La cloche Jeanne d’Arc de l’église de Verrières-en-Forez (Loire) : un monument caché pour les morts de la Première Guerre mondiale

Le 11 novembre 1918, la grosse cloche de l’église de Verrières-en-Forez se fissure en sonnant l’arrêt des combats de la Première Guerre mondiale, contribuant à la note tragique de cette journée qui mêle la joie de la paix enfin retrouvée et la tristesse face aux effroyables pertes humaines de ces quatre années de guerre. Quelques années plus tard, et bien que la commune se soit déjà dotée d’un monument aux morts de facture classique, la paroisse fait de la refonte de cette cloche un nouveau lieu de mémoire pour ses morts au combat. La nouvelle cloche Jeanne d’Arc1 prend sa place à la fois parmi les cloches de l’église, parmi les monuments aux morts de la commune, et s’inscrit plus largement dans un petit ensemble de cloches qui allient leur fonction sonore au rappel de la victoire française et des soldats tombés pour elle.

Fig. 1. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : Poilu sonnant du clairon, liste des morts. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Fig. 1. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : Poilu sonnant du clairon, liste des morts. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Verrières-en Forez et ses morts

Le monument aux morts

La volonté d’ériger un monument aux morts de la guerre survient sans doute à Verrières-en-Forez dès la fin de l’année 1919, car en mars 1920 un projet de monument avec plan et devis est approuvé par le conseil municipal. Il est établi par Michel Faverjon, sculpteur-marbrier à Montbrison. La commune passe avec lui un traité de gré à gré pour la pose de l’édicule, pour un montant de 4500 F ; un second traité est passé avec M. Malhière, entrepreneur à Verrières, pour la maçonnerie, qui s’élève à 500 F. Pour financer ces travaux, une souscription est lancée dans la commune et une demande de subvention déposée auprès du Conseil général : en avril 1921, la souscription a rapporté 2674 F et la subvention obtenue est de 300 F2. La commune finance le reste, et le monument est inauguré le 13 novembre 1921. Il se trouve alors dans l’allée centrale du cimetière, qui occupe depuis 1882 une parcelle à l’est du bourg et a été agrandi entre 1904 et 19083. Il prend la forme d’un obélisque couronné d’une guirlande de laurier enrubannée et d’une grenade enflammée, orné d’une croix de guerre et d’une croix, symbole religieux autorisé par l’implantation en terre consacrée et non sur l’espace public. Sur les faces de l’obélisque, la liste des 55 noms est classée par année de décès.

Fig. 2. Le monument aux morts de Verrières-en-Forez. Photo Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

Fig. 2. Le monument aux morts de Verrières-en-Forez. Photo Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

Si Faverjon est le marbrier le plus fréquemment sollicité dans le canton de Montbrison, et l’obélisque le type de monument le plus souvent retenu4, le choix de l’emplacement est en revanche unique dans le canton de Montbrison, et plutôt rare dans la Loire5. Mais le 9 mai 1948, le monument est transféré sur la place publique, aménagée à la place de l’ancien cimetière, au sud de l’église, et rejoint ainsi l’emplacement le plus courant des monuments aux morts du département : sur la place du village, à proximité de l’église et si possible de la rue principale du bourg.

Les plaques commémoratives

Comme dans la majorité des communes, le monument communal a été précédé par une plaque commémorative apposée dans l’église. A Verrières, il s’agit d’une plaque rectangulaire en pierre de Lignerolles, surmontée d’un arc brisé et d’une croix, ornée de drapeaux français entrecroisés, gravés et peints, et d’une croix de guerre en métal rapportée, posée dès 1920 par le marbrier F. Cheuzeville6. La plaque est fixée dans la travée d’entrée de l’église, sous le clocher.

Fig. 3. Plaques commémoratives des morts des guerres du XXe siècle dans l’église de Verrières-en-Forez. Photo Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

Fig. 3. Plaques commémoratives des morts des guerres du XXe siècle dans l’église de Verrières-en-Forez. Photo Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

Les habitants de Verrières-en-Forez ont bien rempli leur devoir de mémoire ; la commune suit en cela la même norme que ses voisines, hormis pour le choix de placer le monument au cimetière, peut-être lié aux récents travaux d’agrandissement de ce dernier. Cependant, dix ans plus tard, la nécessité de refondre la grosse cloche de l’église va leur donner l’occasion de rendre un nouvel hommage à leurs soldats.

Les cloches de l’église de Verrières

L’église de Verrières-en-Forez7, citée dès la fin du Xe siècle, a été totalement reconstruite entre les dernières années du 15e siècle et 1541 (date portée sur le portail). Le clocher particulièrement imposant, de plus de 30 m de haut, est le reflet de l’importance de la famille de Talaru-Chalmazel, qui a sans doute financé la nouvelle église, mais aussi de l’étendue de la vaste paroisse, qui compte une vingtaine de hameaux sur une surface de 2117 hectares.

Fig. 4. Le village de Verrières-en-Forez. Photo Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2006

Fig. 4. Le village de Verrières-en-Forez. Photo Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2006

Ce clocher abritait sans doute plusieurs cloches avant la Révolution, dont une maîtresse cloche datée de 1774, la seule épargnée par les fontes révolutionnaires8.

Verrières-en-Forez (Loire). Vue générale de l’église paroissiale Saint-Ennemond, depuis le sud-ouest.

Fig. 5. L’église paroissiale Saint-Ennemond, depuis le sud-ouest. Photo Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005

La cloche des Jeunes Gens (1834)

En 1834, le fondeur Pierre Decharme, de Brévanne (Haute-Marne), réalise pour la commune de Verrières la fonte d’une seconde cloche9 : selon le prix-fait du 11 mai 1834, elle doit être en harmonie avec la grosse cloche existante et sonner la note ré10. Son inscription mentionne les principaux acteurs impliqués dans la fonte : l’abbé Verrier, qui a sans doute avancé une partie des fonds, Augustin de Meaux et son épouse Célinie de Waters11, parrain et marraine, et les membres du conseil de fabrique et du conseil municipal.

On peut supposer que c’est pour profiter de la présence de Pierre Decharme à Verrières qu’une troisième cloche12 lui est commandée, cette fois par « les garçons et les filles de Verrières », selon le texte de l’inscription. En plus des ecclésiastiques présents pour la bénédiction de la cloche, le texte donne la liste des jeunes gens de Verrières impliqués dans la fonte : 42 jeunes garçons et 15 jeunes filles, dont le parrain et la marraine, Antoine Dumas et Marguerite Clavelloux, accompagné chacun de trois « assistants » ou « assistantes »13.

Fig. 6. Troisième cloche de Verrières-en-Forez, fondue en 1834 pour « les garçons et les filles de Verrières ». Photo Caroline Guibaud © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005

Fig. 6. Troisième cloche de Verrières-en-Forez, fondue en 1834 pour « les garçons et les filles de Verrières ». Photo Caroline Guibaud © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005

Ces nouvelles cloches correspondent à une période faste pour Verrières, liée à l’arrivée en octobre 1826 de l’abbé Joseph Verrier, à la fois curé de la paroisse et supérieur du petit séminaire, qui compte alors plus de trois cents élèves14, jusqu’à son décès en novembre 1837. L’église a sans doute bénéficié de l’émulation entre la paroisse et le séminaire, avec la réalisation de travaux d’embellissement et l’acquisition de nouveaux objets liturgiques, dont ces cloches15. La commune compte alors un peu plus de 1000 habitants, et seulement 20 de moins qu’avant la Première Guerre mondiale16.

La refonte de la maîtresse cloche (1931)

Au début du XXe siècle, l’église conserve toujours comme bourdon la cloche de 1774. Mais le 11 novembre 1918, alors que les cloches retentissent dans les villages pour sonner enfin l’armistice après quatre dures années de guerre, cette cloche se fend de haut en bas.

Fig. 7. VERRIÈRES - La grosse cloche fêlée avant la descente. Cliché H. Lassablière (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES - BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Fig. 7. VERRIÈRES – La grosse cloche fêlée avant la descente. Cliché H. Lassablière (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES – BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Après avoir, semble-t-il, essayé de réparer la cloche17, la paroisse, menée par le curé G. Gaillet, décide en 1931 de la refondre : la nouvelle cloche sera un nouvel hommage aux morts de la Première Guerre mondiale.

La descente de la cloche fêlée, puis l’arrivée de la nouvelle cloche, sont des événements qui donnent lieu à l’édition d’un petit livret commémoratif, daté du 10 mai 1931, formé d’une dizaine de cartes postales perforées et reliées par un cordonnet de coton.

Fig. 8. SOUVENIR DE VERRIÈRES. BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE LA JEANNE D’ARC 10 MAI 1931. Recueil de cartes postales éditées à l’occasion de la livraison de la cloche Jeanne d’Arc (1ère fonte) à Verrières-en-Forez. Livret avec couverture en papier gaufré ; cartes postales perforées et reliées par un cordonnet de coton. Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

Fig. 8. SOUVENIR DE VERRIÈRES. BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE LA JEANNE D’ARC 10 MAI 1931. Recueil de cartes postales éditées à l’occasion de la livraison de la cloche Jeanne d’Arc (1ère fonte) à Verrières-en-Forez. Livret avec couverture en papier gaufré ; cartes postales perforées et reliées par un cordonnet de coton. Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

La nouvelle cloche n’est pas fondue sur place, comme cela se faisait encore en 1834, mais à la fonderie Paccard, à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), par Joseph et Louis Paccard. Elle est acheminée à Montbrison par le train. On distingue la nouvelle cloche sur la carte postale qui la représente à sa descente du train : elle porte trois zones d’inscription (sept lignes sur le cerveau, des colonnes de noms sur la panse, avec en-dessous la mention « Nos morts glorieux », et une ligne à la base de la panse) et son ornementation comprend des frises de motifs végétaux (frise de feuilles d’eau et de feuilles d’acanthes sur le cerveau ; frise de roses et de palmettes sous l’inscription ; deux types de guirlandes de laurier, ou peut-être d’olivier, à la base de la panse et sur la faussure) et des motifs isolés : un crucifix sous la première inscription, et surtout une grande représentation de Jeanne d’Arc, chargeant sur un cheval au galop.

Fig. 9. Le déchargement de la cloche (1ère fonte) à la gare de Montbrison – Savigneux (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES - BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

Fig. 9. Le déchargement de la cloche (1ère fonte) à la gare de Montbrison – Savigneux (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES – BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

La cloche est ensuite montée à Verrières sur un char attelé de trois paires de bœufs, scène pittoresque qui a fait l’objet d’une photographie18. Le trajet, d’une douzaine de kilomètres, est une ascension continue sur un peu plus de 400 m de dénivelé, soit environ 5 heures pour le char à bœufs.

Fig. 9. Le chargement de la cloche à la gare de Montbrison – Savigneux (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES - BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

Fig. 9. Le chargement de la cloche à la gare de Montbrison – Savigneux (carte postale, éditée dans le recueil SOUVENIR DE VERRIÈRES – BENEDICTION DU GROS BOURDON DE LA VICTOIRE / LA JEANNE D’ARC / 10 MAI 1931). Repro. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014 / Coll. Part.

La seconde refonte (1932)

Cependant, le livret s’arrête au transport de la cloche : alors que la descente de la cloche fêlée est illustrée, l’ascension de la nouvelle ne l’est pas, et sa bénédiction n’a lieu qu’un an plus tard, le dimanche 18 septembre 1932, lors d’une « grande fête religieuse et populaire »19 organisée par le curé, place de l’Église. C’est d’ailleurs la date portée sur la cloche qui se trouve actuellement dans le clocher, qui présente un décor différent de celle photographiée en 1931.

Fig. 10. LE BOURDON DE VERRIERES. « La Jeanne d'Arc ». Le 18 septembre 1932. Paccard fondeurs - Annecy. Photo Tony Bonnet (carte postale). Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Fig. 10. LE BOURDON DE VERRIERES. « La Jeanne d’Arc ». Le 18 septembre 1932. Paccard fondeurs – Annecy. Photo Tony Bonnet (carte postale). Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Que s’est-il passé entre mai 1931 et septembre 1932 ? La cloche a sans doute montré un défaut dès son arrivée, ou subi un accident lors de la pose, à moins qu’elle ne se soit fêlée en sonnant peu après sa mise en place20. Elle est alors immédiatement refondue, selon un modèle proche de la précédente pour l’organisation des inscriptions, mais avec un décor plus riche.

Le vase mesure 1,50 m de hauteur et de diamètre, pour un poids de 2500 kg. Les inscriptions et les ornements en fonte à la cire perdue reprennent l’organisation utilisée lors de la première fonte, en particulier les listes de noms sur la panse, mais avec des différences significatives, surtout dans l’iconographie du décor, qui conserve des motifs traditionnels, dont les habituelles boucles ornées de visages ou des frises de motifs décoratifs et des filets, mais se caractérise par des contenus originaux.

Le premier registre d’inscription (dix lignes) comprend au début un historique, qui rappelle la date et les parrains et marraines de la cloche de 1774, puis donne les circonstances de la refonte : « J’AI ÉTÉ ACCIDENTELLEMENT BRISÉE AU JOUR TRIOMPHAL DE L’ARMISTICE LE 11 NOVEMBRE 1918, MAIS EN 1932, MR BENOIT GAILLET ÉTANT CURÉ DE VERRIÈRES, J’AI ÉTÉ REFONDUE SOUS LE VOCABLE DE SAINTE JEANNE D’ARC », avant de nommer les parrains et marraines : il s’agit en fait d’une liste de plus de vingt familles, avec parfois des précisions de prénoms ou d’alliances, et toujours identifiées par leur lieu-dit de résidence : presque tous les écarts de la commune sont représentés. Comme le conclut l’inscription : «JE FUS L’OBJET DE L’ÉLAN GÉNÉREUX DE LA PAROISSE TOUT ENTIÈRE ». La seconde inscription, qui cerne la partie inférieure de la panse, allie également portée générale et invocation particulière des morts de la Première Guerre : « JE CHANTE LES LOUANGES DE DIEU LES JOIES DES BAPTÊMES ET DES UNIONS CHRÉTIENNES, MON GLAS RAPPELLE LE SOUVENIR DES DÉFUNTS ET EN PARTICULIER CELUI DES ENFANTS DE VERRIÈRES MORTS AU CHAMP D’HONNEUR ».

Fig. 11. La cloche Jeanne d’Arc, en place dans le clocher de Verrières. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Fig. 11. La cloche Jeanne d’Arc, en place dans le clocher de Verrières. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Sur la panse s’étend un second registre d’inscription, qui reprend la liste des noms des morts de la guerre, en six colonnes de neuf noms rangés par date (l’année est indiquée devant le nom du premier soldat tombé dans l’année, sans changement de colonne). La première colonne est située à l’aplomb du début de l’inscription (puis les colonnes se suivent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre).

Sur la panse et sur la faussure se trouvent des éléments de décor dont l’iconographie est en lien direct avec la Première Guerre : une frise de grenades enflammées au-dessus des colonnes de noms ; un poilu sonnant du clairon, au-dessus de l’inscription « NOS MORTS GLORIEUX », reprise du premier état de la cloche (fonte de 1931), et au-dessous d’une croix tréflée (motif répété trois fois, entre les colonnes n°1 et 2, 3 et 4 et 5 et 6 ; voir fig. 1) ; une frise de médaillons ovales représentant alternativement : un buste de Jeanne d’Arc auréolée, vêtue en armure et tenant un étendard, avec en fond une église et un château ou une ville fortifiée et les dates 1419 1434 en inscription ;

Fig. 12. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : médaillon représentant Jeanne d’Arc à Rouen, trophées. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Fig. 12. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : médaillon représentant Jeanne d’Arc à Rouen, trophées. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

ou un coq écrasant un aigle, devant un soleil portant la date 1918, avec en fond une silhouette de cathédrale à gauche et une église stylisée à droite. Les médaillons sont séparés par un trophée de canon, drapeaux et obus, ou par une ancre dans une couronne de lauriers, avec un rameau d’olivier et une palme entrelacés.

Fig. 13. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : médaillon représentant la victoire de la France en 1918, trophées. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Fig. 13. Détail de la cloche Jeanne d’Arc : médaillon représentant la victoire de la France en 1918, trophées. Photo Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Ce décor est complété par d’autres motifs : un buste de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, dans un médaillon ovale autour duquel est inscrite une citation de la sainte, « Je veux passer mon ciel sur la terre à faire du bien » (entre les colonnes n°1 et 6) ; une Vierge protectrice, debout sur un culot portant l’inscription « MERCI », couverte d’un long voile qu’écartent ses mains ouvertes (entre les colonnes n°2 et 3) ; enfin, à l’opposé du début de l’inscription, la marque du fondeur, qui présente une ornementation sophistiquée : elle représente une cloche encadrée de jacquemarts, qui frappent avec un maillet sur un carillon de petites cloches, avec à droite, un chevalier en armure, et à gauche un personnage coiffé d’un chapeau à plumes, accompagnés des inscriptions « SAVOYARDE LA JEANNE D’ARC » et « LES FILS DE G. PACCARD ANNECY-LE-VIEUX ». Au-dessus de la marque est placée sur un petit socle une figure de Jeanne d’Arc à cheval, avec un étendard.

Dans le clocher, Jeanne d’Arc apparaît comme un triste contrepoint de la cloche des Jeunes gens de 1834 : fondue un siècle plus tôt, à une époque où la population a sensiblement la même densité, elle nomme 57 jeunes hommes et femmes de la commune, avec comme invocation un psaume de louange au ton joyeux, souvent utilisé pour les célébrations de mariage, heureux projet d’avenir que l’on peut prêter aux jeunes commanditaires ; en 1931, ce sont les noms de 5421 « ENFANTS DE VERRIÈRES MORTS AU CHAMP D’HONNEUR » qui sont inscrits dans le bronze et manqueront à jamais dans la vie de la commune22.

Jeanne d’Arc et les fontes de cloches dans le 2e quart du XXe siècle

La commande de la première refonte de la cloche de Verrières intervient pour la fonderie Paccard onze ans après la livraison d’un précédent de taille : le bourdon Jeanne d’Arc de la cathédrale de Rouen, fondu en 1914 mais mis en place en 1920, après la guerre survenue entretemps et l’année de la canonisation de la sainte. Cette cloche exceptionnelle, pesant 16 tonnes, fait partie des instruments qui ont fait la renommée de l’entreprise et figure ainsi sur les inscriptions qui accompagnent la marque de fondeur de Joseph et Louis Paccard : « les Fils de G. Paccard Annecy-le-Vieux » et « Savoyarde La Jeanne d’Arc », la Savoyarde étant la cloche fondue en 1891 pour le Sacré-Coeur à Paris par Georges Paccard, père de Joseph et Louis Paccard23.

Si on considère le bourdon de Rouen, malheureusement détruit lors des bombardements de 1944, comme la référence de la Jeanne d’Arc de Verrières, une lecture peut être proposée pour le décor de la faussure : l’arrière-plan du médaillon figurant Jeanne d’Arc représenterait alors la ville de Rouen, avec à gauche une église et à droite les fortifications. La date de 1419 est celle de la prise de la ville par les Anglais ; celle de 1434 est plus difficile à interpréter, car si la Normandie se soulève contre l’occupant en 1434, Rouen n’est reprise par le roi de France qu’en 144924. Selon une proposition assez originale pour les monuments aux morts25, la Guerre de Cent Ans est ainsi mise en parallèle avec la Première Guerre mondiale, l’autre médaillon mettant en image la victoire française (le soleil levant) de 1918, et opposant les symboles de la France (le coq gaulois, la façade de Notre-Dame de Paris) et de l’Allemagne (l’aigle impériale). Cependant, un article sur la fonte des cloches paru dans La Science et la vie en 192126 publie une photographie de ces médaillons avec l’indication qu’ils proviendraient d’une cloche lorraine, sans autre précision, ce qui ne permet pas de meilleures propositions pour la signification des dates.

L’iconographie de la cloche de Verrières met également en avant deux saintes récentes et devenues patronnes secondaires de la France : Jeanne d’Arc, canonisée en 1920, présente sur la faussure mais aussi au-dessus de la marque de fondeur, dans une représentation qui s’inspire de la statue d’Emmanuel Frémiet (1872) ; et sainte Thérèse, canonisée en 1925. Elles accompagnent la Vierge représentée en protectrice dans une iconographie qui rappelle les Vierges de Miséricorde, ou Vierges au manteau, médiévales, mais aussi la Vierge miraculeuse de la rue du Bac.

Les enquêtes de l’’Inventaire disponibles en ligne sur la base Palissy font état de 16 cloches faisant figurer Jeanne d’Arc dans leur inscription ou leur décor, dont la moitié pour la période d’après-guerre (et après la canonisation). Deux de ces dernières, fondues en 1921, associent ce personnage à la victoire de 1918 : l’une située à l’église paroissiale Saint-Clément de Messanges (Landes), fondue en 1921 sous le nom de Jeanne d’Arc, dont l’inscription mentionne la paix et la victoire des Français (« …OLIM ET NUNC ITERUM DANS PACEM GENTIBUS / VICTORIAM FRANCIGENSIS… »)27, l’autre à l’église paroissiale Saint-Romain de Viry (Jura ; inscription : « JE CHANTE LA VICTOIRE ET LA PAIX… »)28.

Le cas de la cloche de Verrières peut être rapproché de quelques cloches dont la fonte est directement liée à la victoire de 1918, en particulier trois instruments protégés au titre des Monuments Historiques29 : la cloche « la Joyeuse » (Julienne), de l’église Notre-Dame de Saint-Omer (Pas-de-Calais), refondue en 1920 par Wauthy, fondeur de Douai (Nord), à partir d’une cloche de 1474 fêlée depuis le début du XXe siècle, et suite au vœu solennel de la municipalité et la population de Saint-Omer de refondre cette cloche si la ville était épargnée par l’avancée de l’armée allemande30 ; le « Bourdon de la victoire » (Louis Anne Charlotte) de l’ossuaire de Douaumont, fondu par Léon Bollée en 192731 ; et enfin la cloche de l’église paroissiale Saint-Sicaire de Perpezac-le-Noir (Corrèze)32, qui partage un destin proche de celui de Jeanne d’Arc : cette cloche datant de 1594, classée MH le 12 novembre 1908, s’est fêlée le 11 novembre 1918 ; son déclassement est prononcé le 17 janvier 1922 et la cloche a été refondue (avec une augmentation de son poids) en 1946.

Pour finir on peut citer, dans le canton de Montbrison, une dernière cloche qui rappelle le souvenir des morts de la Première Guerre : Catherine-Blanche-Josephine33, fondue par les Paccard en 1934 pour l’église paroissiale Saint-Martin de Magneux-Haute-Rive (reconstruite entre 1905 et 1907), dont l’inscription commence par cette ligne : « JE SONNE LA PAIX JE PRIE POUR LA PAIX / DE CEUX QUI SE SONT SACRIFIES POUR L’ETABLIR ».

Fig. 14. Cloche de MAGNIEUX HAUTE-RIVE / SOUVENIR DU BAPTÊME DE / CATHERINE-BLANCHE-JOSEPHINE / 28 Octobre 1934 (...). Paccard, fondeurs, Annecy. Photo Tony Bonnet. 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1934. Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Fig. 14. Cloche de MAGNIEUX HAUTE-RIVE / SOUVENIR DU BAPTÊME DE / CATHERINE-BLANCHE-JOSEPHINE / 28 Octobre 1934 (…). Paccard, fondeurs, Annecy. Photo Tony Bonnet. 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1934. Repro. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005 / Coll. Part. L. Tissier

Ce rapide panorama fait ressortir le caractère profondément original de la cloche de Verrières-en-Forez. Elle participe d’un mouvement général de fonte de cloches dans le 2e quart du XXe siècle, parfois destinées à remplacer des instruments détruits lors du conflit, et dont certaines reflètent dans leur iconographie l’actualité des années 1920 : la célébration du retour de la paix et des soldats morts à la guerre et la canonisation de Jeanne d’Arc, héroïne et martyre d’une guerre précédente. Mais les habitants et le curé de Verrières semblent les seuls commanditaires à avoir fait figurer la liste des morts sur les flancs de cloche, leur érigeant un monument caché, voire oublié, et pourtant entendu de tous lors des trois angélus quotidiens.

Enregistrement de la cloche Jeanne d’Arc : angélus de midi

 Caroline Guibaud – conservatrice en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

GUIBAUD, Caroline. « La cloche Jeanne d’Arc de l’église de Verrières-en-Forez (Loire) : un monument caché pour les morts de la Première Guerre mondiale », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 25 août 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2900>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Cloche (n°1) : Jeanne d’Arc, IM42002100 []
  2. AC Verrières-en-Forez. Registres de délibérations du conseil municipal du 1er novembre 1906 au 25 mai 1941. Délibérations du 24 mars et du 3 avril 1920. []
  3. Cimetière, IA42002629 []
  4. Sur 16 monuments recensés, Michel Faverjon en a réalisé la moitié et douze sont des obélisques ; voir Les monuments aux morts du canton de Montbrison, IA42001303, et dossiers en ligne []
  5. Dans les cantons étudiés, seuls deux autres monuments ont été édifiés dans le cimetière communal, à Ailleux et à Arthun []
  6. A paroissiales Verrières-en-Forez. Facture du 24 avril 1920 pour l’exécution de la plaque commémorative des morts de la Guerre de 1914-1918, par F. Cheuzeville, sculpteur 37 rue Martin-Bernard à Montbrison ; voir Présentation du mobilier de l’église paroissiale Saint-Ennemond, IM42002054. Deux autres plaques ont été accrochées en face, une pour les morts de la Seconde Guerre mondiale et une petite pour une victime de la guerre d’Algérie []
  7. Église paroissiale Saint-Ennemond, IA42001492 []
  8. les travaux réalisés dans le beffroi en 1821 ne mentionnent qu’un seul joug et ses deux roues de cloches ; délibération du conseil de fabrique du 15 juillet 1821, citée par HALM, Cindy. Les églises du Forez au 19e siècle et leur importance dans le tissus social. T. 2. canton de Montbrison et Noirétable. Montbrison : la Diana (Recueil de mémoires et documents sur le Forez ; 43), 2006, p. 67. []
  9. Cloche n°2, IM42002101 []
  10. A paroissiales, paroisse de Verrières-en-Forez. 11 mai 1834. Prix-fait pour la fonte d’une cloche []
  11. La famille de Meaux, bien établie dans la plaine du Forez au XVIIIe siècle, achète en 1804 le château de Quérézieux, IA42002471, situé dans un hameau partagé entre Verrières-en-Forez et Ecotay-l’Olme []
  12. Cloche n°3, IM42002102 []
  13. Parmi les premiers noms se trouve Camille de Meaux, sans doute le fils d’Augustin et Célinie de Meaux, alors âgé de quatre ans, futur député légitimiste, sénateur et ministre du gouvernement de Broglie, époux d’Élisabeth de Montalembert []
  14. Ecole secondaire, dite petit séminaire de Verrières, puis école primaire, actuellement Lycée professionnel du Haut Forez, IA42002681 []
  15. L’église conserve encore comme témoins de cette époque ses fonts baptismaux, IM42002065, un calice avec sa patène, IM42002069, un ciboire-chrismatoire, IM42002077, le timbre de l’horloge, IM42002054, et de nombreux éléments de vestiaire, dont un ornement rose daté de 1827, IM42002092 []
  16. Recensement de 1836 : 1013 habitants ; recensement de 1911 : 1035. Source : http://cassini.ehess.fr []
  17. AC Verrières-en-Forez. Registre de délibérations du conseil municipal, 1er novembre 1906-25 mai 1941. Délibération du 9 novembre 1930. Réparation de la grosse cloche, budget prévisionnel de 3000 F. []
  18. Elle fait la couverture de l’ouvrage de la collection Mémoire en Images consacré au haut Forez : BRUNNEL, Daniel. HOUDOY, Hubert. TISSIER, Louis. Les hauts des monts du Forez de Noirétable à Gumières (Mémoire en Images). Saint-Cyr-sur-Loire : Editions Alan Sutton, 2000 []
  19. Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart, cote 5102 : Verrières. Eglise paroissiale. Eglise et cloche. Tirage photographique en noir et blanc, 23,1×17,1. Inscription : « Hommage reconnaissant / à Mr Aimé Brassard / mon généreux bienfaiteur ». Lettre imprimée jointe : « Paroisse de Verrières. Verrières, le 4 septembre 1932. Le curé de Verrières a l’honneur de vous inviter à une grande fête religieuse et populaire, organisée à l’occasion de la bénédiction d’une grosse cloche. Elle aura lieu le Dimanche 18 septembre, place de l’église… G. Gaillet curé de Verrières ». []
  20. Certains habitants de Verrières se souviennent d’une réparation d’une des cloches, fêlée lors d’une sonnerie de mariage, mais sans précision de date. []
  21. le dernier nom porté sur le monument aux morts, Jean-Marie Favier, est absent à la fois de la cloche et de la plaque dans l’église. []
  22. Si on prend comme base le nombre d’habitants au recensement de 1911, selon le calcul réalisé par le conseiller général Jarrosson, rapporté par Monique Luirard, on arrive à un taux de mortalité de 5,3 %, ce qui situe Verrières au-dessus de la moyenne constatée pour l’arrondissement de Montbrison, qui est de 4,5 %. Ces chiffres sont sujets à interprétation car les critères pour figurer sur le monument peuvent varier, mais ils permettent de faire des comparaisons. Voir LUIRARD, Monique. La France et ses morts. Les monuments commémoratifs dans la Loire. Université de Saint-Étienne : Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur les structures régionales. Le Puy-en-Velay : 1977, p. 16 []
  23. Le site internet de la fonderie Paccard réserve à ces deux cloches une page parmi les « Cloche prestigieuses » de l’histoire de l’entreprise : voir http://www.paccard.com/fonderie/fr/realisations_prestigieuses.php. La Savoyarde pèse plus de 18 tonnes. []
  24. Jeanne d’Arc est brûlée à Rouen en 1431. []
  25. Le Moyen Âge est rarement utilisé par les auteurs de monuments, mais le sculpteur forézien Joanny Durand a puisé dans le passé national pour plusieurs de ses réalisations, par exemple pour le monument de la commune de Sail-sous-Couzan, à 35 km de Verrières, IA42001020 ; voir aussi LUIRARD, M., op. cit., p. 34. []
  26. CRESPEY, Alexis. Réaliser une cloche parfaite est une tâche délicate, La science et la vie, n°55, mars 1921, p. 261-270. Mis en ligne sur le site de la fonderie Paccard. []
  27. IM40000832 []
  28. IM39001032 []
  29. Sur 16 cloches d’église du XXe protégées MH, selon les données actuellement mises en ligne sur la base Palissy ; neuf sont des refontes de cloches plus anciennes rendues inutilisables par une fêlure (et parfois déclassées avant refonte), sept sont de nouvelles fontes. []
  30. inscrite MH le 13 juin 1980, PM62002249 []
  31. classée MH le 20 décembre 1996, PM55001145 []
  32. PM19000732 []
  33. IM42002235 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *