La prose de Dervillé : itinéraire marbrier

En résonance avec  le numéro 4 de la revue électronique Patrimoines du Sud consacré aux « Marbres du Midi : de la carrière à l’œuvre d’art »[1], l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne-Rhône-Alpes propose la publication d’une archive inédite. Celle-ci, conservée dans un fonds privé lyonnais, illustre les circuits de production et de commercialisation des pierres, marbres et granits, ainsi que les rapports entre carriers et sculpteurs.

La prose de Dervillé : itinéraire marbrier

Les archives des marbreries s’avèrent parfois riches d’informations[2]. A Lyon, il a été possible de consulter celles des Marbriers et Sculpteurs réunis lors de l’étude qui concerne l’un de leurs deux sites, démoli depuis[3].

Dans le registre des courriers entrants de la société Dubreuil Jeune marbrier sculpteur[4] datant du second semestre 1894, plusieurs fournisseurs, installés dans la France entière, suggèrent des commandes à M. Antoine Dubreuil en fonction des blocs qu’ils détiennent dans leur stock. Parmi eux, on retrouve deux marbriers du Midi domiciliés à Marseille : Galinier & Fils, 77 rue du Dragon, et Dervillé & Cie, 109 boulevard National.

Le 27 novembre 1894, ce dernier envoie, d’une plume délicieusement surannée, une missive à l’attention de Monsieur Dubreuil Jeune.

L’entête, très détaillée, localise les antennes de Paris, Marseille et Carrare ainsi que les cinq usines, toutes situées dans le département du Nord ; puis elle liste les marbres que commercialise l’entreprise et qui proviennent de France (comprenant à cette époque l’Algérie), d’Italie, de Belgique et de Grèce ; enfin, une note précise les conditions de transaction.

Puis, en termes choisis (un différend commercial a éloigné le marbrier sculpteur de son fournisseur marseillais) mais également professionnels (il s’agit de décrire des blocs de marbre, leur qualité, les conditions de commande et de livraison), Dervillé tente de reconquérir Dubreuil. C’est ainsi que l’on suit des blocs de marbre venus en bateau de Carrare faire escale, avant l’hiver, à Marseille, avant d’être acheminés vers leur destination finale.

L’état des archives conservées par les Marbriers et Sculpteurs réunis étant lacunaire, nous ne sommes pas en mesure de dire, à ce jour, si Dubreuil s’est laissé fléchir par la prose de Dervillé.

Véronique Belle, chercheure, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Courrier de l’entreprise Dervillé & Cie à Monsieur Dubreuil Jeune, Lyon. Marseille, le 27 novembre 1894. Archives privées. Repro. Éric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

Courrier de l’entreprise Dervillé & Cie à Monsieur Dubreuil Jeune, Lyon. Marseille, le 27 novembre 1894. Archives privées. Repro. Éric Dessert © Région Auvergne Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP

 

Transcription :

[L’entête :]

Marbres bruts & ouvrés. Albâtres, pierres & granits.

Dervillé & Cie.

MAISONS PARIS. Quai Jemmapes, 164. MARSEILLE. Boulevard National, 109.

CARRARE. Via Alberica, 5.

USINES Bavay, Hon-Hergies, Pont s/Sambre (près Aulnoye) Jeumont et Valenciennes (Nord).

CARRIERES FRANCE : Onyx, Grand Antique, Sarrancolin, St Béat, Griotte rouge et verte, Acajou, Languedoc, Vert Maurin, Vert Guchen, Brèche  Roussillon, Ste Beaume[5], Brèche St Antonin, Noir veiné, Rose Enjugerais, Ste Anne Français et Noir Français.

ITALIE : Statuaire, Blanc de lait, Blanc clair, Blanc veiné, Bleu turquin, Paonazzetto, Brèche-violette.

BELGIQUE : Ste Anne Belge et Rouges de Flandre.

GRECE : Cipollin.

Nota : toutes nos marchandises sont vendues livrées et prises en nos magasins aux conditions de notre dernier tarif, frais et risques d’emballage, de chargement et de transport à la charge de l’acheteur. Elles sont toujours payables à Paris, leur expédition contre remboursement, nos traites ou notre acceptation d’un règlement en papier n’opèrent ni novation ni dérogation à cette clause attributive de juridiction.

La décharge de garantie exigée par les Compagnies de transport pour la facilité de l’expédition ou la réduction des tarifs, ne nous rend, en aucun cas, responsables des avaries, cette expédition n’étant faite et cette décharge n’étant donnée que dans l’intérêt et pour compte du destinataire.

[La teneur du courrier :]

Marseille, le 27 novembre 1894, N° 24525 / 23621

Monsieur Dubreuil Jeune, Lyon,

Nous avons l’honneur de vous informer qu’en prévision de l’hiver où souvent le mauvais état de la mer empêche les navires de charger ou de nous arriver promptement, nous venons de nous approvisionner en choisissant à Carrare trois chargements, environ 600 tonnes, de beaux blocs, parmi lesquels se trouvent 17 blocs provenant de nos carrières de Ravonchione et Canal bianco de toute beauté vrai blanc clair de 1ère q fond très blanc légèrement moucheté, le grain fin et serré quoique docile à l’outil. Nous serions heureux, Mr Dubreuil, pour effacer le nuage qui nous a privé de vos ordres depuis quelques temps de vous voir profiter de l’un de ces beaux blocs. Nous le scierions d’après vos instructions en y prenant les épaisseurs de tranche que vous nous indiqueriez de façon à avoir tout du même bloc et nous ne vous l’expédierions que sur votre demande. Agissant ainsi nous aurions la satisfaction de vous bien servir et vous voir profiter d’un bloc du choix fait sur carrière par l’écrivain [ ? [6]]. Il reste entendu que nous ne vous facturerions plus ces 0.005 fr/m objet de votre refroidissement à notre égard. En ce moment notre navire « Pellegriono Rossi » (sic) [7] débarque sur nos quais 37 blocs, parmi il s’en trouve 5 des 17 ci-dessus variant comme mesures de 200 à 340 x 120 à 170 x 080 à 125 d’épaisseur.

Nous aimons à croire que vous ne nous garderez pas rancune plus longtemps et nous honorerez d’une réponse. Dans cet espoir, veuillez agréer Monsieur, nos meilleures salutations.

                                                                                                      Pr Dervillé & Cie

                                                                                                      Signature partiellement illisible

 

Texte mis en voix par Roland David, association Lecture et Partage, Christophe Annequin, ingénieur du son

 

Pour citer cet article

BELLE, Véronique. « La prose de Dervillé : itinéraire marbrier », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 20 septembre 2016. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/4023>


Notes

[1] https://inventaire-patrimoine-culturel.cr-languedocroussillon.fr/inventaire/faces/details.xhtml?id=de1ba401-b458-4dd3-aee2-4561ce98a4fb

[2] Voir notre précédent article BELLE, Véronique. « Contribution à l’étude des marbreries lyonnaises : les archives des Marbriers et Sculpteurs réunis », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne Rhône-Alpes [en ligne], 12 mai 2016. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/3661>

[3] Voir le dossier d’inventaire en ligne : http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/usine-de-taille-de-materiaux-de-construction-entreprise-generale-de-marbriers-et-sculpteurs-reunis/f1cb5b57-d9f8-4736-8986-c840bb313079

[4] Entreprise située 13-14 chemin de Loyasse (actuelle rue du Cardinal-Gerlier).

[5] Sur un papier à entête presque identique utilisé le 4 août de la même année, les marbres Jaune de Provence et Jaune Ste Beaume font partie de la liste.

[6] Cela veut-il dire que le choix a été fait par l’auteur de ces lignes ?

[7] Il s’agit probablement de Pellegrino Rossi, né à Carrare en 1787, assassiné à Rome en 1848, juriste et homme politique italien naturalisé français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *