Le Portail de la Tourette à Lyon : un témoignage des demeures champêtres de la Croix-Rousse

Intégré en 1888 à l’école normale d’institutrices1, devenue successivement institut de formation des maîtres puis collège, le portail de la Tourette demeure un des ultimes témoignages des clos champêtres situés à la Croix-Rousse.

 

Les armoiries de la famille Mazuyer sur le portail, photographie anonyme vers 1890

Les armoiries de la famille Mazuyer sur le portail, photographie anonyme vers 1890. Arch. dép. Rhône, 1J440. Repro. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP.

Ses origines

Les possesseurs successifs du tènement de la Tourette ont été identifiés par Irénée Morel de Voleine, dont la documentation a été enrichie par René Mazuyer dans les années 1930 et donnée aux archives départementales du Rhône en 19472. L’origine de la propriété, située sur le territoire de Maljulin, remonte au XIVe siècle ; celle du portail au 2e quart du XVIIe siècle à la suite de la vente en 1627 par Marguerite Dallier, veuve de Jacques Teste, de la propriété à Jehan Mazuyer. Outre la présence d’une demeure, le terrain est alors essentiellement couvert de vignes.

Arborant les armes des Mazuyer, le portail a dû être édifié peu de temps après son acquisition par cette famille. En effet, en 1628, Jehan Mazuyer a obligation de clore sa propriété de la Tourette, située près des remparts, et c’est sans doute à cette occasion que le portail est érigé. Contrairement à sa situation actuelle, l’édicule était placé entre deux corps de bâtiments. Le terrain demeure propriété de la famille (sous le nom de Parfait, puis de Favier) jusqu’en 1793 au moins, avant sa division en plusieurs lots.

 

Le portail en 1878, dessin de Charles Tournier

Le portail en 1878, dessin de Charles Tournier. Bibliothèque municipale de Lyon, Ms 2447 (51). Repro. D. Nicole © BM Lyon

 

Un motif pour les artistes de la fin du XIXe siècle

En 1878, le portail attire l’attention d’un artiste soucieux du patrimoine lyonnais ancien, Charles Tournier, qui en réalise un dessin3, puis une eau-forte en avril 1878, éditée par Mademoiselle Giraud à Lyon4. Une annotation portée sur le dessin localise le portail au 1 rue de la Tourette.

En 1883, cette gravure vient illustrer un article consacré au portail dans Lyon Revue du 30 septembre, signé J.J. Grisard. En 1885, Claude-Louis-Bon Morel de Voleine réalise des photographies du portail.

Huit ans plus tard, Tournier reprend l’eau-forte dans la première livraison du Recueil d’archéologie lyonnaise, dessiné d’après nature, publié par série de cinq gravures à partir de 18915 ; l’imprimeur Wulliam édite également l’estampe séparément.

 

Le portail en 1878, eau-forte de Charles Tournier

Le portail en 1878, eau-forte de Charles Tournier (extrait du Recueil d’archéologie lyonnaise, dessiné d’après nature, publié par série de cinq gravures à partir de 1891). Arch. dép. Rhône, FGA / 22. Repro. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

 

Le dessinateur diffuse ainsi une vision du portail antérieure à la construction de l’école normale d’institutrices (1884-1888) et en varie les éléments pittoresques : jeune femme et enfant, couple assis sur un banc sur le dessin, vide de tout personnage, ou, substitut du spectateur, couple de dos au seuil des lieux, sur les différents états de l’eau-forte. Dans ses représentations, il supprime la grille qui fermait le portail et invite à découvrir la propriété, sentiment frustrant pour le spectateur d’aujourd’hui puisqu’il n’existe pas de représentation précise figurée des jardins et de la demeure.

La photographie s’empare également du motif du portail avant son démantèlement : le fonds Sylvestre de la bibliothèque municipale et les fonds de photographies des archives municipales et départementales en témoignent. La végétation qui se multiplie sur les parties hautes confère une note romantique : le portail commence à disparaître sous la glycine.

 

Le portail en 1885, photographie de Morel de Voleine

Le portail en 1885, photographie de Morel de Voleine (?). Arch. dép. Rhône, 1J440. Repro. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

D’une disparition probable à une recréation

En 1852, la Croix-Rousse est rattachée à Lyon et les fortifications démantelées en 1865. A leur emplacement est aménagé le boulevard de la Croix-Rousse ; des édifices publics sont projetés afin de lui assurer un aspect monumental. En 1879, la formation des futures institutrices est assurée dans les locaux du clos de la Tourette. Dès 1880 est lancé le concours de l’école normale d’institutrices, concours remporté par l’architecte Philibert, dit Philippe, Geneste (1846-1938). L’école doit prendre place sur le même site, entraînant la démolition des bâtiments antérieurs.

Malgré la diffusion de l’image du portail, sa préservation, ainsi que celle d’autres vestiges de la demeure, ne semblent pas être prioritaires. Cependant, grâce à l’intervention de Morel de Voleine et de Félix Desvernay, le portail fait néanmoins l’objet de l’attention du Conseil général, qui décide finalement de le sauvegarder.

D’après Desvernay6, le portail est en effet replacé en 1888 par Geneste comme portail de la nouvelle école, en y incluant au revers des vestiges provenant de la propriété, retrouvés en avril 1888 dans le jardin, sans doute à la suite des démolitions, par Desvernay lui-même. Des éléments, dont les plus anciens remonteraient au XVe siècle, sont ainsi intégrés au monument, créant une œuvre en partie nouvelle. La comparaison entre les photographies réalisées avant la démolition et après la reconstruction atteste de la fidélité de cette reconstitution quant à l’élévation antérieure du portail.

 

Détail du revers du portail en 2011

Détail du revers du portail en 2011. Phot. M. Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

 

Après la « réinstallation » du portail boulevard de la Croix-Rousse, ses représentations continuent à se diffuser, que ce soit par la photographie ou la presse : en particulier, Le Progrès illustré du dimanche 7 avril 1901 montre, dans sa rubrique « Les rues de Lyon », trois images du portail (en élévation, les armoiries et l’assemblage du revers) par le dessinateur H. Girrane.

La reconnaissance patrimoniale du portail trouve son aboutissement en 1910, date à laquelle il est classé au titre des monuments historiques (arrêté du 22 janvier 1910). Sa représentation se répand alors sous la forme d’édition de cartes postales, notamment par la société S. Farges (S.F.) en 1913, et dans l’entre-deux-guerres.

 

L’intégration du portail dans la composition de l'école normale d’institutrices boulevard de la Croix-Rousse

L’intégration du portail dans la composition de l’école normale d’institutrices boulevard de la Croix-Rousse. Arch. dép. Rhône, 1T1275. Repro. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2011 – ADAGP

 

Le remontage du portail et la composition élaborée au revers par Devernay et Geneste en font une des rares reconstitutions-créations au sein du patrimoine lyonnais, dans l’esprit des antiquaires de la Renaissance et de l’Age baroque. Désormais implanté le long du boulevard de la Croix-Rousse, le portail demeure l’une des ultimes traces des clos champêtres de la Croix-Rousse non religieux et évoque les anciennes familles lyonnaises par les armoiries qu’il porte ; il est également révélateur d’une vision pittoresque du patrimoine, de l’action de sauvegarde des érudits lyonnais de la seconde moitié du XIXe siècle et d’un esprit de recréation, associant des éléments disparates provenant de l’ancienne demeure, tout en s’intégrant à la composition réalisée par Geneste pour l’école normale d’institutrices.

 

L’intégration du portail dans la composition de l'école normale d’institutrices boulevard de la Croix-Rousse, carte postale vers 1910

L’intégration du portail dans la composition de l’école normale d’institutrices boulevard de la Croix-Rousse, carte postale vers 1910, édité par ELD. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 1775. Repro. Archimaine © AM Lyon.

 

Le chantier de reconversion de l’institut de formation des maîtres en collège en cours depuis 2010 va permettre la restauration du portail, grâce aux échanges entre le Conseil général du Rhône et le service territorial de l’architecture et du patrimoine (STAP).

Catherine Guillot – conservatrice du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article :

Référence électronique

GUILLOT, Catherine. « Le Portail de la Tourette à Lyon : un témoignage des demeures champêtres de la Croix-Rousse », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 27 janvier 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/603>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Voir les dossiers Ancienne école normale d’institutrices et Portail. []
  2. Arch. dép. Rhône, 1 J 439 et 1 J 440 []
  3. Lyon, bibliothèque municipale, Ms 2447, pl. 51 []
  4. Arch. dép. Rhône, 1 J 440 []
  5. Arch. dép. Rhône, FG A/22 []
  6. Arch. dép. Rhône, 1 J 440 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *