Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621)

L’église du collège de Roanne, actuelle chapelle Saint-Michel, est l’un des plus importants chantiers de l’architecte jésuite, Étienne Martellange. Né à Lyon le 22 décembre 1569, dans une famille d’artistes peintres, il intègre la Compagnie de Jésus à Avignon en 1590 et prononce ses vœux de frère coadjuteur temporel en mars 1603 à Chambéry1. Formé à l’art de bâtir au cours de ses années de noviciat, sa carrière d’architecte itinérant débuta en juin 1603, à la suite du rétablissement des Jésuites2. Autorisés par Henri IV et l’édit de Rouen à rouvrir leurs collèges et à édifier de nouveaux ensembles, les Jésuites entreprirent une intense phase de construction à laquelle contribua le frère Étienne. Nommé architecte et visiteur des chantiers des provinces de Lyon, Champagne et France, il sillonna le royaume et participa jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1641, à ces travaux.

Le collège de Roanne, aujourd’hui lycée Jean-Puy, occupe Martellange pendant onze ans. Entre 1610 et 1621, il y séjourne à dix reprises au cours desquelles il surveille notamment la construction de l’église. Si l’histoire de la fondation de cet établissement est connue, celle de sa chapelle l’est partiellement3. Pourtant les étapes de ce chantier sont richement documentées : à la Bibliothèque nationale de France (BnF) sont conservés quatre plans du collège de la main de l’architecte et cinq dessins du chantier, mais surtout des lettres inédites autographes et aujourd’hui conservées à la National Library of Malta (N.L.M.) apportent de nouveaux éclairages sur ces travaux ainsi que sur la part qu’y prit l’architecte.

Fig. 1. Du collège de Roanne, 31 décembre 1610, BnF, Est., Ub 9, f. 111

Fig. 1. Vues du collège de Roanne, 31 décembre 1610 (BnF, Est., Ub 9, f. 111) © Bibliothèque nationale de France

C’est une simple résidence jésuite qui s’ouvre à Roanne en 16104, dans l’ancien château de Champrand cédé par les fondateurs de l’établissement, Jacques de Chenevoux et son frère Pierre Coton, religieux de la Compagnie de Jésus et recteur du collège roannais5. Ces derniers envisagent le réaménagement des lieux dès l’installation des religieux. Ils s’adressent alors au frère Étienne qui, d’après le contrat de fondation, a été désigné pour dresser les plans. C’est à cette occasion qu’il vient à Roanne relever l’état du domaine, en mai et en décembre 1610. Quatre dessins conservés à la BnF, réalisés entre décembre 1610 et janvier 1611 et depuis des angles de vue différents, témoignent de ce travail. Les trois premiers représentent les façades occidentale, orientale (fig.1) et méridionale (fig.2) de la demeure, que l’on reconnaît à son haut toit à double pente ainsi qu’à ses tours, rondes et quadrangulaires6.

Fig. 2. Du collège de Roanne, [s.d.] [31 décembre 1610], BnF, Ub 9, f. 112

Fig. 2. Vue du collège de Roanne, [s.d.] [31 décembre 1610] (BnF, Est., Ub 9, f. 112) © Bibliothèque nationale de France

Le dernier est une perspective cavalière qui offre une vue d’ensemble du domaine et de ses abords immédiats (fig. 3). Le château de Champrand, dont on distingue le corps principal en bas à gauche ainsi que le jardin situé à l’arrière, est encadré au sud (à gauche) par la propriété de Maître Forges et au nord par une maison mitoyenne achetée par Jacques de Chenevoux en janvier 1611, ainsi que par l’auberge du Lion d’Or.

Fig. 3. Perspective de la maison de Monseigneur Chenevoux à Roanne, pour une résidence de la Compagnie de Jésus, 1611, BnF, Ub 9, f. 113

Fig. 3. Perspective de la maison de Monseigneur Chenevoux à Roanne, pour une résidence de la Compagnie de Jésus, 1611, BnF, Est., Ub 9, f. 113 © Bibliothèque nationale de France

Cette acquisition permet aux religieux de s’installer plus confortablement : le château est réservé à l’habitation des Pères, ils aménagent la chapelle provisoire au nord, dans le corps de bâtiments principal de la maison dont ils ont orné la façade de leur blason, et les classes dans les dépendances situées en fond de cour. À l’aide de ces relevés, Martellange a certainement conçu un premier projet aujourd’hui disparu et qui n’a pas été exécuté. Le manque de dotation ralentit la mise en œuvre du chantier, il faut attendre le changement de statut de la résidence jésuite en collège, obtenu en 1614, et l’achat de l’auberge du Lion d’Or en 1616 pour que les travaux débutent. Les dessins définitifs sont livrés en février 1617 : deux plans du rez-de-chaussée (fig. 4) et de l’étage (fig. 5) illustrent l’idea de l’architecte ainsi que les caractéristiques spatiales des collèges jésuites.

Plan du rez-de-chaussée du collège de Roanne

Fig. 4. Plan du rez-de-chaussée du collège de Roanne, février 1617 (BnF, Est., Hd 4-(8), f. 211 ; à gauche) et fig. 5. Plan du premier étage du collège de Roanne, février 1617 (BnF, Est. Hd 4-(8), f. 210 ; à droite) © Bibliothèque nationale de France

Ces établissements sont des espaces pluriels : écoles, ils sont également destinés à la résidence des Pères, parfois des pensionnaires, ainsi qu’à la prédication. Le projet de Roanne illustre la fonctionnalité et la régularité avec laquelle l’architecte organise ces ensembles. Le réaménagement du château de Champrand est intégral, tous les bâtiments doivent être rasés et reconstruits à neuf. Inscrit dans un quadrilatère parfait, le collège s’articule autour de trois cours aux fonctions singulières (fig. 4 et 5) : la principale dite cour des classes ou area scolarum s’élève sur les fondations de l’ancienne cour d’honneur du château. Longeant l’actuelle rue du Lycée, elle est bordée sur trois côtés par les salles d’enseignement au rez-de-chaussée et à l’étage par les chambres ainsi que la bibliothèque. L’église, sur le quatrième côté, ferme cet espace au nord. À l’ouest, l’area interior nostrum ou cour des nôtres est réservée à l’habitation des religieux, au rez-de-chaussée se trouvent les pièces liées à la vie communautaire, tel le réfectoire, les cuisines et ses dépendances ; à l’étage les chambres des Pères ainsi que leur infirmerie. Ces cours sont complétées à l’ouest et à l’arrière du chevet de l’église par la cour des services, notée au plan area rustica, où sont regroupées les structures annexes indispensables au fonctionnement de l’établissement, telles les réserves, les chambres des domestiques et les latrines. Le collège se prolonge à l’arrière par l’ancien jardin du château de Champrand, lieu d’agrément et de culture potagère.

Fig. 6. Vue intérieure de l’église du collège de Roanne.

Fig. 6. Vue intérieure de l’église du collège de Roanne. Photo Pascal Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

Les travaux commencent par la chapelle qui, dès la fin du mois de février, est construite sur le terrain de l’ancienne auberge du Lion d’Or. Le projet de Martellange s’inscrit dans la tradition des églises élevées en France à la Contre-Réforme : le plan emprunté à la typologie des églises « à la romaine », diffusée à la Renaissance, se compose d’une nef unique, précédée d’une travée-porche et bordée de huit chapelles latérales, s’ouvrant sur un transept non saillant ainsi que sur une abside pentagonale. À l’intérieur, l’ordonnance « à l’antique » se combine aux éléments issus de la tradition médiévale, dont l’esprit est encore fortement ancré dans les pratiques de construction du début du siècle7. L’élévation s’articule en trois niveaux : les chapelles latérales, séparées par des piliers aux chapiteaux doriques, sont surmontées de tribunes parcourant en continu les murs de la nef, ainsi que par deux oratoires situés de part et d’autre de l’abside ; puis au-dessus de l’entablement s’ouvrent les fenêtres hautes (fig.6). La nef est couverte d’une charpente en berceau lambrissée à caissons peints, alors que les chapelles latérales et l’abside sont voûtées en berceau.

Fig. 7.  <em>Façade de l’église du collège de Roanne</em>. Photo P. Lemaître

Fig. 7. Façade de l’église du collège de Roanne. Photo Pascal Lemaître © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

La façade présente une combinaison similaire d’éléments empruntés à l’architecture médiévale et « à l’antique » (fig. 7). D’une imposante sobriété, celle-ci est marquée par une vaste arcade en plein cintre supportée par deux pilastres colossaux aux chapiteaux corinthiens et au-dessus de laquelle est posé le fronton. Dans la demi-arcade, un oculus et la porte d’entrée ornent la façade8. Cette dernière encadrée de colonnes corinthiennes soutient une niche, unie à l’entablement par des consoles renversées, qui abritait une sculpture aujourd’hui disparue9. Deux tours quadrangulaires, légèrement en retrait et coiffées de petits dômes, encadrent la façade10.

Nommé superviseur du chantier, Martellange revient jusqu’en 1620 surveiller les travaux et dresser l’état d’avancement de l’église. Les dessins qu’il réalise au cours de ses séjours, conservés à la BnF, racontent à l’égal d’un journal illustré les étapes de cette construction11. L’architecte retourna à Roanne en avril 1617, à l’occasion de la pose de la première pierre et comme nous l’indique son état des lieux, à cette date les fondations sont creusées12. Il revient en décembre ; installé dans la tour d’angle nord de l’ancienne muraille du jardin du château de Champrand (fig. 3), il dessine une première vue de l’église dont les murs s’élèvent alors à la hauteur du linteau de la porte, soit à quelques deux mètres cinquante du sol (fig. 8).

Fig. 8. Première vue de l’église du collège de Roanne, 16 décembre 1617, BnF, Ub 9, f. 102.

Fig. 8. Première vue de l’église du collège de Roanne, 16 décembre 1617 (BnF, Est., Ub 9, f. 102) © Bibliothèque nationale de France

 Le frère Étienne passa à nouveau par Roanne en août 1618. La seconde vue qu’il fait alors montre que la nef est plus avancée du coté droit (fig. 9) : les chapiteaux toscans et les sommiers des arcades sont posés et l’on s’apprête à monter les arcs en plein-cintre des grandes arcades, comme en atteste la présence du cintre en bois couché sur le sol au premier plan. À mi-hauteur des murs séparant les chapelles, les corbeaux en pierre sont prêts à soutenir les voûtes en anse de panier qui les couvriront et qui serviront de plancher aux tribunes en surplomb.

Fig. 9. Deuxième vue de l’église du collège de Roanne, 10 août 1618 (BnF, Est., Ub 9, f. 103)

Fig. 9. Deuxième vue de l’église du collège de Roanne, 10 août 1618 (BnF, Est., Ub 9, f. 103) © Bibliothèque nationale de France

Le 5 août 1619, il dresse un troisième état des travaux : les murs montent maintenant au-dessus de l’entablement et les ouvriers s’affairent à la façade, dont l’arcade du portail est terminée (fig. 10). Le frère Étienne revient en 1620 ; l’élévation est désormais terminée et la charpente lambrissée couvrant la nef commence à être posée (fig. 11)13.

Fig. 10. Troisième vue de l’église du collège de Roanne, 5 août 1619 (BnF, Est., Ub 9, f. 104)

Fig. 10. Troisième vue de l’église du collège de Roanne, 5 août 1619 (BnF, Est., Ub 9, f. 104) © Bibliothèque nationale de France

Fig. 11. Quatrième vue de l’église du collège de Roanne, [s.d.] [été 1620] (BnF, Est., Ub 9, f. 105)

Fig. 11. Quatrième vue de l’église du collège de Roanne, [s.d.] [été 1620] (BnF, Est., Ub 9, f. 105) © Bibliothèque nationale de France

Mais l’achèvement des travaux ne se fait pas sans peine : quelques semaines après ce dernier passage ils sont arrêtés en raison de l’apparition de fissures dans la nef. Cet ultime épisode méconnu du chantier est pourtant illustré par deux feuillets de la BnF, datés de décembre 1620 et de janvier 1621. Si le premier est souvent cité et présenté comme une ultime vue du chantier (fig. 12), le second a rarement été mentionné par les historiens (fig. 13). En dépit des annotations jointes aux trois dessins composant cette dernière feuille, dont un plan et deux élévations, sa signification est restée insaisissable.

Fig. 12. Cinquième vue de l’église du collège de Roanne, 31 décembre 1620, (BnF, Est., Ub 9, f. 101)

Fig. 12. Cinquième vue de l’église du collège de Roanne, 31 décembre 1620, (BnF, Est., Ub 9, f. 101) © Bibliothèque nationale de France

Ces documents sont en fait incomplets, ainsi que l’indique l’annotation portée par Martellange au bas de cette dernière : « une lettre escrite donne encore eclaircissement » (fig. 13). Deux lettres inédites, conservées à la National Library de Malte, complètent en effet ces dessins14. Les architectes jésuites accompagnent les projets ou les relevés envoyés à Rome de mémoires dans lesquels ils précisent les légendes, certains aspects techniques, ainsi que leurs partis-pris architecturaux et ornementaux15.

Fig. 13. Plan et élévations de l’église de Roanne, 25 janvier 1621 (BnF, Est., Hd 4-(8), f. 208)

Fig. 13. Plan et élévations de l’église de Roanne, 25 janvier 1621 (BnF, Est., Hd 4-(8), f. 208) © Bibliothèque nationale de France

Ces lettres constituent une source précieuse pour l’histoire de l’architecture jésuite en France au XVIIe siècle16. Celles de Martellange apportent un éclairage nouveau sur la dernière phase du chantier roannais et révèlent une autre facette de son activité : l’arbitrage des litiges qui opposèrent la Compagnie de Jésus et les entrepreneurs. En novembre 1620, alors qu’il est occupé au collège de Bourges, l’architecte reçoit une lettre du Père Christopher Balthazar, Assistant de France, au sujet de difficultés rencontrées à l’église de Roanne17. À la suite de la pose des tuiles sur la charpente lambrissée, des fissures sont apparues dans la nef du côté droit. Craignant que la dernière étape du chantier, le couvrement de l’abside d’une voûte en berceau et en brique, ne conduise à l’écroulement de la chapelle, les frères Chenevoux stoppent les travaux. L’architecte revient en décembre 1620 expertiser l’ouvrage et découvre qu’une fraude au toisé ainsi qu’une malfaçon dans la composition des piliers est à l’origine de ces défauts. Le maître maçon a élevé des piliers uniquement en pierres de rivière sans liaison d’une épaisseur d’une toise, au lieu d’utiliser des pierres de tailles liées par du mortier, de deux ou trois toises comme le prescrit le devis de construction18. Ce litige pousse l’architecte à défendre ses choix face au P. Balthazar et à Jacques Chenevoux qui envisagent de modifier son dessin de l’abside et d’abandonner la voûte au profit d’un lambris peint identique à celui de la nef19. Les lettres envoyées à Rome au sujet de Roanne répondent à ce besoin de rappeler que si erreur il y a eu, celle-ci ne relève pas de sa responsabilité mais de la malhonnêteté et de l’incompétence des entrepreneurs. C’est notamment dans la seconde lettre du recueil maltais, qu’il illustre des dessins du feuillet 208 de la BnF (fig. 13), qu’il démontre « quil ni a point de danger de voulter le cœur »20. D’un point de vue technique, seuls les piliers de la nef où sont apparues les fissures, notés A aux dessins, sont défectueux21. Les murs de l’abside et leurs pilastres, légendés B et D, sont solidement contre-buttés par différents éléments indiqués par la lettre C : latéralement par les tours du clocher et de l’horloge, à l’arrière par deux épais contreforts. Ils pouvaient donc soutenir une voûte appareillée sans risque d’effondrement, d’autant que le toit doit reposer sur la muraille du chevet, notée E, et non sur la voûte. L’argument économique avancé par Jacques Chenevoux est également réfuté, l’entretien et les risques d’incendie inhérents au lambris coûteront a posteriori davantage. Mais c’est un argument d’ordre liturgique qui vient clore la lettre du frère Étienne et les discussions autour du couvrement de l’abside. En s’appuyant sur les Instructiones Fabricae de Charles Borromée, publiées à Milan en 1577, il rappelle que le maître-autel doit être préservé de toute souillure, telle la poussière générée par l’usure d’un lambris. Ainsi à l’égal des églises capucines qu’il prend en exemple, Martellange applique dans l’abside roannaise les principes spirituels et architecturaux post-tridentins.

L’église s’est finalement élevée selon le projet de Martellange, à l’exception des tribunes qui n’ont jamais été posées. À la suite de sa consécration sous le vocable de Saint-Michel, le 23 août 1626, les travaux se poursuivent par la construction des nouveaux bâtiments scolaires.

Cette étude illustre la complexité de l’activité de l’architecte, mais mériterait un prolongement. En effet, le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe, qui portraiture les villes et les monuments élevés depuis l’antiquité22. Durant ses séjours à Roanne, il a réalisé dix-sept vues de la ville et de sa région qui offrent un visage aujourd’hui méconnu du Roannais au XVIIe siècle et de certains de ses édifices profondément altérés par le temps, telle l’abbaye de La Bénissons-Dieu23.

Adriana Sénard, doctorante en Histoire de l’art moderne, Universités Toulouse-Le Mirail et Paris-Sorbonne

 

Pour citer cet article :

SÉNARD, Adriana. « Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 6 janvier 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2225>

Cet article s’appuie sur les recherches menées dans le cadre d’une thèse de doctorat d’Histoire de l’art intitulée Un visiteur de l’Ordre à travers la France : Étienne Martellange et l’architecture jésuite au XVIIe siècle, sous la direction de MM. Claude Mignot, Université Paris-Sorbonne et Pascal Julien, Université Toulouse-Le Mirail.

Pour en savoir plus :

Catalogue de l’exposition En passant par la Bourgogne… Dessins d’Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et de Louis XIII, Dijon, musée Magnin, 16 octobre 2013 – 19 janvier 2014, Paris : 2013

DELATTRE, P., Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, t. IV, Enghien, 1940-1957

DECHELETTE, F., Guide de Roanne et du Roannais, Roanne, 1957

FOREST, H., La chapelle du Lycée de Roanne, Le Coteau, 2013

MOISY, P., Les églises des Jésuites de l’ancienne Assistance de France, Rome, 1958

MONERY, L., « Les vues roannaises d’Étienne Martellange », Le Roannais illustré, 2ème série, 1886, p. 145-154

VIVIER, L., Petite histoire du collège et du lycée de Roanne (1607-1931), Roanne, 1931
______________________________________________________________________________
Notes
  1. Charvet, L., Étienne Martellange, Lyon, 1874 ; « Martellange », Lyon artistique. Architectes. Notices biographiques et bibliographiques, Lyon, 1899, P. 239-252 ; Bouchot, H., « Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange, architecte des Jésuites (1569-1641), d’après des documents inédits de la Bibliothèque nationale, suivi du catalogue de ses dessins précédemment attribués à François Stella », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 47, 1886, p. 17-52 ; Moisy, P., « Portrait de Martellange », Archivium Historicum Societatis Iesu, t. XXI, 1952, p. 282-299 ; Feuillard, N., La carrière d’un architecte jésuite, mémoire de maîtrise et de D.E.A. sous la direction de Claude Mignot, Université de Paris-IV, 2002-2003 ; Sénard, A., « Étienne Martellange : un architecte de la Compagnie de Jésus en France au XVIIe siècle », La arquitectura jesuítica, Actas del Simposio internacional Zaragoza 9, 10 y 11 de diciembre de 2010, Saragosse, 2012, p. 213-237 ; « Un architecte « né pour peindre » », En passant par la Bourgogne… Dessins d’Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et de Louis XIII, catalogue de l’exposition tenue au musée Magnin de Dijon, du 16 octobre 2013 au 19 janvier 2014, Paris : 2013, p. 20-22 []
  2. Les Jésuites, arrivés en France dans les années 1560, ont été expulsés du royaume en 1595 à la suite de la tentative d’attentat contre Henri IV perpétré par Jean Châtel, ancien élève du collège parisien de la Compagnie, et pour lequel les religieux ont été accusés d’en être les instigateurs []
  3. Delattre, P., « Roanne », Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, t. IV, p. 429-455 ; Guillien, J., « Notice historique sur le collège de Roanne », Recherches historiques sur Roanne et le Roannais, Roanne, 1863, p. 217-270 ; Vivier, L., Petite histoire du collège et du lycée de Roanne (1607-1931), Roanne, 1931 ; Dechelette, F., Guide de Roanne et du Roannais, Roanne, 1957, p. 24-26 ; Moisy, P., « Roanne », Les églises des Jésuites de l’ancienne Assistance de France, Rome, 1958, p. 270-271 ; Vallery-Radot, J., « Roanne », Le recueil des plans des Jésuites conservés  à la Bibliothèque Nationale de France, Rome, 1960, p. 205-207 ; Forest, H., La chapelle du Lycée de Roanne, Le Coteau, 2013. []
  4. Les négociations pour la fondation d’un nouveau collège dans le Forez débutent en 1607, mais le Supérieur Général refusa ce projet dans un premier temps, trouvant la dotation de l’établissement insuffisante. []
  5. Pierre Coton, né à Nérondes en 1564, fut un des prédicateurs jésuites les plus réputés de son temps. Ordonné prêtre de la Compagnie de Jésus en 1591 à Lyon, il fit certainement la connaissance d’Étienne Martellange lors d’un des ses voyages dans le sud-est de la France, avant d’entrer au service d’Henri IV et de devenir son prédicateur, puis son confesseur. []
  6. BnF, Ub 9, f. 111, 112. Ces dessins sont disponibles sur le site de la Bibliothèque numérique Gallica, gallica.bnf.fr. []
  7. Ce modèle, défini par Antonio da Sangallo à Santo Spirito in Sassia (1537-1545), puis diffusé par Serlio et popularisé par le Gesù de Rome,  s’impose dans l’architecture religieuse française dans le premier tiers du XVIIe siècle. []
  8. On retrouve cette superposition porte d’entrée-oculus dans les projets de Martellange pour les façades des églises du noviciat de Lyon, en juin 1617, et du collège de Rennes, en 1624 []
  9. Cette première statue devait représenter le saint patron de l’église, Saint-Michel. Elle a certainement été détruite lors de l’expulsion des Jésuites de leurs collèges en 1763 ou à la Révolution. Au XIXe siècle, un ange gardien en terre cuite, œuvre de Nicolas Lescornel y est placée, puis remplacée en 1970 par une Vierge à l’Enfant toujours en place. L’association des Amis de la Chapelle Saint-Michel de Roanne soutient actuellement auprès de la Région Rhône-Alpes et de la municipalité un projet de restauration de l’œuvre de Nicolas Lescornel et sa réhabilitation sur la façade []
  10. Les façades à tours, empruntées à l’architecture médiévale, ornent de nombreuses églises jésuites élevées en France au XVIIe siècle, comme aux collèges de Rodez, Eu, Limoges, Lyon ou Rennes. Elles renferment les escaliers donnant accès aux tribunes []
  11. Ces dessins ont été exposés au musée Magnin, du 16 octobre 2013 au 19 janvier 2014, dans le cadre de l’exposition consacrée aux dessins de l’architecte, En passant par la Bourgogne…op.cit., 2013, p. 80-84 []
  12. BnF, Hd 4-(16), f. 212. La légende annotée en bas au centre précise que « tout le bastiment du logis du lion dor est démoli sauf ce qui estoit sur la cour. Et leglise est une bonne partie fondée depuis deux mois » []
  13. Ce dessin est le seul de la série à ne pas être daté avec précision, l’annotation « juillet 1637» a été ajoutée a posteriori par l’architecte. Au regard des trois autres vues de l’église, il est vraisemblable que celle-ci ait été réalisée à l’été 1620 []
  14. National Library of Malta (N.L.M.), Recueil de 311 lettres, mémoires, observations sur les plans des maisons des Jésuites de toute la Chrétienté, écrites et rédigées par leur fameux professeurs de Mathématiques ; et analogues aux cinq volunes in folio des plans et desseins de toutes leurs maisons, Ms 157, f. 33 et 34 []
  15. La construction était chez les Jésuites encadrée par une rigoureuse procédure. Les architectes devaient envoyer leurs projets à Rome pour qu’ils y soient analysés par les experts en architecture de la Compagnie, les consiliarus aedificiorum, et qu’ils obtiennent l’approbation du Supérieur Général, sans laquelle les travaux ne pouvaient pas commencer. Ces sources graphiques et manuscrites font donc partie d’un même ensemble archivé au Collegio Romano jusqu’à la suppression de la Compagnie de Jésus. En 1773, il est acheté par le bailli de Breteuil, chevalier de Malte et ambassadeur de l’ordre à Rome entre 1758 et 1777, puis séparé en 1780. Les plans, élévations et autres fragments entrent au Cabinet des Estampes sous la forme de cinq volumes intitulés Piante de diverse fabbriche, tandis que le Recueil de 311 lettres, mémoires, observations sur les plans des maisons des Jésuites de toute la Chrétienté (…) intègre les collections de la National Library de Malte []
  16. Ce recueil a déjà été signalé en 1990 et en 2009, mais il n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique. Iappelli, F., « Una nuova fonte du documenti : I 311 manoscriti del volume 156 della National Library di Malta », L’architettura della Compagnia di Gesù in Italia XVI-XVIII secolo, Atti del convegno, Milano, Centro Culturale S. Fedele, 24-27 ottobre 1990, Genova, 1992, p. 35-40 ; Fust, U., « The impact of Jesuit Churches on ecclesiastical Architecture in southern Germany », L’architecture religieuse européenne au temps des réformes, Paris, 2009, p. 9-23 ; Gady, A., Julien, P., « L’architecture jésuite en France : état de la question et perspectives de recherches », La arquitectura jesuítica, op.cit., 2012, p. 193-212. []
  17. N.L.M., ms 156, fol. 33 et 34 []
  18. Ibidem []
  19. L’architecte fut régulièrement confronté à ce type de litige, ce fut également le cas au Puy-en-Velay en 1611 et à Lyon en 1622 []
  20. Ibidem []
  21. Afin d’assurer la solidité de l’ensemble, l’architecte fit consolidé les huit piliers de la nef. []
  22. Cent soixante quatorze vues de villes et de monuments sont conservés au Cabinet des Estampes. Cinquante-trois de ces dessins sont actuellement exposés au musée Magnin de Dijon (du 16 octobre 2103 au 19 janvier 2014) et ont fait l’objet de diverses études, voir le catalogue En passant par la Bourgogne…, op.cit., 2013. []
  23. Monery, L., « Les vues roannaises d’Étienne Martellange », Le Roannais illustré, 2ème série, 1886, p. 145-154 ; Sénard, A., En passant par la Bourgogne, op.cit., 2013, p. 37. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *