Le décor peint du médaillier du Collège de la Trinité à Lyon, 1701 : entre panégyrique et allégorie (1ère partie)

Le présent article s’inscrit dans prolongement de ceux d’Yves Jocteur-Montrosier1 et de Jean Guillemain2. Il entend apporter de nouveaux éléments à l’interprétation du décor peint de l’ancien médaillier du collège de la Trinité (actuel lycée Ampère, Lyon 2e), en s’attachant à une analyse la plus fine possible des motifs de ce décor, tel qu’il apparaît aujourd’hui. L’installation au 19e siècle du cabinet des manuscrits de la Bibliothèque municipale a en effet entrainé la mise en place de rayonnages et boiseries qui le cachent aujourd’hui encore en partie. Une étude préalable à sa restauration doit être prochainement engagée et devrait permettre de déposer ce mobilier, rendant à nouveau visibles l’ensemble des peintures.

aaaaaaaaa

Ill. 2. Vue d'ensemble, depuis l'ouest

Ill. 1. Vue d’ensemble, depuis l’ouest. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Lecture du décor

Pour l’heure, il se présente ainsi : au centre du plafond en voussure figure un portrait en médaillon de Louis XIV de profil, vêtu à l’antique, cuirassé, drapé et lauré. Porté par deux anges, il se détache sur un fond de ciel avec nuées. Sur le pourtour du plafond sont alignés des vases et des urnes antiques ; sur les murs, rythmés par des pyramides placées à chaque angle, des éléments peints se détachent sur un fond vert uni au registre supérieur tandis qu’au registre inférieur sont représentées des scènes de l’histoire romaine sous forme de bas-reliefs en trompe l’œil et des éléments d’architecture. Seule une partie de ces scènes est visible, rendant leur identification difficile.

 

Ill. . Plafond : à gauche en 1911, à droite état actuel.

Ill. 2. Plafond : à gauche en 1911 Phot.  © Bibliothèque municipale de Lyon ;  à droite état actuel. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

Sur le registre supérieur du mur est, comme suspendus au-dessous de la corniche, figurent successivement des médailles et monnaies, une fibule losangique, un triangle pourvu de cinq anneaux et, de gauche à droite, une pyramide ornée d’un bas-relief avec tête de femme en mascaron entourée de rayons et ruban noué, une Victoire en grisaille surmontant une colonne et tendant une couronne, une urne cinéraire portant une inscription. Au registre inférieur, sur un fond d’architecture en grisaille et faux marbre, sont représentés à gauche un bœuf Apis et au centre, une scène d’histoire romaine dont seule la partie dextre est visible.

 

Ill. 2. Mur est.

Ill. 3. Mur est. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Au centre du registre supérieur du mur nord est peinte une médaille en or à deux têtes, l’une couronnée et l’autre diadémée, représentant probablement Ptolémée 1er et Bérénice3, insérée dans un cartouche en grisaille duquel part une guirlande de feuilles de chêne. A gauche, reposant sur un élément architecturé horizontal (partie supérieure de l’encadrement de la scène historiée représentée en dessous) se trouve une stèle pyramidale portant des inscriptions de type hiéroglyphique couronnées par une hache, puis une urne de terre cuite et une stèle (funéraire ?) portant une inscription en latin, enfin une pyramide décorée d’un médaillon avec ruban et d’une branche d’olivier. A droite, un buste vert bronze d’homme barbu est placé sur un podium. Il jouxte un fronton triangulaire bordé de deux acrotères à tête de femme et portant l’inscription CA à son sommet, dans lequel s’inscrit une médaille en or d’homme barbu, de profil droit, drapé et lauré. Le décor de ce registre se clôt sur une pyramide portant un décor de faisceau et de lance. Au registre inférieur est peinte une scène d’histoire romaine, sans doute la scène LI de la colonne Trajane représentant l’arrivée de Trajan en Dacie4, flanquée à droite d’un vase de type Médicis, à gauche, d’une autre scène en bas-relief sur un sarcophage monté sur  piédestal. A l’arrière-plan, on devine la base d’un monument sur lequel sont inscrites les lettres G (?) et SV.

 

Ill. 3. Mur nord.

Ill. 4. Mur nord. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

On voit sur le mur ouest, à gauche à l’arrière-plan, trois statues alignées sur une balustrade. Au centre, sur un couronnement en faux marbre rouge, une statuette d’Harpocrate légèrement déhanché, le bras droit replié et l’index sur la bouche en signe de silence, est surmontée d’une épée dans un fourreau noir, suspendue par le pommeau. A droite, une première pyramide à l’arrière d’un vase doré posé sur socle cylindrique rose orné de festons jouxte une seconde ornée d’une inscription et une urne également avec inscription.

ana

Ill. 5. Mur ouest.

Ill. 5. Mur ouest. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

Le mur sud, percé d’une fenêtre donnant sur le passage Ménestrier, est orné d’éléments d’architecture (dont une fontaine ?) et d’un personnage (en grande partie dissimulé par les boiseries) tenant un javelot ; à droite, surmontant un vase, une statuette de Vénus victrix, couronnée d’un diadème, tenant un javelot dans la main droite et le palladium dans la main gauche est placée à côté d’une pyramide sur laquelle sont représentés des symboles militaires romains.

ill. 6. Mur sud

Ill. 6. Mur sud. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Le médaillier : brève histoire de la collection

On doit au Père de La Chaise, alors recteur du Collège de la Trinité, la création en 1668 d’une collection de médailles et d’antiques, que Jacob Spon attribue à son « amour pour les Césars et les héros de l’Antiquité »5. Elle est alors conservée dans la bibliothèque du Collège et n’est pas dissociée du Cabinet de curiosités, lequel comprend également des naturalia, des mirabilia et une collection d’instruments scientifiques6. Le fait n’a rien d’exceptionnel : tous les cabinets érudits sont, au 17e siècle, associés voire intégrés à des bibliothèques, livres d’histoire et vestiges de l’Antiquité s’éclairant l’un l’autre7. Après le départ du Père de La Chaise à Paris, en 1675, le médaillier est confié à la garde du Père Charonier. En 1701, elle revient au Père Dominique de Colonia, bibliothécaire du collège de 1697 à 1703, lequel se plaît à se désigner comme « père antiquaire » dans la Relation de ce qui s’est fait à Lyon au passage de Monseigneur le duc de Bourgogne et de Monseigneur le duc de Berry, depuis le 9 d’avril jusques au 13 du même mois 17018 et comme dépositaire de la collection des médailles que lui aurait confiée le Père de La Chaise9.

Le médaillier fait donc initialement partie de ce cabinet de curiosités de la bibliothèque. En 1701, il en est disjoint et installé dans une pièce dédiée située dans la souche du clocher sud (voir plan ill. 7). Deux ans plus tard, le reste des collections est transféré dans les armoires de la salle basse de l’observatoire nouvellement construit10. Ces déménagements successifs ont probablement été suscités par un accroissement significatif des collections, mais aussi par une spécialisation grandissante de leur organisation, liée au développement de la culture scientifique et historique. L’endroit, peu lumineux, est ainsi décrit en 1747 : « Ayant demandé à voir le cabinet des médailles, le père bibliothécaire nous mena dans une petite chambre obscure et très mal située, et si haute que je ne puis deviner qui a pu engager à mettre là un cabinet aussi curieux »11. La question mérite d’être posée, car on conçoit mal en effet la raison d’un tel choix. De fait, malgré son exiguïté et son accès malcommode, elle présentait l’avantage de s’inscrire dans le prolongement direct de la galerie de Villeroy, édifiée en 1697 pour accueillir la bibliothèque que le maréchal avait léguée aux jésuites, et d’être à proximité des chambres des pères qui logeaient à cet étage. Son emplacement permettait ainsi au père bibliothécaire de se déplacer facilement au sein des collections dont il avait la charge. On y accède aujourd’hui par une ouverture en hauteur pratiquée dans le mur est, la porte principale ayant été murée à une date inconnue, peut-être après le départ du Tribunal des Prud’hommes qui occupa ces locaux jusqu’en 1963, lors de la création de nouvelles salles de classe.

 

Ill. 3. Plan de localisation et d'accès au médaillier, d'ap. J.-F. Grand, 1763.

Ill. 7. Plan de localisation et d’accès au médaillier, d’ap. J.-F. Grand, 1763 (AC Lyon, 1 S 115-3). Dessin A. Céréza © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2017

 

L’aménagement du Cabinet des médailles et des antiques (c’est ainsi qu’il est constamment désigné dans les sources qui le mentionnent) donne lieu à la réalisation d’un décor peint occupant le plafond et les parties hautes des murs. Son iconographie est pour une large part liée à la nature des collections qu’il abrite, constituées de monnaies et de médailles mais aussi de vases, d’urnes cinéraires, de statuettes, d’armes et d’instruments sacrificiels. Les peintures représentent par ailleurs, sous forme de bas-reliefs en trompe l’œil, des épisodes de l’histoire romaine (aujourd’hui difficilement identifiables en raison de la présence des boiseries qui les recouvrent), ainsi qu’un certain nombre d’éléments d’architecture. La collection étant centrée sur les monnaies romaines d’époque impériale, il est possible que cette particularité ait en partie dicté les choix iconographiques, lesquels recoupent des événements liés au passé romain de la capitale des Gaules. On ne peut toutefois s’en tenir à ce seul niveau d’interprétation : le goût pour les emblèmes et la symbolique, l’importance de la rhétorique dans l’enseignement et la culture jésuite induisent d’autres lectures qui feront l’objet d’un prochain article. Pour l’heure, c’est la composante célébrative du décor qui nous occupe, et ce sous plusieurs aspects.

 

L’Histoire en images

La réception à Lyon des ducs de Bourgogne et de Berry

Il importe de revenir sur la date probable de sa réalisation. En 1701, Dominique de Colonia publie une Relation de ce qui s’est fait à Lyon au passage de Monseigneur le duc de Bourgogne et de Monseigneur le duc de Berry. L’ouvrage constitue une forme de journal consignant les festivités organisées par le Consulat du 9 au 13 avril pour la réception des princes du sang, petits-fils de Louis XIV. Partis de Versailles le 4 décembre 1700, les ducs de Bourgogne et de Berry ont en effet accompagné leur frère Philippe d’Anjou, devenu le 16 novembre 1700 le roi d’Espagne Philippe V, jusqu’à la frontière du royaume, et traversé à leur retour la Provence, le Dauphiné et la  Bourgogne en séjournant dans les principales villes de ces provinces. L’une des journées qu’ils passent à Lyon est consacrée à la visite du Collège et de sa bibliothèque, l’une des plus fameuses du royaume, pour ainsi dire passage obligé de tout visiteur de prestige. Le duc de Bourgogne lui-même rapporte le fait dans son Journal de voyage, ne mentionnant cependant que la visite de la bibliothèque du Collège, après y avoir entendu la messe dans la chapelle de la Trinité12. Il est pourtant avéré que les princes virent aussi le cabinet des antiques, où le Père de Colonia leur montra la suite de médailles des empereurs ainsi que des antiques grecques, romaines et égyptiennes :

« ils entrèrent dans le Cabinet des médailles du Père de la Chaize, où ils restèrent demi-heure, & où ils firent voir une érudition & un goût pour l’Antiquité qui enchantèrent toute l’assemblée. Le P. Antiquaire ayant eu l’honneur de leur faire voir la suite des Empereurs romains en Bronze, en Argent & en Or, avec un grand nombre d’Idoles & d’autres figures Antiques Egyptiennes, grecques et Romaines, Monseigneur LE DUC DE BOURGOGNE luy fit diverses questions très sçavantes sur la Chronologie, sur l’Histoire, sur le Dieu Mithra, sur Harpocrate, sur les sicles Hébreux et Samaritains ; il démêla sur le champ l’Antique du Moderne ; il fit de belles remarques sur le Boisseau du Dieu Sérapis, & sur l’Amiante des Lampes qu’on appelle Inextinguibles. Ensuite, ayant apperçu une figure antique de la Victoire, à qui il manquoit une aile, il demanda d’où vient que cette Victoire n’avoit pas deux ailes comme les autres figures de même espèce qu’il se souvenoit avoir veûës. Le Père répondit que l’aile qui manquoit avoit été détruite par le temps ; Que celle qui restoit étoit de trop & qu’il vouloit l’arracher. Le Prince ayant voulu sçavoir pourquoy ; C’est (dit le Père) que le Roy a sçu si bien fixer la Victoire, que ses ailes lui sont devenues inutiles, puisqu’elle ne peut plus s’envoler »13.

S’il nous paraît important de rapporter ce texte dans son entier, c’est qu’il contient des éléments qui peuvent étayer, en l’absence de toute source documentaire contemporaine, l’hypothèse que le décor a été réalisé à la demande du Père de Colonia14, soit à l’occasion de la venue des princes, afin de magnifier un lieu devant les accueillir, soit à la suite de leur visite, qu’il aurait ainsi commémorée. Il ne semble pas anodin en effet que les pièces que leur montre le père antiquaire, parmi les plus prestigieuses de la collection, sont celles-là même que l’on trouve représentées sur les murs, sur fond de paysage urbain antiquisant. Offertes au regard avant même qu’elles ne soient sorties de leur écrin, elles donnent à voir le caractère exceptionnel d’une collection rattachée au passé de la ville, auquel les Princes apportent une onction supplémentaire, que la présence au centre du plafond d’une médaille à l’effigie de Louis XIV portée par deux anges, qui peut en outre être en outre interprétée comme un hommage à sa lignée,  rend encore plus efficiente. C’est également sur la conjonction de ces deux temporalités, présente et passée, que reposent les Antiquités profanes et sacrées de la ville de Lyon, que Colonia dédie au duc de Bourgogne15. La seconde édition, parue en 1702, sera enrichie d’une description du cabinet du Collège, illustrée de trois gravures représentant des pièces de la collection que Colonia a montrées aux princes : Isis, Osiris et Harpocrate16.

a

Ill.4. Page de titre des Antiquités profanes et sacrées, 1701.

Ill.9. Page de titre des Antiquités profanes et sacrées, 1701. Phot © I.N.H.A. (cote NUM C 886)

 

Représentations du Lyon antique

Le décor est donc conçu comme un monument destiné à perpétuer à la fois le souvenir de la visite des princes et celui du passé romain de la ville, restitué à travers un ensemble de représentations symboliques. Certains éléments du décor renvoient en effet à quelques grands chapitres de son histoire, que Colonia relatera dans plusieurs de ses ouvrages et qui constituent déjà l’ossature de sa première édition des Antiquités profanes et sacrées : les vestiges du temple d’Auguste (chap. 1), le passage d’Hannibal (chap. 2), la défaite de Clodius Albinus (chap. 8). On donnera ici quelques exemples. Le triangle sur le mur est, que l’on peut lire comme la lettre grecque ∆, évoque la traversée des troupes d’Hannibal au confluent de la Saône et du Rhône qu’ont rapportée Plutarque, Polybe et Tite-Live17, confluent qu’ils comparent en raison de sa forme au delta du Nil. C’est un topos que l’on trouve chez les historiens de la cité antique depuis la Renaissance, notamment sous la plume de Gabriele Simeoni18.

aa

Ill.10. Triangle, mur est. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013 ; à droite : Jacques Cellier : cimballe, in Recueil de dessins à la plume…, fol. 189, B.n.F., ms Français 9152. Phot. © B.n.F

 

Le triangle, parfois appelé cymbale ou cimballe et le plus souvent pourvu d’anneaux sur sa base tel qu’il est peint ici, est par ailleurs un instrument de musique particulièrement utilisé aux 17e et 18e siècles par les fanfares militaires19. Enfin, peut-être fait-il le lien en tant que double symbole du confluent du Rhône et du delta du Nil, entre Lugdunum et l’Égypte20, et par là avec la scène représentée au registre inférieur, aujourd’hui quasi invisible. Jouxtée à gauche par un bœuf Apis, elle pourrait relater un épisode de la vie d’Antoine ou d’Octave/Auguste, autre allusion à l’Égypte ancienne, les deux hommes étant aussi bien liés à l’histoire de cette dernière qu’à celle du Lyon antique. On pourrait ainsi voir dans l’urne portant la dédicace LEPII, à l’angle du mur ouest (ill. 5), une référence à la période du Second Triumvirat, durant laquelle fut fondée la colonie de Lugdunum, en 43 avt J.-C. Sans que le dédicataire ait de lien direct avec l’histoire de cette dernière, elle rappelle que Lépide fut en 42 avt J.-C. consul avec son fondateur, Lucius Munatius Plancus.

Parmi les éléments égyptisants du décor du médaillier figure enfin une stèle gravée de hiéroglyphes stylisés, dont la présence n’est pas totalement incongrue. En effet il existe alors à Lyon quelques vestiges de provenance égyptienne, notamment sur l’île Barbe, sur le site d’un ancien sanctuaire dédié à Bacchus21, ainsi décrits au 16e siècle : « une colonette en pierre de touche où se voient sculptés de nombreux caractères égyptiens, autrement dits hiéroglyphes, à interpréter là comme signifiant que Bacchus (…) ayant aussi été appelé OSIRIS et adoré en Lybie, il pouvait avoir eu autrefois dans cette île un temple »22.

Dessin d'un piédestal conservé sur l’Île Barbe, in G. Simeoni, L’Origine et le antichità di Lione, 1559

Ill. 11. Dessin d’un piédestal conservé sur l’Île Barbe, in G. Simeoni, L’Origine et le antichità di Lione, 1559. Phot. © Archivio di Stato di Torino (ms. JA.X.16, f. 47r)

Le symbole de la hache qui couronne ces hiéroglyphes évoque cependant davantage les pratiques funéraires gauloises, dont l’interprétation occupe le discours érudit pendant tout les 18e et 19e siècles, Colonia compris : « on trouve sur la plupart de nos anciens tombeaux cette formule SUB ASCIA DEDICAVIT (…) ces paroles sont pour l’ordinaire accompagnées d’une hache, ou d’une doloire, laquelle se trouve même parfois représentée sans qu’il en soit parlé dans l’inscription sépulchrale [sic]»23.

Une autre référence militaire est portée au fronton triangulaire représenté sur le mur nord (voir ill. 4), timbré du chiffre CA et portant au tympan l’aureus de Clodius Albinus en auguste. Elle renvoie à la bataille de Lugdunum et à la défaite d’Albinus — que les habitants de Lugdunum considéraient comme le protecteur de leurs libertés — par Septime Sévère en 19724. Pour financer la levée de ses troupes, Clodius Albinus avait en effet eu recours entre 195 et 197 à l’émission de monnaie, frappée à Lyon, parmi lesquelles figure cet aureus.

Sanaa

Ill.12.  Aureus de Clodius Albinus, second atelier monétaire de Lyon, v. 195-197 (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des médailles). Phot. © B.n.F.

Autre motif iconographique lié à ce passé monumental et monétaire, la frêle figure de Victoire peinte en grisaille sur le mur est, est à rapprocher de celles qui surmontaient les colonnes encadrant l’autel de Rome et d’Auguste érigé dans le sanctuaire des Trois-Gaules, que Strabon situe au confluent de la Saône et du Rhône, où siégeait l’assemblée annuelle des nations gauloises. Soixante statues représentant ces soixante nations, rapporte Strabon, ornaient le monument ((Géographie, éd. F. Lasserre, Paris, 1966, t. 2, livre IV, 3,2)) : sans doute peut-on les reconnaître dans les silhouettes en grisaille représentées sur un entablement sur le mur ouest du médaillier. L’importance de ce sanctuaire est attestée par sa présence sur le revers de monnaies d’époque impériale frappées à Lyon25.

 

Ill. 12. Autel de Rome et d'Auguste, reconstitution in Spon, Recherches d'antiquités et curiosités, éd. Monfalcon, 1857

Ill. 13. Victoire, grisaille, mur est du médaillier. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013 ; à droite : Autel de Rome et d’Auguste, reconstitution in Spon, Recherches d’antiquités et curiosités, éd. Monfalcon, Lyon : 1857, n.p. Phot.  © BM Lyon

 

ill. 13. Statues de gaulois des soixante nations ?

Ill. 14. Statues de gaulois des soixante nations, sanctuaire des Trois gaules ?, grisaille, mur ouest du médaillier. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

Enfin nombre d’autres éléments du décor symbolisent le passé militaire de la colonie romaine et sa place stratégique dans la conquête de la Gaule et l’extension de l’Empire : casque renversé (mur est), sabre dans son fourreau (mur ouest), statuette de Venus victrix et pyramide très semblable dans sa configuration à une enseigne militaire (mur sud), portant sur sa base l’inscription SPQR, au-dessus de laquelle sont représentés une tête d’homme de profil gauche, quatre disques (ou philarae) de taille décroissante, trois étoiles disposées en triangle, et surmontée d’une pointe de lance en forme de feuille cerclée d’une couronne de laurier.

 

Ill. 14 Mur sud, détail partie droite

Ill. 15. Mur sud, détail partie droite. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Du monument au panégyrique

Le décor du médaillier n’est pas seulement un monument, il est aussi un discours en images dont Colonia, professeur de rhétorique au Collège, maîtrise parfaitement les codes. Discours lié aux réjouissances organisées à l’occasion du séjour des princes à Lyon, où symboles et métaphores s’entremêlent en un étroit réseau de correspondances, inscrits dans le droit fil de la littérature encomiastique. Le décor est une forme imagée de panégyrique dans lequel toute allusion à l’histoire antique renvoie à celle du temps présent et contribue à la glorification de son illustre visiteur et de son auguste aïeul. C’est en ce sens que peut être lu le bas-relief en trompe l’œil de la Colonne Trajane (mur nord), qui représente le retour en Dacie de l’empereur, venant rejoindre son armée à la tête de renforts.

 

Ill. en haut : Colonne Trajane, scène LI. Phot. Cassius_Ahenobarbus ; en bas : bas-relief en trompe l'oeil, mur nord du médaillier. Phot. E. Dessert

Ill. 16. En haut : colonne Trajane, scène LI. Phot. © Cassius_Ahenobarbus ; en bas : bas-relief en trompe l’oeil, mur nord du médaillier. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Tout comme la prolifération de symboles militaires, le motif a pour fonction de mettre en évidence les vertus du duc de Bourgogne : de même que les conquêtes de Trajan ont permis de conforter le territoire de l’empire et de l’étendre au-delà du Rhin26, de même est-il attendu du petit-fils de Louis XIV, auquel vient d’être confié le commandement de l’armée du Nord stationnée en Allemagne, qu’il consolide les places fortes de la barrière des Pays-Bas. C’est en effet peu avant son séjour à Lyon le 6 février 1701, alors que le roi vient de reprendre ces places fortes aux Provinces-Unies et que les armées du Saint-Empire se mobilisent, que le duc de Bourgogne demande à Madame de Maintenon d’intercéder auprès du roi pour qu’il lui confie ce commandement, ce que le roi accepte le 18 février suivant27. Quand le prince passe à Lyon au mois d’avril, il sait donc qu’il sera à la tête de cette armée, et les jésuites aussi, peut-être informés par le Père de la Chaise qui, ancien recteur et confesseur du roi, est resté en étroit contact avec eux. En atteste le madrigal que Colonia insère dans l’édition des Antiquités profanes et sacrées de la Ville de Lyon de 170128 : « A Monseigneur le duc de Bourgogne sur la nouvelle qui s’est répandue que le Roy l’allait déclarer Généralissime de ses Armées en Flandres »29, dont la première strophe évoque la défaite de Clodius Albinus par Sévère, tout comme le fait le motif du fronton peint sur le mur est du médaillier, décrit plus haut.

 

Ill. 16. <em>Portraits du roi Louis XIV</em>. A gauche : plafond du médaillier, 1701 ; à droite, Jean Mauger,<em> Batavia Debellata</em>, avers et revers, 1672, Paris, B.n.F., Cabinet des médailles et des antiques.

Ill. 17 Portraits du roi Louis XIV. A g. : plafond du médaillier, 1701. Phot. Alleman, 1911 © BM Lyon ; à dr., Jean Mauger, Batavia Debellata, avers et revers, 1672, Paris, B.n.F., Cab. médailles et antiques. Phot. © B.n.F.

Le roi lui-même est représenté tel un empereur romain, nouvel Auguste dont on peut voir ici une forme d’apothéose : placé au centre du plafond sur un fond de ciel et de nuées, son portrait en médaillon est lauré, cuirassé et drapé à l’antique30, et soutenu par des anges. C’est ici la représentation de l’absolutisme monarchique que le Père de Colonia a privilégiée, comme le souligne la légende partiellement visible de la médaille : LUDOVICUS MAGNUS REX CHRISTIANISSIMUS (LOUIS LE GRAND ROI TRES CHRETIEN), affirmant le rôle prééminent du roi, source de sagesse et de lumière (symbole de la branche d’olivier surmontant la médaille) pour assurer le triomphe de la religion catholique (palme qui croise la branche d’olivier) et son universalisme, dont l’ordre jésuite participe. En glorifiant le monarque, en plaçant son portrait en position dominante, Colonia exprime l’allégeance des recteurs et professeurs du Collège à leur protecteur en même temps qu’il entend mettre en exergue le prestige dont jouissent les jésuites auprès de ce dernier, quand bien même la réalité est plus nuancée31. Célébrant le culte royal dont le Père Ménestrier, figure majeure de l’érudition lyonnaise, est l’un des promoteurs les plus fervents32, cette symbolique semble reprise d’une estampe que Pierre-Paul Sevin a dessinée pour L’Histoire du roy Louis le grand par les médailles33, « Ce que le Roi a fait pour la Religion », datée 1685 (ill. 18).

 

Ce que le R a fait pour la Religion, estampe d'après Pierre-Paul Sevin (dess.)oy

Ill. 18.  » Ces emblèmes et ces devises représentent ce que le Roy a fait pour la Religion « , estampe d’après Pierre-Paul Sevin (dess.) in Ménestrier, Claude-François, Histoire du règne du roy Louis le Grand par les médailles, éd. J.-B. Nolin, Paris, 1693, p. 66 D. Phot. © B.n.F. (Arsenal, FOL-H-1819)

 

On peut sans doute aussi interpréter le choix de cette forme de portrait comme un hommage au Père de La Chaise, réputé avoir donné au monarque le goût des médailles antiques34.

L’ambition du père de Colonia

Il n’est pas douteux que le prestige que constitue pour le Collège la visite des princes rejaillit sur le Père de Colonia, qui leur sert de guide et se présente comme le successeur du Père de la Chaise35. La décision de transférer les médailles et les antiques dans une pièce qu’il fait aménager et décorer, marque plus ou moins la prise de possession d’un espace dévolu à la collection que d’une certaine manière il privatise, et sur laquelle il appose sa marque. L’année 1701 marque de fait un tournant dans sa carrière : à partir de cette date, il multiplie les publications sur l’histoire de Lyon et son passé antique, avant de se consacrer dans les années 1730 à la lutte contre le jansénisme36. Or en 1701, le Père Ménestrier est de retour à Lyon après de nombreuses années passées à Paris, et réside au Collège de la Trinité où il a rang de scriptor37. Alors âgé de 70 ans, il vit en retrait de ses anciennes fonctions, ce qui ne l’empêche nullement d’accepter la proposition de concevoir l’entrée des princes de sang à Grenoble38 quelques jours avant qu’ils ne passent à Lyon, où Colonia sera l’ordonnateur des cérémonies en leur honneur.

 

Machine du feu d'artifice dressé sur la Saône en avril 1701

Ill. 19. Dessein du feu d’artifice dressé sur la rivière de Saône… pour l’heureuse arrivée de Monseigneur le duc de Bourgogne et de Monseigneur le duc de Berry, au mois d’avril 1701, par le P. de Colonia, gravure de Jacques Buys.  Phot. © B.n.F.

 

Les deux hommes se trouvent de facto en situation sinon de rivalité, du moins de concurrence. Il s’agit sans doute pour Colonia, de presque trente ans le cadet de Ménestrier, d’acquérir la reconnaissance de ses pairs et un statut similaire à celui dont jouit son aîné. Indépendamment des architectures éphémères et des feux d’artifice (ill. 19) que l’un et l’autre conçoivent, le premier assisté de Pierre-Paul Sevin, le second peut-être par l’auteur du décor du médaillier, tous deux publient une relation du séjour des princes39, dans laquelle ils détaillent les éléments de leur programme iconographique et usent de la même stratégie figurative qui vise à faire l’éloge du roi par l’intermédiaire des princes, images vivantes de leur aïeul40, principe qui dicte en partie la conception du décor du médaillier.

On peut donc considérer que les initiatives de Colonia et la place qu’il commence à prendre au sein du milieu académique lyonnais s’inscrivent dans une stratégie de carrière qui heurte d’autant plus le Père Ménestrier que le premier semble largement s’approprier le fruit des travaux de son aîné. On en veut pour preuve la querelle qui les oppose, toujours en 1701. Dans une lettre au Journal des savants, Ménestrier accuse Colonia de plagiat et dénonce son incompétence :

« je trouvai qu’une personne peu instruite de nos antiquitez, qu’elle ne pouvait connoître que par les trois Livres que j’avais publiez à la tête de cette Histoire [l’Histoire civile ou consulaire de la Ville de Lyon, 1696], avait entrepris d’en présenter une description à Nosseigneurs les Princes de Bourgogne et de Berri en leur passage (…). Je reconnus que l’auteur s’étoit contenté de transcrire quelques lambeaux de mes dissertations avec si peu de discernement (…) que je crus qu’il était de mon devoir de rectifier les fausses idées que cette relation en pourrait donner »41.

Accusation pleinement justifiée, d’autant que Colonia semble coutumier du fait, qu’il s’agisse des textes ou de leurs illustrations : ainsi la planche gravée signée Ogier42 représentant des statuettes d’Harpocrate dans l’édition de 1702 des Antiquités… est-elle directement reprise des Recherches curieuses d’Antiquités de Jacob Spon43. De fait Colonia aime à briller, fût-ce aux dépens de ses confrères, et ne semble pas s’être embarrassé de scrupules. Cela transparaît dans le portrait qu’en fait Jacques Pernetti en 1757 :

 « c’était un petit homme plein de feu, d’une physionomie toute spirituelle : il devait encore plus à son travail, à ses lectures immenses, et à sa mémoire, qui tenait du prodige, qu’à son esprit. (…) Avec assez d’esprit et tant de connaissances, il n’avait pas l’art de cacher les précautions qu’il prenait pour briller, on s’apercevait aisément qu’il avait préparé le matin ce qu’il disait le soir. On ne pouvait le blâmer de ces petites ruses, elles tournaient toujours à l’avantage des auditeurs, qui apprenaient plus de choses avec lui sur le champ qu’ils n’en auraient appris plusieurs jours de suite dans les livres (…) [Il] était un peu susceptible de jalousie ; que si elle n’a pas nui beaucoup aux vivants, elle s’est étendue sur les morts, dont il recueillait les écrits pour son profit, sans leur rendre le tribut de gloire qu’il leur devait ; qu’il n’a été si coupable de ce larcin littéraire pour personne que pour le père Ménestrier, dont il a dépecé les manuscrits au point de les anéantir »44.

Quelle qu’ait été l’issue de la dispute, la stratégie du Père de Colonia a porté ses fruits : il est reçu à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon en 1704 et accède à la fonction de scriptor au décès du Père Ménestrier, en 170545.

Mais même s’il est destiné à servir l’ambition de Colonia, le décor du médaillier a une portée plus générale. Il illustre la contribution des jésuites, alors à l’avant-garde intellectuelle de l’Europe catholique et savante à la connaissance de l’histoire antique, sous l’angle de l’érudition comme sous celui de l’archéologie. La juxtaposition d’éléments iconographiques issus de l’antiquité romaine, qu’il s’agisse de vestiges ou d’objets faisant partie de la collection du collège, offre on l’a dit un résumé du passé prestigieux de la ville. D’un point de vue stylistique, ce principe de composition s’inspire très certainement de frontispices d’ouvrages historiques, et plus particulièrement sans doute de celui des Recherches curieuses d’Antiquités de Jacob Spon gravé par Ogier46 (ill. 20), avec lequel la parenté est frappante.

 

Ill. 10. J. Spon, Recherches curieuses d'Antiquités : frontispice de Michel Ogier, 1683

Ill. 20. Mathieu Ogier : frontispice des Recherches curieuses d’Antiquités de Jacob Spon. Lyon, 1683 © Universitätsbibliothek Heidelberg

 

Certains de ses motifs sont en effet repris de façon quasi littérale dans les peintures du médaillier. Les antiquaires représentés sur le bas-relief en trompe-l’œil peint sur un sarcophage monté sur piédestal sur le mur nord (ill. 21)47 sont très semblables à ceux figurant sur l’estampe au pied d’une statue de déesse trouvée à Saint-Rémy, tout comme l’enseigne de manipule que l’on retrouve plus ou moins sur le mur sud du médailler ou les pyramides aux angles de la pièce, semblables à l’obélisque d’Arles de la gravure.

 

Ill. 16. Bas-relief peint en grisaille, mur nord.

Ill. 21. Bas-relief peint en grisaille, mur nord. Phot. E. Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, I.G.P.C., 2013

 

Obélisque qui constitue par ailleurs un élément familier du paysage lyonnais puisqu’il s’en trouvait un érigé depuis 1609 sur la place Confort48, motif que l’on retrouvera au premier plan du frontispice des Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnois dignes de mémoire de Pernetti49. Dans sa préface, Spon avait insisté sur le fait que chacun de ces monuments était l’exacte reproduction d’un monument original, et non une œuvre de fantaisie. C’est une ambition que Colonia a manifestement faite sienne dans le programme iconographique du médaillier, dont les motifs architecturaux représentent des monuments du Lyon gallo-romain. Il rend compte de ce tournant de l’histoire de l’archéologique dans lequel les antiquaires lyonnais ont fait figure de pionniers50, étant parmi les premiers à avoir confronté la réalité concrète des vestiges aux données testimoniales de l’érudition classique51, les monuments (ou objets) constituant désormais des « preuves » qui servent à compléter ou rectifier les sources littéraires52. Simple suiveur plus que novateur, le Père de Colonia, par ses activités comme par ses écrits, n’en illustre pas moins cette nouvelle façon de penser l’histoire en inscrivant la collection d’objets antiques et sa représentation dans un lien fort avec le site où ils ont été prélevés.

 

Catherine Guégan, Conservatrice en chef du patrimoine, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

     

Le médaillier du Collège de la Trinité : dossier électronique

https://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/peintures-monumentales-decor-du-medaillier-du-college-de-la-trinite/e39cd4a7-14e1-45ca-9a3a-4763c046a185#description

 

Pour citer cet article

GUÉGAN, Catherine. <<Le décor peint du médaillier du Collège de la Trinité à Lyon (1701) : entre panégyrique et allégorie (I)>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 18 décembre 2017. URL  https://inventaire-rra.hypotheses.org/4333

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Des jésuites et de la bibliothèque municipale à Lyon, in Fouilloux, Etienne, Hours, Bernard (dir.). Les jésuites à Lyon, XVIe-XXe siècle. Lyon : ENS Editions, 2005, p. 95-109 []
  2. Le médaillier du collège de la Trinité sous le règne de Louis le Grand, in Sabatier, Gérard, dir. Claude-François Ménestrier : les jésuites et le monde des images. Saint-Martin-d’Hères : PUG, 2009, p. 39-62 []
  3. En 1730, Colonia publie dans son Histoire littéraire de la ville de Lyon une dernière description du cabinet du Collège, la plus ample et précise de toutes : « le public attend de moi que j’ajoute ici  une petite Notice du Cabinet des Antiques » (vol.2, p. 767 et svtes) ; il y mentionne (p. 771) « la plus remarquable de toutes ces Médailles [suite des rois de Syrie, Sicile, Macédoine et Egypyte] est un Médaillon d’or où l’on voit quatre têtes d’une parfaite conservation. Ce sont les têtes de Ptolémée Lagus et de son fils Ptolémée Philadelphe, avec celles de leurs deux femmes []
  4. Guillemain, op. cit., 2009, p. 57 []
  5. Guillemain, op. cit., p. 44 []
  6. Ménestrier mentionne en 1669 une collection « de medailles, monnoyes, jettons et raretez naturelles et artificielles » (Eloge historique de la ville de Lyon, 1669, t. I, p. 52 ; voir Guillemain, op. cit., p. 41 []
  7. Schnapper, A., Le géant et la tulipe, éd. revue et augmentée, Paris, 2012, p. 265 []
  8. Lyon : L. Pascal, 1701, p.29-30 et note 57 []
  9. épitre dédicatoire au P. La Chaise dans Dissertation sur un monument antique trouvé à Lyon, Lyon : 1705 ; cité par Guillemain, La numismatique à Lyon au 18e siècle in Revue numismatique, 1992, t. 34, p.207 note 25 []
  10. AD Rhône, 2 D 65 : Inventaire des instruments et effets qui se sont trouvés dans l’Observatoire du Collège de la Trinité, 7 janvier 1764 []
  11. Anonyme, Voyage de Gênes en 1747 et 1748. BnF, ms. n. a. fr. 4077, fol 81 v., cité par Guillemain, op.cit., p. 52 []
  12. «  Journal de voyage de feu Monseigneur le Duc de Bourgogne, père de Louis XV, pour accompagner le roi d’Espagne son frère, depuis le 4 décembre 1700 jusqu’au 24 avril 1701, fait par lui-même », in Curiosités historiques, ou Recueil de pièces utiles à l’histoire de France et qui n’ont jamais paru, Amsterdam, 1759, t. 2, p. 237, 12 avril 1701 []
  13. Relation…, 1701, p.29-30 []
  14. Jean Guillemain est le premier à signaler le fait, op. cit., 2009, p. 58, s’appuyant sur le Procès-verbal de visite du Collège par Jean-Claude Pupil de Myons, Premier président en la cour des Monnaies, 1er mai 1762 (AD Rhône, 2 D 64 ) : « il [le Père de Colonia] prit un petit cabinet dans la maison qu’il orna à ses frais et y transporta ses médailles » []
  15. Voir note précédente []
  16. Antiquités sacrées et profanes…, A Lyon, et se trouvent à Paris chez Jean Musier, au bas de la rue Saint-Jacques, 1702, p. 193-194, ill. p. 93, 195, 196 []
  17. Antiquités profanes et sacrées de la ville de Lyon…recueillies et présentées à Monseigneur le duc de Bourgogne… A l’invitation de MM. les prévôts des marchands et échevins de cette ville à l’occasion du passage de Messeigneurs les ducs de Bourgogne et de Berry au mois d’avril 1701. Lyon : Pascal, 1701, p. 4 []
  18. Simeoni Gabriele, in Monfalcon, Jean-Baptiste, Mélanges sur l’histoire ancienne de Lyon, 1846, vol. 4,  p .11 ; éd. du ms Coste 41, lequel est une copie avec illustrations du manuscrit de Simeoni, L’Origine et le antichità di Lione, 1559, conservé à l’Archivio di stato de Turin, ms J.A.X. 16 :  » Annibale, in quatro giorni, arrivò nell’isola, luogo molto ricco per il grande numero di persone, e la bontà della terra, e così chimato perchè il Rodano e  la Sona calando delle montagne ed abbracciando i campi, formano un isola, che in grandezza e figura, è simile a quella, la quale da gl’Egizii è chiamata Delta « . []
  19. Facchin Guido, Le Percussioni, nuova edizione ampliata, Torino : EDT, 2000, p. 140 ; le triangle n’est pas utilisé dans l’orchestre avant 1710, en Allemagne dans un premier temps []
  20. Dans La philosophie des images énigmatiques, Ménestrier rappelle que la lettre grecque Δ  » a été l’énigme sous laquelle on a désigné une partie de l’Égypte, qui avait la même figure que Δ « , Lyon, 1694, p. 36 []
  21. Voir Alexandre Parnotte, L’Italie à Lyon à la Renaissance : l’exemple de Gabriele Simeoni ; https://editef.hypotheses.org/2978 et ill. XX, tirée de https://expo.editef.univ-tours.fr/fr/gabriel-simeoni-les-expositions-virtuelles/les-ecrits-antiquaires/, qui les identifie comme deux éléments d’un autel à libation datant de la 26e Dynastie (v. 660–650 av. J.-C.), arrivés sans doute d’Héliopolis en Occident au Ier siècle de notre ère ; cet autel est aujourd’hui dans les réserves de la B.n.F., Cabinet des Médailles, sans no []
  22. Gabriele Simeoni, L’Origine et le antichità di Lione, Torino, Archivio di Stato, MS J.A.X. 16, f. 44v-45r []
  23. Histoire littéraire de la Ville de Lyon, 1728, chap. 15, p. 256 []
  24. Ibid., p. 32 []
  25. voir Guillemain, op. cit., p. 57) qui donnent une idée assez précise de sa configuration. C’est sur ces monnaies que Monfalcon s’appuie pour proposer une reconstitution de l’autel, gravée dans une nouvelle édition des Recherches sur les antiquités et curiosités de la Ville de Lyon de Jacob Spon, qu’il publie en 1857 (( » Nouvelle édition augmentée des additions et corrections écrites de la main de Spon, sur l’exemplaire de la Bibliothèque impériale, et d’une étude sur la vie et les ouvrages de cet antiquaire « , Lyon : impr. Louis Perrin, 1857 []
  26. Colonia célèbre ailleurs en Trajan (Antiquités de la Ville de Lyon, 1733, p. 281-82) le constructeur du Forum Vetus qui donnera son nom à la colline de Fourvière, lieu emblématique de la capitale des Gaules []
  27. Correspondance générale de Mme de Maintenon, vol. 4, éd. Charpentier, 1865-66, lettre CXX, p. 386 []
  28. Le Consulat fit offrir à chacun des princes un exemplaire de l’ouvrage, d’où la présence dans le texte de plusieurs madrigaux dont les princes sont dédicataires. Voir Collombet, F.-Z.,  » La Bibliothèque du Collège « , in Lyon ancien et moderne, Lyon : L. Boitel, 1843, vol.1, p. 312 []
  29. p. 33 []
  30. Les modèles les plus proches semblent être les avers de médailles de Jean Mauger, La Hollande mise hors de combat (Batavia Debellata, 1672) ou l’Hommage à la Marine (Splendor Rei Navalis, 1693). Faisaient-elles partie de la collection du Collège, que le Père Janin a répertoriée en 1764 (Inventaire général du cabinet des antiques… 1764, B.M. Lyon, ms 1645-1646, fol. 149 v° et svts) ? Toute la suite des grandes médailles de l’Histoire du Roi y figure, mais il n’est pas certain qu’elles aient fait partie du médaillier dès le début du 18e siècle. Le P. de La Chaise avait en effet emporté à Paris une partie de sa collection en 1675, dans laquelle cette suite figurait. Mais il est possible que le peintre se soit inspiré d’une gravure de ces mêmes médailles, réalisées par Jean-Baptiste Nolin et Nicolas Guérard d’après des dessins de Pierre-Paul Sevin pour illustrer l’Histoire du règne de Louis le Grand par les médailles de Ménestrier, surement présente dans la bibliothèque du collège. Ou bien du frontispice de l’ouvrage où la figure allégorique de l’Histoire est représentée tenant le portrait en médaillon du monarque…

    J’adresse ici mes remerciements à François Planet, conservateur du cabinet des médailles du musée des beaux-Arts de Lyon, et Thierry Rouhette pour l’aide qu’ils m’ont apportée sur ce point. []

  31. Les relations entre le roi et les jésuites sont en effet parfois tendues. Ainsi la publication en 1693 de la seconde édition de L’Histoire de Louis le Grand a-t-elle valu au Père Ménestrier d’être écarté de la cour pour avoir critiqué la politique étrangère du roi et pris position en faveur du pape (Van Damme, S., Le temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVIIIe siècles). Paris, éditions de l’E.H.E.S.S., coll. « Civilisations et Société » (119), 2005, p.147) ; défaveur qui semble avoir également touché le Père de La Chaise, pourtant rallié aux positions gallicanes. Mme de Maintenon en fait le constat dans une lettre qu’elle adresse au cardinal de Noailles le 19 février 1701, quasi contemporaine de la visite des princes à Lyon : « jamais les jésuites n’ont été plus faibles qu’ils sont (…) le bonhomme [Le P. de la Chaise] n’a plus de crédit ». (Correspondance générale, Paris, éd. Charpentier, 1865-66, p.386-390 []
  32. Van Damme, S., op. cit., p. 145-150 []
  33. Histoire du roy Louis le Grand par les medailles, emblêmes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, et autres monumens publics. Recuëillis, et expliquéz par le pere Claude Francois Menestrier de la compagnie de Iesus. A Paris chez I. B. Nolin graveur du Roy sur le quay de l’Horloge du Palais, proche la rue de Harlay, à l’enseigne de la Place des Victoires. Avec privilege du Roy 1689 []
  34. Veillon, Marie, 1997, p. 359, citant Gros de Boze, « Eloge du Père la Chaise », Histoire de l’académie des inscriptions… t. 1, Paris, 1717, p. 373 []
  35. Guillemain, 2009 p. 53 []
  36. Labourderie, Jean de : « Notice sur la vie et les écrits du Père Dominique de Colonia, jésuite », in Colonia, D. de, La religion chrétienne autorisée par le témoignage des anciens auteurs payens, 2e éd., Paris : Gauttière, 1826 []
  37. Sur la fonction de scriptor dans les collèges jésuites, voir Van Damne, S., « Ecriture, institution et société. Le travail littéraire dans la Compagnie de Jésus en France (1620-1720) », Revue de synthèse, n°2-3, avril –sept 1999, p. 261-283 [en ligne] : https://www.academia.edu/9190541/_Ecriture_institution_et_soci%C3%A9t%C3%A9_le_travail_litt%C3%A9raire_dans_la_Compagnie_de_j%C3%A9sus_en_France_1620_1720_ []
  38. Voir Sabatier, G., Le Prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française, de la Renaissance aux Lumières, Seyssel : Champ Vallon, 2010, p. 37-62 []
  39. [Ménestrier, Claude-François], Décorations faites dans la ville de Grenoble, capitale de la province de Dauphiné…, Grenoble, 1701 []
  40. Sabatier, G., op. cit., p. 39 []
  41. 1701, p.413-14 ; voir Guillemain, 2009, p. 54 et note 62 []
  42. Matthieu Ogier, peintre et graveur actif à Lyon de 1676 à 1710 []
  43. Op. cit., p. 131 []
  44. Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnais dignes de mémoire, Lyon : Frères Duplain, 1757, p. 299-300 et p. 302 []
  45. Van Damme, S., op. cit., p. 269 []
  46. Edition de 1683 : A Lyon, chez Thomas Amaulry, rue Mercière, Au Mercure galant []
  47. Je remercie ici Philippe Vergain, conservateur général du patrimoine, qui a attiré mon attention sur cette scène. []
  48. Clapasson André, Description de la Ville de Lyon, 1741, éd. Chomer-Pérez, 1982, p. 64-65 ; un dessin du peintre hollandais Jan Wils en a conservé le souvenir : http://sammlungenonline.albertina.at/?query=Inventarnummer=[9318]&showtype=record []
  49. Lyon, 1757 []
  50. Bruyère Gérard, « Ménestrier et l’écriture de l’histoire », in Sabatier, Gérard, dir., Claude-François Ménestrier : les jésuites et le monde des images. Saint-Martin-d’Hères (Isère) : PUG, 2009, p. 219-240 []
  51. Esposito Arianna, Pinon Pierre, Vène Magali, « La bibliothèque des antiquaires français (xvie-xviiie siècle). Une histoire culturelle des pratiques archéologiques », Les nouvelles de l’archéologie, 110, 2007, p. 23-29 []
  52. Schnapper A., op. cit., p. 262-63 []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l’art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *