Le Lycée Hector Guimard (Lyon 7e), ancienne École de métiers des industries métallurgiques de Lyon

En 2009, la Région Rhône-Alpes a lancé une opération-test d’inventaire du patrimoine de ses lycées ; c’est dans ce contexte que s’inscrit la présente étude.

L’École de métiers a été créée en 1922 par la Chambre syndicale des industries métallurgiques du Rhône dans l’esprit de la loi Astier (25 juillet 1919) relative à l’enseignement de l’apprentissage1. Le contexte économique et industriel lyonnais s’y prêtait, puisque la Première Guerre mondiale avait marqué l’avènement de l’industrie métallurgique à Lyon et à Saint-Étienne2. En outre, les industriels recherchaient désormais ce type de formation car le coût de l’apprentissage en atelier n’était plus rentable et l’évolution des machines-outils, de plus en plus précises, rapides et spécialisées, imposait une perpétuelle adaptation des ouvriers3.

Durant les deux premières années de l’École de métiers (1923, 1924), les cours furent dispensés à ses 28 élèves au sein de la Société d’enseignement professionnel du Rhône (S.E.P.R) dont les locaux étaient situés au 119 rue Boileau (Lyon 6e)4. Ce n’est qu’au premier semestre 1925 que la Chambre syndicale des industries métallurgiques acquit un immeuble sis au numéro 40 du boulevard des Hirondelles, au cœur d’un des quartiers industriels lyonnais (actuel boulevard des Tchécoslovaques, Lyon 7e)5. Il s’agissait en réalité d’un bâtiment de la manufacture de caoutchouc et pneumatiques A. Soly & Cie, du nom de son propriétaire Arnaud Soly, dont la dissolution avait été prononcée suite à l’assemblée générale du 17 décembre 19246.

Affiche publicitaire de l’usine A. Soly, avant 1925

Affiche publicitaire de l’usine A. Soly, avant 1925 - Repro. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Les premiers travaux de transformation de l’usine en établissement scolaire débutèrent en 1936. Aucun des deux devis conservés ne mentionne le nom de l’entreprise ni celui de l’architecte auquel la Chambre s’adressa7. L’agrandissement du bâtiment principal nécessita des travaux de gros œuvre pour se conformer au règlement du 17 juin 1882 et à l’instruction spéciale du 26 août 1882, issus de la loi Ferry, qui imposaient des directives quant au programme architectural des écoles.

Indépendamment de l’amélioration des conditions d’étude et d’apprentissage des élèves, ces travaux eurent pour but de distinguer architecturalement l’école des bâtiments voisins. L’élévation principale s’étirait sur onze travées et s’élevait sur trois niveaux. Elle présentait une parfaite symétrie. Les larges baies rectangulaires, séparées par de larges trumeaux nus, ne recevaient aucun encadrement ou appui décoratif. Une corniche saillante courrait sur la longueur du bâtiment tandis qu’un haut fronton surmontait les cinq travées centrales. Sur ce dernier était inscrit en lettres capitales : « École de métiers des industries métallurgiques ». La Chambre syndicale demanda des modifications du fronton en cours de travaux, ce dernier ayant pour fonction de « donner à l’ouvrage un impression d’unité »8. L’allure de l’école devint stricte, imposante, et extrêmement sobre. L’impression d’unité fut atteinte. Ce parti pris imposa l’orientation architecturale des travaux qui furent réalisés par la suite.

Élévation principale sur le boulevard des Tchécoslovaques de l’École de métiers des industries métallurgiques, entre 1936 et 1958

Élévation principale sur le boulevard des Tchécoslovaques de l’École de métiers des industries métallurgiques, entre 1936 et 1958 - Repro. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

 L’architecte qui entreprit l’aménagement de l’École en 1936 eut, sans nul doute, le souhait de distinguer son œuvre dans un quartier encore marqué par sa vocation industrielle, et ce d’autant plus que le bâtiment était un ancien entrepôt. Il effaça toute trace de cette première destination et réussit habilement à intégrer l’École le long d’un boulevard et d’une voix ferrée. Comme cela a été constaté pour les écoles de Paris bâties entre 1920 et 1940, l’École de métiers devint un « véritable monument de quartier »9.

Pour cela, l’architecte multiplia les baies en les adaptant à la déclivité du terrain, ouvrant l’élévation sur le boulevard. Nul passant ne pouvait ignorer la destination de cet immeuble grâce au fronton qui légitima la situation urbaine de l’École tout en renforçant la symétrie de l’ensemble. Au cœur d’un quartier industriel de Lyon, de l’École à l’usine, il n’y avait qu’un pas.

En 1908, dans un essai intitulé Ornement et crime, Adolf Loos bannissait l’ornement  de l’architecture. Il le considérait comme le signe d’une culture primitive, « la grandeur de [son] époque [tenant] précisément à ce qu’elle n’[était] pas capable de produire un nouvel ornement »10. L’essai fut repris dans L’Esprit nouveau, publié en 1920 par Amédée Ozenfant et Le Corbusier11. Comme Adolf Loos, ce dernier voulait révolutionner la construction en prônant la nudité ornementale et les tracés régulateurs (Vers une architecture, 1923)12. Ce précepte semble avoir été appliqué à l’École des métiers, comme ce fut le cas pour de nombreuses réalisations publiques de l’entre-deux-guerres13

Les architectes des années 1930 souhaitaient également, tel l’Eupalinos de Paul Valery, susciter des émotions grâce aux « courbures insensibles » et à des « combinaisons du régulier et de l’irrégulier »14. L’architecture devait alors être persuasive. Plus le bâtiment était impressionnant, plus il imposait le respect envers l’institution qu’il représentait. Ainsi la plupart des architectes adoptèrent-ils l’ordre monumental, mélange de classicisme et de modernisme. Comme l’explique Franco Borsi, il « [était] d’abord une manière d’exprimer le besoin de sécurité qui [naquît] pendant les grandes crises historiques (…) d’où l’émergence de cette image rassurante d’une architecture monumentale, qui [exprima] aussi bien la force des institutions dans les démocraties que le potentiel d’agressivité des régimes de dictature »15. Ce sont les dimensions démesurées projetées par les architectes ainsi que le vocabulaire architectural utilisé qui valurent le qualificatif « monumental » à ce courant. Le langage de l’architecture antique était réutilisé, mais certains fondamentaux comme la base ou le chapiteau disparaissaient au profit d’éléments en béton armé. L’Exposition internationale de Paris en 1937 fut représentative de ce mouvement, dont témoignent encore aujourd’hui les Palais de Tokyo et de Chaillot16. À une moindre échelle certes, l’École de métiers des industries métallurgiques s’inspirait de cet ordre, imposant la force et le respect de l’institution qu’elle représentait par son élévation aux lignes anguleuses, sa corniche saillante et son large fronton.

Hôpital Edouard-Herriot : détail des pavillons

Hôpital Edouard-Herriot : détail des pavillons - Phot. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

L’architecte de l’École de métiers subit aussi l’influence architecturale de Tony Garnier (1883-1948) dont la création la plus intéressante est l’hôpital Grange-Blanche (aujourd’hui Édouard-Herriot, 1911-1933). Les pavillons cubiques y sont adoucies par des pans coupés et un entablement dorique stylisé, couplé avec une corniche saillante, qui couronne le tout. L’aspect général fait preuve d’une certaine rigueur, que l’on retrouve à l’École de métiers. Michel Roux-Spitz (1888-1957), originaire de Lyon et, comme Tony Garnier, lauréat du grand prix de Rome, influença aussi probablement les architectes lyonnais, du moins annonça-t-il les tendances architecturales des années 1920-1940. Avec le Théâtre Nouvelle Génération (Lyon 9e, 1930), il démontra que le simple agencement des ouvertures d’une œuvre pouvait en constituer l’ornement. La grande Poste, qu’il bâtit entre 1935 et 1938 place Antonin Poncet (Lyon 1er), soit au même moment que l’École de métiers, expose un rythme soutenu de fines baies verticales surmontées d’une corniche saillante. Ce dernier élément, omniprésent sur les constructions de cette époque, est présent à l’École des métiers, rendant compte de la démarche classicisante des auteurs. Aucun monument grec ou romain n’était dispensé d’une corniche. Cependant dans l’architecture des années 1930, le fronton triangulaire qui surmontait les temples avait disparu, le monument s’élevait directement vers le ciel.

Vue de la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon (1928-1932) de Paul Bellemain

Vue de la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon (1928-1932) de Paul Bellemain - Phot. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Mais l’œuvre de laquelle l’École se rapproche le plus est sans nul doute la nouvelle Faculté de médecine et de pharmacie de Lyon (1928-1932), due à Paul Bellemain (1886-1953). Philippe Dufieux la signale même comme le chef-d’œuvre de l’architecte17. L’élévation principale est extrêmement sobre. Le rythme des ouvertures parfois séparées par un large trumeau nu et l’encadrement commun mouluré de ces baies par travée forment une partie du décor. Le fronton surélevé, sur lequel se lit le nom de l’université, et sa fameuse corniche saillante couronnent le bâtiment. Contrairement à l’École de métiers dont l’élévation était totalement lisse, le hall d’entrée surhaussé de l’université auquel on accède par des escaliers ainsi que le décrochement qui anime chaque partie latérale donnent du relief à l’ensemble. Le ou les architectes à l’origine de l’École des métiers ont su intégrer parfaitement leur construction dans le contexte architectural lyonnais des années 1930.

Elévation principale de l’École de métiers entre 1949 et 1959

Elévation principale de l’École de métiers entre 1949 et 1959 - Repro. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

En 1949 puis en 1958-1959, les architectes Francisque Chevallet et Robert Fauvet, mandatés par la Chambre syndicale, projetèrent puis réalisèrent deux agrandissements de l’élévation principale18. Le premier bâtiment prit place au sud de la conciergerie, parallèlement au boulevard des Hirondelles, puis Chevallet et Fauvet projetèrent deux ailes à ce dernier19. Ces travaux exigèrent la destruction de la conciergerie qui datait de 193020. Deux projets furent successivement élaborés par les architectes, l’un en 1956 et l’autre entre 1958 et 195921. Les principales différences portent sur le traitement de la façade principale. Le second projet insistait sur la différenciation du nouvel accès à l’École. Les trois travées d’entrée étaient mises en valeur par quatre colonnes semi-engagées, filant sur toute la hauteur de la construction. De plus, trois doubles portes devaient occuper le premier niveau et non pas une seule, centrale, comme dans le premier projet. Enfin, le bandeau filant sur la totalité de la longueur, entre les baies du dernier niveau et la corniche, serait interrompu au niveau de ces travées par les colonnes tout d’abord, puis par l’encadrement commun dans lequel étaient pris les trois ouvertures de chaque travée. Le second projet fut adopté. Désormais, la façade s’étendait sur vingt-trois travées, soit 130 mètres.

Second projet (1958-1959) pour la façade principale de l’école

Second projet (1958-1959) pour la façade principale de l’école - Repro. M. Fourcayran © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Les encadrements moulurés de la façade de la faculté de médecine (1928-1932) se retrouvent sur la partie du bâtiment de l’École qui accueillait l’entrée construite en 1959, soit vint-sept ans plus tard, ce qui tend à prouver la pérennité de ce type d’architecture institutionnelle. Les architectes reprirent le même agencement et les mêmes dimensions d’ouvertures que celles du premier bâtiment (1936), respectant strictement son orientation architecturale. Peut-être étaient-ils les auteurs de celui-ci ?

Francisque Chevallet (1885-1974) était le fils de l’architecte Joseph Chevallet22. Plus d’une trentaine de leurs projets sont conservés aux Archives Municipales de Lyon sur la période 1895-1969. Ils ont construit toutes sortes de bâtiments, de la maison d’habitation à l’usine. Chevallet (père ou fils ?) est également l’auteur de l’immeuble qui se dresse place des Tapis (Lyon 4e)23.

Dans un premier temps, Francisque Chevallet s’associa avec Eugène Martin ; ensemble, ils signent le séminaire et le musée des Missions Africaines de Lyon (1923-1924)24. Cette imposante réalisation, composée de trois grands corps de bâtiment de trois étages, est située à l’angle du cours Gambetta et de la rue Pierre-Robin. Chacune des trois entrées est surmontée par une tour de quatre étages. Le vocabulaire néo-roman est prédominant (baies à meneau, fenêtres jumelées, etc.) mais la géométrie des lignes dénote également une tendance moderniste. La proximité du séminaire avec l’emplacement de l’École de métiers a-t-elle joué un rôle quant au choix des architectes par la Chambre syndicale des industries métallurgiques ?

Grand séminaire des missions africaines : vue d'ensemble à l'angle de la rue Robin et du cours Gambetta

Grand séminaire des missions africaines : vue d'ensemble à l'angle de la rue Robin et du cours Gambetta - Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Dans un second temps, Francisque Chevallet s’associa donc avec Robert Fauvet. Ils réalisèrent ensemble une grande partie des travaux de l’École. Il est intéressant de signaler qu’entre 1962 et 1969 Chevallet et Fauvet s’étaient également associés pour un second bâtiment scolaire, l’école maternelle publique Crestin, voisine de l’École de métiers25. Il est cependant assez difficile de faire un lien stylistique avec cette école maternelle à niveau unique. La question du rôle de Chevallet et Fauvet dans le parti pris architectural de l’École, et plus largement à Lyon, mériterait sans nul doute une étude plus approfondie.

Plans chronologiques de l’École de métiers

Plans chronologiques de l’École de métiers - Dess. P. Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Si les aménagements et agrandissements de l’École, qui prirent fin dans les années 1960, correspondaient aux attentes et aux normes de leur époque, ils étaient totalement dépassés trente ans plus tard. A la demande de la Région Rhône-Alpes, le cabinet d’architecte Curtelin, Ricard & Associés a conçu un projet d’extension et de restructuration dont le permis de construire a été déposé en juin 199226. Les derniers travaux, achevés au cours de l’année 1997, ont donné naissance au lycée Hector Guimard – lycée des métiers, transformation des matériaux –, établissement technique et professionnel.

Vue actuelle du lycée technique et professionnel Hector Guimard résultant de la réhabilitation de l’École de métiers des industries métallurgiques dans les années 1990

Vue actuelle du lycée technique et professionnel Hector Guimard résultant de la réhabilitation de l’École de métiers des industries métallurgiques dans les années 1990 - Phot. M. Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP

Marion Fourcayran – stagiaire à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

Référence électronique

FOURCAYRAN, Marion. « Le Lycée Hector Guimard (Lyon 7e), ancienne École de métiers des industries métallurgiques de Lyon », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 15 septembre 2011 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/191>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Compte-rendu de la Chambre de Commerce de Lyon, année 1922, Lyon : Imprimerie Rey, 1923, p. 670. La loi Astier rendit les cours professionnels obligatoires pour tous les apprentis de moins de dix-huit ans. []
  2. LEQUIN Yves, 500 années lumière : mémoire industrielle, Paris : Plon, 1991, p. 300 []
  3. PELPEL Patrice, TROGER Vincent, Histoire de l’enseignement technique, Paris : Hachette Éducation, 1993, p. 50 []
  4. LACROIX H. (dir.), 100 ans d’enseignement professionnel et technique, 1865-1965, Lyon : Société d’enseignement professionnel du Rhône, 1965, p. 46 []
  5. Compte-rendu de la Chambre de Commerce de Lyon, année 1925, Lyon : Imprimerie A. Rey, 1926, p. 429 []
  6. Archives Départementales du Rhône, 6 Up/729, registres de transcription des actes de formation et de dissolution de sociétés, 18 avril 1924-1er avril 1925. Une réduction du capital social avait été votée le 17 mars 1924 in 6 Up/728, …, 5 juin 1923-7 avril 1924. Un extrait du procès verbal de l’Assemblée générale est conservé aux Archives Départementales du Rhône sous la cote 6Up/402, janvier 1925. []
  7. Archives Municipales de Lyon, 95 WP 030 04, Instructions publiques : École de Métiers des industries métallurgiques, 4 : subventions, 1936-1946 []
  8. Ibid. []
  9. ANDRIEUX Jean-Yves, L’architecture de la République : les lieux de pouvoir dans l’espace public en France, 1792-1981, Paris : Scérén-CNDP, 2009, p. 157 []
  10. SARNITZ August, Adolf Loos : 1870-1933, architecte, critique culturel, dandy, Köln ; London ; Los Angeles : Taschen, 2003, p. 84 []
  11. Ibid., p.10 []
  12. LE CORBUSIER, Vers une architecture, Paris : Éditions Arthaud, rééd. 1977, p. 53 []
  13. ANDRIEUX, op.cit., p. 137 []
  14. Le texte de Paul Valéry, Eupalinos ou l’Architecte, publié en 1923, est disponible en ligne en texte intégral []
  15. BORSI Franco, L’ordre monumental : Europe 1929-1939, Paris : Hazan, 1986, p. 13 []
  16. DAGEN Philippe, HAMON Françoise (dir.), Histoire de l’art. Époque contemporaine : XIXe-XXe siècles, Paris : Flammarion, 1995, p. 443 []
  17. DUFIEUX Philippe, Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960) : de Tony Garnier à Louis Bertola, Lyon : M. Chomarat, 2007, p. 116 []
  18. Archives Municipales de Lyon, 1097 W 575, Hygiène de l’habitat, boulevard des Tchécoslovaques n°1 à 58 []
  19. Entre 1951 et 1954, des travaux sur cours (constructions d’ateliers principalement) furent réalisés mais sans grand intérêt quant à la démarche architecturale de Chevallet et Fauvet []
  20. Archives Municipales de Lyon, 1097 W 575, Hygiène de l’habitat, boulevard des Tchécoslovaques n°1 à 58 []
  21. Archives Municipales de Lyon, 352 W 33, Permis de construire 1956, 454/1956 : boulevard des Tchécoslovaques, 31 rue Claude Veyron, 1956 ; Archives privées du lycée Hector Guimard, 1959 []
  22. Les architectes Lyonnais au temps de Tony Garnier : 1910-1940, Lyon : Maison de l’architecture Rhône-Alpes, 1991, p. 34 []
  23. Archives Municipales de Lyon, 344 WP 227 : Voirie urbaine : permis de construire administratif : construction d’un immeuble 1 rue de la Terrasse et Place des Tapis pour la Société Civile Immobilière Bifer par Monsieur Chevallet, architecte : rapport, arrêté, correspondance, plan, 1926 []
  24. Archives Municipales de Lyon, 344 WP 134, Voirie urbaine : permis de construire administratif : 150 cours Gambetta, 1923-1924 []
  25. Archives Municipales de Lyon, 848 WP 046 : École maternelle Claude Veyron : travaux de construction : marché et suivi du chantier avec plans et « dossier de l’incendie de 1967 », 1962-1971 ; 848 WP 047 : École maternelle Claude Veyron : travaux de construction : dossier des entreprises avec mémoires et paiement, 1966-1969, Chevallet, Fauvet, Pelanjon architectes []
  26. Archives Municipales de Lyon, 1780 W 186, Permis de construire 1992, 543/1992 : Lycée technique des métallurgistes, 1992-1994 []

3 réponses

  1. REYBOZ Michel dit :

    J’aimerai contacter d’anciens élèves que j’ai côtoyés durant mes 3 années passées au Centre d’apprentissage de 1957 1960. J’étais en chaudronnerie.

    Que de souvenirs….!

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Nous ne pouvons pas vous aider à retrouver vos anciens condisciples, mais si certains venaient à lire comme vous cet article, ils pourraient laisser un message et leurs coordonnées.
      Cordialement,
      JG

  2. PMU dit :

    Il faudrait plus de lycées techniques comme ça en France, quand le Gouvernement l’aura compris nous aurons fait un grand pas en avant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *