L’usine de Chedde à Passy, Haute-Savoie : une utopie du bien-être collectif ?

Cette entreprise fut à la fin du XIXe siècle la plus grande usine de Haute-Savoie. Qualifié de « colossal » par les ingénieurs du ministère de l’Agriculture en 1895, l’établissement passa de la production du chlorate de potasse, du perchlorate, à l’aluminium, aux ferro-alliages, au graphite et à la magnésie.

L’usine de Chedde se trouve dans la commune de Passy, à la limite du bassin-versant de l’Arve Supérieur au pied du massif du Mont-Blanc. A cet endroit, l’Arve dessine un arc coudé suivant une chute naturelle de 180 mètres ouverte sur une plaine sédimentaire propice à l’aménagement de grandes infrastructures. Ce n’est donc pas un hasard si M. Charles Chevrant de la Société Chevrant Thorand et Compagnie de Grenoble, agissant comme prospecteur de chutes hydrauliques, rachète en 1892 la concession et le droit de passage pour 7 000 francs1.

Croquis de l’usine de Chedde en 1901, Passy (Haute-Savoie)

Croquis de l’usine de Chedde en 1901, Passy (Haute-Savoie). L’eau est captée en amont du site industriel, puis dérivée via des conduites forcées vers l’usine. Elle est alors utilisée comme énergie mécanique ou comme énergie électrique car cette usine est équipée d’une centrale hydroélectrique. Elle est ensuite rendue au torrent de l’Arve. (Dessin © Samir Mahfoudi, Assemblée des Pays de Savoie, Conseil général de la Haute-Savoie, 2013)

L’homme d’affaires avisé cède alors son bien à la Société Corbin et Compagnie. Une fois l’achat des terrains réglé, les dirigeants de cette entreprise, Paul Corbin et Georges Henri Bergès, veulent quitter leurs ateliers de Lancey en Savoie pour augmenter les volumes de fabrication du chlorate de potassium. Ils profitent alors de l’engouement suscité par les procédés innovants mis au point par Paul Corbin pour s’adjoindre la participation financière de grands industriels grenoblois. Ils créent la Société des Forces Motrices et Usines de l’Arve avec un capital de 2 800 000 francs puis de 4 100 000 francs2. L’entreprise Thorand et Nicolet, l’Etablissement Joya, l’Etablissement Bouchayer Viallet participent à l’édification des ateliers 3 et de la plus puissante centrale hydroélectrique des Alpes du nord 4.

Compagnie Alais Froges et Camargue. Cité jardin de l’usine de Chedde, Haute-Savoie

Compagnie Alais Froges et Camargue. Cité jardin de l’usine de Chedde, Haute-Savoie. Habitations ouvrières : 2 logements de 3 pièces chacun / Henri-Jacques Le Même (architecte), 28 mars 1940. (Plan sur papier calque, ADHS – repro. Samir Mahfoudi, Assemblée des Pays de Savoie, Conseil général de la Haute-Savoie, 2013)

Entre 1904 et 1914, on y développe la production d’aluminium. L’explosif produit ici : la cheddite reconnue pour sa stabilité par l’armée française devient une arme utilisée par les soldats durant la Grande Guerre. En 1916, le groupe de Paul Corbin fusionne avec sa principale concurrente : la Compagnie des produits chimiques d’Alais et de la Camargue5. La construction du laboratoire signé par l’architecte Henry-Jacques Le Même en 1940 en fait un lieu de recherches6. L’ouverture d’un nouveau bâtiment appelé le « hall à graphitation » en 1951 amplifie la diversification des activités. La destruction de l’ancienne halle des chlorates et de la centrale hydroélectrique en 1983 marque la fin du développement du site et explique la réorganisation des espaces de production.

Eglise de Chedde

Eglise de Chedde. (Repro. Samir Mahfoudi, Assemblée des Pays de Savoie, Conseil général de la Haute-Savoie, 2013)

L’usine est implantée à l’écart des habitations de manière à pouvoir éviter les dangers liés aux explosions ou aux incendies. Cependant, la construction des cantonnements dans les années 1900 amorce la naissance d’un paternalisme bienveillant. Le début des années 1920 voit la construction des premières cités jardins qui permettent progressivement aux plans de « la fabrique » de se confondre avec celui du hameau de Chedde. En dépit de son évolution récente, ce bourg possède grâce à l’entreprise un plan d’urbanisme intéressant. On peut retenir les nombreuses infrastructures dévolues à la vie des employés. A côte du triptyque traditionnel où se côtoient le site de production, les maisons patronales et les logements ouvriers, on y adjoint les équipements liés aux loisirs et à la spiritualité. Se promener dans les rues de Chedde démontre toute la diversité des formes prises par ce patrimoine industriel : de l’église Saint-Joseph en passant par les bosquets agrémentant les cités jardins.

Samir Mahfoudi, chargé de mission Inventaire, dans le cadre de la convention Région Rhône-Alpes / Assemblée des Pays de Savoie, Conseil général de la Haute-Savoie

Pour citer cet article

MAHFOUDI, Samir. « L’usine de Chedde à Passy : une utopie du bien-être collectif ? », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 16 juin 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2704>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. CAILLUET Ludovic, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble : Presse universitaire, 1997, 185 p., p 21 []
  2. Chambre Syndicale des Forces Hydrauliques, Album de la Chambre Syndicale des Forces Hydrauliques, Paris : Chambre Syndicale des Forces Hydrauliques, 1911, pl. 244. []
  3. CAILLUET Ludovic, op. cit., p. 22. []
  4. France, Ministère de l’Agriculture, Annales. Direction de l’hydraulique et des améliorations agricoles. Fascicule 32, Service d’études des grandes forces hydrauliques (région des Alpes). Tome I, organisation et comptes rendus des travaux, Paris : Imprimerie Nationale, 1905, 181 p., p 31. []
  5. CAILLUET Ludovic, op. cit., p. 39. []
  6. ADHS : 142 J 1006, Laboratoire d’analyses et d’essais chimiques : correspondance, plans, 1939–1941. []

3 réponses

  1. vigliengo jacques dit :

    Bonjour,
    Pour une correction plus qu ‘ orthographique,j’allais dire orthographite !
    « halle de (ou à)
    graphitation » et non pas « .. grafitassions »
    Ce serait tellement mieux.

  1. 16/06/2014

    […] 16/06/2014Cette entreprise fut à la fin du XIXe siècle la plus grande usine de Haute-Savoie. Qualifié de “colossal” par les ingénieurs du ministère de l’Agriculture en 1895, l’établissement passa de la production du chlorate de potasse, du perchlorate, à l’aluminium, aux ferro-alliages, au graphite et à la magnésie.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *