Le Revard dans la seconde moitié du XXe siècle : un exemple de l’évolution de la politique d’aménagement de la montagne

Cet article s’appuie sur un travail collectif mené dans le cadre de la préparation de l’exposition « Aix côté montagne »1 par l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les Archives municipales et l’Inventaire du patrimoine d’Aix-les-Bains, avec la collaboration de Jean-Pierre Petit.

 

Carte de localisation (André Céréza - 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel)

Carte de localisation (André Céréza – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel)

Dominant la ville d’Aix-les-Bains, la station estivale et hivernale du Revard se situe à 1545 mètres d’altitude dans le massif des Bauges en Savoie. A côté des quelques remontées mécaniques permettant la pratique du ski alpin par une clientèle familiale, la station constitue une des trois portes d’entrée (portes de Crolles, de la Féclaz et de Saint-François de Salles) du grand domaine de ski nordique Savoie Grand Revard fréquenté par de nombreux fondeurs. L’ensemble (bâti, domaines de ski alpin et nordique) s’étend sur le territoire de cinq communes (Mouxy, Les Déserts, Le Montcel, Pugny-Chatenod et Saint-François de Salles) et se développe sur un plateau vallonné, marqué par de faibles dénivellations, et en grande partie couvert de forêt. Les pentes du Revard, parcourues par les skieurs l’hiver, sont pâturées l’été par les vaches des alpages environnants. Durant la saison estivale, le sommet et le site attirent également des contemplatifs, des randonneurs et des promeneurs ainsi que des cyclistes (VTT et vélo de route).

 

La station présente un cadre bâti peu étendu et peu dense réparti entre le sommet de la station (accessible en voiture) et la route départementale (n°913, par le col de la Clusaz à partir d’Aix-les-Bains et par le col de Plainpalais à partir de Chambéry). Elle compte deux points névralgiques : le sommet, équipé d’un parking, d’un belvédère et d’un restaurant, et depuis lequel s’offre une vue imprenable sur le lac du Bourget, les Belledonnes, les Bauges, les Aravis et le Mont-Blanc ; la place de la crémaillère, identifiée comme le centre d’accueil de la station car dotée d’une aire de stationnement et bordée par l’office du tourisme (caisse des forfaits), des commerces et la piste de ski alpin dédiée aux débutants. Le bâti comprend des chalets individuels répartis dans trois boucles de voirie, deux immeubles placés le long de la piste des débutants, un hôtel et un troisième immeuble situés dans une épingle formée par la route secondaire qui dessert la station et conduit au sommet.

Répartition du bâti de la station (Elsa Belle – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel)

Répartition du bâti de la station (Elsa Belle – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel)

 

Vue sur le Mont-Blanc et les montagnes depuis le sommet (Jean-Pierre Petit - 2009 et 2016)

Vue sur le Mont-Blanc et les montagnes depuis le sommet (Jean-Pierre Petit – 2009 et 2016)

 

La station avant 1950

Affiche publicitaire de la Cie PLM, 1927 (© Archives municipales d'Aix-les-Bains)

Affiche publicitaire de la Cie PLM, 1927 (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

Créée ex-nihilo en 1892 grâce à l’initiative d’une partie de l’élite aixoise (médecins, hôteliers, hommes politiques), la station estivale du Revard voit le jour grâce à la réalisation d’un chemin de fer à crémaillère reliant la ville thermale au sommet. Dès 1906, les premiers skieurs arpentent les vallons du Revard et la mise en place d’un service régulier de trains à partir de 1908-1909 lance la station hivernale. En 1923, la Compagnie du Revard, filiale de la Compagnie de chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée (Cie PLM), acquiert la station2 et procède à sa modernisation grâce à une campagne de travaux menée en 1924-1925. A partir de cette date et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le Revard devient une station hivernale renommée et fréquentée par une clientèle huppée. Celle-ci comprend des équipements de desserte (route nationale la reliant à Aix-les-Bains achevée en 1937 ; mise en service d’un téléphérique en 1935 et démantèlement du chemin de fer à crémaillère) et de sports (remonte-pente à câbles de la piste de l’Observatoire ouvert en 1936 ; patinoire construite en 1921 et agrandie en 1925 ; terrains de tennis). A côté de la gare supérieure du téléphérique, implantée au sommet en bordure de falaise et dotée d’une brasserie, et de l’ancienne gare d’arrivée du chemin de fer transformée en supérette, la station compte également deux hôtels : le Grand Hôtel PLM du Mont-Revard et le Chalet PLM du Mont-Revard, de classe inférieure par rapport au premier. Le logement du personnel dans le bâtiment appelé La Gaillarde (construit en 1928) complète ce parc de constructions.

 

La station vers 1950 : le Chalet PLM, l'ancienne gare d'arrivée du chemin de fer et le Grand Hôtel PLM (© Archives municipales d'Aix-les-Bains)

La station vers 1950 : le Chalet PLM, l’ancienne gare d’arrivée du chemin de fer et le Grand Hôtel PLM (© Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la politique nationale d’aménagement de la montagne se situe à la croisée des politiques de Reconstruction, de développement du tourisme et de maintien des populations en montagne (lutte contre la baisse démographique liée au déclin industriel des vallées alpines). La montagne, suite aux développements de la climatologie médicale et du climatisme perçus comme les antidotes des maux attribués à l’espace urbain depuis le XIXe siècle, est chargée d’une image positive et envisagée comme un lieu de ressourcement. Cet espace, s’il n’est pas vierge, reste cependant pensé comme un territoire à conquérir et à mettre en valeur ainsi qu’en mesure d’accueillir l’innovation. Ainsi, la politique nationale d’aménagement de la montagne s’oriente vers la construction de stations dédiées à la pratique du ski alpin et dont la conception est confiée à des architectes issus du mouvement moderne. En Savoie, le Conseil général relaie cette politique en initiant et finançant la création de la station de Courchevel 1850 qui s’inscrit dans le programme d’aménagement des Trois Vallées.

Dès 1947, la SHT-PLM (société hôtelière et touristique de la Cie PLM, issue d’une réorganisation de la Compagnie du Revard en 1930) fait part de son intention de vendre la station du Revard. Le Conseil général de Savoie, soucieux de relancer l’activité et le développement de ce site, choisit de s’appuyer sur l’Association pour soutenir et favoriser l’aménagement du plateau du Revard et de la Féclaz. Celle-ci, formée en 1952 à l’initiative de l’industriel parisien Paul Chemin (également conseiller municipal à Aix-les-Bains), est chargée de trouver des investisseurs, de négocier les conditions de cession de la station et de financer des études de développement du site3. En avril 1953, le domaine du Revard est morcelé en huit lots et la société immobilière (SI), héritière de l’association, devient le principal propriétaire foncier de la station.

 

Un projet de centre international de tourisme estival

Laurent Chappis, reconnaissance dans les Trois Vallées (© Archives départementales de la Savoie)

Laurent Chappis, reconnaissance dans les Trois Vallées (© Archives départementales de la Savoie)

En 1952, le conseiller général Gaston Mollex (également conseiller municipal à Brison Saint-Innocent) commande une étude d’aménagement du plateau Revard-Féclaz à Laurent Chappis4. Chappis est alors un jeune architecte-urbaniste, inscrit dans le mouvement de l’architecture moderne. A cette date, il est chargé de la conception du plan d’urbanisme de Courchevel 1850 ainsi que de l’aménagement des rives du lac du Bourget à Aix et Brison. Sa proposition pour le plateau Revard-Féclaz s’appuie sur ces expériences et plus particulièrement sur celle de Courchevel. En effet, après avoir effectué une reconnaissance de terrain pendant l’hiver, Chappis propose la création d’un centre international de tourisme d’été qu’il positionne comme l’alter égo estival de Courchevel : « Le parallèle est facile à établir. A Courchevel tout est rassemblé pour obtenir le succès d’une station de sports d’hiver. […] Au Revard, toutes les qualités nécessaires à la création d’une grande station de tourisme estival sont rassemblées ». Alors que les Alpes françaises voient la naissance de nouvelles grandes stations de sports d’hiver, Chappis considère que « la grosse erreur serait de vouloir axer toute la politique d’aménagement du plateau sur la création d’une station de sports d’hiver. Le Revard est avant tout un lieu de résidence d’été. La mise en valeur des terrains de ski ne doit être qu’un corollaire de son développement estival »5.

De La Gornaz au Revard, l’aménagement qu’il propose se répartit entre une zone nord accueillant un centre commercial et différents formes et gammes d’hébergements temporaires (camping, auberge, hôtel, pension) et une zone sud dédiée aux infrastructures sportives (équitation, golf), culturelles (résidence d’artistes, théâtre et amphithéâtre, université et collège d’altitude) et de loisirs (luna-park). Un centre administratif, placé au niveau des Fermes du Revard, relie ces deux secteurs et donne à cet aménagement le visage d’une ville en altitude. Le projet se caractérise par l’attention particulière portée au site avec la conservation des équipements et des constructions existantes, des points de vue (depuis le sommet et depuis la route en corniche entre Le Revard et La Féclaz) et une répartition des aménagements qui tire profit de la topographie. Ainsi, le théâtre et l’amphithéâtre sont installés dans deux dépressions tandis que l’université, le collège et la résidence d’artistes sont ceintes d’une dense forêt pour assurer leur tranquilité. Les chalets et les hôtels sont implantés sur des versants orientés au sud-ouest pour bénéficier de la meilleure exposition tandis que les emplacements situés en bordure de falaise avec vue sur le lac et les montagnes sont réservés aux établissements hauts de gamme (hôtel pavillonnaire et hôtel-tour).

 

Projet d'aménagement du plateau Revard-Féclaz par Laurent Chappis, 1952 : zones sud et nord (Repro. Denys Harreau - 2016 © Archives municipales d'Aix-les-Bains)

Projet d’aménagement du plateau Revard-Féclaz par Laurent Chappis, 1952 : zones sud et nord (Repro. Denys Harreau – 2016 © Archives municipales d’Aix-les-Bains)

 

Centre commercial et hôtels de grand luxe. Dessins de Lo Martinoza accompagnant le projet de Laurent Chappis, 1952 (Repro. Denys Harreau - 2016 © Archives départementales de la Savoie)

Centre commercial et hôtels de grand luxe. Dessins de Lo Martinoza accompagnant le projet de Laurent Chappis, 1952 (Repro. Denys Harreau – 2016 © Archives départementales de la Savoie)

 

Cette proposition, la création d’un cadre de vie citadin prenant en compte le site de montagne, s’inscrit dans la droite ligne des grands projets d’aménagement menés dans les années 1950. L’étude de Laurent Chappis pose par ailleurs les bases de l’organisation du bâti construit au Revard dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

Le lotissement A

Dès 1952, la SI commande une étude de lotissements à Laurent Chappis en vue d’acquisitions foncières (réalisées en 1953). A partir de son étude, l’architecte recommande l’exécution d’un programme par tranches en débutant par l’aménagement des secteurs périphériques de la zone bâtie de la station6. Ce premier lotissement, appelé lotissement A ou lotissement du Revard, est dessiné dès décembre 19527.

Entre 1953 et 1956, Chappis conçoit quatre lotissements supplémentaires (B, C, D et E), permettant d’accueillir 4000 personnes et dont l’organisation et l’implantation reprennent l’allocation spatiale de l’étude d’aménagement général8. La zone commerciale, ou lotissement B, se développe de part et d’autre de la route nationale (devenue la route départementale n°913). Deux constructions, l’une longue et basse, l’autre étroite mais élevée, sont adossées à la colline du Molard de la Gaillarde afin de ne pas entraver la vue. Des volumes plus petits, dotés d’étages de soubassement pour compenser la pente, s’égrènent le long de la route secondaire qui dessert la station. Des cafés et des commerces occupent les rez-de-chaussée sur pistes tandis que les niveaux supérieurs abritent des logements9. Les lotissements C, D et E prévoient des hébergements de gammes différentes. Or, de cet ensemble, seul le lotissement A, approuvé par arrêté préfectoral du 18 juin 1953, est réalisé.

 

Plan du lotissement A, 1956 ( Repro. Denys Harreau - 2016 © Archives municipales d'Aix-les-Bains)

Plan du lotissement A, 1956 ( Repro. Denys Harreau – 2016 © Archives municipales d’Aix-les-Bains)

Son emprise, qui comprend le sommet et la zone déjà bâtie de la station, permet de s’appuyer sur les réseaux existants (électricité, assainissement, eau potable, voirie) et de bénéficier d’un emplacement attractif pour lancer les ventes. L’occupation, la commercialisation et la construction des lots sont, comme à Courchevel, régies par un cahier des charges. Les fonctions commerciales et hôtelières se répartissent entre une zone non aedificandi, correspondant au secteur occupé par l’ancien Grand Hôtel PLM et l’ancien Chalet PLM, et une zone comprenant l’ancienne gare d’arrivée du chemin de fer, son parvis au sud et les terrains situés au nord. Des résidences individuelles ou en copropriété sont prévues dans les trois boucles de voirie créées (boucle de l’Observatoire, boucle de Bellevue et boucle de l’Angle Est) et une zone sportive sur la Côte de Bellevue, à proximité de l’ancienne patinoire et des terrains de tennis. L’architecte-conseil du lotissement, Laurent Chappis jusqu’en 1962, établit pour chaque lot des gabarits de construction définissant l’implantation au sein de la parcelle et le volume du bâtiment10.

Malgré une campagne publicitaire nationale, la vente et la construction des lots démarrent péniblement. Pour lancer la commercialisation, la SI fait construire en 1954-1955 les cinq premiers chalets du lotissement conçus par Laurent Chappis. Comme à Courchevel, ces chalets greniers, situés à l’extrémité de la boucle de l’Angle Est, s’inspirent des greniers ou mazots alpins traditionels. Il s’agit de construction en bois de faible volume, car destinées à des séjours brefs, reposant sur des piles maçonnées. Au Revard, les panneaux mobiles occultant la baie principale peuvent être transformés en table et bancs pour la terrasse.

Chalet greniers, 1957 (© Collection particulière Eric Surrel ) ; Panneaux mobiles transformés en table et bancs (Denys Harreau – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

Chalet greniers, 1957 (© Collection particulière Eric Surrel ) ; Panneaux mobiles transformés en table et bancs (Denys Harreau – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

 

Les difficultés de construction du lotissement A

En dépit des travaux de viabilisation réalisés par le syndicat intercommunal du Revard11, la station est confrontée dès 1956 à des problèmes d’alimentation en eau potable (coupures de service et hausse des prix). Les faiblesses du réseau d’assainissement, pointées à plusieurs reprises, donnent lieu en 1978 à une suspension des permis de construire par la préfecture.

 

Carte chronologique de la construction des lots des boucles (André Céréza - 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

Carte chronologique de la construction des lots des boucles (André Céréza – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains)

La commercialisation et la construction du secteur résidentiel, soit celles des lots des trois boucles de voirie, progressent très lentement. A la fin des années 1950, seuls huit chalets (les cinq chalets greniers et trois chalets supplémentaires) ont été édifiés. La plupart des constructions sont réalisées dans les années 1960 et 1970 et des lots sont aujourd’hui encore vacants. Alors que le cahier des charges prévoit que les acquéreurs fassent appel à des architectes, la majorité des chalets sont élevés par des constructeurs ou par les propriétaires eux-mêmes.

Les occupations sectorielles fixées par le cahier des charges connaissent des entorses. Dès 1957, des colonies de vacances s’installent dans les zones commerciales et hôtelières : la Ville de Pantin occupe l’ancienne gare d’arrivée du chemin de fer et l’ancien logement du personnel, La Gaillarde, devenu l’hôtel Jeandet entre 1953 et 1957, est racheté par la Ville de Puteaux12. Plusieurs constructions voient également le jour dans la zone non aedificandi. En effet, la colonie de Puteaux se dote d’un nouveau bâtiment au cours des années 1960 tandis que l’Alpe est édifié en 1974.

 

En réalité, le Revard attire une clientèle plus modeste que celle qui fréquentait le site avant la Seconde Guerre mondiale et qui se tourne désormais vers des stations plus en vue. L’installation de colonies de vacances comme l’intervention de constructeurs de chalets traduisent bien ce décalage.

Boucle de l'Observatoire. A gauche : Chalet tente construit par son propriétaire en 1964 (Denys Harreau - 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d'Aix-les-Bains) ; A droite : Chalet skieur construit par l'entreprise Art et Bois (Jean-Pierre Petit - 2016)

Boucle de l’Observatoire. A gauche : Chalet tente construit par son propriétaire en 1964 (Denys Harreau – 2016 © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Ville d’Aix-les-Bains) ; A droite : Chalet skieur construit par l’entreprise Art et Bois (Jean-Pierre Petit – 2016)

 

Un nouveau paysage administratif, politique et sportif

Au plan national comme au niveau local, un nouveau paysage administratif et politique se met en place au cours des années 1970. De nombreuses critiques s’élèvent à l’encontre de la politique d’aménagement de la montagne menée depuis les années 1950. La remise en question des principes qui guident le Plan neige ainsi que la conception et la mise en œuvre des stations intégrées aboutissent à une nouvelle approche de l’aménagement de la montagne, radicalement différente, marquée par la Directive montagne de 1977. Alors que les opérations d’aménagement étaient confiées à des opérateurs privés extérieurs, il s’agit dorénavant de valoriser le tourisme en l’intégrant dans une économie montagnarde locale. Le maintien de l’agriculture et de l’activité forestière passe notamment par une limitation des nouvelles constructions, groupées en continuité des villages existants ou faisant l’objet d’un procédure d’unité touristique nouvelle (UTN). En 1985, la loi Montagne reprend ces différentes orientations et crée un cadre législatif spécifique aux zones de montagne. Au Revard, les autorités publiques se structurent en 1976 dans un syndicat intercommunal à vocations multiples13 compétent en matière d’urbanisme et d’aménagement. L’action de la STIR (la SI devient la société touristique et immobilière du Revard à partir de 1960) comme opérateur immobilier apparaît compromise et un inversement des rapports de force entre acteurs privés et publics s’opère.

A côté de ces restructurations administratives et de ces changements de paradygme politique, le Revard connaît le développement d’une nouvelle discipline, en réalité redécouverte, le ski nordique. L’organisation en 1972-1973 des 60e championnats de France sur le plateau permet de tracer les pistes du domaine nordique et entraîne une augmentation du nombre d’adhérents à l’Association du foyer de ski de fond créée en 1971. L’ouverture d’un centre-école de ski de fond au Mollard de La Gaillarde en 1975 conforte le développement de cette discipline au Revard.

 

Un site de loisirs urbains

Ce nouveau paysage ainsi que les conclusions de plusieurs études sur les potentialités d’aménagement du Revard amènent les autorités publiques à repositionner la station. Celle-ci, fréquentée par une clientèle issue des villes environnantes (Aix-les-Bains, Chambéry, Annecy, Lyon) et bénéficiant de la proximité de l’infrastructure hôtelière aixoise, est dorénavant envisagée comme un site de loisirs urbains14. Le cadre dit “naturel” du site, présenté comme un point fort, ainsi que la faiblesse des moyens que les autorités publiques sont prêtes à y consacrer, préconisent un aménagement concentré autour de l’existant : la préservation de son cadre et le développement des pratiques hivernales, ski de fond et ski alpin.

 

A gauche : le couvert forestier qui abrite le domaine nordique (Jean-Pierre Petit - 2016). A droite : piste de l'Observatoire et ancienne gare du téléphérique implantée au sommet (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du Massif des Bauges ; 2014 - ADAGP)

A gauche : le couvert forestier qui abrite le domaine nordique (Jean-Pierre Petit – 2016). A droite : piste de l’Observatoire et ancienne gare du téléphérique implantée au sommet (Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du Massif des Bauges ; 2014 – ADAGP)

 

Au seuil des années 1980, les nouvelles perspectives de développement du Revard prennent ainsi le contre pied de ce qui avait été proposé et approuvé dans les années 1950 : au centre international de tourisme estival se substitue le site de loisirs urbains orienté vers les pratiques hivernales. Comme le discours critique général à l’égard de la politique nationale pratiquée jusqu’ici, ce revirement s’appuie sur l’échec de la proposition imaginée dans les années 1950 pour justifier une orientation totalement différente, voire opposée : « l’expérience du passé fait que le POS assure sans doute une transition : le passage de l’utopie au pragmatisme. Peu importe que les opérations (comparées aux autres sites savoyards) soient de taille modeste : il faut qu’elles soient pertinentes et qu’elles réussissent »15.

 

Le plan d’occupation des sols et de nouvelles constructions

Le plan d’occupation des sols (POS), adopté en 1986, traduit concrètement cette nouvelle orientation et prend acte de la loi Montagne en limitant les nouvelles constructions à la zone déjà bâtie de la station. La création d’une UTN à Crolles, succédant à un projet de lotissement abandonné en raison des problèmes d’assainissement, reste finalement sans suite16. En effet, les travaux de captage du trop plein des sources de la Meunaz en 1976 ainsi que la création d’un collecteur relié à la station d’épuration d’Aix-les-Bains en 1981 permettent de satisfaire les besoins de 2500 lits17. La création d’une UTN, et donc de lits supplémentaires, implique des nouveaux travaux que les autorités publiques ne sont pas enclines à engager.

Entre 1983 et 1989, la station voit l’édification de ses deux premiers immeubles à l’initiative de la STIR et sur les conseils de Laurent Chappis, consulté en tant qu’administrateur de la société. A partir d’un examen des potentialités hivernales du site (conformément aux orientations données au Revard par les autorités publiques) et du nouveau contexte politique et administratif, Chappis recommande l’augmentation du nombre de lits banalisés de la station18. Ainsi, la STIR cède en 1981 un lot au promoteur Piéri pour la construction de deux bâtiments, Le Mont-Blanc puis Les Belledonnes, confiée à l’architecte Roger Meffre19. Ces immeubles, faits de béton et recouverts d’un essentage de bois, présentent des éléments décoratifs faisant référence à l’architecture de Haute-Savoie, telles que les balustres chantournées (palines), les suspentes moisées et des troncs de bois utilisés comme arrêt de neige.

Immeubles Le Mont-Blanc et Les Belledonnes (Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du massif des Bauges ; 2014 - ADAGP)

Immeubles Le Mont-Blanc et Les Belledonnes (Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du massif des Bauges ; 2014 – ADAGP)

 

L’adoption du POS signe le démarrage de nouvelles constructions. Les immeubles et l’office du tourisme (ancien centre administrative du SIVOM) qui bordent la place de la Crémaillère sont élevés entre 1986 et 198920. Jusqu’ici, seuls le restaurant La Crémaillère (années 1960) et le chalet des Mousses (construits en 1969) ont modifié l’état originel du parvis de l’ancienne gare d’arrivée du chemin de fer, constitué d’un étage de soubassement divisé en neuf alvéoles occupées par des commerces. L’emprise au sol des immeubles suit la forme des piliers séparant les alvéoles et les baies en plein cintre qui y donnent accès ont été conservées à l’intérieur des boutiques. L’orientation des faîtages ainsi que des éléments de maçonnerie rappellent l’ancienne gare d’arrivée. Depuis l’arrêt du fonctionnement du téléphérique en 1969, cette zone retrouve le rôle de porte d’entrée de la station qu’elle jouait jusqu’en 193621.

Les immeubles et l'office du tourisme de la Place de la Crémaillère (Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du Massif des Bauges ; 2014 - ADAGP)

Les immeubles et l’office du tourisme de la Place de la Crémaillère (Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Parc naturel régional du Massif des Bauges ; 2014 – ADAGP)

 

Les perspectives de développement envisagées pour le Revard et le POS adopté traduisent une sensibilité nouvelle à l’égard de la montagne et des stations d’altitude. L’apparition de termes comme “usine à skis” ou “cages à lapins” montrent un rejet des formes urbaines et architecturales proposées au lendemain de la guerre et jusque dans les années 1970. La “station village”, parsemée de chalets en bois, promue et perçue comme un lieu authentiquement montagnard, devient l’archétype proposé et recherché pour les séjours à la montagne.

La station, années 1990 (© Collection particulière Eric Surrel)

La station, années 1990 (© Collection particulière Eric Surrel)

Si le projet de centre international de tourisme estival n’a pas vu le jour, le lotissement A, directement issu de cette réflexion d’aménagement, a néanmoins guidé la construction de la majorité des bâtiments du Revard dans la seconde moitié du XXe siècle. Le cadre bâti de la station peut ainsi être considéré comme le résultat, très partiel, d’un projet ambitieux typique de la France des années 1950. Les aménagements sportifs et notamment l’important domaine nordique reflètent quant à eux une volonté de développement moins invasive en accord avec les orientations de la loi Montagne. Les places données successivement à la station, du centre international de tourisme estival au site de loisirs urbains, illustrent bien l’importante évolution de la politique nationale d’aménagement de la montagne au tournant des années 1980.

Elsa Belle, chercheur, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Le Revard : dossiers d’Inventaire en ligne

http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/station-de-villegiature-estivale-et-de-sports-d-hiver-le-revard/3296e482-d8da-4065-babd-97d2c16211f1

 

L’exposition “Aix côté montagne” au Revard :

Musée du fixé sous verre – Ancien hôtel PLM

A partir du 30 décembre 2016

 

Bibliographie:

Aix-les-Bains côté montagne. Les Corbières – Le Revard. Aix-les-Bains : Société d’Art et d’Histoire, 2016. (coll. Arts et Mémoire, n°90).

GODAILLIER, Johann. “L’urbanisme du Revard : l’après PLM. Du Déclin au renouveau?”, in Le Revard, Aix-les-Bains : Société d’Art et d’Histoire, 1996. (coll. Arts et Mémoire, n°6), pp. 115-124.

 

Pour citer cet article :

BELLE, Elsa. « Le Revard dans la seconde moitié du XXe siècle : un exemple de l’évolution de la politique d’aménagement de la montagne », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes & Auvergne [en ligne], 2 décembre 2016. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4074

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Exposition présentée à la bibliothèque municipale d’Aix-les-Bains du mois d’août au mois d’octobre 2016. []
  2. Entre 1892 et 1923, la station appartient à la société anonyme des chemins de fer de montagne et régionaux composée d’un actionnariat majoritairement genevois []
  3. AD Savoie. 1210 W 127 []
  4. AD Savoie. 30 J 340. Notice rédigée par Laurent Chappis en 1985 lors du versement de ses archives aux Archives départementales de la Savoie []
  5. AC Aix-les-Bains. BR 639. Rapport sur l’aménagement du plateau du Revard, Laurent Chappis, architecte-urbaniste, Chambéry, 22 avril 1952, ill., 34p []
  6. AD Savoie. 30 J 340. Notice rédigée par Laurent Chappis en 1985, Op. cit. []
  7. AD Savoie. 30 J 340. Aménagement du plateau du Revard, lotissement de la première zone, Laurent Chappis, 1952 []
  8. AD Savoie. 30 J 340. Contrats passés entre Laurent Chappis et la STIR : le 20 novembre 1952 pour l’étude d’aménagement du plateau ; le 8 juin 1953 pour l’étude des lotissements ; AD Savoie. 30 J 127. Plan des lotissements dressé en juillet 1953 ; AD Savoie. 30 J 128. Plan du lotissement C dressé en avril 1953 et plan du lotissement D dressé en août 1953 ; AD Savoie. 30 J 340. Le Revard, document d’enquête. Etude des possibilités d’installation résidentielles au Revard, Laurent Chappis, 25 mars 1954 []
  9. AD Savoie. 30 J 128. Présentation et plans de l’aménagement du centre commercial, Avant-projet, Laurent Chappis et Pierre Jomain, Chambéry, décembre 1953 []
  10. Trois versions du cahier des charges ont existé : 1953, 1954 (AD Savoie. 30 J 129) et 1956 (AD Savoie. 30 J 129 []
  11. AD Savoie. 30 J 340 []
  12. AC Aix-les-Bains. 160 W 21 []
  13. SIVOM du Revard qui associent Aix-les-Bains et les communes sur lesquelles se situe la station []
  14. AD Savoie. 30 J 126. Aménagement touristique du plateau du Revard, Direction départementale de l’Équipement, Groupement d’urbanisme du plateau du Revard, septembre 1979 []
  15. AC Aix-les-Bains. Archives du SIVOM []
  16. AC Aix-les-Bains. 1465 W 43. Ensemble de documents relatifs à la procédure de création d’une UTN à Crolles []
  17. AC Aix-les-Bains. 360 W 3 et 160 W 27 []
  18. AC Aix-les-Bains. 160 W 21. Société Touristique Immobilière du Revard. Document de réflexion sur le plateau du Revard, Laurent Chappis, Chambéry, décembre 1980 []
  19. AC Aix-les-Bains. 160 W 21. Cette opération est la dernière menée par la STIR avant qu’elle ne cède ses actions et son patrimoine foncier aux autorités publiques à la fin des années 1980 []
  20. AC Les Déserts. Permis de construire []
  21. De 1892 à 1936, la desserte de la station était assurée presque exclusivement par le chemin de fer à crémaillère dont la gare d’arrivée se situait à cet emplacement. A partir de 1936 et jusqu’en 1969, le téléphérique assurait en partie l’accès au Revard []

2 réponses

  1. Johann GODALLIER dit :

    Bravo à vous, quel excellent travail !!!

  1. 08/12/2016

    […] Dominant la ville d’Aix-les-Bains, la station estivale et hivernale du Revard se situe à 1545 mètres d’altitude dans le massif des Bauges en Savoie. A côté des quelques remontées mécaniques permettant la pratique du ski alpin par une clientèle familiale, la station constitue une des trois portes d’entrée (portes de Crolles, de la Féclaz et de Saint-François de Salles) du grand domaine de ski nordique Savoie Grand Revard fréquenté par de nombreux fondeurs. L’ensemble (bâti, domaines de ski alpin et nordique) s’étend sur le territoire de cinq communes (Mouxy, Les Déserts, Le Montcel, Pugny-Chatenod et Saint-François de Salles) et se développe sur un plateau vallonné, marqué par de faibles dénivellations, et en grande partie couvert de forêt. Les pentes du Revard, parcourues par les skieurs l’hiver, sont pâturées l’été par les vaches des alpages environnants. Durant la saison estivale, le sommet et le site attirent également des contemplatifs, des randonneurs et des promeneurs ainsi que des cyclistes (VTT et vélo de route).  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *