Le château de Montivert à Saint-André-en-Vivarais (Ardèche), œuvre de l’architecte lyonnais Pierre Martin ?

Addendum : Suite à la parution de cet article, des archives privées nous ont été aimablement communiquées. Ces nouveaux documents, tels que les plans de la maison du fermier et du 1er étage du château, sont des études préparatoires annotées. Dans ces notes, la manière caractéristique d’écrire la lettre « t » se retrouve à l’identique dans la signature de l’architecte pour ses projets de l’église Saint-André des Effangeas ; elle permet donc de conforter notre hypothèse selon laquelle Pierre Martin est l’architecte du château et des dépendances.

Vue d'ensemble

Vue d’ensemble (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

Le domaine de Montivert se situe au nord-est de la commune de Saint-André-en-Vivarais1 (Ardèche), dans une zone d’altitude des monts du Velay et Vivarais à 1070 m, en limite avec les communes du Mas-de-Tence et de Saint-Bonnet-le-Froid dans le département de la Haute-Loire.
Selon la tradition, l’existence d’un château sur les terres de Montivert remonterait au XIIIe siècle. Le premier noble connu semble être Hugues de Bronac, seigneur de Montivers, dont le nom apparaît en 1352 lorsqu’il prête hommage à Guillaume Bastet, seigneur de Crussol. Le château passe ensuite à la famille d’Iserand. En 1536 Annet de Montivers, de la maison d’Iserand, marie sa fille, Jeanne, à Pierre de Montagnac2. La famille de Montagnac habite le château jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. En 1744 Jean-Joseph de Montagnac épouse Gabrielle Vire du Liron qui, à la mort de son mari en 1753, devient propriétaire du château qu’elle transforme profondément3 ; vers 1750, le château, d’une relative importance, est représenté sur la carte de Cassini. Sans descendance, Gabrielle teste en 1771 en faveur de son frère Barthélemy Vire du Liron (voir son portrait en fin d’article). Les terres de Montivert passent alors à la famille du Liron et quatre générations se succèdent dans ce domaine. Parmi elles Charles-Henri Duliron de Montivers et son épouse Elisabeth Lacroix de Laval4, qui, décédés jeunes, laissent Amicie, leur fille unique mineure, orpheline. Marie-Joséphine-Amicie Duliron de Montivers (1823-1900) devient la seule héritière de Montivert. Après son mariage en 1841 avec son cousin Antoine-Louis de Lacroix-Laval (1814-1876)5, Amicie entreprend le remaniement de son bien.

Le château de Montivert avant et après remaniement, par Jourda de Vaux

Le château de Montivert avant et après remaniement, par Jourda de Vaux (repro. Simone Hartmann-Nussbaum © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP)

L’acte de mutation du 16 juin 1830 stipule une propriété composée d’une « terre appelée de Montivers située sur la commune de St André des Effangeas laquelle consiste en une maison de maître, jardin, bâtiments pour l’exploitation des propriétés, prés, pâturages, terre cultes et incultes, grande étendue de bois, (…) pins et sapins, le tout contigu ». Le plan cadastral de 1836 représente la parcelle6 avec trois corps de bâtiments organisés autour d’un plan en U auxquels s’ajoutent deux écluses, une serve, un moulin et une scie à eau à proximité du château, tandis que le contrat de mariage de 1841 indique brièvement « la terre de Montivers et ses dépendances situées sur la commune de St André des Effangeas et autres voisines ». En 1847, Amicie agrandit son domaine lorsqu’elle achète au marquis de Lestrange une forêt de haute futaie de 84 hectares, une ferme avec dépendances, des « usines telles que scies et moulins mus par l’eau » sur la commune de Saint-Bonnet-le-Froid. Enfin, Benoit-d’Entrevaux dans son ouvrage sur Les châteaux historiques du Vivarais décrit cette maison forte « composée d’un gros corps de bâtiment rectangulaire flanqué de deux donjons massifs », description complétée par une illustration de Jourda de Vaux.

Le domaine est administré par M. Mourier, régisseur, propriétaire sur la commune de Saint-André-des-Effangeas tandis que les époux Lacroix-Laval vivent dans leur hôtel situé 28 rue de la Charité à Lyon7.

Le château et ses dépendances sur les cadastres de 1836 et 1985

Le château et ses dépendances sur les cadastres de 1836 et 1985 (Paul Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2006 – ADAGP)

Vers 1855, Amicie de Lacroix-Laval modernise son patrimoine : le nouveau château est déplacé au nord-est, dominant mieux le domaine, et les nouvelles dépendances édifiées au sud-ouest en contrebas de l’ancien château ; les matrices cadastrales signalent la « nouvelle construction » achevée en 1857 et imposée en 1860.

Aucune archive sur l’histoire du chantier n’a été retrouvée : pas de correspondance entre les commanditaires et l’architecte, pas de plans, pas de devis. C’est dans le milieu lyonnais que nous avons recherché l’auteur et l’avons attribué à l’architecte lyonnais Pierre Martin (1824-1871).

Pierre Martin est en effet en relation avec la famille de Lacroix-Laval lorsqu’il publie en 1854 ses Recherches sur l’architecture, la sculpture, la peinture, la menuiserie, la ferronnerie dans les maisons du Moyen Age et de la Renaissance à Lyon ; en fin d’ouvrage le nom de Jean de Lacroix-Laval apparaît parmi les souscripteurs. Dans son supplément de 1862, intitulé Recherches sur l’architecture du Moyen Age et de la Renaissance à Lyon et dans les départements limitrophes, Pierre Martin reproduit une cheminée du château de la Duchère, possession de Gabriel de Riverieulx de Varax et son épouse Félicie de Lacroix-Laval, soeur d’un commanditaire de Montivert.

Par ailleurs nous avons retrouvé des avant-projets, non réalisés, signés de Pierre Martin pour la réédification de l’église paroissiale de Saint-André-des-Effangeas ; ces projets dessinés entre 1859 et 1860 correspondent à l’achèvement du chantier du château de Montivert. Parmi ces esquisses l’une introduit en façade des croix tréflées, motifs qui meublent les armoiries de la famille de Lacroix-Laval. A cette époque Antoine-Louis de Lacroix-Laval est membre du conseil municipal et Joseph Mourier, régisseur de Montivert, est également maire de la commune. Les deux hommes, très impliqués dans cette nouvelle entreprise, sollicitent l’architecte et financent pour partie la reconstruction du lieu de culte ; si les croix tréflées ne se retrouvent plus en façade des nouveaux projets de l’architecte Besset, ce motif est bien présent dans la façade du pavillon d’entrée du château.

Projet de Pierre Martin pour l’église paroissiale de Saint-André-des-Effangeas

Projet de Pierre Martin pour l’église paroissiale de Saint-André-des-Effangeas [AC Saint-André-en-Vivarais] (repro. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1998 – ADAGP)

Dans sa notice nécrologique sur Pierre Martin, H. Jacquet souligne un artiste de talent, issu d’une famille de tisseurs d’étoffes, qui entre à l’école de la Martinière et se fait vite remarquer par ses professeurs, dont Dupasquier, pour ses qualités d’artiste. Il participe ainsi avec son maître à la restauration de la cathédrale d’Autun et de l’église de Brou. Le vif intérêt qu’il porte à l’art de la Renaissance l’oriente vers des recherches sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance. Ses ouvrages déjà cités, publiés sous forme de recueils de planches, illustrent les édifices majeurs de ces époques, à Lyon. La justesse de ses relevés est accueillie de manière élogieuse dans un rapport de la société littéraire de Lyon par M. Martin-Daussigny : « (…) ces différents objets, dont le choix heureux prouve le bon goût de M. P. Martin, sont dessinés avec une pureté parfaite et une exactitude irréprochable » et l’architecte Savoye de la société académique d’architecture de Lyon souligne que « la perfection que l’on remarque dans le dessin [de Pierre Martin] s’allie admirablement à la bonne exécution et à la fermeté de la gravure ». Ce dessinateur aux qualités reconnues participe avec des architectes lyonnais réputés, tels que Giniez, Journoud, Lablatinière, aux décors des façades de la rue Impériale de Lyon à partir de 1853.

L'escalier de la rue Confort à Lyon (Pierre Martin, Recherches sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance)

L’escalier de la rue Confort à Lyon (Pierre Martin, Recherches sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance) (repro. Simone Hartmann-Nussbaum © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP)

La cheminée de la rue Tramassac à Lyon

La cheminée de la rue Tramassac à Lyon (Pierre Martin, Recherches sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance) (repro. Simone Hartmann-Nussbaum © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP)

Les dictionnaires biographiques définissent Pierre Martin comme architecte et graveur et c’est dans ses publications de 1854 et 1862 que Martin dévoile ses conceptions architecturales : « il fallait conserver des types artistiques, des modèles, peut-être pouvant servir à l’architecture de notre temps » et d’ajouter : « Or l’architecture, plus que les autres arts, est soumise à cette loi du raisonnement, qui doit la régénérer et lui ouvrir la voie économique qu’elle doit suivre dans l’avenir ; déjà, il ne suffit plus de bâtir des maisons solides et plus ou moins spacieuses ; on demande, de nos jours, l’élégance et le confortable dans les habitations des riches ». Ces affirmations pourraient s’appliquer à Montivert.

Si ce château conserve une architecture néo-médiévale enracinée dans son époque selon le souhait des commanditaires, l’architecte de Montivert produit ici un pastiche médiéval tardif, éclectique. Au décor flamboyant des façades flanquées de tours, d’échauguettes, de bandeau d’étage, de pignons et de faux-machicoulis s’ajoute un décor intérieur aux motifs exotiques discrets. Là se retrouve le raffinement d’un décor d’architecture exécuté avec finesse dans les lambris de hauteur à plis de serviettes, la sculpture des linteaux de cheminées, les vitraux armoriés de la chapelle tandis que dans les caissons des plafonds des salles d’apparat surgit la technique de la peinture sur papier collé, très coloré : au travers d’ornements végétaux se mêlent au centre du plafond du salon des figures exotiques comme celle d’Amicie couverte d’une coiffe orientalisante ou celle de son époux muni d’un casque à l’antique. Cet ensemble décoratif minutieux évoque encore le travail graphique de Pierre Martin, amateur de belle finition sans doute liée à une tradition familiale : celle de tisseur sur étoffes.

Caisson de plafond : Amicie Duliron de Montivers

Caisson de plafond : Amicie Duliron de Montivers (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

Caisson de plafond : Antoine-Louis de Lacroix-Laval

Caisson de plafond : Antoine-Louis de Lacroix-Laval (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

La crédence de la salle à manger

La crédence de la salle à manger (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

Ici, l’architecture « régénérée » s’ouvre à la modernité grâce à l’installation d’un chauffage à air pulsé dans la galerie d’apparat et la chapelle privée, la mise en place d’un monte-plat entre la cuisine et la salle à manger enrichie d’une crédence intégrée, l’existence d’une lampisterie en sous-sol et la présence d’un bûcher dans la cuisine. Et le confort – le « confortable » selon les mots de Pierre Martin – réside dans l’aménagement d’une double circulation réalisée par des couloirs dérobés construits de chaque côté des paliers de l’escalier, système permettant à chaque pièce d’être indépendante. La pose d’une double cloison avec vitrage dans le mur nord de l’escalier d’honneur renforce ce confort. D’autre part la rampe en ferronnerie soignée de ce grand escalier imite celle de l’escalier implanté au n° 32 de la rue Confort à Lyon reproduite par Pierre Martin dans ses Recherches sur l’art du Moyen Age et de la Renaissance. A ce sujet il écrit en 1854 : « les grillages à jour qui se développent autour des rampes et des paliers produisent un ensemble d’un bel effet ; ils donnent à l’escalier un caractère d’élégance et de richesse », ce qui se démontre ici. Et comment ne pas évoquer aussi la cheminée du grand salon qui s’inspire de celle de la rue Tramassac à Lyon, dessinée dans ce même ouvrage.

Le vestibule et le grand escalier

Le vestibule et le grand escalier (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

Détail de la ferronerie du grand escalier

Détail de la ferronerie du grand escalier (Simone Hartmann-Nussbaum © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP)

 

Le grand salonLa salle à manger

Le grand salon (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

La construction du château s’échelonne sur plusieurs années. On voit dans le pavement du vestibule d’entrée les armoiries de la famille de Lacroix-Laval sommées d’une couronne comtale. Or, ce titre de comte romain, Antoine-Louis de Lacroix-Laval ne le reçoit du pape Pie IX qu’en 1868, pour ses services rendus au Saint-Siège.

Les dépendances dispersées dans un domaine de 244 hectares, lorsque Amicie le lègue à son fils, relèvent d’une architecture vernaculaire sobre et fonctionnelle à l’exemple du pavillon d’entrée orné d’une croix tréflée, la bergerie, le bûcher, le fournil et le jardin potager clos de murs. La maison du fermier – dont les baies couvertes d’un linteau à soffite surélevé rappellent celles du château à proximité – reprend l’organisation d’une ferme locale dotée, dans sa partie habitable, d’un « court » constitué d’une succession de placards muraux intégrant horloge, souillarde, vaisselier ; éléments indispensables aux besoins de la vie quotidienne.

La maison du fermier

La maison du fermier (Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1999 – ADAGP)

Si Pierre Martin est bien l’architecte du château, il est probablement aussi l’auteur des dépendances, construites au même moment, pour lesquelles il adopte des principes développés dans son ouvrage intitulé De l’état actuel des constructions à la Croix-Rousse et des modifications à y apporter. Ouvrage qui insiste sur la qualité des matériaux et leur mise en œuvre, l’importance de l’éclairage et de l’hygiène ; c’est aussi dans cette brochure qu’il interpelle les entrepreneurs, « faiseurs de maisons », réalisées sans surveillance. Pierre Martin, semble être un architecte désintéressé, idéaliste ; un penseur qui n’a produit que très peu d’œuvres dont un immeuble construit à ses frais, 11 rue de l’Enfance à Lyon, pour des ouvriers en soie afin de leur procurer des loyers « au prix ordinaire » et de « donner enfin à l’ensemble de la construction un aspect architectural digne de notre grande cité ».

Le méticuleux architecte du château de Montivert laisse une oeuvre élégante, raffinée et aboutie. Son état de conservation pratiquement intact en fait un ensemble remarquable, inscrit en totalité ainsi que son domaine au titre des Monuments historiques le 12 octobre 2007.

Simone Hartmann-Nussbaum, ingénieur d’études, service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Vue d'ensemble du domaine

Vue d’ensemble du domaine (Simone Hartmann-Nussbaum © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP)

Pour citer cet article

HARTMANN-NUSSBAUM, Simone. « Le château de Montivert à Saint-André-en-Vivarais (Ardèche), oeuvre de l’architecte lyonnais Pierre Martin ? », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 16 octobre 2013 [consulté le …]. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2127

Archives

AD Ardèche : série 3 Q 2337 : registre des mutations par décès, bureau de Saint-Agrève, 1er décembre 1826-15 septembre 1832, fol. 148-148, 16 juin 1830 ; série 3 P 1448, 1452, 1453 : matrices cadastrales.
AD Rhône : fonds des notaires Coste : 3 E 23020 mariage de Charles Henri Duliron de Montivers et Elisabeth Lacroix de Laval le 1er septembre 1822 ; 3 E 23048 testament olographe de Madame Elisabeth Lacroix de Laval le 2 août 1832 ; 3 E 23049 procuration entre Lacroix de Laval ainé et Mourier le 4 octobre 1832 ; 3 E 23083 contrat de mariage de Antoine-Louis de Lacroix-Laval et Amicie Duliron de Montivers le 1er juin 1841 ; 3 E 23094 n° 67  procuration entre Lacroix-Laval, Duliron de Montivers et Mourier le 25 janvier 1844 ; 3 E 23107 vente d’un corps de biens par Romanet à Madame Lacroix-Laval le 6 avril 1847 ; 3 E 23262 partage anticipé entre Monsieur Antoine Louis de Lacroix-Laval et Madame Marie Joséphine Amicie Duliron de Montivers le 3 février 1875 ; 3 E 23273 liquidation de la succession de Monsieur Antoine Louis de Lacroix Laval et ses enfants le 30 novembre 1876.
AC Saint-André-en-Vivarais : Plan cadastral, section A3 dite de Montivert, troisième feuille, levée à l’échelle 1/2500e par Soulerin, géomètre, 1836 ; plan cadastral de 1985, section AY ; Registre des délibérations du conseil municipal de 1853 à 1878 : délibérations des 17 mai 1860, 7 septembre 1861, 5 octobre 1862.

Bibliographie

Benoît-d’Entrevaux, Florentin, Jourda de Vaux, Gaston de. Les châteaux historiques du Vivarais. Hennebont : impr. Ch. Normand, 1914. Réimpr. Grenoble : Ed. des 4 seigneurs, 1972, p. 221-223, fig.
Hartmann-Nussbaum, Simone, Luneau, Jean-François, Sauzade, Lionel. Le Vivarais-Lignon, cantons de Saint-Agrève (Ardèche) Tence (Haute-Loire). Lyon : Editions Lieux Dits, 2000 (Images du patrimoine ; 205), p. 58-59.
Jacquet, H. « Pierre Martin architecte ». Revue du Lyonnais, t 14, 1872, p. 136-140.
Martin, Pierre. Recherches sur l’architecture, la sculpture, la peinture, la menuiserie, la ferronnerie etc. dans les maisons du moyen âge et de la Renaissance à Lyon. Paris : Victor Didon ;  Lyon   A. Brun, [1854]. [84] p.-[81] f. de pl. : ill ; 31 cm.
Martin, Pierre. Recherches sur l’architecture du Moyen-Âge et de la Renaissance à Lyon et dans les départements limitrophes. Lyon : impr. L. Perrin, 1862. IX-22 p.-[38] f. de pl. : ill. ; 31 cm.
Martin, Pierre. De l’état actuel des constructions à la Croix-Rousse et des modifications à y apporter. Notice sur la maison construite rue de l’Enfance, 11. Lyon : typ. Nigon, [1855], 12 p., 2 pl.
Montravel, Louis de, Vte. « Montivert ». Revue du Vivarais, t. 15, 1907, p.9-13, ill.
Réverand du Mesnil, Edmond. Armorial historique de Bresse, Bugey, Dombes, Pays de Gex, Valromey et Franc-Lyonnais. Lyon : impr. A. Vingtrinier, 1872, p. 221
Varax, Paul de. « Notice sur le château de la Duchère ». Revue du Lyonnais, t 14, 1872, p. 349.
Parcours virtuel du château de Montivert
Dossier complet dans la base de données Mérimée

Portrait d'Antoine Barthélemy de Vire Duliron de Montivers, capitaine d’infanterie au service de la Compagnie des Indes (1750), par François-Dagobert Jouvenet (1688/1694-1756)

Portrait d’Antoine Barthélemy de Vire Duliron de Montivers, capitaine d’infanterie au service de la Compagnie des Indes (1750), par François-Dagobert Jouvenet (1688/1694-1756). Musée de la Compagnie des Indes (Lorient) © D. Goupy, Musée de la Compagnie des Indes, Ville de Lorient

______________________________________________________________________________
Notes
  1. La commune est appelée jusqu’en 1926 Saint-André-des-Effangeas. []
  2. Ou de Montaignée. []
  3. Le 20 octobre 1753, Barthélémy Vire du Liron, alors en poste à Pondichéry, écrit à sa sœur Gabrielle : « Êtes-vous enfin décidée de vous fixer à Montivers ou bien êtes-vous décidée à rester à Annonay. Êtes-vous toujours dans la résolution de faire faire un étang, de faire rebâtir votre chapelle, de faire relever le devant de votre château, (…) de vous remarier ou de rester veuve. » [Archives privées] []
  4. Par la suite, la famille choisit de se faire appeler de Lacroix-Laval. []
  5. Fils de Jean de Lacroix-Laval, député, maire de Lyon de 1826 à 1830. []
  6. Parcelle A3 556. []
  7. Actuel musée des Arts décoratifs. []

16 réponses

  1. GASNIER Jean-Pierre dit :

    J’ai réalisé un gros travail de recherches sur la famille LACROIX LAVAL, connue en Anjou sous le nom de BOUSSIN.
    L’on me considère, peut-être à tort, come le spécialiste de cette dynastie.
    Je suis toujours en recherche(s) d’informations et je puis fournir, à qui le demande, le résultat de mes investiogations.
    Merci pour les éventuelles réponses : -J.P.G.- .

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Le service de l’Inventaire ayant clos son dossier sur le château de Montivert, nous n’avons pas vocation à collecter de nouvelles informations ou documents. En revanche, peut-être que les services d’archives qui conservent des sources liées à l’histoire du château (AD de l’Ardèche et du Rhône notamment) pourraient être intéressés par le résultat de vos recherches.
      Cordialement,
      Julien Guillot

  2. maille dit :

    Bonjour,

    Je suis avec une attention toute particuliere l’evolution des projets du chateau de montivert depuis son rachat, la toute recente creation de l’association des amis du chateau de montivers ( que je decrouve a l’instant meme ).

    Faisant partie des plus proches voisins, je suis surprise de la totale absence du respect d’autrui : aucune presentation physique, aucune explication sur les projets precis a long terme du chateau…….

    Nous habitants situes dans la zone des 500-800 m a vol d’oiseau de ce dernier, a quoi devons nous nous attendre, de nos propres projets a venir, tout simplement de notre  » propre devenir ».

    Peut etre faut-il tout d’abord que j’adhere a l’association, verser ma cotisation afin d’obtenir ne
    serait-ce de  » petits  » renseignements, si minimes a vos yeux, mais si importants aux notres.

    Cordialement

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Le service de l’Inventaire, à l’origine de la publication de cet article, n’a rien à voir avec l’association des amis du château de Montivert, ni avec les projets de celle-ci. L’objectif de cet article était d’apporter de nouvelles connaissances historiques concernant ce château ; pour tout ce qui concerne son avenir, c’est à ses propriétaires et éventuellement à l’association qu’il faut vous adresser.
      Cordialement,
      J. Guillot

      • maille dit :

        Bonjour,

        Je vous remercie d’avance de vore reponse rapide, ainsi que de vos explications, et m’adresserai donc directement a cette association. J’en profite pour vous feliciter sur votre travail qui m’a ete tres instructif, tres interressant me permettant de connaitre l’histoire de montivers. Je vous permets de supprimer mon message, et vous souhaite bonne continuation.

        Cordialement

    • Bonjour Monsieur/Madame,

      Antoine-Alexandre Cavroy, fils des nouveaux propriétaires du château et instigateur de cet achat, je m’occupe notamment des relations entre ma famille, l’association, la mairie et les gens locaux (voisins y compris), et ce avec une très grand plaisir.

      Je suis étonné par votre message mais rassurez-vous, nous n’avons pas d’autre projet pour Montivert que d’effectuer sa restauration au plus proche de ce qu’il était après sa reconstruction de 1857, et ce en accord avec le Département Régional des Affaires Culturelles qui s’est déjà beaucoup rendu sur place et continuera à s’y rendre.

      La Mairie, Le Maire, Les frères Moulin, nos voisins proches (dont les Rouvier), etc… sont tous au courant, comme beaucoup d’autres au village que nous avons croisé dans les environ ou aux voeux du maire: Montivert a été conçu pour être une résidence privative à l’usage d’une famille et notre désir est que cela reste ainsi et pour de nombreuses années, car c’est un achat que nous avons réalisé pour qu’il reste le plus longtemps possible dans note famille.

      L’association qui s’est créée va tenir une réunion publique sur place prochainement avec la présence des propriétaires (une invitation aux habitants de Saint-André sera envoyées), et une campagne de souscription locale aura alors lieu.

      Cependant, notez qu’en tant que propriétaires, et nouveaux arrivants dans la région, nous sommes TOUJOURS disponibles à recevoir qui que ce soit, pour répondre aux questions et discuter de Montivert. Je vous invite donc à me contacter au 06XXXXXXXX, et je répondrai à toutes vos questions et cela avec le plus grand plaisir.

      En l’attente de votre appel, je vous souhaite une excellente journée.

      Antoine-Alexandre Cavroy

  3. Marie Axelle de Lacroix Laval dit :

    Chère Madame,

    Je tenais à vous remercier pour la qualité de votre exposé, particulièrement touchée étant donné que je suis Marie Axelle du Port de Poncharra, née Lacroix Laval et où j’ai bien evidemment vécue toute mon enfance à Montivert.

    Je serai contente de vous entendre. N’hésitez pas à me joindre […].

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Bonjour,
      Simone Hartmann-Nussbaum ayant récemment quitté la Région Rhône-Alpes, je lui transmets votre message bien volontiers.
      Cordialement,
      Julien Guillot

      • NICOLAS Brigitte dit :

        Bonjour,

        Je viens de découvrir avec plaisir cet article consacré au château de Montivers. Je suis directrice du musée de la Compagnie des Indes à Lorient et aie acheté en 2009 ans un tableau représentant un capitaine d’infanterie de la Compagnie des Indes qui s’avère être Antoine Bartélémy De Vire Duliron de Montivers !!! (Photographie du tableau en ligne sur le site du musée http:/musee.lorient.fr.

        Je souhaiterais donc entrer en contact avec Simone Hartman-Nussbaum pour échanger avec elles sur les archives qu’elle a pu consulter ou avec toute autre personne du service qui a pu travailler sur les sources communiquées par les descendants des Duliron…

        Voici mon adresse professionnelle […]

        En vous remerciant vivement par avance.

        Bien cordialement
        Brigitte NICOLAS
        Conservateur en chef du patrimoine
        Directeur du musée de la Compagnie des Indes

        • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

          Bonjour,
          Merci de l’intérêt que vous portez à nos publications. Votre commentaire a été transféré à Simone Hartman-Nussbaum, qui vous répondra par messagerie.
          Je peux vous apporter 2 précisions :
          – le dossier d’Inventaire complet (accessible en ligne) contient notamment (p. 7) la liste des sources utilisées pour retracer l’histoire du château : Archives départementales de l’Ardèche et du Rhône, Archives communales de Lyon et Bibliothèque municipale de Lyon
          – les archives privées mentionnées dans l’addendum, et qui nous ont été communiquées après la mise en ligne de cet article, ne provenaient pas à ma connaissance d’un descendant des Duliron de Montivers ni des de Lacroix-Laval. Le propriétaire de ces documents envisageait il y a quelques mois, sur nos conseils, de les verser aux AD de l’Ardèche.
          Cordialement,
          J. Guillot

        • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

          Le portrait d’Antoine Barthélemy de Vire Duliron de Montivers peint par François-Dagobert Jouvenet, dont une reproduction nous a aimablement été communiquée par le musée de la Compagnie des Indes, est visible ci-dessus.
          J. Guillot

    • ROYER dit :

      Madame je suis très émue car moi aussi j’ai dans le cœur un peu de mon enfance au château de Montivert. Mes parents Mr et Mme BOURGEOIS étaient ouvriers agricole à la ferme en bas du château à partir de 1964 ou je suis née.
      Ensuite maman était cuisinière au château aux périodes ou votre famille venait en vacances . Mon papa entretenait le château (Parc,toiture,etc).J’ai parcouru avec mon frère le parc ,les allées
      les étangs , goûter dans la grande cuisine….cache cache dans le remonte plats de la cuisine et le souvenir bien présent de Mme la comtesse et de sa Dame de compagnie, de vous aussi de votre petit chien, et de votre générosité vous nous aviez offert à mon frère et moi des livres et jouets , promenade à TENCE dans votre voiture rouge . De beaucoup d’autres choses encore . Merci Madame n’hésitez pas à me joindre

      • Bonjour,

        Je suis Antoine-Alexandre Cavroy, j’aide mes parents (les nouveaux propriétaires du château) dans leurs démarches de rénovation de Montivert en collaboration avec la DRAC et le cabinet d’architecte Bonnard-Manning. Notre but est, outre nos premiers travaux pour refaire totalement chauffage, l’électricité et plomberie, de petit à petit remettre Montivert dans son état d’origine (du XIXème). J’en profite d’ailleurs pour remercier Madame de Poncharra, Comtesse de Lacroix Laval, pour son aide précieuse, sa gentillesse et sa bienveillance qui nous touchent beaucoup.

        Nous sommes très sensibles aux témoignages que nous pouvons récolter et que nous consignons d’ailleurs avec soin. Vous pouvez me contacter par email à l’adresse acavroy(at)gmail.com tout comme n’importe quelle personne ayant des témoignages ou des histoires de famille en lien avec Montivert.

        Pour ceux qui souhaitent nous aider dans note projet, une association s’est créée récemment « les amis du château de Montivert » (https://www.facebook.com/Chateau.de.montivert). Ils n’ont pas encore de site internet, mais je peux transmettre les formulaires et procédures d’adhésion à toute personne intéressée à devenir membre de cette association.

        Nous remercions toutes celles et ceux qui participent au rayonnement de château et de son histoire. Notez que nous sommes en cours de discussion avec l’association « les amis du Château de Montivert » pour organiser un grand pique nique public sur place au début de l’été afin que tout le monde puisse le temps d’un weekend découvrir ou redécouvrir Montivert et suivre l’évolution de nos grands travaux.

        Merci à tous et n’hésitez donc pas à me contacter.

        Bien à vous,

        Antoine-Alexandre

        • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

          Bonjour,
          Merci pour votre message, qui vient s’ajouter aux précédents commentaires qu’a suscité la publication de cet article. Nous espérons que le château de Montivert connaitra, grâce à son actuelle rénovation, une nouvelle période faste.
          Cordialement,
          J. Guillot

    • GASNIER Jean-Pierre dit :

      Je travaille depuis une vingtaine d’année sur votre famille et suis reconnu, peut-être à tort, comme un des spécialistes.
      J’ai été en contact avec Madame votre Mère et ce dernier n’a pas été suivi.
      Si vous êtes intéressé par mes recherches je puis vous les communiquer.
      Bien à vous : -J.P.G.- .

      • Bonjour,

        La rénovation du château de Montivert est également axée sur la collecte et l’exposition de toutes traces, documents, meubles, etc… en rapport avec la famille de Lacroix-Laval. Les intérieurs du château sont d’ailleurs progressivement reconstitués au mieux dans le gout et la distribution des pièces de l’époque. Notre amie Madame Axelle de Pontcharra, née Lacroix-Laval, qui nous aide beaucoup dans nos démarches, étant la dernière du nom, il nous tient vraiment à coeur que Montivert, qui suscite beaucoup d’intérêts, puisse également montrer aux visiteurs les témoignages de l’importance de cette famille et continuer à faire rayonner le nom des Lacroix-Laval bientôt définitivement éteint.

        L’ensemble de vos recherches nous intéresse donc beaucoup. N’hésitez surtout pas à prendre contact avec moi.

        Au plaisir de vous rencontrer.

        Antoine-Alexandre Cavroy
        Fils des propriétaires
        Membre d’honneur, instigateur du projet & Délégué à la communication
        Association « Les Amis du Château de Montivert »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *