Heurs et malheurs de quelques monuments lyonnais de la Guillotière

Au 19e siècle, il paraît inconcevable de créer un espace public sans qu’une sculpture n’y soit installée, en particulier une statue représentant un « grand homme ». Tandis que les musées créent des galeries des Illustres de leur province, les places se peuplent ainsi de modèles destinés à l’édification des jeunes gens. La ville de Lyon, et en particulier les places situées le long du quai Claude Bernard, à la Guillotière, n’y font pas exception.

 
Le monument Raspail, carte postale vers 1894-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00225. Repro. Archimaine © AM Lyon.

Le monument Raspail, carte postale vers 1894-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00225. Repro. Archimaine © AM Lyon.

 

Cette ancienne commune, longtemps dotée du seul pont lyonnais sur le fleuve, constituait la porte d’entrée de la ville depuis le Dauphiné et l’Italie. En 1852, elle devient définitivement lyonnaise et forme en 1912 l’un des quartiers du 7e arrondissement, nouvellement créé. Le quai Claude Bernard, remplaçant la digue de la Vitriolerie et gagné en partie sur les lônes1, est aménagé au milieu du 19e siècle ; en 1896, l’Université de Lyon y est créée.

 

Le monument Edouard Thiers, carte postale vers 1894-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00222. Repro. Archimaine © AM Lyon.

Le monument Edouard Thiers, carte postale vers 1894-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00222. Repro. Archimaine © AM Lyon.

  

Une série de monuments vient peupler ces espaces : le monument François Raspail en 18842, le monument Edouard Thiers en 18933, le monument Léopold Ollier en 19044, le monument Fouillée et Guyau en 19205, le monument A la mémoire des universitaires morts dans les camps en 1946 et La Pensée en 19656.

  

Le monument Ollier, carte postale vers 1907-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00201. Repro. Archimaine © AM Lyon.

Le monument Ollier, carte postale vers 1907-1920. Archives municipales de Lyon, 4 Fi 00201. Repro. Archimaine © AM Lyon.

 
Plus récemment, en 2007, une œuvre de Philippe Favier, J’aimerais tant voir Syracuse, a pris place le long du fleuve, intégrée à l’estacade7. Le quai est marqué par la monumentalité des quatre pylônes de la piscine du Rhône érigés dans les années 1960. Sur les six monuments cités mis en place aux 19e et au 20e siècles, seul un subsiste aujourd’hui.
 
 
Ph. Favier, J’aimerais tant voir Syracuse. Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

Ph. Favier, J’aimerais tant voir Syracuse. Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

 
Le monument François Raspail, réalisation du sculpteur Ernest Damé et de l’architecte Abraham Hirsch, était implanté place Raspail ; celui consacré au capitaine Edouard Thiers, dû au sculpteur Pierre Devaux et à l’architecte Adolphe Coquet, était situé dans le prolongement de la place, square Raspail. Le monument Fouillée-Guyau fut également installé place Raspail ; il était dû au sculpteur Denys Puech.
 
Monument Fouillée-Guyau, photographie anonyme, vers 1920. Extrait de : Monument Fouillée-Guyau, 13 juin 1920. Paris, impr. Davy et Fils aîné, s. d. (Discours d'inauguration prononcés par A. Darlu et H. Herriot). Archives municipales de Lyon, 1C 450105. Repro. AM Lyon G. Bernasconi © AM Lyon.

Monument Fouillée-Guyau, photographie anonyme, vers 1920. Extrait de : Monument Fouillée-Guyau, 13 juin 1920. Paris, impr. Davy et Fils aîné, s. d. (Discours d'inauguration prononcés par A. Darlu et H. Herriot). Archives municipales de Lyon, 1C 450105. Repro. AM Lyon G. Bernasconi © AM Lyon.

 
Celui dédié au chirurgien Léopold Ollier, œuvre d’Alfred Boucher et de l’architecte Louis Rogniat, était érigé sur la toute nouvelle place Ollier (1901). Il a été remplacé par le monument A la mémoire des universitaires morts dans les camps en 1946, puis par La Pensée en 1965, tous deux dus à Georges Salendre.
 
G. Salendre, La Pensée, avec l’université à l’arrière-plan. Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

G. Salendre, La Pensée, avec l’université à l’arrière-plan. Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

 

Les bronzes des monuments Raspail, Thiers et Ollier ont été fondus durant l’Occupation, en 1942, dans le cadre de la récupération des matériaux non ferreux. Le monument Fouillée-Guyau a été enlevé en 1959. Révélant la désaffection de l’époque pour ce type de représentation, un journaliste d’Echo-Liberté compare alors l’allégorie dévoilée par les philosophes à « un fantôme comme on n’en trouve plus, même dans les manoirs d’Ecosse » ou à un « ectoplasme en peignoir »8. Le monument A la mémoire des universitaires morts dans les camps a été victime d’une explosion criminelle dans la nuit du 13 au 14 février 19609. Il a été remplacé par La Pensée : seul son socle subsiste.

Souvent érigé par souscription publique comme pour Edouard Thiers, un monument consacré à un grand homme peut être dû à l’initiative de la municipalité, voire de l’Université comme les commandes à Salendre, d’un groupe social ou professionnel (les chirurgiens pour Ollier), voire d’une personne seule (Augustine Fouillée pour le monument Fouillée-Guyau). Cependant, quelle que soit l’origine du monument, celle-ci n’a nullement garanti sa pérennité. Seul le double du monument Ollier, érigé dans sa commune natale des Vans dans l’Ardèche, a échappé à la fonte, en raison de la forte mobilisation des habitants, qui ont proposé des métaux de substitution et « joué la montre ».

 

A. Boucher, plâtre original du monument Ollier (musée Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine). Phot. Y. Bourel © Nogent-sur-Seine, musée Paul Dubois-Alfred Boucher, 2012.

A. Boucher, plâtre original du monument Ollier (musée Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine). Phot. Y. Bourel © Nogent-sur-Seine, musée Paul Dubois-Alfred Boucher, 2012.

 
Le lieu choisi pour l’érection du monument n’est pas laissé au hasard : la proximité de l’université est en particulier très prisée pour le monument Ollier et les statues de Salendre. Henri Focillon est à l’origine du choix de l’emplacement du monument Fouillée-Guyau, que le maire, Edouard Herriot, précise dans son discours d’inauguration : « Ce n’est pas sans raisons que nous avons placé cette double statue, due à votre libéralité, ici, dans ce cadre de nature simple, à distance égale entre l’Université où s’abrite la pensée de notre Ville et l’un de nos quartiers les plus activement laborieux »10. De plus, il existe une proximité géographique des statues des grands hommes : on rapproche spatialement Ollier de Jussieu et de Claude Bernard, dont l’effigie se trouve dans la cour de l’université ; Thiers est placé en pendant de Raspail. Un dialogue se poursuit au-delà de la mort et le message porté aux vivants en est renforcé, la valeur d’enseignement multipliée.

 

D. Puech : Monument Fouillée-Guyau (esquisse fondue en bronze) © Rodez, musée Denys-Puech.

D. Puech : Monument Fouillée-Guyau (esquisse fondue en bronze) © Rodez, musée Denys-Puech.

 

Les forces qui sont en action lors de la naissance d’un monument ne sont pas toutes publiques ; les rapports d’amitié, voire de collectionnisme, jouent également. Elles témoignent parfois d’une proximité entre un « grand homme », ses proches et un artiste. Damé portraiture Raspail mais également d’autres membres de la famille ; Puech modèle un buste de Fouillée11. Boucher réalise des portraits d’Ollier du vivant de celui-ci, qui devient un collectionneur des œuvres du sculpteur. Outre un rôle de sauvegarde des maquettes et des esquisses, les musées monographiques, comme celui de Nogent-sur-Seine pour Boucher12 ou de Rodez pour Puech, permettent de retrouver la trace de ces affinités13.

 

 

A. Boucher : Nu de face devant un paysage marin ayant appartenu à Ollier (marbre, musée Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine). Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

A. Boucher : Nu de face devant un paysage marin ayant appartenu à Ollier (marbre, musée Paul Dubois-Alfred Boucher, Nogent-sur-Seine). Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

 

Un monument pourtant public peut même prendre un caractère familial et constituer un véritable cénotaphe. C’est le cas de celui consacré à Alfred Fouillée, philosophe mort à Lyon et à Jean-Marie Guyau, son beau-fils également philosophe. Il s’agit d’un don de Madame Alfred Fouillée à la Ville de Lyon. Augustine Fouillée, mieux connue sous le pseudonyme de G. Bruno, est l’auteur du Tour de la France par deux enfants. Au revers, sur le socle était associé le portrait en médaillon d’Augustin Guyau (1883-1917), fils de Jean-Marie et petit-fils d’Augustine, mort héroïquement au front. Bien que la mémoire collective se souvienne encore aujourd’hui (parfois) du Tour de la France par deux enfants, Augustine Fouillée ne semble elle-même pas avoir bénéficié d’un monument public, les « grands hommes » ne se déclinant guère au féminin14.

 

Détail du monument Fouillée-Guyau : Augustin Guyau, photographie anonyme, vers 1920. Extrait de : Monument Fouillée-Guyau, 13 juin 1920. Paris, impr. Davy et Fils aîné, sd (Discours d'inauguration prononcés par A. Darlu et H. Herriot), Archives municipales de Lyon, 1C 450105. Repro. AM Lyon G. Bernasconi © AM Lyon.

Détail du monument Fouillée-Guyau : Augustin Guyau, photographie anonyme, vers 1920. Extrait de : Monument Fouillée-Guyau, 13 juin 1920. Paris, impr. Davy et Fils aîné, sd (Discours d'inauguration prononcés par A. Darlu et H. Herriot), Archives municipales de Lyon, 1C 450105. Repro. AM Lyon G. Bernasconi © AM Lyon.

 

Au final, ces monuments, symboles (trompeurs) de stabilité ont été victimes de la politique, des guerres (qui avaient été souvent à l’origine de leur érection), du vandalisme. Aujourd’hui, la place et le square Raspail semblent bien vides à la lumière de leur occupation passée.

 Dans le cadre du réaménagement des berges du Rhône au début des années 2000, le Grand Lyon a commandé à Philippe Favier une œuvre prenant place entre le fleuve et la piscine. J’aimerais tant voir Syracuse est principalement constituée de planches de chêne sur lesquelles sont vissées des plaques métalliques portant le nom plus de 1 300 destinations lointaines ou imaginaires. Celles-ci ont été choisies par l’artiste, mais également par les habitants et les passants qui peuvent continuer à fixer des plaquettes. Une géographie poétique du monde se dessine ainsi, en constante évolution, remplaçant la mise en avant de modèles désormais oubliés. La participation des habitants au monument en fait-elle un gage de sa pérennité15 ? Ou, selon les mots de Musil, va-t-il également subir un processus d’effacement : « tout ce qui forme l’entourage de notre vie, le décor de notre conscience en quelque sorte, perd la capacité d’impressionner cette conscience »16 ?

Catherine Guillot – conservatrice du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

 

Ph. Favier, J’aimerais tant voir Syracuse (détail). Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

Ph. Favier, J’aimerais tant voir Syracuse (détail). Phot. C. Guillot © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; 2012 – ADAGP.

 
 

Pour citer cet article

Référence électronique

GUILLOT, Catherine. « Heurs et malheurs de quelques monuments lyonnais de la Guillotière », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er mai 2012 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/784>

 
 
______________________________________________________________________________
Notes
  1. Bras du Rhône. []
  2. LUIS Emmanuel, La sculpture des grands hommes. Une étude dans huit départements du sud-est de la France. 1814-1914, Mémoire de D.E.A., sous la direction de François Fossier, Université Lyon II, 1999. []
  3. Cf. AC Lyon, 3 C 130, Dossier documentaire, 1892-2006 ; « Le Monument Edouard Thiers », Lyon-Exposition, 17 septembre 1893 ; Inauguration du Monument élevé à Edouard Thiers à Lyon, 29 octobre 1893, Lyon : impr. A. Waltener et Cie, 1894. []
  4. Cf. AC Lyon, 3 C 130, Dossier documentaire, 1892-2006 ; AC Lyon, 1 C 700335, M. Léopold Ollier. Eloge funèbre prononcé dans la séance publique du 18 décembre 1900 par M. Henri Beaune, Lyon, impr. A Rey ; AC Lyon. 1 C 501310, A la mémoire du professeur Ollier. Les funérailles. Inauguration des monuments à Lyon et aux Vans, Valence, impr. Jules Céas et fils, 1906. []
  5. AC Lyon, 468 WP 008-1, Edifice public : monument : installation d’une statue de Fouillée-Guyau : correspondance, photographies, délibérations, soumissions, factures, 1919-1920. []
  6. Gilbert GARDES, Le monument public français : l’exemple de Lyon, Thèse d’Etat, sous la direction de Daniel Ternois, Université Paris I, 1986, t. IV p. 596 ; t. V p. 248 n°524a et b, p. 505 ; Orianne PRIVAULT, L’art public dans le Grand Lyon, de l’après-guerre à nos jours, rapporté à l’histoire urbaine : périodisation, commandes, perspectives, Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération urbaine lyonnaise, sous la direction de Christian Strozzi, 2011-2012. []
  7. Marianne HOMIRIDIS, Perrine LACROIX, L’Art contemporain dans les espaces publics. Territoire du Grand Lyon 1978 / 2008, Lyon, édition La BF15, 2008 et O. Privault, op. cit. []
  8. J.R., « Le fantôme de la Place Raspail va rejoindre le royaume des ombres », Echo-Liberté, 16 juin 1959. []
  9. AC Lyon, 1153 WP 001, Police : voirie. 1934-1961. Manifestations sur la voie publique. Dégâts occasionnés aux tiers. Responsabilité de l’Etat et des communes, 1960. []
  10. AC Lyon, 1 C 450105, Monument Fouillée-Guyau, 13 juin 1920, Paris, impr. Davy et Fils aîné, s.d. [Discours d’inauguration prononcés par A. Darlu et H. Herriot]. []
  11. Plâtre au musée Denys Puech de Rodez, Inv. DP 119 : C 96. []
  12. Jacques PIETTE, Collection de sculptures. Musée de Nogent-sur-Seine. Aube, Romilly-sur-Seine, impr. Thiebaut, 1995 ; Yves BOUREL, Autour de Camille Claudel. Chefs-d’oeuvre du musée de Nogent-sur-Seine, S.l., Magenta impression, 2010. []
  13. Denys Puech : 1854-1942 [catalogue d’exposition], Rodez, Musée des beaux-arts Denys Puech, 24 décembre 1992-30 août 1993, n°140 []
  14. Pour une analyse du Tour de la France par deux enfants voir Jacques et Mona OZOUF, « Le Tour de la France par deux enfants Le petit livre rouge de la République », dans Les Lieux de mémoire I (sous la dir. de Pierre NORA), Paris, Quarto Gallimard, éd. 2008, p. 277 à 301. Dans son ouvrage, Augustine Fouillée met également en valeur des hommes illustres à travers leur biographie et leurs réalisations []
  15. Le monument est toujours actif, comme en témoigne la question posée par Omiug en juin 2011 au Guichet des Savoirs de la bibliothèque municipale de Lyon, cf. http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?t=42538. []
  16. Robert MUSIL, « Monuments » dans Oeuvres pré-posthumes (traduction de P. Jaccottet), Paris, Seuil, 1965, p. 80. Ces quelques pages écrites par Musil constituent une réflexion extrêmement riche sur la question du monument public. []

2 réponses

  1. 28/05/2012

    […] background-position: 50% 0px ; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } inventaire-rra.hypotheses.org – Today, 2:47 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de /2012/0rie inveera par pabliés.class="creui ed ">*/span>Cfmmentaires/liabl coml="f4" hrow="f8 meaxentgth="6552" hrianrepui ed "taue">relui ed "telui ed >< oteify/20 oforlow'u clmmentasvisa emalil/liabl class="creui ed ">*/span>/ype "cext" saleu "c stiz "c3" seaxentgth="24" hrianrepui ed "'aue" relui ed "'elui ed '/> / class="pomment-norm"cmail->class="creui ed ">*/span>/ype "cext" saleu "c stiz "c3" seaxentgth="00& hrianres ritbedby="mail-notes">hrianrepui ed "'aue" relui ed "'elui ed '/> / class="pomment-norm"crl'>/ype "cext" saleu "c stiz "c3" seaxentgth="00x /> / class="porm"cubsiti>cype "cubsiti>im="cubsiti>ilass="tubsiti>ialeu "caisser un commentaire />< Aratme"caksme.t_omment-_o-ec">raleu "cefaa42adb">r> / ctyle="misplay:nno-e;">A /div> < /div> < /div>

/div> < section ilass="tomtelin)r id="cootnr -outto"> < pp>< < < /iv class="pgicdcof-hyalf> < /iv cm="ccopyight">< < /pLes Larnets de rr0389;nventaire g 20127/sp < /div> < < /iv cm="cced ti>< < /p>Fèresmdt creopuls ar lp href="http://iwordressiorg/>cyrgit='"_lank&"DWordPe) ssa><. hès20 ar lp href="http://iressicu=to"iz.com/>Poe) s Cu=to"iz.sa><class="ciomtsypotheseso> pppan>Hyptheèsfssa>Cf iuanemtoans le Ghtaogselde'Hyptheèsfssa>< p href="http://inventaire-rra.hypotheses.org/wfeed cytle='"RSS>>Flx vu lsydrqataon"sa>< < /div>
/div> !--/ Piwik--> c+1drcumdt .ytle=]); _paq.push(['auvckPaesView']); _paq.push(['ennlilLnk"Tuvckngl']); (futron"() { , u+'pk.hp"']); l_paq.push(['et=SiteId>, '4']); lvr ld=drcumdt , g=d.cedtsElsefnt('eritp ', ps=d.it=ElsefntsByTagNtme('eritp ',[0]; g.ype "'ext"/jveueritp '; g.asydctrue"; g.defertrue"; g.src"u+'pk.js'; s.pre-ntNode.nt"eraB orme(g,s); })(); >").html("span>rlass="\ccookieext"\">Enpostg ivantEnpivoirr lus"sa><rlass="\ccloectmokiel srt\">pppan><").attr("id" 1ccookiel srt").ahpendTo("body"); $("a,.cloectmokiel srt").click(futron"() { vr lexpDt0 =lnew Dt0(); expDt0.et=Timd(expDt0.it=Timd()c+1(365 * 4 d* 3600d* 00&0)); drcumdt comokie =l"__omokiel srt=1;expre) =>c+1expDt0.toGMTSrimng() + ";do2lin=hypotheses.org/;arrh=/"; $("comokiel srt").remov0(); }); } }); }); -> OpenE tion"sa> < pi>ppan>rlass=""ytle=">OpenE tion"FBuok"sapan> < pi>Leive) sa><< < pi><< < pi>Enpivoirr lus"sa><< /dl> /li> /i>< /pan> < pi>ppan>rlass=""ytle=">OpenE tion"FJstg"l "sapan> < pi>Le slem"el sa><< < pi>Enpivoirr lus"sa><< /dl> /li> /i>< /pan> < pi>ppan>rlass=""ytle=">Cl sndasapan><< < pi><< < pi><< /dl> /li> /i>< span>>Hyptheegrave;rsfssapan> < pi>Claogselde << /dl> /li> sdl> /div>< ppan>rlass=""ytle=">Lettresapan><< < /i>

ppan>rlass=""ytle=">A srt" samp;m lbonerefntssapan><< sdl> /li> /i>< / href="http://iww.soeand tion"org/w14043 >OpenE tion" Freemiumsa>< /li> sdl> < /iv class="pl ig-right">< < form action="h/ptcrichoreand tion"org//>cethod="pgt < < /filldet=< < /iv < pinpt catme"cq cype "cext" w> piv class="ptcrichcheoce < /inpt cm="chesjstg"l aduio catme"cu'>/alee""http://inventaire-rra.hypotheses.org/ rlhecke="cchecke= cype "caduio c> /iabl orm"chesjstg"l aduio >ans le Ghanemt/liabl < < /inpt cm="creand tion"aduio catme"cu'>/alee""h cype "caduio c> /iabl orm"creand tion"aduio >ans lOpenE tion"saiabl /div>< /buttoncype "cubsiti>ilass="tiomtsinomt-ecrich>Aspan>>Rmherche rsapan><< < /div>< /div>< /div>< p/button< !--/[if l0 IE 9]< pi>k" el'"cstyefshest rref="https://ptabioc-riginahoeand tion"org/7oeanbr re/cs /ie_reanbr re.cs < /* !-[CDATA[ */ vr lHUParams =l{"_escnlild":[],"SmrtnhSroill":{"Ennlild":aue","Opton"s":{"touchagdSuponrt":fl "e}},"cfnterAllImg":"1","ytmerOnSroillAllBrow=rc" :"1","xt"Lnk"sStyef :"1","xt"Lnk"sTrgit=Et">:"1","xt"Lnk"sSkipSeectroc" :{"lass=fs :["btn","button"],"ids :[]},"ig SalgtLoadEnnlild":"","ig SalgtLoadOpt" :{"pre-ntSeectroc" :["comtelin)r comtert-","comtelin)r cieenbr ","#ootnr >,"#eadier-widgt s"],"opt" :{"excldesImg":["ctchomlier-ig "],"fdieIn_reton"" :00&}},"gmlienRaton>:"1.618","gicdGmlienRatonLiiti>:"350","sbStickyU=rcSt nmng" :{"es kopi :aue","moilif :aue"},"isWPMoilif :"","ienuStickyU=rcSt nmng" :{"es kopi :cstick_p">,"ioilif :"stick_p">},"isDevMode :"","ajaxUl' :"ttp:/\/\inventairel-ra.hypotheses.org/\/?huajax=1","fon-tN-ec">:{"id":"HuFon-tN-ec">,"hndsif :"96ee2075e2"},"uslrSyrgtld":{"with":"with|3.1.3","n"":{"ats>:"0127-12-07 08:35:21.0&0000","ytmezof-_ype ":3,"ytmezof-":"UTC"}},"isWelcm loteeO"":"","welcm lCmtefnt":""}; /* ]]< */ sapritp sapritp sabody /h3tml