La place de l’enseignement technique au lycée d’Ugine (Savoie) à travers les œuvres du 1% artistique

IVR84_20167304402NUCAQ

Fig. 1. Le lycée René-Perrin, vue d’ensemble. Phot. T. Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

Dans le cadre de l’opération d’inventaire du patrimoine des lycées publics de la Région Rhône-Alpes, une étude a été réalisée au printemps 2016 sur le lycée d’enseignement général, technique et professionnel d’Ugine, en Savoie. Ce lycée porte depuis 1972 le nom de René Perrin lequel, ingénieur de formation, fut directeur des aciéries d’Ugine et mit au point un procédé fondamental pour le développement de la production d’acier inoxydable en France, dit procédé Ugine-Perrin. Donner son nom à l’établissement revenait à rendre hommage au rôle notable que jouèrent les aciéries dans l’essor de l’enseignement technique local tout comme dans celui des bâtiments qui lui étaient dévolus.
Le lycée René-Perrin est en effet issu du développement de la section technique du groupe scolaire de Montroux, construit par la Ville en 1940, qui prendra le nom de Cité technique dans les années 1960. C’est au cours de cette période que l’augmentation des effectifs et la création de nouvelles sections entraînent la construction de deux nouveaux bâtiments. A cette occasion, une œuvre est commandée au titre du 1% artistique, en 1967, à Francis Bugnard : le lycée reçoit de nouvelles portes d’entrée dont le décor doit être réalisé en collaboration avec les élèves des sections techniques, signe des relations fortes qu’entretiennent la Ville et l’établissement dans le domaine de l’enseignement professionnel.

Plan masse et chronologique. Dess. A. Céréza

Fig. 2. Plan masse et chronologique. Dess. A. Céréza © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

L’enseignement technique à Ugine : le rôle des aciéries

 

Au cours de la première moitié du XXe siècle, le caractère de la ville d’Ugine, jusqu’alors commune rurale, va changer. Le secteur industriel va en effet prendre une importance grandissante avec la fondation de la Société anonyme électro-métallurgique – Procédés Paul Girod, en 1904. Ces aciéries deviennent Forges et aciéries Paul Girod en 1908, puis, en 1922, Société d’électrochimie, d’électrométallurgie et des aciéries électriques d’Ugine. Un bassin industriel se développe, l’usine s’agrandit et de nombreux emplois sont créés (aujourd’hui Ugitech). L’usine suscite dès son installation la création de nouveaux enseignements, destinés à former des ouvriers, et notamment un Cours complémentaire comprenant des sections techniques et industrielles et un Centre d’apprentissage. Au fil du temps, les aciéries auront continuellement besoin de main d’œuvre et les formations techniques gagneront en importance.

IVR84_20167304324NUCA

Fig. 3. Amédée Bugnard : Projet pour le groupe scolaire, vue perspective côté cour, 2 déc. 1931 (AD Savoie, 1 Z 480) © Archives départementales de la Savoie, 2016

 

En 1940, ces différentes écoles, d’où sortent  la plupart des ouvriers et employés des aciéries, sont réunies au sein d’un nouveau groupe scolaire, dit de Montroux. Ouvert au lendemain de la défaite, l’établissement sera réquisitionné à plusieurs reprises en 1942 et 1943 par l’armée allemande, qui y logera ses soldats dans une partie des locaux — la Kommandantur était installée dans l’école maternelle voisine —. Le lycée continuera néanmoins de fonctionner pendant toute la durée du conflit1.
Les aciéries d’Ugine eurent longtemps un rôle majeur dans la formation technique des élèves. Elles subventionnèrent le fonctionnement de certaines sections et des ouvriers furent amenés, peu de temps après l’ouverture du groupe scolaire, à enseigner dans les sections professionnelles, comme maîtres d’atelier de fer ou de bois. Elles participèrent également à la construction de locaux d’enseignement. Ainsi, dans les années 1950, lorsque l’État interrompit le versement des subventions pour la construction d’un bâtiment pour le Centre d’apprentissage, les usines fournirent à la commune la tôle nécessaire à la couverture des étages existants et cofinança la construction d’un atelier de serrurerie2.

L’évolution de l’enseignement et son impact sur l’architecture du lycée

 

L’ouverture du groupe scolaire de Montroux, construit d’après les plans de l’architecte savoyard Amédée Bugnard, permet de rassembler en un même lieu les formations techniques de la ville auparavant dispersées3. Peu à peu y sont créés des Certificats d’aptitude professionnelle et des Brevets d’études industrielles. A la fin des années 1950, le groupe scolaire accueille ainsi une école primaire, un Collège d’enseignement technique (abrégé par la suite en CET) par transformation du Centre d’apprentissage, et un lycée technique de garçons avec section générale, créé à partir de la section professionnelle des Cours complémentaires. Ce dernier est nationalisé en 1968 et prend en 1972 le nom de René-Perrin4. A la même époque, l’école primaire de Montroux est transférée dans d’autres locaux et la section générale devient un collège d’enseignement secondaire mixte et déménage dans un nouveau bâtiment. Au cours des années 1960, l’établissement change donc de destination : de groupe scolaire primaire, il devient un grand centre technique, regroupant Lycée et CET, désigné par le nom de  » Cité technique « . Cette dénomination peut être rapprochée de celle de  » cité industrielle  » qui caractérise la ville d’Ugine et de celle de  » cité scolaire  » qui caractérise l’établissement.

IVR84_20167304366NUCB

Fig. 4. La Cité technique vers 1960 (AD Savoie, 2 O 2966) © Archives départementales de la Savoie, 2016

 

Durant cette même décennie, l’enseignement technique connaît en France une importante avancée due à une forte croissance économique et à une mutation du marché du travail. Elle s’accompagne de plusieurs réformes et de la création de nouveaux diplômes, notamment les baccalauréats techniques en 1968. Cette importance nouvelle du monde du travail dans les établissements scolaires se traduit par la diversification des formations proposées et par de nouvelles formulations architecturales ainsi qu’une attention plus grande portée aux matériaux de construction. Les ateliers requièrent de grands espaces et des matériaux spéciaux. Par ailleurs, il est désormais nécessaire de former non seulement des ouvriers qualifiés mais aussi des techniciens et des cadres, aussi de nouvelles sections du baccalauréat sont-elles créées à partir des années 1970.

En 1970, l’établissement comporte plusieurs bâtiments (voir  fig. 2) : un pour l’internat et le réfectoire, deux pour les salles de classe, deux petits pour deux ateliers, enfin deux construits au sud de la parcelle en 1962-1963 pour accueillir de nouveaux ateliers. La répartition des bâtiments au sein de l’établissement correspond ainsi aux différentes fonctions qu’il assure. A l’intérieur, la distribution répond aux impératifs des matières enseignées et les matériaux des ateliers sont choisis en fonction du type machines utilisées et des bruits et vibrations qu’elles entraînent. L’établissement évolue ainsi continuellement, tant par les formations proposées que par la réalisation de travaux et nouveaux bâtiments, et son architecture s’adapte sans cesse aux évolutions de l’enseignement technique.

 

Le décor du lycée

 

Le projet de construction de nouveaux ateliers au sud de la parcelle (actuels bâtiments E et F) date de 1959. La maîtrise d’œuvre est assurée par Amédée Bugnard, qui avait déjà édifié les premiers bâtiments du groupe scolaire. A l’origine, les travaux devaient être réalisés en deux tranches : la première (bâtiment E) pour le lycée technique et la seconde (bâtiment F) pour le collège technique, mais finalement les deux furent exécutées en même temps. Achevée en 1963, la construction s’accompagne de la création d’une œuvre au titre du 1% artistique, dont le budget s’élève à 14 742 francs5.
L’artiste retenu par le Ministère des Affaires culturelles est Francis Bugnard, peintre-décorateur demeurant à Gentilly (94)6, et la conduite du projet est confiée à l’agence A. & R. Bugnard, sise à Grenoble. On retrouve donc une fois encore Amédée Bugnard, ici en compagnie de ses deux fils : Robert, architecte-associé de l’agence, et Francis. On peut dès lors considérer leurs travaux au lycée d’Ugine comme le produit d’une véritable entreprise familiale.

IVR84_20167304302NUCA

Fig. 5. Projet de décor, dessin de Francis Bugnard, 1965 (AD Savoie, 1350 W 615). Repro. C. Guégan © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

Réalisé en 1967, le décor fait suite à une convention passée le 20 décembre 1966 entre l’artiste et le Préfet de la Savoie, représentant le Ministre de l’Éducation nationale, lequel est maître d’ouvrage7. Il s’agit d’un ensemble de trois portes en fer forgé de 2, 20 m x 1, 90 m chacune, dont la structure géométrique des panneaux est destinée à accueillir des découpes d’objets métalliques réalisées en atelier par les élèves. Ces portes sont encadrées de revêtements muraux en marbre dont la surface légèrement travaillée est vibratile. L’intérêt de l’œuvre repose donc sur la participation des élèves à sa création, laquelle doit mettre en valeur leur travail. Indirectement, elle met aux yeux de tous ceux qui franchissent le seuil du lycée la qualité de l’enseignement qui y est dispensé et les compétences de ses élèves. De par le choix d’un matériau usiné, l’œuvre de Bugnard, associant technicité et esthétique, évoque également le lien particulier qui existe entre le lycée, les aciéries et la ville, dont la notoriété tient à son industrie.

IVR84_20167303802NUCAQ

Fig. 6. L’entrée principale en 2016. Phot. T. Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

 

Les recherches effectuées dans le cadre de l’opération d’inventaire du patrimoine du lycée René-Perrin nous ont permis de mieux connaître le contexte dans lequel son décor a été réalisé, celui d’une Cité technique en plein essor, illustrant les liens entre développement économique et urbain, enseignement technique et architecture scolaire dans les années 1960.

 

IVR84_20167304406NUCA

Fig. 7. Mosaïques de Francis Bugnard, façade principale du lycée René-Perrin. Phot. T. Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

Quelques années plus tôt, une autre commande avait été passée à Francis Bugnard au titre du 1% artistique pour ce même lycée. Également placée au niveau de l’entrée principale, l’œuvre est constituée de quatre panneaux de mosaïque. Deux représentent le grill de saint Laurent, qui figure sur les armoiries de la ville, et se trouvent l’un sur le sol du perron, l’autre en hauteur sur la façade principale. Ce dernier est encadré de deux panneaux identiques représentant des ruches rayonnantes, symboles de l’intelligence et de l’activité industrieuse, une représentation parfaitement adaptée à sa destination.

IVR84_20167304358NUCA

Fig. 8. Francis Bugnard : ruche rayonnante. Phot. C. Guégan © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2016

 

Morgane BOJUC, étudiante en Master 2 « Métiers de l’archéologie et du patrimoine » à l’Université Jean-Moulin-Lyon 3

Catherine GUÉGAN, Conservatrice en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Nota bene : Cet article repose en grande partie sur le dossier réalisé par Morgane Bojuc dans le cadre de son stage au Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne Rhône-Alpes de mars à juillet 2016.

 

Pour citer cet article

BOJUC, Morgane, GUÉGAN, Catherine. <<La place de l’enseignement technique au lycée d’Ugine (Savoie) à travers les œuvres du 1% artistique>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 7 octobre 2016. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/3914

 

L’inventaire du patrimoine du lycée René-Perrin d’Ugine (73) : dossiers électroniques

http://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/groupe-scolaire-de-montroux-puis-cite-technique-actuellement-lycee-d-enseignement-general-technologique-et-professionnel-rene-perrin/07577dbd-9a8c-478f-b888-f58985356502

http://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/ensemble-decoratif-de-l-entree-principale-du-lycee-rene-perrin-portes-en-fer-forge-revetement-mural/5025dba3-6a32-497e-86ab-2f54617f050e

______________________________________________________________________________
Notes
  1. MIEGE, Robert, MARIN LAMELLET, Monique, COLLOMB, Jacques. De Montroux à René-Perrin. Histoire du lycée d’Ugine. Albertville : Impr. Borlet, 2006 []
  2. AC Ugine, Registre des délibérations du conseil municipal, 1944-1960 []
  3. AD Savoie, 2 O 2965 []
  4. AD Savoie, 1350 W 608 []
  5. AD Savoie, 1350 W 615 []
  6. Ibid. []
  7. AD Savoie. 1350 W 615. Lycée d’Ugine (1953-1966) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *