Le couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière (Lyon 5e)

Construit en 1854 sur la colline de Fourvière qui abritait alors de nombreux monastères, en retrait des berges de la Saône, le couvent de la Visitation Sainte-Marie est l’une des premières œuvres lyonnaises de Pierre-Marie Bossan (1814-1888). A cette date, l’architecte avait déjà à son actif quelques réalisations dans le domaine de l’architecture religieuse, dont l’église néo-gothique Saint-Georges (Lyon 5e, 1844), qu’il qualifiera plus tard d’ « erreur de jeunesse ». Un voyage en Italie entre 1845 et 1850 lui a en effet fait découvrir l’art roman et surtout byzantin, dont l’influence va être déterminante dans ses créations ultérieures, modifiant en profondeur sa conception de l’architecture. Le couvent de la Visitation de Fourvière en porte à la fois la marque et en constitue la première formulation. Il s’agit là du 3e monastère édifié par l’ordre à Lyon, succédant à ceux de Bellecour, fondé en 1615 et de l’Antiquaille, où les visitandines s’installent à partir de 1632. Chassées par la Révolution, les religieuses s’établissent au début du 19e siècle sur la colline de la Croix-Rousse, rue du Chapeau rouge, mais songent rapidement à s’installer en un lieu plus retiré. C’est ainsi qu’elles acquièrent en 1850 une propriété sise sur la partie occidentale de la colline, bordée par le chemin des remparts du fort de Saint-Just.

Elévation principale

Elévation principale – Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Le couvent est construit sur la partie nord de la parcelle, où le terrain était relativement plat. Pour réaliser leur projet, elles font appel à Bossan, dont la sœur était entrée au monastère en 1852, en lui imposant deux impératifs : réaliser un bâtiment peu onéreux et respectant pour la disposition des espaces le plan-type du Coutumier de l’ordre, rédigé en 1624. Ce plan, arrêté courant 1853, présente des proportions harmonieuses et régulières, et repose sur un rigoureux principe de symétrie. Les travaux débutent la même année par l’érection du mur de clôture, puis se poursuivent l’année suivante avec la construction du couvent, dont la première pierre est posée le 6 juin 1854 par Mgr Franzoni. Le 16 juin 1856, les visitandines quittent la Croix-Rousse pour s’installer à Fourvière, bien que les travaux ne soient pas achevés à cette date. De fait, ils se poursuivront dans l’église jusqu’en 1865.

Plan du rez-de-chaussée, restitution partielle de la distribution au 19e siècle

Plan du rez-de-chaussée, restitution partielle de la distribution au 19e siècle – Dess. P. Cherblanc © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Le couvent et son décor

Le bâtiment est composé de quatre ailes inscrites dans un carré s’organisant autour d’un cloître à galeries, agrémenté d’un jardin et fermé sur un côté par l’église. Le chœur des religieuses, perpendiculaire à l’église, s’élevait à l’origine sur les trois niveaux de l’édifice et était éclairé de hautes baies, en parties murées aujourd’hui. L’ouverture sur le chœur de l’église, dont il était séparé par une grille de fer forgé, est aujourd’hui également murée. Deux sacristies jouxtent l’église dans l’angle nord-ouest du couvent. L’une destinée au prêtre desservant, accessible uniquement depuis l’extérieur, l’autre réservée aux religieuses, à laquelle on accédait depuis le cloître.

Cloître, élévation est, vue d'ensemble

Cloître, élévation est, vue d’ensemble – Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Située dans l’aile est, l’entrée principale ouvre sur un vestibule donnant sur les galeries du cloître. Un escalier à volée double conduit aux étages, également desservis par deux autres escaliers symétriquement positionnés aux angles nord et sud du couvent. Comme dans les autres monastères de l’ordre, le rez-de-chaussée abritait les pièces liées à la vie commune, desservies par des portes donnant sur les galeries couvertes du cloître, dont Bossan avait fourni les dessins.

Vue du vestibule et de l'escalier principal depuis le cloître

Vue du vestibule et de l’escalier principal depuis le cloître – Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Les visitandines avaient envisagé dès la création de ce nouveau monastère d’ouvrir un pensionnat, auquel fut dévolue l’aile sud du bâtiment. Afin de maintenir une nette séparation des espaces entre lieux conventuels et lieux d’enseignement, le pensionnat était logé dans l’aile sud du bâtiment, à l’exclusion sans doute du rez-de-chaussée ; en raison du coût de la construction, les religieuses avaient en effet renoncé à faire élever un bâtiment indépendant.

Les étages du couvent reprennent la même distribution des espaces entre pensionnaires et religieuses : les cellules de ces dernières sont réparties dans les ailes est et nord de part et d’autre d’un large couloir. L’infirmerie était installée dans l’aile nord, près de l’église ; les sœurs malades pouvaient assister à l’office depuis une pièce dont les ouvertures donnaient sur le chœur. Les pensionnaires étaient logées dans l’aile sud, où se trouvaient des salles de classe et de travail ainsi que leur réfectoire ; les dortoirs étaient au deuxième étage. Elles avaient leur propre chapelle, appelée « tribune des élèves », d’où elles pouvaient assister aux offices. La pièce surplombait en effet le chœur des religieuses, sur lequel elle ouvrait. De cette tribune, on avait également vue, quand la grille était ouverte, sur le chœur de l’église, grâce à « six grandes fenêtres successives et cintrées » (aujourd’hui murées). Une terrasse, longeant le chœur des religieuses au premier étage, côté cloître, peut-être accessible aux pensionnaires, relie les ailes sud et nord ; elle permettait aux malades de s’aérer sans avoir à rejoindre le rez-de-chaussée. Très logiquement, le gymnase viendra plus tard s’inscrire à proximité du pensionnat, perpendiculairement à l’aile sud, toujours dans le souci de séparer la clôture du monastère de ses activités pédagogiques et éducatives.

Eglise : élévation principale, avant-corps central

Eglise : élévation principale, avant-corps central – Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’importance attachée par les visitandines à la clôture a sans doute dicté le parti architectural, au caractère presque défensif, de l’édifice. Pendant longtemps le seul accès depuis la rue s’est fait par une petite porte pratiquée dans les remparts de Saint-Just, ouvrant sur une sombre salle voûtée d’où partait une volée d’escalier conduisant à l’allée qui menait à l’entrée principale. Cet aspect de forteresse, décrit dans les Annales du couvent, est principalement dû à l’utilisation de la pierre apparente, aux saillies des pavillons d’angle et des avants corps sur les élévations principale et postérieure, à certains éléments de décor au caractère médiéval et défensif est fortement marqué : ouvertures en forme de meurtrières, corniches à modillons évoquant des créneaux, vantaux de porte cloutés. S’affirment ici certaines particularités du style de Bossan : l’emploi du plein cintre et de la voûte en berceau, les élévations au soubassement nettement marqué, rythmées par des bandeaux en pierre de taille et de forts entablements, les fenêtres jumelées ou à meneaux, le goût pour les ferronneries très travaillées. Mais Bossan a su atténuer ce caractère austère par une certaine douceur dans le traitement des élévations, en usant de la polychromie des matériaux et en animant les surfaces par de subtils décalages d’appareil.

D’autres bâtiments vinrent par la suite s’ajouter à ce quadrilatère initial. En 1870, un nouveau bâtiment appelé « aile du gymnase » fut édifié perpendiculairement à l’angle sud-ouest du couvent. En 1882, l’aspect initial du parc fut modifié, avec la création d’un jardin clos de murs en avant de l’élévation postérieure, et la plantation de nouveaux arbres. En 1890 enfin, l’architecte Sainte-Marie Perrin construisit dans la partie nord-ouest de la parcelle un nouveau bâtiment appelé « galerie » ou « bâtiment de la galerie ». On ignore la destination de ce bâtiment, qui dut sans doute héberger des pensionnaires dans les pièces du premier étage. La même année, l’aile du gymnase fut surélevée d’un étage afin d’y loger l’aumônier du couvent.

L’aménagement intérieur

Il ne reste pratiquement rien aujourd’hui du décor intérieur du couvent : une grande partie du mobilier a en effet suivi les visitandines dans leurs déménagements successifs, à Vaugneray puis à Annecy, d’autres ont été déposés au musée de Fourvière ou au musée de la Visitation de Moulins.

On sait ainsi que le chœur des religieuses contenait deux rangées de stalles de chêne apportées de la Croix-Rousse et était orné d’une statue de la Vierge, portant suspendu au cou un chapelet de nacre offert par le maréchal de Castellane en 1850. Un grand tableau représentant les saints fondateurs de l’ordre, y était également accroché. En juillet 1859, une statue de la Vierge prenait place dans la « salle d’ombrage » du pensionnat. La chapelle des pensionnaires n’était pas négligée. Grâce à leurs dons, elles purent commander à Bossan, en 1869, un autel de marbre blanc, qui fut vendu quand le pensionnat ferma, en 1903.

On sait également que toutes les galeries du cloître étaient décorées de portraits de saints et de reliques, dont le nombre impressionnant est répertorié dans le Catalogue des Saintes Reliques du couvent, établi en 1914. Dans le chœur des religieuses étaient conservées les plus précieuses, notamment celles des saints fondateurs, ainsi que des fragments de la Vraie Croix et de la Sainte Epine. Au pied de l’escalier principal se trouvaient deux statues de la Vierge et de saint Joseph ; deux autres statues de saint François et sainte Philomène étaient placées dans les niches de la galerie sud du cloître. Enfin le 1er 1861 mai, une statue de saint Joseph fut érigée au milieu du cloître, en action de grâces, à l’emplacement d’une source qui venait d’y être découverte.

L’église, laboratoire de formes

C’est sur l’église que s’est concentré l’essentiel de la réflexion de Bossan sur le décor intérieur. La construction et l’aménagement de cette dernière ont été réalisés en deux temps : travaux de gros œuvre de 1854 à 1857, puis décor intérieur entre 1864 et 1865. Cette interruption est pour l’essentiel due à un manque de fonds : les travaux ne purent en effet reprendre qu’une fois leur financement rendu possible par une suite de dons.

Eglise : façade

Eglise : façade – Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’église est située dans l’aile ouest du couvent et est orientée est-ouest. Sa présence est marquée à l’extérieur par un léger ressaut. C’est un édifice de plan massé, constitué de deux travées de plan carré, l’une pour la nef, l’autre pour le chœur, couvertes d’une voûte d’arêtes. Le sanctuaire est séparé de la nef par un emmarchement dans lequel était implantée la barrière de communion, aujourd’hui disparue. Il est flanqué dans sa partie nord de deux sacristies qui se jouxtent. Le traitement de l’élévation est assez proche de celui du pavillon d’entrée du couvent, côté sud, mais est d’un aspect moins austère : la polychromie y est plus affirmée (des frises de brique en damier rappellent Saint-Martin-d’Ainay), le vocabulaire décoratif plus riche (usage de colonnes, ouverture en forme d’étoile de David au niveau du comble). L’axe est souligné par la présence d’une croix en bas-relief surmontant le portail, et d’une seconde au couronnement.

Eglise : vue d'ensemble depuis la nef

Eglise : vue d’ensemble depuis la nef – Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’intérieur présente une richesse décorative sans commune mesure avec l’élégance encore austère de la façade. Bossan a fourni des dessins pour l’ensemble du décor peint et sculpté ainsi que pour le mobilier. Cette richesse ornementale constitue un élément particulier de l’œuvre, qui répond au souhait des visitandines d’honorer la Vierge en concentrant dans le sanctuaire tous le faste auquel elles ont renoncé pour elles-mêmes. Dans la continuité de Viollet-le-Duc, Bossan pense l’édifice comme une œuvre d’art totale : il subordonne la peinture et la sculpture au monument en vue d’atteindre l’harmonie et l’unité. Ce décor où la polychromie domine, mêlant l’azur, l’or et le rouge, et où s’imposent un foisonnant symbolisme végétal et animal liés à la Vierge et au Christ, est construit selon une progression qui conduit l’œil du sol à la voûte. Plus que la peinture historiée (un seul tableau orne l’église, Saint Joseph et l’Enfant entre deux anges, signé Claude-Baptiste Tailleur et daté 1864), ce sont les ornements symboliques et leur caractère répétitif qui confèrent à l’église sa monumentalité : sur chacun des voûtains sont peints des symboles tirés des litanies de la Vierge, sous le vocable de laquelle est placée l’église. Les auteurs des peintures et sculptures constituant ce décor ne sont pas mentionnés dans les sources d’archives, mais on peut sans trop d’hésitations les attribuer à deux collaborateurs habituels de Bossan : Charles Dufraine pour les parties sculptées et Jacques Razuret pour les peintures décoratives. Le maître-autel témoigne de la richesse d’invention de l’architecte et de son goût pour la polychromie ; il est surmonté d’un ciborium monumental, dressé sur des colonnes de stuc imitant le marbre rose et supportant un fronton en bâtière au tympan ajouré dans lequel sont représentés, sur la face antérieure, une Vierge dans une mandorle et sur la face postérieure, un agneau pascal. Dans un deuxième temps, en 1874, deux autels seront érigés dans la nef, l’un voué à saint François de Sales et l’autre au Sacré-Cœur. A cette date, on peut considérer le décor de l’église comme achevé. Le seul changement notable sera, en 1896, le remplacement de la cloche qui avait été apportée du monastère de la Croix-Rousse, par une nouvelle, baptisée par Mgr Déchelette.

Maitre-autel : vue de face

Maitre-autel : vue de face – Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Croquis de Bossan pour le maître-autel

Croquis de Bossan pour le maître-autel, in THIOLLIER Félix, L’Oeuvre de Pierre Bossan, architecte, 1891, p.82, n°23 – Repro. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’état actuel du couvent

A partir du début du 20e, le couvent entame un lent déclin ; seul des travaux d’entretien ou de modernisation seront réalisés. En effet, après la fermeture du pensionnat en 1903, conséquence de la laïcisation de l’enseignement, la question financière devient omniprésente. Les visitandines se débarrassent du matériel scolaire et vendent une partie de leur mobilier à d’anciennes élèves. La guerre de 14-18 accroît leurs difficultés : elles sont obligées de louer les appartements de l’aumônerie et songent à se séparer du « bâtiment de la galerie », qui sera loué à partir d’octobre 1940 à des réfugiés venus de la région parisienne. Vivant de plus en plus difficilement après 1945, elles décident en 1965 de vendre la totalité des bâtiments à la ville de Lyon, mais occuperont les lieux jusqu’à leur déménagement pour le couvent qu’elles ont fait construire à Vaugneray en juin 1968. En 1978, les Hospices civils, devenus propriétaires des bâtiments, envisagent d’y loger des élèves infirmières. Les travaux qu’ils réalisent alors se restreignent à la réfection des toitures, au blanchiment des cellules et des couloirs et à l’installation de sanitaires et de mobilier.

La transformation au début des années 1980 des bâtiments pour y stocker les archives centrales des Hospices civils, confiée à Jean-Gabriel Mortamet, les ont affectés de manière plus profonde : des cloisons sont abattues, des ouvertures murées, des pièces entresolées. Le chœur des religieuses a totalement disparu dans ces aménagements. A l’inverse, certaines zones n’ont jamais été rénovées, telles les cellules et couloirs du deuxième étages, ou les sacristies, néanmoins dépouillées de tout mobilier et en partie mutilées.

Perdant toute fonction cultuelle, l’église a été dépouillée de son mobilier (seul le chemin de croix a été déposé au musée des Hospices civils). Restés en place, les deux autels latéraux de la nef ont été partiellement démontés. L’absence d’entretien a par ailleurs affecté la conservation du décor : les vitraux ont souffert de casses multiples, on relève d’importantes fissures au revers de l’élévation principale, et de nombreuses altérations des peintures murales à la retombée des voûtes et sur le mur sud. Enfin, l’encrassement généralisé nuit à la perception de la richesse des couleurs et de l’ornementation, voulues par Bossan. On ne peut donc que souhaiter que l’actuel projet de réhabilitation des bâtiments, tout en les adaptant à leur nouvelle destination, préserve les traces de leur histoire, mais surtout, s’agissant de l’église, qu’il puisse remettre en valeur les éléments ici évoqués. Il permettra peut-être ainsi de redécouvrir un des jalons importants de la carrière de Bossan, dont la richesse est aujourd’hui ignorée ou inconnue de la plupart des lyonnais. A proximité immédiate de la basilique de Fourvière, surplombant l’église Saint-Georges, il s’inscrit en effet dans le cheminement à la fois artistique et spirituel autour duquel l’architecte a bâti son œuvre.

Catherine Guégan – conservateur en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour aller plus loin

Consulter le dossier électronique complet : Couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière, puis archives centrales des Hospices civils

In Situ – Revue des patrimoines n° 11 (2009)

Pour citer cet article

Référence électronique

GUEGAN Catherine. « Le couvent de la Visitation Sainte-Marie de Fourvière (Lyon 5e) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 18 juillet 2011 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/40>


Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

7 réponses

  1. Ekaterina dit :

    Hello!

    My name is Ekaterina Kovaleva, I ‘m a student of the second year in the Moscow Architectural Institute.

    This winter, I happened to be in Lyon where I was absolutely delighted with the famous Basilica of Notre – Dame – de – Fourvière . So I decided to devote my course work to it . Unfortunately I haven’t found any information and materials in Moscow libraries. So, I would be very grateful to you if you can help me in some way to get technical drawings of the Fourviere Basilica and of other works of the architect Pierre – Marie Bossan , as well as a book about him and his work! And if you can’t help, maybe you can advise whom else I can ask?

    Thank you in advance!
    Best regards,
    Ekaterina.

    • Inventaire général du patrimoine culturel dit :

      In answer to your request, I communicate you below some elements on the work and the sources concerning Bossan and Notre-Dame-de-Fourvière.

      The most recent and the richest monograph on the architect is the one of Philippe Dufieux, The myth of the primatie of the Gauls. Pierre Bossan ( 1814-1888 ) and the religious architecture in Lyonnais in the XIXth century. Lyon, university Press of Lyon, on 2004, 311 p.
      ( Available for consultation on-line on google books)
      Report (in French) in http: // http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_2008_ num_166_1_2451_t12_0082_0000_4

      Philippe Dufieux is reachable in the CAUE (Conseil Architecture Urbanisme et Environnement) of the Rhône (Lyon)
      CAUE Rhône metropole 6bis, quai Saint Vincent 69283 Lyon cedex 01
      +0033 472 07 44 55
      http://www.caue69.fr/

      The academic Company of architecture of Lyon (Société académique d’architecture) keeps drawings and plans of Bossan for Fourvière, but only available for consultation on the spot.

      A monograph was dedicated to the basilica by Elisabeth Hardouin-Fugier: Voir, revoir Fourvière, Lyon, 1988.

      The follower and the successor of the work of Bossan to Fourvière, Sainte-Marie Perrin, published a monograph in 1896: La basilique Notre-Dame-de-Fourvière, Lyon, 1896

      Finally you will find numerous drawings of Bossan published by his biographer Félix Thiollier, which I quote in my article: L’oeuvre de Pierre Bossan. Basiliques, églises, chapelles, monuments civils, tombeaux, bronzes, orfèvrerie, etc. Montbrison, 1891

      Best regards

      Catherine Guégan
      Conservateur en chef du patrimoine

  2. Bonjour,
    Je suis a la recherche de ma tante religieuse décédée qui etait religieuse et vu que j etais très jeune je ne me souvient plus ou était son couvent je vous donne son nom et si c est dans votre couvent quelle vivait avez vous des photos ou autre renseignement sur elle je vous en remercie par avance, chevalier Gabrielle née vers 1892 je crois car sa soeur ma grand mere etait nee en 1895
    Bien a vous merci

    • Inventaire général du patrimoine culturel dit :

      Bonjour Madame,

      Il est difficile de répondre à votre demande, notre étude du couvent de la Visitation de Fourvière ayant porté essentiellement sur l’histoire du bâtiment et de ses transformations.

      S’agissant des photographies, les fonds d’archives que j’ai consultés n’en conservent pas (archives des Hospices civils de Lyon, derniers propriétaires du couvent avant sa transformation en hôtel, et archives de l’ordre de la Visitation, à Annecy). Les seules photographies que je connaisse sont conservées dans une collection particulière et m’ont été communiquées par le petit-fils d’une ancienne pensionnaire ; certaines ont été intégrées dans le dossier d’inventaire consultable en ligne : http://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/couvent-de-la-visitation-sainte-marie-de-fourviere-puis-archives-centrales-des-hospices-civils/931ab019-1689-44ce-b633-91dfdabdbc1e.

      Pour ce qui est des religieuses de ce couvent, vous pouvez interroger l’ordre de la Visitation, qui conserve certainement les registres anciens d’entrées et de professions :
      Monastère de la Visitation, 11 avenue de la Visitation, 74000 Annecy , 04 50 45 20 30. Sans doute pourra-t-on vous indiquer si votre tante y a vécu.

      Cordialement
      Catherine Guégan

  3. PEYRARD dit :

    J’ai lu avec un grand intérêt l’histoire du monastère. Je suis, personnellement, à la recherche d’informations sur la mère MARIE ANNE REGIS FILLIAT née à Pélussin (42) en 1841 et décédée en 1923, je ne sais pas où.
    je sais qu’elle s’est mise au service de notre Seigneur au monastère de Fourvière.
    Vous souhaitant bonne réception de ma demande,
    Et dans l’attente de vous lire,
    Recevez mes cordiales salutations
    PATRICIA PEYRARD

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Merci pour votre intérêt pour le travail de l’Inventaire du patrimoine.
      Le dossier établi par le service de l’Inventaire sur le couvent de la Visitation de Lyon (http://sdx.rhonealpes.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA69004118) mentionne la Mère Filliat : elle apparaît à 3 reprises dans un manuscrit non coté des archives de la Visitation à Annecy (« Petite relation de notre transfert de la Croix-Rousse à Fourvière. Aménagements divers du monastère. La guerre de 1870. L’ambulance. L’échange du terrain avec le Carmel ») : « Le 12 avril 1864, profession de notre Mère Anne Régis Filliat » ; « Le 1er triennat de notre Mère Anne Régis Filliat fut marqué par l´échange de terrain avec le Carmel » ; « 18 mai 1893. 2e gouvernement de Mère Anne-Régis Filliat ».
      Il existe par ailleurs une biographie : Vie de la Mère Anne Régis Filliat [du monastère de la Visitation Sainte Marie de Lyon-Fourvière, fondatrice de celui de Vassieux] (1841-1923), édité par Pierre Téqui à Paris en 1929. Cet ouvrage n’est a priori disponible que dans deux bibliothèques parisiennes, la BnF et la Bibliothèque du Saulchoir.
      Cordialement,
      JG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *