Comment on dessine l’histoire

Contacté par le Musée Savoisien de Chambéry qui cherchait à affiner ses connaissances sur les peintures murales de Cruet (Savoie), qui constituent l’un des éléments les plus notables de ses collections, le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel (Région Rhône-Alpes) a procédé à la numérisation de certains documents des Archives régionales qui éclairent tant l’histoire des peintures que celle de leur découverte. Les relevés des peintures, réalisés in situ et à l’échelle 1/1, constituent notamment des documents inédits et précieux pour la recherche historique, de même que les photographies prises au moment de la découverte des peintures puis après leur dépose au Musée Savoisien.

Le relevé des peintures de Cruet par Paul Cherblanc

Le relevé des peintures de Cruet par Paul Cherblanc (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

Les peintures et leur dépose

Le château de la Rive, dit aussi de Verdon-Dessous, fait partie de l’ensemble de fortifications médiévales de la commune de Cruet, dont les actuels hameaux (la Baraterie, Madoux) furent le siège de plusieurs seigneuries – Verdon (ou Verdun), Chaffard et Chanay. Au XIVe siècle, on comptait en effet pas moins de quatre châteaux et maisons fortes sur le territoire de cette commune, sa situation stratégique dans la combe de Savoie et à proximité de la frontière avec le Dauphiné n’étant certainement pas étrangère à la présence de ces constructions. Le « château » de la Rive est une maison forte construite au XIIIe siècle et remaniée au XXe siècle, notamment par l’ajout d’un mur modifiant le plan original (en U) et créant une cour fermée.

Cruet, château de la Rive : élévation ouest, avec le mur du XXe siècle

Cruet, château de la Rive : élévation ouest, avec le mur du XXe siècle (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

L’une des modifications architecturales opérées consista en la création d’un plancher dans une vaste et haute salle « située à l’origine au premier étage de l’édifice »1, modification par laquelle le cycle de peintures monumentales se trouva relégué au niveau des combles. A une date indéterminée, les peintures ont été recouvertes d’un enduit.

Les combles au moment de la découverte des peintures

Les combles au moment de la découverte des peintures (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

En 1985 ou 19862, les propriétaires mettent au jour, à l’occasion de travaux, les premiers éléments de ce qui s’avérera être une frise d’environ 44 m de long (33 m de cet ensemble ont pu être conservés), et en informent l’architecte des bâtiments de France ; dans les mois qui suivent, l’ensemble des services et collectivités compétents en matière de patrimoine (Direction régionale des affaires culturelles, Musées de France et Conseil général) interviennent dans ce dossier jugé majeur. Les propriétaires du château ayant émis le souhait que ces peintures soient déposées au Musée Savoisien, une réunion est organisée le 31 juillet 1986 à la préfecture de Chambéry, en présence des personnes et services concernés, pour évoquer la dépose, la restauration et l’installation des peintures au Musée Savoisien, ainsi que le coût de cette opération3. Au final, celle-ci est financée conjointement par les Musées de France (50 %), la Ville de Chambéry (25 %) et le département de la Savoie (25 %).

En juin 1987, les travaux de dépose sont terminés (avec un léger retard par rapport aux prévisions initiales) ; la restauration et l’installation des peintures au Musée Savoisien peuvent alors commencer. Cette dernière phase ne se déroulera d’ailleurs pas sans encombre, comme en atteste une dépêche AFP de 1991 et les articles parus dans la presse nationale (et même internationale) entre 1991 et 1993 (cf infra) : après leur installation dans un lieu provisoire d’exposition (1988), les peintures restaurées se dégradent et nécessitent une nouvelle restauration. C’est en 1998 qu’une solution plus pérenne d’exposition sera adoptée.

L’intervention de l’Inventaire

En tant que composante de la DRAC de Rhône-Alpes, la commission de l’Inventaire (aujourd’hui service de la Région Rhône-Alpes) est amenée à examiner et étudier les peintures de Cruet ; une équipe de quatre personnes (Marc Pabois, conservateur régional, Paul Cherblanc, dessinateur, Eric Dessert, photographe, et Geneviève Jourdan, conservateur) se rend sur place en 1986. Des notes sont prises, des photographies réalisées et des relevés dessinés ; l’étude du monument-document génère son lot de nouveaux documents, aujourd’hui archives précieuses pour la connaissance de cet ensemble médiéval.

Les peintures au moment de leur découverte : scène de chasse à courre

Les peintures au moment de leur découverte : scène de chasse à courre (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

Les peintures représentent, tout autour d’une pièce et dans ce qui semble bien être un cycle, une série de scènes profanes et chevaleresques, dont l’identification ne put être déterminée immédiatement – les premières interprétations seront proposées à partir de 19914. Il semble aujourd’hui admis que les peintures datent du début du XIVe siècle (vers 1307) et donnent à voir des scènes tirées de Girart de Vienne, chanson de geste de la fin du XIIe siècle attribuée à Bertrand de Bar-sur-Aube. Selon Térence Le Deschault de Monredon, l’histoire mouvementée faisant intervenir Girart, la duchesse de Bourgogne et l’empereur Charlemagne fait directement écho, à Cruet, à l’opposition conflictuelle de la Savoie et du Dauphiné autour du comté (devenu archevêché) de Vienne, au cours des XIIIe et XIVe siècles. En tant que vassaux des comtes de Savoie, les seigneurs de Verdon ont en effet pu faire représenter sur leurs murs une épopée carolingienne présentant des similitudes avec leur propre histoire contemporaine, afin de soutenir « la revendication des comtes de Savoie sur le Viennois » et/ou « d’évoquer la concorde à laquelle pouvaient légitimement aspirer les vassaux des deux puissants seigneurs belligérants »5.

Lorsqu’elle se rend sur place, l’équipe de l’Inventaire ne dispose d’aucun élément précis concernant la datation, la technique ou l’interprétation de ces peintures ; la priorité est donc alors de documenter cet ensemble afin de pouvoir mieux l’étudier.

Les archives

Deux ensembles de documents nous intéressent aujourd’hui, dans le cadre des recherches menées par le Musée Savoisien. En premier lieu, et conformément aux pratiques de l’Inventaire, des photographies sont prises, en noir et blanc et en couleur, au moment de la découverte des peintures. Elles témoignent de leur degré de dégradation, mais aussi du contexte de leur « conservation » : le plancher qui en coupe la partie inférieure, les éléments de charpente qui les amputent d’une partie plus ou moins conséquente, etc. – tout ce qui explique le contour actuel des éléments conservés.

Les peintures murales en 1986 : la scène du banquet

Les peintures murales en 1986 : la scène du banquet (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

L’intérêt particulier de cette série photographique réside dans le fait qu’elle peut être comparée à une seconde série, réalisée en 1990 après dépose des peintures au Musée Savoisien, laquelle donne à voir l’ampleur du travail de restauration.

Les peintures murales en 1990 : la scène du banquet

Les peintures murales en 1990 : la scène du banquet (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1990 – ADAGP)

Au total, plusieurs dizaines de ces photographies permettent aujourd’hui non seulement de comparer l’état « initial » (1986) et l’état restauré (1990) de ces oeuvres, mais encore de fournir, en 2014, de nouveaux éléments de comparaison, du fait des modifications intervenues depuis 1990.

Le second ensemble de documents consiste en 8 feuilles de calque de grandes dimensions, sur lesquelles les relevés des peintures ont été réalisés (toujours en 1986) ; suspendues à la charpente et appliquées sur les murs peints, ces feuilles ont permis d’obtenir des relevés « grandeur nature ».

Paul Cherblanc procède au relevé des peintures

Paul Cherblanc procède au relevé des peintures (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP)

De par leur date de réalisation et leur degré de précision, ce sont des documents inédits et précieux. A titre d’exemple, la scène du banquet apparait sous un jour tout à fait différent selon que l’on considère les photographies (cf supra) ou le relevé :

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : la scène du banquet

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : la scène du banquet (Paul Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP / repro. Eric Dessert 2014)

La numérisation de tels documents, transparents par nature et hors norme par leurs dimensions (jusqu’à 2,50 m de long pour la feuille ci-dessus par exemple), représente un défi technique dont le résultat permet d’envisager des applications interdites au document original – au premier rang desquelles une large diffusion, mais aussi une manipulation plus aisée ou encore le tirage sur tout support de tout ou partie de ces relevés.

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : la scène du siège

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : la scène du siège (Paul Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP / repro. Eric Dessert 2014)

On notera que le basique marqueur noir employé (les lecteurs reconnaitront d’ailleurs certainement, dans la première illustration de cet article, la forme caractéristique d’une fameuse marque) permet de restituer avec précision les différentes épaisseurs et nuances des traits.

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : quatre personnages

[Cliquez pour zoomer] Le relevé des peintures murales : quatre personnages (Paul Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1986 – ADAGP / repro. Eric Dessert 2014)

A travers l’exemple de ces archives graphiques et photographiques inédites, redécouvertes une trentaine d’années après leur création grâce à une sollicitation externe au service, c’est toute la richesse d’une documentation « physique » qui apparait ; engagé depuis une douzaine d’années dans la diffusion électronique de ses dossiers, l’Inventaire conserve toujours par ailleurs, avec le concours des Archives régionales, un ensemble de documents qui chaque année gagne en intérêt historique et patrimonial, comme nous espérons l’avoir montré avec les peintures murales de Cruet.

Julien Guillot – chargé de documentation, service Veille & Documentation, Région Rhône-Alpes (avec la collaboration d’Eric Dessert, photographe du service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, et du service des Archives régionales)

Pour en savoir plus

LE DESCHAULT DE MONREDON Térence, « Le cycle peint du château de Cruet (Savoie, vers 1307) : une représentation du roman de Girart de Vienne ? », Bulletin Monumental, 2013, 171-2 (p. 107-116).

« Le sauvetage des peintures murales de Cruet, chef-d’oeuvre de l’art gothique français », AFP, 11/11/1991

MASSON Ghislaine, « Fresques en péril au château de Cruet », La Croix, 13/08/1993

REVIL Philippe, « Les fresques de Cruet souffrent de leur installation provisoire au Musée de Chambéry », Le Monde : édition Rhône-Alpes, 01/09/1993

Pour citer cet article

GUILLOT, Julien. « Comment on dessine l’histoire », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 21 mars 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2408>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. LE DESCHAULT DE MONREDON Térence, « Le cycle peint du château de Cruet (Savoie, vers 1307) : une représentation du roman de Girart de Vienne ? », Bulletin Monumental, 2013, 171-2, p. 107-116. []
  2. Les sources, notamment la presse de l’époque, mentionnent ces deux dates. []
  3. L’estimation initiale est de 450 000 francs, tandis que le Figaro du 23 avril 1988 évoque la somme de 540 000 francs. []
  4. Pour la présentation détaillée du cycle et son interprétation, voir l’article de Térence LE DESCHAULT DE MONREDON. []
  5. Térence LE DESCHAULT DE MONREDON, art. cit., p. 115. []

1 réponse

  1. 01/02/2017

    […] Pour en savoir plus sur ces fresques allez voir cet article: GUILLOT, Julien. « Comment on dessine l’histoire », Les carnets de l’Inventaire : études su…. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *