La chapelle de l’Université catholique de Lyon

La création de l´Université catholique de Lyon suit de peu le vote de la loi du 12 juillet 1875 relative à la liberté de l´enseignement supérieur. Les statuts de la Faculté de Droit, rédigés dès le 26 août sous l’autorité de Monseigneur Ginoulhiac, archevêque de Lyon, sont entérinés le 17 novembre 1875 par la conférence des évêques du Centre-Est de la France1. Trois jours plus tard, la nouvelle université s’installe au 25 rue du Plat (Lyon 2e), dans un ancien hôtel particulier datant des 17e et 18e siècles, l’hôtel de Juys. Très à l’étroit dans ces espaces, malgré quelques agrandissements réalisés dans les années 1920, l’Université catholique charge en 1938 l’architecte Georges Curtelin (1899-1968) d’édifier de nouveaux bâtiments, construits entre 1939 et 1945, puis de 1949 à 1958 et enfin de 1958 à 1960. Un ensemble architectural uni et cohérent vient ainsi remplacer l’hôtel de Juys, dont quelques éléments sont néanmoins conservés.

Université catholique, cour d'honneur, élévation nord (chapelle au rez-de-chaussée), et armoiries du cardinal Gerlier et du pape Pie XII, par Jean Coquet

C’est par l’édification de la chapelle, au sud de la parcelle, que débutent les travaux, en 1939. Rapidement achevée − le gros œuvre dès l’été 39, le décor en août 40 − elle est inaugurée le 13 novembre 1940 par le Cardinal Gerlier, archevêque de Lyon et chancelier de l’Université, dont les armoiries sont représentées au-dessus de la porte de la sacristie nord, en pendant à celles du pape Pie XII2. Englobée dans le corps de bâtiment sud, qui longe l’actuelle rue Tony-Tollet, elle est située au rez-de-chaussée et orientée est-ouest. On y accède indifféremment depuis le hall d’honneur ou depuis la cour intérieure, ce qui permet aux étudiants d’y converger depuis n’importe quel point du bâtiment. Une porte ouvre également sur la rue, servant d’entrée pour les fidèles du quartier. Un vestibule la précède. Il est occupé par un escalier suspendu en béton qui dessert également la tribune de la chapelle.

Entrée et vestibule de la chapelle

Entrée et vestibule de la chapelle. Phot. C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Une porte à deux vantaux ouvre sur une vaste nef de plan rectangulaire, éclairée par des vitraux. Le chœur, surélevé d’une marche, est inscrit dans une abside pentagonale, encadrée par deux sacristies ; il était auparavant séparé de la nef par une barrière de communion, aujourd’hui démontée. Une corniche composée d´une frise de tores à profil semi-circulaire orne le pourtour de la chapelle. L’axe central du plafond est occupé par une série de caissons en plâtre ornés de motifs de carrés et losanges imbriqués. Ces caissons sont bordés de part et d’autre d’une frise de caissons plus petits, dont certains comportent un chrisme à l´intérieur. Le revêtement de sol est un élément structurant du décor : les carreaux composent un quadrillage géométrique bleu dont la largeur correspond à celle des bancs.
La chapelle, vue d'ensemble depuis la nef

La chapelle, vue d’ensemble depuis la nef. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Entièrement conçus par Curtelin, le décor et le mobilier présentent une forte cohérence graphique, que renforce l’unité des matériaux. L’architecte a l’habitude de travailler avec quelques artistes ou artisans qui interviennent sur la plupart de ses chantiers et réalisent ses modèles. A l’exception du peintre Jean Coquet (1907-1990), les autres intervenants apparaissent comme de simples exécutants, tels Georges-Marius Boretti pour les luminaires en acier ou Joséphine Lamy-Paillet pour les vitraux3. Il en va de même pour le sculpteur Joseph Belloni (1898-1964), qui ne s’éloigne guère dans la réalisation du retable sculpté du dessin de l’architecte, tout comme il le fera par la suite au fronton de la cour d’honneur.

Lustre, par G.-M. Boretti, et vitraux par J. Lamy-Paillet, d'ap. des cartons de J. Coquet

Lustre, par G.-M. Boretti, et vitraux par J. Lamy-Paillet, d’ap. des cartons de J. Coquet. Phot. E. Dessert, C. Guégan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Tous les éléments de menuiserie sont en palissandre (portes, bancs, lambris, encadrements des baies, confessionnaux). La porte d’entrée et celle des deux sacristies ont un décor similaire : trois caissons dont la moulure d’encadrement est identique à celle des stations du chemin de croix sont séparés par des traverses comprenant trois petits carrés en creux. Au centre de ces caissons, dans un losange lui-même inscrit dans un carré, alternent grappes de raisin et épis de blé, symboles de l’Eucharistie. Dans la nef, des bancs à haut dossier sont décorés sur leur flanc d’une croix à rayons inscrite dans un carré encadré de deux colonnettes ciselées. Les stations du chemin de croix, disposées dans chaque travée entre les verrières, sont de facture assez simple : une croix grecque bourdonnée en bois, insérée dans un cadre carré à moulure, portant en son centre le numéro de la station en chiffres romains. Le mobilier du chœur se compose d’une table d’autel et d’un retable sculpté. Aujourd’hui séparés, ces deux éléments formaient à l’origine un tout ; les modifications liturgiques de Vatican II ont entraîné le déplacement de la table d’autel au centre du chœur, tandis que le retable s’est retrouvé isolé avec son tabernacle en retrait de l’autel.
Vue du choeur, photogr. par Florentin-Bourgade, publiée dans "L'Oratoire des facultés catholiques", Lyon, 1940

Vue du choeur, photogr. par Florentin-Bourgade, publiée dans « L’Oratoire des facultés catholiques », Lyon, 1940. Repro. J. Defillon © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Le retable est en marbre, à l’exception du groupe sculpté (le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean) qui est en pierre. Crucifié au niveau des poignets, le Christ est représenté déjà mort, le corps reposant sur sa jambe droite, les bras tombant et la tête penchée sur son épaule droite. Ceint de la couronne d´épines, il est auréolé d´un nimbe cruciforme et rayonné. Le périzonium a l’aspect d’un tissu rugueux. La Vierge se tient à dextre, le bras droit le long du corps, la main gauche près du visage, dans un signe de désolation. L´apôtre Jean est à senestre, les mains jointes et la bouche entrouverte, regardant avec affliction le corps du Christ. Le groupe sculpté surmonte un tabernacle en marbre dont la porte, de format carré, est en laiton doré. L’hémisphère nord d’un globe terrestre y est représenté en léger relief, barré d’un Chrisme gravé en creux rehaussé d’émail rouge, symbole de l’universalité du monde chrétien. En son centre, le trou de la serrure épouse la position de la ville de Rome. Aux angles sont rapportées quatre croix grecques en relief, reliées par une frise composée de fines plaques de laiton cloutées sur leurs bords et ornées de petits disques d’émail rouge.
Choeur, retable et tabernacle

Choeur, retable et tabernacle. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

La correspondance entre Curtelin et Coquet rend compte de leur étroite collaboration4, et montre combien l’architecte fut directif, laissant à son décorateur une liberté toute relative. Au cours de l’année 1940, le peintre lui soumet plusieurs maquettes pour les vitraux et les peintures du chœur, réalisés dans la foulée5. On doit au recteur Fleury Lavallée le choix du thème iconographique : l’enseignement de saint Irénée, protecteur de l’Université catholique, dont le père mariste Maurice Villain donnera une longue exégèse en 19426. Proche de la Société de Saint-Jean, dont Curtelin était membre7, le peintre comme l’architecte entendent ainsi œuvrer à la régénération de l’art sacré et à la propagation de la foi .

Jean Coquet : maquettes pour les vitraux et les peintures du choeur, 1940 ca

Jean Coquet : maquettes pour les vitraux et les peintures du choeur, 1940 ca. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009 et Phot. J.-L. Coquet @ 2009

Cinq panneaux de peinture à l’huile sur toile, marouflés sur enduit, ornent le chœur, séparés par de larges baguettes moulurées en acajou. Dans leur partie supérieure courent des inscriptions en latin précisant le sens de chaque scène, tirées du grand ouvrage apologétique d’Irénée, Contre les hérésies8. Alors que les maquettes présentaient des couleurs vives et contrastées, la palette se restreint ici à des gammes de bleus et de terres, assourdies par la matité de la couche picturale, vraisemblablement non vernie, qui évoque la fresque.

Choeur, peintures de Jean Coquet, état actuel

Choeur, peintures de Jean Coquet, état actuel. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Au centre trône Saint Irénée en majesté. Vêtu d’une tunique blanche et coiffé d’une mitre, il dispense son enseignement dans un geste de bénédiction et d’autorité. La main droite pointée vers le ciel désigne les extraits de son œuvre magistral, affirmant la primauté de la tradition sur le « modernisme du second siècle »9 durant lequel se développent nombre de doctrines hétérodoxes. A l’arrière-plan, fermant la composition et débordant sur les deux panneaux latéraux, Coquet a représenté l’amphithéâtre des martyrs de Lyon, parmi lesquels se trouvait saint Pothin, le prédécesseur d’Irénée10. Dans la partie inférieure, ses disciples forment cercle. L’un d’eux a le regard tourné vers le spectateur : il s’agit probablement d’un autoportrait de l’artiste.

Choeur, peintures de Jean Coquet, panneaux central et latéraux

Choeur, peintures de Jean Coquet, panneaux central et latéraux. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Les panneaux latéraux relatent, selon une brochure publiée en 1940 à l’occasion de l’inauguration de la chapelle, l' »épopée de la conquête chrétienne », mettant ainsi en évidence la mission première de l’Université catholique : « [Irénée] apporta la civilisation chrétienne dans la Gaule, nous essayons, avec une ardeur que les dangers qu’elle court stimulent encore, de la défendre et d’en garder le rayonnement de la jeunesse de France »11). Entourant le saint, des étudiants vêtus à l´antique sont rassemblés en petits groupes, discutant ou lisant ; à l’arrière-plan, des personnages brandissent des parchemins : des eversores (littéralement, les renverseurs, surnom donné dans la littérature chrétienne aux jeunes aux moeurs dissolues et semeurs de troubles), hérétiques qu´a souvent condamnés saint Irénée12.

A dextre, deux scènes illustrent la Vie Descendante : en haut, Adam et Eve chassés du Paradis, qui se démarquent à peine, si ce n’est par le style (musculatures saillantes, cernes épais), de la scène fondatrice représentée par Masaccio à la chapelle Brancacci (Santa Maria del Carmine, Florence) ou plus tard par Michel-Ange au plafond de la Sixtine13 ; en bas, un homme debout et une femme assise sur un fût de colonne, devant le tronc du pommier édenique, symbolisent la Vie Descendante, les âmes privées de la Révélation. En pendant, et comme en contrepoint, sont représentés à senestre l’Annonciation et la Vie Ascendante. Dans la partie inférieure du panneau, une femme en prière, le regard tourné vers le ciel, est assise sous un olivier, symbole de la paix à laquelle n’a cessé d’œuvrer Irénée. Elle représente « l’euphorie de l’âme qui a reçu et compris le message divin »14. Un vol de colombes fait le lien avec l’Annonciation figurant dans le registre supérieur. Ces oiseaux manifestent la présence de l’Esprit Saint, tandis que l´inscription latine « Sic et Maria Virgo obodiens universo generi humani causa facta est salutis » vient rappeler que la Vierge, par l’Incarnation, rend possible le Salut et la Vie éternelle.

Jean Coquet, Adam et Eve chassés du Paradis et Annonciation

Jean Coquet, Adam et Eve chassés du Paradis et Annonciation. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009

Aux modèles de la première Renaissance italienne, et particulièrement florentine, se superposent ici ceux de l’Antiquité, relue au prisme d’une certaine modernité. L’architecture antique, très présente dans la composition, assume une triple fonction : plastique, elle équilibre la composition et assure la liaison entre les différents panneaux ; historique, elle ancre la narration dans les premiers temps de la Gaule chrétienne ; symbolique, elle marque la transition entre les cultes païens (temples et colonnes en ruines) et la religion nouvelle, la victoire du christianisme sur la paganisme. Traitée sous une forme très stylisée, elle traduit la permanence à travers les âges de la « colline mystique » de Fourvière. Cette stylisation des formes architecturales, traitées en aplats, n’est pas sans évoquer les créations italiennes contemporaines − et les théories développées dans la revue Valori  plastici entre 1918 et 1922 −, qu’il s’agisse des peinture métaphysiques de Chirico ou des monuments érigés sous l’impulsion de Mussolini dans le nouveau quartier de l’EUR, tel le Palazzo della Civiltà italiana e del Lavoro (1938-42). Plus proche, l’architecture de Tony Garnier (stage de Gerland, 1913-1920) a pu également être une source d’inspiration.
Giorgio de Chirico, Mélancolie et mystère d'une rue (1914) ; Jean Coquet, détail du panneau latéral de droite ; Rome, EUR, Palazzo della Civiltà italiana e del Lavoro (Giovanni Guerrini, Mario Romano et Ernesto Lapadula architectes)

Giorgio de Chirico, Mélancolie et mystère d’une rue (1914). Phot. © 2012 Free Image Finder ; Jean Coquet, détail du panneau latéral de droite. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Ville de Lyon, ADAGP, 2009 ; Rome, EUR, Palazzo della Civiltà italiana e del Lavoro (Giovanni Guerrini, Mario Romano et Ernesto Lapadula architectes). Phot. © Robert Schediwy, 1996

 

Les influences ou parentés stylistiques que l’on décèle dans la peinture de Coquet sont multiples. De Maurice Denis, que Villain cite en épigraphe et dont la leçon a pu lui être transmise par son maître Georges Décôte15, comme de Puvis de Chavanne, il retient la linéarité des formes, la sècheresse du trait et un refus de perspective illusionniste afin d’épouser la planéité du mur. Par delà les artistes du Quattrocento, qu’il admire, il renoue aussi, dans une veine archaïsante, avec l’art de Giotto. Mais il n’ignore pas non plus les maniéristes, auxquels il emprunte la forme serpentine (notamment pour la Vierge de l’Annonciation) et les musculatures fuselées, tandis que le traitement sculptural des volumes, les plis cassés, ne sont pas sans rappeler certaines œuvres de Bourdelle (Monument à Mickiewicz, Pietà de Notre-Dame du Raincy). Les solutions plastiques qu’il élabore sont enfin très proches de celles développées depuis les années 1920, à la suite de Maurice Denis, au sein des Ateliers d’art sacré de Desvallières, dont on trouve l’une des expressions les plus foisonnantes dans le décor de l’église du Saint-Esprit (Paris 12e arrondissement), où travailla le peintre lyonnais Louis Bouquet. L’art de Coquet et son solide métier s’inscrivent parfaitement dans cette époque marquée par un retour à la tradition et au réalisme (commun à toute l’Europe artistique), en réaction aux dérives supposées des avant-gardes16.

 Bel exemple d’architecture religieuse de l’Entre-deux-guerres à Lyon, la chapelle de l’Université catholique et son décor sont dans un état de conservation relativement satisfaisants. Avec le déménagement prochain de l’Université dans l’ancienne prison Saint-Paul, libérant les lieux pour une nouvelle affectation, se pose la question de sa préservation. Souhaitons qu’elle puisse être non seulement remise en valeur, mais aussi plus largement ouverte sur l’extérieur.

Catherine Guégan – Conservateur en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes17.

Bibliographie

DEFILLON, Julien. L’Université catholique de Lyon, site de Bellecour, étude architecturale et patrimoniale, mémoire dactylographié de Master 2 professionnel, Université Lyon-II, Lyon, septembre 2009

DUFIEUX, Philippe. « Jean Coquet (1907-1990) l’art du décorateur », Bulletin de la Société historique archéologique et littéraire de Lyon, 2001, p.95-112

VILLAIN, Maurice. Jean Coquet et le Poème de saint Irénée, Grenoble, éd. Arthaud, 1942

 Pour aller plus loin :

Dossiers électroniques de l’Inventaire, Inventaire de la Ville de Lyon : l’Université catholique de Lyon

Pour citer cet article :

Référence électronique
GUEGAN, Catherine. « La chapelle de l’Université catholique de Lyon », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 27 février 2012 [consulté le …]. URL  http://inventaire-rra.hypotheses.org/644

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Université catholique de Lyon, annuaire des services 2008-2009, Lyon, 2008, p.9 []
  2. Peintures réalisées par Jean Coquet (AP Curtelin, lettre à Jean Coquet, 3 janvier 1940 []
  3. Ibid. ; vitraux réalisés d’après des dessins de Coquet, avec lequel Mme Lamy-Paillet avait collaboré deux ans auparavant à l’église Saint-Hilaire de Saint-Bonnet-le-Château ; voir Ducouret, B., Monnet, T., base Palissy, notice IM 42000170 []
  4. Idib., lettres des 26 juin et  5 août 1939 []
  5. Signés sur le 5e panneau en haut à droite : JEAN COQUET 1940 []
  6. Jean Coquet et le poème de saint Irénée, Grenoble, éd. Arthaud []
  7. Defillon, J., 2009, p. 56 []
  8. Villain, M., 1942, p.13 []
  9. Ibid., p.10 []
  10. Le martyre de saint Irénée n’est pas attesté (Berthod, B., Hardouin-Fugier, E., Dictionnaire iconographique des saints, Paris, éditions de l’Amateur, 1999, p.196 []
  11. Anon., L’Oratoire  des facultés catholiques, Lyon, 1940 (Bibl. Université catholique de Lyon, réserve []
  12. Defillon, J., 2009, p. 72. []
  13. Villain rapporte l’intérêt de Coquet pour les Primitifs italiens, dont il possédait de nombreuses monographies dans sa bibliothèque. []
  14. Villain, M., 1942, p.17. []
  15. Dufieux, Ph., 2001, p.96 et note 8. []
  16. Voir entre autres Les réalismes. Entre révolution et réaction, 1919-1939, cat. exp., Paris, Centre Georges Pompidou, 1980-81 ; Roucloux, Joël : De Mannheim à Beaubourg ou la confusion des « réalismes », conférence à l’Université de Lille 3, 21 mai 2010, in Relire l’entre-deux-guerres. Histoire des arts de 1919 à 1939. Compte rendu n° 3 : automne 2011, p. 02-13, http://re2g.hypotheses.org/files/2011/11/Re2g-CR-3-automne-2011.pdf []
  17. L’étude des bâtiments de l’Université catholique de Lyon, site Bellecour, a été réalisée par Julien Defillon, dans le cadre d’un stage de Master 2 (Université Lyon II) effectué en 2009 auprès du service de l’Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes []

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

More Posts

Catherine Guégan

Conservatrice en chef du patrimoine, docteure en histoire de l'art moderne et contemporain, Université Paris-IV Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *