Les tribulations d’un musée à Lyon

Un an avant l’ouverture du musée des Confluences, un regard porté sur le musée Guimet, fermé depuis juillet 20071 ne s’avère peut-être pas inutile.

Ce pourrait être une façon, d’ailleurs, de marquer le centenaire de l’implantation du Muséum d’Histoire naturelle dans l’ancien Palais de Glace, lui-même ayant été installé dans le musée Guimet.

Emile Guimet dirigeant la fanfare de Fleurieu-sur-Saône. Nicolas Sicard, La Fanfare de Fleurieu-sur-Saône à la procession de la Fête-Dieu, 1885

Emile Guimet dirigeant la fanfare de Fleurieu-sur-Saône. Nicolas Sicard, La Fanfare de Fleurieu-sur-Saône à la procession de la Fête-Dieu, 1885 (Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP)

Certes, l’édifice n’est que l’écrin des collections dont plusieurs publications et manifestations témoignent de l’intérêt2 mais cette architecture XIXe, qu’on juge volontiers banale, témoigne néanmoins de la personnalité hors du commun de son commanditaire, Emile Guimet, magistralement étudiée dans l’ouvrage D’Outremer et d’Orient mystique3, ainsi que de celle de son architecte, Jules Chatron.

En 1876, Emile Guimet, fils de Jean-Baptiste Guimet inventeur du bleu outremer artificiel, et de Marguerite Rosalie Bidauld peintre, industriel, ingénieur, chimiste, philanthrope, musicien, passionné d’archéologie, de philosophie et d’histoire des religions, se rend, en compagnie du peintre Félix Régamey, aux Etats-Unis, au Japon, en Chine, en Indochine, à Ceylan, en Inde. Le voyage dure une dizaine de mois.

Chapelle funéraire de la famille Guimet, cimetière de Loyasse, Lyon 5e

Chapelle funéraire de la famille Guimet, cimetière de Loyasse, Lyon 5e (Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP)

Quelles sont alors les motivations d’Emile Guimet ? Il les expose lui-même lors du jubilé du musée Guimet en 1904, avec des propos qui pourraient être résumés par la problématique suivante : comment améliorer le présent à la lumière du passé ? : « Voilà ce qui m’était arrivé4. Alors que je n’en étais qu’aux recherches égyptiennes, je sentais que ces objets que je réunissais restaient muets et que pourtant ils avaient des choses à me dire, mais je ne savais pas les interroger. Je me mis à lire Champollion, Brusch, Chabas de Rougé … Des comparaisons s’imposaient avec les autres civilisations archaïques. (…) A côté des bibelots s’entassaient les livres, les uns expliquant les autres. (…) Autre chose. Fils d’industriel, chef d’usine moi-même, j’avais passé ma vie en contact avec les ouvriers ; je m’étais constamment occupé de leur donner la santé de l’esprit et le bien-être du corps. Je fondais des écoles, des cours, des sociétés musicales, des associations de secours mutuels, et je constatais que les créateurs de systèmes philosophiques, les fondateurs de religions avaient eu les mêmes pensées : que Lao-tseu, Confucius, Sakia, Mouni, Zoroastre, Moïse, Platon, Jésus, Mahomet avaient, chacun à son époque, proposé des solutions sociales. (…) Il y avait donc, dans mon ardeur à rechercher les documents écrits ou figurés, une sorte de surexcitation qui venait du désir d’atteindre un but immédiat, tangible, de l’espérance que ces travaux pouvaient semer un peu de bonheur5. »

Si bien qu’au cours de ce périple de 1876, Emile Guimet prévoit de créer dès son retour à Lyon une véritable institution de recherche et de formation sur les religions et principalement sur celles d’Extrême-Orient. Il désire fonder dans un même lieu un musée, une bibliothèque et une école de langues, grâce aux objets qu’il rapporte et avec l’aide de plusieurs religieux rencontrés en Asie prêts à venir à Lyon partager leurs connaissances. C’est ainsi qu’Emile Guimet insiste davantage sur l’aspect scientifique de son institution que sur son aspect artistique. Et en effet, la bibliothèque compte 12 000 volumes dans toutes les langues en 1883, 24 000 en 1899 ! L’institution éditera de nombreuses publications visant autant les spécialistes qu’un public plus large.

Emile Guimet profite de l’Exposition universelle de 1878 à Paris pour exposer dans deux salles du Trocadéro des objets rapportés de son voyage et des tableaux de Félix Régamey ; il commence à mettre en oeuvre ses idées sur la muséographie ; le musée ethnographique de Copenhague lui sert de modèle.

Le musée Guimet avec la rotonde au premier plan, depuis le boulevard des Belges, état en 2005

Le musée Guimet avec la rotonde au premier plan, depuis le boulevard des Belges, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

La construction de son musée des Religions réunissant « sous un même toit tous les dieux de l’humanité » est sans doute effectuée durant l’été 1878 sur les plans de Jules Chatron (1831-1884), les sculptures étant dues à L. Pascal, sur un terrain acheté aux Hospices civils de Lyon dans le quartier des Brotteaux. Au nord et à l’est, l’emplacement est ceint par le boulevard du Nord, actuel boulevard des Belges (la façade est ouvrait autrefois directement sur le boulevard, elle donne désormais sur la rue Morellet – nom attribué en 19116), à l’ouest par la rue Boileau et au sud par la rue Montbernard, aujourd’hui rue du Lieutenant-Colonel-Prévost. Si les premières esquisses du musée à construire révèlent un goût pour les chinoiseries, la réalisation adopte plutôt un style néoclassique7. Les travaux sont arrêtés en novembre : la rotonde et l’aile sur le boulevard des Belges sont réalisées « en pierres blanches »8, l’aile sur la rue Boileau étant, pour des raisons financières, seulement fondée.

La gravure de la façade boulevard des Belges avec la rotonde orne, sans grande surprise d’ailleurs, les catalogues du musée en 1883, 1899, 1958.

Le dernier étage de la rotonde, état en 2005

Le dernier étage de la rotonde, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Les deux corps de bâtiment sont construits sur un terrain triangulaire. Les rez-de-chaussée et la rotonde sont en pierre de taille. La rotonde s’élève sur trois étages carrés (le dernier étant surnommé la coupole) et porte un dôme en zinc ; le rez-de-chaussée, les premier et deuxième étages carrés sont ornés d’un péristyle interne, le troisième étage d’un péristyle externe. L’entrée de la rotonde est flanquée de chimères en fer forgé tenant une lanterne. La cage d’escalier est couverte d’un toit à longs pans et croupe en cuivre ; elle est dotée d’une corniche ornée de palmettes en zinc ou en plomb estampé et partiellement peint.

La rotonde : premier et deuxième étages carrés, état en 2005

La rotonde : premier et deuxième étages carrés, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Corniche de la cage de l'escalier principal, état en 2005

Corniche de la cage de l’escalier principal, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

L’escalier principal, en pierre de Villebois9, se distingue par l’élégance de son mouvement, par le raffinement du départ d’escalier et de son garde-corps (le départ aurait été élargi10). La première volée de l’escalier est droite ; la rampe, en fonte de fer, est identique à celle qui se trouve dans la maison sise 53 boulevard des Brotteaux à Lyon dans le 6e arrondissement qui daterait de 1888-1889 ; le motif ornemental du garde-corps s’inspirerait-il d’une clé de sol ?

L'escalier principal : vue en contre-plongée

L’escalier principal : vue en contre-plongée (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Départ de l'escalier principal

Départ de l’escalier principal (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Garde-corps de l'escalier de la maison sise 53 boulevard des Brotteaux, Lyon 6e

Garde-corps de l’escalier de la maison sise 53 boulevard des Brotteaux, Lyon 6e. Photo Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2000 – ADAGP

Aux premier et deuxième étages de la rotonde se trouvait la bibliothèque dont Guimet avait souligné l’importance. La paroi aveugle du troisième étage de la rotonde était ornée d’un diorama peint en trompe-l’œil11

L’aile Guimet, sur la rue Morellet, comprend un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés ; elle est couverte de toits à longs pans en tuiles plates mécaniques aux pignons découverts. Deux griffons encadrent et dominent l’avant-corps central. Un buste de femme couronnée d’une auréole aux pointes rayonnantes, allégorie de la religion, occupe le fronton. De chaque côté de la loggia, un mufle de lion tient dans sa gueule un anneau auquel est suspendu par une corde un cartouche muet orné d’enroulements de feuilles d’eau, de palmettes, d’une guirlande de laurier, de fleurs de lotus fermé, etc. En 1882, des supports en fonte sont ajoutés dans la galerie du rez-de-chaussée de l’aile Guimet pour soutenir le plafond.

Le décor intérieur de la grande salle du premier étage est à signaler pour ses cloches et grelots.

Aile Guimet, grande salle du premier étage carré : console ornée d'une lyre et d'une cloche (à gauche) et d'un masque de femme et d'un grelot (à droite).

Aile Guimet, grande salle du premier étage carré : console ornée d’une lyre et d’une cloche (à gauche) et d’un masque de femme et d’un grelot (à droite). Photo Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP

A laquelle des deux personnalités devons-nous les clefs de sol de l’escalier principal, les clochettes et grelots des consoles du musée, rarement utilisés dans le vocabulaire ornemental du XIXe siècle : à Jules Chatron, architecte mais également violoniste12, ou à Emile Guimet, musicien qui plus est passionné d’art asiatique ? Guimet a en effet fondé la fanfare de Fleurieu, et l’orphéon de Neuville13 dans les années 186014 ; il a composé un opéra, Taï-Tsoung. En outre, lors de son voyage de 1876, le peintre Régamey représente la Danse du Sistre, à Ishé (Japon) où une danseuse, vêtue d’une robe rouge recouverte d’une sorte de surplis blanc, tient le sistre à grelots de la main droite.

Nicolas Sicard, La Fanfare de Fleurieu-sur-Saône à la procession de la Fête-Dieu, 1885, tableau, huile sur toile (Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP)

Nicolas Sicard, La Fanfare de Fleurieu-sur-Saône à la procession de la Fête-Dieu, 1885, tableau, huile sur toile, Fleurieu-sur-Saône (Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP)

C’est peut-être à l’association de ces deux hommes puisque ce binôme travaille à un autre chantier important : le théâtre Bellecour (devenu ensuite siège du journal Le Progrès, actuellement FNAC) construit par Guimet et Chatron 85 rue de la République et inauguré le 29 septembre 1879. De nombreuses ressemblances existent entre les deux façades, notamment dans l’usage des vocabulaires architectural et ornemental : la présence d’un dôme sur tambour, le buste de femme, les caryatides (à l’extérieur pour le théâtre, à l’intérieur pour le musée), les visages féminins souriants, les cheveux sommairement attachés, la lyre (en agrafe sur l’arc plein cintre en façade pour le théâtre, sur une console de la grande salle du premier étage au musée), les coussinets à volutes, les grelots, cordelettes, rubans, fleurs d’eau fermées ou palmettes.

Le théâtre Bellecour (actuellement FNAC), vue de situation en 2009

Le théâtre Bellecour (actuellement FNAC), vue de situation en 2009 (Bertrand Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009 – ADAGP)

Le lendemain de l’inauguration du théâtre, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et le directeur de l’Enseignement supérieur inaugurent le musée à Lyon.

Mais, dès 1882, Guimet craint de voir son oeuvre péricliter en province à cause du manque de visiteurs et de chercheurs, de difficultés financières et de problèmes avec la mairie de Lyon ; en outre, l’école doit fermer ses portes faute d’étudiants. Avec un vocabulaire d’entrepreneur, Guimet explique : « J’avais fait une sorte d’usine scientifique et je me trouvais loin de la matière première et loin de la consommation. »15 Il entre en contact avec l’administration de la Ville de Paris et le ministère de l’Instruction publique pour un transfert éventuel du musée dans la capitale.

Parallèlement, en 1887, Guimet propose de céder à la Ville de Lyon le théâtre Bellecour et le musée. Il vend le théâtre en 1892 ; l’édifice est détruit excepté l’élévation antérieure.

Signature d’Emile Guimet. Archives municipales de Lyon, 480 WP 048 2, repro. Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon

Signature d’Emile Guimet. Archives municipales de Lyon, 480 WP 048 2, repro. Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon

L’architecte en chef de la Ville, Abraham Hirsch, est chargé d’examiner la proposition de Guimet. Il rend son rapport le 9 mai 188716 : on y apprend que « en tant que construction, bien qu’on ait voulu donner à l’établissement un aspect monumental en rapport avec sa destination, on ne peut se dissimuler que sa structure a été négligée sur plusieurs points dans la nature et l’emploi des matériaux, ce qui, à court délai, nécessitera un entretien d’une certaine importance. Il importe de citer notamment, le plancher à rez-de-chaussée recouvrant le sous-sol, qui sera, dans un temps assez limité, entièrement à consolider ou à refaire ; les stucs et ciments simulant la pierre, la qualité de certaines pierres de taille, les chéneaux, tuyaux de descente, etc. » L’absence de soin apporté à la construction est un reproche qui est fait à Jules Chatron de façon récurrente et qui concerne également le théâtre Bellecour. « Quant aux constructions non édifiées [du musée Guimet] mais seulement fondées, elles ont également souffert dans la partie à découvert. » On y apprend aussi que le projet de transfert du Muséum d’Histoire naturelle, alors situé au Palais des Arts (l’actuel musée des Beaux-Arts), est ancien et que restent à trouver l’emplacement et les moyens, que le musée Guimet a déjà été évoqué et que le directeur du Muséum s’est déjà opposé à cette idée.

Justement, le 13 février 1888, le Dr Lortet, directeur du Muséum, qui a probablement eu le temps d’affûter ses arguments, envoie au maire de Lyon un rapport musclé sur le projet de transfert des collections de son musée dans les bâtiments construits par Emile Guimet. Dans ce rapport (qui compte 10 pages, plus une page de titre et encore avant, un courrier de présentation) où chaque terme est pesé, Lortet défend bec et ongles les collections qu’il gère avec, on peut le penser, beaucoup de conviction et de dévouement17 : il est de son devoir, il prie instamment … Mais que reproche donc Lortet à l’édifice construit par Guimet ? Tout simplement de « compromettre l’existence même et la valeur considérable d’un très riche établissement public qui grâce à [ses] efforts, est aujourd’hui classé quatrième ou cinquième parmi les grands musées d’Europe. » Les bâtiments de Guimet présentent à ses yeux deux défauts majeurs. Le premier est son emplacement [rappelons-nous que nous sommes alors en 1888] : « Sur le boulevard du Nord [actuel boulevard des Belges], le Muséum serait si loin et si isolé qu’il faudra un effort considérable pour y venir » car les collections d’histoire naturelle sont faites pour le grand public mais « surtout pour les naturalistes, les médecins, les chimistes, les ingénieurs, les métallurgistes et les industriels » et se doit de se trouver en outre à proximité du centre universitaire. Lortet insiste : « A Lyon même, on a si bien compris l’importance de ce principe que l’administration a placé depuis longtemps notre école des Beaux-Arts au Palais St-Pierre, au milieu de nos musées artistiques. Il ne serait jamais venu à l’idée de personne de transporter cette école à Vaise ou à la Guillotière. Pour rendre les services réellement utiles pour lesquels il a été créé, le Muséum doit donc être placé le plus près possible des facultés des Sciences et de Médecine. » Le deuxième défaut est que ces bâtiments « sont très mal disposés pour recevoir des collections scientifiques » en terme d’espace et d’éclairage. Selon Lortet, les salles dont dispose le Muséum sont plus vastes que ce dont il pourrait disposer au musée Guimet sachant qu’en outre, les magasins, greniers et caves sont « bourrés jusqu’aux plafonds ». Par ailleurs, les collections géologiques très lourdes ne peuvent être placées qu’au rez-de-chaussée, celui du musée Guimet n’étant pas assez grand. Seule une réfection complète permettrait d’y installer des poids considérables. Lortet, dans son acharnement à défendre ses collections, n’hésite pas à porter le coup de grâce à l’édifice conçu par l’orientaliste en achevant son rapport par ces derniers mots18 : « les bâtisses déjà à moitié ruinées qui constituent le Musée Guimet. »

En conséquence, le conseil municipal constate qu’il est fort difficile pour la Ville de pouvoir utiliser le musée Guimet dans l’état où il se trouve ; qu’il serait nécessaire de reconstruire, en partie, ce bâtiment ; que dans ces conditions, le prix de 400 000 f demandé à la Ville est beaucoup trop élevé ; il délibère donc en avril 1894 qu’il n’y a pas lieu de donner suite aux propositions de M. Guimet.

L'ancienne patinoire devenue grande salle du Muséum d'Histoire naturelle, état en 2005

L’ancienne patinoire devenue grande salle du Muséum d’Histoire naturelle, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Finalement, ce dernier met en vente volontaire aux enchères publiques l’édifice en avril 1897 : aucune transaction ne se fait. Il est loué à messieurs Rambaud, Gallaud et Guy, avec promesse de vente, puis à la Société frigorifique de Lyon en 1899 (elle en devient propriétaire en 1901) qui y construit une patinoire, un théâtre et une brasserie, prenant leur entrée sur le boulevard du Nord et sur les rues Montbernard et Boileau ; le terrain compte une superficie de 3558 m2. Tony Blein (domicilié 74 cours de la Liberté), élève de Chatron, est l’architecte de ce « Palais de Glace »19. Sur l’élévation boulevard du Nord conservée aux Archives municipales de Lyon, il porte la mention : « Blocs en pierre des Estaillades »20.

Les entrepreneurs ayant œuvré à la construction des installations frigorifiques sont MM. Baudin (maçonnerie), Labasse (plâtrerie-peinture), Lafosse (charpente en bois), Lagarde (charpente en fer), Perrot (menuiserie), Pizzetta (serrurerie-quincaillerie) et Delogé (plomberie-zinguerie)21.

Ancienne patinoire : détail du garde-corps de la galerie

Ancienne patinoire : détail du garde-corps de la galerie (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Les motifs Art nouveau du garde-corps de la galerie de la patinoire datent donc de 1899  et sont très probablement dus à Pierre Antoine Louis Martin Pizzetta entrepreneur en serrurerie22.

Le mur plein donnant sur la rue Boileau est, selon MM. Rambaud et Grenouillet, formé par des piliers en pierre dure supportant les fermes et par des murs de remplissage en pisé de mâchefer enduits au ciment et formant panneaux »23. Ils sont agencés autour d’une cour centrale, couverte d’une verrière après la construction de la patinoire. Le corps de bâtiment abritant la patinoire est couvert de toits à longs pans et croupes en tuiles plates mécaniques, la verrière étant protégée par une série de trois toits à longs pans parallèles ajoutés dans les années 1960 à la suite de la dégradation du ciel vitré par la grêle le 27 août 195524. La verrière de la patinoire n’est soutenue par aucun pilier malgré sa surface importante : elle est suspendue à la charpente métallique composée, selon Rambaud et Grenouillet25, de cinq fermes construites à dilatation sur galets.

Le châssis de tympan de la porte secondaire ouvrant sur la rue Boileau à proximité de la rotonde est fermé d’une ferronnerie ornée de lignes en « coup de fouet ». Les productions Art nouveau à Lyon ne sont pas si nombreuses et affichent en général un caractère tout en retenue. Il serait donc intéressant d’en garder les moindres traces.

Porte latérale ouvrant sur la rue Boileau : détail du châssis de tympan

Porte latérale ouvrant sur la rue Boileau : détail du châssis de tympan (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Ces corps de bâtiment servent donc à la fabrication de la glace par l’acide carbonique, à l’exploitation d’une salle de patinage, de cases frigorifiques, d’une fabrique de glace alimentaire, de salles de fêtes et de concerts, à l’exposition de tableaux, à une habitation pour le directeur, à un café-restaurant, à des chambres de machines, chaudières et appareils frigorifiques. Parmi les équipements techniques se trouvent, entre autres, deux machines à vapeur de 250 chevaux chacune, avec leur condensateur respectif et la tuyauterie, trois chaudières à vapeur, trois compresseurs à acide carbonique et leur réfrigérant cylindrique nécessaires à la production de 40 tonnes de glace, et leur pont roulant26. La structure et les planchers sont renforcés en conséquence.

Depuis la brasserie du Palais de Glace, on aperçoit à la fois le boulevard et les patineurs. L’ensemble est baptisé en 1904 Casino des Sports. Le premier club lyonnais de hockey sur glace, le Sporting club de Lyon, y est fondé. Comble du luxe, la patinoire est associée à un palmarium.

Mais, dès 1909, l’affaire périclite27.

Louis Rogniat, vice-président du Conseil d’administration de l’Ecole nationale des Beaux Arts, suggère au maire en 1909 d’installer l’école dans cet ensemble immobilier. Entre autres avantages, qu’il examine point par point avec le Conseil d’administration lors de la séance extraordinaire du 28 octobre 1909, le suivant est détaillé comme suit : « Tout d’abord dans cette grande salle (skating28), on peut trouver une grande salle de cours (amphithéâtre), une petite cour de service, et une galerie de modèles, où seraient exposés les moulages des belles œuvres de l’antiquité, du moyen-âge et de la Renaissance, et même des reproductions des plus remarquables motifs d’art décoratif. Cette galerie dont l’importance se devine, donnerait une grande allure à l’école ; ce serait une nouveauté à Lyon ; elle aurait un grand attrait et une grande utilité pour les artistes et pour les élèves, et comme elle pourrait aussi certains jours être ouverte au public, elle contribuerait puissamment par la vulgarisation des chefs d’œuvre de la sculpture et de l’architecture, à l’éducation artistique du peuple.29» Nous ne sommes, là, pas si éloignés de certaines préoccupations d’Emile Guimet.

Certains pensent à y loger la mairie du 6e arrondissement. Charles Meysson, architecte en chef de la Ville, s’y oppose, ainsi qu’à l’idée d’y mettre l’école des Beaux-Arts30. En revanche, il soutient l’idée d’y installer le Muséum. Lortet, loin des douze pages combatives qu’il écrit vingt-et-un ans plus tôt, s’en réjouit en quatre phrases auprès du maire de Lyon31.

Armand Bickert, au nom du Comité fondateur de l’Art pour tous ou Comité pour le Développement des Musées, encourage également la municipalité à acheter le Palais de Glace. « Le VIe arrondissement possède peu de monuments publics. Dans ce quartier d’avenir où la nouvelle gare ajoute et ajoutera sans cesse à l’activité de ses habitants, il n’y a ni musées, ni bibliothèques, ni monuments historiques (…) La municipalité s’honorera en sauvant de la démolition qu’on est en droit de redouter, un véritable palais, merveilleusement construit, de l’avis des architectes, et parfaitement approprié à son objet. M. Guimet offre de « remplir en un mois toutes les salles de son ancien musée avec des collections aussi nombreuses et aussi intéressantes que celles qui les garnissaient autrefois ». (…) Cette éducation populaire si encouragée par la municipalité comprend parmi ses branches les plus vivantes l’histoire des religions. Lyon est une des rares villes de province, et peut-être la seule où l’étude rationaliste des faits religieux ait obtenu un tel succès.32»

Pour M. AL Bouchon [ ?] qui représente les architectes experts Grenouillet et Rambaud, « le Muséum d’Histoire naturelle aurait là sa place toute marquée, parce qu’on n’aurait pas besoin de démolir le vaste hall vitré, qui a des charpentes métalliques en excellent état. Le Muséum serait à proximité des collections du Parc »33.

Il semble que ce chantier représente pour la profession des bâtisseurs de Lyon un enjeu important. Plusieurs présentent en effet leur candidature.

MM. Grenouillet et Rambaud, architectes experts, « seraient heureux qu’on leur confiât ces travaux»34.

Tony Blein, à son tour, sollicite la faveur d’être nommé architecte des bâtiments du Palais de Glace arguant qu’il est l’auteur des constructions de 1899 et qu’il en possède tous les plans. Il ajoute qu’il n’a pas encore eu l’avantage de travailler pour la Ville de Lyon.

L’architecte Frédéric Olgiaty (90 rue Vendôme Lyon) candidate également le 7 juillet 1909.

La Ville de Lyon devient propriétaire des lieux en octobre 190935.

Les avis sur le Palais de Glace divergent cependant puisque Henri Lechat, membre du Conseil d’administration de l’Ecole des Beaux Arts, suggère à Edouard Herriot en novembre 1909 de consulter officieusement Tony Garnier sur le transfert de l’école au Palais de Glace auquel il reconnaît une « laideur déjà insigne »36.

Mais le conseil municipal tranche en novembre 1911 et le projet d’installation du Muséum d’Histoire naturelle dans le Palais de Glace est adopté.

Quatrième projet de transformation du Palais de Glace pour l’aménagement des Muséums de la Ville et du Musée Guimet. Plan du Rez-de-chaussée au niveau de la Grande salle, octobre 1911, Tony Blein architecte. Archives municipales de Lyon, 515 WP 006 2, repro. Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon

Quatrième projet de transformation du Palais de Glace pour l’aménagement des Muséums de la Ville et du Musée Guimet. Plan du Rez-de-chaussée au niveau de la Grande salle, octobre 1911, Tony Blein architecte. Archives municipales de Lyon, 515 WP 006 2, repro. Gilles Bernasconi / Archives municipales de Lyon

Une partie des collections de Guimet réinvestit la rotonde et « l’aile Guimet ». Les travaux de transformation nécessaires à l’implantation du Muséum sont réalisés sur les plans dressés de 1911 à 1913 par l’architecte lyonnais Tony Blein. Les travaux sont exécutés par les entrepreneurs Louis Védrine, 1 rue Voltaire (maçonnerie et pierre dure), Vve Jeannot, 10 rue Voltaire (ciments), Henri Richard, 18 rue Neuve de la Villardière (charpente en bois), Brizon et fils Villeurbanne 203 cours Emile-Zola (serrurerie et quincaillerie), Léon Rocheron 288 rue Duguesclin (ferblanterie zinguerie), Pierre Villeneuve, 67 rue Chevreul (parquets), Alfred Regeffe, 13 rue Cavenne (plâtrerie et peinture), Gabriel Targe 7 place du pont (vitrerie), et la Société coopérative des ouvriers menuisiers de Lyon et banlieue à Villeurbanne 11 rue Poncet (menuiserie).

En novembre 1911, le conservateur du Muséum, Claude Gaillard37, rend compte au maire des difficultés qu’il a rencontrées avec Tony Blein, celui-ci ne tenant pas compte de l’avis de celui-là, notamment en ce qui concerne l’élargissement de la galerie de l’ancienne patinoire, idée de Gaillard, finalement exécutée. Gaillard demande au maire, qui accepte, que le directeur du Muséum examine dorénavant tous les projets et devis et qu’il fasse partie de toutes les commissions appelées à en gérer le transfert.

Emile Guimet écrit au maire le 26 décembre 1912 pour des réclamations au sujet de travaux qui se font mal ou ne se font pas. Le temps d’Emile Guimet, riche industriel passionné, n’est pas celui de l’administration. Quand Guimet prend une décision, il la prend seul et il dispose de ses fonds comme il l’entend. On sent percer ainsi dans certains courriers un rien d’exaspération qui ne détourne pas Guimet de son œuvre de mise à disposition du grand public et des scientifiques d’outils de connaissance. Dans un mouvement d’humeur ou pris de lassitude, Guimet termine sa lettre par : « Pourquoi m’avez-vous donné un architecte qui ne prévoit rien, ne commence rien, ne finit rien.38 » Emile Guimet a le sens de la formule ! Bien sûr, Tony Blein fait une réponse argumentée le 30 décembre 1912 ; il décèdera quelques mois plus tard, en 1914, à l’âge de 61 ans (Emile Guimet décède en 1918 à l’âge de 82 ans).

L'extension pour le Muséum d'Histoire naturelle sur la rue Morellet, Tony Blein architecte

Au premier plan, l’extension pour le Muséum d’Histoire naturelle sur la rue Morellet, Tony Blein architecte (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

L’édifice agrandi est inauguré en mai 1913. Emile Guimet y présente une partie de ses collections dans les salles construites en 1878. La galerie de l’ex-patinoire est élargie pour faire place aux grandes vitrines du musée Saint-Pierre (actuel musée des Beaux-Arts). Pour installer les collections du Muséum d’Histoire naturelle sont ajoutés une salle d’anatomie comparée, une salle de géologie, un laboratoire, un passage à voitures et une terrasse. La cheminée d’usine liée aux installations frigorifiques est détruite en 1913. L’agrandissement de la galerie et la transformation de la toiture sont réalisés par Brizon et fils, constructions métalliques à Villeurbanne39. Le décor de la salle de Géologie, située dans le prolongement de l’aile Guimet, dessiné par Tony Blein, est exécuté par le sculpteur Antoine Roche soumissionnaire en 1913. Ce dernier est choisi le 1er mars pour son « stuc à la pâte genre scayole se composant de ciment anglais, poussières de pierres dures, minéraux divers avec polissage obtenu à l’aide de grès, ponce, pierres agglomérées, pierre de touche »40. Mais la Première Guerre mondiale interrompt ces travaux et aura un impact sur les métiers du bâtiment ainsi que sur le cours des salaires et des matériaux dans les années 20. Si bien qu’Antoine Roche se voit contraint d’entreposer les stucs et stafs exécutés en 1914 mais non posés, jusqu’en 1927. Il obtient un dédommagement correspondant à la location de l’entrepôt et aux frais d’assurance d’autant plus facilement que la Ville paie les éléments de décor au prix du marché de 1913, environ la moitié de ce qu’ils coûteraient en 1927 ; il ne reste à régler à la municipalité que les retouches et la pose41.

L'entrée de la salle de Géologie construite pour le Muséum par Tony Blein, décor exécuté par le sculpteur Antoine Roche, état en 2005

L’entrée de la salle de Géologie construite pour le Muséum par Tony Blein, décor exécuté par le sculpteur Antoine Roche, état en 2005 (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

La réception « définitive » se tient le 24 octobre 1919, Lay étant l’architecte directeur des travaux. Mais cette réception n’est que provisoire et le conseil municipal délibère à nouveau le 12 juillet 1926 pour approuver le projet d’achèvement du Muséum d’Histoire naturelle. Les entrepreneurs adjudicataires sont alors J. B. Gérin 291 rue Duguesclin (Construction métallique)42, François Sautour, rue Cuvier 123 (terrassements, maçonnerie, pierre de taille et ciments), Brossard quai Pierre-Scize 75 (carrelages et revêtements), Micheletti et Gonnetant rue Juiverie 8 (plâtrerie-peinture), Cailhoux et Dupuis, rue de la Loge (zinguerie-plomberie), Clozel directeur de la Sté Coopérative « L’Union des Ouvriers Menuisiers en Bâtiment du Rhône, 34 cours de la République à Villeurbanne43.

Fin 1922, il est question d’installer le Musée Colonial au rez-de-chaussée du Palais de Glace, rue du Lieutenant-Colonel-Prévost afin de réunir trois musées municipaux dans un même édifice appartenant à la Ville, afin de faciliter la visite du public, et réaliser des économies sur le fonctionnement du musée, notamment en terme de personnel. Il prend la place du Magasin municipal et, en éliminant ainsi le stock de bois, éloigne le risque d’incendie44. La réception des travaux, dirigés par l’architecte en chef de la Ville Charles Meysson, a lieu le 12 avril 1926 (la maçonnerie est exécutée par Lecler, la plâtrerie-peinture par Faverjon, la serrurerie par Godard).

Tableau des donateurs du Musée, vue générale

Tableau des donateurs du Musée, vue générale (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Nous ne savons pas de quand date le revêtement de sol en mosaïque (1899 ?, 1913 ?) situé entre l’escalier principal et la grande salle, ni le tableau des donateurs orné d’hippocampes qui se trouve à proximité45 et qui se distingue par une grande finesse de sculpture. Parmi les scientifiques à qui il est rendu hommage, on trouve le nom d’Eugène Dumortier enterré au cimetière de Loyasse dont la concession est arrivée à échéance : le médaillon46 est désormais conservé par l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon47.

Tableau des donateurs du Musée, détail de la partie basse : hippocampes, coquille, oursin et fruits

Tableau des donateurs du Musée, détail de la partie basse : hippocampes, coquille, oursin et fruits (Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2005 – ADAGP)

Stèle déposée du tombeau d'Eugène Dumortier, cimetière de Loyasse, 2004

Stèle déposée du tombeau d’Eugène Dumortier, cimetière de Loyasse, 2004 (Véronique Belle © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2004 – ADAGP)

Des plans et élévations de colonnes du 3e niveau de la rotonde peuvent laisser penser que les caryatides du musée Guimet de Lyon ont été remplacées par des colonnes cannelées vers 196948.

Quant au musée Guimet de Paris, dont les travaux commencent en janvier 1886, il est volontairement conçu comme une copie de celui de Lyon. Le terrain sis place d’Iéna permet une configuration en triangle. Jules Chatron étant décédé, le projet est confié à l’architecte parisien Charles Terrier qui connaît l’oeuvre de Jules Chatron et d’Emile Guimet. Les ouvriers ainsi que tout le personnel sont lyonnais et les matériaux proviennent de la région lyonnaise. Le musée est inauguré le 20 novembre 1889. Il ne reste aujourd’hui de l’édifice d’origine que la rotonde : les premier et deuxième étages où se trouve la bibliothèque sont bien conservés avec caryatides et parquet, alors que le rez-de-chaussée a été assez transformé. La rotonde et la bibliothèque sont classées au titre des Monuments historiques depuis 1979. L’escalier, lui, a été détruit.

Hormis les Lyonnais et les conservateurs du musée Guimet de Paris, il est probable que peu de personnes savent que ce dernier a été édifié à l’image de celui de Lyon. Ainsi, le Directeur des Musées de France, G. Salles, s’exprime-t-il dans son rapport sur l’inspection des musées de Lyon49 le 30 mai 1946 : le «Musée Guimet [de Lyon] rappelle le musée Guimet à Paris. Ses salles sont claires et aptes à d’heureuses présentations ».

Propriété de la Ville de Lyon, le musée Guimet, écrin de pierre bientôt vide de collections, est le fruit de trois grandes campagnes de construction. Architecture soignée et éléments de décors inédits sont visibles dans cet édifice dont on ne connaît pas encore la future affectation. La personnalité de son premier commanditaire, doté d’une curiosité insatiable, lui confère un rôle de témoin de ce goût prononcé de la culture française pour tout ce qui touche à l’Orient et à l’histoire des idées. Mais ce qui caractérise peut-être Emile Guimet plus que tout, c’est le goût du partage, de la transmission qu’il a chevillé au corps. Nul doute qu’il se serait emparé d’Internet pour diffuser la connaissance au plus grand nombre afin que chacun se l’approprie, tout en maintenant un haut niveau d’exigence et sans y mettre une once de dogmatisme. C’est en cela qu’en ce XXIe siècle déjà bien entamé, conserver des traces de la quête et de l’œuvre d’Emile Guimet est plus que jamais nécessaire.

Véronique Belle, chercheure, Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article :

BELLE, Véronique. « Les tribulations d’un musée à Lyon », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 19 décembre 2013 [consulté le …]. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2248

Pour en savoir plus :

Consulter le dossier électronique complet.

______________________________________________________________________________
Notes
  1. C’est à ce titre que l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Rhône-Alpes a constitué en 2004-2005 une étude patrimoniale sur le musée Guimet accessible à tous sur internet, menée par Véronique Belle chercheure et Didier Gourbin photographe []
  2. Galliano Geneviève (dir). Un jour, j’achetai une momie. Emile Guimet et l’Egypte antique. Catalogue d’exposition, Musée des Beaux-Arts de Lyon, Editions Hazan, 2012 []
  3. CHAPPUIS, Françoise, MACOUIN, Francis (sous la direction de). D’outremer et d’Orient mystique … Les itinéraires d’Emile Guimet. Suilly-la-Tour, Ed. Findakly, 2001 []
  4. 1 C 1589, Le Jubilé du Musée Guimet, vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879-1904. Paris, Ernest Leroux éditeur, 28 rue Bonaparte 28, 1904, Préface d’Emile Guimet []
  5. Citation complète dans Prudhomme Claude. Emile Guimet et les nouvelles approches des religions dans la France de son temps. In Galliano, op. cit. []
  6. Vanario, Maurice. Les rues de Lyon à travers les siècles (XIVe au XXe). Lyon, Editions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 1990 []
  7. BAPTISTE, Pierre, BAPTISTE, Wincka. Projet et architecture. In D’outremer et d’Orient mystique … Les itinéraires d’Emile Guimet. Suilly-la-Tour, Ed. Findakly, 2001 []
  8. Archives municipales de Lyon (AML), 475 Wp 34, Rapport de Messieurs Rambaud et Grenouillet, architectes experts, 8 juin 1909 []
  9. AML, 475 Wp 34, Rapport de Messieurs Rambaud et Grenouillet, architectes experts, 8 juin 1909 []
  10. AML, 475 Wp 34, Rapport de Messieurs Rambaud et Grenouillet, architectes experts, 8 juin 1909 []
  11. BAPTISTE, Pierre, BAPTISTE, Wincka. « Projet et architecture ». Op. cit. []
  12. AML, 3 C 333, Courrier de Lyon, 30 juin 1884 []
  13. Lavigne, Maryannick. Fleurieu-sur-Saône. Département du Rhône. Préinventaire du Rhône n° 25. 1996, et Neuville-sur-Saône, Préinventaire du Rhône n° 11. 2001 []
  14. Chappuis, Françoise. Emile Guimet et la musique. In D’Outremer et d’Orient mystique, op. cit. []
  15. David, Louis. Histoire du Muséum de Lyon. Muséoguide. Lyon, ARPPAM, 1992. P. 90 []
  16. AML, 480 Wp 48, L’architecte en chef de la Ville à Monsieur le Maire de la Ville de Lyon, 9 mai 1887 []
  17. AML, 480 Wp 48, Ville de Lyon. Muséum des Sciences naturelles. Rapport à Mr le Maire sur le projet de transfert des collections du Muséum de la Ville dans les bâtiments du Musée Guimet, par Mr le Dr Lortet Directeur du Muséum, 13 février 1888 []
  18. A sa décharge, le tout dernier mot est tout de même « dévouement » []
  19. On notera ce goût de l’époque pour le terme « palais », très usité : Palais Saint-Pierre, Palais des Arts, Palais Guimet, Palais du Quai, Palais Soufflot (pour l’hôtel-Dieu), etc. []
  20. AML, 1480 Wp 203 (2 Mi 94), Elévation sur le boulevard du Nord, Société frigorifique de Lyon [Tony Blein 1899] []
  21. AML, 475 Wp 34, Rapport de Messieurs Rambaud et Grenouillet, architectes experts, 8 juin 1909 []
  22. L’une des scènes du téléfilm « Alias Caracalla » d’Alain Tasma, diffusé en mai 2013 sur France 3, a été tournée dans cette grande salle de la patinoire, la scène étant censée se dérouler à Londres []
  23. AML, 475 Wp 34, Rapport de Messieurs Rambaud et Grenouillet, architectes experts, 8 juin 1909 []
  24. David, Louis. Histoire du Muséum de Lyon. Muséoguide. Lyon, ARPPAM, 1992. Pp. 60-61 []
  25. Id. []
  26. AML, 475 Wp 34, Muséum d’histoire naturelle, Etude de Me Pondeveaux, avoué à Lyon rue Neuve 7, Purge d’hypothèques légales []
  27. BAPTISTE, Pierre, BAPTISTE, Wincka. « Projet et architecture. » In D’outremer et d’Orient mystique … Les itinéraires d’Emile Guimet. Suilly-la-Tour, Ed. Findakly, 2001 []
  28. Ce terme est usité plusieurs fois dans ces archives en lieu et place de patinoire. Ce n’est pas rare depuis la fin du XIXe siècle []
  29. AML, 475 Wp 34, Conseil d’administration de l’Ecole nationale des Beaux-Arts et des écoles municipales de dessin de Lyon, séance extraordinaire du 28 octobre 1909, procès-verbal []
  30. AML, 475 Wp 34, L’Architecte en chef de la Ville à Monsieur le Maire de Lyon, 9 juin 1909 []
  31. AML, 475 Wp 34, Lettre de M. Lortet à Monsieur le Maire de Lyon, 14 juin 1909 []
  32. AML, 475 Wp 34, Armand Bickert, secrétaire adjoint du Comité fondateur de l’Art pour tous. Rapport sur le « Palais de Glace ». Lyon, 16 avril 1909 []
  33. AML, 475 Wp 34, M. AL Bouchon [ ?] à la Mairie de Lyon, Cabinet des Adjoints, [le 16 juin 1909 ?] []
  34. AML, 475 Wp 34, M. AL Bouchon [ ?] à la Mairie de Lyon, Cabinet des Adjoints, [le 16 juin 1909 ?] []
  35. David, Louis. Histoire du Muséum de Lyon. Muséoguide. Lyon, ARPPAM, 1992. P. 44 []
  36. AML, 475 Wp 34, Lettre de Henri Lechat au maire de Lyon, le 26 novembre 1909 []
  37. AML, 475 Wp 34, Ville de Lyon. Muséum des Sciences naturelles. Rapport à Monsieur le Maire de Lyon sur la présentation du projet de transfert du Muséum. 18 novembre 1911 []
  38. AML, 475 Wp 34, chemise Musée Guimet, Lettre d’Emile Guimet au Maire de Lyon, 26 décembre 1912 []
  39. AML, 475 Wp 34 []
  40. Les autres soumissionnaires sont Maurice Penelle, Eugène Flachat, entrepreneur de staff et stuc, Jacques Pavi, entrepreneur de sculpture décorative, AML, 475 Wp 34 []
  41. AML, 955 Wp 1, Le contrôleur des travaux Renbeau au Maire, le 19 janvier 1927 []
  42. AML, 955 Wp 1, courrier au Maire de Lyon, 9 mai 1928 []
  43. AML, 955 Wp 1, Achèvement du Muséum d’Histoire naturelle []
  44. AML, 955 Wp 1, note sur le Musée colonial, annotée le 2 décembre 1922, signée par le professeur Beauvisage []
  45. Voir le dossier électronique []
  46. Voir le dossier du tombeau d’Eugène Dumortier []
  47. Renseignement pris auprès de Monsieur Jean-Pol Donné, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon []
  48. AML, 1480 Wp 361 et 363, 2 Mi 94 []
  49. AML, 148 Wp 2, Musées, Ministère de l’Education nationale. Arts et lettres. Direction des Musées de France. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *