Une bande dessinée au tournant du XIIIe siècle : les peintures murales (détruites) de l’ancienne église de Grézieux-le-Fromental (Loire)

Histoire et description de l’église

 La paroisse de Grézieux-le-Fromental n’est pas inscrite dans les pouillés du diocèse de Lyon des XIIIe et XIVe siècles1. Elle est cependant indiquée dans une charte de 12792, elle était vraisemblablement déjà annexe de Précieux (Loire). Une église sous le vocable de sainte Catherine est mentionnée à Grézieux en 13783. Peut-être s’agit-il de la chapelle du château ; ce dernier, la villa et le mandement de Grézieux étaient, en 1291, entre les mains de Pierre du Verney qui en rendait hommage au comte du Forez4. La visite pastorale de 1614 nous signale que « l´église parrochialle St-Menne de Grézieu-le-Fromental, annexe de celle de Preyssieu, desquelles est curé messire Jean Coste, prestre » a deux chapelles. Celle au nord, sans fondation, ni service, est sous le vocable Saint-Antoine, et l´autre, sous le vocable Saint-Pierre et Sainte-Catherine, a deux commissions de messes fondées5. Le saint patron de cette église devait être sainte Catherine, avant de passer sous le vocable de saint Méen, ou Mein, saint guérisseur contre les maladies de peau, et saint protecteur des cochons6.

Grézieu. Plan et élévation sud-ouest de l’église, encre noire sur papier, vers 1880 par Thomas Rochigneux (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieu. Plan et élévation sud-ouest de l’église, encre noire sur papier, vers 1880 par Thomas Rochigneux (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

L´édifice ancien est un bâtiment pauvre d´aspect datant de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. Il comporte une abside de 4,60 m de côté, éclairée d´une fenêtre axiale cintrée, puis de deux autres baies de forme ogivale percées au XVIe siècle ; au XVIIIe siècle, une porte est percée dans son mur nord pour permettre l´accès à une sacristie construite dans l’angle du choeur et de la chapelle nord. La nef, séparée du choeur voûté en cul-de-four par un arc triomphal, et longue de 11 mètres et large de 6,20 mètres (dimensions intérieures), possède d´épais murs, sans contrefort extérieur, mais avec un important talus à la base. La façade de l´église comporte un portail en arc brisé encadré de deux niches de même forme. Deux chapelles formant transept sont édifiées aux XVe puis XVIe siècles. Celle de droite a un lavabo, surmonté d´une accolade, creusé dans un pilier ; une fenêtre à meneau, de style gothique flamboyant, ajoure le mur sud. Celle de gauche comporte un autel dédié à saint Mein au-devant duquel se trouve un caveau avec une pierre tombale datée 1625 et armoriée ; au-dessus de cette chapelle s´élève un clocher de plan carré du XVIIe ou du XVIIIe siècle, sans contrefort également, accessible par un escalier extérieur droit en pierre, accolé au mur nord de la nef. Le clocher comporte en partie supérieure et sur chacune de ses faces des baies géminées, le tout coiffé d´une flèche brisée. Les matériaux de construction de la nef sont des moellons de calcaire ; le choeur et les parties gothiques sont en galet de rivière avec des petits blocs de granite, de calcaire du banc de Rufieu, et de blocs de lauze7.

En 1836 puis en 1844, le maire de Grézieux, E. de Vazelhes, demande un devis pour d´importants travaux à réaliser aux murs lézardés de l´église. Le mauvais état de ses murs résulte de la poussée de ses voûtes et d´un vice dans les fondations. En 1887, l´architecte Rivolet déclare que la restauration de l´église est impossible8.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Église en ruine avec peintures du chœur visibles à droite de la photographie. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Église en ruine avec peintures du chœur visibles à droite de la photographie. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Au moment de sa démolition en 1889, la chute de plaques de badigeon des murs de l´abside laisse apparaître des peintures. Elles représentent des scènes de la vie de sainte Catherine. D´autres décors muraux sont signalés au-dessus des voûtes effondrées de la nef, et dans la chapelle Saint-Mein située au sud : plusieurs litres funéraires des XVe et XVIIIe siècles. Le maire fait alors arrêter les travaux et construire un abri provisoire. Il projette également de garder l´ancienne abside, avec une nouvelle toiture, pour conserver les peintures, et l´emprise de la nouvelle église sera légèrement déplacée pour cela. Malgré les précautions prises, le décor peint ne survit pas aux intempéries du premier hiver, et l’ancienne église est alors détruite. La nouvelle est érigée sur le même emplacement ;  la pose solennelle de la première pierre se déroule le dimanche 13 avril 1890 et l´église est bénite le dimanche 25 octobre 18919.

Présentation des peintures murales du martyre de sainte Catherine d’Alexandrie

Les peintures se déploient sur trois registres : le registre inférieur, d´une hauteur de deux mètres, comporte une draperie jaune, avec un galon orné de postes (vaguelettes), et soulevée de distance en distance, révélant un fond brun rouge. Le second registre, d´un mètre de hauteur, illustre des scènes de la vie de sainte Catherine d’Alexandrie ; au-dessus, un bandeau comporte des inscriptions latines encadrées de motifs floraux. Le dernier registre, sur une hauteur de quarante centimètres, représente des feuillages gris, peints sur un fond noir10.

Les scènes relatives à sainte Catherine d’Alexandrie sont tirées de la Légende dorée11, récits légendaires de la vie des saints, dus à Jacques de Voragine (XIIIe siècle)12.

Les scènes du martyre de sainte Catherine se répartissaient vraisemblablement sur neuf ou dix tableaux ; les deux ou trois premiers (la naissance de sainte Catherine, la conversion de sainte Catherine par un ermite …?)13 ont été détruits lors du percement de la fenêtre et de la porte nord du chœur. Les scènes sont placées entre deux colonnes peintes, hormis celles qui sont séparées par la prison de la sainte. Le fond des peintures est vert, sauf celui des trois dernières qui est bleu, et est semé d´étoiles à six branches. Les tons utilisés sont : le jaune pour les cheveux, le gris-vert pour les vêtements, le noir pour les chaussures, et le rouge-brun pour la terre. Les couleurs sont appliquées à la colle, en aplat, et le modelé est indiqué au trait noir.14

Description des peintures murales du martyre de sainte Catherine d’Alexandrie

Le titre des illustrations de l’article reprend celui d’E. Brassart dans son ouvrage sur les Peintures Murales du Moyen Âge & de la Renaissance en Forez, et dont sont extraites certaines planches15.

L’illustration des peintures murales disparues comprend, pour chacune, et alternativement, une photographie d’E. Brassart (?) prise en 188916, puis la même photographie retouchée, redessinée par Gabriel Trévoux pour en restituer les traits principaux17.

La description de chacune des scènes est double. La première, en italique, est la citation du texte traduit de la Légende Dorée18, la seconde est celle de la scène telle qu’elle est peinte, et telle qu’on peut l’interpréter. Cette juxtaposition des deux descriptions permet de confronter la représentation des scènes telles qu’elles ont été commanditées pour l’église de Grézieux-le-Fromental, et telles que les raconte Jacques de Voragine dans son ouvrage.

 1 – Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence

Catherine, fille du roi Costus, fut instruite dans l’étude de tous les arts libéraux. L’empereur Maxence avait convoqué à Alexandrie les riches aussi bien que les pauvres, afin de les faire tous immoler aux idoles, et pour punir les chrétiens qui ne le voudraient pas. Alors, Catherine, âgée de 18 ans, était restée seule dans un palais plein de richesses et d’esclaves ; elle entendit les mugissements des divers animaux et les accords des chanteurs ; elle envoya donc aussitôt un messager s’informer de ce qui se passait. Quand elle l’eut appris, elle s’adjoignit quelques personnes, et se munissant du signe de la croix, elle quitta le palais et s’approcha. Alors elle vit beaucoup de chrétiens qui, poussés par la crainte, se laissaient entraîner à offrir des sacrifices. Blessée au coeur d’une profonde douleur, elle s’avança courageusement vers l’empereur, et lui parla ainsi : « La dignité dont tu es revêtu, aussi bien que la raison exigeraient de moi de te faire la cour, si tu connaissais le créateur du ciel, et si tu renonçais au culte des dieux. » Alors debout devant la porte du temple, elle discuta avec l’empereur, à l’aide des conclusions syllogistiques, sur une infinité de sujets qu’elle considéra au point de vue allégorique, métaphorique, dialectique et mystique. Revenant ensuite à un langage ordinaire, elle ajouta : « Je me suis attachée à t’exposer ces vérités comme à un savant : or, maintenant pour quel motif as-tu inutilement rassemblé cette multitude afin qu’elle adorât de vaines idoles?…. » Quand elle lui eut exposé avec sagesse beaucoup de considérations touchant l’incarnation du Fils, l’empereur stupéfait ne sut que lui répondre. Enfin revenu à lui : « Laisse, ô femme, dit-il, laisse-nous terminer le sacrifice, et ensuite nous te répondrons. »

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

 
1 – La scène montre deux personnages soufflant dans une trompette pour inviter la population (absente de la scène) à offrir des sacrifices aux idoles. Un personnage (un sergent ?) portant une masse semble menacer celles et ceux qui ne s’exécuteraient pas. Le sergent désigne une idole (quadrupède de couleur jaune), placée sur un monument maçonné et circulaire ; sainte Catherine s´en détourne, mains levées en signe d´indignation. De la légende qui courait au-dessus du « tableau », seule la lettre S demeure lisible.

Nous constatons l’absence de l’empereur Maxence (Maxence (Marcus Aurelius Valerius Maxentius), empereur romain, prend le pouvoir à Rome en 306 et meurt le 28 octobre 312). L’autorité du pouvoir est ici déléguée à un sergent qui le représente. Si l’idole n’est pas spécifiquement décrite dans le texte original, elle a ici tous les traits d’un veau d’or, symbole d’idolâtrie dans la Bible (épisode de l’Exode du peuple hébreu de l’Egypte vers la « terre promise »). La scène est encadrée par deux colonnes (celle de droite est visible sur la photo suivante).

Eleuthère Brassart intitule la scène : « Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence », alors que la Légende Dorée n’en fait pas état, et que l’édit en question, promulgué par Galère (empereur romain (250-311) durant la Tétrarchie) en 311, est censé accorder la tolérance au christianisme. Peut-être l’auteur fait-il allusion à un autre décret, ou associe-t-il cette convocation de la population à Alexandrie à un édit de l’empereur.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Proclamation de l’édit de l’empereur Maxence (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

2 – Sainte Catherine est mise en prison

Le César vint au palais et dit à Catherine : « Nous avons pu apprécier ton éloquence et admirer ta prudence, mais occupés à sacrifier aux dieux, nous n’avons pu comprendre exactement tout ce que tu as dit […] »

« Je suis Catherine, fille unique du roi Costus. Bien que née dans la pourpre et instruite assez à fond dans les arts libéraux, j’ai méprisé tout pour me réfugier auprès du Seigneur Jésus-Christ. Quant aux dieux que tu adores, ils ne peuvent être d’aucun secours ni à toi, ni à d’autres. Oh ! Qu’ils sont malheureux les adorateurs de pareilles idoles qui, au moment où on les invoque, n’assistent pas dans les nécessités, ne secourent pas dans la tribulation et ne défendent pas dans le péril! » Le roi : « S’il en est ainsi que tu le dis, tout le monde est dans l’erreur, et toi seule dis la vérité : cependant toute affirmation doit être confirmée par deux ou trois témoins. Quand tu serais un ange, quand tu serais une puissance céleste, personne ne devrait encore te croire ; combien moindre encore doit être la confiance en toi, car tu n’es qu’une femme fragile! » Catherine : « Je t’en conjure, César, ne te laisse pas dominer par ta fureur ; l’âme du sage ne doit pas être le jouet d’un funeste trouble, car le poète a dit : « Si l’esprit te gouverne, tu seras roi, si c’est le corps, tu seras esclave. » L’empereur : « Je  m’aperçois que tu te disposes à nous enlacer dans les filets d’une ruse empoisonnée, en appuyant tes paroles sur l’autorité des philosophes.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Sainte Catherine est mise en prison. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Sainte Catherine est mise en prison. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

2 – La scène illustre l´empereur assis sur son trône, portant une couronne sur la tête et un sceptre à fleur de lys de la main droite. Il ordonne au sergent, portant une masse et coiffé d’un chapeau pointu (identique à la scène précédente), d’emprisonner la sainte. Celle-ci, courbée en avant, est poussée dans une tour crénelée et maçonnée faisant office de prison. Légende : … S : X : SCS : KATERIN…

La scène de l’emprisonnement de sainte Catherine n’intervient pas à ce stade de son martyre, elle n’est effective qu’après la conversion des philosophes, c’est-à-dire après la scène suivante. L’intérêt de cette représentation est de plus limité car elle ne montre  aucune des épreuves subies par la sainte, tout au plus met-elle en scène l’empereur, l’instigateur de son martyre.

Comme dans la scène précédente, colonne et architecture délimitent le cadre de l’action des personnages. L’ouverture réalisée au XVIe siècle dans le mur sud du chœur, tronque la partie droite de la peinture ; peut-être a-t-elle également détruit une des « cases de la bande dessinée », l’emprise de la fenêtre est en effet assez proche de celle de la scène de la décollation de sainte Catherine.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Sainte Catherine est mise en prison (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Sainte Catherine est mise en prison (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

3 – Sainte Catherine convertit les philosophes

Alors l’empereur, voyant qu’il ne pouvait lutter contre la sagesse de Catherine, donna des ordres secrets pour adresser des lettres de convocation à tous les grammairiens et les rhéteurs afin qu’ils se rendissent de suite au prétoire d’Alexandrie, leur promettant d’immenses présents, s’ils réussissaient à l’emporter par leurs raisonnements sur cette vierge discoureuse.

On amena donc, de différentes provinces, cinquante orateurs qui surpassaient tous les mortels dans tous les genres de science mondaine […].

L’empereur [leur] dit : « Je pouvais la contraindre par la force à sacrifier, ou bien l’étouffer dans les supplices ; mais j’ai pensé qu’il valait mieux qu’elle restât tout à fait confondue par vos arguments. » Ils lui dirent alors : « Qu’on amène devant nous la jeune fille et que, convaincue de sa témérité, elle avoue n’avoir jusqu’ici jamais vu des savants. » Mais la vierge ayant appris la lutte à laquelle elle était réservée, se recommanda toute à Dieu ; et voici qu’un ange du Seigneur se présenta devant elle et l’avertit de se tenir ferme, ajoutant que non seulement elle ne pourra être vaincue par ses adversaires, mais qu’elle les convertira et qu’elle leur frayera le chemin du martyre. Ayant donc été amenée devant les orateurs [ils échangèrent] […].

Or, comme la vierge discutait avec la plus grande sagesse contre les orateurs qu’elle réfutait par des raisons évidentes, ceux-ci, stupéfaits, et ne sachant quoi répondre, furent réduits à un profond silence.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Sainte Catherine convertit les philosophes. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Sainte Catherine convertit les philosophes. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

3 – Trois personnages ont un débat philosophique avec Catherine que l’on aperçoit à la fenêtre de sa prison. L’impératrice, couronnée, fait face à deux hommes : deux philosophes, ou un philosophe et Porphyre, général des armées de l’empereur. La sainte parvient à les convertir au christianisme. On observe un oiseau s´approchant de la sainte (visible dans la scène suivante). Légende : …F (?) R (?) S : PHIL…P…S…

Si la thématique des peintures de Grézieux-le-Fromental est extraite de la Légende Dorée de Jacques de Voragine, elle n’en respecte pas fidèlement la chronologie, comme nous l’avons déjà signalé dans la scène précédente. L’ouvrage du XIIIe siècle raconte : Catherine convertit, avec le soutien de la Parole de Dieu, les cinquante philosophes qui sont par la suite menés au bûcher ; la sainte est ensuite fouettée et conduite en prison durant douze jours sans manger ; durant sa captivité une colombe blanche la nourrit, et l’impératrice, accompagnée de Porphyre, général des armées, est convertie au christianisme ; au retour de l’empereur, l’impératrice est martyrisée et Porphyre, ainsi que cent de ses soldats, sont décapités.

La scène ligérienne de la conversion des philosophes est un raccourci historique et temporel du martyre de sainte Catherine : la conversion des philosophes est associée à celle de l’impératrice et peut-être celle de Porphyre, tandis que la présence de l’oiseau aux côtés de la sainte captive pourrait illustrer conjointement : la colombe du Saint-Esprit apportant la Parole de Dieu pour convaincre les philosophes, et la colombe nourricière.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Sainte Catherine convertit les philosophes (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Sainte Catherine convertit les philosophes (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

4 – Supplice des philosophes

Alors l’empereur, rempli contre eux d’une grande fureur, se mit à leur adresser des reproches de ce qu’ils s’étaient laissés vaincre si honteusement par une jeune fille. L’un d’eux prit la parole et dit : « Tu sauras, empereur, que jamais personne n’a pu lutter avec nous, sans qu’il n’eût été vaincu aussitôt : mais cette jeune fille, dans laquelle parle l’esprit de Dieu, a tellement excité notre admiration, que nous ne savons, ni n’osons absolument dire un mot contre le Christ. Alors, prince, nous avouons fermement que si tu n’apportes pas de meilleurs arguments en faveur des dieux que nous avons adorés jusqu’à présent, nous voici disposés à nous convertir tous à la foi chrétienne. » Le tyran, entendant cela, fut outré de colère et ordonna de les faire brûler tous au milieu de la ville. Mais la vierge les fortifia, et leur inspira la constance du martyre; puis elle les instruisit avec soin dans la foi. Et comme ils regrettaient de mourir sans le baptême, la vierge leur dit : « Ne craignez rien, car l’effusion de votre sang vous tiendra lieu de baptême et de couronne. » Après qu’ils se furent munis du signe de la croix, on les jeta dans les flammes, et ils rendirent leur âme au Seigneur : ni leurs cheveux, ni leurs vêtements ne furent aucunement atteints par le feu.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Supplice des philosophes. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Supplice des philosophes. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

4 – L´empereur, couronné et tenant son sceptre fleurdelisé, ordonne de jeter les philosophes convertis au bûcher. Un personnage attise les flammes à l’aide d’un soufflet à bouche, tandis que la main de Dieu sortant des nuages bénit les martyrs. Légende : …SCS : KATERINA : MA…ENS…

On note l’extrême simplicité du rendu des vêtements des deux personnages, aucun signe de richesse ne distingue celui de l’empereur de celui de son serviteur. Tous deux ont les mêmes plis marqués à l’entrejambe et la même découpe basse de leur robe.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice des philosophes (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice des philosophes (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

5 et 6 – Supplice de sainte Catherine

La sainte refusant les avances amoureuses de l’empereur, celui-ci la fit dépouiller et fouetter avec des cordes garnies de fers tranchants ; puis quand elle eut été broyée, il ordonna de la traîner dans une prison obscure où elle devrait, pendant douze jours, souffrir le supplice de la faim.

Des affaires pressantes ayant appelé l’empereur hors du pays, l’impératrice, qui s’était éprise d’une vive affection pour Catherine, vint en toute hâte la trouver en son cachot, au milieu de la nuit, avec le général des armées, nommé Porphyre. A son entrée, l’impératrice vit la prison resplendissante d’une clarté ineffable, et des anges qui pansaient les plaies de la vierge. Alors Catherine commença à lui vanter les joies éternelles, et quand elle l’eut convertie à la foi, elle lui prédit qu’elle obtiendrait la couronne du martyre. […] Or, comme le tyran avait condamné Catherine à rester douze jours sans nourriture, Jésus-Christ., pendant ce laps de temps, envoya du ciel une colombe blanche qui la rassasiait d’un aliment céleste. […] A son retour, l’empereur se la fit amener ; mais la voyant brillante de santé, alors qu’il la pensait abattue par un si long jeûne, il crut que quelqu’un lui avait apporté des aliments dans le cachot ; plein de fureur, il commanda qu’on mît les gardiens à la torture. Mais Catherine dit : « Je n’ai pas reçu de nourriture de main d’homme, c’est Jésus-Christ qui m’a nourrie par le ministère d’un ange. »  Catherine refuse à nouveau les avances de l’empereur. Alors un officier conseilla à l’empereur furieux de faire préparer, dans le courant de trois jours; quatre roues garnies de scies de fer et de clous très aigus, afin que cette machine la broyât par morceaux, et que l’exemple d’une mort si cruelle effrayât le reste des chrétiens. On disposa deux roues qui devaient tourner dans un sens, en même temps que deux autres roues seraient mises en mouvement dans un sens contraire, de manière que celles de dessous devaient déchirer les chairs que les roues de dessus en venant se placer contre les premières, auraient rejetées contre celles-ci. Mais la bienheureuse vierge pria le Seigneur de briser cette machine pour la gloire de son nom et pour la conversion du peuple qui se trouvait là. Aussitôt un ange du Seigneur broya cette meule et en dispersa les morceaux avec tant de force que quatre mille Gentils en furent tués. 

L’Impératrice convertie eut les seins arrachés et la tête coupée. Porphyre, général des armées, et deux cents de ses soldats ayant également été convertis eurent la tête tranchée et leurs corps jetés aux chiens. Ensuite, il [l’empereur] fit comparaître Catherine et lui dit : « Bien que tu aies fait mourir l’impératrice par art magique, cependant si tu viens à [devenir] impératrice, tu seras la première dans mon palais : aujourd’hui donc, ou tu offriras des sacrifices aux dieux, ou tu auras la tête coupée. » Catherine lui répondit: « Fais tout ce que tu as résolu : tu me verras prête à tout souffrir. » Alors Maxime prononça son arrêt et la condamna à être décapitée. Quand elle eut été amenée au lieu du supplice, elle leva les yeux au ciel et fit cette prière: « O vous qui êtes l’espérance et le salut des croyants ! L’honneur et la gloire des vierges : ô Jésus, ô bon roi, je vous en conjure, que quiconque, en mémoire de mon martyre,  m’invoquera à son heure dernière, ou bien en toute autre nécessité, vous trouve propice et obtienne ce qu’il demande ! » Cette voix s’adressa alors à elle : « Viens, ma bien-aimée, mon épouse ; voici la porte du ciel qui t’est ouverte. Tous ceux qui célébreront la mémoire de ton martyre avec dévotion, je leur promets du ciel les secours qu’ils réclameront. » Quand elle fut décapitée, il coula de son corps du lait au lieu de sang. 

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Supplice de saint Catherine [photo floue d’origine]. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Supplice de saint Catherine [photo floue d’origine]. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

5 et 6 – La scène de gauche représente un ange détruisant la machine à deux roues garnies de crocs (quatre roues selon Jacques de Voragine), inventée par l´empereur pour tuer la sainte, et dont des morceaux blessent les deux personnages de droite. Celui du bas est en train de tourner la manivelle qui actionne l’engin de torture. Légende : …SCA : KATERiN…

La partie gauche de la peinture est très abimée, peut-être aurions-nous pu y voir sainte Catherine en prière implorer l’intercession de Dieu.

Une colonne sépare la première scène de la seconde, dans laquelle le bourreau au chapeau pointu saisit la sainte par les cheveux et lui coupe la tête avec une grande épée. La main de Dieu sortant d’un nuage bénit la sainte. Légende : …S.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice de sainte Catherine (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice de sainte Catherine (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

7 – Sainte Catherine est ensevelie sur le mont Sinaï

Alors les anges prirent son corps et le portèrent, de cet endroit, jusqu’au mont Sinaï, éloigné de plus de vingt jours de marche, et l’y ensevelirent avec honneur. De ses ossements découle sans cesse une huile qui a la vertu de guérir les membres [affaiblis]. Elle souffrit sous le tyran Maxence ou Maximin qui commença à régner vers l’an du Seigneur 310. 

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Saint Catherine est ensevelie sur le mont Sinaï. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Saint Catherine est ensevelie sur le mont Sinaï. Photographie d’E. Brassart (?), 1889 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081) (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

7 – Deux anges déposent le corps de la sainte, enveloppé d’un suaire, dans un tombeau sur le mont Sinaï. Dessous, sous une arcature trilobée, des fidèles sont en prière.
Il est intéressant de noter que le mont Sinaï est à la fois le lieu où fut ensevelie sainte Catherine, martyrisée pour s’être rebellée contre le culte des idoles (ressemblant à un veau d’or dans les peintures de Grézieu-le-Fromental), et la montagne d’où redescendit Moïse avec les Tables de la Loi et qui, constatant que les hébreux avaient repris le culte du veau d’or, à l’imitation du taureau Apis qui était adoré en Égypte, fit détruire cette idole et brisa les tables sacrées de la loi. Simple coïncidence ?

Cinq siècles après sa mort, des moines chrétiens trouvent la dépouille de sainte Catherine sur le massif du Sinaï. Ce corps sera conservé dans un sarcophage d’or et gardé dans le monastère. C’est au XIIIe siècle que sainte Catherine d’Alexandrie est associée au Sinaï. Très populaire au Moyen Âge, elle fut l’une des voix célestes entendues par Jeanne d’Arc19.

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice de sainte Catherine (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Grézieux-le-Fromental (Loire). Ancienne église paroissiale (détruite), peintures murales (détruites). Photographie d’E. Brassart (?), retouchée par G. Trévoux. Supplice de sainte Catherine (Thierry Monnet © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP ; © Bibliothèque de la Diana)

Analyse des peintures murales
E. Brassart, d’après ses observations, pense que seuls les trois derniers tableaux ont été achevés. Les fonds des autres peintures n´auraient pas reçu leur dernière couche bleue (appliquée sur un substrat vert), et les carnations, simple préparation blanche, n´auraient jamais été peintes20.

L’œuvre est d’un dessinateur peu exercé. Les scènes sont traitées avec une grande économie de moyen, dans un style que l’on peut qualifier de naïf. Les traits des visages qui nous sont connus sont simplifiés à l’extrême : un simple trait noir dessine le contour du nez épaté, le pourtour de l’œil de grande dimension, et l’arcade sourcilière. Les mains sont longues, fines, sans souplesse, et disproportionnées. Les chevelures sont représentées selon les standards de l’époque : linéaires et ramassées en « paquet » sur les côtés. Les habits sont rendus par de larges aplats ; les plis des vêtements sont identiques d’un personnage à l’autre, suggérés par des lignes assez souples, et dont certaines esquissent parfois un léger déhanchement de la personne. Les poses et les représentations maladroites des personnages, la représentation schématique et stylisée de l’architecture et des objets confèrent à l’ensemble de ce cycle de peintures une forte raideur mais une attachante naïveté.

Selon E. Brassart : « Le vêtement des hommes, devenu collant et court, la manière à peine sensible des poulaines21 dans la chaussure du roi, la forme de l’épée du bourreau, les caractères des légendes, tout indiquait la période qui s’étend de 1290 à 1320. »22.

Les caractéristiques de ces peintures ligériennes (bandeaux superposés, lettrines, composition des scènes, détails vestimentaires, chevelures) se retrouvent dans d’autres peintures murales de cette époque.

Prenons le cas des peintures murales de la chapelle Notre-Dame-de-Pritz (Laval, 53) dont des scènes du martyre de sainte Catherine d’Alexandrie datent du XIIIe siècle23. On remarque une très forte ressemblance, au niveau de la composition, entre la scène de la décollation de Laval et les scènes de la mise en prison de Grézieux-le-Fromental.

La décollation de sainte Catherine d’Alexandrie ordonnée par l’Empereur Maxence (XIIIe siècle). Photographie de Bernard Girault. Chapelle Notre-Dame-de-Pritz (Laval, 33)

La décollation de sainte Catherine d’Alexandrie ordonnée par l’Empereur Maxence (XIIIe s.). Photographie de Bernard Girault. Chapelle Notre-Dame-de-Pritz (Laval, 53)

Un autre cycle, dédié à la vie de la Vierge et datant de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle, situé dans la chapelle Saint-Paul de Lacenas (Rhône) et représentant le Massacre des Innocents, reprend un certain nombre de caractéristiques des peintures de Grézieux-le-Fromental. Le niveau illustrant les scènes de la vie de la Vierge (dont est tirée la scène du Massacre des Innocents) fait un mètre de hauteur ; au-dessus, un bandeau comporte des inscriptions latines ; le dernier registre, sur une hauteur de trente centimètres, représente une frise végétale jaune sur fond noir24.

Ainsi, la calligraphie latine, la représentation du roi Hérode, la superposition des registres, les dimensions, les tonalités, les chevelures de cette peinture, sont à rapprocher de celles de Grézieux-le-Fromental.

Hérode et le Massacre des Innocents. Chapelle Saint-Paul (anc. Notre-Dame du Sou) à Lacenas dans le Rhône. Photographie de Véronique Belle.

Hérode et le Massacre des Innocents. Chapelle Saint-Paul (anc. Notre-Dame du Sou) à Lacenas dans le Rhône. Photographie de Véronique Belle.

Un dernier exemple, ligérien dans le cas présent : les peintures murales de l’église Saint-Maurice de Saint-Maurice-sur-Loire25. Elles reprennent les mêmes modes de superposition des bandeaux, une calligraphie assez semblable, et une représentation de la chevelure et des vêtements proche des peintures grézoloises. L’utilisation de l’espace par les personnages et l’emploi du registre sont en revanche très différents.

Martyre de saint Maurice. Eglise Saint-Maurice à Saint-Maurice-sur-Loire (Loire). Photographie de Jean-François Claustre.

Martyre de saint Maurice. Eglise Saint-Maurice à Saint-Maurice-sur-Loire (Loire). Photographie de Jean-François Claustre.

Martyre de saint Maurice. Eglise Saint-Maurice à Saint-Maurice-sur-Loire (Loire). Photographie de Jean-François Claustre.

Martyre de saint Maurice. Eglise Saint-Maurice à Saint-Maurice-sur-Loire (Loire). Photographie de Jean-François Claustre.

A l’échelle du département et de la période historique, les peintures murales de l’ancienne église de Grézieux-le-Fromental étaient exceptionnelles. Peu de peintures de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle nous sont connues. Nous retrouvons quelques ensembles peints à l’église Saint-Maurice (tel qu’illustrés ci-dessus), à l’église Saint-Romain (Saint-Romain-le-Puy) : le martyre de Saint-Romain, et à la Chartreuse Sainte-Croix (Sainte-Croix-en-Jarez) : la Crucifixion, le Couronnement de la Vierge, les Funérailles de Thibault de Vassalieu ; ces dernières peintures murales de 1327 sont découvertes fortuitement en 1896, sous une couche d’enduit, par des dianistes26. Lors de la mise au jour accidentelle des peintures grézoloises, E. de Vazelhes, alors maire de la commune, s’empresse de les protéger par un avant-toit de fortune, et communique sa découverte aux membres de la société savante de la Diana, dont il est membre ; un article paraît dans le bulletin de la Diana27. Parallèlement, plusieurs photographies des peintures sont heureusement réalisées, puis éditées ultérieurement en 1900, après retouche, dans un ouvrage traitant des peintures murales du Moyen Âge et de la Renaissance en Forez28.

Il est évidemment dommageable que ces peintures aient été détruites, comme toutes celles qui, masquées par un repeint ou par un badigeon, l’ont été, par ignorance, lors d’agrandissements, de reconstruction ou de décroûtage de murs. Nous ne pouvons par conséquent que rendre hommage à ces érudits qui en ont gardé la mémoire par l’intermédiaire de la photographie, du dessin, ou du témoignage écrit. Mais ce qui est beaucoup plus réjouissant ce sont les découvertes fortuites, ou espérées des décors peints qui dormaient, ou qui sommeillent encore, sous le décor intérieur d’un édifice religieux ou civil.

Si cet article vous a intéressé, et si vous disposez d’éléments historiques et/ou iconographiques qui puissent l’étayer, nous vous invitons à nous contacter pour en discuter.

Thierry Monnet – Chercheur à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour en savoir plus

Consulter les dossiers électroniques Peintures monumentales : Scènes de la vie de sainte Catherine et Église paroissiale Sainte-Catherine (détruite)

Pour citer cet article

MONNET, Thierry. « Une bande dessinée au tournant du XIIIe siècle : Les peintures murales (détruites) de l’ancienne église de Grézieux-le-Fromental (Loire) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 23 avril 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2524>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. VACHET, Ad. (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard, 1899, p. 172. []
  2. In parrochia de Greyseu…, 1279 (Charte du Forez n°678, p. 2). DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946, col. 427. []
  3. Ecclesia Beate Catherine Greysiaci, 1378 (B 1871, f° 43). Dufour, op. cit., col. 427. []
  4. Castrum, villa et mandamentum de Greysiaco, 1291 (Charte du Forez n° 534, p. 1). Dufour, op. cit, col. 427. []
  5. AD Rhône. Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Tome I. Visites de 1613-1614. Lyon : aux archives départementales, 1926, p. 403. []
  6. DUINE, F. Bio-bibliographie de saint Méen. Annales de Bretagne. Tome 19, numéro 2, 1903, p. 214-240. []
  7. Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cotes 5081 et 5082. []
  8. AD Loire. Série O : 1013. Grézieux-le-Fromental. 1836. Département de la Loire / Devis descriptif des réparations nécessaires à l´église de la commune de Grézieux / Motifs du projet et détail des ouvrages. []
  9. Archives diocésaines (Arch. Lyon), I 1421 []
  10. DE VAZELHES, F. Peintures murales dans l´église de Grézieux-le-Fromental. Bulletin de la Diana, t. 5, Janvier-avril 1889, p. 64-77. []
  11. WYZEWA, T. Le bienheureux Jacques de Voragine / La légende dorée / Traduite du latin d’après les plus anciens manuscrits avec une introduction, des notes, et un index alphabétique, par Teodor de Wyzewa. Edit : Perrin (Paris), 1910, p. 656-663. URL : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202210w/f36.image> []
  12. La Légende dorée (Legenda aurea en latin) est un ouvrage rédigé en latin entre 1261 et 1266 par Jacques de Voragine, dominicain et archevêque de Gênes, qui raconte la vie d’environ 150 saints ou groupes de saints, saintes et martyrs chrétiens, et, suivant les dates de l’année liturgique, certains évènements de la vie du Christ et de la Vierge. Cet ouvrage connaît dès sa création un succès considérable. Le plus ancien manuscrit conservé, datant de 1282, se trouve aujourd’hui à la bibliothèque d’Etat de Bavière de Munich. Très rapidement, La Légende dorée devient, avec la Bible et le psautier, une des œuvres les plus lues, les plus copiées mais peut-être aussi les plus augmentées: aux XIVe et XVe siècles, il n’est pas rare d’en trouver des copies contenant pas moins de 400 histoires. On estime qu’il en existe plus de 1 000 manuscrits, du plus simple au plus enluminé. L’invention de l’imprimerie accroît encore sa diffusion. La Légende dorée est notamment le premier ouvrage imprimé en langue française, en 1476, à Lyon. URL : <http://fr.wikipedia.org/wiki/La_L%C3%A9gende_dor%C3%A9e> []
  13. REAU, L. Iconographie de l’Art Chrétien. Paris : PUF, 1956-1959. T. III :   Iconographie des saints, I. A-F, p. 262-272. []
  14. BRASSART, É ; DECHELETTE, J, dir. Les Peintures murales du Moyen Âge & de la Renaissance en Forez. Montbrison : impr. de E. Brassart, 1900, p.36 []
  15. BRASSART, É. ; DECHELETTE, J. op. cit., p. 31-36 []
  16. Photographie d’E. Brassart (?), 1889. Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5081. Les photos des peintures sont numérotées au dos au crayon. Papier fin, tons rosés (citrate ?), 17,2×12. []
  17. BRASSART, É. ; DECHELETTE, J., dir. op. cit., p. 2 []
  18. ROZE, J.-B.-M (abbé, chanoine honoraire de la cathédrale d’Amiens). La Légende Dorée de Jacques de Voragine nouvellement traduite en français, avec introduction, notices, notes et recherches sur les sources. Edit. : Edouard Rouveyre, Paris MDCCCCII. URL : < http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/173.htm> []
  19. URL :< http://peinture.video-du-net.fr/monastere-sainte-catherine-du-mont-sinai.php > []
  20. BRASSART, É. ; DECHELETTE, J. op. cit., p. 36 []
  21. La poulaine est une chaussure allongée, à l’extrémité pointue mesurant jusqu’à 50 cm, généralement relevée. Plus l’on appartenait à une classe sociale élevée, plus la pointe était longue. Pour les rois, la taille de l’extrémité pouvait être aussi grande que voulu. Le bout est rembourré de mousse ou de chanvre pour assurer la rigidité de la pointe. []
  22. BRASSART, É. ; DECHELETTE, J. op. cit., p. 36 []
  23. URL : <http://www.laval53000.fr/laval-la-ville/edifices-religieux/la-chapelle-de-pritz/ > []
  24. MERAS, M. Les peintures murales de la chapelle Saint-Paul. Bulletin de l’Académie de Villefranche, 1979-1980, p. 28-31, ill. []
  25. Peintures murales médiévales des églises de Rhône-Alpes. Cahiers de René de Lucinge, Collection Art et Archéologie en Rhône-Alpes, n° spécial 7, Lyon, 1998, p. 103-106 []
  26. Fondée en 1863 par le duc Victor de Persigny, La Diana (société Archéologique et Historique du Forez) est l’une des plus anciennes sociétés savantes de France. Elle édite un bulletin trimestriel qui fait connaître les recherches de ses membres sur l’histoire et l’archéologie de l’ancien comté de Forez. Elle possède plusieurs monuments historiques, dont deux châteaux. Elle conserve des archives et une bibliothèque, ainsi qu’un musée d’archéologie, ouverts au public. Les membres de la Diana sont appelés « dianistes ». []
  27. DE VAZELHES, F. op.cit., p. 64-77 []
  28. BRASSART, É. ; DECHELETTE, J. op. cit. []

2 réponses

  1. Annick Clavier dit :

    Bonjour et merci pour ce bel article et la découverte de cet ensemble. Je travaille sur un ensemble de décor peint d’habitat civil à Theys (Isère), ensemble classé MH. Nous venons de faire éditer un petit ouvrage intitulé « Perceval en montagne » car le cycle est inspiré du Roman du Graal de Chrétien de Troyes. Si vous pouviez faire passer l’information à votre collègue qui a publié l’article sur Cruet, je vous en serais reconnaissante.
    Annick Clavier
    Archéologue – Conservatrice du Patrimoine
    Conseil Général de l’Isère, Direction de la Culture et du Patrimoine
    Service du Patrimoine Culturel
    Adresse postale : Hôtel du Département, 7 rue Fantin-Latour – BP 1096 – 38022 Grenoble Cedex 01
    Bureau : 4 place Saint-André (ancien palais du parlement) – 38000 Grenoble
    Tél : 04 76 00 31 21 – Ligne directe : 04 76 00 39 15 – fax : 04 76 54 10 32.
    courriel : a.clavier@cg38.fr

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Merci de l’intérêt que vous portez à nos publications ; j’ai bien noté la publication de votre ouvrage sur « Perceval en montagne ».
      Cordialement,
      Julien Guillot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *