Contribution à l’étude des marbreries lyonnaises : les archives des « Marbriers et Sculpteurs réunis »

Projet de tombeau, Marbriers et Sculpteurs réunis, 1ère moitié XXe siècle, encre et aquarelle sur calque , collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Projet de tombeau, Marbriers et Sculpteurs réunis, 1ère moitié du XXe siècle, encre et aquarelle sur calque , collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

 

Une convention signée entre l’État et la Ville de Lyon le 8 décembre 1998, renouvelée entre la Région Rhône-Alpes et la Ville en 2003, puis 2009 et prolongée jusqu’en 2017, a permis d’entreprendre l’Inventaire général de la ville de Lyon. L’avancement des travaux se fait secteur après secteur, mais des opérations d’urgence sont également menées pour garder la mémoire des édifices avant destruction ou remaniements importants.
C’est dans ce dernier cadre qu’ont été étudiés, dans le domaine funéraire, le crématorium1 du cimetière de la Guillotière en 2003, le tombeau du baron Rambaud , non entretenu, en 2004, et celui d’Eugène Dumortier2 dont la concession était arrivée à échéance.
Avec le changement d’attitude de l’homme devant la mort au cours du XXe siècle3, l’uniformisation des formes, celle des matériaux (importation massive de granits de Chine et d’Inde depuis les années 1990), l’exposition constante aux intempéries, le patrimoine funéraire est fragile à plus d’un titre. Mais si les chapelles, tombeaux, croix ou compositions florales en perles ou en céramique sont menacés, les établissements qui les ont produits le sont également.
Dans les années 2000 à Lyon, plusieurs permis de démolir affectant des marbreries sont déposés. Les difficultés économiques énoncées ci-dessus conjuguées à la pression immobilière sonnent le glas de certaines de ces entreprises. Un inventaire avant destruction devient donc urgent car les informations à collecter sont souvent plurielles et inédites et l’Inventaire général peut y contribuer.
C’est ainsi que nous avons étudié en 2007 la marbrerie Moine (8 rue de l’Éternité, dans le 8e arrondissement de Lyon), la marbrerie Bregnon (211-215 avenue Berthelot 8e) et l’antenne de la Guillotière des Marbriers et Sculpteurs réunis (217-221 bis et 225 avenue Berthelot / rue de l’Éternité) en 2009. L’étude des édifices pour eux-mêmes et pour leur place dans l’urbanisme est déjà d’un intérêt indéniable. On examine ainsi le logement patronal, l’organisation des ateliers – stockage, sciage, mise en forme, sculpture, polissage, gravure, composition florale. Les marbreries ne sont heureusement pas toutes disparues. Ainsi, sans travailler dans l’urgence, nous avons pu réaliser en 2012 l’opération d’inventaire de la marbrerie Favre située face au cimetière de la Croix-Rousse dans le 4e arrondissement de Lyon et dirigée par la même famille depuis 19144. Objets et archives conservés par ces entreprises constituent une mine d’informations. Certains outils de travail, devenus obsolètes, sont encore en place, tels des gabarits, des paillons, des tracteurs… Un réseau local peut être reconstitué en partie.

 

 

Tombeau de la famille B., plan d'exécution, 1942, marbrerie Paul-Favre, collection particulière. Repro. Thierry Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

Tombeau de la famille B., plan d’exécution, 1942, marbrerie Paul-Favre, collection particulière. Repro. Thierry Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

 

Outre les véhicules, les machines, les outils et divers objets, les marbreries ont généré toutes sortes de documents que certains marbriers peuvent avoir envie de jeter sans y accorder trop d’attention. Or, ces archives ont plusieurs vertus. Elles apportent des éclaircissements sur l’entreprise elle-même : les ateliers, les employés, les boutiques, la façon d’exposer la marchandise dans la rue ; elles documentent également les carrières de pierre ou de marbre ; elles concernent des monuments édifiés par la marbrerie par le biais de catalogues de modèles produits par l’entreprise elle-même5 ou par des fournisseurs, par le biais de projets d’édicules6, d’alphabets, de gabarits d’arc segmentaire, de profils de modénature ou de balustre, de photographies d’édicules effectivement réalisés ; elles peuvent documenter les cimetières où les marbriers sont intervenus et leurs usages : ainsi sur un plan du cimetière ancien de la Guillotière conservé par les Marbriers et Sculpteurs réunis est ajoutée la formule « La maison se charge gratuitement de toutes les formalités d’achat de terrain », procédure classique au cours de la première partie du XXe siècle.
Les archives sont également source d’information sur les autres activités de l’entreprise avec les réalisations non funéraires puisque le marbre est largement utilisé par les arts décoratifs (groupes sculptés, socles de statues, moulages de sculpture7, architecture intérieure, revêtements de sols, revêtements muraux, colonnes, cheminées) ; des photographies d’inauguration de monuments aux morts, des portefeuilles d’art décoratif, des factures, des papiers à en-tête, des registres de courriers, des livres de stock les documentent .

Lettres romaines dessinées par P. Favre, 1923, collection particulière. Repro. Thierry Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

Lettres romaines dessinées par P. Favre, 1923, collection particulière. Repro. Thierry Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

Si l’antenne des Marbriers et Sculpteurs réunis sise avenue Berthelot a dû laisser la place fin 2011 à des immeubles neufs (la ZAC Berthelot)8, l’entreprise n’a cependant pas disparu. Elle s’est en effet toujours déployée sur plusieurs sites puisque sa création est due, en 1899, à la fusion de plusieurs marbreries : Maisons Dubreuil Jeune, Julien-Bony, Bouchaudy, Fontanille, A. Buchet, Martin, Pagan, Soudan ; le siège social est à Lyon, 217 avenue Berthelot. Déjà, la société Dubreuil jeune, sculpteur marbrier, occupait deux sites, 13 et 14 chemin de Loyasse (actuelle rue du Cardinal-Gerlier) et 175 et 225 avenue des Ponts-du-Midi (actuelle avenue Berthelot). Les Marbriers et Sculpteurs réunis sont désormais uniquement domiciliés 44 rue du Cardinal-Gerlier dans le 5e arrondissement de Lyon.
Les dirigeantes actuelles, Mesdames Marie-Christine et Frédérique Virot, nous ont permis de consulter les archives du site de la Guillotière en 2009, archives dont le dépouillement se poursuit depuis 2015. L’état des archives est lacunaire. Celles concernant le site de Loyasse ont fait l’objet d’un tri probablement sévère. Le grenier en recèle encore, certaines ont pris l’humidité, et beaucoup ont été jetées par les générations antérieures. Il reste essentiellement les documents concernant l’avenue Berthelot.

Toutefois, on se réjouit de retrouver un registre de courriers entrants datant du second semestre 1894. Le registre concerne en l’occurrence la société Dubreuil Jeune. Il regroupe la correspondance des clients et des fournisseurs, souvent sur du papier à entête.
Feuilletons-le ensemble.

Lettre de la société Lanne & Pagani à Monsieur Dubreuil Jeune, 7 juillet 1894, collection particulière. Repro. Thierry Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

Lettre de la société Lanne & Pagani à Monsieur Dubreuil Jeune, 7 juillet 1894, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Parfois, le courrier d’un fournisseur permet de croiser l’Histoire avec un grand H. Ainsi, le 7 juillet 1894, Lanne & Pagani à Comblanchien (Côte-d’Or) justifient leur retard par le « dérangement que nous a causé l’assassinat de M. Carnot après lequel nous avons congédié tous nos ouvriers italiens, ce qui a assez sensiblement diminué notre personnel. » Le président de la République Sadi Carnot a en effet été assassiné à Lyon le 24 juin 1894 par l’anarchiste italien Sante Geronimo Caserio et des représailles, plus ou moins brutales, ont été exercées dans les jours qui ont suivi à l’encontre des Italiens vivant en France9 (la mention d’ouvriers italiens dans le secteur de la sculpture est fréquente dans les archives, qu’elles soient départementales, municipales ou privées, car leur présence a suscité des réactions parfois vives de la part de sculpteurs français qui vivaient mal la concurrence).

La lecture du registre révèle aussi des histoires plus intimes : Rose M., veuve et mère de six enfants, ruinée (la presse, d’après ses dires, s’en fait l’écho), est détenue dans la maison de répression de Nanterre (Hauts-de-Seine). Elle s’adresse au marbrier Dubreuil pour mener une affaire délicate parce qu’elle lui fait confiance : « Comme je vous sais bon, et connaissant la vie et ses peines, j’espère que vous me plaindrez plus que vous me blâmerez. Je compte surtout sur votre discrétion … ». Elle lui demande donc de vendre le terrain que son mari et elle avaient acquis au cimetière ainsi que le monument qu’ils y avaient fait construire.

Ce registre et les courriers qu’il renferme permettent par ailleurs de comprendre les relations entre les différents corps de métier. A cet égard, la lettre écrite à Dubreuil depuis le cabinet de l’architecte Gaspard André par l’architecte Valère Perrier est éloquente : il s’agit en l’occurrence du tombeau de Monsieur Aeschimann10 devant être réalisé en pierre de Soignies (Belgique). Le modèle de la sculpture est à retirer par le marbrier Dubreuil chez les décorateurs Flachat et Cochet tandis que le sculpteur Maspoli est chargé de réaliser l’œuvre dans l’atelier du marbrier. Celle-ci terminée, le modèle de la sculpture sera remis à l’étude de Gaspard André. On y apprend également le prix du tombeau et les exigences de qualité (traitement de la pierre, rapidité de commande et d’exécution, jusqu’à l’emplacement de la gravure du nom du marbrier).

Lettre de l'étude de l'architecte Gaspard André à Monsieur Dubreuil, 13 août 1894, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Lettre de l’étude de l’architecte Gaspard André à Monsieur Dubreuil, 13 août 1894, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

 

En parcourant ce registre, on relève à cinq reprises de la part de fournisseurs des suggestions spontanées de commandes de matériaux alors disponibles dans leurs ateliers (Bouchez-Béru d’Arras, Galinier & Fils de Marseille, S. Grivot de Nuits-Saint-Georges qui propose une réduction de 10 %, Prosper Huguenin de Nod-sur-Seine qui envoie un petit échantillon). Hippolyte Vendret, de Porcieu, profite d’un courrier au sujet d’une petite commande en cours pour préciser, d’une plume ferme aux pleins et déliés nerveux : « Si vous aviez d’autres commandes à me donner ça me ferait plaisir car en ce moment je n’ai absolument rien à faire, et j’ai toujours de la jolie pierre en grands blocs pour faire des plafonds de caveaux et d’autres commandes (bordures, etc.) ». De nos jours il arrive encore que, s’ils trouvent un bloc de belle qualité, les carriers en informent spontanément les marbriers.
Ces archives renseignent également sur le transport des matériaux et des œuvres commandées, question qui est loin d’être accessoire en ce domaine.

L’entreprise travaille avec plusieurs architectes lyonnais. Du temps des Dubreuil, on peut citer Virot, rue Cuvier 6e arrondissement, Gaspard André, 82 avenue de Saxe 3e arrt, P. Court, successeur de C. Rivière, 6 rue de la Barre 2e arrt. Des documents plus tardifs permettent d’attester de collaborations probablement passagères, les clients faisant naturellement travailler leur architecte : en 1918 (ou 1913), Valère Perrier (qui a travaillé au service de Gaspard André jusqu’en 189611 ) pour le tombeau de la famille Planchon et celui de la famille Porte en 1917, puis, plus tard, Louis Weckerlin pour la tombe d’un membre de sa famille, Jean-François, en 1935, Al[bert ?] Ristich, architecte DPLG pour le tombeau Lemonnier à Lyon.

Croiser les informations recueillies dans ces archives avec celles d’autres fonds permet de situer dans un contexte plus large des faits isolés. Ainsi, en 1894, la Chambre syndicale des Ouvriers Sculpteurs sur pierre, statuaires, modeleurs & ornemanistes, dont le siège social est 42 rue Sala à Lyon (2e arrondissement), désigne par un courrier Dubreuil Jeune membre du jury qui devra juger les cours de modelage et de dessin du cours professionnel. Or, la surveillance policière exercée par le commissariat spécial de la préfecture du Rhône sur les syndicats en cette fin de XIXe siècle, si elle a probablement été subie par les intéressés, permet d’avoir accès de nos jours aux rapports circonstanciés des réunions publiques des patrons ou des ouvriers conservés dans les archives, notamment celles du département du Rhône. On y apprend les statuts de ces syndicats. L’objet de la chambre syndicale des Maîtres ouvriers sculpteurs marbriers & tailleurs de pierres de la ville de Lyon est « de se réunir, de s’entendre et de veiller sur les intérêts de leurs corporations, de développer l’instruction artistique et de propager l’emploi des meilleurs matériaux » ainsi que « de régler à l’amiable les différends ». Elle est née à la suite d’une grève partielle des ouvriers tailleurs de pierre en 1880. Antoine Dubreuil, né le 12 mai 1835, fait partie des membres fondateurs. Il est d’abord syndic, notamment des travaux funéraires, en 1880-1881, puis il est nommé président le 4 avril 1882 ; il l’est encore en 1890. En 1882, il propose de former une caisse d’assurances mutuelles contre les accidents survenus dans les chantiers ou ateliers. Mais ce projet ne voit vraisemblablement pas le jour : en 1884, il est rejeté au motif « qu’il faudrait transformer la société en caisse de secours. » En revanche, il est décidé qu’un prix serait décerné « à titre d’encouragement à deux élèves de l’école d’enseignement professionnel de géométrie descriptive ». Le commissaire spécial du département du Rhône reconnaît que la chambre syndicale exerce une certaine influence dans la corporation, surtout dans les questions litigieuses entre fournisseurs, entrepreneurs et patrons, et entre patrons et ouvriers.
A la lecture des documents conservés aux Archives départementales du Rhône12, il semble, qu’avec la Troisième République, la profession se structure et se dote d’outils propres à optimiser ses modes de production : gestion des conflits au sein de la profession, formation artistique, constitution d’une bibliothèque, mise en valeur des matériaux les meilleurs, etc. Cette analyse de documents donne une image de la profession différente de celle des propos d’Aimé Vingtrinier dans les Mariages de M. Pilon. Roman provincial13 dont l’intrigue se déroule sous le Second Empire. Le métier de marbrier y est alors décrit comme peu valorisant socialement. Ainsi, le jeune Paul Richard, sculpteur, fils d’un riche marchand de soie ruiné, se voit contraint pour faire survivre son ménage de ne reculer « devant aucune humiliation », comprenez d’offrir ses services au marbrier Michel de Loyasse. Le cercle de ses anciennes relations qui, déjà, ne le recevait plus, est indigné. Le suicide aurait paru plus noble, l’exil plus habile. Cette déchéance, ce déclassement (« il travaille à la journée pour avoir du pain », comme « statuaire », « polisseur de tombeaux »), est considérée comme une honte pour la fabrique (surtout pour les négociants en soie), et pour la société tout entière ; elle provoque dédain et rejet : « ce ne sont plus des gens à saluer ». Mais est-ce le point de vue du romancier qui diffère de celui de l’officier de police ou la profession qui évolue ?

 

 

Projets de tombeau pour la famille Guelpa, Marbriers et Sculpteurs réunis / Tony Vialy, 1ère moitié XXe siècle, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Projets de tombeau pour la famille Guelpa, Marbriers et Sculpteurs réunis / Tony Vialy, 1ère moitié XXe siècle, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Revenons-en aux archives conservées de nos jours par les Marbriers et Sculpteurs réunis : il s’y trouve une collection de projets de tombeaux signés Tony Vialy. Il s’agit probablement de Jean Antoine Vialy (1895-1978), fils de Marie Péroline Dubreuil (1867-1901), elle-même fille d’Antoine Dubreuil et de Guillaume François Vialy (né en 1859) employé de commerce 225 avenue Berthelot, donc dans l’entreprise de son beau-père14. Le plus souvent, Jean Antoine Vialy indique T. Vialy dess., T. Vialy dél. [pour delimitavit], voire TV. On relève une seule fois, dans l’état actuel de nos recherches, la signature T. Vialy architecte. Certains projets sont manifestement de sa main mais ne sont pas signés. Que peut-on dire du style de Tony Vialy à travers ses projets de tombeaux ? Sa production semble dater des années 1920 à 1940 et affiche sans ambages un style Art déco. Hormis quelques unica (l’édicule monumental de la famille Sorret à Janneyrias hérité du XIXe siècle et peut-être l’un de ses premiers dessins, une variation sur le thème de la chapelle funéraire pour le cimetière de Mionnay15 – où précisément il signe « architecte »-, et le tombeau collectif du cimetière de la Mouche à Lyon (1945) pour les cinq victimes fusillées par les Allemands en mai 1944 à la ferme de Saint-Germain), Tony Vialy décline à l’envi trois types de tombeaux. On pourrait qualifier le premier de massé, d’une hauteur assez restreinte et où les lignes horizontales prédominent. Effets de volumes qui s’emboîtent, jeu sur le traitement des matériaux (famille Tiburce à Tassin), bouquets ou chutes de roses constituent un vocabulaire propre à l’Art déco. Plus rares sont les couronnes ou frises de laurier, tapis de lierre (famille Nahon), palme, pots à feu, douleurs agenouillées et même un visage voilé qui s’inspire du Silence d’Auguste Préault créé en 1842 pour le tombeau de Jacob Roblès au cimetière du Père-Lachaise. Les deux autres types de tombeaux jouent sur la verticalité de la stèle tripartite (une partie centrale haute flanquée de contreforts). On y retrouve le même répertoire d’ornements architecturaux accompagnés parfois de roses, de frises feuillagées (famille Trotte à Lyon), de branches de lys (famille Giraud à Lompnas), de bustes, lointaines évocations de l’œuvre célèbre de Préault (famille Tournier et Vullierme). Des bordures latérales plus ou moins développées sur la dalle distinguent le troisième type du deuxième. Il s’agit là en fait de compositions traditionnelles sans les adoucissements : seules les parties proprement architecturales sont reprises.

Projet de tombeau pour la famille Bollard : détail du relief orné de chrysanthèmes, Marbriers et Sculpteurs réunis, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Projet de tombeau pour la famille Bollard : détail du relief orné de chrysanthèmes, Marbriers et Sculpteurs réunis, collection particulière. Repro. Eric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

On remarquera les fleurs de chrysanthème à pétales recurvés sur les tombeaux Gauthier à Heyrieux – où figure également un chien -, Guelpa (non localisé) et Calba-Carron. Même si la rose reste privilégiée dans le cœur des commanditaires et des ornemanistes, les années 1930 et 1940 sont en effet propices à l’éclosion du chrysanthème dans le vocabulaire ornemental en particulier funéraire ou mobilier. Il n’est pas anodin de préciser que cette fleur arrive à Lyon vers 1840 et que la région s’en fait une spécialité à partir de 1850-1860. La France s’intéresse alors à la culture japonaise et notamment à la calligraphie, à la peinture et à l’art des jardins. La Société nationale des chrysanthémistes français voit le jour à Lyon en 1896 tandis que plusieurs expositions ont lieu dans cette même ville à partir de 188516.

Enfin, pour compléter ce rapport d’étape sur l’étude des Marbriers et Sculpteurs réunis, trois cartes ont été établies à partir des données collectées, premièrement, dans le registre des courriers entrants du second semestre 1894 de l’entreprise qui est encore Dubreuil jeune marbrier sculpteur, deuxièmement dans le livre de stock du second semestre 1903 et troisièmement à partir des dessins dus à la plume de Tony Vialy.

André Céréza © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

André Céréza © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Du premier, les noms et adresses des clients et fournisseurs ont été relevés. L’examen de cette carte permet de définir un bandeau nord-sud occupant tout l’est de la France, d’Arras (à proximité de la Belgique et de ses marbres) à Marseille, de Paris à Saulxures-sur-Moselotte (dans les Vosges, granit, syénite, porphyre), de La Clayette à Hauteville-Lompnès. On constate, sans surprise, pour les fournisseurs, une prééminence de la Bourgogne, ainsi que de l’Ain et de l’Isère.

André Céréza © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

André Céréza © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Le livre des stocks de la société Marbriers et Sculpteurs réunis du second semestre de 1903 révèle huit provenances de pierre : Saint-Cyr-au-Mont-d’Or pour la plus proche, Hauteville-Lompnès et Villebois pour l’Ain et l’Isère, Saint-Péray et Chomérac pour l’Ardèche ainsi que trois carrières bourguignonnes : Comblanchien, Tournus et Quintaine (commune de Clessé).

André Céréza © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Les projets de tombeaux signés Tony Vialy permettent de se faire une idée de l’aire de diffusion de l’entreprise entre les deux guerres. Les familles de Lyon et alentour (Fleurieu-sur-Saône, Mionnay, Janneyrias, Heyrieux) font bien sûr appel au service des Marbriers et Sculpteurs réunis mais l’entreprise propose des édicules jusqu’à Chavannes-sur-Reyssouze et Coligny au nord (dans l’Ain, à une centaine de kilomètres de Lyon), Lompnas, Virieu-le-Grand et Aix-les-Bains (à 106 km de Lyon) vers l’est, et jusqu’à Beaurepaire en Isère pour le sud (à 62 km de Lyon).

Là s’arrête à ce jour l’examen des archives des Marbriers et Sculpteurs réunis. La suite du dépouillement révèlera sans doute d’autres aspects de cette entreprise bien établie dans la région lyonnaise. Mais, déjà, la variété des informations inédites glanées dans les différents fonds d’archives de marbrier plaide pour la bienveillance en leur faveur. Conditionnement adapté et classement, qu’ils soient mis en œuvre par les propriétaires ou par un service d’archives structuré à la suite d’un don ou d’un dépôt, seraient un préalable à toute étude approfondie.

Chute de roses, marbrerie Paul-Favre. Repro. Thierry-Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

Chute de roses, marbrerie Paul-Favre. Repro. Thierry-Leroy © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2014 – ADAGP

 

Véronique Belle, chercheure, Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

La première édition du Printemps des Cimetières, organisée par Patrimoine Auralpin, se tiendra le dimanche 22 mai 2016. Cinquante et un cimetières de la région Rhône-Alpes seront le lieu d’animations à cette occasion : http://www.patrimoineaurhalpin.org/printemps-des-cimetieres/

 

 

Pour citer cet article

BELLE, Véronique. « Contribution à l’étude des marbreries lyonnaises : les archives des Marbriers et Sculpteurs réunis« , Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne Rhône-Alpes [en ligne], 12 mai 2016. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/3661>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Dossier d’inventaire accessible sur internet par Mozilla Firefox http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/four-crematoire-crematorium-du-nouveau-cimetiere-de-la-guillotiere/cc9bcdcd-7873-438b-81aa-9a4936a855c1 []
  2. Dossier d’inventaire accessible sur internet par Mozilla Firefox http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/tombeau-de-la-famille-du-baron-rambaud/184d8a47-638d-4fcc-95ac-2ff29df43deb []
  3. Voir notamment Ariès, Philippe. L’Homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977, Livre II, « La mort ensauvagée », cinquième partie, « La Mort inversée ». []
  4. Entretien avec Madame Paulette Favre, avril 2012. BELLE, Véronique. « Les sources de la marbrerie funéraire : l’exemple lyonnais », Actes des journées d’étude Les sources du funéraire, Université d’Avignon, 10-11 septembre 2013, 2015, p. 72-82. Voir également le dossier d’inventaire http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/usine-de-taille-de-materiaux-de-construction-p-favre-entrepreneur-de-travaux-funebres-puis-marbrerie-paul-favre/ae59886b-1354-4d1c-86a1-6ce2cac48d0a []
  5. Ainsi celui de l’Entreprise générale de Marbriers et Sculpteurs réunis, fabrique de barrières et de croix de fer, grand assortiment de vases, corbeilles, piliers en fonte, plaques marbre de toutes dimensions, catalogue de 1906. []
  6. Projets connus grâce à des dessins, des tirages de plans au cyanotype (bleus d’architectes), des calques, des plans d’exécution avec poncifs tels ceux de la marbrerie Paul Favre. []
  7. comme celui du Pélican nourrissant ses petits ornant l’hôpital de la Charité à Lyon. []
  8. L’entreprise a donc fait face à un déménagement important en novembre 2011 (six mois de préparation minimum ont été nécessaires). Voir le dossier d’inventaire sur l’antenne de l’avenue Berthelot, consultable sur internet : http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/usine-de-taille-de-materiaux-de-construction-entreprise-generale-de-marbriers-et-sculpteurs-reunis/f1cb5b57-d9f8-4736-8986-c840bb313079. []
  9. Voir à ce sujet Ochandiano, Jean-Luc (de). Pastor Martinez, Nuria. Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise. Lyon, Lieux Dits, 2013, p. 105-118. []
  10. Jules Aeschimann, pasteur, 1810-1892, André, Gaspard. L´œuvre de Gaspard André. Lyon : A. Storck et Cie, imprimeurs-éditeurs, 1898, p. 169-170. []
  11. Dureau, Jeanne-Marie (dir.). Bruyère, Gérard. Chiron, Noëlle. Richaud, Gilbert. Gaspard André, 1840-1896, architecte lyonnais. Lyon : archives municipales de Lyon, 1996, 228 p., p. 162. []
  12. AD Rhône, série 10 M, Travail et main d’œuvre dans le Rhône 1800-1940, 10 M 301, Syndicats créés entre 1873 et 1880, Sculpteurs, marbriers et tailleurs de pierre. []
  13. [publié en feuilleton en 1891-1892] Lyon, Bellier, 2003 publié par Gilbert Gardes. []
  14. Au dos d’une photographie du monument aux morts de Gérardmer (guerre de 1914-1918) une étiquette porte la raison sociale suivante : « Entreprise générale de Marbriers et Sculpteurs réunis, Ancienne maison Dubreuil Jeune, M. Mrs Vialy reprts ». []
  15. Chapelle probablement non réalisée car elle n’a pas été retrouvée dans le cimetière de cette commune de l’Ain. []
  16. Crozat, Stéphane. Marchenay, Philippe. Bérard, Laurence. Fleurs, fruits, légumes. L’épopée lyonnaise. Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 2010. []

2 réponses

  1. LANDON dit :

    Bonsoir.
    Je fais quelques recherches dans le cadre de généalogies, et les cimetières sont un lieu très riches pour retrouver des individus, mais aussi s’intéresser aussi à l’art funéraire.Au cimetière de Montbrison une stèle concernant le curé Jean BAROU qui officiait à la paroisse Saint-Pierre de Montbrison qui est décédé le 24 Août 1863. Au bas à gauche de la stèle on peut lire BOUCHAUDRY à Lyon. Pourrait-il s’agir de BOUCHAUDRY Michel Mathieu sculpteur à Lyon ? Merci de votre réponse et si vous souhaitez un complément d’informations n’hésitez pas.

  2. André C. dit :

    Bonjour Madame,
    Votre article sur les Marbriers Réunis de Lyon m’a enchanté.
    Je tiens à vous féliciter pour le travail d’archive qui redonne vie
    à des pratiques parfois oubliées.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *