Projet de sauvegarde du chalet Lang à Courchevel 1850

LA CONSTRUCTION DU CHALET LANG

COURCHEVEL 1850

Le chalet Lang compte parmi les premières constructions de la station de Courchevel 1850, dont le plan d’urbanisme date du printemps 1946. Établi par Laurent CHAPPIS (1915-2013), architecte urbaniste, à la demande du Conseil général de Savoie et du Ministère de la reconstruction et de l’urbanisme (M.R.U.), la localisation et le plan de Courchevel reposent sur leur articulation avec le domaine skiable (pistes et remontées mécaniques) déterminé au préalable. Le centre de la station – dénommé la « grenouillère » – est conçu comme le lieu vers lequel convergent les pistes de ski ; à proximité les commerces, les magasins et le village administratif ; à l’entrée, les aires de stationnement en plein air et les garages souterrains ; plus éloignées, sur les versants orientés à l’est et au nord, les zones résidentielles destinées aux chalets, villas, hôtels et pensions. L’implantation des résidences est fixée pour que chacune soit reliée à une piste de ski, permettant ainsi de rejoindre un départ de remontée mécanique, et au retour de regagner sa résidence par simple gravité. Il est prévu que la station nouvelle se dissimule dans un paysage de forêts et de clairières. L’urbanisation se développe par la réalisation successive de lotissements pour lesquels chaque cahier des charges fixe l’implantation et la volumétrie des constructions. Le chalet Lang est édifié en 1950 sur le lot n°122 du lotissement de Bellecôte.

LA COMMANDE

Après un premier contact établi en mars 1949 avec Laurent CHAPPIS, Georges LANG (1928) – jeune industriel de Remiremont dans les Vosges – acquiert en janvier 1950 un lot de faible largeur et très pentu, en vue de réaliser un chalet de vacances pour la famille qu’il s’apprête à fonder. Le projet architectural est confié à Denys PRADELLE (1913-1999), architecte urbaniste, sur proposition de Laurent CHAPPIS. Soucieux de préserver les abords du terrain, de ne pas altérer la pente (15 mètres entre le haut et le bas du terrain) et d’offrir les vues les plus larges depuis les pièces du chalet, Denys PRADELLE imagine une construction en surplomb sur une partie du terrain, offrant ainsi une habitation totalement dégagée du sol. L’évolution du projet (six esquisses seront établies entre février et mars 1950) est décrite avec détails et finesse dans la correspondance que Denys PRADELLE adresse à Georges LANG : « Lors du rendez-vous sur place, nous avons été conduits à reporter la salle de séjour le plus haut possible afin de n’être pas par la suite, obligés d’abattre des sapins si précieux (…), l’expérience des hautes-neiges de cette année nous a fait renoncer au garage accessible par la route basse, accès qui nécessiterait une entrée en tranchée (…), nous avons cherché à ouvrir la salle de séjour sur le maximum de vues dégagées par la surélévation (…), et nous avons considéré comme la meilleure solution celle qui expose le maximum des autres pièces au soleil du midi (…), nous en sommes venus alors à la solution qui supprime une partie des substructions en posant une aile du chalet sur pilotis, la résidence s’étalant alors toute entière au niveau des cimes des sapins (…) ». Georges LANG approuve immédiatement le projet qu’il trouve « épatant, d’une conception hardie, permettant d’allier l’élégance au confort maximum ».

LE PROJET

Denys PRADELLE décrit ainsi le projet : « C’est un chalet familial de vacances conçu pour un habitat saisonnier. Il permet la détente que viennent chercher ses hôtes au contact de la nature en intégrant la nature dans son décor. Il montre le paysage et s’ouvre au soleil. Pour rester dans le cadre d’une économie raisonnable, le volume construit est au maximum utilisé. La salle de séjour, lieu de vie commune, est grande. Les chambres, où l’on séjourne peu sont petites, allant parfois jusqu’aux dimensions d’une cabine de bateau, avec couchettes superposées. L’entrée d’hiver est constituée d’un sas permettant de couper le froid par sa double porte, de ranger les skis et les anoraks, de déneiger les souliers. Ce chalet est conçu de manière à être rapidement construit, car la saison de travail est courte : de mai à octobre. En même temps que sont réalisés les travaux de terrassement et de maçonnerie du soubassement, préfabriqués en atelier dans la vallée, le maximum d’éléments des superstructures qui devront être d’un montage rapide. Système d’ossature permettant de couvrir vite pour travailler à l’abri. » (l’Architecture d’Aujourd’hui n°44, septembre 1952 et L’architecture française n° 135-136, 1953).

Maçonnerie en cours d’exécution (murs en béton et en pierres, dalle de béton, échafaudage et coffrages en bois), chantier en cours, été 1951

Maçonnerie en cours d’exécution (murs en béton et en pierres, dalle de béton, échafaudage et coffrages en bois), chantier en cours, été 1951. [AD Savoie, fonds de l’Atelier d’Architecture en Montagne, 6 J 100] Photographie Denys Pradelle. Reproduction Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2011 – ADAGP

LA CONSTRUCTION

Le procédé constructif est mixte : une structure porteuse en béton armé sur laquelle est posée une superstructure préfabriquée issue du travail avec l’ingénieur Henri-Luigi TREZZINI (1902-1976). Le chantier se déroule au cours de la saison d’été 1950. Le chalet comporte un seul niveau avec une dalle mince de 8 cm d’épaisseur qui repose sur des poutres en béton armé formant nervures. Elle est portée à l’amont sur un socle maçonné en pierres tout venantes et à l’aval sur un portique trapézoïdal en béton armé. Les éléments en béton armé sont coulés sur place dans des coffrages en planches. La partie supérieure en bois est associée à l’emploi de panneaux de solomite (panneaux de paille de roseaux comprimée de 55 mm d’épaisseur, résistants à la compression, sertis par des fils de fer qui les rigidifient et permettent leur accroche) qui enveloppent de part et d’autre la structure sur tout son pourtour. Les parois (murs, toiture et sol) comprennent un vide d’air de 35 mm enserré entre deux panneaux de solomite, matériau réputé alors comme isolant thermique. La charpente en bois est composée de sept poutres en chêne, constituées chacune de deux pièces assemblées par trait de Jupiter, formant arbalétriers, sur lesquels reposent pannes et chevrons en épicéa. Un panneau de solomite est placé sous les chevrons, un autre sous les pannes. Le plafond est habillé de lames de pin. Une volige de planches d’épicéa recouvre l’ensemble de la toiture sur laquelle est posée l’étanchéité, puis les plaques de zinc. Les arbalétriers reposent chacun sur trois fers en T fixés sur la dalle de plancher, constituant l’ossature métallique du chalet.

Les murs sont composites, bâtis en bois avec une ossature faite de cadres supports des baies et de lambourdes de 86 mm de section, de part et d’autre desquelles sont fixés les panneaux de solomite. La paroi extérieure est revêtue de planches de mélèze fixées sur des lattes de 27 mm. Sur les parois intérieures, des lames de pin sont fixées sur des lattes de 15 mm d’épaisseur. La couverture est à un seul versant, faiblement incliné avec une pente de 8% orientée au nord-ouest. Les plaques d’aluminium posées sur un carton bitumineux – la couverture à l’origine – ont été remplacées par des plaques de zinc recouvrant une étanchéité bitumineuse.

Charpente en cours de montage (pannes, arbalétriers, poteaux métalliques) reposant sur la maçonnerie en béton et en pierres, chantier en cours, été 1951

Charpente en cours de montage (pannes, arbalétriers, poteaux métalliques) reposant sur la maçonnerie en béton et en pierres, chantier en cours, été 1951. [AD Savoie, fonds de l’Atelier d’Architecture en Montagne, 6 J 100] Reproduction Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2011 – ADAGP

L’ARCHITECTURE

La façade principale sud-est est longée par un balcon en bois comprenant un escalier extérieur escamotable. Les baies sont équipées de volets coulissants verticalement devant l’allège. Ils sont en bois, recouverts de plaques d’aluminium. Une grande partie de l’aménagement intérieur est dessinée par Denys PRADELLE : cheminée en tôle de cuivre et pierres, lampe sur pied et abat-jour que SAMIVEL (1907-1992) devait décorer plus tard, chaises inspirées des modèles conçus par Charlotte PERRIAND (1903-1999), fauteuils en bois cintré, carte en relief dans un cadre en bois approprié…

La critique architecturale rend rapidement compte du chalet Lang à travers plusieurs publications : revue « l’Architecture d’Aujourd’hui » en 1952, revue « L’architecture française » en 1953 et recueil de réalisations contemporaines en montagne, « Chalets de montagne », publié en 1955 aux éditions Massin. Car le chalet Lang témoigne de la diffusion des idées du « mouvement moderne » pour des réalisations adaptées aux stations françaises de sports d’hiver. Sa construction illustre avec brio une forme de rationalisme et de modernité, portée par de jeunes architectes et urbanistes épris de simplicité constructive, d’économie de la construction, de respect de la nature et convaincus de l’importance du paysage dans le travail architectural.

Vue intérieure de la salle commune, le passe plat, la cheminée, le coin salon et les mobiliers (1955 environ)

Vue intérieure de la salle commune, le passe plat, la cheminée, le coin salon et les mobiliers (vers 1955). [AD Savoie, fonds de l’Atelier d’Architecture en Montagne, 6 J 100] Photographie Denys Pradelle. Reproduction Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2011 – ADAGP

LA PROTECTION DU CHALET LANG

Durant trente ans, correspondant aux « Trente glorieuses », la station de Courchevel sera considérée comme un laboratoire d’idées au service du développement des sports d’hiver. Mais au tournant des années quatre-vingt, emportée par sa notoriété commerciale, Courchevel 1850 franchit une étape décisive par la remise en cause des orientations de départ : dispositions d’urbanisme et d’architecture conventionnelles facilitant la transformation des constructions existantes (agrandissements et démolitions), conduisent à la disparition progressive des premières réalisations de Courchevel d’inspiration moderne. La volonté de changer l’image de la station conduit à préférer une architecture d’inspiration néo-rurale. Elle accompagne la densification des parcelles déjà bâties et l’extension des zones constructibles. Le POS (Plan d’occupation des sols) approuvé en 1983 entérine ce changement radical. C’est dans ce contexte que se développe, en réaction aux démolitions des constructions pionnières, un intérêt pour l’urbanisme et l’architecture de la station.

Vue du chalet Lang depuis le haut du terrain, façade sud-ouest, avril 2010

Vue du chalet Lang depuis le haut du terrain, façade sud-ouest, avril 2010. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

1994-2001, RECONNAISSANCE DU CHALET LANG ET PROTECTION AU TITRE DES MONUMENTS HISTORIQUES

Le Ministère de la culture et de la communication engage en 1994 une mission d’inventaire général du patrimoine de la station de Courchevel 1850 qu’elle confie à l’équipe architecture et montagne de l’École d’architecture de Grenoble : recenser systématiquement toutes les réalisations sur le terrain, établir les dossiers documentaires, mener des entretiens avec les acteurs pionniers de la station (architectes, urbanistes, ingénieurs, techniciens…) et constituer un fond d’archives orales, consultation des archives des architectes et urbanistes et création d’un fond spécialisé d’archives aux Archives départementales de Savoie : le Centre d’archives d’architecture en Savoie. La mission est complétée en 2010 par une campagne de relevés photographiques menée par le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Rhône-Alpes (Eric DESSERT photographe) et permet, entre autre, la réalisation méthodique de prises de vues de l’intérieur comme de l’extérieur du chalet Lang. La mission a permis de repérer plus de 250 constructions et d’établir 27 dossiers documentaires, analysant ainsi les grands principes qui ont présidé à la conception urbaine et architecturale de la station : grenouillère et front de neige, implantation des constructions en fonction de la pente, de leur orientation vers les panoramas ou les prairies plus proches, de l’exposition au soleil, de l’absence de vis-à-vis, dispositifs architecturaux pour préserver à la fois l’espace public et les accès aux habitations par temps de neige comme les toitures à simple pente inversée, choix de matériaux économiques etc. Établie à partir d’une typologie architecturale et urbaine, la liste des constructions les plus remarquables datant des premières années et encore en place, permet d’attirer l’attention des pouvoirs publics et des propriétaires sur les risques de disparition qui pesaient sur elles.

En 2001, la protection de quelques-uns de ces « spécimens » d’architecture est validée par la C.R.P.S. (Commission régionale du patrimoine et des sites) de la région Rhône-Alpes et propose d’inscrire à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques 6 constructions représentatives de la première époque (la chapelle, quatre chalets, un grenier en réemploi). Le chalet Lang y figure comme l’une des constructions pionnières majeures de la station : non seulement c’est l’une des constructions les plus représentatives du travail des premiers architectes, mais c’est aussi le dernier « chalet à pattes », bâti en surplomb sur la pente. Tous les autres chalets de ce type ont été transformés (le chalet Le Toutounier) ou démolis (le chalet Guichard).

Cependant, dans le cadre de l’étude d’une ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) destinée notamment à définir plus finement les densifications autorisées par le POS, le chalet Lang est retiré de la liste des édifices à protéger. En définitive, suite à son adoption en 2004, seules quatre constructions pionnières font l’objet d’un arrêté d’inscription Monument historique : la chapelle Notre-Dame de l’Assomption, le chalet Joliot Curie et le chalet Le Petit Navire (17 janvier 2005), puis le chalet la Goupille (23 janvier 2006).

Vue du chalet Lang, façade nord-ouest, mars 2010

Vue du chalet Lang, façade nord-ouest, mars 2010. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

2010-2012, DEUX DECISIONS : CLASSEMENT MONUMENT HISTORIQUE ET DEPLACEMENT DU CHALET LANG

C’est dans ce contexte de fortes pressions foncières, mais dans lequel se manifeste un intérêt accru pour l’histoire de la station, que la SCI Apopka dépose une demande de permis de démolir le chalet Lang et de permis de construire à son emplacement un chalet-hôtel de luxe de 2200 m2 de plancher, soit 13 fois la surface existante. Les deux permis sont délivrés le 4 octobre 2010. Alerté de la prochaine destruction du chalet, le Ministre de la culture et de la communication prend un arrêté de mise en instance de classement du chalet Lang le 28 janvier 2011, alors que la vente du chalet Lang au profit de la SCI Apopka venait d’être effective (pour une somme de onze millions d’euros, selon deux dépêches de l’AFP du 21 décembre 2013). L’inscription du chalet Lang au titre des Monuments historiques intervient alors (décision de la CRPS du 9 novembre 2011, puis arrêté du Préfet de la région Rhône-Alpes du 28 janvier 2012), suivie très rapidement de son classement au titre des Monuments historiques (commission nationale des Monuments historiques du 9 Janvier 2012).

Cependant, le maintien du chalet Lang à son emplacement initial s’est immédiatement posé, avec la question du démontage d’une telle construction et celle de son remontage dans un autre lieu de Courchevel. C’est ainsi que les décisions d’inscription et de classement ont été prises en connaissance d’un déplacement possible de la construction protégée. Le rapport présenté devant les membres de la commission nationale des Monuments historiques à l’occasion de l’examen de la demande de classement s’en est fait l’écho en soulignant l’intérêt d’examiner conjointement le remontage du chalet et la mise en place d’un centre de valorisation des savoir-faire en matière de stations de sports d’hiver, le chalet Lang pouvant constituer un élément majeur, voire emblématique, de ce projet : « La protection MH concernerait l’ensemble de la construction et de ses abords immédiats. Cependant les abords immédiats étant totalement bouleversés par rapport à la situation originelle de la construction, un déplacement serait à envisager pour transporter la construction dans son intégrité maximale. Le démontage devra être suivi immédiatement du remontage afin de préserver la logique constructive du chalet. Le choix du site est important. Les abords du site composé par le lac et l’hôtel Mercure et l’auditorium Gilles de La Rocque constituent un site particulièrement propice pour restituer le chalet dans un contexte de nature calme, hors de toute circulation automobile, au contact direct d’une piste de ski, tel qu’il était au début de la station. Le foncier est public, soit à la Commune, soit au Conseil général de la Savoie. Par cette implantation, le projet offrirait une valorisation culturelle évidente en lien avec la création d’un centre d’interprétation de la montagne transformée par les sports d’hiver et à proximité de ce centre d’animation dont la destination première repose sur la diffusion de la culture ». (Extrait du rapport présenté devant les membres de la commission nationale des Monuments historiques, première section, classement des immeubles, séance du 9 janvier 2012).

Cette option présente l’avantage d’offrir une issue crédible au projet de protection Monument historique. Émise dès les premières intentions de protection, elle repose sur un double constat : l’état de dégradation irrémédiable des abords du chalet Lang et l’importance des enjeux financiers attachés à la parcelle. Cette idée souleva quelques objections quant à la primauté de la doctrine des Monuments historiques sur les réalités territoriales. Mais le projet reçu les encouragements de plusieurs spécialistes de l’architecture de montagne, parmi lesquels Laurent CHAPPIS qui y voyait là une approche conservatoire à associer à une prospective en matière de développement et d’aménagement de la montagne. Imaginant un centre d’interprétation de la montagne enneigée, dans l’esprit des musées de plein air de Scandinavie, d’Europe centrale ou d’Alsace : à la fois musée et lieu d’études sur le développement de la montagne. C’est le sens du projet « Les hommes, la neige et le ski. Projet d’un Centre d’interprétation de la montagne skis aux pieds », proposé en septembre 2012 aux acteurs du projet de sauvegarde du chalet Lang.

Cependant, les services de l’État, la Commune et le propriétaire conviennent en 2012 d’une implantation hors de la station, en limite de l’altiport. Et cela après avoir renoncé à lancer un marché de définition destiné à préciser le projet de valorisation et identifier le lieu le plus approprié. Si le choix du terrain repose sur une opportunité foncière avec maîtrise communale, il présente plusieurs inconvénients : classé en zone inconstructible au PLU, une procédure de modification du plan d’urbanisme est rendue nécessaire et l’incertitude des délais ne permet pas de coupler dans le temps le démontage et le remontage du chalet ; les abords de la parcelle sont loin de présenter les qualités requises pour restituer l’édifice classé dans l’environnement paysagé espéré avec une implantation entre un hangar d’aviation et un garage pour engins de damage des pistes; placé à l’écart des parcours des visiteurs, le lieu offre peu de garanties pour répondre aux ambitions de valorisation attendues pour un édifice classé Monument historique, après remontage du chalet.

C’est donc en l’absence d’une sauvegarde pérenne que s’ouvre, en juin 2012, le chantier de construction de l’hôtel sur la partie amont de la parcelle du chalet Lang.

Vue intérieure de la salle commune, le coin repas, le coin séjour et les mobiliers, mars 2010

Vue intérieure de la salle commune, le coin repas, le coin séjour et les mobiliers, mars 2010. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2010 – ADAGP

LE DEMONTAGE DE LA CONSTRUCTION : LE CHANTIER ET LA SAUVEGARDE DU CHALET LANG

La responsabilité du démontage du chalet Lang a été confiée à Jacques REPIQUET, architecte, agissant pour le compte de la SCI Apopka (SCI Owens), propriétaire du chalet, chargée du démontage et du remontage du chalet Lang sur un terrain mis à disposition par la commune. Et in fine, suivant les engagements contractés par la SCI, le chalet Lang sera remis à la commune. Le chantier a démarré en mai 2013 et s’est achevé en octobre 2013. En accord avec la DRAC Rhône-Alpes (Ministère de la culture et de la communication), le service de l’Inventaire de la Région Rhône-Alpes a conduit une mission de suivi photographique des travaux (Eric DESSERT et Thierry LEROY, photographes) ; mission menée conjointement avec l’équipe architecture-paysage-montagne de l’ENSAG (École nationale supérieure d’architecture de Grenoble) qui a pu suivre le chantier et collecter des observations permettant un approfondissement des connaissances techniques et architecturales du chalet Lang.

Les travaux se déroulent dans l’ordre inverse du montage initial du chalet, 63 ans auparavant. Certains composants du second œuvre sont déposés intégralement, pièces par pièces, tandis que ceux du gros œuvre sont maintenus assemblés, sous forme d’éléments complets de la construction. Le chantier a été organisé en dix phases, mobilisant deux entreprises, l’une pour la charpente, la couverture et les menuiseries, l’autre pour la maçonnerie. La dépose de la partie bois s’est déroulée en huit phases, la partie béton en deux.

Chalet vu de l’aval du terrain aux premiers jours de son démontage (juin 2013) ; au premier plan, chantier de la première tranche du projet Apopka.

Chalet vu de l’aval du terrain aux premiers jours de son démontage (juin 2013) ; au premier plan, chantier de la première tranche du projet Apopka. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

DEPOSE DE LA PARTIE CHARPENTE

Le démontage des charpentes, couvertures et menuiseries a été assuré par l’entreprise Euro-Toiture (agréée Monument historique, Christophe GARIN charpentier) à Sainte-Hélène-sur-Isère (Savoie). Les travaux ont été menés sous la direction de Christophe SUZANNE charpentier chef du chantier, en accord avec les directives fixées par Sabine LEMOUEL, responsable du bureau d’études de l’entreprise. Placé sous le contrôle de la DRAC Rhône-Alpes, le travail a été conduit selon un protocole établi par la conservation régionale des monuments historiques. Toutes les pièces ont été démontées, numérotées, préparées en vue de leur conservation et de leur entreposage. Elles ont été emballées sous plastique ou dans des caisses en bois fabriquées pour assurer leur transport et leur stockage. Elles ont été répertoriées numériquement au fur et à mesure du démontage. In fine, toutes les pièces ont été déposées dans un hangar à Tournon (Savoie) mis à disposition par le maître d’ouvrage. Situé à 310 mètres d’altitude dans la vallée de l’Isère, soit 1500 mètres plus bas que Courchevel 1850, les conditions hygrothermiques sont maintenues identiques à celles de la station et sont contrôlées scrupuleusement par un système de télésurveillance.

Stockage des éléments de façade et de murs intérieurs entourés de leurs protections.

Stockage des éléments de façade et de murs intérieurs entourés de leurs protections. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Première phase : Démontage des mobiliers fixes (hotte de la cheminée, passe-plats, banquette fixe, lits fixes). Mise en place d’un échafaudage périphérique sur le pourtour de la construction.

Seconde phase : Dépose des menuiseries extérieures (fenêtres, contrevents, portes), du garde corps de la galerie et des menuiseries intérieures (portes de communication).

Détail d’un mur de façade au droit d’un pilier métallique : lambris de pin, liteau, panneau de paille compressée ("solomite") calé au plâtre.

Détail d’un mur de façade au droit d’un pilier métallique : lambris de pin, liteau, panneau de paille compressée (« solomite ») calé au plâtre. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Troisième phase : Étaiement de la structure, puis démontage des panneaux de façades et des cloisons par découpe des parois et des cloisons en « panneaux » comprenant l’ossature en épicéa, les planches de bardage en mélèze côté extérieur, les lames de lambris de pin coté intérieur et les deux épaisseurs de panneaux de solomite placés entre, ainsi que les morceaux de plâtre qui forment raccords pour combler les vides entre solomite et ossature. La découpe des panneaux est déterminée par l’ossature des menuiseries extérieures, imposant des panneaux de dimensions variables. Les réseaux d’électricité et de plomberie ont été sectionnés au droit du tracé de chaque panneau, mais les appareillages électriques (prises, interrupteurs, points lumineux, câbles et conduits) et sanitaires (lavabo, baignoire, cuvettes, robinetterie, tuyauterie) sont tous conservés, fixés aux murs.

Panneaux des façades et des murs intérieurs protégés par des films plastiques et une armature bois (formant des caisses), chargés sur les camions de transport.

Panneaux des façades et des murs intérieurs protégés par des films plastiques et une armature bois (formant des caisses), chargés sur les camions de transport. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Quatrième phase : Dépose de la couverture en tôles et des protections des souches des cheminées.

Dépose de la couverture et de l’étrave protégeant la souche de cheminée. La découpe au droit d’un portique (liteaux, étanchéité de toiture et volige) laisse voir le panneau supérieur de "solomite".

Dépose de la couverture et de l’étrave protégeant la souche de cheminée. La découpe au droit d’un portique (liteaux, étanchéité de toiture et volige) laisse voir le panneau supérieur de « solomite ». Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Cinquième phase : Découpe de la toiture en six « panneaux » comprenant les pannes sur lesquelles sont fixées en partie inférieure les lames de pin formant le plafond, en partie supérieure les panneaux de solomite sur lesquels prennent appui les planches de volige recouvertes de l’étanchéité de toiture surmontée de deux couches de liteaux croisés, supports des tôles de couverture. Les panneaux sont au nombre de quatre de même format en partie courante et deux en rives de toiture comprenant la dépassée. Leur découpe (volige, panneaux de solomite, panne, lambris) s’effectue au droit des portiques formant arbalétriers (pour que le trait de découpe des lambris de pin soit masqué dans la phase ultérieure de remontage). Afin de pouvoir lever puis transporter chaque panneau, un important travail d’étaiement est réalisé préalablement : en partie inférieure, deux poutres de bois lamellé collé (200×280 mm) sont placées sous la toiture avec interposition de traverses bois (50×200 mm) mises perpendiculairement aux lames des lambris du plafond ; les poutres prennent appui sur l’échafaudage de part et d’autre des façades gouttereaux. En partie supérieure, des traverses bois (50×200 mm) sont fixées perpendiculairement aux chevrons, associées à des contreventements (27x200mm) placés en biais. Tous les clous de fixation des pannes sur les arbalétriers sont récupérés avec soin. Cinq tiges filetées assurent la liaison des poutres en bois lamellé collé avec l’ensemble du panneau qui est alors levé, déposé sur camion puis transporté. Les portiques ayant été contreventés par des madriers de bois dès le début des opérations, tous les panneaux de toiture peuvent être démontés.

Sixième phase : Démontage des deux panneaux placés en façades des murs pignons.

Levage du dernier panneau de façade. Au premier plan, la rangée de poteaux métalliques, supports des arbalétriers.

Levage du dernier panneau de façade. Au premier plan, la rangée de poteaux métalliques, supports des arbalétriers. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Septième phase : Après extraction du clou de serrage du trait de Jupiter et démontage des boulons de fixation des platines supérieures des poteaux métalliques aux sous faces des arbalétriers, dépose des sept arbalétriers formant portiques, soit un ensemble de quatorze pièces.

Détail d’assemblage de la charpente : l’arbalétrier en deux pièces de chêne assemblées par trait de Jupiter, repose sur un pilier bois circulaire ; en plafond, lambris de pin fixé sur des liteaux (dans la salle commune).

Détail d’assemblage de la charpente : l’arbalétrier en deux pièces de chêne assemblées par trait de Jupiter, repose sur un pilier bois circulaire ; en plafond, lambris de pin fixé sur des liteaux (dans la salle commune). Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Huitième phase : Démontage des boulons de fixation des platines inférieures des poteaux métalliques à la dalle en béton armé, puis dépose et évacuation des vingt-et-un supports métalliques.

Dépose des arbalétriers et de leurs supports métalliques.

Dépose des arbalétriers et de leurs supports métalliques. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

DEPOSE DE LA PARTIE MAÇONNEE

La dépose de la partie maçonnerie a consisté à sauvegarder les poutres en béton armé formant l’ossature du portique et de la dalle: trois poutres dans le sens longitudinal (largeur 320mm, hauteur 500mm) et sept poutres dans le sens transversal dont la partie sud traitée en console pour le soutien de la galerie de l’étage. L’ensemble constitue le squelette porteur de la dalle coulée avec une épaisseur de 8 cm seulement. Préalablement, un échafaudage a été monté sous la partie aval de la structure maçonnée, permettant le sciage et assurant le soutien des éléments en béton, au fur et à mesure de l’avancement de la découpe de la structure en six pièces. Le chantier est conduit par l’entreprise de bâtiment GIBELLO (Les Marches, Savoie) chargée également de la construction de l’hôtel prévu en remplacement du chalet Lang. Un plan de sciage par disques au diamant (établi par le bureau d’études STEBAT, Albertville) prévoit deux périodes de travail : dépose de la partie aval de la dalle en appui sur le portique, puis dépose de la partie amont reposant sur le socle maçonné de l’entrée.

La découpe des structures béton (entreprise Alpes découpe béton, La Bathie, Savoie) est effectuée en deux phases :

Élément de l’ossature en béton armé (avec partie supérieure d’un des deux piliers) déposé au sol, en attente de chargement sur camion.

Élément de l’ossature en béton armé (avec partie supérieure d’un des deux piliers) déposé au sol, en attente de chargement sur camion. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Première phase : Dépose de douze dalles en béton armé, par sciage télécommandé réalisé au sol, au droit des poutres structurelles. Les dalles (256cm x 278cm) de 8cm d’épaisseur, trop fragiles, ne sont pas conservées. Les six dalles de la partie amont sont alors démolies sur place à la masse, limitant ainsi le sciage.

Découpe de la dalle pour dégager l’ossature en béton armé.

Découpe de la dalle pour dégager l’ossature en béton armé. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Seconde phase : Dépose de la poutraison en six éléments structurels, obtenus par sciage des poutres transversales et longitudinales et des deux piliers du portique à mi-hauteur ; dans la partie amont, les poutres sont dissociées des murs par sciage horizontal. L’escalier en béton est découpé en deux parties. Chaque élément est levé à la grue, puis déposé au sol, avant d’être chargé sur camions pour stockage dans les ateliers de l’entreprise GIBELLO à Chambéry. Le socle maçonné en pierres est démoli immédiatement après, le plan de démontage ne prévoyant pas sa préservation.

Levage d’un élément médian de l’ossature en béton armé, support de la dalle.

Levage d’un élément médian de l’ossature en béton armé, support de la dalle. Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

POURSUIVRE LA PROTECTION MONUMENT HISTORIQUE : OÙ ET COMMENT REMONTER LE CHALET LANG ?

Le remontage du chalet Lang dépend toujours d’une disponibilité foncière sur la station de Courchevel 1850. L’annulation du PLU par le Tribunal administratif de Grenoble, le 22 avril 2014, pourrait encore repousser de plusieurs années toute décision relative au lieu du remontage du chalet Lang. Il est certes satisfaisant que l’un des chalets les plus emblématiques de Courchevel 1850 soit conservé et que son remontage demeure possible sur le plan technique. Cependant, pour engager son remontage et sa mise en valeur – en accord avec les exigences attendues pour une construction protégée au titre des monuments historiques – étudier un projet d’ensemble relève d’une urgente actualité. En conjuguant ambitions culturelles, rayonnement de la station à l’échelle locale, régionale et internationale et volontés politiques, les réflexions et propositions devraient aider à déterminer une localisation adéquate pour le chalet Lang, de préférence au cœur de la station et non pas à ses abords. La décision de classement au titre des monuments historiques n’incite-t-elle pas à emprunter cette direction ?

Pièces en chêne composant les arbalétriers, stockées dans un hangar à Tournon (Savoie).

Pièces en chêne composant les arbalétriers, stockées dans un hangar à Tournon (Savoie). Thierry Leroy © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013 – ADAGP

Jean-François LYON-CAEN, architecte dplg, maître assistant à l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble (équipe de recherche architecture-paysage-montagne),

avec la collaboration d’Eric DESSERT, photographe au service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Rhône-Alpes

et de Jean-Jacques LYON-CAEN, architecte urbaniste, enseignant, école nationale supérieure d’architecture Paris La Villette

Annexes

chalet_lang_chronologieChronologie

 

 

chalet_lang_bibliographieBibliographie

 

 

Pour aller plus loin

Consulter le dossier complet de l’Inventaire général du patrimoine culturel.

Pour citer cet article

LYON-CAEN, Jean-François. « Projet de sauvegarde du chalet Lang à Courchevel 1850 », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 13 octobre 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2948>


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *