et les multiples crises qui allaient agiter l’Empire au siècle suivant. Rome a en effet fait respecter son intégrité territoriale et sa prédominance, mais ces conflits jettent les bases d’un affaiblissement politique, militaire, démographique et économique qui va déboucher sur la « crise du IIIe siècle ». Comme sur la colonne Trajane, réalisée 65 ans plus tôt (entre 107 et 113) et relatant les campagnes contre les Daces, le récit de ces guerres est développé en une immense frise en spirale, s’élevant tout autour du fût jusqu’au chapiteau dorique. Les bas-reliefs qui la constituent montrent l’empereur haranguant ses troupes, ou des scènes de batailles et des groupes d’ennemis vaincus.

Fig. 10 : détail de la colonne Antonine : Jupiter pluvius.

Fig. 10. Détail du fût de la colonne : Jupiter pluvius. Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

L’un de ces bas-reliefs représente le Jupiter pluvius (Jupiter dispensateur de pluie, fig. 10 ; il s’agit de la figure ailée bras ouverts et ruisselants) souvenir de la pluie miraculeuse qui sauva en 174 l’armée romaine encerclée par les Quades, au moment où elle allait mourir de soif. L’épisode, décrit dans le texte à gauche de la colonne, est ainsi rapporté par Jean-Baptiste Crevier25 : « Marc Aurèle remporta une victoire merveilleuse dans ces circonstances, ou plutôt elle lui fut donnée de Dieu ; car les Romains couraient un extrême danger, et la divinité les en tira par une merveille étonnante. Les Quades les avaient enveloppés dans un lieu où ils avaient tout l’avantage. Cependant les Romains, ayant formé de leurs boucliers une tortue, se préparaient à les bien recevoir ; mais les Barbares voulurent vaincre sans tirer l’épée, espérant faire périr toute l’armée ennemie par l’excès du chaud et par la soif : et comme ils l’emportaient beaucoup pour le nombre, ils enfermèrent tellement les Romains qu’ils leur ôtaient tout moyen d’avoir de l’eau. C’était après un combat que les Romains se trouvaient dans une position si fâcheuse ; en sorte que la fatigue, les blessures que plusieurs avaient reçues, l’ardeur du soleil, la soif se réunissaient pour les accabler ; et il ne leur restait pas même la ressource de mourir en braves gens l’épée à la main parce que les Barbares occupant des postes inaccessibles s’y tenaient tranquilles et refusaient de combattre. Tout d’un coup les nuées se rassemblent, elles s’épaississent, et il en tombe non sans une protection particulière de Dieu, une pluie abondante : ce bienfait du Ciel rendit la vie aux Romains. D’abord ils lèvent haut la tête et le visage et veulent recevoir l’eau dans leurs bouches ; ensuite ils prennent les casques et les présentent à la pluie, et lorsqu’ils les ont remplis, ils boivent avidement et donnent à boire à leurs chevaux. Les Barbares crurent ce moment favorable pour les attaquer, et pendant qu’ils les voient occupés du soin de désaltérer une soif longtemps soufferte, ils se préparent à fondre sur eux. Mais le ciel, armé contre les ennemis des Romains, lance sur les Quades une grosse grêle et des tonnerres, qui les dissipent, qui les brûlent, pendant que les troupes de Marc Aurèle étaient arrosés d’une pluie douce et salutaire. Ce double prodige rendit les Romains vainqueurs ». Les historiens contemporains et ultérieurs attribuent cet événement à une intervention divine, déclenchée d’après Dion Cassius par les prières d’un magicien égyptien à Mercure tandis que les auteurs chrétiens, tels Tertullien, voient dans ce prodige l’effet des prières des soldats chrétiens de la Legio Fulminata (Légion Fulminante), originaire de Mélitène en Cappadoce26. Une version qui a la faveur des auteurs du XVIIIe siècle, tel Crevier.

Fig. 11. Détail de la colonne : Scène de décapitation.

Fig. 11. Détail du fût de la colonne : Scène de décapitation. Repro. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

Le traitement de la scène dans la colonne a quelque chose d’étrange, introduisant un élément de merveilleux dans une narration très réaliste, où la cruauté n’est pas absente (fig. 11). Comme le souligne Bianchi Bandinelli dans une étude déjà ancienne, le sens d’humanité et de piété envers les ennemis vaincus que l’on trouve dans les scènes de la colonne Trajane, disparaît ici au profit d’un récit de guerre impitoyable, où les corps des Barbares se contorsionnent dans des rythmes anguleux et déformés, le schéma naturaliste se désorganisant au profit d’un style fortement expressionniste27. La colonne gravée par Piranèse s’en fait l’écho, même si le trait et la technique de l’eau-forte d’une part, la tendance classicisante des dessinateurs d’autre part, viennent quelque peu tempérer ce caractère expressionniste.

Puisqu’il faut ici considérer la Colonne Antonine comme un outil pédagogique, quelle interprétation pouvait être donnée à une telle œuvre par les enseignants du collège-lycée de Tournon ? Quelle utilisation pouvait-elle en être faite ? Faute de témoignage, la réponse ne peut que relever de l’hypothèse. Gageons que dans le contexte de l’année 1802, date de son acquisition, après la signature le 25 mars de la paix d’Amiens consacrant la victoire de la France sur l’Autriche, la figure du Premier Consul pouvait facilement être comparée à celle de Marc Aurèle pacifiant les provinces au nord du Danube, lequel consolidait ainsi son pouvoir et en asseyait la légitimité.

L’estampe, aujourd’hui accrochée aux murs de la bibliothèque historique du lycée, n’en est plus qu’un insigne ornement, dépouillé de toute finalité pédagogique. Tout juste vient-elle rappeler à quelques-uns le monument qu’elle illustre et la ville de Rome où elle s’élève. Son état de conservation est médiocre : l’encre a pâli, le papier a jauni, il est encrassé et piqueté de taches brune, le montage sur toile en a rogné les marges (d’environ 5 cm à droite, un peu moins à gauche), les baguettes de bois qui la maintiennent sont percées de trous de xylophages qui ont également traversé le papier. Les conditions de conservation sont elles aussi peu adaptées. Une restauration légère permettrait de lui redonner un peu de la fraîcheur qu’ont les exemplaires de l’estampe conservés en recueil relié, et un nouveau dispositif de présentation d’en assurer la pérennité.

Catherine Guégan, conservateur en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUÉGAN, Catherine. « Vue de l’élévation principale de la colonne Antonine, par Giovanni Battista Piranesi (1776) : art, histoire  et Antiquité au lycée de Tournon. », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 19 juillet 2013 [consulté le …]. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/1850

Bibliographie sommaire

CREVIER, Jean-Baptiste-Louis, Histoire des empereurs romains, depuis Auguste jusqu’à Constantin, Paris, 1756, vol. VI, p.312 et svtes

DUFAUD, Pierre-Albert, Le collège de Tournon, une entreprise économique et une entreprise d’éducation, mémoire de maîtrise dactylographié, Grenoble : Université de Grenoble II, 1980 (Arch. dép. Ardèche, 20 J 50)

FICACCI, Luigi, Piranesi. The complete etching. Köln : Taschen, 2000

JULIA, Dominique, « Les Oratoriens et l’espace éducatif français du règne de Louis XIV à la Révolution française », J. Ehrard (ed.), Le Collège de Riom et l’enseignement oratorien en France au XVIIIe siècle, Paris-Oxford, CNRS Éditions-Voltaire Foundation, 1993, pp. 11-27

JULIA, Dominique, « « Je vous ai confié ce que j’avais de plus cher… » Le famiglie degli allievi scrivono alla scuola militare di Tournon », Quaderni Storici, 19e année, n°57, décembre 1984, p. 819-856 (version française remaniée et élargie sous le titre « La correspondance entre le supérieur du collège de Tournon et les parents des pensionnaires à la fin du XVIIIe siècle », Revue du Vivarais, t. CIX, fascicule 3, juillet septembre 2005, p. 147-193

POPESCU,  Mihai, Quades et Marcomans contre Marc Aurèle, Clermont-Ferrand : Lemmedit, août 2011

 WILTON-ELY, John, Giovanni Battista Piranesi : The Complete Etchings. San Francisco: Alan Wofsy Fine Arts, 1994, vol. II, p. 743-757 & 761 (pl. 698 & 702)

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Le Collège royal de Tournon, fondé en 1536, devint École royale militaire en 1776, puis École centrale le 29 germinal an VII (18 avril 1799) ; en vertu de la loi du 11 floréal an X (1er mai 1802) il sera érigé au rang de lycée []
  2. Le nom de colonne Antonine désigne assez fréquemment dans la littérature, et surtout au XVIIIe siècle, la colonne de Marc Aurèle, qui se dresse aujourd’hui encore à Rome sur la piazza Colonna. Cette appellation provient de l’inscription que l’architecte Domenico Fontana, chargé de sa restauration, fit graver en 1589 sur la piédestal de la colonne, attribuant ce monument à Antonin le Pieux, d’où son appellation usuelle, mais erronée []
  3. FICACCI, Luigi, Piranesi. The complete etching. Köln : Taschen, 2000, vol. 2, p. 554 ; WILTON-ELY, John, Giovanni Battista Piranesi : The Complete Etchings, 1994, vol. 2, p. 743, rappelle, dans son analyse sur la datation du recueil, que le catalogue des œuvres établi par Francesco Piranesi en 1792 date les planches de la colonne Antonine de 1776 []
  4. Les planches représentant les colonnes Trajane et Antonine, étant en plusieurs parties et assemblées, étaient présentées pliées dans le recueil ; elles étaient également vendues sous forme de rouleau, tel l’exemplaire du lycée de Tournon []
  5. En raison de l’augmentation croissante de sa clientèle et de l’extension de son activité à la restauration et au commerce d’antiques Piranèse, qui s’est installé en 1760 dans le Palazzo Tomati Via Sistina, emploie une importante équipe de collaborateurs et d’apprentis ; voir FICACCI, Luigi, Piranesi. The complete etching. Köln : Taschen, 2000, p. 44 []
  6. source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonne_de_Marc-Aurele []
  7. WILTON-ELY, John, Introduction to Giovanni Battista Piranesi, Observations on the letter of Monsieur Mariette, Opinions on Architecture, and Preface to a New Treatise on the Introduction and Progress of the Fine Arts in Europe in Ancient Times, Los Angeles : The Getty Research Institute, 2002, p. 76, note 88 []
  8. 1 palme = 0,223 m ; source : http://aviatechno.net/unites/pieds.php []
  9. Pour mémoire : la 1ère édition paraît en 1748, la 2nde en 1756 []
  10. FICACCI, Luigi op. cit., p. 27 []
  11. PIRANESI, Giovanni Battista, Osservazioni di Gio. Battista Piranesi sopra la « Lettre de M. Mariette aux auteurs de la « Gazette littéraire de l’Europe », inscrita nel Supplemento dell’istessa Gazzetta, stampata,  » Dimanche, 4 novembre 1764 « , e parere su l’architettura, con una prefazione ad un nuovo trattato della introduzione e del progresso delle belle arti in Europa ne tempi antichi, Roma, 1765 []
  12. WILTON-ELY, John, op. cit., vol. 2, p. 743 []
  13. http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonne_de_Marc-Aur%C3%A8le []
  14. Voir plus haut, note 4 []
  15. Arch. dép. Ardèche, 1 T 610 à 618 []
  16. François Le Clerc appartient à une importante dynastie d’imprimeurs et libraires parisiens. Il convient ici de rappeler que Francesco Piranesi, qui succède à la mort de son père en 1778 à la tête de son atelier et poursuit son double commerce d’estampes et d’antiques, après avoir joué un rôle important et occupé diverses charges dans l’éphémère République romaine jacobine de 1798-99, s’est exilé à Paris en 1799 avec son frère Pietro, emmenant tous les cuivres de l’atelier ; il y continue son activité d’édition et de vente de gravures jusqu’à sa mort en 1810, date à laquelle Firmin Didot devient propriétaire du fonds (voir CAIRA LUMETTI, Rossana, La cultura dei lumi tra Italia e Svezia. Il ruolo di Francesco Piranesi, Roma 1990, notamment p. 202-217). Cet exil français a ainsi permis une pénétration assez large des gravures de Piranèse dans la France de l’époque []
  17. Arch. dép. Ardèche, 1 T 611 []
  18. Ce rôle a été souligné dès 1911 dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson ; source : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3304 []
  19. JULIA, Dominique, « La correspondance entre le supérieur du collège de Tournon et les parents des pensionnaires à la fin du XVIIIe siècle », Revue du Vivarais, t. CIX, fascicule 3, juillet septembre 2005, p. 147-193 []
  20. Réformée en 1776 par le comte de Saint-Germain, l’École royale militaire de Paris ouvre douze sections en province, dont l’une associée au collège de Tournon. D’inspiration encyclopédiste, le plan d’éducation qu’il rédige pour l’ensemble des écoles militaires prévoit l’enseignement de l’éducation civique, le développement de l’étude du français à côté de celle traditionnelle du latin, de l’histoire et de la géographie, des mathématiques, qui ont place prépondérante, et du dessin, auxquels viennent bien évidemment s’ajouter toutes les disciplines liées à l’art militaire. Il s’agit là de l’une des premières formes de professionnalisation de l’enseignement, quasiment contemporaine de la création de l’École royale vétérinaire []
  21. Arch. dép. Ardèche, 1 T 612 : Inventaire des biens mobiliers, 1819 ; cet inventaire est réalisé lors de la rétrocession des bâtiments à l’Université de Nîmes du départ subséquent des oratoriens, sous le directorat du Père Verdet []
  22. FEA, Carlo, Description de Rome, Rome : Ange Bonelli, 1821, vol. 2, p. 228-229 []
  23. La chronologie historique des guerres du règne de Marc Aurèle est difficile à établir et ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Sur les guerres marcomanes, voir POPESCU Mihai, Quades et Marcomans contre Marc Aurèle, Clermont-Ferrand : Lemmedit, août 2011. S’agissant du récit de ces guerres, nous prenons ici comme référence un texte contemporain de Piranèse : CREVIER, Jean-Baptiste-Louis, Histoire des empereurs romains, depuis Auguste jusqu’à Constantin, Paris, 1756, vol. VI, p. 312 et svtes []
  24. http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonne_de_Marc-Aurele, note 12 []
  25. Op. cit., liv. XX, p. 323 et svtes []
  26. http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_marcomanes []
  27. BIANCHI BANDINELLI, R., « Arte Plebea », in Dialoghi di Archeologia a. I, 1967, p. 7-19 []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *