Le recensement du vitrail ancien de la France, « et spécialement » en Rhône-Alpes

Détail de la baie 2 de l'église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : portrait de Marguerite d'Autriche. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 - ADAGP

Détail de la baie 2 de l’église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : portrait de Marguerite d’Autriche. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 – ADAGP

Le domaine du vitrail ancien (c’est-à-dire avant 1789) en France a connu au début des années 2010 une riche actualité, avec la parution en 2011 du neuvième volume de la collection des Corpus Vitrearum, Les vitraux d’Auvergne et du Limousin1, la création de la Cité du vitrail à Troyes, inaugurée en juillet 2013, la parution de l’ouvrage de synthèse Le Vitrail Ve-XXIe siècles2 en 2014 et enfin l’exposition Chagall, Soulages, Benzaken… Le vitrail contemporain3 en 2015 à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris. En effet, même si le recensement du vitrail ancien de la France n’est pas encore terminé, l’achèvement des enquêtes étant programmé pour 20174, la richesse des résultats des recherches d’ores et déjà accomplies, ainsi que le départ de plusieurs chercheurs de la cellule vitrail du Centre André Chastel5 qui est en charge de ce recensement, ont formé un contexte propice aux entreprises de synthèse.

C’est dans ce cadre que le Ministère de la Culture, par l’intermédiaire de la Direction générale des Patrimoines (service des Monuments Historiques et Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel), et le Centre André Chastel ont décidé de marquer une étape dans cette opération de longue haleine en accompagnant la mise en forme et la diffusion des données récoltées lors des enquêtes de recensement.

En région Rhône-Alpes, les données issues du recensement du vitrail ancien avaient fait l’objet de notices versées dans la base nationale Palissy. Depuis 2012, avec l’utilisation de l’application de production et de mise en ligne de dossiers Gertrude, la Région met en ligne les dossiers issus des opérations régionales d’Inventaire sur son propre site de diffusion patrimoine.rhonealpes.fr et a entrepris de rendre accessibles les dossiers et illustrations de ses opérations anciennes, grâce à un programme de reprise de données et de numérisation des fonds de photographies et dessins. La Région Rhône-Alpes a ainsi confié l’intégration dans la base Gertrude des notices et illustrations issues du recensement du vitrail ancien à un chargé de mission6 recruté par le Centre André Chastel grâce à des crédits du Ministère de la Culture. Cette mission s’est déroulée du 15 février au 16 mai 2016. A l’issue de ce travail, 444 dossiers illustrés par 1850 photographies sont désormais consultables par tous.

Détail de la baie 2 de l'église abbatiale Notre-Dame d'Ambronay (Ain) : masque de feuilles. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1981 - ADAGP

Détail de la baie 2 de l’église abbatiale Notre-Dame d’Ambronay (Ain) : masque de feuilles. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1981 – ADAGP

Cet article accompagne le travail de revalorisation des données. Il revient dans une première partie sur l’histoire de l’étude des vitraux en France, puis présente l’inventaire des vitraux anciens de Rhône-Alpes.

 

Introduction à l’histoire du recensement du vitrail ancien de la France

La France est le pays du monde qui conserve le plus de vitraux anciens7. Paradoxalement, pendant longtemps l’étude du vitrail a fait figure, dans ce pays, de parent pauvre de l’histoire de l’art. La présence de fortes personnalités et un débat d’idées autour d’un recensement du vitrail ont été nécessaires tout au long du XXe siècle pour que ce patrimoine trouve sa place dans l’historiographie et s’affirme dans le cœur des historiens de l’art.

La naissance du concept de « Corpus » du vitrail français

C’est au début du XXe siècle que se développe le concept d’un recensement du vitrail de la France. Dès 1906, Émile Mâle (1862-1954), historien de l’art spécialiste de la période médiévale, lance l’idée dans un chapitre (intitulé La peinture sur verre en France) du deuxième volume de l’Histoire de l’art depuis les premiers temps chrétiens à nos jours dirigé par l’historien de l’art André Michel (1853-1925). Il regrette que la documentation à propos du vitrail soit faible et peu pratique : « les livres qui ont été publiés en France ou à l’étranger sur ce sujet sont de simples catalogues » puis « ce qui empêchera encore longtemps d’écrire l’histoire du vitrail c’est le petit nombre des reproductions. Les comparaisons, qui sont si fécondes, sont actuellement impossibles ». Les moyens et la manière de travailler de l’époque, selon cet auteur, ne permettent pas d’étudier correctement le vitrail. Il évoque alors l’idée suivante : « Il faudrait avoir sans cesse sous les yeux, dans un Corpus bien fait, tous les vitraux de France, et ce Corpus n’existe pas »8. Il comprend que pour construire l’histoire de l’art du vitrail de France, il est nécessaire que tous les vitraux soient répertoriés et leur photographie accessible facilement. La proposition fait son chemin et d’autres historiens de l’art la relayent, comme par exemple Gaston Migeon (1861-1930), en 1908, dans la préface du catalogue des vitraux suisses du Musée du Louvre par Wilhelm Wartmann9.

Couverture et page de titre des Vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise... de Lucien Bégule.

Couverture et page de titre des Vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise… de Lucien Bégule.

Cet appel à la création d’un « Corpus » est entendu par le peintre-verrier lyonnais Lucien Bégule (1848-1935), qui publie Les vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise et spécialement dans l’ancien diocèse de Lyon en 191110. Cet ouvrage s’intéresse, comme son nom l’indique, aux vitraux de la région lyonnaise mais concerne aussi des vitraux des départements proches comme l’Ain, l’Isère ou encore la Savoie. Il effectue presque un inventaire du vitrail dans l’aire géographique qu’il étudie. Dans la préface du livre, l’auteur explique l’importance du vitrail dans l’histoire de l’art français : « L’art du vitrail, mieux encore que les miniatures des manuscrits, nous éclaire sur l’histoire de la peinture en France, du douzième au seizième siècles. Cette somptueuse décoration, qui, pendant le Moyen Âge et la Renaissance, a été, en France, inséparable de l’architecture et est devenue la forme la plus brillante et la plus riche de la peinture monumentale, peut encore être regardée comme inconnue »11. Il dit ensuite : « C’est à peine si les vitraux de quelques grandes cathédrales, comme celles de Chartres, de Bourges et du Mans, ont été l’objet de monographies accompagnées de reproductions plus ou moins exactes. Combien de merveilles ont disparu et disparaissent chaque jour, sans qu’une image nous en soit conservée ! Combien d’autres sont encore ignorées ! ». Lucien Bégule regrette donc lui aussi la faible documentation disponible et rajoute le fait que le vitrail est un patrimoine menacé par des destructions aveugles. Il conclut de toutes ses observations « L’histoire du vitrail reste à faire en France ». Conscient que « la tâche est immense et, actuellement, au-dessus des forces d’un seul historien », il propose alors : « la connaissance de l’architecture française, que nous possédons aujourd’hui, a été singulièrement facilitée par des monographies de nos édifices nationaux ; de même l’étude des vitraux anciens, région par région, serait d’une extrême utilité pour faire connaître de façon exacte et complète un art magnifique entre tous et si éminemment français. »12 Plus loin, dans la conclusion du livre, il rajoute : « C’est avec une longue suite de monographies locales et d’inventaires régionaux qu’il faudra constituer l’inventaire général des vitraux de la France »13. L’auteur développe ainsi l’idée et la méthode de constitution du « Corpus » d’Émile Mâle. Il souligne dans un premier temps l’importance du travail collectif, puis de l’usage d’inventaire et de monographie et enfin de son organisation région par région. Avec son ouvrage, Lucien Bégule souhaite participer à cette tâche. La méthode de travail qu’il propose fait figure de prémonition des futures actions menées par l’Inventaire général du patrimoine.

Détail de la baie 103 de l’église Saint-Bernard de La Bénisson-Dieu (Loire) : grisailles cisterciennes. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1981 – ADAGP

Ce qui est également intéressant chez tous les auteurs cités précédemment, c’est leur conscience de l’importance des moyens techniques dans l’étude du vitrail. Émile Mâle déclare que « la photographie des couleurs rendra un jourles tâches de l’historien plus facile »14, tout comme Gaston Migeon qui reprend la même idée : « le jour prochain ou la photographie en couleurs aura pu fixer la merveilleuse polychromie des vitraux, l’étude en sera singulièrement facilitée »15. Pour eux, les dessins et les photographies noir et blanc ne suffisent pas à l’étude du vitrail. Ils sentent l’importance de la photographie couleur dans ce travail d’inventaire. Lucien Bégule a essayé de faire des reproductions couleurs mais il abandonne car il trouve que le résultat n’est pas encore à la hauteur de ses espérances et reste sur des procédés classiques pour sa publication : « On regrettera peut-être de ne pas trouver, dans les reproductions, les couleurs impérissables qui sont la gloire des vitraux anciens. Des essais ont été tentés par nous, au moyen des plaques autochromes. Mais ces plaques, admirables et parfaites pour la projection, ne peuvent transporter leurs couleurs sur le papier qu’au moyen de la trichromie. Dans cette traduction d’une traduction, la splendeur des originaux s’évanouit. Nous avons estimé qu’au lieu de reproductions en couleurs, nécessairement fautives, dans l’état actuel des procédés, il était préférable de donner des reproductions monochromes aussi exactes que possible pour le dessin et la valeur des tons, et fouillées dans tous les détails par l’emploi de l’orthochromatisme »16.

Bégule 1911 - PL IX_P

Exemple d’illustration dans « Les vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise… » de Lucien Bégule, PL. IX : saints patrons, calvaire (baie 3) à l’église Notre-Dame-des-Marais, à Villefranche-sur-Saône (Rhône).

Il est possible de citer quelques entreprises d’études régionales autres que celle de Lucien Bégule, comme celles du comte Paul Biver en Champagne17 ou de René Couffon en Bretagne18. Il faut également évoquer Édouard Rayon, conservateur du musée de Melun, qui, de 1909 à 1934, a étudié les vitraux de plusieurs départements19. Jean Lafond dans son ouvrage Le vitrail publié en 1966 parle également d’une tentative de corpus commencée par Marcel Aubert, Jean Verrier et lui-même20. Malgré ces bonnes volontés, aucun « Corpus » ne voit le jour.

 

L’organisation de l’étude du vitrail

C’est la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences qui vont apporter un bouleversement et un nouvel élan dans l’étude du vitrail.

Le vitrail français a souffert de la Première Guerre mondiale. Ce n’est que tardivement, vers la fin du conflit, que des verrières sont déposées pour essayer de les préserver, comme par exemple à Reims en 1917 ou à Rouen et Chartres l’année suivante21. En 1939, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le service des Monuments Historiques et notamment l’inspecteur général Jean Verrier, se souvenant des erreurs du passé (c’est-à-dire les destructions de nombreuses verrières et les réactions trop tardives des services de protection du patrimoine durant la Première Guerre), entreprennent de déposer de nombreux vitraux. C’est ainsi qu’environ 50 000 mètres carrés de vitraux sont descendus des baies des édifices et mis à l’abri22. Le phénomène n’est pas spécifique à la France, d’autres pays européens prenant les mêmes dispositions, et a des conséquences majeures pour la suite de l’étude du vitrail. Les historiens de l’art, découvrant des édifices dépouillés de tous leurs décors vitrés, prennent conscience de l’importance et de la place du vitrail dans la perception de l’architecture. De plus, la dépose des verrières entraîne une proximité plus étroite entre les chercheurs et leur sujet. Parfois placé très haut dans les édifices, le vitrail est difficile d’accès : ces déposes exceptionnelles permettent donc un rapprochement physique inédit. Enfin, les chercheurs profitent également de la situation pour faire photographier dans de bonnes conditions tous les vitraux déposés. Ils réunissent alors une documentation inédite et de qualité, ce qui permet un tournant dans l’historiographie.

Verrière déposée au presbytère de l'église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : la Nativité. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 - ADAGP

Verrière déposée au presbytère de l’église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : la Nativité. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 – ADAGP

Après la guerre, les vitraux regagnent petit à petit leur place dans les édifices. Tous les historiens de l’art européens ayant profité de la situation s’activent à publier leurs découvertes. Des expositions sont organisées, comme par exemple Vitraux de France23, présentée en 1953 au Musée des Arts décoratifs de Paris par Jean Verrier, Jacques Gerrin, Louis Grodecki, Jean Taralon et d’autres historiens de l’art. Cependant, l’impulsion décisive vient du recteur de l’Université de Berne, Hans Robert Hahnloser. En 1952, il propose à Amsterdam, lors du XVIIe congrès international d’Histoire de l’Art, des directives pour l’organisation de l’étude du vitrail. Celles-ci sont adoptées et ainsi est fondé le Corpus Vitrearum Medii Aevi. L’année suivante est organisée à Berne le premier colloque international du Corpus Vitrearum. Un autre colloque est organisé en 1956 à Paris, et un troisième en 1957 à Cologne24. C’est durant ces évènements qu’est adoptée la norme internationale pour étudier le vitrail. Les pays membres lancent alors des études monographiques de leur patrimoine vitré. L’objectif est de tout étudier. En France, le premier volume sorti en 1959 est consacré à Notre-Dame de Paris et à la Sainte-Chapelle. L’objectif du Coprus Vitrearum est aussi d’acquérir des connaissances dans le cadre de la restauration et de la conservation des vitraux.

Parallèlement à ce premier opus monographique paraît en 1958 Le Vitrail français25, ouvrage de synthèse publié sous la direction du Musée des Arts décoratifs de Paris. Œuvre des historiens de l’art qui marquent l’historiographie française (Marcel Aubert, André Chastel, Louis Grodecki, Jean-Jacques Gruber, Jean Lafond, François Mathey, Jean Taralon et Jean Verrier), Le Vitrail français reflète l’évolution et l’avancée de la recherche dans ce domaine durant les années 1940 et 1950 et reste pendant longtemps une référence incontournable.

Détail de la baie 2 de la Sainte Chapelle du château des Ducs de Savoie à Chambéry (Savoie) : pie posée sur un arbuste, au pied du Christ ressuscitant. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 – ADAGP

La création du recensement du vitrail ancien de la France

Le travail des membres du Corpus Vitrearum avance à des rythmes différents selon les pays.

En France, les chercheurs se rendent compte que l’étude monographique systématique est trop longue en raison de l’importance de ce patrimoine. En 1971, lors du colloque du Corpus Vitrearum tenu à Florence, le problème est soulevé. La décision suivante est adoptée : les pays qui ne peuvent pas publier rapidement des monographies sont invités à publier des inventaires26. C’est ainsi que l’année suivante, sous l’impulsion de Louis Grodecki, Françoise Perrot et Jean Taralon, est lancé le recensement des vitraux anciens de la France. Le ministère de la Culture et de la Communication et le CNRS s’organisent pour constituer des équipes de recherches pour travailler sur ce projet. Ils planifient un travail de long terme où l’étude doit être menée région après région. L’objectif clairement défini de ce recensement est de constituer une documentation pour développer les connaissances en suscitant des études sur le vitrail et surtout pour favoriser la conservation de ce patrimoine fragile et menacé.

En 1978 est ainsi publié le premier volume français du Corpus vitrearum : Les vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais27.

En 1979, l’opération est rattachée à l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, avec la création d’une « cellule Vitrail » formée de quatre spécialistes. L’Inventaire général, créé en 1964 sous l’impulsion d’André Malraux et d’André Chastel, a pour missions de recenser, d’étudier et de valoriser le patrimoine français, examiné in situ, « de la cathédrale à la petite cuillère », du Ve siècle à généralement trente ans avant la date d’enquête. L’étude du vitrail ancien s’intègre alors parfaitement à ses prérogatives. Les motivations de ce rapprochement sont de faciliter et d’accélérer le travail grâce au savoir-faire et au personnel des services d’Inventaire implantés dans les Directions régionales des affaires culturelles. L’équipe de recensement du Corpus vitrearum pouvait ainsi s’appuyer déjà sur les ressources des services régionaux d’Inventaire en matière de bibliographie, de connaissance du territoire et de ses réseaux d’acteurs (institutions, société savantes…) ou encore de moyens techniques (véhicules et matériel photographique). Les moyens techniques et financiers des tout nouveaux Établissement Publics Régionaux ont aussi pu être mis à contribution28.

En 1981, le deuxième volume du Corpus vitrearum regroupe les vitraux du Centre et des Pays de la Loire. Le troisième volume devait répertorier ceux de Champagne, de Lorraine et d’Alsace, mais suite à l’investissement de la Région Rhône-Alpes, l’ouvrage, publié en 1986, est consacré à cette région ainsi qu’à la Bourgogne et à la Franche-Comté.

En 1983, Jules Gero publie un livre consacré à la bibliographie du vitrail. Cela reflète les avancées dans ce domaine29.

Les régions publiées dans les volumes du Corpus Vitrearum (Jérôme Bellet, 2016)

Les régions publiées dans les volumes du Corpus Vitrearum (Jérôme Bellet, 2016)

Aujourd’hui, neuf volumes du Corpus Vitrearum sont publiés.

L’acte II de la décentralisation, en confiant aux régions la compétence d’Inventaire général par la loi du 13 août 2004, a entraîné une modification des partenariats. Les données sont désormais produites dans le cadre de conventions entre les Régions et le Centre André Chastel, au sein du thème de recherche 1.4 « Histoire de l’art du vitrail », qui remplace depuis 2005 la cellule Vitrail.

 

Le guide du recensement du vitrail ancien de la Région Rhône-Alpes.

Présentation du recensement30

Le recensement est conduit en Rhône-Alpes de 1981 à 1985 sur l’ensemble des huit départements de la région (Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie et Haute-Savoie). L’enquête est menée par Véronique Chaussé-David, membre de la cellule Vitrail, et les photographies réalisées par Bruno Cougnassout, recruté sur contrat pour cette opération par l’ADIRA (Association pour le Développement de l’Inventaire Rhône-Alpes, association para-administrative dissoute en 2004).

Une liste des vitraux anciens de la région a été établie grâce à un travail de dépouillement des sources d’archives et de la bibliographie. Le travail de Lucien Bégule a constitué la référence absolue et le point départ incontournable de ces recherches préalables. Le chercheur et le photographe ont visité tous les lieux indiqués par les documents afin de vérifier la présence ou non des vitraux recherchés, afin de les étudier et de prendre des photographies. Les données récoltées ont été synthétisées et archivées dans des dossiers d’Inventaire.

Détail de la baie 2 de l’église Saint-Martin d’Ambierle (Loire) : saint Eustache et le cerf, partie basse. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 - ADAGP

Détail de la baie 2 de l’église Saint-Martin d’Ambierle (Loire) : saint Eustache et le cerf, partie basse. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 – ADAGP

Les premiers résultats sont présentés du 10 décembre 1982 au 30 janvier 1983, avec la présentation de l’exposition Objectif Vitrail Rhône-Alpes au palais Saint-Jean à Lyon31. Le souhait est de « montrer l’évolution du vitrail en Rhône-Alpes du XIIe au XXe siècle, sa richesse et sa diversité, révéler des œuvres moins connues et plus isolées, montrer aussi les problèmes posés par l’étude des vitraux et la nécessité d’un regard critique sur leur authenticité ». Un catalogue d’exposition est publié à cette occasion.

L’achèvement du recensement dans la région est consacré par la publication du Corpus Vitrearum III. Les vitraux de Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes, en 198632 (subventionné par la Direction du Patrimoine du Ministère de la Culture et par les Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique). C’est la synthèse de l’étude de quinze départements. Il recense « environ 841 verrières ou panneaux » contenus dans 294 édifices. La publication des vitraux de la seule région Rhône-Alpes n’étant pas justifiée, puisqu’ils ne sont pas assez nombreux, des vitraux d’autres régions sont associés dans l’ouvrage.

Enfin, les notices ont été informatisées, au service régional de l’Inventaire de Rhône-Alpes, par Catherine Pairaudeau, avant versement dans la base Palissy.

Rhône-Alpes n’est pas la région de France qui conserve le plus de vitraux anciens. Cependant, elle possède de très beaux ensembles. Les dossiers mis en ligne présentent des vitraux ou des fragments de vitraux localisés dans plus de 70 édifices.

La répartition de ce patrimoine dans la région est très inégale, tant du point de vue chronologique que topographique33.

Répartition des verrières anciennes recensées par siècle en région Rhône-Alpes (Caroline Guibaud, 2016)

La répartition des verrières recensées par siècle, du XIIe au XVIIIe siècle, montre en effet une grande disparité : les verrières de certains siècles sont mieux préservées et plus nombreuses que d’autres. La verrière la plus ancienne connue est celle de la baie 109 de l’église Notre-Dame de Champ-près-Froges (Isère). Elle date des environs de 1160.

Détail de la baie 109 de l'église Notre-Dame de Champ-près-Froges (Isère) : l'Ascension. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 - ADAGP

Détail de la baie 109 de l’église Notre-Dame de Champ-près-Froges (Isère) : l’Ascension. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1982 – ADAGP

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon possède également des éléments de la fin du XIIe siècle. C’est également le seul édifice à présenter du vitrail du XIIIe siècle, et une des deux seules verrières complètes du XIVe siècle (cf. infra, illustration du Guide du recensement pour le département du Rhône). La Vierge à l’Enfant de l’église Notre-Dame-des-Marais de Villefranche-sur-Saône (Rhône) est la seconde.

Les XVe et XVIe siècles représentent la période la plus riche, avec environ les trois-quarts du corpus, illustrée par des ensembles complets de verrières souvent conçus pour des édifices de construction contemporaine, comme à Ambierle (Loire) et Ambronay (Ain) pour le XVe siècle, et à Brou (Ain) pour le XVIe siècle. C’est également la période où l’on voit apparaître du vitrail civil, mais dont la production est essentiellement extérieure à la région (vitrail « suisse »).

Enfin, les 17e et surtout 18e siècles, bien que plus récents, ne représentent qu’une petite partie du corpus.

La répartition géographique montre également de grandes inégalités : le vitrail ancien est très présent dans certains départements alors que d’autres sont peu ou pas représentés ; l’essentiel de cet héritage est ainsi contenu seulement dans quelques édifices.

Nombre de verrières par département de la région Rhône-Alpes (Caroline Guibaud, 2016)

Le vitrail de la région a souffert du passage du temps et des aléas climatiques (orages, vieillissement), mais surtout des actions de l’homme : guerres de Religion (avec notamment les destructions des troupes du baron des Adrets au XVIe siècle), changements de goût et baisse d’intérêt pour cette technique dans la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle, destructions volontaires ou par défaut d’entretien à la Révolution, négligence et ignorance des XIXe et XXe siècles (guerres, malveillance, mauvaises restaurations, destructions volontaires lors de reconstructions d’édifices…)34. L’Ain, la Loire et le Rhône sont les départements les plus richement dotés. En Isère, en Savoie et en Haute-Savoie, les vitraux anciens sont moins nombreux. La Drôme possède seulement deux édifices avec des verrières anciennes. L’Ardèche n’en a aucun. Enfin, certains éléments ne sont plus dans leur lieu d’origine et ont été déplacés dans d’autres églises ou déposés dans des musées.

Panneau de verrière des collections du Musée des Arts décoratifs de Lyon (Rhône) : roi bâtissant (case 1 (1)). Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 - ADAGP / MTMAD, Lyon

Panneau de verrière des collections du Musée des Arts décoratifs de Lyon (Rhône) : roi bâtissant (case 1 (1)). Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 – ADAGP / MTMAD, Lyon

 

Le guide du recensement

Cette partie donne le détail des communes et des édifices où l’on peut trouver les vitraux étudiés. La localisation des baies anciennes ou contenant des fragments de verrières anciennes sont précisées selon les normes françaises de numérotation des baies.

Les communes de Rhône-Alpes détentrices de verrières anciennes (Jérôme Bellet, André Céréza, 2016)

Ain :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Ambronay église Sainte-Marie 0, 1, 2, 5, 7, 103, 105 ; sacristie : A, B, C, D
Biziat église Saint-Clair 8 ; baie de la sacristie
Bourg-en-Bresse

 

 

 

église abbatiale Saint-Nicolas-de-Tolentin à Brou

 

 

0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 25, 102, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 207, 208, 209, 210, 211, 212, 213, 214, 215, 216, 217, 218,219, 200, 221, 222, 223 224, 226
Bourg-en-Bresse église Notre-Dame 8, 10, 13
Bourg-en-Bresse musée de Brou collections du musée
Boyeux-Saint-Jérôme chapelle de Châtillon-de-Cornelle 0, 1
Châtillon-la-Palud église Sainte-Irénée 1, 2, 4
Chazay-sur-Ain château de Chazay salle des ancêtres : A, B, C, D, E, G
Jasseron église Saint-Jean-Baptiste 4, 6
Lescheroux église Saint-André 0, 1, 2
Loyettes église Saint-Jacques-Saint-Christophe 0, 1
Rossillon église Saint-Pierre 0
Saint-Georges-sur-Renon église Saint-Georges 3
Villars-les-Dombes église de la Nativité 0, 1, 2

 

Détail de la baie 7 de l'église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : chien couché aux pieds de Marguerite d’Autriche. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 - ADAGP

Détail de la baie 7 de l’église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou, à Bourg-en-Bresse (Ain) : chien couché aux pieds de Marguerite d’Autriche. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 – ADAGP

Ardèche :

Pas de verrières anciennes

Drôme :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Chavannes

 

 

château du Mouchet

 

 

tour : B, C ; bibliothèque : H ; 2e étage : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X ; caves : A
Manthes église Saint-Pierre 0

 

Baie 0 de l'église Saint-Pierre de Manthe (Drôme). Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 - ADAGP

Baie 0 de l’église Saint-Pierre de Manthe (Drôme). Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1983 – ADAGP

Isère :

Communes Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Champ-près-Froges (Le) église Notre-Dame 109
Côtes-d’Arey (Les) chapelle Saint-Mamert 4
Grenoble cathédrale Notre-Dame trésor
Plan église Notre-Dame 4
Revel-Tourdan église Notre-Dame 0
Saint-Antoine église Saint-Antoine 6, 8, 101, 102, 216 ; sacristie : C, D
Saint-Chef église Saint-Theudère 8
Sappey-en-Chartreuse église Saint-Michel 2
Vienne

 

 

cathédrale Saint-Maurice

 

 

6, 7, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 111, 113, 114, 115, 125, 126, 127, 128 ; baie de la sacristie
Vienne musée des Beaux-Arts collections du musée

 

Loire :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Ambierle

 

église Saint-Martin

 

0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 9, 11, 13, 15, 102, 201, 206, 209, 210, 211, 212, 213, 214, 215, 216, 217, 218
Bénisson-Dieu (La) église Saint-Bernard 1, 3, 5, 7, 12, 14, 16, 101, 103, 105, 111
Crémeaux église Saint-Martin 0
Écotay-l’Olme Eglise Saint-Étienne 10
Roanne église Saint-Étienne 120
Saint-André-d’Apchon église Saint-André 0, 1, 2, 3, 5, 5
Saint-Étienne musée d’Art et d’Industrie collections du musée
Saint-Galmier église Saint-Galmier 14, 16
Saint-Martin-d’Estréaux église Saint-Martin 2

 

IVR82_19844200139XA

Détail de la baie 1 de l’église Saint-André de Saint-André d’Apchon (Loire) : donateur présenté par son saint patron (saint Jean Baptiste) à la Vierge. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 – ADAGP

Rhône :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Arbresle (L’) église Saint-Jean-Baptiste 0, 1, 2, 3, 7, 15
Arnas maison d’habitation collection privée
Azolette église Saint-Pierre-Saint-Paul 6, 7, 8, 9,10, 11
Beaujeu église Saint-Nicolas 6, 8, 9, 13
Chamelet église Saint-Barthélemy 1, 2, 100
Chessy église de la Nativité 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Dareizé église Saint-Pierre 1
Lyon

 

cathédrale Saint-Jean-Baptiste 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 22, 24, 25, 30, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 115, 116, 133, 200
Lyon musée des Beaux-Arts collections du musée
Lyon musée des Arts décoratifs collections du musée
Pouilly-le-Monial église Saint-Pierre 2
Saint-Georges-de-Reneins chapelle du château de Laye 2, 4, 100, 101, 103, 105
Saint-Martin-en-Haut chapelle Saint-Laurent 0
Saint-Romain-au-Mont-d’Or église Saint-Romain 5
Saint-Symphorien-sur-Coise église Saint-Symphorien 1
Ville-sur-Jarnioux église Saint-Martin 1, 2, 11
Villefranche-sur-Saône église Notre-Dame 3, 4, 5, 8, 9
Yzeron église Saint-Barthélemy 1, 3

 

Baie 100 de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon (Rhône) : couronnement de la Vierge. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1987 - ADAGP

Baie 100 de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon (Rhône) : couronnement de la Vierge. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1987 – ADAGP

Savoie :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Aix-les-Bains église Notre-Dame, presbytère panneau 1, A, B
Bourget-du-Lac (Le) église Saint-Laurent 5
Chambéry Sainte-Chapelle du château 0, 1, 2, 6
Lucey église Saint-Étienne 3 ; sacristie : A, B
Saint-Georges-des-Hurtières église Saint-Georges 1, 2

Haute-Savoie :

Commune Édifice Localisation des éléments anciens, baie n° :
Annecy

 

église Saint-François

 

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 100, 101, 103, 104, 105, 106, 107, 108
Annecy église Saint-Joseph, chapelle Sainte-Croix 1, 3, 6 ; sacristie : A, B, C, D
Annecy église Saint-Maurice 7, 9, 11
Annecy musée-château collections du musée
Argonay église Saint-Christophe 2, 4
Cernex église Saint-Martin 0, 1 ,2
Dingy-Saint-Clair église Saint-Clair 0, 1, 2
Nancy-sur-Cluses église Notre-Dame 1
Poisy église Saint-Martin 3, 4
Pringy église Saint-Maurice 0
Sallanches église Saint-Jacques 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113
Sciez

 

château de Coudrée

 

réception : A, B ; salle à manger 1 : A, B, C ; salle à manger 2 : A, B, C, D, E ; chapelle : A, B, C
Thorens-Glières château de Sales cage d’escalier
Villaz église de la Nativité 0

 

Baie 3 de l'église Saint-Joseph d'Annecy (Haute-Savoie) : Crucifixion avec sainte Madeleine. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 - ADAGP

Baie 3 de l’église Saint-Joseph d’Annecy (Haute-Savoie) : Crucifixion avec sainte Madeleine. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1984 – ADAGP

 

Conclusion

L’histoire du recensement du vitrail ancien de la France s’inscrit dans la longue durée et n’est toujours pas terminée. Le travail accompli au cours du temps par les chercheurs est très important. De nombreuses leçons sont tirées de l’inventaire et principalement dans le cadre de la conservation. Aujourd’hui, les travaux de restauration sont minutieusement préparés et documentés afin que nous puissions préserver et transmettre ce patrimoine aux générations futures35.

Le recensement a aussi permis de découvrir ou de redécouvrir cette partie de notre patrimoine. Les vitraux, hauts placés, sont souvent inaccessibles et pas toujours compréhensibles. Cette opération permet donc au public, grâce aux informations et à toutes les photographies, d’y avoir accès et de mieux appréhender le sens ou la beauté de ces œuvres.

Depuis le 1er janvier 2016, les anciennes Régions Auvergne et Rhône-Alpes n’en forment plus qu’une. Si le recensement du vitrail ancien est terminé pour ces deux anciennes régions, le chantier de l’étude des verrières des XIXe, XXe et XXIe siècles reste en revanche à poursuivre.

Baie n°4 de l’église de Saint-Sixte (Loire) : l'Adoration des mages, réalisée par Lucien Bégule en 1899. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2002 - ADAGP

Baie n°4 de l’église de Saint-Sixte (Loire) : l’Adoration des mages, réalisée par Lucien Bégule en 1899. Éric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2002 – ADAGP

En Rhône-Alpes, un échantillon a été étudié en parallèle de l’opération de recensement du vitrail ancien. Des dossiers ont été constitués et illustrés de photographies. Malheureusement, faute de temps et de moyens, ces données qui méritent d’être connues dorment dans les archives du service de l’Inventaire. De même en Auvergne, les chercheurs qui ont travaillé au recensement du vitrail ancien se sont intéressés à des verrières qui dépassent le cadre chronologique initial, par exemple les verrières de la chapelle du château de Randan (Puy-de-Dôme).

Sur ces bases, il est nécessaire de construire un nouveau projet afin de valoriser les données déjà acquises et engager la poursuite de cet inventaire. Les enjeux sont multiples : faire avancer la recherche (notamment en complétant les bases de données comme le répertoire des peintres-verriers36), protéger ce patrimoine qui est plus que jamais menacé par le vandalisme ou les destructions lors de travaux, et le valoriser. Pourrait-on envisager l’organisation d’un inventaire participatif préliminaire, grâce aux compétences locales, afin de couvrir l’ensemble de la région37 ?

En 1911, Lucien Bégule disait « L’histoire du vitrail reste à faire en France ». Aujourd’hui, la tâche est bien avancée mais il reste encore beaucoup à  accomplir. En Auvergne-Rhône-Alpes, la recherche autour des verrières à encore de beaux jours devant elle afin de compléter son apport à l’étude du vitrail français.

IVR82_19816900109XA

Vitrail d’appartement (Rhône, collection privée) : vitrail suisse. Bruno Cougnassout © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 1981 – ADAGP

 

Jérôme Bellet, chargé de mission Recensement du vitrail ancien pour le Centre André Chastel (Paris)

À noter : du 4 au 8 juillet 2016 est organisé à Troyes le XXVIIIe colloque international du Corpus Vitrearum avec pour thème « Le vitrail dans la demeure, des origines à nos jours »38.

Pour citer cet article

BELLET, Jérôme. « Le recensement du vitrail ancien de la France, « et spécialement » en Rhône-Alpes », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine culturel – Rhône-Alpes & Auvergne [en ligne], 29 juin 2016. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/3837>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. HEROLD, Michel. GATOUILLAT Françoise. BOULANGER, Karine. LUNEAU, Jean François. Les vitraux d’Auvergne et du Limousin. Rennes : PUR, 2011 – Corpus Vitrearum ; vol. 9. Parution suivie début 2016 par la mise en ligne des dossiers des verrières étudiées en Limousin []
  2. DAVID, Véronique (dir.) HÉROLD, Michel (dir.) Le Vitrail Ve-XXIe siècles. Walter, Marc (photogr.) Recht, Roland (préf.) Paris : Editions du Patrimoine, 2014. []
  3. [Exposition. Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine]. Chagall, Soulages, Benzaken… Le vitrail contemporain. 20 mai-21 septembre 2015. Catalogue dirigé par Véronique David et Laurence de Finance. Paris : éditions Liénart, 2015. []
  4. http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/page/14-histoire-de-lart-du-vitrail ; consulté le 6 juin 2016. []
  5. Le Centre André Chastel (UMR 8150) est une unité mixte de recherche placée sous la triple tutelle du CNRS, de l’université Paris-Sorbonne et du ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des patrimoines) ; voir http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/ []
  6. Sous la direction scientifique de Caroline Guibaud, conservateur au Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. []
  7. Rappelé sur la jaquette du Vitrail Ve-XXIe siècles, 2014. []
  8. MICHEL, André. L’Histoire de l’art depuis les premiers temps chrétiens à nos jours tome II. Paris : A. Collin, 1906. p. 372. []
  9. WARTMANN, Wilhelm. Les vitraux suisses au Musée du Louvre. Paris : Librairie Centrale d’Art et d’Architecture, 1908. []
  10. BEGULE, Lucien. Les vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise et spécialement dans l’ancien diocèse de Lyon. Paris : Laurens, 1911 []
  11. BEGULE, L., op. cit., p. V. []
  12. BEGULE, L., op. cit., p. V. []
  13. BEGULE, L., op. cit., p. 243. []
  14. dans MICHEL, A., op. cit., p. 372. []
  15. dans WARTMANN, W., op. cit., p. V. []
  16. BEGULE, L., op. cit., p. VII. []
  17. BIVER, Paul (comte). L’école troyenne de peinture sur verre. Vol. I [seul paru], Paris, 1935. []
  18. COUFFON, René. Contribution à l’étude des verrières anciennes du département des Côtes-du-Nord. Saint-Brieux, Presses Bretonnes, 1936. []
  19. Il a rédigé des dossiers de restauration ou d’inventaire. []
  20. LAFOND, Jean. Le vitrail. Paris : A. Fayard, 1966. []
  21. LAFOND, J., op. cit., introduction. []
  22. GATOUILLAT, François. HEROLD, Michel. DAVID, Véronique. « Des vitraux par milliers… Bilan d’un inventaire : le recensement des vitraux anciens de la France », In Situ [En ligne], 6 | 2005, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 24 mai 2016. URL : http://insitu.revues.org/8884 []
  23. Exposition. Paris, Musée des arts décoratifs. 1953. Vitraux de France du XIe au XVIe siècle. Exposition organisée par l’Union centrale des arts décoratifs avec le concours du Service des monuments historiques. Mai-octobre 1953. Catalogue par Louis Grodecki. Avant-propos par Jacques Guérin. Préface par Jean Verrier Broché, 1953. []
  24. Voir http://www.corpusvitrearum.org/ consulté le 24/05/2016. []
  25. AUBERT, Marcel. CHASTEL, André. GRODECKI, Louis. GRUBER, Jean-Jacques. LAFOND, Jean. MATHEY, François. TARALON, Jean. VERRIER, Jean. Le vitrail Français. Paris : Éditions des deux Mondes, 1958. []
  26. Principe rappelé dans le premier volume du Corpus vitrearum : GRODECKi, Louis (dir.). TARALON, Jean (dir.). PERROT, Françoise (dir.). Les vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas de Calais. Recensement des vitraux anciens de la France, volume 1. Comité français du corpus vitrearum medii aevi, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Paris : Édition du CNRS, 1978 (Corpus vitrearum ; vol. 1), introduction. []
  27. Voir note 22. []
  28. CALLIAS-BEY, Martine. CHAUSSE, Véronique. FINANCE, Laurence de. GATOUILLAT, Françoise. Corpus Vitrearum III Les vitraux de Bourgogne, Franche-Comté et de Rhône-Alpes. Paris : Editions du CNRS, 1986, introduction. []
  29. GERO, Jules. Bibliographie du vitrail français. Paris : La Porte étroite, 1983. []
  30. Voir aussi le dossier de Présentation de l’opération de recensement du vitrail ancien de Rhône-Alpes []
  31. [Exposition. Lyon, Palais Saint-Jean. 1982]. Objectif vitrail Rhône-Alpes : exposition présentée à Lyon, Lyon, Palais Saint-Jean, du 10 déc. 1982 au 30 jan. 1983. Réd. Véronique Chaussé, Marc Pabois. Lyon : Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de la France, 1982. []
  32. CALLIAS-BEY, Martine. CHAUSSE, Véronique. FINANCE, Laurence de. GATOUILLAT, Françoise. Les vitraux de Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes. Recensement des vitraux anciens de la France, volume 3. Comité français du corpus vitrearum, Commission nationale de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France ; dir. Jean Taralon, Anne Prache, Nicole Blondel. Paris : Editions du CNRS, 1986 (Corpus vitrearum ; vol. 3). []
  33. Voir la présentation des verrières par siècles dans le dossier de Présentation de l’aire d’étude du recensement du vitrail ancien de Rhône-Alpes []
  34. Pour plus de détails, voir l’introduction du Corpus Vitrearum III. Les vitraux de Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes ou le dossier de Présentation de l’aire d’étude du recensement du vitrail ancien de Rhône-Alpes []
  35. Voir l’assemblée du 11 mai 2016 de l’ICOMOS. []
  36. http://www.inventaire.culture.gouv.fr/Chemin_vitrail.htm []
  37. Il s’agirait de réaliser pour chaque sujet étudié une fiche minimum, composée d’une photographie (vue d’ensemble) et de notes indiquant la nature, le vocable et la localisation de l’édifice, et pour la verrière sa localisation dans l’édifice, le relevé des inscriptions (date, nom de l’auteur, nom du donateur…) et l’état de conservation. []
  38. http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/actualites/xxviiie-colloque-international-du-corpus-vitrearum []

6 réponses

  1. Bonjour,
    Arrière-Petit-fils de Lucien Bégule, je poursuis difficilement, sans moyens, l’étude de son oeuvre.
    Les sites ne sont pas tous découvert mais je met sur internet petit à petit le fruit de ce travail.
    Nous pourrions échanger nos trouvailles, étant toujours à la recherche de lieux non nomenclaturés.
    Cordialement
    Thierry Wagner

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      A l’échelle de la désormais ancienne région Rhône-Alpes, le service de l’Inventaire du patrimoine a publié à ce jour 43 dossiers mentionnant Lucien Bégule (voir http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/recherche/globale?texte=%22Lucien+B%C3%A9gulle%22&type=Dossiers). La base de données Palissy comporte quant à elle 30 références, dont quelques unes vont au-delà des frontières de la région (Allier, Côte-d’Or, Saône-et-Loire, Var) ; de même, la base Mérimée mentionne à 8 reprises Lucien Bégule en tant que peintre-verrier ayant contribué à la construction d’un édifice.
      Cordialement,
      Julien Guillot

  2. Brenas Pech dit :

    Laborieux, fructueux, superbe travail : c’est merveilleux.

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire, qui a été transmis à l’auteur de l’article.
      JG

  3. Guillot dit :

    Belle initiative de rendre accessible ces données. Des fragments des vitraux de la chapelle des Bourbons de la cathédrale Saint-Jean de Lyon ont pu être exposés récemment au musée des beaux-arts dans le cadre de l’exposition Lyon Renaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *