Les archives des halles de la Martinière : un éclairage sur la vie d’un quartier de Lyon au milieu du XIXe siècle

Il est fort inutile de continuer votre travail, si vous voulez marcher comme vous avez commencé. L’angle posé est horrible. Les lits des pierres n’ont pas été entièrement corrigés ; ils ne sont dressés d’équerre avec les parements, ce qui nécessite beaucoup de cales d’inégales grosseurs (…). Vos ouvriers poseurs sont négligents et maladroits : je vous prie de les changer, car leur besogne ne me satisfait pas, et vous attirerait des désagréments1.

Ainsi l’architecte René Dardel tance-t-il, en 1838, l’entrepreneur Pierre Legrand au cours du chantier des deux halles de la Martinière, chantier qui traverse, comme tant d’autres, un certain nombre de difficultés.

 

Vue générale depuis l’ouest de la place Gabriel-Rambaud

Vue générale depuis l’ouest de la place Gabriel-Rambaud – Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

C’est en 1836 que Dardel trace les plans définitifs des deux halles alors qu’un marché est envisagé dans ce quartier par le Conseil municipal dès 1810.

Les deux halles, symétriques, sont construites rue de la Martinière à la hauteur de la place Gabriel-Rambaud sur un plan rectangulaire et mesurent chacune 13,40 m sur 40 m. Des colonnes en pierre à chapiteau toscan portent un toit à longs pans et croupes couvert de tuiles mécaniques plates. Les entrecolonnements fermés, à l’origine, par des murs-bahut surmontés de grilles couleur olive très foncée sont clos de cloisons en béton depuis les années 1960. La partie centrale est couronnée d’un lanterneau couvert en zinc ; la structure de ce lanterneau est soutenue à l’intérieur par des colonnettes en fonte tandis qu’à l’extérieur de courts piliers supportent le lanterneau lui-même, autrefois ouvert et aujourd’hui fermé d’abat-vent. Une fontaine ornée d’une réplique en bronze du Mercure de Jean de Bologne, fournie par le fondeur parisien Richard, marque dès l’origine l’intersection des allées est-ouest et nord-sud.

Colonnettes en fonte soutenant le lanterneau

Colonnettes en fonte soutenant le lanterneau – Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

L’ensemble compte 112 cases de boutiques, divisées en 3 classes louables à partir de septembre 1839.

Il s’agit d’un marché au beurre, aux œufs et à la volaille. A partir de 1853 y est ajouté un débit de viande à la criée auquel Vaïsse, sénateur-préfet exerçant les fonctions de maire, attache un très grand prix.

Le 10 décembre 1873, la halle sud est détruite par un incendie. Elle est reconstruite à l’identique dès 1874 alors qu’Abraham Hirsch, architecte de la Ville, aurait souhaité substituer à la charpente en bois une charpente en fer afin d’assurer une plus grande sécurité au bâtiment.

Elle est définitivement détruite en 1903 pour permettre l’élargissement de la rue de la Martinière. En mars, le Conseil municipal accorde les matériaux à l’entreprise Dagand d’Aix-les-Bains.

La Ville se réserve alors la propriété de la statue de Mercure qui s’y trouve et décide de l’installer dans le passage de l’Argue où l’on en trouve une réplique de nos jours.

Si les documents concernant le marché de la Martinière conservés aux Archives municipales de Lyon2 permettent de retracer la construction d’un édifice public, ils apportent également de nombreuses informations sur le contexte général dans lequel s’inscrivent ces travaux.

Ils témoignent, classiquement, d’une opération immobilière d’une collectivité territoriale, du percement de rues, projets vieux parfois de plusieurs décennies comme l’est celui de la rue de la Martinière qui a nécessité des fonds importants de la part de la municipalité.

En ce qui concerne l’édifice proprement dit, la provenance des matériaux est presque toujours stipulée (gravier de Saône, chaux de Vaise, chaux de pierre de Saint-Germain, moellons de Couzon, pierre de Villebois, de Tournus, de Crussol, sapin du Bugey, tuiles de Bourgogne, de Montchanin). Certaines pièces d’archives permettent de mieux connaître les modes de transport des matériaux et les risques encourus : des colonnes de pierre sont perdues dans un accident de navigation fluviale en raison de la collision avec un bateau à vapeur.

Les documents détaillent la mise en œuvre des matériaux et témoignent des exigences du maître d’ouvrage.

Une rupture de stock de matériaux, gros banc de Villebois, zinc, une couverture non achevée avant l’hiver, peuvent ruiner le travail de l’année.

Des comparaisons entre divers chantiers de la ville s’opèrent : celui, contemporain, du Palais de Justice incite à renoncer à la pierre de Villebois initialement choisie au profit de la pierre de Crussol, qui semble faire l’unanimité.

Des opportunités imprévues peuvent être intégrées au chantier ; il s’agit en l’occurrence de placer les tuyaux de conduite pour éclairage au gaz avant de poser les pavés de la rue de la Martinière : l’éclairage des halles sera fourni gratuitement par la Compagnie.

Grâce aux instances judiciaires menées par les locataires du marché afin d’obtenir des dédommagements pour les marchandises perdues au cours de l’incendie de 1873, on sait que les approvisionneurs étaient domiciliés à Lyon (à proximité du marché ou dans un autre quartier), dans l’Ain, en Saône-et-Loire, dans la Loire, etc. Parmi eux, on comptait des marchands de fromages et un cafetier. Les coquetiers fournissaient beurre, oeufs, oies, poulets, dindes, lapins.

La fermeture d’avant-toit est soutenue par des modillons de bois avec ornements en forme de patère aux quatre angles

La fermeture d’avant-toit est soutenue par des modillons de bois avec ornements en forme de patère aux quatre angles – Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Les archives consultées témoignent de la hiérarchie sociale de l’époque, des relations entre une commune et le Conseil des Bâtiments civils, entre le maire et l’architecte de la Ville, entre le maire et les ouvriers (les charpentiers offrent un bouquet au maire à la fin du chantier qui, du coup, leur accorde une somme de 40 francs), entre l’architecte de la Ville et les entrepreneurs, entre entrepreneurs (maçon/carrier, maçon/ferblantier) et, plus couramment, des usages épistolaires entre édiles et administrés3.

Le maire Martin n’y apparaît pas comme un visionnaire : selon lui, les forains utiliseront peu chevaux et voitures tandis que les maisons ceignant le marché ne seront jamais ouvertes au rez-de-chaussée.

Grâce aux courriers de Dardel, puis de Hirsch, on saisit le rôle-clé de l’architecte communal : en véritable équilibriste, il opère un contrôle sévère des entrepreneurs, mais prend également leur défense auprès du maire tout en mettant en place la protection des intérêts de la Ville, n’hésitant pas à recourir à des actes d’huissier.

Plus tard, en 1873, comme suite à l’incendie de la halle sud, les marchandises sont en putréfaction mais, grâce à la prévoyance des architectes-experts, un tri rend possible un don aux Petites Sœurs des Pauvres.

Les documents témoignent de la valeur économique d’un quartier qui peut fluctuer à quelques dizaines de mètres de distance : la valeur des terrains rue Hippolyte-Flandrin où s’élèvent des constructions importantes est supérieure à celle de la rue de la Martinière où l’on déplore quelques masures.

Certains riverains soumettent au maire leur vision de l’évolution du quartier. En 1867, certains d’entre eux se réjouissent que le prolongement de la rue Hippolyte-Flandrin ait diminué le nombre d’accidents dans ce secteur. Ils en profitent pour réclamer l’agrandissement du marché arguant qu’il est l’un des plus fréquentés par une population à la fois ouvrière et bourgeoise venant des Terreaux, du Jardin des Plantes, des Capucins et d’autres quartiers encore. Ces riverains proposent la destruction de deux immeubles et envisagent également l’agrandissement de l’école de la Martinière voisine, stipulant que l’Empereur est favorable au développement des écoles professionnelles.

Paniers chargés de fruits ornant les chapiteaux des colonnettes en fonte

Paniers chargés de fruits ornant les chapiteaux des colonnettes en fonte – Phot. B. Stofleth © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel – ADAGP

Toutes ces informations brossent un portrait vivant et pluriel d’un chantier et d’un quartier de Lyon au XIXe siècle.

La halle nord de la Martinière, qui se dresse seule depuis plus d’un siècle face à la place Gabriel-Rambaud, est sur le point de connaître à nouveau l’effervescence d’un chantier4. La Ville de Lyon, les commerçants, les riverains, le Conseil de Quartier ainsi que le Service territorial de l’Architecture et du Patrimoine en ont déjà écrit les premiers chapitres. Gageons que les travaux entrepris sauront rendre à l’œuvre de Dardel son élégante simplicité.

Véronique Belle – chercheur à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes / Ville de Lyon

Pour citer cet article

Référence électronique

BELLE, Véronique. « Les archives des halles de la Martinière : un éclairage sur la vie d’un quartier de Lyon au milieu du XIXe siècle », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er décembre 2011 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/489>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Note de Dardel à M. Legrand, 10 juillet [1838]. Archives municipales de Lyon, 470 WP 029 []
  2. Archives municipales de Lyon, 1 place des Archives 69002 Lyon, http://www.archives-lyon.fr/archives/. Les documents concernant le marché de la Martinière portent notamment les cotes 470 WP 029 (1836-1902), 470 WP 030, 452 WP 023, 4 Fi 01703 et 01704, 1 Ph 01524, 3 S 00663, 00664, 00665 et 00666/5 []
  3. Que restera-t-il aux futurs chercheurs chargés de retracer l’histoire de la fin du XXe siècle et du début du XXIe de nos échanges frénétiques de courriels et de SMS ? []
  4. C’est à ce titre que l’Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Rhône-Alpes a constitué une étude patrimoniale sur la halle de la Martinière accessible à tous sur internet []

1 réponse

  1. 12/03/2016

    […] Un éclairage sur la vie d’un quartier de Lyon au milieu du XIXe siècle, sur le site de l’inventaire général […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *