Tous à l’eau ! Aix-les-Bains côté lac. Baignades sur les rives aixoises du lac du Bourget, XIXe – XXe siècles

Aménagements des bords du lac

(Philippe Gras © Ville d’Aix-les-Bains ; 2015)

Depuis le 17 août 2015, la bibliothèque Lamartine à Aix-les-Bains (Savoie) accueille l’exposition « Aix côté lac. L’occupation et l’aménagement des bords du lac : utopies et réalités ». Réputée longtemps pour ses sources thermales, Aix-les-Bains est aujourd’hui connue aussi, et peut-être d’abord, pour son lac. La ville est en effet bordée au nord-ouest par le lac du Bourget, plus grand lac naturel de France après le Léman. Depuis le XVIIIe siècle, les sources d’eau chaude, dont les résurgences sont éloignées des rives, ont polarisé le développement du cœur urbain et de la vie mondaine de la cité. Aix s’est ainsi tardivement tournée vers les bords du lac. Cette exposition retrace l’histoire de l’aménagement des rives, explique la construction lente et hésitante de cet espace comme zone touristique et récréative et explore les liens entre la ville thermale et ses bords de lac.

Plusieurs activités, telles que la déambulation, la navigation, la baignade ou encore la restauration, marquent le caractère récréatif des rives aixoises. La création progressive d’équipements et d’installations a autorisé et orienté le développement de ces pratiques, parfois considérées comme nécessaires et complémentaires et tantôt perçues comme concurrentes. Ainsi, comment les dispositifs dédiés à la baignade, désignés tour à tour sous le nom de bains froids, par opposition aux bains chauds thermaux, d’écoles de natation, d’établissements balnéaires, de plages ou de piscines, se sont ils fait progressivement une place sur les bords de lac ?

 

2-Aix limites d'AIX-les-BAINS

Aix-les-Bains et le lac du Bourget – (André Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2014)

 

Un lac dédié à la contemplation et à la navigation

Aucune trace d’installations dédiées à la baignade n’est attestée dans les sources documentaires avant le milieu du XIXe siècle. Pour autant, les rappels à la pudeur par les autorités locales indiquent que la baignade était pratiquée par les habitants. Selon des récits, comme celui de Lucien Perey à propos d’Hortense Mancini1, certains aristocrates, venus prendre les eaux dans la station, s’adonnaient eux aussi à cette activité.

Avant le XIXe siècle, plusieurs auteurs décrivent le lac du Bourget et en vantent les attributs faunistiques, géologiques et les qualités paysagères. Mais c’est au début de ce siècle, et à la faveur du développement du romantisme, que le lac du Bourget devient un véritable objet contemplatif, source d’inspiration et de discours. Par l’intermédiaire d’Alphonse de Lamartine2, le lac acquiert sa renommée et une image mélancolique, propice à la méditation, popularisée par les guides touristiques de la seconde moitié du XIXe siècle : « De toutes les promenades qu’on peut faire à Aix-les-Bains, l’une des plus pittoresques est sans contredit celle du lac du Bourget. Par sa constitution même il est plutôt d’un aspect sévère et on n’y vient chercher des impressions riantes comme sur le lac d’Annecy ; les pensées y sont un peu mélancoliques, empreintes cependant d’un grand charme, d’un repos absolu et d’une poésie grandiose. Nous n’avons pas besoin de rappeler qu’il a inspiré à un de nos plus illustres poètes une de ses méditations dont Niedermayer a fait ensuite une mélodie des plus touchantes. Le lac de Lamartine est connu de tout le monde. Pour faire complètement et à son aise le tour du lac, il est nécessaire de prendre une barque au grand port ou à Cornin. Dans la belle saison le bateau à vapeur permet aussi de voir l’abbaye d’Hautecombe et le canal de Savières »3.

A côté de cette image contemplative, le lac est recommandé par les guides pour différentes activités, telle que la navigation. Celle-ci s’est en effet développée depuis la création du Grand Port, à la fin du XVIIIe siècle, qui permet le transport de marchandises puis celui des voyageurs en provenance et depuis Lyon, faisant des rives une desserte de la station thermale. A ce trafic fluvial s’ajoute le développement de la navigation de plaisance. Au Grand Port, des services de bateaux à vapeur proposent des excursions sur le lac ; le club nautique, fondé en 1882, permet la pratique de la voile ; au Petit Port, il est possible de louer des barques. Points de départ d’une navigation utilitaire ou d’agrément, les deux ports sont aussi, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, les principaux lieux aménagés pour accéder au lac. Ils offrent des points de vue  et constituent des buts de promenade depuis le centre urbain.

Les rives du lac, marécageuses car non endiguées, sont soumises à des montées des eaux liées aux variations de niveau du lac4 et présentent peu de plages naturelles comme le souligne cet article du journal La saison d’Aix-les-Bains, en 1878 : « Commençons par l’avouer, la disposition des bords du lac du Bourget ne se prête pas assurément à ce qu’il faudrait pouvoir rencontrer pour s’immerger agréablement dans notre eau si bleue, et du sein de laquelle on jouirait, pendant tout le temps qu’on y serait plongé, de points de vue si agréables »5.

128LIV

Les bords de lac avant aménagement (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Les premières demandes pour établir des installations dédiées à la baignade apparaissent dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elles émanent d’initiatives privées, nécessitent l’obtention d’une concession par l’État, propriétaire du lac, sont soumises au paiement d’une redevance, et concernent des installations plus ou moins importantes. Les équipements adoptent des formes similaires : l’établissement est implanté dans l’eau, propose une séparation des sexes par l’intermédiaire d’un bassin pour les hommes et d’un bassin pour les dames et se complète d’une buvette.

 

IVR82_20157304293NUDA

Localisation des installations de baignade (André Céréza © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2015)

 

En 1861, M. Sauvin demande l’établissement de bains froids au Grand Port (voir carte : k). Son installation, sur pilotis, prend appui sur une digue du port et comprend un bassin pour hommes et un bassin pour femmes ainsi qu’une buvette6. Même si le document n’indique pas l’emplacement de cabines, il est possible qu’elles soient présentes et placées autour des bassins, dans une disposition analogue à celle des établissements parisiens sur la Seine au début du siècle7. Aucune source ne vient confirmer ou infirmer la réalisation de cet établissement. Étant donné sa proximité avec le port, l’importance du trafic fluvial comme point d’entrée dans la station thermale à cette date et les motivations de refus de l’État pour des projets similaires postérieurs, il est fort probable que cet équipement n’ait pas été réalisé.

63 R0017791

Projet de M. Sauvin, bains froids au Grand Port, 1861 (AD Savoie. 87 S 3) – (Repro. Joël Lagrange © Conseil départemental de la Savoie)

 

En 1892, Joannès Bouchage forme le projet de fonder un important établissement de bains, appelé École de natation, au sud du Grand Port (voir carte : l). L’ensemble comprend un large ponton occupé par deux rangées de cabines. L’allée qui les sépare mène à une buvette implantée sur l’eau. Deux bassins de baignade distincts et clos, pour les hommes et pour les femmes, prennent place au sud. Le projet est rejeté par la préfecture, qui juge l’installation gênante pour la manœuvre des bateaux à vapeur qui accostent au Grand Port. L’année suivante, Joannès Bouchage réitère sa demande en proposant une implantation moins proche des installations portuaires. Bien que celle-ci soit soutenue par la Ville, qui estime en effet après enquête que « l’installation projetée complètera un désir souvent exprimé et apportera un nouvel attrait aux étrangers fréquentant notre station »8, le projet de M. Bouchage est à nouveau refusé par les services de l’État pour les mêmes raisons qu’évoquées précédemment9.

0998. Allégée

Projet d’École de natation, Joannès Bouchage, 1892 (Repro. Edouard Navello © Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Jusqu’au début des années 1890, le seul aménagement réalisé se situe au Petit Port. Il est issu, en 1867, de l’initiative de François Bogey, aubergiste à Cornin10, et signalé en 1870 dans un ouvrage du docteur Forestier, médecin thermal et personnalité locale influente11. La description qu’en fait ce dernier ne signale cependant pas d’installations spécifiques et évoque seulement la présence d’une plage de galets.

Il faut également noter ici le fait que le médecin n’associe pas la baignade dans le lac à une pratique de soins. Ce silence du docteur Forestier, comme celui de ses confrères aixois, relayé par les guides touristiques, indique qu’à l’heure de l’épanouissement des bains à la lame sur les côtes maritimes12, cette activité dans la station thermale aixoise relève d’une pratique de loisirs et ne revêt aucune dimension thérapeutique.

Exceptés des bains froids installés au nord du Grand Port à la fin du XIXe siècle, connus postérieurement sous le nom de plage Lille, l’existence de telles installations reste marginale voire inexistante jusque dans l’entre-deux-guerres. La rareté des initiatives peut s’expliquer par l’absence de valeur thérapeutique associée à la baignade dans le lac : Aix est fréquentée pour ses eaux chaudes réputées. Pour l’aristocratie et la haute bourgeoisie, clientèle de la station et certainement destinataire de telles installations, la baignade se pratique sur les côtes de la Mer du Nord et de la Manche tandis que la vie mondaine s’épanouit dans le centre urbain, regroupé autour de l’établissement thermal, fort éloigné du lac. L’état marécageux des rives engage par ailleurs les particuliers à envisager des projets implantés à proximité des ports, motivant ainsi les refus de la préfecture en raison de la gêne occasionnée pour la navigation. Dans cette seconde moitié du XIXe siècle, les difficultés rencontrées pour implanter des installations dédiées à la baignade sont liées à la priorité donnée à la navigation et sont ainsi révélatrices de conflits d’usage du lac et des rives.

La baignade prend ses quartiers sur les rives : modernisation et création de nouveaux équipements

Après la Première Guerre mondiale, le développement des sports nautiques tels que la natation, puis le water-polo, le ski nautique ou encore le plongeon, encouragent l’établissement de dispositifs permettant de s’adonner à ces activités. A Aix, les conditions de navigation sur le lac et les possibilités d’accès aux rives ont changé. Depuis plusieurs années, l’acheminement des voyageurs n’est plus assuré par le trafic fluvial mais par le chemin de fer puis l’automobile et seule la navigation de plaisance subsiste. L’accès aux rives devient plus aisé grâce à l’achèvement progressif du boulevard du Lac. Cette voie, pensée sur le modèle de la promenade des Anglais, permet la déambulation piétonne, la circulation automobile touristique et constitue également une véritable digue entre le Grand Port et le Petit Port. Dans l’entre-deux-guerres, les installations dédiées à la baignade s’imposent dans le paysage des bords du lac grâce aux différentes initiatives privées mais aussi et surtout par l’intermédiaire de la création d’un grand équipement public.

cp46_015

Le boulevard du Lac, entre Petit Port et Grand Port, années 1930 (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Quatre installations de baignades privées, deux au Grand Port et deux au Petit Port, ouvrent ou se modernisent dans les années 1920, à l’initiative d’hôteliers et de restaurateurs installés à proximité des rives et animés par la volonté d’attirer une clientèle supplémentaire. Elles adoptent le nom de « plage » et se situent non loin du restaurant ou de l’hôtel dont elles dépendent. La plupart des installations, désormais mixtes, sont modestes, et formées d’un accès à l’eau par un ponton et de cabines individuelles abritées ou non dans le même bâtiment.

Au Petit Port, les bains de La Réserve sont créés en 1926 (voir carte : G)13 et la plage des Libellules ouvre en 1929 (voir carte : H)14. Les premiers comptent des cabines abritées dans un petit bâtiment en bois, de plan rectangulaire allongé et couvert par un toit à deux versants. Celui-ci prend place sur une plateforme en bois, attenante à une digue et équipée d’échelles pour accéder à l’eau. À la plage des Libellules, des petites cabines individuelles indépendantes, similaires à celles des bords de mer, donnent accès à une rive dont la déclivité permet d’entrer dans l’eau.

Le Réserve. Podevin. 2 images associées

Les bains de la Réserve. A gauche, vers 1935 ; à droite, vers 1950 (© Collection M.-A. Podevin)

 

Libellules retaillée. Podevin

La plage des Libellules, vers 1930 (© Collection M.-A. Podevin)

 

Au Grand Port, la plage des Belles Rives est installée en 1926 (voir carte : F)15. Le ponton prend appui sur le perré du boulevard du Lac tandis que des petites cabines indépendantes sont implantées de l’autre côté de la voie, à côté de la terrasse du restaurant.

ARTICLE-LAC - LL n°293c - Le Grand port - Les Bains et la Nouvelle Route - vers 1928. Retaillée

La terrasse du café, les cabines et le ponton (au 2nd plan) de la plage des Belles Rives, vers 1928 (© Collection M.-A. Podevin)

 

ARTICLE-LAC - CAP sans n° - Les Belles Rives - Au Grand Port - J Chaberty - La Baignade - vers 1935. Retaillée

La terrasse (au 2nd plan) et le ponton de la plage des Belles Rives, vers 1935 (© Collection M.-A. Podevin)

 

Mais c’est au nord du Grand Port que se situe l’installation la plus importante et la plus ancienne (voir carte : E). Créée en 1893, son exploitation est rapidement assurée par le propriétaire de l’hôtel-restaurant Beau-Rivage, situé à proximité16. D’après des représentations iconographiques et un état bâti datant de 194717, l’installation, d’abord constituée d’un ponton et de cabines abritées dans le même bâtiment, est modernisée dans l’entre-deux-guerres. L’ensemble, baptisé « plage Caramello », du nom de son propriétaire, est doté de cabines supplémentaires, d’une billetterie, d’un établissement de thé et d’un dancing. Les clients sont accueillis dans une grande construction à parois de verre, le bar et la cuisine sont abrités dans un autre bâtiment.

017LIV. Recadrée

Ponton et cabines de la plage du Beau-Rivage, 1er quart du XXe siècle (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

ARTICLE-LAC - Carte anonyme - Grand Port - Hostellerie du Grand Poète - vers 1940. Recadrée

Vue depuis le ponton des installations modernisées, vers 1930 : à gauche, la billetterie, à droite le bâtiment abritant le bar et la cuisine ainsi que la construction à parois de verre (© Collection M.-A. Podevin)

 

A côté de ces initiatives privées, la Ville réalise un ambitieux projet d’équipement dédié à la baignade et aux activités nautiques. Décidées par la municipalité en 193018, la création et la conception de la Plage d’Aix (voir carte : C), s’inscrivent dans une période qui voit fleurir de nouveaux types d’installations dédiées à la baignade, désormais bâties en dur et implantées sur les rives19. Les côtes du Léman et des lacs savoyards s’équipent ainsi progressivement de plages municipales, dites « élégantes et sportives »,20. Parmi ces réalisations, créées ex-nihilo ou réaménagées à partir d’installations existantes, celle de la plage d’Aix se classe au nombre des premières.

Bellerive Plage. Delcampe. Retaillée

Bellerive-Plage à Lausanne, inaugurée en 1937 (© Delcampe.fr)

De sa conception à sa gestion, la plage d’Aix est pensée comme un établissement mondain et luxueux. Pour la Ville, la construction de cet équipement participe en effet à la rénovation de la station thermale en accompagnant l’ambitieuse campagne de modernisation des thermes entreprise par l’État en 1930. Cette démarche explique l’ampleur des travaux et la qualité de la conception architecturale. Le site d’implantation, au lieu-dit Coëtan, bénéficie d’un très bon ensoleillement lié à son orientation au sud-ouest, et présente l’avantage d’être abrité du vent grâce à sa morphologie en forme d’anse. Pour autant, il s’agit d’une zone de marais, dont la viabilité ne peut être assurée que par d’importants travaux préparatoires d’assèchement, de terrassement et de remblayage21. La conception de la plage est confiée à l’architecte du nouvel établissement thermal, Roger Pétriaux, qui utilise des matériaux constructifs et décoratifs de qualité22. L’architecture de cet équipement se caractérise par des éléments forts comme le plan symétrique formé d’absides abritant le restaurant et les cabines, la tour-signal de l’entrée et le large parasol en béton du solarium. L’organisation des différents éléments bâtis concourt à l’élaboration d’un environnement paysager au sein duquel l’architecture se fait discrète voire presque invisible depuis le lac. Le style Art déco et la griffe de Roger Pétriaux font volontairement écho à l’architecture du nouvel établissement thermal. À son inauguration, célébrée en grande pompe le 14 juillet 193323, l’équipement comprend une salle des coffres, des sanitaires, un solarium, de nombreuses cabines, un bar, une aire de jeux pour enfants, des douches garnies de céramiques, un ponton prolongé par un bassin dit de pleine eau24.

Entrée Plage Recomposée. AC Aix et Denys

Entrée de la plage d’Aix. A gauche, vers 1935 (© Archives municipales d’Aix-les-Bains) ; A droite, 2014 (Denys Harreau © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

 

Solarium Recomposé. AC Aix et Denys

Solarium. A gauche, vers 1950 (© Archives municipales d’Aix-les-Bains) ; A droite, 2014 (Denys Harreau © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

 

Le standing de la plage repose également sur le mode de gestion adopté. La direction est confiée à l’exploitant des casinos aixois, la Société fermière générale. Conformément aux demandes de la Ville, l’entrée de la plage est payante et des activités quotidiennes ainsi que des évènements plus importants, tels que des concours d’élégance ou de plongeons, y sont organisés25. L’ouverture de cet équipement par la Ville vise à asseoir la vocation balnéaire des rives et par là, à attirer une clientèle plus jeune et renouvelée : la plage d’Aix est considérée comme un attrait supplémentaire, au service de la station thermale, et répondant au « mouvement irrésistible [qui] porte les clients d’Aix-les-Bains vers le lac du Bourget »26. Plage municipale et établissements privés coexistent jusqu’à la fermeture de ces derniers dans les années 1960 (les plages des Libellules et des Belles Rives sont démolies en 1967).

12FI1_0588

La plage d’Aix (1er plan), les rangées de cabines individuelles de la plage des Libellules (2e plan) et le ponton des bains de la Réserve (dernier plan) (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Multiplier et diversifier les lieux de baignade

Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, la Ville envisage un aménagement global des bords du lac, freinant ainsi les initiatives privées. Pour autant, le restaurateur Roger Lille, propriétaire du restaurant éponyme au Grand Port et de la plage du restaurant Beau-Rivage depuis 1952, envisage d’y établir un hôtel doté d’une plage privée (voir carte : j). En 1956, le projet, dessiné par l’architecte Gilbert Duranton, propose un édifice implanté de manière parallèle à la rive, « les pieds dans l’eau ». Le bâtiment compte un corps central abritant une brasserie, encadré de deux ailes occupées par des chambres. Pour des raisons inconnues, ce projet ne voit pas le jour27 mais cette plage est désormais connue sous le nom de plage Lille (voir carte : A).

65 12FI4_0183

Maquette du projet d’hôtel et de plage privés de Roger Lille, 1956 (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

Alors que le tourisme balnéaire se démocratise et se massifie, les études d’urbanisme, commandées par la Ville, recommandent régulièrement la création de nouveaux lieux de baignade28. Il s’agit de compléter les possibilités offertes par la plage municipale et de développer les potentialités et l’attractivité des bords de lac pour attirer une nouvelle et nombreuse clientèle en « désir de rivage »29.

En 1951, l’architecte-urbaniste Laurent Chappis propose, dans une étude préliminaire, l’installation d’un camping et d’un établissement balnéaire dans la baie de Mémars (voir carte : i). Les bords du lac disposeraient ainsi d’un lieu de baignade populaire, situé au nord, et de la plage d’Aix, implantée au sud30.

IVR82_20157300796NUCB. Recadré

Camping et établissement balnéaire, étude préliminaire de l’aménagement des bords du lac par Laurent Chappis, 1951 (Repro. Denys Harreau © Archives municipales d’Aix-les-Bains)

En 1962, le plan d’aménagement élaboré par Chappis et validé par la municipalité projette la création d’une véritable station balnéaire, dotée de plusieurs équipements de loisirs. Il prévoit notamment la création de deux bassins, réservés cette fois-ci à une clientèle aisée, sur l’actuelle esplanade du lac (voir carte : m)31.

Plans d'eau - Chappis - 1962

Maquette de l’aménagement urbain des bords du lac (1962) et plan des bassins sur l’actuelle esplanade du lac (1963) (AD Savoie. 30 J 105. 30 J 108) (Repro. Denys Harreau © Conseil départemental de la Savoie)

 

En 1966, le rapport sur l’aménagement des bords du lac, établi par la Société Centrale d’Équipement du Territoire (SCET), préconise la création de zones de baignades et d’équipements permettant de pratiquer les sports nautiques. Il souligne également les problèmes de pollution croissante du lac et la nécessité de créer des bassins et des piscines, sur les rives mais hors des eaux du lac, « pour participer au paysage et à l’ambiance lacustre »32. Un tel dispositif avait été imaginé par les ingénieurs municipaux en 1930, puis en 1945, dans l’enceinte de la Plage municipale (voir carte : n)33.

IVR82_20137301099NUCB

Projet non réalisé d’aménagements à la plage d’Aix, 1946 (Repro. Denys Harreau © Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

C’est dans ce contexte qu’est créée la piscine municipale (voir carte : B). Depuis 1935, les Aixois fréquentent la piscine olympique, située au centre ville, dans l’abside nord des thermes. Or, en 1955, l’État, propriétaire des locaux, envisage l’affectation de ce bassin aux soins de cure et la Ville se trouve confrontée à la nécessité de se doter d’un nouvel équipement. Aussi, le conseil municipal choisit-il, en 1969, de construire une piscine au bord du lac et à proximité de la plage d’Aix34. Le lieu d’implantation retenu dans un premier temps est placé au bord de l’eau. Or, face aux difficultés constructives et financières induites par l’instabilité du sous-sol, la municipalité décide d’installer l’équipement en retrait des rives. L’ensemble, proposé par l’architecte Jean Delafontaine, communique avec la plage et comprend un bassin intérieur et un bassin extérieur donnant sur une large pelouse permettant d’accéder à la rive. La piscine ouvre en 1973 et forme un ensemble avec la plage municipale.

Fig 7. 12FI6_0173

La plage d’Aix et la piscine municipale (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Ainsi, les réflexions menées sur la création de nouveaux lieux de baignade sont protéiformes. Elles visent tour à tour une clientèle aisée ou populaire, locale ou touristique. Finalement, pour préserver le caractère sélectif de la plage municipale, jumelée avec la piscine et formant aujourd’hui le centre aquatique Aqualac, c’est une plage publique et gratuite qui voit le jour à la fin du XXe siècle à l’emplacement de la plage Lille, acquise par le Conservatoire du Littoral en 1982.

BK5_Plage Caramello-Lille_12FI1_0147

L’actuelle plage publique et gratuite à l’emplacement de l’ancienne plage Lille (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

BELLE Elsa – chercheur, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article:
BELLE Elsa, « Tous à l’eau ! Aix-les-Bains côté lac. Baignades sur les rives aixoises du lac du Bourget, XIXe – XXe siècles », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 7 septembre 2015. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/3410

 

L’exposition « Aix côté lac. L’occupation et l’aménagement des bords du lac : utopies et réalités » :
Archives municipales d’Aix-les-Bains.
2 rue Lamartine.
73100 Aix-les-Bains.
Du lundi 17 août au samedi 17 octobre 2015.
Du lundi au vendredi : 9h30 -12h et 13h30-17h30.
Samedi : 9h30-12h et 13h30-16h30.
http://www.aixlesbains.fr/culture/archives_municipales/Expositions-en-ligne/Exposition-Aix-cote-lac/Exposition-Cote-lac-Evenements/Exposition-Aix-Cote-lac

 

Bibliographie :
Catalogue de l’exposition : LAGRANGE Joël, BELLE Elsa, L’aménagement des bords du lac jusqu’à la fin du XXe siècle. Aix-les-Bains : Société d’Art et d’Histoire, 2015. (coll. Art et Mémoire, n°85).
CORBIN Alain, Le territoire du vide, l’Occident ou le désir de rivage. Paris : Champs –Flammarion, 2010.
DUHAU Isabelle, Les baignades en rivière en Ile-de-France. Daniel Thevenot 22e Journées Scientifiques de l’Environnement – Reconquête des environnement urbains: les défis du 21e  siècle, Feb 2011, Créteil, France. JSE-2011 (13), Journées Scientifiques de l’Environnement. <hal-00575116>. [consulté le 1er septembre 2015]. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00575116/document.
TOULIER Bernard, Villégiature des bords de mer. Architecture et urbanisme. XVIIIe – XXe siècles. Paris : Éditions du Patrimoine, 2010.
VERNEX Jean-Claude, Histoire des bains. Cent ans de baignades dans nos lacs. Léman, Annecy, Bourget. Genève : Ed. Nicolas Junod, 1996.

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. PEREY Lucien, Une princesse romaine au XVIIe siècle. Marie Mancini Colonna. Paris : Calmann Levy, 1896. []
  2. Alphonse de Lamartine a séjourné plusieurs fois, en 1816 et 1817, dans la station thermale aixoise. Le lac du Bourget lui a inspiré le poème intitulé « Le Lac », paru en 1820 dans les Méditations poétiques. Le succès de l’ouvrage a par la même occasion fait connaître le lac du Bourget. []
  3. AC Aix-les-Bains. LDG 19. L’Europe illustrée. Aix-les-Bains et ses environs. Zürich : Orell Füssli et Cie, Editeurs, 1884. []
  4. Le lac du Bourget est relié au Rhône par le canal naturel de Savière situé au nord et a longtemps été utilisé comme déversoir du fleuve pour réguler celui-ci. []
  5. AC Aix-les-Bains. M. X., « Des bains dans le lac », dans La saison d’Aix-les-Bains, 4 août 1878. []
  6. AD Savoie. 87 S 3. Pontons, bassins, 1861-1900. []
  7. DUHAU Isabelle. Les baignades en rivière en Ile-de-France. Daniel Thévenot 22e Journées Scientifiques de l’Environnement – Reconquête des environnement urbains : les défis du 21e  siècle, Feb 2011, Créteil, France. JSE-2011 (13), Journées Scientifiques de l’Environnement. <hal-00575116>. p. 4. [consulté le 1er septembre 2015]. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00575116/document. []
  8. AC. Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 16 juin 1893. []
  9. AD Savoie. 87 S 10. Occupations temporaires, 1861-1900. []
  10. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 14 avril 1868 ; AD Savoie. 87 S 3. Pontons, bassins, 1861-1900. []
  11. Forestier Dr, Les promenades d’Aix-les-Bains, Le vademecum du baigneur et du touriste : Nouveau guide pratique, médical et pittoresque. A. Bottero, 1870. []
  12. La pratique des bains à la lame naît à la fin du XVIIIe siècle sur les côtes anglaises et se développe sur les rives françaises au cours du XIXe siècle. Les baigneurs sont brusquement immergés dans l’eau de mer. Le principe thérapeutique réside dans la suffocation produite par une telle opération. []
  13. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 12 juin 1926 ; AD Savoie. 87 S 13. Occupations temporaires, 1912-1928. []
  14. AD Savoie. 87 S 14. Occupations temporaires, 1929-1934. []
  15. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 22 novembre 1926 ; AD Savoie. 87 S 13. Occupations temporaires, 1912-1928. []
  16. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 12 février 1893 ; AD Savoie. 87 S 10. Occupations temporaires, 1882-1896. []
  17. D’après un état parcellaire de 1947 (AC Aix-les-Bains. 1 O 39), l’installation comprend : un petit pavillon en brique couvert en ardoise comprenant une pièce à usage de bureau ; une construction comprenant une pièce à usage de bar et un pièce à usage de cuisine et d’office ; une grande verrière à usage de terrasse vitrée et de café-bar ; une série de 26 cabines construites en brique et une série de 30 cabines en bois. Voir dossier d’inventaire sur la plage Caramello. []
  18. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 7 février 1930. []
  19. DUHAU Isabelle. Les baignades en rivière en Ile-de-France. Daniel Thevenot 22e Journées Scientifiques de l’Environnement – Reconquête des environnement urbains: les défis du 21e  siècle, Feb 2011, Créteil, France. JSE-2011 (13), Journées Scientifiques de l’Environnement. <hal-00575116>. [consulté le 1er septembre 2015]. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00575116/document. []
  20. VERNEX Jean-Claude. Histoire des bains. Cent ans de baignades dans nos lacs. Léman, Annecy, Bourget. Genève : Ed. Nicolas Junod, 1996. []
  21. AC Aix-les-Bains. Délibérations du conseil municipal : 19 février 1933 ; 13 avril 1933. []
  22. AC Aix-les-Bains. 1 M 58. []
  23. AC Aix-les-Bains. L’Avenir d’Aix-les-Bains, 22 juillet 1933. []
  24. AD Savoie. 2 O 322. Voirie : Rives du lac, rivières et ruisseaux, construction et entretien de digues et de ponts ; travaux d’aménagement des ports : devis, délibérations, plans et marchés. Plage de Coêtan, 1929-1935 ; AC Aix-les-Bains. 3 R 31. Dossier sur la plage municipale, 1933-1950. []
  25. AC Aix-les-Bains. 3 R 31. []
  26. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 25 septembre 1930. []
  27. AC Aix-les-Bains. 184 W 47, n° 1343. Autorisation de bâtir accordée à M. Lille Roger pour la construction d’un groupe Hôtel-Plage, 6 avril 1957. []
  28. Pour l’histoire des projets d’urbanisation des bords du lac, voir le dossier d’inventaire sur le secteur urbain des bords du lac. []
  29. Expression empruntée à CORBIN Alain, Le territoire du vide, l’Occident ou le désir de rivage. Paris : Champs –Flammarion, 2010. []
  30. AC Aix-les-Bains. 1 T 11. []
  31. AD Savoie. 30 J 108. Fonds Chappis. []
  32. AC Aix-les-Bains. B 211. SCET, Aix-les-Bains, Etude d’équipement touristique, L’équipement des bords de lac, Tome II. 1966. []
  33. AD Savoie. 2 O 322. Voirie : Rives du lac, rivières et ruisseaux, construction et entretien de digues et de ponts ; travaux d’aménagement des ports : devis, délibérations, plans et marchés. Plage de Coêtan, 1929-1935 ; AC Aix-les-Bains. 3 R 31. Dossier sur la plage municipale, 1933-1950. []
  34. AC Aix-les-Bains. Délibération du conseil municipal, 4 juin 1969. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *