Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux

Il était inattendu, en s’intéressant à l’histoire du réseau ferré auvergnat, de voir émerger la relation privilégiée qu’il entretenait avec l’installation dans le paysage de statues monumentales de la Vierge1.

L’essor du chemin de fer est contemporain de celui des statues de Vierge érigées en plein air au sommet de collines : il peut être situé sous le Second Empire (l’un et l’autre phénomène se développant ensuite à des rythmes différents)2. C’est ainsi que les statues se trouvent signalées dans les guides ferroviaires, plus précisément dans les Guides Joanne devenus Guides Bleus, publiés entre 1865 et 1935 pour l’Auvergne, et a fortiori dans le Guide national et catholique du voyageur en France (édition de 1901).

Fig.1. Murat (Cantal). Au premier plan, la gare ; à l’arrière-plan : le rocher de Bonnevie dont le sommet, après avoir été occupé par un château, constitue le piédestal d’une statue de la Vierge, dite Notre-Dame de Haute-Auvergne, à partir de 1878. Phot. Jean-Michel Périn ©Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015.

Fig.1. Murat (Cantal). Au premier plan, la gare ; à l’arrière-plan : le rocher de Bonnevie dont le sommet, après avoir été occupé par un château, constitue le piédestal d’une statue de la Vierge, dite Notre-Dame de Haute-Auvergne, à partir de 1878. Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015.

Mais surtout, certaines données laissent entendre que la connivence entre les deux phénomènes est loin d’être due au hasard. En 1860 au Puy-en-Velay s’était ainsi posée la question d’orienter vers la gare où arrivent les voyageurs, ou vers la ville3, la devenue célèbre Notre-Dame de France ; elle regarde finalement le sud, car c’était dans cette direction que la ville était « appelée à se développer »4. Plus significativement, le curé de Laroquebrou (Cantal), en lançant en 1886 la souscription destinée à l’érection de la statue de la Vierge au sommet d’un rocher de la localité, avait mis en avant le fait qu’elle devait être « visible du train et destinée à l’édification des voyageurs »5. Ce type de dispositif autorisait alors l’écrivain et critique Jean Ajalbert à annoncer dans son ouvrage sur l’Auvergne : « pour faire leurs dévotions, Messieurs les voyageurs n’auront qu’à mettre le nez à la portière »6. Enfin l’archiviste de l’évêché de Saint-Flour, l’abbé Jean Chabau, produit une carte en 1888 qui laisse délibérément entrevoir une dépendance certaine entre armature mariale du diocèse et lignes de chemin de fer7. Pour le chercheur de l’Inventaire général du patrimoine culturel dont l’objet d’étude consiste à mettre au jour le « faisceau de relations » que les œuvres entretiennent avec leur situation, la prise est donc originale.

Fig.2. Carte du diocèse de Saint-Flour en 1888 indiquant les lieux de pèlerinage et les chapelles dédiées à la Vierge, ainsi que les statues de plein air

Fig.2. Carte du diocèse de Saint-Flour en 1888 indiquant les lieux de pèlerinage et les chapelles dédiées à la Vierge, ainsi que les statues de plein air. Tiré de l’ouvrage de l’abbé Chabau, Pèlerinages et sanctuaires de la Vierge dans le diocèse de Saint-Flour. Noter que les voies ferrées et les cours d’eau sont représentés mais pas les routes « de terre ». Ouvrage conservé à la Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand, A 310260. Repro. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Le motif composé d’une statue de Vierge érigée sur un sommet naturel suscite plusieurs observations mettant en perspective l’inscription des Vierges dans le paysage, d’un point de vue concret aussi bien qu’idéologique8.

La Vierge et le territoire.

Dans le texte d’accompagnement de son propre inventaire, l’abbé Chabau donne une attitude conquérante à la figure de la Vierge : Neussargues étant, sur la ligne Arvant-Aurillac, un « point stratégique entre tous », « là où trois grandes compagnies [ferroviaires] se donneront un jour la main », la Vierge « avait, à l’avance, pris possession de ce point central, par l’érection en 1853 du premier sanctuaire du diocèse dédié à l’Immaculée Conception ». De même pour un nœud ferroviaire secondaire de la région, La Capelle-Viescamp, où :

« Notre-Dame n’a eu garde de négliger ce poste. Mais ici, au lieu de se saisir du point central, comme à Neussargues, Elle s’est emparée des quatre aboutissants, dont trois étaient déjà en sa possession : Notre-Dame des Miracles tenait celui du nord ; Notre-Dame du Cœur, celui de l’est ; Notre-Dame de Quézac, celui du midi ; l’issue de l’ouest était libre. Et voilà que Marie en a pris officiellement possession, en se postant à Laroquebrou, par l’érection solennelle, il y a deux ans, de sa majestueuse statue. »9

En fait, l’attitude conquérante est plutôt celle de l’Église si l’on en croit Maurice Agulhon (et elle dépasse, bien sûr, les seuls abords des voies ferrées). Pour cet auteur, à partir du Second Empire, l’Église « était de plus en plus sensible à la nécessité d’intégrer dans ses plans de conquête, ou de reconquête des âmes l’entreprise proprement visuelle de christianisation du décor de la vie »10. À Lyon11, Avignon12 et Marseille13, les statues de Vierge, en surmontant des édifices religieux, occupaient la cime culminante de la cité. En Auvergne aussi : à Clermont-Ferrand, Viollet-le-Duc est chargé en 1871 de réinstaller la Vierge de l’Arbre de Jessé sur la toiture de la cathédrale14.

Fig.3. La Vierge de la cathédrale et panorama sur Clermont-Ferrand (quartier est). Carte postale, vers 1910, coll. part. Repro. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Fig.3. La Vierge de la cathédrale et panorama sur Clermont-Ferrand (quartier est). Carte postale, vers 1910 (coll. part.). Repro. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Cependant dans une région riche de buttes volcaniques, leur emplacement ou leurs piédestaux de prédilection restent les rochers15. Ces derniers avaient acquis la faveur des esprits romantiques depuis le début du XIXe siècle – ce qui aboutira à la possibilité de les protéger à titre de « monuments naturels » à partir de la promulgation de la loi sur les sites de 1906 (reprise en 1930). Et leurs sommets avaient bien souvent été laissés vides après que les châteaux médiévaux qui les occupaient avaient disparu ou avaient été démolis16. Empruntant aux châteaux cette position dominante, les Vierges devaient « voir et être vu[es] »17. Autrement dit, par rapport au territoire environnant, les statues avaient un rôle symbolique de protection autant que de domination.

En France, une prédisposition à couvrir le territoire de statues protectrices de la Vierge pourrait dater du règne de Louis VII puisque ce roi, au XIIe siècle, voyait en elle « la patronne du royaume » mais il avait essentiellement concrétisé cette allégeance en adoptant deux attributs mariaux, le lys et l’azur, pour en faire les armoiries royales18. Par la suite, le 10 février 1638 plus précisément, Louis XIII déclarait que, prenant « la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale » du royaume, il lui consacrait « sa personne, son État, sa couronne et ses sujets ». L’historienne Jacqueline Lalouette écrit cependant : « Bien des diocèses français pourraient revendiquer le titre de “ terre mariale ”, mais il semble que les diocèses de Saint-Flour, de Clermont et du Puy – sans oublier celui de Moulins car le Bourbonnais se veut “ terre de Marie ” – le méritent tout particulièrement pour la période contemporaine »19. En ce qui concerne le diocèse de Clermont-Ferrand et en regard de notre sujet, Richard Bucaille complète : « Que par l’esprit on recule en faisant face aux seules statues citées [dans l’ouvrage] jusqu’à les perdre de vue, pour évaluer la portée de leur regard métaphorique, et qu’on accorde à ce regard un modeste champ visuel de 90° : la série des quarts de cercles obtenue couvre environ 30% de la superficie du diocèse. »20.

Promouvoir le panorama.

Rappelons alors ici que pour Chateaubriand, les mystères du christianisme sont en harmonie avec ceux de la nature21 : la conjugaison rocher / figure religieuse illustre particulièrement bien le point de vue de l’écrivain. « La Bible elle-même présente le sommet des montagnes comme un lieu de contact entre l’homme et Dieu – et par voie de conséquence comme un lieu privilégié de prière – […] » écrit Serge Briffaud dans son histoire de la vision panoramique22. Les Vierges sont à la jonction entre le fragment de nature que constitue leur piédestal et la nature environnante. Les statues sur promontoire représentent ainsi, non seulement des éléments de « christianisation du décor de la vie », des lieux de prière privilégiés, mais aussi des appels à venir apprécier un panorama.

L’enjeu touristique de ces dispositifs est assumé par les instances religieuses, comme on le voit d’une part dans les articles de la Semaine religieuse relatant les cérémonies d’installation des statues23, d’autre part dans l’argumentaire présenté en 1891 au maire d’Usson (Puy-de-Dôme) en vue de l’implantation d’une Vierge sur la butte qui domine la localité24.

 Usson (Puy-de-Dôme). Au loin, sur la butte, la statue de la Vierge mise en place en 1893.

Fig.4. Usson (Puy-de-Dôme). Au loin, sur la butte, la statue de la Vierge mise en place en 1893.
Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Certes la description lyrique du coup d’œil promis aux pèlerins ayant fait l’effort de monter au sommet de la colline de Monton, dans la Semaine religieuse du 14 août 1869, se termine par cette phrase : « Un spectacle si imposant… est à lui seul une éloquente prédication »25, mais le curé d’Usson se montre plus pragmatique, espérant en cela emporter l’adhésion de la municipalité au projet : « ce sera une nouvelle attraction pour les nombreux touristes qui viennent chaque année à Usson et une source de bénéfices pour la localité »26. Il était probablement connu que déjà en 1852 le docteur Reynaud, maire du Puy-en-Velay, assisté de son conseil municipal, voyait un intérêt touristique dans la réalisation d’une « statue-panorama »27 sur le rocher Corneille28.

Le Puy-en-Velay (Haute-Loire). À l’arrière-plan : à gauche, le clocher de la cathédrale, et à droite la statue d’une Vierge à l’enfant, dite Notre-Dame de France (inaugurée en 1860).

Fig.5. Le Puy-en-Velay (Haute-Loire). À l’arrière-plan : à gauche, le clocher de la cathédrale, et à droite la statue d’une Vierge à l’enfant, dite Notre-Dame de France (inaugurée en 1860). Phot. Jean-Michel Périn © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015.

Ces aménagements font ainsi partie de ceux qui, selon le géographe et philosophe Augustin Berque, permettent « d’avoir accès à une sensibilité révolue »29. Car en réalité, les statues sur promontoire incitent à regarder vers où elles regardent, de la même façon qu’un banc invite à s’asseoir pour profiter d’un champ de vision singulier, ou qu’une table d’orientation livre un paysage. Or, en étant datés, ces éléments permettent d’informer sur ce qui était digne d’être regardé à l’époque de leur installation. En ce sens, le champ de vision de chacune des statues fait partie de leur intérêt – même si certains aspects des portions de territoire embrassées du regard sont de toute évidence postérieurs à la période d’implantation de la statue-, et les services de l’Inventaire pourraient se fixer d’en conserver la trace par la photographie30 au même titre que la vue de la situation de l’œuvre dans son environnement31, et que, bien sûr, les photographies de la sculpture proprement dite.

 

fig-6-7

Fig.6. Volvic (Puy-de-Dôme). Statue de Vierge dite Notre-Dame de la Garde (1861). Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016 et Fig.7. Saint-Alyre-ès-Montagnes (Puy-de-Dôme). La statue de la Vierge, dite Notre-Dame de l’Ecire, est orientée vers l’église et le bourg de Saint-Alyre-ès-Montagnes. Phot. Bénédicte Renaud © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016

Du point de vue de l’histoire de l’art : l’objet.

Les apparitions de la Vierge à Catherine Labouré datent de 1830, celle aux deux bergers à La Salette — sur une montagne, précisons-le —, est de 1846, celle de Lourdes de 1858. D’autres apparitions pourraient être citées qui ont connu plus ou moins de succès. Il reste que dans la ferveur religieuse retrouvée du XIXe siècle, la Vierge est omniprésente. Il ne faut pas plus de quinze ans après l’apparition qu’en a Bernadette Soubirous pour que Lourdes, sa grotte et sa basilique ne deviennent le but du premier pèlerinage de France et d’Europe (que le train favorise)32. Trente-six congrégations sous le patronage de Marie sont fondées entre 1800 et 1830 et cinquante-neuf entre 1830 et 187033. Le pape proclame le dogme de l’Immaculée Conception en 1854. Dans le domaine artistique, ce succès se traduit notamment par la présence de plus de cent sculptures de Vierge exposées au Salon entre 1845 et 1870.

Poursuivons : c’est avec une Vierge qu’un record de hauteur est atteint en 1860 en France. La statue de la Vierge du Puy-en-Velay mesure 16 mètres de haut. Elle figure en bonne place dans l’ouvrage d’E. Lesbazeilles paru en 1876 intitulé Les colosses anciens et modernes où elle est comparée à la Minerve du Parthénon sculptée par Phidias, aux colosses égyptiens de granit, au David de Michel-Ange et à d’autres encore. Comme elles, Lesbazeilles affirme qu’elle peut « prétendre au genre d’effet que produisent sur nous un grand arbre, une haute montagne, l’océan, le mugissement du vent, le roulement du tonnerre. Le grandiose, le sublime, tel est son partage. » La sculpture monumentale, écrit quant à elle l’historienne de l’art Catherine Chevillot, « peut être conçue comme une accentuation d’un espace plus vaste qu’elle, dans un élargissement de la vision aux dimensions de la place, du square, voire du paysage entier, […] » ; la sculpture monumentale, continue-t-elle « ordonne autour d’elle l’espace et commande, comme l’écrivait Baudelaire, à ceux qui passent à ses pieds. »34 En réduisant la comparaison à la hauteur des statues, la Vierge du Puy est détrônée en 1884 par la statue de la Liberté du sculpteur français Bartholdi, qui mesure 46 mètres.

Au Puy, afin de s’autoriser la prouesse technique, qui réclame beaucoup d’argent, une souscription nationale avait été lancée. Indulgences et rémissions de péchés étaient en échange accordées par le pape. En plus, le « fer de la Russie » (213 canons pris à Sébastopol transformés en 100 000 kg de fonte de fer) avait été offert par Napoléon III. Ce métal refondu dont elle est constituée l’apparente à la colonne Vendôme dont les bas-reliefs avaient été coulés dans le bronze des canons ennemis de Napoléon Ier. Dans ce symbole guerrier le lien avec le territoire national trouve un écho supplémentaire. La prouesse se trouve aussi du côté de Monton où les blocs de la pierre blanche de Beaucaire que l’on hisse au sommet de la butte qui domine le bourg arrivent par le chemin de fer, puis sont amenés par la population dans un cortège « avec un élan qui rappelle le Moyen Âge des cathédrales »35. Là, un donateur anonyme avait imposé la pierre blanche alors que le projet initial prévoyait de la pierre de Volvic (une andésite de couleur sombre) mais il semblerait que le donateur ait argumenté en faisant valoir qu’une sculpture en pierre de Volvic ne se serait pas détachée « avec la même netteté sur le fond du ciel et des montagnes »36.

Fig.7. Monton (Puy-de-Dôme). Dos de la statue de la Vierge sculptée par Aristide Belloc, mise en place en 1869.

Fig.8. Monton (Puy-de-Dôme). Dos de la statue de la Vierge sculptée par Aristide Belloc, mise en place en 1869. Une chapelle lui sert de socle. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Plusieurs Vierges sont des créations originales mais la majorité d’entre elles semble-t-il – seul un inventaire fin et exhaustif permettrait de l’affirmer – sont des œuvres de séries industrielles. Par exemple, Notre-Dame de la Garde de Volvic (1861) figure parmi les premières : son auteur est le frère Gamaliel, ancien directeur de l’école d’architecture de Volvic — école sous tutelle des Frères des Écoles chrétiennes, à cette époque —, et elle est exécutée dans la lave locale37. De même que la statue de Notre-Dame des Moissons de Luzillat – bourg de la vallée de la Limagne réputée pour sa fertilité – est commandée au sculpteur royatais Raoul Mabru (1882-1957), et installée en 195338. L’utilisation de la pierre de Volvic d’une part, et la représentation d’épis de blé d’autre part, relient les statues aux localités dans lesquelles elles sont implantées39.

Luzillat (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite Notre-Dame des Moissons, sculptée par Raoul Mabru. Mise en place en 1953.

Fig.9. Luzillat (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite Notre-Dame des Moissons, sculptée par Raoul Mabru. Mise en place en 1953. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

Tandis que dans le second groupe (des séries industrielles), la réplique tirée du modèle de Notre-Dame de Fourvière par exemple, a été choisie à plusieurs reprises40 : à Saint-Julien-de-Coppel (1862)41, à Chapdes-Beaufort (1885), à Laroquebrou (1886) et à Châteauneuf-les-Bains (1893), au moins.

Fig.9. Dessin avec collage, annexé au projet présenté au conseil municipal d’Usson en 1892. La statue mise en place en 1893 est une Vierge à l’enfant (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 438/2) et fig.10. Châteauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite de Notre-Dame de l’Espérance. Mise en place en 1893.

Fig.10. Dessin avec collage, annexé au projet présenté au conseil municipal d’Usson en 1892. La statue mise en place en 1893 est une Vierge à l’enfant (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 438/2) et fig.11. Châteauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite de Notre-Dame de l’Espérance. Mise en place en 1893. Phot. Christian Parisey © Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

 

Le procédé est moderne à l’époque, et plus économique. On retrouve même la réplique inspirée de Notre-Dame de Fourvière sous la forme d’une photographie de catalogue, découpée, dans un collage destiné à présenter le projet d’Usson42.

Les quatre statues-répliques précitées, telles des phares, sont peintes en blanc.

Saint-Alyre-ès-Montagnes (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite Notre-Dame de l’Écire

Fig. 12. Saint-Alyre-ès-Montagnes (Puy-de-Dôme). Statue de la Vierge, dite Notre-Dame de l’Écire (date d’installation approximative : entre 1959 et 1977). Phot. Bénédicte Renaud© Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2016.

La concurrence.

En 1841, l’architecte Hector Horeau, « fasciné par le goût du colossal qui traverse toute la période », avait eu le projet de dresser sur la colline faisant face au Champ de Mars à Paris une statue de Napoléon Ier haute de 33 mètres. Il n’a pas abouti43. De même, en Auvergne, un projet de saint Joseph à élever sur le rocher qui domine la station thermale de La Bourboule (aux frais d’une « personne pieuse » qui souhaitait rester anonyme) avait été rejeté par le conseil municipal en 188244. La Vierge d’Usson, elle, avait été mise en concurrence pendant un temps avec une figure de la République, mais c’est la Vierge qui l’emporte, en 1893. Quant au Vercingétorix de Bartholdi, il aurait pu être installé sur « un rocher près de Royat », ou bien sur le plateau de Gergovie : une série de croquis du sculpteur réalisés en 1870 montrant un Vercingétorix équestre piétinant l’ennemi, sur un socle constitué d’un dolmen incliné45, le tout au sommet d’une butte, témoignent de son souhait initial46.

Fig.12 et 13. Projet de mise en situation de la statue équestre de Vercingétorix et Projet de monument à Vercingétorix destiné au site de Gergovie

Fig.13 et 14. Auguste Bartholdi. Projet de mise en situation de la statue équestre de Vercingétorix , crayon de graphite sur papier blanc, 14 x 23 cm et projet de monument à Vercingétorix destiné au site de Gergovie, encre sur carton blanc, 47,5 x 64 cm  © Musée Bartholdi Colmar. Phot. Chr. Kempf. (reproduction, captage des images interdit, droits réservés).

Finalement, trente ans plus tard, il se décidera pour l’espace urbain de la place de Jaude de Clermont-Ferrand, « carrefour ouvrant vers les quatre points cardinaux ses larges perspectives »47. Il serait alors commode de généraliser à partir de ces quatre cas en décrétant une adéquation certaine entre les Vierges et les sommets, ou plus largement entre les symboles religieux et les sommets puisque des chapelles, des croix et des calvaires se sont imposés, eux aussi, sur ces lieux ventés48.

Fig.14. Saint-Julien-de-Coppel. Site de Roche. Église, dite chapelle Saint-Sébastien, Notre-Dame.

Fig.15. Saint-Julien-de-Coppel (Puy-de-Dôme). Site de Roche. Église, dite chapelle Saint-Sébastien, Notre-Dame, à proximité de laquelle ont été dressés une statue de la Vierge (en 1862) ainsi qu’un chemin de croix. Roland Choplain, Roger Maston@Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 1991.

Vierges en réseau.

À notre connaissance, aucun inventaire de ces Vierges de sommet, même approximatif, n’existe ni au niveau national, ni au niveau régional49. Pourtant le Massif central et la Provence sont réputés en être spécialement riches. Il s’agirait de vérifier à cette aune si l’Auvergne est la terre mariale que certains auteurs prétendent qu’elle est50. Ces objets religieux sont récurrents, c’est indéniable, surtout si on élargit le corpus aux Vierges de carrefours, de grottes et autres emplacements publics de plein air51. La livraison d’un dossier sur le thème des « statues monumentales de la Vierge, dites Madones », sur le canton ligérien de Boën en témoigne, dès l’échelle cantonale52. Cartographier ces manifestations spécifiques du fait religieux reviendrait à mettre en évidence un réseau, constitutif d’une lecture symbolique de l’espace. Au sein de l’Atlas des paysages d’Auvergne mis en ligne en 2014 par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement figure d’ailleurs un Guide-enquête sur les relations hommes-milieux sur le thème « Aménager des belvédères ». Il y est fait référence à la Vierge de Monton dès la première page avec ce commentaire : « […] c’est à la fois un signe religieux mais aussi un signe fort de marquage de territoire par une communauté »53.

À l’origine de ce maillage existent des communautés ou des personnalités agissant en réseau. Signalons alors, pour finir, un des ressorts avec lesquels il faut compter lorsqu’on rend compte d’un réseau : l’émulation ou la rivalité entre localités. Il semblerait que la réalisation du colosse du Puy-en-Velay soit le produit d’un défi de cet ordre car Joseph-Hugues Fabisch, réputé pour la Vierge de Fourvière qui surmonte le dôme de la basilique lyonnaise, avait été délibérément écarté du concours ponot. Les rivalités locales s’étaient manifestées jusque dans le choix des fondeurs. Et aucun écho n’avait été donné par la Revue du Lyonnais, favorable aux œuvres de Fabisch, ni à la construction, ni à l’inauguration de la Vierge du Puy survenue le 12 septembre 1860, soit quatre jours après l’hommage que la ville de Lyon rendait annuellement à la Vierge de Fourvière. « Comment ne pas voir dans cette date du 12 septembre une référence aux festivités religieuses de la ville de Lyon si dévouée à la Vierge ? » demande Clélia Simon54.

Bénédicte RENAUD-MORAND, Conservatrice en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

Renaud-Morand Bénédicte. <<Un motif paysager récurrent : les statues de Vierges colossales sur promontoire rocheux>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 20 février 2017. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4174

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Voir : Inventaire général – Région Auvergne-Rhône-Alpes, L’Auvergne vue du train, par CERONI, Brigitte, DURIN-TERCELIN, Maryse, RENAUD-MORAND, Bénédicte, Thiers : Page centrale,  (coll. « Images du patrimoine », n° 298), 2016.

    Dans cet article on ne prétend pas livrer un inventaire exhaustif des statues de Vierge en plein air, mais plutôt une réflexion quant à l’intérêt qu’il y aurait, ou pas, d’en entreprendre un.

    Par ailleurs, je tiens à remercier pour leur collaboration : Isabelle Bräutigam, Caroline Guibaud, Christian Kempf, Nadège Horner, Jean Labbaye, Frédéric Manuch et Anne Pingeot. []

  2. Pour Richard Bucaille et Isabelle Boiron, le succès des statues mariales monumentales en Basse-Auvergne est à situer essentiellement entre 1860 et 1905. Voir BOIRON, Isabelle, BUCAILLE, Richard, « Les œuvres : paysage catholique, édifices cultuels, mobilier liturgique. L’espace commun catholicisé », dans BOIRON, Isabelle, et al., Des esthétiques méconnues. I. Art sacré et architecture religieuse dans le Puy-de-Dôme (XIXe-XXe siècles). Clermont-Ferrand : Conseil général du Puy-de-Dôme, (coll. « Carnets patrimoniaux du Puy-de-Dôme », n° 8), [2003], p. 42-61. []
  3. On peut lire dans PHILIBERT, Jean-Marie, Notre-Dame de France, Le Puy-en-Velay : édité à compte d’auteur, 1978 (1ère éd. 1953), p. 12 : « Une des questions les plus délicates et qui passionna les habitants du Puy, fut l’orientation de la statue. Tous les quartiers voulaient être favorisés du regard de la Vierge. Après bien des hésitations, le quartier de la gare l’emporta, de telle sorte que ce sont les voyageurs, arrivant par la voie ferrée, qui voient la Vierge sous son aspect le plus gracieux ». Mais l’auteur se trompe puisque la Vierge regarde vers le sud. []
  4. FAUX, A., Notre-Dame de France, Le Puy-en-Velay : éditions Jeanne-d’Arc, 1988, p. 89. Il semblerait néanmoins qu’il s’agisse d’une demande récurrente de la part des sculpteurs : en étant orientée vers le sud, le visage de la statue connaît ainsi un ensoleillement maximum. Voir dans Inventaire général –Service régional de la région Centre, Statues dans la ville. Un musée à ciel ouvert en Centre – Val de Loire, par CHAMBRION, Matthieu, Lyon : Éditions Lieux Dits, 2015, (coll. « Cahiers du patrimoine », n° 110), p. 103. []
  5. Voir DAVID, André, « Commune de Laroquebrou. Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine », diagnostic architectural et environnemental, Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne, Service territorial de l’architecture et du patrimoine du Cantal, juillet 2012, p. 31. La Vierge est signalée dans l’édition du Guide Bleu de 1920 mais plus dans celle de 1935. []
  6. AJALBERT, Jean, L’Auvergne, Paris : Ernest Flammarion, 1925 (édition augmentée, 1ère éd. 1896), p. 105. []
  7. CHABAU, Jean, Pèlerinages et sanctuaires de la Sainte-Vierge dans le diocèse de Saint-Flour, Aurillac : libraire Saint Paul, 1888. []
  8. L’article se nourrit d’éléments développés dans un groupe de réflexion sur l’élargissement aux paysages du champ d’investigation de l’Inventaire général du patrimoine culturel. []
  9. CHABAU, Jean, op. cit. (1888), p. 622. []
  10. AGULHON, Maurice, Marianne au combat : l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris : Flammarion, 1979, p. 170. []
  11. Notre-Dame de Fourvière, par Joseph Fabisch (1812-1886), 1852. []
  12. Notre-Dame des Doms, par les ateliers Durand de Paris, 1859. []
  13. Notre-Dame de la Garde, par Eugène-Louis Lequesne (1815-1887), 1867. []
  14. Elle avait été une première fois implantée à l’amortissement de l’angle aigu du chevet en 1507-1512, et détruite en 1793. Le sculpteur du modèle en plâtre est Antoine Zoegger (1829-1885). Il s’agit d’une Vierge à l’Enfant écrasant le serpent : ce second thème n’a pas sa place dans un arbre de Jessé mais semble s’inspirer de l’iconographie adoptée notamment par Bonnassieux au Puy-en-Velay (statue élevée en 1860). Voir ERHARD, Antoinette, « Vierge dite “du Retour” », dans [Exposition. Clermont-Ferrand. 1980]. Viollet-le-Duc en Auvergne, Clermont-Ferrand : [s.n], 1979, p. 70-71. En restant dans le Puy-de-Dôme (grosso modo dans le diocèse de Clermont), d’autres Vierges sont installées au sommet d’édifices, à la même date qu’à la cathédrale de Clermont-Ferrand, soit en 1873 : à Ronzières surmontant le dôme de l’église, et à Saint-Sauves également, en amortissement du pignon du chevet (sur ce dernier édifice, voir le dossier consultable en ligne sur la base Architecture du Ministère de la culture et de la communication : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR83/IA63000066/INDEX.HTM, consulté le 29/11/2016). []
  15. Aucun recensement systématique de ce type de statue n’a été organisé à ce jour par le service de l’Inventaire de l’ancienne région Auvergne. L’observation ou la mention occasionnelle de quinze exemplaires fournit la matière de l’article. L’inauguration du plus ancien de ces exemplaires date de 1860 et le plus récent est daté approximativement entre 1959 et 1977, mais douze d’entre eux s’inscrivent dans la tranche chronologique 1860-1893. []
  16. Si un inventaire de ces statues devait être organisé, il conviendrait de noter pour chacune si elle prend la place d’un ancien château. []
  17. En référence au titre de la contribution de FRAY, Jean-Luc, « Se défendre, voir, être vu », dans CHIGNIER-RIBOULON, Franck, dir., Clermont-Ferrand, ville paradoxale, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, (coll. « CERAMAC », hors-série n° 2), p. 119-120. []
  18. PASTOUREAU, Michel, Histoire d’une couleur. Bleu, Paris : éditions du Seuil, 2000, p. 60. []
  19. LALOUETTE, Jacqueline, « Foi, pratique et sociabilité », dans MARTIN, Daniel, dir., L’identité de l’Auvergne (Auvergne – Bourbonnais – Velay), mythe ou réalité historique, Nonette : Créer, 2002, p. 454-461. []
  20. BOIRON, Isabelle, BUCAILLE, Richard, « Les œuvres : paysage catholique, édifices cultuels, mobilier liturgique. L’espace commun catholicisé », dans BOIRON, Isabelle, et al., ouvrage cité (2003), p. 42-61. []
  21. Voir dans TAVARD, Georges, La Vierge Marie en France aux XVIIIe et XIXe siècles : essai d’interprétation, Paris : éditions du Cerf, 1998, p. 127. []
  22. BRIFFAUD, Serge, « Le monde vu d’en haut. Une histoire de la vision panoramique », dans Paysage et aménagement, juin 1995, n° 31, p. 21-25. []
  23. À cette époque la Semaine religieuse est un hebdomadaire dirigé par une société d’ecclésiastiques. Elle paraîtra ensuite sous le patronage de l’évêque. []
  24. Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 438/2. Monument sur la butte d’Usson, 1891-1892. []
  25. Rapporté dans POURREYRON, Chanoine C., Le culte de Notre-Dame au diocèse de Clermont en Auvergne, Nancy : éditions F. Bost, 1936, p. 232. []
  26. Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 438/2, Monument sur la butte d’Usson, 1891-1892. Délibération du conseil municipal du 4 juin 1891. []
  27. Terme utilisé par Gilbert GARDES (dans Lyon, l’art et la ville, Paris : éditions du CNRS, 1988), cité par SIMON, Clélia, « Notre-Dame-de-France du Puy-en-Velay (1853-1860). Statue colossale et monument politique », dans BARTHÉLÉMY, Sophie, et al., dir., Le monumental. Une valeur de la sculpture, du romantisme au post-modernisme, Dijon : éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 71-79. []
  28. [Exposition. Le Puy-en-Velay]. Images de la Vierge dans le patrimoine départemental [Haute-Loire], Le Puy-en-Velay : [imprimerie « L’Éveil de la Haute-Loire »], 1988, p. 189. []
  29. Rapporté par l’anthropologue Philippe Descola dans le résumé annuel de son cours donné au Collège de France en 2011-2012 sur le thème « Les formes du paysage » (en ligne, http://www.college-de-france.fr/media/philippe-descola/UPL8302558278212684304_R1112_Descola.pdf, consulté le 29/11/2016). []
  30. Dans la collection nationale des « Images du patrimoine », la photographie de la couverture du n° 297, intitulé Corse, l’île réinventée. Damaso Maestracci, prend en compte cette dimension de la statue de Notre-Dame du Grand Retour (d’Olmi Capella, Haute-Corse). Dans un registre comparable, le « champ de vision des statues » du monument aux morts de Chalmont (Aisne) a été intégré au projet de classement du site (dossier en cours). Ce monument est l’œuvre de Paul Landowski (1875-1961), auteur également du fameux Christ rédempteur (Corcovado) de Rio de Janeiro (Brésil). []
  31. « La situation est le lieu des relations réciproques de l’édifice et de son milieu » est-il précisé dans « La Monographie d’architecture », par Jean-Marie Pérouse de Montclos, (coll. « Documents et méthode », n°10), 2003, p. 30 (http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/inventaire/extranetIGPC/normes/monographie-archi.pdf, consulté le 29/11/2016). []
  32. BOUTRY, Philippe, « Les mutations des croyances », dans LE GOFF, Jacques, RÉMOND, René, dir., Histoire de la France religieuse, Paris : éditions du Seuil, 1991 (t. 3, « Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine (XVIIIe-XIXe siècle) »), p. 466-510. []
  33. HILAIRE, Yves-Marie, « Évolution du culte marial au XIXe siècle en France », dans BÉTHOUART, Bruno, LOTTIN, Alain, ét. réu. par, La dévotion mariale de l’an 1000 à nos jours, Arras : Artois Presses Université, 2005, p. 41-49. []
  34. CHEVILLOT, Catherine, « L’enjeu de la monumentalité entre 1905-1914 », dans BARTHÉLÉMY, Sophie, et al., dir., Le monumental. Une valeur de la sculpture, du romantisme au post-modernisme, Dijon : éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 37-44. []
  35. Voir MICHAUX, Odile, « Monton et Notre-Dame de Monton. Historique », [sans nom ni adresse d’éditeur] : 1989, p. 19. Il s’agit d’une Vierge à l’Enfant, sculptée par Aristide BELLOC (1826-ap. 1877). []
  36. Ibid., p. 16. []
  37. LEMUET, Christian, « Volvic : la pierre faite école », dans Éruption, avril 2006, p. 47-50. []
  38. Voirhttp://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR83/IM63001106/INDEX.HTM []
  39. À Usson également, situé dans la Limagne dite d’Issoire, des épis de blé sont représentés (dans la main de l’enfant Jésus que porte la Vierge). []
  40. Nous désignons sous ce terme de « modèle de Notre-Dame de Fourvière » toutes les statues de la Vierge qui, comme à Fourvière, ouvrent les bras et piétinent le serpent dans un schéma qui rappelle celui dit de l’apparition à Catherine Labouré (survenue en 1830). C’est ainsi que l’abbé Chabau désignait la statue choisie à Laroquebrou (« copie fidèle de celle qui domine Lyon, du haut du clocher de Fourvière »), et Fabisch, le sculpteur de Fourvière (1852), aurait pu s’inspirer du récit de Catherine Labouré. Il conviendrait de vérifier si les catalogues commerciaux de statues religieuses la vendent comme telle. Les catalogues La statuaire et le mobilier d’églises [L. CACHAL-FROC], Montrouge : imp. Paul Schmidt, 1895 et L’institut catholique de Vaucouleurs (Bulletin mensuel de l’Union internationale artistique, juin 1893) ne lui donnent en fait aucun nom mais seulement un numéro. []
  41. Voir http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR83/IA00118547/index.html []
  42. Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 438/2. Monument sur la butte d’Usson, 1891-1892. []
  43. [Exposition. Paris, Musée des arts décoratifs. 1979]. Hector Horeau (1801-1872), Paris : Centre d’études et de recherches architecturales, [vers 1979], notice 9, p. 31. []
  44. Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2 O 2525 et 33 Fi 47 / 114. Le dessin du projet est signé de l’architecte [Antoine ?] Gardin (Antoine Gardin est l’auteur en 1880 du premier projet de l’église Saint-Joseph de la station et il est élu maire en 1884). Une statue de saint Joseph élevée en 1910 à Espaly-Saint-Marcel, commune de Haute-Loire limitrophe du Puy-en-Velay, fait figure de pendant à Notre-Dame de France. []
  45. Le dolmen porte l’inscription « À Vercingétorix, à tous les héros défenseurs du sol de la patrie ». []
  46. [Exposition. Colmar, Musée Bartholdi. 1995]. Auguste Bartholdi. Desseins … dessins. Esquisses préparatoires d’une statuaire, Colmar : 1995, p. 104-146. []
  47. CHEVILLOT, Catherine, « L’enjeu de la monumentalité entre 1905-1914 », dans BARTHÉLÉMY, Sophie, et al., dir, Le monumental. Une valeur de la sculpture, du romantisme au post-modernisme, Dijon : éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 37-44. []
  48. Il conviendrait d’ajouter cependant la mention, qui reste à vérifier, d’un projet datant de 1944 d’ériger à Aurillac une statue de la Vierge au sommet du puy Courny, qui n’a pas été réalisé à l’instar du Napoléon de Horeau, du Vercingétorix de Bartholdi et du saint Joseph de Gardin. DELMONT, Henry, Guide du Cantal, Aurillac : éditions USHA, [1948]. []
  49. Dans « Les Vierges colossales du Second Empire », Anne Pingeot présente un corpus de 21 statues qui ne résulte que de déplacements occasionnels, ne lui permettant pas « de dessiner la carte de la France mariale du Second Empire ». Dans [Exposition. Paris : galeries nationales du Grand Palais. 1986]. La sculpture française au XIXe siècle, Paris : édition de la Réunion des Musées Nationaux, 1986, p. 208-213. Sur la base de données nationales Mérimée (architecture), 11 notices de statues monumentales de la Vierge ont été créées par les services de l’IGPC et 4 sur la base nationale Palissy (objets mobiliers). D’autres n’ont pas fait l’objet de notices spécifiques et sont signalées mais « non étudiées ». Une seule notice en traite de manière collective. Il conviendrait de compléter ce corpus avec la consultation des différentes bases régionales. []
  50. HILAIRE, Yves-Marie, ouvrage cité (2005). []
  51. Voir par exemple, BOGERS, Peter, Road movie, installation vidéo créée en résidence à Vidéoformes, Clermont-Ferrand, présentée à la chapelle de l’hôpital général, 2016. (Extrait de la description de l’œuvre : « Des scènes filmées d’une voiture sillonnant de petites routes d’Auvergne. La voiture recherche des croix, des statues de la Vierge qui jalonnent les routes de la région. […]) Pour rester dans le domaine contemporain, on peut observer aussi que le gigantisme reste une tendance lourde de la sculpture, dans le Land art notamment. L’opération « Horizons Arts-Nature » en Sancy en est une manifestation auvergnate.  []
  52. Voir le dossier en ligne : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR82/ia42001065/index.htm, ou : http://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/les-statues-de-la-vierge-dites-madones-du-canton-de-boen-et-de-la-commune-de-ail-sous-couzan/75d0b479-39dc-4a5b-8ae5-6f3f3ce83497, consultés le 29/11/2016. []
  53. http://www.paysages.auvergne.gouv.fr/guide-enquete-amenager-des-belvederes-a564.html, consulté le 29/11/2016. []
  54. SIMON, Clélia, « Notre-Dame-de-France du Puy-en-Velay (1853-1860). Statue colossale et monument politique », dans BARTHÉLÉMY, Sophie, et al., dir., Le monumental. Une valeur de la sculpture, du romantisme au post-modernisme, Dijon : éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 71-79 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *