Le carrousel de 1662 au château de Vaugirard (Champdieu, Loire)

Situé à quelques kilomètres de Montbrison, le château de Vaugirard fait partie des demeures de plaine édifiées pour l’aristocratie forézienne. Habité par la même famille de sa construction à la fin du XIXe siècle, il présente, à côté d’un décor sculpté et peint de belle qualité mais assez représentatif du goût de la 2e moitié du XVIIe siècle, un décor original de la fin des années 1830, qui replace le château dans une continuité historique, familiale mais aussi monarchique, sur le point de s’éteindre.

Un château de la plaine du Forez

Le château de Vaugirard (Champdieu, Loire)1 est édifié dans le 2e quart du XVIIe siècle pour Jacques Girard2, écuyer, sieur de Trécisses, Villette, Grandris, Châtelneuf et Vaugirard, conseiller et procureur du roi au bailliage de Forez, puis président du présidial de Montbrison en 1640 (il meurt en 1644). Fils de Jacques II Girard, marchand montbrisonnais anobli en 1609, il est un parfait représentant de la bourgeoisie marchande de cette ville qui achète des charges dans l’administration royale à partir de la 2e moitié du XVIe siècle, et possède un hôtel en ville3 et une maison aux champs. Le domaine des Évêques, patiemment constitué par trois générations de Girard4, a sans doute pris le nom de Vaugirard, forgé à partir du patronyme de son propriétaire, à l’occasion de la construction du château (le toponyme des Évêques a disparu). Celui-ci semble avoir été adossé à une ferme préexistante5 et présente un plan régulier en U, avec un corps de logis flanqué de pavillons, situé entre une cour encadrée de deux ailes de communs et un jardin.

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Vue générale du château, façade sur cour, depuis le sud

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Vue générale du château, façade sur cour, depuis le sud (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Le bâtiment et son décor ont sans doute été achevés par Jacques IV, fils du précédent. Les armoiries et les initiales de Jacques III Girard et de ses épouses Antoinette Fortuné (morte en 1631) puis Catherine Navergnon, ainsi que de Jacques IV et de son épouse Elizabeth ou Ysabeau Coquel (fille du premier lit de Catherine Navergnon) figurent à plusieurs emplacements dans le décor du château6.

Le château est resté dans la famille de Vaugirard jusqu’en 1877 : il traverse la Révolution avec Jean Baptiste Girard de Vaugirard, capitaine au régiment de la Couronne, puis sa fille Catherine Gabrielle, qui le reçoit en dot à son mariage en l’an XII (1803). Bientôt veuve, elle épouse à Lyon, en 1806, Jean Charles François de Lescure mais elle s’en sépare de corps et de biens dès 1819. Leur fils Jean Baptiste de Lescure, dit Valdec7, vit à Vaugirard jusqu’en 1877.

Dans les années 1830, le château devient un lieu de résidence plus régulier pour ses propriétaires, tant pour Madame de Lescure que pour son fils, qui a achevé ses études (au petit séminaire d’Aix-en-Provence, puis à la faculté de droit à Paris) et ne se marie qu’après la mort de sa mère, en 1853. L’hôtel particulier de Montbrison a été vendu, au plus tard dans les années 18208 : le Plan de la Traversée de Montbrison9 de 1780, révisé en 1798, donne « Madame de Périchon » comme propriétaire des hôtels Girard et Tournon10. Madame de Lescure conserve un logement en ville, mais en 183711 elle fait réaménager le château de Vaugirard, où elle crée de nouvelles pièces d’habitation dans des parties auparavant à usage de remise ou bûcher, en particulier dans le pavillon et l’aile est, à l’étage desquels elle se réserve plusieurs chambres, ce qu’indique un inventaire du mobilier dressé pendant les travaux12.

Ce précieux document indique qu’au contraire, c’est « Monsieur de Lescure aîné [Jean Baptiste Valdec de Lescure, aîné des fils de Madame de Lescure] d’après ses goûts et volonté sans participation de madame de Lescure » qui a dirigé la réfection de la grande salle, pièce d’apparat majeure du château, où il a mis en œuvre un programme décoratif inédit.

Le décor de la grande salle

La moitié occidentale du premier étage du corps de logis est occupée par une grande salle, directement desservie par l’escalier principal. Le bâtiment étant simple en profondeur, la pièce prend jour sur cour et sur jardin, par six fenêtres disposée en vis-à-vis. On y entre par le pallier de l’escalier, du côté sud, et une porte située à l’opposé distribue une grande chambre qui occupe tout l’étage du pavillon occidental ; deux portes factices symétriques des précédentes sont aménagées du côté nord.

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Vue d’ensemble de la grande salle du premier étage, depuis le sud-est

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Vue d’ensemble de la grande salle du premier étage, depuis le sud-est (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Lorsqu’il prend en main l’aménagement de cette pièce, Valdec y trouve un décor datant de l’époque de la construction du château : un plafond à solives apparentes à décor peint sur les poutres, solives et entrevous tant plein que vide, et une cheminée à décor sculpté. L’inventaire de 1837 indique qu’il fait faire « six croisées avec leur volet et abbajour, le tout en bois dur, un parquet tout boisé, le planché [plafond] restauré et rafraîchis en peinture à l’huile, ce qui est resté en mur peint en personnage à peinture à l’huile, le tout avec beaucoup de dorures, un grand tableau sur toille peint à l’huile, encadré de grande dimention pour faire face à la cheminée, toutes les boiseries vernies et peint à l’huile ».

Le décor du plafond « à la française » se place clairement dans la tradition des décors des grandes demeures du XVIIe siècle, bien représentée en Forez, par exemple à la célèbre Bastie d’Urfé13. Il se compose de cartouches rouge, gris ou ocre jaune, à motifs peints en grisaille, sur fond bleu et jaune alterné. Le décor a pour thème principal la guerre et la victoire dans l’antiquité romaine, décliné en scènes figurées représentant des soldats romains sur la face inférieure des poutres, des victoires ailées soufflant dans une trompe et dont le corps se termine en feuilles découpées et pampre de vigne, et des trophées d’armes (avec entre autres des boucliers figurant la tête de Méduse ou Pégase, et des étendards avec l’inscription SPQR) sur les faces latérales des poutres, des objets entrecroisés (une torche et un carquois entourés d’une couronne, deux flèches nouées par un ruban, un glaive et une pique derrière un bouclier…) sur les solives et enfin des trophées d’armes sur les sablières.

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Plafond de la grande salle du premier étage

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Plafond de la grande salle du premier étage (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

La cheminée14, en bois peint en faux marbre avec des rehauts dorés, présente un décor sculpté assez sobre (à palmes entrecroisées, têtes d’enfants et trophées composés de deux lances et une trompe entrecroisées) mais d’une très belle qualité d’exécution15.

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Cheminée de la grande salle du premier étage, détail du manteau

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Cheminée de la grande salle du premier étage, détail du manteau (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Sur l’entablement figure l’initiale L couronnée, pour le roi Louis XIII ou plutôt, à partir de 1643, Louis XIV.

Il n’est pas fait mention du décor porté par les murs de la pièce : s’il y en avait un, sous forme de peinture, lambris (comme dans la salle à manger, au rez-de-chaussée) ou tapisserie, il a peut-être été endommagé ou rendu inadapté par la réfection des fenêtres mentionnée par l’inventaire de 1837. Pour remplir ces six trumeaux vides, Valdec de Lescure fait un choix d’antiquaire, en reproduisant grandeur nature certains personnages du premier quadrille de la Courses de testes et de bague faites par le roy (…) en l’année 166216.

Frontispice. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l'année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris

Frontispice. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris.

Les Courses de testes et de bague sont un carrousel, une fête avec jeux équestres, donné les 5 et 6 juin 1662 par Louis XIV pour fêter la naissance du dauphin en novembre de l’année précédente. Les épreuves sont des jeux d’adresse (enfiler une bague au bout d’un bâton ou embrocher une tête de mannequin avec une lance) auxquels s’exercent des équipes (ou quadrilles) de cavaliers richement costumés, dont la première est menée par le roi en personne, et la seconde par Monsieur, son frère, le tout sur des lices aménagées de façon à accueillir la cour et un large public17. Quelques années plus tard, l’événement est choisi parmi les premiers sujets de gravure pour la Chalcographie du Louvre, atelier de gravure sur cuivre fondé en 1667 par Louis XIV pour faire connaître les hauts faits de son règne et reproduire les œuvres des collections de la Couronne. Le carrousel de 1662 fait également partie des premiers livres édités dès 1670 à partir de ces gravures, qu’ils accompagnent de dédicaces et de descriptions. Gravures et ouvrages étaient destinés à une assez large diffusion : on trouve ainsi plusieurs exemplaires du livre dans les différents fonds de la Bibliothèque nationale de France, mais aussi à la Bibliothèque municipale de Lyon18. C’est Charles Perrault qui est l’auteur des descriptions accompagnant les représentations des cavaliers, gravées par François Chauveau d’après des dessins d’Henri Gissey, dessinateur des « plaisirs du roi », concepteur des costumes illustrant cinq nations de fantaisie : les Romains (le quadrille du roi), les Perses (celui de Monsieur), les Turcs, les Indiens et enfin les Sauvages de l’Amérique.

Fol. 22 : Pages romains. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l'année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris

Fol. 22 : Pages romains. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris.

Ces illustrations s’insèrent ainsi très bien dans le décor de la pièce : ils représentent des soldats vêtus à la romaine, comme sur le plafond, et s’accordent avec le monogramme de la cheminée. On ne sait pas si M. de Lescure a possédé un exemplaire du livre imprimé en 1670 (il ne semble pas avoir fait partie des livres de Mme de Lescure, dont l’inventaire malheureusement inachevé fait suite à celui de ses meubles en 1837 ; une « boîte de dessein appartenant à Mr de Lescure aîné » est cependant mentionnée dans la tour attenante au pavillon oriental, qui peut avoir contenu une collection de dessins et gravures d’amateur).

Pour garnir les murs de la grande salle19, six cavaliers ou groupes de cavaliers sont choisis : le premier trumeau à droite (côté jardin) lorsque l’on entre dans la salle est occupé par le roi (partie centrale de la double page 25-26), tourné vers le visiteur ;

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Décor de la grande salle du premier étage : Louis XIV en empereur romain, d’après les gravures du carrousel de 1662

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Décor de la grande salle du premier étage : Louis XIV en empereur romain, d’après les gravures du carrousel de 1662 (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

en suivant sur le même mur sont représentés le maréchal de Gramont, maréchal de camp général (fol. 17),

Le maréchal de Gramont

Fol. 17 : Le Mareschal de Gramont mareschal de camp général. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris – Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Décor de la grande salle du premier étage : le maréchal de Gramont (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

puis un couple de pages romains (fol. 22). En face, dans le même ordre (de l’entrée vers le fond de la pièce), figurent Monsieur (Philippe d’Orléans), frère du roi, adaptation inversée (afin que le cavalier soit également face au visiteur) de la gravure du folio 3420,

Monsieur, frère du roi, en roi de Perse

Fol. 34 : Monsieur roy de Perse. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris – Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Décor de la grande salle du premier étage : Monsieur, frère du roi, en roi de Perse (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004).

puis un aide de camp romain (fol. 23) et enfin le couple de cavaliers qui accompagne le roi sur le folio 25, inversés eux aussi (afin d’être tournés vers l’intérieur de la salle).

Couple de cavaliers

Fol. 25 : Le roy, empereur romain. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670 © BNF, Paris – Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Décor de la grande salle du premier étage : couple de cavaliers (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Chaque cavalier ou couple de cavaliers est posé sur un phylactère, rappelant celui qui donne la légende de l’image sur les gravures où il est placé au-dessus du sujet, et surmonté d’un médaillon dans une couronne de laurier, posé sur un phylactère, deux palmes et deux trompes entrecroisées, motif inspiré de celui qui est représenté au-dessus du roi sur la double page 25-26. Il n’y a pas d’inscription sur les phylactères. Les personnages, les accessoires et les chevaux sont peints en grisaille ; les costumes, les harnachements et les phylactères sont peints en bleu et rouge, avec des rehauts verts (pour les harnais sur les trumeaux ouest), rose et bleu clair (motifs décoratifs), dorés (bordures, galons…) et argentés (mors des chevaux). Les peintures sont réalisées à sec (et non à fresque), à l’huile, sur un fond peint en faux marbre. Les gravures ont été adaptées, avec, outre les changements de sens, quelques simplifications dans les costumes (plumes, crins des chevaux, motifs des cuirasses…) et l’inversion des phylactères, placés au bas du cadre au profit d’un motif plus riche en partie supérieure. Les scènes ont un soubassement en faux marbre rouge. L’utilisation de la grisaille et le fait que les yeux des personnages soient vides (hormis ceux de Louis XIV, où une pupille a été dessinée sans doute a posteriori) renforce le caractère monumental du décor en donnant aux cavaliers l’aspect de statues.

Le décor est complété par des dessus-de-porte figurant des armoiries dans un médaillon ovale, dans un cadre de volutes, avec de part et d’autre deux anges munis de carquois et d’arcs enrubannés. Ce sont également des créations de M. de Lescure. Après l’hommage au souverain sous le patronage duquel est désormais placée la salle, les dessus-de-porte sont le support de la mémoire familiale : les armoiries des membres fondateurs de la famille Girard y sont ainsi reproduites, et sans doute copiées d’après le plafond de la grande chambre du pavillon ouest, dite « d’Henri IV »21 : au-dessus de la porte sud-ouest, en face de l’entrée de la salle, armoiries de Catherine Navergnon, seconde femme de Jacques III Girard22 ; de l’autre côté de la cheminée, armoiries d’Antoinette Fortune, première femme de Jacques III Girard23 ; en face, au nord-est, armoiries inachevées des Lescure ?24 ; enfin, au-dessus de la porte d’entrée, armoiries des Gémier des Périchons25. Les armoiries des Girard, qui manqueraient à l’appel, sont sculptées au-dessus de la porte d’entrée de la salle, du côté extérieur, et donc à une place bien visible. La présence du blason de la famille Gémier des Périchons pose question, car rien ne les relie avec Vaugirard, mise à part le rachat de l’ancien hôtel de Montbrison.

L’ implication de Valdec de Lescure dans la réalisation du décor est reprise dans l’inscription gravée sur une plaque de cuivre vissée sur la hotte de la cheminée, qui indique « cette salle a été restaurée par Jean Baptiste de Lescure et Aimé Moreau artistes en 1837 »26. « Artistes » est écrit au pluriel, ce qui place le commanditaire au même rang que son exécutant. Celui-ci est nommé « Moreau, peintre » sur la facture des décors, qui détaille son intervention : six panneaux (les cavaliers), quatre dessus-de-porte, un devant de cheminée, le dessus de la cheminée, la frise du plafond, pour un total de 700 F27. Aimé Moreau n’est pas connu des principaux répertoires de peintres28, il ne s’agit sans doute pas d’un artiste de premier ordre, mais au moins d’un bon praticien.

Alors que le style Troubadour est en faveur, en particulier pour l’ameublement des châteaux, Jean Baptiste Valdec de Lescure fait le choix d’un décor certes historiciste, mais qu’il choisit en lien étroit avec le lieu pour lequel il est conçu : il complète le décor existant du milieu du XVIIe siècle en utilisant une œuvre à peu près contemporaine et présentant des similarités iconographiques. Le projet n’était sans doute pas de réaliser un pastiche, même s’il place dans le nouveau décor les armoiries du commanditaire du décor originel de la salle : les grands cavaliers peints ne renvoient à aucun modèle similaire au XVIIe siècle. En revanche, la physionomie de Louis XIV, abondamment diffusée par les portraits officiels, est immédiatement reconnaissable, et M. de Lescure choisit de lui adjoindre en vis-à-vis son frère, qui pourtant ne faisait pas partie du quadrille des Romains : il faut sans doute y voir l’affirmation des opinions monarchistes du commanditaire, et peut-être de sa fidélité à Louis-Philippe, descendant de Philippe d’Orléans, et non au duc de Bordeaux. On peut rappeler que la ville de Montbrison s’est positionnée aux côtés des fédéralistes lyonnais, partisans de la royauté, en 1793 : la répression a touché de nombreux montbrisonnais, guillotinés et fusillés à Lyon et Feurs, de novembre 1793 à févier 1794, et Montbrison, rebaptisé Montbrisé, est temporairement écartée de la vie politique, le chef-lieu du nouveau département de la Loire étant installé à Feurs (avant d’être déplacé à Montbrison dès 1795)29. Cette inscription dans la continuité va cependant être de courte durée : la IIe République est proclamée en 1848 et voit l’interruption définitive du régime monarchique en France ; quant à Jean Baptiste de Lescure, marié tardivement et père de plusieurs enfants illégitimes reconnus au moment de son mariage ou peu après, il est le dernier descendant des Girard à habiter Vaugirard : après son décès en 1877, le château est vendu par adjudication et acheté en 1879 par Benoît Charvet, négociant en charbon et coques métallurgiques et ancien maire de Saint-Étienne.

C’est surtout grâce à la présence de la cheminée ornée de panneaux peints située dans la grande chambre dite « d’Henri IV »30, œuvre pourtant remontée et hétérogène mais dont le riche décor a frappé Louis Bernard31 infatigable recenseur du service des Monuments historiques des années 1960 à 1980, que le château et son décor ont été classés MH en 197032. À cette date, les objets ou décors du XIXe siècle protégés au titre des Monuments historiques sont encore rares, et si Louis Bernard reconnaît l’intérêt de la grande salle, « typique d’une manière de vivre », il a sans doute été décontenancé par l’aspect hybride de son décor, en partie conservé dans son état du milieu du XVIIe siècle (la cheminée), en partie « restauré » ou plutôt repeint (le plafond) et en partie créé dans le 2e quart du XIXe siècle (les cavaliers et les dessus-de-porte, dont il ne semble pas avoir reconnu le modèle), pourtant si original et personnel dans sa conception.

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Détail de la grille du portail

Château de Vaugirard, Champdieu (Loire). Détail de la grille du portail (Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Caroline Guibaud – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUIBAUD, Caroline. « Le carrousel de 1662 au château de Vaugirard (Champdieu, Loire) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 27 août 2013 [consulté le …]. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/1949

______________________________________________________________________________
Notes
  1. IA42003048, mise en ligne du dossier courant 2014. Le château se visite : 1er juin-30 septembre, du dimanche au jeudi, 14 h 30-18 h ; groupes : toute l’année sur rendez-vous. Site internet : http://dmd.free.fr/champdieu/vaugirard.html []
  2. Par convention pour distinguer les homonymes de la lignée : Jacques III []
  3. Voir le dossier électronique IA42001623, Hôtel Girard puis Girard de Vaugirard, 7 rue Saint-Pierre à Montbrison []
  4. Denis Jeanson a réalisé une étude détaillée du château et de ses propriétaires à partir de documents conservés sur place ainsi que dans le Fonds Chaleyer, collection de documents réunis par un érudit et conservé aux Archives départementales de la Loire. Voir JEANSON, Denis. Le château de Vaugirard. Accès Internet : <URL : http://djeanson.free.fr []
  5. IA42003049, mise en ligne du dossier courant 2014. []
  6. Pour la généalogie des Girard, voir SALOMON, Émile. Les châteaux historiques… du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire. Réimpr. de l’édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979, T. I, p. 391-396. []
  7. Ce surnom lui est donné dès sa jeunesse, comme en témoigne sa correspondance alors qu’il est encore élève au petit séminaire d’Aix-en-Provence. AD Loire, fonds Chaleyer, manuscrits : CHMS 94-106. []
  8. La date de 1820-1821 est proposée par Denis Jeanson. []
  9. Généralité de Lyon – Département de la Loire. Traversée de Montbrison pour la route de Lyon en Auvergne n°8 en celle de Roanne en Languedoc n°11. Encre, lavis. AD Loire, copies consultées à la Bibliothèque de la Diana à Montbrison, C géo 143. []
  10. Ce que confirme l’Etat des sections en 1809, AM Montbrison, série 1G 13. []
  11. Année durant laquelle s’achève enfin en sa faveur le procès lié à la succession de son premier époux, Christophe La Pierre Saint Hilaire. AD Loire, fonds Chaleyer, manuscrits : CHMS 94-106. []
  12. AD Loire, CHMS 94/5. Etat sommaire des objets mobiliers existants actuellement dans le château de Vaugirard situé en la commune de Champdieu appartenant à madame de Lescure née Vaugirard. [1837] (transcrit par D. Jeanson) : « Dans une chambre et un cabinet encore au dessus de l’ancien bûcher, aujourd’hui le grand sallon (…) Cette chambre est réservée à Mme de Lescure » ; « Dans une autre chambre au dessus du petit bûcher (…) ces 2 dernières chambres, madame de Lescure se les réserve, sauf meilleur avis » []
  13. Chambre dite de Claude d’Urfé ; voir IA42000621, http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA42000621. []
  14. IM42002193, mise en ligne du dossier courant 2014. []
  15. Cette cheminée, comme celle de la salle à manger, au rez-de-chaussée, peut être rapprochée des décors réalisés au château voisin de Sury-le-Comtal, à partir de 1642, par l’ornemaniste Germain Baudouin et le sculpteur Claude Désiré. Le décor de cuir gaufré et doré (dit cuir de Cordoue) a été installé un siècle plus tard dans le cadre au centre de la hotte. Il porte la devise de Pierre Clément Girard de Colombette, veuf de la petite fille de Jacques IV de Vaugirard, qui obtient en 1738 la propriété du château au terme d’un procès l’opposant à ses beau-frère et belle-soeur (Jeanson, loc. cit.). []
  16. PERRAULT, Charles. Courses de testes et de bague faites par le Roy et par les princes et seigneurs de sa cour en l’année M.DC.LXII. Paris : Imprimerie royale, 1670. Disponible en ligne sur Gallica, bibliothèque numérique de la BNF, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111049g. Frontispice gravé par Gilles Rousselet (Aegid Rousselet sculp.), bandeaux et lettrines par François Chauveau (F. Chauveau fecit, F. Chauveau Jn. a fecit), vues d’ensemble de la place du Carrousel par Israël Sylvestre (fol. 15 : Dessiné et gravé par Israël Sylvestre avec privilège du roi 1664), cavaliers par François Chauveau (fol. 24 : F. Chauveau deli et sculpt. []
  17. La fête devait avoir une telle magnificence que la place Royale (actuelle place des Vosges), où se tenaient habituellement les carrousels, a été jugée trop petite et écartée au profit de la place située entre le Louvre et les Tuileries, qui prit à cette occasion le nom de place du Carrousel []
  18. L’exemplaire le plus prestigieux, gouaché par Bailly et agrémenté de dorure, était destiné à la collection personnelle de Louis XIV ; il est conservé à la Bibliothèque municipale de Versailles, ancien Rés. gr. in-fol. A 21 (a) m. Un exemplaire des gravures seules, collées bout à bout de façon à former de grands panoramas, est conservé au musée Condé à Chantilly []
  19. IM42002192, mise en ligne du dossier courant 2014. []
  20. Le costume de perse n’est pas très différent du costume romain… []
  21. Ces armoiries sont décrites, avec un emplacement approximatif, lors d’une excursion des membres de la Diana, Société historique et archéologique du Forez, en 1879. REVEREND DU MESNIL, Clément-Edmond. Rapport sur l’excursion archéologique faite par la société de la Diana à Moingt, Champdieu, Chalain-d’Uzore et Montbrison, les 6 et 7 juillet 1879, Bulletin de la Diana, t. 1, n°6, 1880, p. 238-239 []
  22. D’or à la bande d’azur chargée de trois coquilles d’argent, accompagnée en chef d’une étoile d’argent et en pointe d’un croissant du même []
  23. Parti : au 1, de Girard, d’azur, à trois épis d’or, au chef de gueules chargé de trois roses d’argent ; au 2, d’or, à l’étoile d’azur en chef, deux besans de gueules en fasce et un coeur aussi de gueules percé d’une flèche de même en pointe []
  24. Écartelé : au 1 et 4, d’argent, ou laissé en blanc ? ; au 2 et 3 : de sinople à trois roses d’or en pal, à deux fasces du même brochant entre les roses ; les armoiries de Lescure, décrites par É. Salomon, loc. cit., attendraient, au 1 et au 4, d’or au lion d’azur tenant une croix ancrée de gueules, et au 2 et au 3, l’azur à la place du sinople []
  25. D’azur, au chevron d’or accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d’un lion du même []
  26. Transcription complète : CETTE SALLE A ETE BATIE EN 1600, SOUS HENRI IV, PAR NOBLE JACQUES DE GIRARD / PRESIDENT AU BAILLAGE DE FOREZ SEIGNEUR DE VAUGIRARD, DE / GRANDRIS, DE COLOMBETTE ET DU BOURG DE ST JUST / CETTE SALLE A ETE RESTAUREE PAR JEAN BAPTISTE DE LESCURE / ET AIME MOREAU ARTISTES EN 1837. on peut remarquer l’abandon du surnom de jeunesse Valdec, que l’on constate dans les documents dans la 2e moitié du XIXe siècle []
  27. AD Loire, Fonds Chaleyer, CHMS 94/5. Mémoire des ouvrages de peinture exécutés pour Mme de L’Escure de Vaugirard par Moreau peintre, savoir : 6 panneaux, 400 F / 4 dessus de porte, 100 F / 1 devant de cheminée, 50 F / le dessus de la cheminée, 50 F / la frise du plafond, 100 F / Total 700 F. Réglé 600 F / Pour Mr Moreau / [signé] De Lescure. []
  28. Pour la région lyonnaise, AUDIN, Marius. VIAL, Eugène. Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais. Paris : Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1919. Plus largement : BÉNÉZIT, Emmanuel. Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs… Paris : Gründ, 1976. []
  29. LATTA, Claude. Histoire de Montbrison. Lyon : Horvath, 2e éd., 1994, p. 95-110. []
  30. IM42002194, mise en ligne du dossier courant 2014 []
  31. A CRMH Rhône-Alpes. Dossier de recensement du château de Vaugirard, par Louis Bernard. Rapport et photographies datés de septembre 1967, complément d’information de mai 1969. []
  32. 1970/05/21 : classé au titre immeuble. Le décor de la « salle des Chevaliers » est mentionné dans l’arrêté de classement du château, mais a bénéficié du versement d’une notice individualisée dans la base Palissy, signalant son classement au titre immeuble à la même date. Voir http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/, PA00117444 et PM42000105. La cheminée de la chambre d’apparat n’a pas de notice dans Palissy. []

2 réponses

  1. lecendre jj dit :

    je recherche un peintre signant ses œuvres (valdec )peut être s agit il de jean baptiste de lescure ? dit valdec merci à l’avance pour tous renseignements

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Bonjour Monsieur Lecendre,
      Merci de votre retour sur cet article.
      Je n’ai malheureusement aucun renseignement concernant la possible production picturale de Jean-Baptiste Lescure, et mes recherches dans les instruments bibliographiques traditionnels n’ont mené à rien.
      Si je comprends bien votre commentaire, vous connaissez des œuvres signées « Valdec ». Sont-elles datables du milieu du 19e siècle (entre 1830 et 1877) ?
      Une piste possible serait de regarder des photographies du domaine de Vaugirard et de ses alentours, au cas où un des sujets représentés sur les tableaux serait inspiré des paysages environnant le château ou du château lui-même et de ses décors. Les dossiers réalisés par le service de l’Inventaire ne seront disponibles sur internet qu’en 2014, mais vous pouvez d’ores et déjà consulter les photographies prises par M. Jeanson, sur son site http://djeanson.free.fr/.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *