« Lycée de Tournon. Morts pour la Patrie » : Portrait d’Alfred-Mary Job, soldat de la Grande Guerre

La célébration du centenaire de la Guerre de 14-18 invite à porter un regard nouveau sur la commémoration des soldats morts pour la France, notamment sur certaines formes d’hommages plus intimes, liés au cadre restreint d’une communauté. Il en va ainsi d’un dessin accroché dans la bibliothèque historique du lycée Gabriel-Faure (Tournon-sur-Rhône, Ardèche), accompagnant une liste de noms de soldats tombés au champ d’honneur, disparus ou décédés des suites de leurs blessures, et unis par le seul fait d’avoir, à un moment de leur vie et à titres divers, fréquenté le lycée de Tournon. L’œuvre recèle quelques mystères, dont certains ont pu être percés à l’occasion de cette étude.

Jules Hudry. Lycée de Tournon. Morts pour la Patrie. Dessin (Tournon-sur-Rhône, lycée Gabriel-Faure) Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

Ill. 1. Jules Hudry, Lycée de Tournon. Morts pour la Patrie. Dessin (Tournon-sur-Rhône, lycée Gabriel-Faure). Photo Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2013

 

Le premier concerne l’encadrement, dont le caractère solennel retient l’attention. Relativement massif, il est composé d’une moulure dorée sur les pourtours intérieur et extérieur et surmonté d’un cartouche à volutes rentrantes, doré sur la bordure. Des guirlandes de feuilles de laurier (dans la partie inférieure) et de feuilles de chêne et laurier en couronne (dans la partie supérieure), entourent un écusson portant l’inscription  » 1914-19[…] « . Cette réserve ménagée pour insérer la date de fin du conflit laisse penser que le cadre pourrait avoir été réalisé auparavant. Pourtant, cette lacune surprend : le dessin est en effet daté du 11 novembre 1918, date de la fin des hostilités. Mais la liste comporte des noms de soldats décédés bien après la signature de l’armistice ; la date la plus tardive est celle du 23 août 1919. Faut-il y voir une forme de symbole, laissant penser que la paix n’est pas assurée tant que le traité n’a pas été signé (il le sera le 28 juin 1919 à Versailles) ? Ou bien est-ce la simple marque d’un inachèvement dont le dessin porte aussi la trace ?

Le second mystère concerne la provenance du tableau. On sait seulement, par le cartel doré fixé en bas du cadre, qu’il fut donné au lycée  » par un ancien élève  » ; il semblerait donc qu’il ait été conçu pour un usage privé. L’auteur est plus aisé à identifier, puisque le dessin est signé : il s’agit de Jules Hudry, professeur au lycée de Tournon1. Peut-on imaginer qu’il s’agisse d’un projet pour un monument dont ce dessin très achevé conserverait le souvenir ? A-t-il été réalisé en réponse à une demande particulière, celle-là même de cet ancien élève ? Le tableau est-il resté dans la famille de Hudry — il avait deux filles, nées en 1892 et 19002 — et a-t-il été donné par un de ses descendants qui aurait, lui aussi, fréquenté le lycée de Tournon ? Mais il pourrait tout aussi bien avoir été trouvé dans une cave, un grenier, ou acheté par un ancien élève pour être offert au lycée…

Enfin, la structure même de l’œuvre pose question. La multiplicité des supports, des marques d’inachèvement (des réserves laissées dans le dessin, des noms suivis d’une virgule mais dont la suite manque), rendent compte d’une élaboration si ce n’est progressive, à tout le moins diachronique. Le dessin, à la plume et encre noire, a en effet été réalisé sur une épaisse feuille de papier écru, sur laquelle a été collée la liste des morts (ill. 2). Découpée et chantournée dans sa partie supérieure, cette dernière évoque par sa forme un triptyque et confère à l’œuvre une dimension sacrale que vient corroborer l’iconographie. Des reprises à la plume sont visibles sur la partie supérieure du bord gauche ainsi que sur les marges de la liste des morts, dont les noms sont inscrits à l’encre noire, d’une écriture régulière et méticuleuse, entre deux lignes tracées au crayon, lequel est parfois visible sous le tracé des lettres et a également été utilisé pour la mise en place de la composition. Le type et la hauteur des caractères varient : en gras et plus hauts pour le patronyme, normal pour le prénom et le grade, en italique pour la date et le lieu du décès. On trouve une typographie similaire dans les rubriques nécrologiques des journaux, dans lesquelles la mention des noms des morts en majuscule et en gras est utilisée pour focaliser l’attention du lecteur3.

 

Ill. 2. Schéma de la composition et de la structure du dessin. Dess. A. Céréza

Ill. 2. Schéma de la composition et de la structure du dessin. Dess. A. Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

 

Dans cette présentation tripartite, un nom ressort particulièrement, celui d’Alfred-Mary Job. Plusieurs éléments soulignent son importance. Il est placé immédiatement sous l’image, et sur la même feuille, en position légèrement surhaussée par rapport aux autres noms de la liste alors que tous les autres noms se trouvent sur la feuille rapportée. Il est également le seul dont le métier dans le civil est indiqué : le fait qu’il ait été professeur au lycée de Tournon est mis en évidence tant par la graphie (les caractères sont plus grands) que par la position sur la page, en haut et au centre de la liste, et placé immédiatement sous la représentation du soldat. On ne peut donc écarter l’hypothèse qu’il s’agisse là d’un portrait d’Alfred-Mary Job. Un seul détail pourrait l’infirmer, le fait qu’il porte un casque à l’insigne de l’infanterie — une grenade explosant surmontée d’une flamme —, alors que Job avait été incorporé dans un bataillon des chasseurs, dont le casque porte l’insigne du cor de chasse (ill. 3).

Casques Adrian, 1915. A gauche : casque de l'infanterie ; à droite : casque des chasseurs à pieds
Ill. 3. Casques Adrian, 1915. A gauche : casque de l’infanterie ; à droite : casque des chasseurs à pieds. Phot. © Galerie de Chartres

Mais son uniforme est bien celui des chasseurs à pieds (ill. 4.). Ce corps de fantassins, créé en 1836 par Ferdinand-Philippe d’Orléans pour expérimenter de nouvelles tactiques d’infanterie légère, était en effet équipé d’une tenue plus commode et légère que celle de l’infanterie de ligne. La couleur bleue qui la caractérise est adoptée dès 1837 : peu discernable par l’ennemi, elle sera la première tenue camouflée de l’armée française. A l’entrée en campagne en 1914, elle a relativement peu changé : bleu foncé avec passepoils et galons jonquille, épaulettes vertes et boutons argentés frappés du cor, le pantalon pris dans des jambières en cuir noir. Elle est pourtant modifiée en août 1915, pour s’adapter aux nouvelles conditions de combat. Désormais bleu clair, elle est constituée d’une capote à boutonnage croisé qui protège davantage les soldats, de longues bandes molletières remplaçant les guêtres en cuir, et d’un casque métallique4 à la place du képi5.

Ill. 3. Chasseur du 8e bataillon de chasseurs à pied. Phot. E. Gambier et P. Segrette © musée de l'Armée (dist. RMN-Grand Palais)

Ill. 4. Chasseur du 8e bataillon de chasseurs à pieds. Phot. E. Gambier et P. Segrette © musée de l’Armée

Il est donc fort possible que Hudry, collègue d’Alfred-Mary Job au lycée de Tournon, ait voulu ici le représenter. L’allure du soldat, l’expression de son visage, tête haute et regard fier, semblent bien traduire son caractère, cette  » tranquille audace « , cette  » paisible énergie  » évoqués dans sa nécrologie, même si cette vision héroïsée du soldat relève aussi de schémas de représentation traditionnels. On connaît en effet l’homme et son parcours grâce à l’article que lui consacre le Journal de Tournon le 7 octobre 1917, lequel occupe, fait exceptionnel, la totalité des pages du périodique6, la position sociale du mort influant sans doute sur l’ampleur de l’hommage qui lui est rendu. Le directeur et principal rédacteur du journal, Joseph Parnin (1864-1935), est aussi le proviseur du lycée de Tournon. Professeur de lettres renommé, apprécié des lycéens, Parnin est une personnalité éminente dans le Tournon des premières décennies du 20e siècle ; membre de la Société archéologique, historique et géographique de la Drôme à partir de 1923, il a été le maître de Gabriel Faure7 ; à son décès, des articles lui seront consacrées dans le Journal de Tournon (25.10.1935), le Journal de Privas (08.08.1936) et dans le journal Le Temps (Paris, 11.08.1936). La nécrologie d’Alfred Job qu’il rédige pour son journal, est en fait la transcription d’un discours qu’il a prononcé au lycée en hommage à ce professeur tombé au champ d’honneur ; elle est également nourrie de la correspondance échangée par les deux hommes entre 1915 à 1917. Job a par ailleurs laissé un  » journal de guerre  » intitulé Notes d’un chasseur à pied (1915-1917), qui sera publié à titre posthume, en 1922, par Henri Hauvette (1865-1935) avec la collaboration de Parnin et Thomas, tous deux professeurs du lycée de Tournon8. Romaniste, italianiste et spécialiste de littérature comparée, Hauvette fut sans doute le professeur de Job à l’université de Grenoble (où il fut titulaire de cette chaire jusqu’en 1903), ou bien à la Sorbonne. Né en 1884, Alfred-Mary Job enseigne en effet l’italien au lycée de Tournon jusqu’en 1915, date à laquelle il s’engage comme simple soldat et rejoint le 20e bataillon des chasseurs à pieds9. Sa bravoure et son aptitude à commander le font rapidement intégrer Saint-Cyr, début 1916. Il en sort avec le grade de sous-lieutenant au 16e bataillon de chasseurs. Ayant rejoint le front de l’est en avril 1917, il meurt dans la Meuse, à Beaumont, le 21 août 1917, tué par un éclat d’obus10.

Le Journal de Tournon fait un récit très précis de ses trois années de combats, parsemées d’actes de bravoure, sur un mode commun à l’ensemble de la presse nationale, dans laquelle se sont tôt mises en place ces formes d’hommages populaires et publics aux morts de la guerre, qui trouveront leur expression la plus pérenne, après la fin du conflit, dans l’érection de monuments sur l’ensemble du territoire. Exprimant de façon lyrique ou mélodramatique le deuil des familles et le caractère héroïque des soldats, les journaux mettent en avant de façon récurrente leur courage et la gloire de leur sacrifice. Les faits d’armes y sont toujours exaltés et les éléments descriptifs utilisés — postures hiératiques, ports altiers, visages stoïques — seront par la suite traités à l’identique par les sculpteurs11.

La nécrologie d’Alfred Job n’échappe pas à cette règle : le caractère emphatique de l’éloge funèbre vise à inscrire le héros dans le registre de la sainteté, dont la symbolique sous-tend la représentation dans le dessin du lycée de Tournon. La solennité s’y exprime dans la symétrie : l’opposition entre horreurs de la guerre et vertus de la paix, acquise par le sacrifice du soldat victorieux, est marquée par une construction rigoureuse de la composition, inscrite dans des lignes géométriques simples et fortes : deux carrés coupés chacun par deux diagonales (voir schéma, ill. 4). La liste des morts est répartie sur trois colonnes de largeur égale, dont la régularité abrupte est adoucie par un motif de guirlande dont les éléments varient au fil de ses courbes. A gauche des roses, fleurs à la forte charge symbolique, évoquant non seulement l’insouciance des soldats partant au combat, leur ardeur et leur enthousiasme —  » la fleur au fusil  » —, mais aussi la plus grande partie des forces vives de la nation fauchée  » dans la fleur de l’âge « , les thèmes ronsardiens de la fragilité de la vie humaine et son caractère éphémère, les épines de roses renvoyant au fil de fer barbelé représenté sur le côté droit de la guirlande. La rose est encore celle du sacrifice, rose mariale dont le rouge est couleur du sang du Christ. Rose de Picardie enfin, lieu emblématique du front et des combats les plus meurtriers, où Job a combattu avant de devenir officier, et associée dès 1916 aux orphelins et veuves de guerre12. Au milieu de la guirlande, feuilles de chêne et de laurier, symboles traditionnels des monuments aux morts attachés aux vertus civiles et militaires : gloire et héroïsme, force et puissance, victoire et éternité, justice et liberté.

Ill. 4. Schéma de la composition, détail. Dess. A. Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

Ill. 5. Schéma de la composition, détail. Dess. A. Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2014

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Dans la partie supérieure du tableau sont représentés quatre personnages, réels ou allégoriques (ill. 5). Au sommet de cette pyramide se tient le fantassin, portant un drapeau et un fusil à baïonnette dont la crosse écrase le corps d’un aigle renversé, symbole de l’Allemagne et des empires vaincus, dont les couronnes gisent à terre à côté de casques à pointe. L’Alsace et la Lorraine, agenouillées et enlacées, tendent la main à la France, assise, sur laquelle semble veiller le soldat. Vêtues de leur costume traditionnel, l’une exprime l’affliction tandis que l’autre lève vers le ciel un regard porteur d’espérances nouvelles. La figure de la France s’écarte quant à elle des représentations allégoriques traditionnelles. Plus que le triomphe de la victoire, elle exprime, tant par son regard que par son attitude la douceur d’une Vierge consolatrice, qu’évoque le manteau dont elle est drapée — lequel est aussi voile de la veuve13. Le vêtement qu’elle porte est celui d’une paysanne, la rendant par ce détail réaliste plus intimement liée au peuple et plus représentative de ce dernier, la population française étant encore à cette période essentiellement rurale, ce que vient souligner le paysan à la charrue de l’arrière-plan, figure récurrente dans l’imagerie de la reconstruction. Par métonymie, ce vêtement renvoie à une figure mythique de l’histoire de France, Jeanne d’Arc, si souvent représentée dans l’imagerie populaire en jeune paysanne lorraine (ill. 65).

 

Ill. 4. Jeanne d'Arc vouant ses armes à la Vierge, par Laure de Chatillon, 1869 (musée national du Château de Compiègne)

Ill. 6.  Jeanne d’Arc vouant ses armes à la Vierge, par Laure de Chatillon, 1869 (musée national du Château de Compiègne) © Phot. sofi01

Jeanne est en effet devenue, depuis Michelet14, et plus encore après la guerre de 1870, l’incarnation héroïque du peuple français autour de laquelle s’est cristallisé le sentiment national et patriotique, dont le soldat, drapeau en main, apparaît ici, par effet de dédoublement, comme le versant masculin et profane. Regard tendu vers l’horizon, expression fière, en lui se résument les vertus du héros, qui sont celles de tout soldat ayant donné sa vie pour son pays : courage, fermeté, conviction. Sa position avancée par rapport au groupe des femmes, la crosse du fusil écrasant l’ennemi vaincu le désignent comme défenseur de la patrie. Mais l’imagerie religieuse affleure ici encore : sous l’aigle renversé, figure symbolique relativement rare dans l’iconographie des monuments de la Guerre de 14, perce le dragon terrassé par l’archange Michel15.

paysages fusion

Ill. 7. Cartes postales, 1917. A gauche : Bergues, par Paul Castelnau ; à droite :  Chaulnes, Les arbres du château, par Fernand Cuville  © Ministère de la culture et de la communication, Médiathèque du patrimoine

 

Ces quatre personnages, aux volumes fermement dessinés, se détachent sur un fond de paysages symétriques et opposés, aux lignes plus floues, dont la bipartition se retrouvera sur les affiches en faveur de la Reconstruction (ill. 7, 8 et 9). A leur droite, un champ de bataille aux terres dévastées, creusé de trous d’obus et de tranchées où s’abritent des soldats, et un village aux bâtiments en ruine, au-dessus duquel se lit la date de 1914 tracée en réserve dans un ciel d’orage. A leur gauche, un paisible paysage rural fait de champs de blé où laboure un paysan et paît le bétail, derrière lesquels se détachent un village et une église au pied de collines évoquant la  » ligne bleue des Vosges  » reconquises. Un soleil rayonnant surmonte cette partie de la composition, au-dessus duquel est tracée en réserve la date 1918.

Affiches pour l'emprunt de 1920

Ill. 8. Affiches pour l’emprunt de 1920 : à gauche, lithographie par Constant-Léon Duval ; à droite, lithographie par Alfonse Lelong © Archives of Library of Congress

 

Ill. 8. Souscrivez tous !, affiche pour l'emprunt de 1920, lithogr. par Hazan

Ill. 9. Souscrivez tous !, affiche pour l’emprunt de 1920, lithogr. par Hazan © Archives of Library of Congress

 

Cette alliance entre réalisme de la représentation et surcharge symbolique constitue en quelque sorte la transcription graphique des figures rhétoriques qu’égrène l’hommage rendu par Parnin à Job dans le Journal de Tournon, qui culmine en apothéose du guerrier :  » Non mon ami, vous ne vous trompiez pas quand sur le seuil du nouvel an vous nous annonciez votre retour en octobre. Nous vous sentons plus que jamais, en ce jour, au milieu de nous. Oui, nous vous retrouvons tel que nous vous avons aimé, mais nous dominant de si haut que nous vous invoquons comme un des saints de la patrie. Redevenez le guide et le maître de ces enfants, inspirez leur votre grande âme. Répandez sur nous votre esprit de force et de douceur « .

Monuments Tournon

Ill. 10. A gauche : monument aux morts du lycée Gabriel-Faure, cour d’honneur, Tournon-sur-Rhône. Photo C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012. A droite : Paul Tournon, Antoine Sartorio : monument aux morts de Tournon-sur-Rhône, 1922. Photo Raymond Sénèque © Memorial-genweb.org

La mort d’Alfred-Mary Job a dû marquer notablement la communauté enseignante et lycéenne. Si son nom apparaît naturellement sur les deux autres monuments aux morts que l’on recense dans Tournon : l’un commandé par la Ville à l’architecte Paul Tournon (1881-1964) et au sculpteur Antoine Sartorio  (1885-1988) (ill. 10, à droite) scellé en 1922 dans le mur de la terrasse du château16, l’autre érigé dans la cour d’honneur du lycée, (ill. 10, à gauche), dont la forme singulière évoque une table d’autel surmontée d’une plaque commémorative des morts, où le nom de Job apparaît également en premier, et portant sur sa tranche une épitaphe rédigée par Parnin.

Joseph Parnin aura donc joué un rôle particulièrement important dans cette série de commémorations liées aux morts de lycée, puisqu’il organise un nouvel hommage lors de la distribution des prix de juillet 1919, et prononce un discours publié l’année suivante17. Il y met en évidence les liens qui unissent maîtres et élèves dans le sentiment d’appartenance à une communauté soudée par le sentiment patriotique. La forte symbolique républicaine associée à la profession d’enseignant explique sans doute cette forme singulière d’hommage qui leur est rendu au sein même des établissements, lesquels comptent presque autant de monuments commémoratifs que les communes18.

Mais on relève aussi le nom d’Alfred-Mary Job sur d’autres monuments, dans d’autres régions de France. Mort le 21 août 1917 à Beaumont-en-Verdunois (Meuse), il fut inhumé au sud de Verdun dans le cimetière de Bévaux, où son nom est inscrit sur une croix. Il est possible cependant que son corps ait été rendu à sa famille, comme ce fut le cas pour de nombreux officiers19. Est-ce la raison pour laquelle son nom est également porté sur deux monuments aux morts de Châteauneuf-sur-Cher ? Par le Journal de Tournon, l’on sait en effet que sa femme et sa fille s’étaient installées dans le Berry après le départ de Job pour l’armée, en 1915, lequel était par ailleurs né à Éguzon, dans l’Indre, le 30 octobre 1884. C’est ainsi que l’on retrouve son nom gravé à la fois sur le monument municipal et sur une stèle commémorative à l’intérieur de la basilique Notre-Dame-des-Enfants, dans la chapelle dédiée à Jeanne d’Arc (ill. 11).

Monuments Châteauneuf

Ill. 11. Châteauneuf-sur-Cher. Monument aux morts, Phot. F. Curtil, 2008 © Memorial-genweb.org, et
Chapelle Jeanne d’Arc, basilique Notre-Dame-des-Enfants, Phot. J.-P. Budin, 2011 © Memorial-genweb.org

A côté de la statuaire publique et des plaques commémoratives monumentales, le tableau de Tournon relève, on l’a dit, d’une démarche plus intimiste, de par ses dimensions et sa destination. Mais tout comme eux, il témoigne de l’inscription douloureuse de chaque membre de la communauté dans une histoire collective marquée par l’expérience traumatisante de la dévastation du territoire national et l’ampleur sans précédent des pertes humaines. Porteur d’une émotion liée au deuil et à la perte d’êtres chers, et de la croyance dans les valeurs fondatrices de la République (défense de la patrie en danger et de l’unité nationale, victoire sur la barbarie qu’engendrent les horreurs de la guerre), il est aussi imprégné d’un fort sentiment religieux, que diffusent certains éléments de la représentation.

 Catherine Guégan, Conservateur en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

 

Pour aller plus loin :

Fragments d’histoire(e). L’Ardèche dans la Grande Guerre, cat. exp. Privas, Archives départementales de l’Ardèche, 2014

GUIBAUD Caroline. « La cloche Jeanne d’Arc de l’église de Verrières-en-Forez (Loire) : un monument caché pour les morts de la Première Guerre mondiale », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 25 août 2014. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2900>

http://centenaire.org/fr/la-mission/la-mission-du-centenaire

http://www.culture.fr/Genealogie/Grand-Memorial/Retrouver-une-sepulture-ou-un-monument-aux-morts

http://memorial-genweb.org

In-Situ, 25 | 2014 : Le patrimoine de la Grande Guerre, URL : http://insitu.revues.org/11326

 

Pour citer cet article

GUEGAN, Catherine. «  Lycée de Tournon. Morts pour la Patrie : Portrait d’Alfred-Mary Job, soldat de la Grande Guerre « .  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 16 janvier 2015. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/3103>

 

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. AD Ardèche, Registre de recensement, 1911, p.117. Né en 1869 à Leschaux, il réside en 1911 au 7 rue des Jardins à Tournon []
  2. AD Ardèche, Ibid. []
  3. Voir Beauhaire, Matthieu. Les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale dans le département de l’Essonne, mémoire de master d’histoire contemporaine, Université Évry-Val d’Essonne, 2006-2007, p.63 []
  4. Conçu par Louis Adrian, sous-directeur de l’Intendance au Ministère de la Guerre, le prototype est réalisé par la firme Japy. Présenté à Joffre le 13 avril 1915, il est adopté le 21 mai suivant et aussitôt distribué à toute l’armée française ((Source : http://www.musee-armee.fr/collections/base-de-donnees-des-collections/objet/casque-adrian-modele-1915-de-lintendant-general-louis-adrian.html []
  5. Source : www.bleujonquille.fr\tenue.html, site de la Fédération nationale des Chasseurs []
  6. Le Journal de Tournon, créé en 1853, contenait initialement des annonces judiciaires et avis divers. Avec l’avènement de la IIIe République, le journal racheté devient politique, républicain et démocrate. Les articles militent pour la démocratie, la laïcité, l’égalité et soutient les candidats de la gauche républicaine à chaque élection locale (source : http://www.memoireetactualite.org/fr/presse_notice.php?name=Le+Journal+de+Tournon) []
  7. Voir Pize, Louis, Un grand humaniste vivarois : Joseph Parnin, Largentière : Humbert, 1964 ; extr. de la Revue du Vivarais, 1964, n°598 []
  8. Notes d’un chasseur à pied (1915-1917), publiées avec une notice et des discours sur l’auteur, par M. Hauvette, professeur à l’Université de Paris ; MM. J. Parnin et F. Thomas, professeurs agrégés au lycée de Tournon. Toulouse : imp. et libr. Edouard Privat, 1922 []
  9. Journal de Tournon, 17 oct. 1917, p.1 []
  10. Ramscapelle. Le 16e bataillon de Chasseurs à pieds. 1er août 1914 – 11 novembre 1918. Saint-Avold : Fr. Dary impr., s.d., liste nominative des gradés et chasseurs tombés au champ d’honneur, p. 54 []
  11. Beauhaire, M., 2006-2007, p. 62-63 []
  12. Composée à cette date pour un auditoire britannique, la chanson éponyme, bien qu’elle ne parle nullement de la guerre, y est très vite associée, et devient un succès populaire en France dès 1918 ; source : http://www.encyclopedie.picardie.fr/Roses-de-Picardie.html []
  13. Voir Dupuis, Claude,  » Des monuments aux morts entre laïcité et ferveur religieuse : un patrimoine hors-la-loi ? « , In-Situ, 25 | 2014 : Le patrimoine de la Grande Guerre, URL : http://insitu.revues.org/11326, p . 22-23 :  » Il faut rappeler que sur le territoire national, d’autres monuments font aussi allusion à des thèmes ou personnages religieux, même si de prime abord, l’iconographie religieuse semble absente : c’est sans doute le cas de celui d’Ibos (Hautes-Pyrénées), inauguré le 11 septembre 1921, qui présente en son centre la figure d’une femme en costume régional et coiffée du capulet bigourdan. L’attitude figée de la jeune veuve mais surtout ses mains croisées rappellent (…) la posture de Bernadette Soubirous, comme sur les photographies éditées par Billard et Perrin dès 1863 []
  14. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythes_de_Jeanne_d%27Arc []
  15. Peu de monuments aux morts, dont le recensement typologique et iconographique s’est intensifié ces dernières années, présentent une telle iconographie : on peut citer celui de Vincennes (détruit, maquette à l’hôtel de Ville de Vincennes), étudié par Véronique Belle ( » Les Monuments aux morts de la guerre de 1870 et 1914 dans le Val de Marne « , Clio 94, n° 17, 1999, p. 145-158) où cohabitent l’aigle écrasé et la figure de la France placée dans une position inférieure à celle du soldat []
  16. http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=07324&pays=France&dpt=07&idsource=21427&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0; on notera que le nom de Job, pourtant bien gravé dans la 3e colonne de noms, n’a pas été relevé dans la liste établie en 2004 []
  17. In memoria, discours prononcé le 12 juillet 1919 à la distribution des prix du lycée de Tournon sur les anciens élèves tombés pour la France, Tournon : impr. Eug. Vieux, 1920 []
  18. Voir Beauhaire, M., 2006-2007, p.61 []
  19. comm. écrite de M. Stéphane Gervais pour Memorial-GenWeb, 15.11.2014 []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *