Lancement de l’inventaire participatif du patrimoine en pisé à Lyon

Le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Auvergne-Rhône-Alpes est partenaire d’une opération d’inventaire participatif du patrimoine en pisé de terre dans la région lyonnaise, conduite par le Musée des Confluences à Lyon en marge de l’exposition Ma terre première pour construire demain (23 février-17 juillet 2016), puis par la fédération régionale Patrimoine Aurhalpin jusqu’à la fin 2018. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’événement international Lyon 2016, capitale de la terre.

Vous habitez, vivez ou travaillez dans des bâtiments en pisé ? Vous avez repéré du pisé dans votre voisinage ? Participez à l’inventaire du pisé lyonnais pour nous aider à mieux connaitre ce patrimoine caché !

Sans titre-1 copier

La région Auvergne Rhône-Alpes est le principal foyer d’architecture traditionnelle en pisé en France. Cette technique de construction, permettant d’élever des murs monolithes en terre crue comprimée dans un coffrage formé par deux banches à l’aide d’un pilon appelé pisoir, est quasi emblématique du paysage et du patrimoine vernaculaire dans une large part de la région.

Saint-Didier-sur-Formans (ain), pigeonnier.

Saint-Didier-sur-Formans (Ain), pigeonnier. Photo J-M. Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 1992.

De fait, les équipes chargées de l’inventaire du patrimoine ont régulièrement rencontré le bâti en pisé dans le cadre d’enquêtes d’inventaire topographique. Près de 400 dossiers consacrés à des édifices en pisé sont ainsi accessibles dans la base de données nationale Mérimée, concernant les cantons de Reyrieux et Trévoux (Ain), de Maringues, Randan et Châteldon (Puy-de-Dôme) et d’Escurolles (Allier).

D’autre part, 850 dossiers électroniques issus de l’inventaire des cantons de Böen et Montbrison (Loire) sont consultables sur le site de diffusion patrimoine.rhonealpes.fr. A la suite de ces opérations d’inventaire, l’architecture en pisé du canton de Boën a fait l’objet d’une étude spécifique par Caroline Guibaud, publiée dans la revue en ligne In situ.

 

L’existence d’un pisé urbain, notamment dans la ville de Lyon, est beaucoup moins connue. Symboliquement, la construction en terre reste spontanément associée à la campagne et à l’architecture rurale. Mais elle caractérise également l’habitat des anciens faubourgs (grande rue de la Croix-Rousse, la Guillotière, Vaise, Saint-Just) ou des communes de banlieue anciennement rurales, mais aujourd’hui prises dans le tissu urbain de la Métropole. Le pisé urbain questionne donc les limites entre la campagne et la ville et signale leurs fluctuations.

Plus surprenant, le pisé est également présent en plein cœur urbain, y compris dans un bâti dense et dans des immeubles collectifs de plusieurs niveaux. Mais, lorsqu’il est utilisé en ville, le pisé est systématiquement recouvert d’un enduit qui le rend invisible de l’extérieur, sauf à l’occasion de travaux ou de sinistres. Enfin, les premières constations sur la ville de Lyon montrent que le pisé est souvent utilisé dans le cadre d’une association de plusieurs matériaux : il concerne souvent les façades latérales ou les murs de refend intérieurs de certains immeubles dont la façade principale est construite en pierre, ou encore des bâtiments secondaires ou annexes en fond de cour ou en cœur d’ilot. C’est pourquoi le témoignage des habitants et des riverains est essentiel pour repérer des édifices où le pisé est présent, mais invisible en première approche.

Sans titre-1

Cet immeuble possède une façade en pierre, mais le mur de la cage d’escalier est en pisé, bien visible dans les lacunes de l’enduit. Photo M. Delavenne © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP – 2015.

Les premières recherches sur le pisé urbain à Lyon, qui ont fait émerger ce sujet de recherche, remontent aux années 1980. Un premier inventaire des constructions en pisé à Lyon avait été conduit en 1981-1983 par Dominique Bertin, Anne-Sophie Clémençon et Domar Idrissi1. Il a été repris, actualisé et complété en 2011 par Dorothée Alex.2 Par ailleurs, le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, engagé depuis 1999 dans l’inventaire du patrimoine de la ville de Lyon, a recensé plus de 70 édifices comprenant du pisé de terre. Ils ont pour la plupart été repérés dans le cadre d’opérations d’urgence, à l’occasion du dépôt d’un permis de démolir, car une forte pression s’exerce sur le bâti en pisé particulièrement menacé à moyen et court terme.

Aujourd’hui, le sujet est repris par l’architecte Emmanuel Mille, qui est à l’initiative de l’inventaire participatif du pisé lyonnais et assure sa conduite scientifique. Le site internet de l’opération s’ouvre sur une carte collaborative qui compile l’ensemble des données issues de ces différentes campagnes d’inventaire. Chaque signalement effectué en ligne par les internautes viendra enrichir la carte en temps réel et montrer l’importance insoupçonnée du pisé à Lyon. Les données ainsi recueillies seront analysées par Emmanuel Mille dans le cadre de ses travaux universitaires et archivées par le service régional de l’Inventaire. Elles pourront à terme figurer sur le site de diffusion patrimoine.rhonealpes.fr. Une restitution publique des résultats de l’enquête sera proposée en septembre 2016, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Liens :

Pour visionner la conférence de restitution du 17 septembre 2016 : https://vimeo.com/188120802

Pour participer à l’inventaire : http://patrimoine-terre-lyonnais.patrimoineaurhalpin.org/         (cliquez sur Je participe)

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Dominique Bertin, Anne-Sophie Clémençon, Domar Idrissi, « L’architecture en terre, un mode de construction urbain ? Le cas de Lyon et de sa banlieue », dans François Cointereaux, 1740-1830, architecture de terre. Paris : Ministère de l’urbanisme et du logement, Secrétariat de la recherche architecturale, 1981-1983. [Documentation photographique consultable en ligne]. []
  2. Dorothée Alex, Petit guide des architectures en pisé à Lyon. Grenoble : CRA-Terre / ENSAG, 2012, 37 p. [consultation en ligne] []

3 réponses

  1. Danièle Colin Linard dit :

    J’essaie en vain de trouver à qui signaler l’existence de ma maison datant du 16 ème siècle entièrement en pisé

  1. 08/05/2016

    […] Le service de l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Auvergne-Rhône-Alpes est partenaire d’une opération d’inventaire participatif du patrimoine en pisé de terre dans la région lyonnaise, conduite par le Musée des Confluences à Lyon en…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *