Panorama des usines et machines textiles protégées au titre des monuments historiques en Rhône-Alpes

Le legs de l’industrie est au cœur de nos problèmes de société. Aujourd’hui encore, c’est la qualité des réhabilitations culturelles qui domine le paysage des réutilisations1 de sites industriels protégés en Rhône-Alpes. La protection de cette architecture industrielle ne représente que 1,8% de l’ensemble des protections au titre des monuments historiques de la région Rhône-Alpes2. Parmi de nombreux exemples, la Cartoucherie nationale, est un « modèle » de cette politique de protection. C’est peut-être également, en cette période de décentralisation, un des derniers grands projets de cette nature avec le puits Couriot, l’usine Fléchet.

Cartoucherie de Bourg-les-Valence (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010, ADAGP).

Cartoucherie de Bourg-les-Valence (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010, ADAGP).

Outre ces exemples, on peut voir l’attention portée à cet important legs industriel par le type de bâtiments emblématiques devenus monuments historiques. Ainsi, le site de la Grande Vapeur à Oyonnax (01), construit en 1905 par l’architecte Auguste Chanard, est protégé monument historique : classé pour les extérieurs et inscrit pour les intérieurs en 1988. Ce bâtiment majestueux rappelle ainsi l’activité de ce territoire et son passage de la corne au celluloïd pour la fabrication des peignes. C’est là que pourrait s’installer le musée du peigne et de la plasturgie3.

Vue d'ensemble de la Grande Vapeur( Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2012, ADAGP).

Vue d’ensemble de la Grande Vapeur (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2012, ADAGP).

Vue intérieure de la Grande Vapeur (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1993, ADAGP).

Vue intérieure de la Grande Vapeur (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1993, ADAGP).

A Lyon, une instance de classement d’office et un arrêté d’inscription en 1975 ont sauvé la halle Tony Garnier, édifice unique en son genre sur le point d’être démoli. Aujourd’hui, ce bâtiment reste le seul témoin des anciens abattoirs de la Mouche. La halle est réhabilitée en 1986 par le cabinet d’architectes Reichen et Robert, puis en 2002 par Michel Constantin architecte, les Ateliers de la Rize. Cette halle est désormais utilisée comme salle de concert et d’expositions.

Halle Tony Garnier (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008, ADAGP).

Halle Tony Garnier (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008, ADAGP).

La chapellerie Mossant construite en 1929, localisée à Bourg-de-Péage (26) et reconvertie en centre commercial et logements4, a été réalisée par l’architecte Luigi Puricelli. Bien qu’inscrit monument historique en 2004, ce bâtiment n’a bénéficié d’aucune subvention de l’Etat. La rizerie de Modane5 est inscrite en 1987 et la rotonde ferroviaire de Chambéry6 en 1984 ; ce sont des témoignages de l’histoire du rail, de la circulation et du stockage des marchandises en Rhône-Alpes.

Chapellerie Mossant (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Chapellerie Mossant (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Carte publicitaire de la chapellerie Mossant (Arch. dép. Drôme. Repro. Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Carte publicitaire de la chapellerie Mossant (Arch. dép. Drôme. Repro. Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Rotonde de Chambéry (Dominique Peyre © Drac Rhône-Alpes, 2008).

Rotonde de Chambéry (Dominique Peyre © Drac Rhône-Alpes, 2008).

Rizerie de Modane (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2012, ADAGP).

Rizerie de Modane (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2012, ADAGP).

D’autres sites ont été inscrits : les Chais beaucairois à Lyon en 2003, dernier élément industriel du quartier de l’industrie de Vaise, transformé en multiplex. L’un des derniers exemples d’atelier de tissage en place à Lyon, l’atelier Mattelon dans le quartier de la Croix-Rousse a été protégé en 2010, longtemps après ses métiers à tisser à bras. En 2011, une partie de l’usine Tase (usine de soie artificielle) à Vaulx-en-Velin est inscrite au titre des monuments historiques sans que la cité ouvrière n’ait été pour l’instant prise en compte. La tour de trempe à Unieux (42), site encore en activité pour la trempe des métaux pour la fabrication de canons et arbres de marine, reste une protection non aboutie. En 2006, des éléments majeurs de la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne où s’est installée en partie la Cité du design sont inscrits…

Charpente des Chais Beaucairois (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2000, ADAGP).

Charpente des Chais Beaucairois (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2000, ADAGP).

Vue intérieure des Chais Beaucairois (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2000, ADAGP).

Vue intérieure des Chais Beaucairois (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2000, ADAGP).

Usine Tase (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009, ADAGP).

Usine Tase (Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009, ADAGP).

Manufacture royale d'armes de Saint-Etienne (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

Manufacture royale d’armes de Saint-Etienne (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

L’usine Fléchet à Chazelles-sur-Lyon abrite depuis 2013 le musée du chapeau. Cette usine a été construite en deux phases successives : 1902 puis 1927. Les bâtiments de 1902 sont inscrits  au titre des monuments historiques. La cheminée de l’usine Marrel, classée monuments historiques en juillet 1992, est le seul élément subsistant des installations initiales et reste un signal fort sur l’autoroute A47, près de Rive-de-Gier.

Usine Fléchet, carte postale (Repro. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

Usine Fléchet, carte postale (Repro. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

Cheminée Marrel (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010, ADAGP).

Cheminée Marrel (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010, ADAGP).

Le puits Couriot à Saint-Etienne7, actuel musée de la mine protégé en totalité en 2011, reste un des principaux lieux de mémoire du bassin houiller stéphanois avec le puits des Combes à la Ricamarie également inscrit en 2003. Le chevalement du puits des Combes, construit de 1935 à 1950, fait partie de la deuxième génération des chevalements en béton, apparus dans les années 1930. Sont classés en totalité les quatre hauts-fourneaux, remarquables, de 1827 et 1845, vestiges de l’ancienne fonderie situés au lieu-dit Meilhe à La Voulte-sur-Rhône8.

Le puits Couriot (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008, ADAGP).

Le puits Couriot (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008, ADAGP).

Puits des Combes (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

Puits des Combes (Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005, ADAGP).

La filature de J.B. Martin, à Tarare, est l’un des derniers bâtiments les plus représentatifs d’un mode social de travail révolu : l’internat industriel. Ce type d’organisation du travail fut très répandu dans la région Rhône-Alpes, après la révolte des canuts de la Croix-Rousse à Lyon en 1831. L’usine construite de 1839 à 1843 par l’architecte Toussaint Cateland sur le modèle des manufactures en étage, rassemblait une main-d’oeuvre de jeunes filles âgées de 12 à 21 ans, logées et nourries à l’usine. Seuls subsistent le moulinage, la maison de maître transformée en clinique et les écuries. Des traces du jardin d’agrément sont encore visibles. En 1987, le site est inscrit en totalité ainsi que les façades et les toitures des écuries.

Usine-pensionnat J.B. Martin (Pierre Plattier © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1990, ADAGP).

Usine-pensionnat J.B. Martin (Pierre Plattier © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1990, ADAGP).

Les écuries (Pierre Plattier © Région Rhône-Alpes,inventaire général du patrimoine culturel, 1990, ADAGP).

Les écuries (Pierre Plattier © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1990, ADAGP).

La manufacture de soierie et la cité ouvrière Girodon9 sont édifiées entre 1873 et 1875 à Saint-Siméon-de-Bressieux. C’est l’illustration de la migration de la soierie à la campagne, à un moment où les patrons lyonnais recherchent un personnel nouveau et moins exigeant. L’OPAC de l’Isère a acquis la cité Girodon pour la réhabiliter en logement social. Le site est inscrit au titre des monuments historiques (usine et cité) le 17 juillet 1990, comme témoin exceptionnel de la mise en œuvre de la terre crue pour la construction de la cité et comme remarquable exemple vertical et horizontal pour ce type de fabrique.

Usine-pensionnat Girodon, carte postale 1950 (CID © Drac Rhône-Alpes, 2012).

Usine-pensionnat Girodon, carte postale 1950 (CID © Drac Rhône-Alpes, 2012).

La Cartoucherie nationale de Bourg-lès-Valence10, implantée en 1874, témoigne encore de ce qui aura été vraisemblablement l’établissement industriel le plus important de ce territoire. Depuis 1993, la commune est propriétaire, au quartier Chony, d’un site d’environ 6 hectares, à l’état de friche industrielle. Cette cartoucherie est installée en partie dans une ancienne usine textile (1855). Sa protection au titre des monuments historiques en 2003 et la réutilisation en pôle image-création « Folimage », ne peuvent que soutenir la reconnaissance patrimoniale de ce lieu de mémoire ouvrière dont les bâtiments subsistants apportent un témoignage architectural de l’industrie textile du milieu du 19e siècle et de l’histoire d’une cartoucherie nationale.

Cartoucherie nationale (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Cartoucherie nationale (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Cartoucherie nationale, vue est (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Cartoucherie nationale, vue est (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004, ADAGP).

Enfin, la question des machines industrielles protégées en Rhône-Alpes reste problématique. Ce qu’illustre l’exemple des métiers à tisser particulièrement vulnérable, s’ils ne sont pas déposés en musée. Dans les exemples de métiers à tisser présentés ci-dessous, en général situés dans leur lieu de fonctionnement, c’est-à-dire l’atelier productif ou non (école d’apprentissage) montrent que tous sont menacés de destruction ou d’oubli.

Métier à tisser à bras classé MH (Arch. dép. Rhône. Repro. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2003, ADAGP).

Métier à tisser à bras classé MH (Arch. dép. Rhône. Repro. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2003, ADAGP).

Parmi eux, les huit métiers à tisser la dentelle classés en 1996 de la société Commarmond11 sont en partie déclassés lors de la fermeture du site : six d’entres eux sont déclassés en 2009 (dont l’un sauvé par une association). Les deux métiers encore classés ont rejoint la Cité internationale de la dentelle de Calais en 2010. De même, les 16 métiers à tisser Jacquard protégés de l’ancienne école de tissage de Lyon sont stockés dans un dépôt ; dans le lot, quatre métiers à bras classés sont démontés, le châssis bois ayant disparu, seule subsiste la mécanique jacquard ; les 12 métiers mécaniques inscrits ont tous disparus – ils auraient été jetés par inadvertance12. La question est également posée du devenir de la dernière pompe de Cornouailles, classée monument historique en 1992, d’une hauteur de 20 m avec un balancier de 36 tonnes, et conservée dans l’ancienne usine des eaux de Saint-Clair, elle-même inscrite au titre des monuments historique en 1988 ainsi que les bassins filtrants13.

Métiers à tisser la dentelle classés MH (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007, ADAGP).

Métiers à tisser la dentelle classés MH (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007, ADAGP).

Métiers à tisser la dentelle (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2003, ADAGP).

Métiers à tisser la dentelle (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2003, ADAGP).

Pompe de Cornouailles (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1988, ADAGP).

Pompe de Cornouailles (Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1988, ADAGP).

Vue d'ensemble de l'usine des eaux de Saint-Clair (Repro. Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1988, ADAGP).

Vue d’ensemble de l’usine des eaux de Saint-Clair (Repro. Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1988, ADAGP).

La sauvegarde de cet héritage industriel14 interroge et nécessite donc une prise de conscience collective pour dépasser les réaffectations à vocation essentiellement culturelles, ou relevant du seul secteur public (la protection), qui dominent encore le paysage du patrimoine reconverti. De même, la politique du développement durable constitue un autre facteur sociétal favorable au renouvellement de la gestion du patrimoine industriel dans son ensemble.

Nadine Halitim-Dubois, chercheur, service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

HALITIM-DUBOIS Nadine. « Panorama des usines et machines textiles protégées au titre des monuments historiques en Rhône-Alpes », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 13 septembre 2013 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2008>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Halitim-Dubois, N., Legs industriel : un vecteur de reconquête économique, ss la dir. Marina Gasnier et P. Lamard (dir.), Histoire, mémoire & patrimoine, UTBM Université Technologique de Belfort-Monbéliard, Lavauzelle 2007, p. 128 à 134 []
  2. Bardisa Marie, 1913-2013, Cent ans de protection de monuments historiques en Rhône-Alpes, EMCC, 2013, p. 13 []
  3. La Grande Vapeur, usine de l’Union Electrique 1905, étude de faisabilité, Ville d’Oyonnax,1987 []
  4. AD Drôme : 32 Fi ; 4Fi ; 5 Fi 272 ; 71 Fi 18 et 54 ; 8 Fi 11 et 12. 17 photographies. 1920 []
  5. Perron, Dominique, La Rizerie des Alpes, I.S.M.H., restauration et réutilisation. Février 1996 []
  6. Juttet, F. Chambéry lecture d’une ville, patrimoine, architecture, urbanisme. ed. Comp’Act, 2005 []
  7. Peyre, Philippe, Couriot, l’album, editeur scientifique, Musée de la Mine de Saint-Etienne, 2002. []
  8. Belhoste, Jean-François, Hauts Fourneaux, La Voulte, Fonte, Fer, Acier, Rhône-Alpes, L’inventaire, Images du Patrimoine,1992 []
  9. Behloste, J.-F., Smith P. (dir.), cinquante sites en France, Images du patrimoine, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 1997 []
  10. Daspres G., Drogue-Chazalet I., Mémoires de cartouchiers, travailler dans une cartoucherie nationale à Bourg-lès-Valence, Centre Louis Jourdan, Ateliers d’écritures, 1994 à juin 1995, Impressions Modernes-Guilherand-Granges, 1995 []
  11. Halitim-Dubois Nadine, « La maison Dognin : une entreprise entre Lyon et Calais de 1805 à 1970, Se déplacer du Moyen Age à nos jours, actes du 6e colloque européen de Calais, 2006-2007, Curveiller S. et Buchard L (dir.), janv. 2009 []
  12. Association, Soierie Vivante []
  13. Frangin Claude, Association l’Eau à Lyon et la Pompe de Cornouailles []
  14. Halitim-Dubois N., « Du passé faisons table rase ? » (avec Chassagne Serge) ; « Panorama industriel lyonnais » ; « Le paradoxe du patrimoine industriel lyonnais », in Archéologie Industrielle en France, numéro spécial Lyon, n° 54, sept. 2009, p. 15 à 19 ; p. 23 à 28, p. 91 à 92 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *