Un ornement daté à Verrières-en-Forez (Loire)

L’étude de l’église paroissiale Saint-Ennemond, dans la commune de Verrières-en-Forez (Loire), lors de l’inventaire topographique du canton de Montbrison1, a révélé l’existence dans cette église d’un grand nombre d’objets religieux : près de 180 meubles, objets ou ensemble d’objets, datant pour l’essentiel du XIXe siècle, y ont été recensés ou étudiés2.

Verrières-en-Forez (Loire). Vue générale de l’église paroissiale Saint-Ennemond, depuis le sud-ouest.

Verrières-en-Forez (Loire). Vue générale de l’église paroissiale Saint-Ennemond, depuis le sud-ouest. Phot. D. Gourbin (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005.

 

Un ornement rose

Parmi la vingtaine de vêtements liturgiques décrits, chapes ou chasubles et leurs accessoires, se trouve un ornement rose composé d’une chasuble, d’une étole, d’un manipule, d’un voile de calice et d’une bourse de corporal3. Il s’agit donc d’un ensemble complet, tous les accessoires nécessaires pour dire la messe étant présents.

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rose, vue de la chasuble, de l’étole et du voile de calice.

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rose, vue de la chasuble, de l’étole et du voile de calice. Phot. D. Gourbin (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005.

 

Le tissu employé pour le fond de la chasuble et les accessoires est un damas de soie à grands motifs symétriques. Le dessin de ce décor est centré sur un bouquet de roses et de fleurs à cinq pétales noué par une cordelette terminée par des pompons, et posé sur une palmette d’où pend une guirlande de boutons de feuilles ; enfin, le bouquet est encadré de branches de vigne et d’épis de blé. Un galon en soie jaune en deux largeurs, à motif de rubans entrecroisés en losange, borde chaque pièce (galon étroit) et dessine le col et les orfrois sur la chasuble (bande frontale, croix dorsale à redents, col) ainsi que la croix sur la patte de l’étole et du manipule (galon large). Pour les orfrois de la chasuble, un second tissu est employé : il s’agit d’un satin liseré, latté (soies polychromes) et broché (frisé or). Le décor est tissé « à disposition » pour s’adapter parfaitement à la forme des orfrois. Il présente des bouquets de roses et de fleurs sortant d’une palmette, superposés sur la partie inférieure de la croix ; la croisée est occupée par le symbole du triangle rayonnant portant le tétragramme, posé sur des épis de blé et ceint d’une couronne de roses, oeillets et liserons. Seul le tissu de la croix est conservé ; celui de la bande frontale, sans doute abîmé par l’usage, a été remplacé par un satin à gros motifs floraux. Chaque pièce est doublée de bougran (toile de lin ou de chanvre calandrée et enduite de gomme arabique) teint en rose. Mis à part le remplacement de l’orfroi frontal, l’ornement présente un assez bon état de conservation, altéré seulement par quelques tâches décolorées (d’origine accidentelle ?), essentiellement sur le voile de calice.

Le rose est une couleur liturgique peu fréquente : son utilisation n’est officialisée dans la liturgie catholique qu’au XIXe siècle, et elle est réservée à deux jours dans l’année seulement : le troisième dimanche de l’Avent (dit dimanche de Gaudete)4 et le quatrième dimanche de Carême (dit dimanche de Laetare)5. Les périodes de l’Avent (avant Noël) et du Carême (avant Pâques) sont des temps de pénitence, on y utilise donc les vêtements liturgiques de couleur violette ; cependant, les dimanches de Gaudete et Laetare rappellent, vers le milieu de l’Avent et du Carême, les deux fêtes majeures du calendrier religieux chrétien (célébrant la Nativité et la Résurrection) que ces périodes préparent : la messe peut y être dite avec plus d’ornements (bouquets de fleurs, sonneries de cloches…) et avec des vêtements roses, couleur considérée comme une nuance moins sévère du violet.

 

Un jalon chronologique pour l’histoire des textiles et des ornements

Deux pièces de cet ornement sont datées par une inscription brodée au point de croix, en fil blanc : on lit ainsi 1827 dans l’angle inférieur droit de la patte droite de l’étole, et au milieu de la bordure inférieure du voile de calice.

La datation des textiles de la 1ère moitié du XIXe présente une problématique spécifique. En effet, si l’apparition des premiers textiles à motifs liturgiques à la fin du XVIIIe siècle marque une mutation importante, on produit par la suite des tissus inspirés de ces modèles, avec assez peu de changement, jusqu’au milieu du XIXe siècle. La Révolution donne un coup d’arrêt à la production naissante de tissus religieux, mais les destructions qu’elle provoque dans le mobilier des églises entraînent après le Concordat de 1804 une augmentation de la demande, qui s’accélère après la Restauration, en 1814.

Le damas de fond de l’ornement étudié est bien représentatif de ce type de soierie : la base du décor est constituée par des bouquets de fleurs disposés en quinconce et séparés par des motifs sinueux, typiques des vêtements du milieu du XVIIIe siècle ; mais des emblèmes religieux viennent se mêler aux fleurs (le blé et le raisin, symbolisant le pain et le vin consacrés lors de l’Eucharistie) et le rapport du dessin est beaucoup plus important que dans un tissu de robe (un motif complet occupe pratiquement la largeur de la laize). Le bouquet noué d’un ruban ou d’une cordelette terminé par des pompons ou des glands connaît un grand succès, que ce soit pour des damas monochromes ou des tissus façonnés à trames colorées.

Le tissage d’orfrois « à disposition » se répand au début du XIXe siècle et connaît un grand succès jusqu’au milieu du siècle, avec des motifs qui suivent toujours la même répartition. Les bras de la croix et l’orfroi frontal sont ornés d’un motif répété sur la hauteur ou formant une guirlande verticale. Un motif iconographique figuré (l’Agneau mystique, le monogramme IHS…), souvent entouré d’une couronne végétale, occupe la croisée. A Verrières, le triangle du tétragramme est présent sur trois chasubles : une chasuble rouge6 et une violette7, en plus de la chasuble rose. Les tissus de fond de ces chasubles montrent la même composition : des guirlandes ondulantes de pampres de vigne et d’épis de blé encadrant un motif central : un bouquet lié par une cordelette à pompons pour le tissu rose, un bouquets de grosses fleurs dans un vase à panse ovoïde godronnée et anses en volutes pour le rouge, une corbeille chargée de branches de vigne, épis de blé et feuilles pour le violet ; il s’agit de trois des variantes identifiées par Josiane Pagnon8 pour les modèles de tissus de la première moitié du XIXe siècle. Le choix iconographique du triangle du tétragramme peut s’expliquer par une demande du commanditaire, ou par la déclinaison de ce thème dans le catalogue d’un fabricant : les tissus de ces trois chasubles, sans doute contemporaines, ont peut-être été fabriqués par la même maison de soierie, sans doute lyonnaise vu la proximité de la ville de Lyon et le dynamisme de la soierie lyonnaise à cette époque.

 

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rouge, vue de la chasuble.

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rouge, vue de la chasuble. Phot. D. Gourbin (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005.

 

Dans le contexte d’une production assez importante (bien qu’inégalement conservée et étudiée), la découverte d’exemples datés est toujours intéressante pour affiner les datations de l’ensemble du corpus. Dans le cas des ornements, les dates portées directement sur les objets sont rares : la base nationale Palissy, qui rassemble les dossiers réalisés par les services d’Inventaire de toute la France et les fiches des objets protégés au titre des monuments historiques, ne recense qu’un autre exemple d’ornement portant une date brodée, conservé dans une église des Hautes-Alpes9. Sur cet exemple, l’inscription « 1823 C.M.A » est brodée au point de croix, en fil métal doré, sur la doublure de la chasuble, au niveau du col. La date correspond sans doute au montage de l’ornement, dont le damas de fond est dans la lignée des tissus décrits précédemment, avec un décor à bouquets de fleurs dans des vases. Cet exemple confirme donc la fabrication de ce type de textile dans le premier quart du XIXe siècle.

Les ornements peuvent aussi parfois être datés par une étiquette de parchemin ou de papier cousue sur une doublure, ou, plus fréquemment, par leur inscription sur un inventaire (inventaire de sacristie10, inventaire après décès d’un prêtre, inventaire de collection), qui donne dans ce cas un terminus ad quem pour la date de fabrication d’un textile ou d’un ornement, mais qui peut être très éloignée de la date effective ; de plus, les inventaires donnent souvent des descriptions très succinctes qui ne permettent pas toujours d’identifier avec certitude les objets décrits11.

Dans le cas de l’ornement rose de Verrières, la date peut avoir été brodée par la personne qui a réalisé le montage de l’ornement lors de sa fabrication ; mais l’exécution maladroite de la broderie peut orienter vers une autre piste : la date pourrait aussi avoir été brodée par la personne qui a donné l’ornement, ou par celle qui l’a reçu.

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rose, détail de la date brodée sur le voile de calice.

Verrières-en-Forez (Loire). Ornement rose, détail de la date brodée sur le voile de calice. Phot. D. Gourbin (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012.

 

Un vestige d’un édifice disparu : le petit séminaire de Verrières

A Verrières, la présence de cet ornement rose peut être expliquée par l’existence, entre 1809 et 1905, d’un petit séminaire.

Le petit séminaire de Verrières tire son origine d’une école presbytérale fondée dans cette paroisse dès 180412. Cette école connaît un très fort développement dans le premier quart du XIXe siècle, avec l’arrivée en 1826 de l’abbé Joseph Verrier qui est à la fois curé de la paroisse et supérieur du petit séminaire, si bien que le deuxième quart du siècle est considéré comme un « âge d’or » de l’institution. Celle-ci compte alors plus de 200 élèves, avec un corps professoral en majeure partie composé de prêtres – au nombre de cinq, assistés de cinq sous-diacres, en 181813. Les bâtiments comprennent une chapelle, mais la voûte de celle-ci s’effondre en 1825. Les prêtres du séminaire utilisent donc l’église paroissiale pour dire la messe ; ainsi le vestiaire de l’église devait comprendre un grand nombre d’ornement. On peut également supposer que les prêtres ont souhaité disposer d’un ornement rose à porter pour les dimanches de Gaudete et Laetare, afin de mettre en œuvre devant leurs élèves la pratique la plus précise et moderne possible de la liturgie.

Ce sont des soeurs de Saint-Joseph qui se chargent de l’entretien du linge du séminaire. Leur communauté est présente à Verrières dès 1818 ; dans la deuxième moitié du XIXe siècle, elles disposent d’une maison adjacente aux bâtiments du séminaire. Les sœurs participent aussi à la vie paroissiale : elles font partie des premiers membres de la confrérie du Saint Scapulaire établie à Verrières le 15 août 1827 (jour de l’Assomption).

On peut supposer que les échanges d’objets ont été fréquents entre la sacristie de l’église paroissiale et celle de la nouvelle chapelle du séminaire, édifiée en 1856, d’autant plus que le supérieur du séminaire est très souvent également curé de la paroisse. Après la fermeture du petit séminaire, à la fin de l’année 1906, le sort du mobilier de la chapelle est mal connu ; si une partie a pu être emportée par les professeurs au petit séminaire de Montbrison (l’actuel collège Victor de Laprade), qui accueille les élèves de Verrières en 1907, la majeure partie est sans doute restée à Verrières, en particulier de vieux ornements usés et démodés14.

 

« La terrasse » (vue de la cour du petit séminaire de Verrières).

« La terrasse » (vue de la cour du petit séminaire de Verrières). Souvenirs de Verrières. 13 juin 1905 (livret de photographies publié à l’occasion du centenaire du séminaire). Phot. E. Dessert (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005/Coll. part.

 

La présence de l’ornement rose étudié dans la sacristie de l’église de Verrières-en-Forez s’inscrit donc dans le contexte d’une vie paroissiale considérablement renouvelée et enrichie, aussi bien spirituellement que matériellement, par l’existence d’un petit séminaire très actif, qui a formé en cent ans des milliers d’élèves, dont des personnalités du clergé du XIXe siècle telles que le curé d’Ars, canonisé en 1925 ou Marcellin Champagnat, fondateur de la Société des Petits Frères de Marie (dits frères maristes). Cet ornement, déjà remarquable à trois titres : il est complet, il est rose et il est daté, est donc sans doute également un de témoins de l’activité de cette institution qui a complètement disparu (les bâtiments ont été détruits ou totalement transformés) après la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905.

 

À gauche : « La chapelle » (vue intérieure de la chapelle du petit séminaire de Verrières, vers le chœur). Souvenirs de Verrières. 13 juin 1905 (livret de photographies publié à l’occasion du centenaire du séminaire). À droite : Vue intérieure de la chapelle du petit séminaire de Verrières, vers le chœur, en 2005.

À gauche : « La chapelle » (vue intérieure de la chapelle du petit séminaire de Verrières, vers le chœur). Souvenirs de Verrières. 13 juin 1905 (livret de photographies publié à l’occasion du centenaire du séminaire). Phot. E. Dessert (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005/Coll. part. À droite : Vue intérieure de la chapelle du petit séminaire de Verrières, vers le chœur, en 2005. Phot. E. Dessert (c) Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012.

 

Caroline Guibaud – Conservateur du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article :

Référence électronique
GUIBAUD, Caroline. « Un ornement daté à Verrières-en-Forez (Loire) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 4 avril 2012 [consulté le …]. URL <http://inventaire-rra.hypotheses.org/739>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. GUIBAUD, Caroline, HARTMANN-NUSSBAUM, Simone, JOURDAN, Geneviève, MONNET, Thierry. Montbrison, un canton en Forez. Lyon : Editions Lieux Dits, 2008 – Images du patrimoine ; 251. []
  2. 52 dossiers de meubles, objets ou ensemble d’objets, et une liste détaillée de 128 meubles, objets ou ensemble d’objets sont consultables en ligne ; retrouvez tous les dossiers en ligne. []
  3. Référence IM42002092. Dimensions : chasuble, h = 114,3 ; la = 69,5. Étole, l = 225 ; la = 24,8. Voile, l = 55 ; la = 53. Bourse, h = 25,2 ; la = 21,8. []
  4. Du latin gaudeo, ere : se réjouir. []
  5. Du latin laetor, ari : manifester de la joie. []
  6. Référence IM42002090 : ornement rouge (n°1) : chasuble, étole, manipule, voile de calice. []
  7. Référence IM42002093 : ornement violet : chasuble, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal. []
  8. PAGNON, Josiane. Pour aider à la connaissance des textiles religieux de la première moitié du 19e siècle. In MOUREAU, Emmanuel. DARNAS, Isabelle. BARRUOL, Agnès (dir.). Regards sur le patrimoine textile. Arles : Actes Sud / Association des Conservateurs des antiquités et objets d’art de France, 2009, p. 24-35. []
  9. Référence IM05002244 : chasuble, étole (ornement rouge) ; conservé dans l’église paroissiale Saint-Antoine d’Eygliers (Hautes-Alpes ; canton de Guillestre). Dossier réalisé par Olivia Pelletier. []
  10. Exemple à l’église d’Ars-sur-Formans : État des effets et meubles que je reconnais tenir de M. et Mlle d’Ars (sa sœur) à titre de prêt gratuit tant pour l’église que pour la cure, 11 janvier 1818, signé Deplace curé d’Ars, qui donne des descriptions suffisament précises pour avoir permis l’identification d’une chasuble (dossier d’inventaire réalisé par Marie-Reine Jazé-Charvolin, en cours). La pose de scellées d’authentification sur les ornements utilisés par le curé d’Ars Jean Baptiste Marie Vianney, en 1865, donne également un terminus ad quem pour certaines pièces, mais il s’agit bien sûr d’un cas exceptionnel. []
  11. Par exemple, le Nouveau récolement d’inventaire du mobilier de l’église de Précieux, parJacques Marie Louis Crozet, curé de la paroisse Notre-Dame de Montbrison, et Claude Antoine Lachèze, conseiller de préfecture, respectivement nommés commissaires par l’archevêque et le préfet. Le récolement est réalisé à partie de l’inventaire réalisé au départ de l’abbé Joseph Delaigue, prédécesseur du curé actuel, l’abbé Joannin, qui recensait « 14 chasubles avec leur garniture et 2 dalmatiques, à la cure, et 8 autres chasubles à la sacristie », sans autre précision (AD Loire. Série O : 1128. Commune de Prétieux ou Précieux). []
  12. Pour l’historique du petit séminaire de Verrières, voir les travaux de Joseph Barou : articles Le petit séminaire de Verrières. Communication à la Diana, publiés dans le Bulletin de la Diana, t. 46, 1979-1980, et t. 47, 1981-1982 ; disponibles en ligne (texte divisé en cinq parties : La fondation, Le vieux collège, Vie quotidienne au vieux collège, Le nouveau séminaire, La séparation) : accès internet : <URL : http://forezhistoire.free.fr/verrieres.html>. []
  13. Essai statistique sur le département de la Loire, Montbrison, de Duplessy ; cité par J. Barou, Le petit séminaire de Verrières. La fondation. []
  14. Le mobilier du séminaire, y compris du mobilier religieux, est vendu en novembre 1912 (AC Verrières. Registre de délibérations du conseil municipal, 1er novembre 1906-25 mai 1941. Délibération du 15 novembre 1912) ; enfin J. Barou rapporte une incursion du curé en janvier 1913 dans le bâtiment aliéné où est récupérée une balustrade (BAROU, Joseph. Le petit séminaire de Verrières. La séparation. Communication à la Diana, 1980. Accès internet : <URL : http://forezhistoire.free.fr/images/seminaireverrieres5.pdf>). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *