Quai et marché Saint-Antoine à Lyon au XXe siècle : regards croisés

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 - ADAGP

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 – ADAGP

 

 

 

 

Si les recherches de l’historien de l’art le conduisent à révéler les archives informant attribution, datation et contexte de création d’une œuvre, sa curiosité n’est pas moins vive lorsqu’il débusque un feuillet au contenu plus littéraire. Et quand une photographie, sensiblement de la même époque, peut être mise en regard du texte en raison de ses qualités plastiques, alors le chercheur ne se sent plus de joie.

Ainsi dans une mince chemise intitulée Le quai Saint-Antoine « Projet d’article pour le bulletin Association des Marionnettes » sont précieusement conservés plusieurs brouillons manuscrits, non datés et non signés1

Pour être archiviste, Marcel Colly, auteur vraisemblable de ces textes, n’en est pas moins poète. « Modeste et consciencieux »2, il est un fin observateur de son époque mais prend plaisir à guetter ce qui y est intemporel. En quelques lignes, il saisit l’âme d’un quartier3, les raisons pour lesquelles on s’y sent bien, ce qui fait la ville (les allées et venues, les échanges commerciaux, la vie diurne qui succède à la vie nocturne, …).

 

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 - ADAGP

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 – ADAGP

 

Le quai est doté de fonctions biologiques, c’est l’artère où circule le sang, sommeil et éveil y cohabitent. L’œil de Marcel Colly glisse des noctambules aux ménagères sur lesquelles il porte un regard affûté (voire amusé ?). D’ailleurs, dans l’un de ses brouillons, il file la métaphore : « Le quai Saint-Antoine ressemble à une brave ménagère. Le matin en peignoir, savates trainantes et cheveux tordus, ménage, astiquent, brossent, frottent, font des courses, cuisinent [sic]. Midi passé, on se lave, se mignotent [sic], met une robe et fait la danse dans son salon ou va humer le soleil. »

 

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 - ADAGP

Sur le marché Saint-Antoine, © Eric Dessert, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine culturel, 2017 – ADAGP

 

Il assiste au lever du jour et passe de la nuit à la lumière, les couleurs éclosent. Il recueille le « silence presque religieux » puis les bruits allant crescendo.

Quai Saint-Antoine et marché des primeurs ont également retenu l’attention du photographe Lucien Viguier au temps où le marché de gros s’y tenait encore. Travées et cheminées d’immeubles, piétons, cagettes, sacs en toile de jute, véhicules, branches des platanes élaguées aux feuilles naissantes jouent leur partition tels des notes s’égrenant sur une portée le long de « cette artère toujours jeune » et vibrante qui épouse le cours paisible de la Saône.

L’existence de ces deux documents a motivé la réalisation de la vidéo proposée ci-dessus.

                Véronique Belle, Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article

BELLE, Véronique. « Quai et marché Saint-Antoine à Lyon au XXe siècle : regards croisés. » Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 14 décembre 2017 [consulté le …]. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4541

BELLE, Véronique. « Le quai Saint-Antoine », Région Auvergne-Rhône-Alpes, 2017 [format MP4, 2′ 30 »]. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4541

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. AC Lyon, fonds des Hospices civils de Lyon, 1 UP 22, Service des Archives et du Musée. Articles, notes historiques, XIXe-XXe siècles. []
  2. AC Lyon, Le Progrès, « Mort de M. Marcel Colly », 3 novembre 1965, p. 20. []
  3. Dans l’un de ses brouillons, les « façades dignes et mornes » sont clairement associées à la rive gauche [du Rhône]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *