Quand les archives s’installent au couvent. La restructuration de l’ancien couvent des carmes déchaussés de Lyon (1911)

Ill. 1. Vue d'ensemble des archives départementales du Rhône. (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP)

Ill. 1. Vue d’ensemble des archives départementales du Rhône. (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP)

En septembre 2014, le nouveau bâtiment des Archives départementales du Rhône construit par Bruno Dumetier a ouvert au public. Il réunit les deux sections des archives modernes et des archives anciennes jusque-là dissociées sur deux sites, celui de la rue Servient, implanté dans une ancienne usine textile et celui du chemin de Montauban, aménagé dans les locaux d’un ancien couvent de carmes déchaussés. À cette occasion, les deux bâtiments désaffectés ont fait l’objet d’une étude d’inventaire. Les archives occupaient depuis 1910 le couvent des carmes déchaussés, acquis par le Département du Rhône dans le cadre des mesures anti-congréganistes et entièrement restructuré par l’architecte Louis Rogniat entre 1907 et 1911. Le déménagement des archives met donc fin à une parenthèse d’une centaine d’années, qui représente la plus longue et la plus importante mutation de cet ancien couvent successivement utilisé comme caserne, maison de détention et établissement scolaire. Les aménagements conduits par Louis Rogniat ont profondément mutilé les bâtiments anciens, avec la démolition de l’église conventuelle, la suppression d’une grande partie des structures intérieures et le remaniement complet des façades. Ils ont cependant un caractère remarquable et novateur dans l’histoire de l’architecture des archives, et méritent d’être replacés dans un contexte particulier. Aussi, cet article s’intéressera spécifiquement à l’aménagement archivistique dont les dispositions sont vouées à disparaître car elles ne peuvent pas se prêter à un autre usage, contrairement aux vestiges de l’ancien couvent  (cloître, salles voûtées, escaliers, cheminée, fontaines) qui doivent être préservés dans le cadre de la transformation prévue du site en établissement scolaire.

Aux sources du projet

L’installation des Archives départementales du Rhône est loin de représenter la première mutation de l’ancien couvent des carmes déchaussés. Ce couvent a été fondé en 1619 par l’ordre de moines mendiants issu de la réforme du Carmel, appelés carmes déchaussés ou carmes déchaux car leur règle prescrivait de marcher pieds nus dans des sandales. Les bâtiments imposants qui dominent le défilé de la Saône ont été édifiés entre 1622 et 1730. Après la Révolution française, le couvent sert à plusieurs reprises de maison de détention et de caserne, avant d’être racheté en 1859 par les carmes déchaux. Les bâtiments retrouvent alors, pour une trentaine d’années, une fonction conventuelle et connaissent des travaux de réhabilitation et de modernisation supervisés par l’architecte Pierre-Marie Bossan.

En septembre 1870, la chute du Second Empire met un coup d’arrêt à cette tentative de restauration religieuse. La municipalité républicaine dirigée par Jacques-Louis Hénon décide la mise sous séquestre des biens des congrégations. Le couvent est brièvement occupé par une quarantaine de soldats volontaires appartenant au corps franc confié au général Garibaldi par le Comité de salut public lyonnais, qui commettent des violences et des dégradations dans l’église. Le maire d’arrondissement rapporte d’après ouï-dire que « on dévasterait tout et les moines seraient enfermés sans aliments1 ». Dès lors, les carmes paraissent désireux de quitter leur couvent « pour se créer ailleurs, et dans un lieu plus solitaire, une retraite qu’une nouvelle révolution ne viendra plus souiller ou saccager2 ».

Or, en 1873, le préfet institue une Commission des bibliothèques et archives afin de rechercher un nouveau local pour les archives départementales et municipales, jusque-là logées dans les combles de l’Hôtel de ville. L’administration était sous le choc de la destruction complète des archives parisiennes dans l’incendie de l’Hôtel de ville le 24 mai 1871, pendant la Commune de Paris. Deux personnalités culturelles lyonnaises, l’architecte Léon Charvet et l’érudit Léopold Niepce, président de la commission des bibliothèques et archives, proposent d’établir les archives au couvent des carmes déchaussés. Ils suggèrent d’établir les archives proprement dites dans les étages des trois corps de bâtiments disposés en T à l’ouest de l’ensemble (l’aile sud du cloître, le réfectoire et les cuisines). Les vastes espaces disponibles en rez-de-chaussée permettraient la création d’un musée historique de la ville, comparable au musée Carnavalet.

Ill. 2. Esquisse pour un projet d'installation des archives dans le monastère des carmes déchaussés / Léon Charvet. 1874 (© AD Rhône, 3 Pl. 534 a et b - Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

Ill. 2. Esquisse pour un projet d’installation des archives dans le monastère des carmes déchaussés / Léon Charvet. 1874 (© Archives départementales du Rhône, 3 Pl. 534 a-b – Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

Mais ce projet n’emporte pas l’adhésion des conseillers généraux, qui commencent par proposer aux carmes une offre d’acquisition représentant la moitié de leurs prétentions, et finissent par adopter un vote défavorable à l’acquisition du couvent le 11 février 1876. Au fil de la stabilisation administrative de la Troisième République, le projet s’oriente peu à peu vers la séparation des archives départementales et municipales, de même que l’administration municipale s’autonomise de la tutelle préfectorale. En 1879, lorsque la construction du nouvel Hôtel de préfecture est décidée, un local pour les archives départementales est prévu à l’arrière de la Préfecture, sur la rue Pierre Corneille.

Le projet refait surface en 1904, à la faveur de l’expulsion des carmes déchaussés et de la liquidation de leurs propriétés. Dès les débuts de la Troisième République, les carmes déchaussés sont touchés par les mesures prises contre les congrégations religieuses qui se sont reconstituées sans autorisation officielle après la Révolution française. La communauté de Lyon est dispersée en 1880, mais les religieux restent propriétaires des bâtiments. Ils se retirent dans l’aile des cuisines et transforment le reste du couvent en établissement scolaire. Après le vote de la loi du 1er juillet 1901 qui fixe le régime légal des congrégations religieuses, les congrégations non autorisées sont déclarées illicites et leurs biens sont mis en liquidation judiciaire. Les carmes déchaussés se réfugient au couvent de Mons en Belgique, et leur couvent est mis en vente par autorité de justice en décembre 1904.

C’est l’archiviste départemental, Georges Guigue, qui attire l’attention du Préfet sur cette opportunité par une note non datée, courant décembre 1904. Après avoir rappelé l’encombrement de son local et les difficultés qui s’opposent à la création d’un nouveau dépôt, il présente la « solution que je n’oserais vous proposer s’il ne se présentait ces jours-ci une occasion exceptionnelle, la mise en vente au prix de 40.000 F de l’ancien claustral des carmes déchaussés3 ». Il réactive ainsi le projet abandonné en 1875, auquel son père et prédécesseur, Marie Claude Guigue, avait été associé.

Quelles archives pour les carmes ?

Le Département du Rhône se rend acquéreur du couvent le 13 mai 1905, mais la genèse du projet d’aménagement est difficile. Deux années s’écoulent entre l’acquisition du couvent et la validation du projet architectural, pendant lesquels un vif débat oppose deux conceptions du projet : un projet minimaliste consistant à utiliser le couvent comme dépôt annexe pour les archives intermédiaires, et un projet maximaliste prévoyant la restructuration fondamentale des locaux pour y transférer l’ensemble du service.

Depuis plusieurs années, l’archiviste avait demandé à disposer d’un dépôt pour le stockage des archives intermédiaires, documents administratifs modernes destinés à l’élimination à moyen terme. En décembre 1904, le Conseil général vote d’abord l’acquisition du couvent dans l’objectif d’y installer un dépôt annexe. Une commission spéciale composée de trois conseillers généraux est nommée pour étudier le projet avec l’architecte départemental et l’archiviste. Après un premier examen des bâtiments et des aménagements nécessaires, elle décide au contraire d’y transférer l’ensemble des archives départementales le 25 août 1905.

Cette volte-face suscite la mobilisation des lecteurs, phénomène assez rare dans les chantiers de cette époque. Elle se traduit par l’organisation d’une campagne de presse qui semble essentiellement portée par un chercheur, l’abbé Émile Longin, historien de Villefranche et du Beaujolais. Elle s’exprime dans une série de cinq lettres anonymes, probablement toutes de la main d’Émile Longin, publiées dans les journaux lyonnais en août et septembre 1905 sous la signature d’ « un électeur », « un habitué des archives » ou « un contribuable ». En 1906, pendant l’élaboration des avant-projets, ces libelles sont publiés en recueil4 . L’introduction du recueil est également publiée sous la forme d’une feuille volante imprimée, diffusée en avril 1907 au moment de la séance qui valide le projet définitif5 . En 1906, l’abbé Longin adresse au ministre de l’Instruction publique la seule lettre signée de son nom, dans laquelle il déroule le même argumentaire6 .

Selon ces lettres anonymes, le bâtiment des carmes ne convient en rien à sa destination : il est très isolé, d’accès difficile pour les chercheurs avec sa rampe piétonne et ses 236 marches, éloigné des forces de secours, et nécessite des travaux de restauration radicaux et coûteux pour pouvoir accueillir les archives. Au contraire, il suffirait de quelques menus travaux pour en faire un dépôt d’archives intermédiaires. En revanche, le local existant à la Préfecture suffit parfaitement à la conservation des précieuses archives historiques, bénéficie d’une surveillance permanente et donne pleinement satisfaction aux lecteurs par sa situation centrale. Cet argument est relayé en séance publique par Antonin Gourju, qui demande sans détours qu’on exile aux carmes déchaussés « la sacro-sainte paperasse qui envahit les archives comme elle envahit tout. …. Que la paperasse soit logée loin, très loin, cela a peu d’importance à nos yeux et si par hasard de loin en loin un incendie y faisait des coupes sombres nous n’aurions qu’à nous féliciter de ce sinistre7 ».

L’emplacement du futur dépôt est au cœur du débat. Là où l’abbé Longin voit le couvent des carmes déchaussés comme un « coin perdu » situé « à l’écart, comme en dehors de la ville », Georges Guigue au contraire le décrit comme « situé exactement au-dessus de la gare Saint-Paul, c’est-à-dire au centre de Lyon, à cinq minutes de la place des Terreaux ». En 1877, à l’inverse, la proposition d’implanter les archives et la Préfecture sur la rive gauche du Rhône « dans les lointaines solitudes des terrains vagues, à l’extrémité de la Guillotière » avait suscité la fureur de Léopold Niepce8 . Au-delà des oppositions personnelles, il y a là un basculement dans la perception du centre de gravité de la ville, avec l’opposition du vieux Lyon des collines et de la ville moderne de la plaine. D’un côté, on considère le couvent des carmes comme un site pittoresque, favorable à la méditation du passé et à la compréhension du site urbain qu’il domine, et relevant pleinement de l’identité de la ville des deux collines : « Quant à proscrire un emplacement parce qu’il faut gravir un bout de côte pour s’y rendre, c’est le fait de Lyonnais dégénérés9 ». Mais le développement du réseau de tramways, à partir de 1879, a profondément modifié la perception des distances, qui ne se calculent plus nécessairement à pied. Les usagers exigent d’un dépôt d’archives qu’il soit accessible en transports en commun comme l’est le dépôt de la Préfecture, « à la portée d’une foule de tramways qui s’y rendent dans toutes les directions de la ville », et accessible aux personnes à mobilité réduite, en l’occurrence aux « infirmes, les hommes âgés qui sont en nombre, hélas ! parmi les chercheurs ». Pour les défenseurs du projet, l’isolement du dépôt est un avantage, car « aucune construction particulière ne peut être juxtaposée, c’est-à-dire que tout danger d’incendie peut être écarté et que s’il fallait même prévoir quelque coup de force la position même serait une défense10 ». Les archives se pensent sur le modèle de la forteresse, et la position isolée et dominante du couvent des carmes l’a toujours prédisposé à abriter des lieux d’enfermement et de contrôle, qu’il soit monastique, carcéral ou scolaire.

La protection des archives contre l’incendie fait l’objet d’un débat en séance publique le 13 avril 1907 : inspirés par les écrits d’Émile Longin, Antonin Gourju s’inquiète de l’éloignement des casernes de sapeurs-pompiers, et Paul Duquaire souligne que les bâtiments sont exposés au vent et que le feu s’y propagera rapidement. Le préfet et le rapporteur de la commission des archives défendent au contraire une approche préventive : « Il importe beaucoup plus pour nous de prendre toutes les garanties contre les dangers d’incendie, de réunir tous les moyens préventifs possible que d’attendre les secours d’une pompe à incendie ». Ce dispositif préventif repose sur deux points : la construction ignifuge, tout en fer et en pierre et excluant le bois, et l’isolement hermétique des dépôts d’archives par rapport aux espaces de vie et de travail. En excluant toute source potentielle d’incendie des dépôts, qui ne seront ni chauffés ni éclairés, et en contrôlant strictement leur accès, on limite au maximum les risques d’incendie. Le danger principal vient des locaux de travail et surtout des logements qui doivent être isolés pour éviter la contagion d’un incendie éventuel.

Enfin, cette vision préventive suppose une surveillance constante et impose l’aménagement de logements de fonction pour assurer le gardiennage permanent du bâtiment. L’abbé Longin ne manque pas de souligner avec perfidie les avantages que Georges Guigue pourrait attendre de son propre projet : « Ce nouveau local étant absolument isolé, il faudra y loger un gardien, et probablement M. l’archiviste en chef, qui ne voudra pas se séparer de ses archives, dont il a besoin pour ses travaux personnels » ; « s’il n’avait pas l’espoir, disons mieux, la certitude d’échapper à cette montée par la jouissance d’un home confortable à proximité des archives, ne partagerait-il pas l’avis des simples chercheurs ? » De fait, deux logements sont bien prévus dans le projet architectural, mais le Département oppose une résistance tenace à l’attribution d’un logement de fonction à l’archiviste en chef, sans doute par suite de cette polémique pénible. Le ministère de l’Instruction publique, qui a la tutelle des archives départementales, insiste longuement sur la nécessité de loger l’archiviste dans son dépôt, présentée comme une « doctrine constante » de l’inspection générale des archives. Mais cette demande est systématiquement rejetée par les élus qui lui préfèrent l’attribution des logements aux deux garçons de bureau, puis la construction d’un pavillon pour un concierge marié. En 1924, la construction d’une maison pour l’archiviste en chef est envisagée après le départ en retraite de Georges Guigue, mais le projet est rejeté comme trop coûteux. En 1936, l’un des logements est attribué au chef du Service intérieur de la Préfecture, qui ne parait guère se plaindre de la difficulté de l’ascension, puisqu’il l’occupait toujours en 1943.

Pendant la controverse, l’architecte départemental Louis Rogniat est chargé d’établir des avant-projets pour la transformation du bâtiment en vue du transfert intégral des archives départementales. Un premier crédit est voté en août 1905 pour la commande de sondages des maçonneries dans les murs et les sols. Louis Rogniat conçoit trois avant-projets, qu’il présente à la commission spéciale chargée des archives le 29 août 1906. Les plans finalisés et le devis estimatif des travaux sont dressés le 24 juillet 1907. Les travaux de gros-œuvre (démolitions, terrassement, maçonnerie, charpente) sont achevés au printemps 1909, et le déménagement des services s’effectue entre avril et juin 1909. Le transfert des fonds d’archives dans les dépôts est ensuite effectué au quatrième trimestre 1909 et au mois de juillet 1910, au moyen de 205 fourgons de troupe et 69 grands camions. Le préfet obtient du gouverneur militaire la mise à disposition d’une équipe pour assurer la manutention au titre de corvée militaire.

Le projet architectural adopté se décompose en trois points essentiels qui seront envisagés successivement : la démolition de l’église conventuelle, la restructuration complète des bâtiments conventuels transformés en magasins d’archives, et la construction d’un bâtiment neuf accueillant les espaces de travail et de communication au public.

La démolition de l’église : un choix politique ?

La démolition de l’église conventuelle des carmes déchaussés n’était en aucune manière nécessaire à l’installation des archives départementales. Même si les rapports justificatifs décrivent, a posteriori, une église mal construite, dont la mauvaise maçonnerie était dissimulée par ses revêtements intérieurs en stuc, le diagnostic de départ n’en fait pas mention. En 1874, Léopold Niepce souhaitait la voir conserver sa destination primitive : « Quoique saccagée par les hordes de barbares qui l’envahirent après le 4 septembre, elle est encore en bon état de conservation et pourrait être rendue, sans grands frais, au culte. C’est du reste le vœu des personnes pieuses du quartier11 ».

Avant-projet n° 2 / Louis Rogniat. 1907. (© AD Rhône, 2 Pl. 62-63 – Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

Ill. 3. Avant-projet n° 2 / Louis Rogniat. 1907. (© Archives départementales du Rhône, 2 Pl. 62-63 – Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

Deux des trois avant-projets proposés par Louis Rogniat proposaient de conserver l’église, subdivisée en deux niveaux, à l’exception des chapelles latérales nord qui devaient être démolies pour établir une longue cour intérieure à vocation de coupe-feu. Dans la deuxième variante, l’architecte installait les espaces de vie et de travail dans l’église (service de reliure et trois logements au rez-de-chaussée ; bibliothèque, bureaux et salle de lecture à l’étage). La troisième option, en revanche, établissait des magasins de conservation d’archives dans la nef en renvoyant les fonctions de service public dans un bâtiment isolé construit à neuf parallèlement à la façade de l’église, et relié aux dépôts par une galerie.

Avant-projet n° 3 / Louis Rogniat. 1907. (© AD Rhône, 2 Pl. 64 – Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

Ill. 4. Avant-projet n° 3 / Louis Rogniat. 1907. (© Archives départementales du Rhône, 2 Pl. 64 – Repr. Th. Leroy, Région Rhône-Alpes)

C’est le premier avant-projet, le seul proposant la destruction de l’église, qui est retenu le 29 août 1906. Seuls sont conservés le soubassement de la façade de l’église, transformé en porche couvert d’une terrasse, et son clocher conservé à titre de signal urbain, alors même qu’il a été nécessaire de lui reconstituer des fondations puisqu’il était construit sur les voûtes de la sacristie. Ce projet avait sans doute la préférence de l’architecte et de l’archiviste puisqu’il a été présenté en première position. Il a recueilli en outre les suffrages de l’inspecteur des archives, au motif qu’il était le seul à assurer la séparation hermétique des espaces de conservation et des espaces de travail.

Même si cela n’est jamais formulé, la démolition de l’église des carmes déchaussés semble répondre essentiellement à un enjeu idéologique. Trente ans plus tôt, à l’époque de l’Ordre moral, le conservateur Léopold Niepce ne voyait aucun inconvénient à faire cohabiter un musée historique municipal et une église paroissiale. Mais le Conseil général républicain de 1906 a sans doute considéré que l’existence d’une église était incompatible avec un service public départemental. Quelques mois plus tôt à peine, la loi du 9 décembre 1905 venait de proclamer la République laïque et d’interdire l’apposition de signes religieux sur les monuments publics. Sans doute faut-il interpréter en ce sens l’allusion laconique de Georges Guigue, qui écrit au préfet en décembre 1904 que la disposition du couvent représente « exactement, à un détail près, ce que pourrait être un dépôt d’archives modèle12 ». Le fait que le seul opposant connu au projet, l’abbé Longin, soit un ecclésiastique (et spécifiquement un ancien jésuite), n’est pas innocent. Ses arguments paraissent avoir surtout convaincu les élus de la droite catholique : Antonin Gourju, catholique libéral, Alphonse Gourd, républicain progressiste, et Paul Duquaire, promoteur du catholicisme social. À l’inverse, les élus qui portent le projet appartiennent à la majorité, républicaine et anticléricale, du Conseil général présidé par le radical-socialiste Paul Cazeneuve. La commission spéciale des archives réunit deux radicaux (Jean-François Razuret et Pierre Robin) et deux socialistes (Jean Voillot et Marius Moutet).

Depuis le début de la crise anticléricale, l’église des carmes déchaussés a toujours été l’objet d’une surveillance particulière. Le couvent a été dissous en vertu des décrets du 29 mars 1880, qui prononçaient l’expulsion des jésuites du territoire français et imposaient des mesures de régularisation à toutes les congrégations religieuses non autorisées. Les sept religieux sont expulsés de leur couvent le 16 octobre 1880 à 10 heures. Deux carmes doivent être évacués par les forces de l’ordre par la contrainte, mais sans violence13 . Les cinq portes de l’église sont placées sous scellés afin d’empêcher toute cérémonie. Les demandes de réouverture de l’église pour servir de chapelle au pensionnat installé sur place à partir de 1882 sont refusées. Les rapports de police reprochent aux religieux d’autoriser des habitantes du quartier à assister aux messes qu’ils célèbrent dans leur oratoire privé. Le 15 octobre 1899, les carmes déchaussés tentent un rétablissement de fait en célébrant dans leur église deux messes ouvertes au public, sous la surveillance de la police qui n’intervient pas14 . La démolition de l’église vient interdire toute velléité de rétablissement et garantit l’irréversibilité du projet.

Elle intervient dans un contexte particulièrement tendu, au moment où la séparation des Églises et de l’État met à la disposition des collectivités publiques tous les locaux épiscopaux, les séminaires, les presbytères et les biens des fabriques15 . D’avril à juin 1907, la commission des archives étudie d’ailleurs d’autres emplacements possibles pour les archives départementales (l’ancien couvent des minimes, celui des chartreux et le grand-séminaire), à la recherche d’un bâtiment utilisable à moindre frais. Au même moment, la Ville de Lyon tire parti de la dévolution des biens ecclésiastiques pour installer un musée de sculptures dans l’ancienne église Saint-Pierre et la bibliothèque municipale dans l’ancien Palais de l’archevêché (Palais Saint-Jean).

Ill. 5. Vue de la cour intérieure des archives, à l'emplacement de l'église détruite. (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP)

Ill. 5. Vue de la cour intérieure des archives, à l’emplacement de l’église détruite. (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP)

Malgré tout, la démolition de l’église des carmes déchaussés paraît susciter peu d’émoi, car elle n’était pas investie d’une réelle valeur patrimoniale. De construction très simple, l’église est décriée depuis Clapasson qui considérait que « le dessein de l’église et du portail est absolument irrégulier, et l’architecture ne sçaurait être plus matraittée16». C’est surtout pour son prestigieux décor et les œuvres d’art qui en faisaient un véritable musée de l’art baroque à Lyon que l’église était célèbre, or ce mobilier avait été entièrement dispersé pendant la Révolution. Sa démolition est simplement enregistrée sur le ton de la déploration résignée, par exemple par l’abbé Giraud qui rédige sa notice dans l’Histoire des églises et chapelles de Lyon, « avant que le pic du démolisseur [l’] ait fait disparaître17 ». Joannis Drevet dessine la triste carcasse de l’église en cours de démolition et publie dans le Lyon de nos pères un véritable reportage gravé sur les bâtiments des carmes déchaussés. Avant les travaux, le Département commande une campagne photographique à Jules Sylvestre afin de conserver un témoignage de l’architecture extérieure et intérieure de l’église, et Georges Guigue propose en avril 1908, alors que le chantier bat son plein, la publication d’une notice historique du couvent illustrée en phototypie qui « serait la meilleure réponse à faire à l’accusation de vandalisme portée contre l’administration départementale18 ».

La transformation des bâtiments conventuels en dépôts d’archives

Les bâtiments conventuels sont très profondément restructurés de façon à servir de locaux de conservation, à l’exception du bâtiment central et de l’aile des cuisines. Situées à l’extrémité sud-ouest de l’édifice, les cuisines sont laissées complètement à l’écart des travaux de restructuration, faute d’avoir trouvé une fonction bien établie dans le projet, et représentent de ce fait la partie la mieux préservée de l’ancien couvent, recelant des vestiges du XVIe et du XVIIe siècle.

Ill.6. Vue intérieure de l'aile des cuisines. A gauche : état en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : état en 1920. Phot. Jules Sylvestre (Archives municipales de Lyon, 1 PH 0019/6)

Ill.6. Vue intérieure de l’aile des cuisines. A gauche, en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite, en 1920, photographie de J. Sylvestre (Archives municipales de Lyon, 1 PH 0019/6)

L’aménagement des magasins témoigne d’une excellente connaissance des réflexions en cours sur l’architecture des archives, résultant probablement d’un étroit dialogue entre l’architecte et l’archiviste. Ils aboutissent à la construction d’un dépôt moderne et même novateur, dans lequel sont expérimentés des principes appelés à devenir systématiques pour les réhabilitations de bâtiments anciens en dépôts d’archives.

Le tournant du XXe siècle est un moment crucial dans l’histoire des archives en France. La Troisième République naissante fait de l’histoire le ciment de son roman national, et la modernisation de la discipline historique sous l’impulsion de l’école méthodique place les sources, donc les archives, au cœur de la démarche de recherche. Les travaux de Stéphanie Quantin19 ont montré que cette période charnière avait vu l’invention d’une architecture spécifique des dépôts d’archives, qui se dégage progressivement du modèle de l’architecture des bibliothèques ou de l’administration. La réflexion des archivistes eux-mêmes sur l’enjeu du bâtiment d’archives se structure avec l’introduction d’un enseignement professionnel à l’École nationale des chartes en 1880, comprenant des conférences pratiques et des visites de dépôts, et la publication de manuels pratiques comme celui de l’archiviste belge Joseph Cuvelier sur la construction et l’aménagement des dépôts d’archives20 . Les archives du Rhône sont exactement contemporaines des nouveaux dépôts de l’Ardèche et de l’Ain (1909), de la Meuse (1913), de la Mayenne et du Morbihan (commencés avant la Première guerre mondiale mais interrompus par le conflit). Elles sont surtout à rapprocher des Archives départementales du Loiret, aménagées en 1913 dans les bâtiments de l’ancien couvent des minimes d’Orléans, acquis dans le cadre de la dévolution des biens ecclésiastiques en 1905.

Le projet des nouvelles archives du Rhône est issu de la rencontre d’un architecte moderne, ouvert aux procédés nouveaux et recherchant la fonctionnalité, et d’un archiviste intéressé aux enjeux matériels de sa profession. L’aménagement du nouveau dépôt est considéré comme le grand œuvre de Georges Guigue et sa réussite personnelle, comme l’indique sa nécrologie : « Guigue fit aménager les bâtiments et, au prix d’un grand labeur, organisa admirablement ce nouveau dépôt. […] La disposition matérielle de ses archives était l’une de ses préoccupations21 ». Ses notes de travail témoignent d’un travail soutenu sur les plans et d’une réelle implication dans le chantier. De son côté, Louis Rogniat, élève et gendre d’Antonin Louvier, avait participé à la construction de la Préfecture du Rhône en tant qu’architecte-adjoint, et il avait vraisemblablement eu l’occasion d’échanger avec l’archiviste pour l’aménagement du local des archives.

Ill. 7. Documents de travail de Georges Guigue : reproductions photographiques de plans anciens conservés aux Archives départementales, annotés au feutre et au correcteur ( (c) Arch. dép. Rhône, 3 T 47, repr. M. Delavenne)

Ill. 7. Documents de travail de Georges Guigue : reproductions photographiques de plans anciens conservés aux Archives départementales, annotés au feutre et au correcteur (Archives départementales du Rhône, 3 T 47)

Le plan des nouvelles archives témoigne de cette réflexion fonctionnelle. Le circuit des documents est clairement séparé de celui des lecteurs, en tirant parti de l’organisation monastique qui distinguait déjà l’espace ouvert vers la ville, autour de l’église, de l’espace conventuel clos organisé autour du cloître. L’emplacement de la salle de tri, qui doit être le cœur fonctionnel d’un bâtiment d’archives, est judicieusement choisi à l’intérieur du cloître qui avait été couvert d’une verrière pour servir de gymnase. Elle se trouve ainsi au milieu des dépôts mais à proximité des bureaux, des ateliers de reliure et de photographie, et facilement accessible depuis le quai de déchargement situé sur la façade ouest. En revanche, le mode de couverture est fort peu fonctionnel : avant même le déménagement, l’archiviste doit signaler la nécessité de « prévoir un supplément au devis pour le chauffage de la salle de classement, qui sans cela risquerait de rester inutilisable près de six mois chaque année22 ».

Vue du cloître. A gauche : le cloître restauré à la fin des années 1980 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : le cloître transformé en salle de tri, phot. J. Sylvestre, 1920 (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 0019/5)

Ill. 8. Vue du cloître. A gauche : le cloître restauré dans les années 1980 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : le cloître transformé en salle de tri, photographie de J. Sylvestre, 1920 (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 0019/5)

Des magasins d’archives sont établis sur trois côtés du cloître : le « grand dépôt » occupe l’ensemble du bâtiment nord, agrandi d’un tiers sur l’emplacement des chapelles latérales ; le « petit dépôt » investit l’aile sud du cloître et le dépôt « au couchant », celle du réfectoire. Le système adopté par Louis Rogniat correspond à un modèle développé en Allemagne et en Belgique, que Joseph Cuvelier décrit sous le nom de Magazinsystem, fondé sur de vastes dépôts à salle unique subdivisés par des planchers métalliques qui définissent des plateaux continus. Ce système permet de maximiser l’utilisation de l’espace, en créant des étages de faible hauteur entièrement occupés par des rayonnages disposés en épis parallèles. Le Magazinsystem présente des parentés évidentes avec l’architecture industrielle. Or, Louis Rogniat a édifié bon nombre d’usines, parmi lesquelles l’usine de confection Gorse qui deviendra en 1987 le bâtiment annexe des Archives départementales23 .

Vue intérieure du grand dépôt. A gauche : vue prise en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2005 – ADAGP). A droite : vue en 1920, phot. J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/8)

Ill. 9. Vue intérieure du grand dépôt. A gauche, le rez-de-chaussée, en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2005 – ADAGP). A droite, le deuxième étage, en1920, photographie de J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/8)

Pour intégrer les magasins dans les anciens bâtiments conventuels, l’architecte supprime toutes les cloisons intérieures et les planchers, et ne conserve que la coquille vide formée par l’enveloppe de maçonnerie extérieure, qu’il souhaite garnir d’une structure métallique autoporteuse. Cette technique, dite « curetage intérieur » a été couramment utilisée pour les dépôts d’archives pendant l’essentiel du XXe siècle. Dans les années 1930, Robert Danis ne procède pas autrement pour l’extension des Archives nationales dans les bâtiments patrimoniaux de l’Hôtel de Rohan. En 1966, Michel Duchein la préconise sans ambigüité pour toutes les opérations de réhabilitation de bâtiments anciens24 . En effet, aucun bâtiment ne se prête facilement à l’aménagement de dépôts : les espaces intérieurs sont nécessairement trop cloisonnés, les étages trop hauts pour une manutention efficace, et les planchers trop faibles pour supporter la charge des rayonnages. À la suite de l’incendie du collège Édouard-Pailleron en 1973 et de la bibliothèque centrale de Los Angeles en 1986 qui ont démontré la grande vulnérabilité au feu de ce système constructif, les rayonnages métalliques autoporteurs ont été abandonnés et remplacés par la construction d’une ossature intérieure en béton armé. Mais c’est plus tardivement que le principe du curetage lui-même, dit aussi façadisme, a régressé devant l’évolution des doctrines en matière de restauration et une prise en compte plus globale du patrimoine.

Louis Rogniat a manifestement mal maîtrisé la mise en œuvre de cette technique qui semble garder un caractère expérimental. La fragilité des maçonneries anciennes a été totalement sous-estimée par l’architecte, qui rejette la faute sur de « faux rapports » fournis par les géomètres. En 1910, un rapport précise que « les premiers travaux de démolition ont fait découvrir des percements d’ouvertures portant à faux, ainsi que de nombreux refouillements imprudents pratiqués dans les murs pour des gaines ou canalisations et ne laissant plus à ces murs l’épaisseur et la résistance nécessaires25 ».

Le projet initial ne prévoyait pas d’étayer les murs de façade conservés par des contreforts internes, dissimulés au regard. Or, une fois privées de tous les supports verticaux et horizontaux qui solidarisaient l’ensemble, les façades ne sont plus capables de se soutenir isolément, encore moins de supporter un aménagement qui impose des charges au sol considérables. Ainsi, « lorsque les planchers du bâtiment de l’ancien réfectoire ont été enlevés, les murs ont donné des signes évidents de flambage, il a fallu les étayer puis les démolir complètement ». De même, la grande façade dominant la Saône devait simplement être remaniée en sous-œuvre, dans le but d’établir sur l’ensemble de la façade des croisées de module semblable à celles qui subsistaient au rez-de-chaussée, au niveau de l’ancienne salle capitulaire. Trop fragile, elle est finalement entièrement reconstruite, avec une ordonnance monumentale composée de fenêtres à meneaux et double traverse éclairant deux niveaux de magasins.

Malgré le plein soutien du Préfet qui déclare que « nos architectes ont fait des merveilles, malgré la situation difficile et délicate de bâtiments en apparence solides, mais que la réalité a démontré être dans un état de vétusté lamentable, [et] s’en sont tirés à leur grand honneur26 », Louis Rogniat doit justifier point à point les considérables dépassements de crédits qui se multiplient sur son chantier. Les destructions imprévues ont fait augmenter mécaniquement le budget de démolition, celui du transport des remblais et celui de maçonnerie puisque certains murs ont du être reconstruits depuis les fondations. Les gravats générés par le chantier ont servi à établir la route carrossable reliant l’édifice au chemin de Montauban et à remblayer l’ensemble du parc des archives.

À l’intérieur de la coquille vide du monastère, Louis Rogniat élève une ossature métallique autoporteuse composée de supports verticaux montant de fond, sur lesquels viennent s’accrocher à la fois les tablettes de rayonnages et les planchers en caillebotis métallique. Les niveaux de magasins superposés sont desservis par des escaliers en vis en fonte, complétés par des monte-charges électriques dans les années 1930.

Ill. 8. Monte-charges électrique du petit dépôt. A gauche : vue en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2005 – ADAGP). A droite, documentation commerciale de la société F. Gervais (AD Rhône, 4 N 383, repr. M. Delavenne)

Ill. 10. Monte-charges électrique du petit dépôt (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2005 – ADAGP). A droite, documentation commerciale de la société F. Gervais (Archives départementales du Rhône, 4 N 383)

Mais l’importance des charges ne parait pas avoir été anticipée. Les rayonnages autoporteurs font peser des charges considérables sur le sol, qui doit avoir des capacités de résistance très importantes. L’aile du réfectoire et les galeries nord du cloître étaient construites sur un étage de soubassement voûté. Ces voûtes devaient donc supporter la totalité de la charge des magasins établis sur trois à six étages. Les voûtes du cloître ont dû être noyées dans le béton et solidarisées du plancher métallique du rez-de-chaussée. Pour l’aménagement du réfectoire, réalisé vingt-cinq ans plus tard par l’architecte Pierre Verrier, la voûte du soubassement doit être consolidée par un chevalement métallique. Partout ailleurs, il a fallu établir à la base des casiers des dalles en ciment armé capables de soutenir la portée des rayonnages chargés, ce qui n’avait pas été prévu au devis initial. Enfin, le projet prévoyait des rayonnages appliqués contre les murs des salles, mais les façades n’étaient plus en mesure de soutenir leur poids.

À l’issue de la première campagne de travaux qui s’achève en 1911, le curetage des bâtiments et le remplacement de l’ensemble des façades et toitures est réalisé, mais seuls deux magasins sont effectivement aménagés, c’est-à-dire dotés de leur structure métallique et de leurs rayonnages. Le grand dépôt occupant le bâtiment nord et le petit dépôt établi dans l’aile sud du cloître totalisent 5 336 mètres linéaires, là où le local de la Préfecture disposait de 5 000 mètres linéaires : ils permettent donc le déménagement des archives en l’état. Mais la capacité d’extension est immense. Dès 1910, l’archiviste commence à déplorer le manque de rayonnages disponibles, et demande la reprise de l’aménagement des magasins de l’aile du réfectoire et celle des cuisines. Constatant la difficulté à obtenir le financement de nouvelles travées de rayonnages autoporteurs, il fait transporter les grandes bibliothèques en bois du local de la Préfecture, qu’il dispose sur les paliers du grand escalier rampe-sur-rampe, dans les corridors et les sous-sols. Des documents éliminables à terme sont entassés dans les combles et l’aile des cuisines sert de dépôt de papiers inutiles. Après l’ouverture des nouveaux locaux, l’inspection des archives maintient une pression continue pour obtenir l’achèvement des tranches supplémentaires de rayonnages, considérant que les Archives du Rhône « souffrent actuellement malgré l’ampleur de leurs locaux d’une crise d’aménagement27 ».

 La construction d’un bâtiment archivistique moderne

Enfin, Louis Rogniat complète son œuvre par l’édification d’un bâtiment neuf destiné à accueillir les services archivistiques. Construit sur l’emplacement des chapelles latérales sud, cet immeuble s’organise autour d’une tour d’escalier qui distribue au premier étage la salle de lecture d’un côté et les bureaux des garçons de peine de l’autre ; le deuxième étage est aménagé en logements. Le pavillon neuf communique avec un autre corps de bâtiment également affecté à des fonctions de travail, le bâtiment central. Cet immeuble, qui se trouve être la partie la plus ancienne du couvent, se composait de trois grandes salles superposées où les carmes se réunissaient pour les célébrations. Il subit peu de modifications structurelles : le chœur du rez-de-chaussée devient la salle de reliure, celui du premier étage devient le bureau de l’archiviste, le deuxième étage reste affectée à la bibliothèque. Dans cet ensemble, les Archives départementales disposent d’une installation moderne et déploient une gamme de services qui les placent en pointe des services d’archives de leur époque.

La salle de travail frappe par son importance et son traitement soigné. Au premier étage du bâtiment neuf, elle est très largement éclairée par dix larges fenêtres percées dans les deux façades latérales, et peut accueillir jusqu’à vingt lecteurs. Son mobilier, toujours en place en 2014, provient pour une large part de l’ancien local de la Préfecture. Le menuisier Pansu  assure le déménagement de la grande table de lecture « avec gros travail de réparation des parties vieilles et complément en bois neuf, dessus entièrement remis à neuf, ajout de la balustrade centrale, sept pieds anciens conservés, six pieds neufs28 ». Il est également chargé de transformer un autel demeuré sur place en bureau.

Vue de la salle de lecture. A gauche : état en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : vue en 1920, phot. J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/4)

Ill. 11. Vue de la salle de lecture. A gauche,  en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite, en 1920, photographie de J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/4)

L’importance donnée à la salle de lecture témoigne d’une évolution du rôle des archives et de leur plus grande ouverture au public. En effet, le chantier est contemporain de l’essor des universités et de l’enseignement supérieur de l’histoire, qui attire dans les dépôts d’archives un nouveau public de savants et d’étudiants. Il est de très peu postérieur à l’inauguration de la grande salle de lecture des Archives nationales, aménagée dans l’Hôtel de Soubise en 1902 : la précédente ne disposait que d’une capacité d’accueil de 24 places, à peine supérieure à celle du chemin de Montauban. À Lyon, dont l’Université est créée en 1896, Sébastien Charléty devient en 1899 le premier titulaire de la chaire d’histoire lyonnaise et s’attache à moderniser les études locales. Il faut une nouvelle organisation pour accueillir ces nouveaux chercheurs. Les séances de recherches effectuées par des érudits aux archives ne sont comptabilisées que depuis 1871, année qui n’avait vu que 53 séances. En 1905, elles se montaient à 1840 séances publiques, avec plus de 5000 communications de documents. Le déménagement des archives n’entraine pas de chute massive des statistiques de fréquentation, preuve que le lectorat ne s’est pas laissé décourager par les difficultés d’accès aux nouveaux locaux. L’abbé Longin lui-même fréquenta les nouvelles archives pendant les deux dernières années de sa vie, comme le rapporte l’abbé Vanel : « Nous le revîmes dans la vaste salle de travail, dont nous eûmes la malice de le prier d’admirer l’aménagement parfait, la lumière abondante, le confort luxueux et d’autres commodités29

La bibliothèque des archives est installée dans la pièce qu’occupait la bibliothèque des carmes déchaussés, au deuxième étage du bâtiment central. N’étant pas un lieu ouvert au public mais un espace de travail interne au service, la bibliothèque ne fait pas l’objet d’un traitement prioritaire. L’installation des travées et galeries de la bibliothèque est repoussé jusqu’en 1909. L’aménagement de la bibliothèque contraste radicalement avec celui des magasins d’archives. Les rayonnages sont entièrement en bois, alors que ce matériau est proscrit dans les dépôts. En outre, alors que l’on recherche une disposition fonctionnelle dans les magasins, avec des rayonnages en épis perpendiculaires aux murs, à hauteur d’homme, la bibliothèque est habillée de rayonnages sur tout son pourtour et dotée d’une galerie en surplomb soutenue par des consoles en fonte.

Vue de la bibliothèque A gauche : état en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : vue en 1920, phot. J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/7)

Ill. 12. Vue de la bibliothèque A gauche, en 2014 (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite, en 1920, photographie de J. Sylvestre (© Archives municipales de Lyon, 1 PH 419/7)

Les archives disposent enfin de services techniques auquel le programme architectural réserve la place qu’ils méritent. L’atelier de reliure, institué par Georges Guigue en 1894, est le seul de son type dans les services d’archives départementales. Il a été créé sur le modèle de l’atelier de reliure des Archives nationales, qui pour sa part existe depuis 1847. L’atelier est animé par un unique relieur, M. Alix, à qui son épouse sert d’aide-relieuse. Il assure chaque année la reliure de deux à trois cent registres ou volumes imprimés et effectue un travail qui serait aujourd’hui qualifié de restauration, notamment pour la remise en état des archives communales. L’atelier de reliure trouve sa place au rez-de-chaussée du bâtiment central, à l’emplacement de l’ancien chœur des religieux. Les ateliers de construction mécanique Joseph Jurine de Villeurbanne, qui ont sans doute fourni le matériel, assurent le démontage, le déménagement et le remontage de l’atelier de reliure. Pour compléter cette installation, un ancien chasublier est transformé en meuble pour la reliure.

Ill. 13. Vue d'une machine de l'atelier de reliure (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : documentation commerciale de l'atelier Jurine (© Archives départementales du Rhône, 3 T 47)

Ill. 13. Vue d’une machine de l’atelier de reliure (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014 – ADAGP). A droite : documentation commerciale de l’atelier Jurine (© Archives départementales du Rhône, 3 T 47)

Le service de photographie des archives est installé à l’arrière de la bibliothèque, dans un corridor que les religieux désignaient comme la « roberie » avant la Révolution. Dès 1904, Georges Guigue avait entrepris une campagne de prise de vues photographiques de tous les actes antérieurs au XIIIe siècle, dans l’objectif de publier un recueil d’archives lyonnaises en fac-simile. À ce titre, il fait « l’acquisition d’un appareil photographique et d’une lanterne d’agrandissement ». Cette entreprise alors novatrice dans le monde des archives est signalée parmi ses principales réalisations dans sa notice nécrologique, qui précise que ces reproductions photographiques avaient le double avantage de limiter les manipulations des parchemins et de garantir la préservation de l’information en cas de destruction des originaux.

Enfin, les bâtiments nouvellement construits disposent de tout le confort moderne, ce qui n’est pas évident dans des locaux où l’on doit proscrire les risques d’incendie. Le programme initial de 1907 prévoyait le chauffage à la vapeur et l’éclairage électrique, mais uniquement dans le bâtiment neuf réputé isolé des dépôts, et par exception, dans le bureau du directeur. Par comparaison, ce n’est qu’en 1902 que le chauffage a été introduit dans la nouvelle salle de lecture des archives nationales. L’éclairage électrique n’y a été installé qu’en 1919 dans les bureaux, et en 1923 seulement dans la salle de lecture30 . En pratique, le raccordement des archives au réseau électrique suppose des négociations préalables avec la Société des forces motrices du Rhône qui refuse d’amener le courant gratuitement jusqu’au coteau de Montauban car elle n’a pas d’abonnés dans ce quartier et que le bénéfice attendu est faible. Dès 1910, l’archiviste obtient que l’électrification soit étendue « à l’éclairage des corridors, des escaliers, de la salle de classement, de la bibliothèque, du cabinet de la photographie ». Enfin, après avoir pris la mesure de l’étendue de ses nouveaux locaux, il demande en 1910 l’installation de sonneries d’appel et d’une ligne téléphonique, mais cette requête est rejetée par les élus déjà excédés par les dépassements de crédits non contrôlés, estimant « qu’une partie au moins de la dépense était d’une utilité contestable ».

En 1911, les élus du Conseil général du Rhône se félicitaient de voir, grâce aux travaux de Louis Rogniat, les Archives départementales installées « pour plus d’un siècle », dans l’ancien couvent des carmes déchaussés. L’histoire ne leur donna pas tort, au prix toutefois d’un accroissement continu des surfaces de rayonnages avec l’aménagement successif de magasins dans l’aile du réfectoire en 1927-1937 et dans l’aile des cuisines après 1935, et de la création d’un second bâtiment consacré aux archives modernes en 1986. L’usage révéla les qualités fonctionnelles des grands magasins conçus par Rogniat, mais aussi la pertinence des réserves émises par l’abbé Longin, notamment en termes d’accessibilité et de sécurité. Ce délai passé, les Archives départementales du Rhône trouvent, dans le quartier de la Part-Dieu, un local adapté au nouveau siècle, offrant des conditions de travail, de conservation et de consultation optimisées.

Magali Delavenne, conservateur du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes.

 

Pour citer cet article

DELAVENNE, Magali. « Quand les archives s’installent au couvent. La restructuration du couvent des carmes déchaussés de Lyon (1910) ».  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 10 avril 2015. URL : < http://inventaire-rra.hypotheses.org/3213 >

 

Pour aller plus loin

Consulter le dossier électronique complet de l’ancien couvent des carmes déchaussés de Lyon.

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Dépêche du citoyen Josserand, maire du 5e arrondissement, au citoyen commandant de la garde nationale sédentaire de Lyon, 14 septembre 1870 (AD Rhône, 6 V 12). []
  2. NIEPCE, Léopold. « Projet de création d’un musée historique à Lyon ». Revue du Lyonnais, mai 1874. []
  3. Rapport de Georges Guigue au préfet du Rhône, sd [décembre 1904] (AD Rhône, 3 T 47). []
  4. Lettres sur le déplacement des Archives. Lyon : Louis Brun, 1906, 26 p. []
  5. Déplacement des archives. Lyon : impr. P. Grange, sd [1907], 1 f. []
  6. Lettre d’Émile Longin au ministre de l’Instruction publique, 8 février 1906 (AD Rhône, 4 N 381). []
  7. Extrait des délibérations du Conseil général du Rhône, séance du 13 avril 1907. (AD Rhône, 4 N 381). []
  8. Lettre de démission de Léopold Niepce de la présidence de la commission des bibliothèques et archives, 16 février 1877 (AD Rhône, 3 T 6). []
  9. Lyon républicain, 5 septembre 1905, citée dans Lettres sur le déplacement des archives, op. cit. []
  10. Rapport de Georges Guigue au préfet du Rhône, sd [décembre 1904] (AD Rhône, 3 T 47). []
  11. NIEPCE, Léopold. « Projet de création d’un musée historique à Lyon ». Revue du Lyonnais, mai 1874. []
  12. Rapport de Georges Guigue au préfet du Rhône, sd [décembre 1904], texte souligné par nous (AD Rhône, 3 T 47). []
  13. Procès-verbal d’expulsion des carmes déchaussés de Lyon, 16 octobre 1880 (AD Rhône, 6 V 86). []
  14. Enquêtes sur la situation des congrégations dissoutes : rapports du commissaire spécial, octobre 1899 (AD Rhône, 6 V 88). []
  15. LAPERRIERE, Guy. La « Séparation » à Lyon (1904-1908), étude d’opinion publique. Québec : Université de Sherbrooke. Lyon : Centre d’histoire du catholicisme. 1973, 220 p. []
  16. CLAPASSON, André. Description de la ville de Lyon avec des recherches sur les hommes célèbres qu’elle a produits. Lyon : impr. A. Delaroche, 1741. XVI-283 p. ; 17 cm. [Réimpr. Lyon, 1761 ; rééd. annotée et ill. par G. Chomer et M.-F. Perez. Seyssel : Champ Vallon, 1982] []
  17. MARTIN, Jean-Baptiste. Histoire des églises et chapelles de Lyon. Lyon : H. Lardanchet éditeur, 1908-1909. 2 vol., 490 p., 498 p. : ill. ; 30 cm. []
  18. Rapport de Georges Guigue au Préfet du Rhône, 10 avril 1908 (AD Rhône, 3 T 47). []
  19. QUANTIN, Stéphanie. « Les Archives de l’ancien département de la Seine et de la Ville de Paris. À la recherche d’une architecture. » Livraisons d’histoire de l’architecture, n°10, 2005, p. 87-104 et « Les bâtiments d’archives dans la France du Nord au XIXe siècle : une architecture en quête d’identité ». Dans AUBRY, Martine, CHAVE, Isabelle et DOOM, Vincent (dir.). Archives, archivistes, archivistiques dans l’Europe du Nord-Ouest du Moyen-Age à nos jours. Villeneuve d’Asq : IRHiS, 2007, p. 93-108. Ces deux articles disponibles en ligne sont tirés de son mémoire de maîtrise Les bâtiments d’archives en France (1789-1914). Paris IV-Sorbonne : 2004. 3 vol.[non consulté] []
  20. CUVELIER, Joseph. La construction des dépôts d’archives. Extrait du Bibliographe moderne de 1909. Besançon : imprimerie Jacquemin, 1910, 23 p. []
  21. PROU Maurice. « Georges Guigue ». Bibliothèque de l’École des Chartes, 1926, T. 87 p. 433-436. []
  22. Rapport de Georges Guigue au préfet du Rhône, avril 1908 (AD Rhône, 4 N 382). []
  23. Voir le dossier électronique de l’usine Gorse,rue Servient []
  24. DUCHEIN, Michel. Les Bâtiments et équipements d’archives. Paris : Conseil international des archives. 1966, 314 p. []
  25. Rapport du Directeur administratif départemental, 16 novembre 1910 (AD Rhône, 4 N 381). []
  26. Extrait des délibérations du Conseil général du Rhône, séance du 21 avril 1909 (AD Rhône, 4 N 382). []
  27. Lettre du ministre de l’Instruction publique au préfet du Rhône, 13 septembre 1924 (AD Rhône, 4 N 382). []
  28. Mémoire d’A. Pansu, 1910 (AD Rhône, 3 T 47). []
  29. Nécrologie de l’abbé Longin par l’abbé Vanel, dans Bibliothèque historique du diocèse de Lyon, 1913, p. 637-340. Citée par LONGIN, Cyril, Histoire, fonctionnement et rôle culturel des Archives départementales du Rhône, 1838-1921. Lyon : 1999. Mémoire de maîtrise d’histoire : Lyon 3 : 1999. []
  30. FAVIER, Lucie. La Mémoire de l’État. Histoire des Archives nationales. Paris : Fayard. 2004, 465 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *