Les croix monumentales du Forez (Loire), par l’exemple

Les travaux du service de l’Inventaire général du patrimoine culturel en Rhône-Alpes l’ont conduit par trois fois dans le département de la Loire (42), dans les cantons de Saint-Bonnet-le-Château1, Boën-sur-Lignon2 et dernièrement Montbrison3. Le service étant amené à quitter provisoirement la Loire pour d’autres départements, ce billet est une présentation synthétique de la thématique des croix monumentales dans ces trois cantons, et plus particulièrement celles du XVIe siècle. Notre étude s’appuie sur l’important ouvrage de Louis Bernard qui reconstitue l’histoire des croix du comté de Forez4, constitué en 1173 puis uni au royaume de François Ier en 1532 ; comté auquel est attaché historiquement l’ensemble des 50 communes composant le territoire étudié. Ce travail exhaustif de repérage et de découverte du patrimoine ligérien a également permis de dégager plusieurs autres thématiques comme les fermes, les moulins, les pigeonniers, les écoles, etc.

L’inventaire des croix, réalisé selon la méthodologie nationale de l’Inventaire général5, a porté sur toutes celles qui ont été repérées, ou qui nous ont été signalées par certaines associations ou personnes. Dispersées sur le territoire, elles se retrouvent majoritairement aux carrefours des chemins, le long des voies de communication, aux entrées ou sur les places des villages et des bourgs, mais également dans la cour ou sur la parcelle d’un propriétaire privé, en remploi dans les édifices privés ou publics, dans les musées, déposées par les mairies dans un bâtiment communal, ou sauvées de la ruine et récupérées par des particuliers. Ces croix ont traversé le temps et les changements de société, elles en ont subi les vicissitudes. Certaines d’entre elles ont été restaurées, d’autres relevées, remplacées, recomposées, mais beaucoup ont disparu et celles qui subsistent sont souvent dans un état dégradé. Ainsi, qu’elles se dressent encore sur leur socle, pour partie ou entièrement, qu’elles soient à terre ou dispersées à l’état de vestige, que leurs traces se retrouvent dans les archives ou dans la mémoire collective, toutes les croix ont été comptabilisées et documentées.

Néanmoins, la présentation suivante n’a pris en compte que celles qui sont toujours existantes, soit 822 au total, réparties de la façon suivante : 276 croix pour le canton de Saint-Bonnet-le-Château6, 260 et 286 pour ceux de Boën-sur-Lignon7 et de Montbrison.8.

Historique et fonction des croix

Nous avons distingué au cours de notre étude trois principaux types de croix : les croix de hameau ou de village, les croix de cimetière et enfin les croix de chemin. Les premières sont mêlées de près à l’ensemble des constructions, se trouvant fréquemment sur les places publiques, lieux de réunions et d’échanges de la population ; elles marquent alors bien souvent le cœur de la communauté villageoise. Parfois ces croix deviennent des lieux de rassemblement ; la croix est alors encadrée de bancs de pierre adossés à une clôture maçonnée, qui permettaient aux gens de prier ensemble, comme pour suppléer l’absence d’une chapelle, telles les croix de Chazol (Saint-Nizier-de-Fornas)9 et de Montbuzac (Estivareilles)10 dans le canton de Saint-Bonnet-le-Château.

Chazol (Saint-Nizier-de-Fornas). Croix de hameau, vue d’ensemble

Chazol (Saint-Nizier-de-Fornas). Croix de hameau, vue d’ensemble. Phot. J.-M. Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1998.

Les deuxièmes se trouvent dans l’enclos des cimetières, et jusqu’au XVIIe siècle, elles sont les plus importantes et les plus richement ornées. Au XIXe siècle, les anciens cimetières désaffectés disparaissent et deviennent des places publiques (décret du 23 Prairial an XI interdisant le maintien des cimetières autour des églises). Les croix qui restent en place sont changées en croix de village, les autres suivent la translation du cimetière ou disparaissent car jugées trop vétustes pour supporter le déplacement.

Les croix de chemin, enfin, sont érigées à la croisée des routes à l’entrée des hameaux ou en dehors de ceux-ci, sur les chemins, aux carrefours, aux limites des parcelles ; croix de mission, crois privées ou commémoratives, d’autres eurent également des fonctions de bornage, de limite de châtellenie, de paroisse ou de justice.

Etude chronologique des croix

La datation des croix n’est guère aisée. Certaines sont documentées ou millésimées et permettent alors, par analogie, d’en dater de semblables ; mais parfois, les dates portées correspondent à celle d’une restauration, d’une reconstruction, ou d’un événement historique et peuvent donc être source d’erreur. D’autres, de par leur technique (type d’imbrication du fût dans la base, fer forgé…), leur matériau (pierre de Volvic, calcaire, bois, fonte), leur iconographie (Vierge à l’Enfant couronnée ou non, saints protecteurs, bubons, cœur, instruments de la passion, fleurs de lys, symboles christiques…), leur physionomie (croix monolithe, section du fût, moulurations, style de la sculpture…) sont relativement bien datables. Ainsi est proposée, par siècle, la répartition suivante de l’ensemble de notre corpus de croix :

XIIe siècle : 1 XVIIe siècle : 78
XIIIe siècle : 1 XVIIIe siècle : 63
XIVe siècle : 4 XIXe siècle : 427
XVe siècle : 14 XXe siècle : 105
XVIe siècle : 127 XXIe siècle : 2

L’étude croisée des particularismes historique, stylistique, et technique de chacune des croix, a permis de définir sept types distincts, et sept sous-types intégrant certaines constantes ornementales ou structurelles (croix monolithes, iconographie du croisillon, présence de sculptures sur le fût, présence de fleurs de lys ou d’un décor avec volutes ou losanges et cercles…). Le premier type correspond aux croix en granite ou en grès, du XVe siècle ; le deuxième type regroupe les croix en granite ou en grès, des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ; le troisième illustre celles qui sont en fer forgé et découpé des XVIIe, XVIIIe ou 1ère moitié du XIXe siècles ; le suivant concerne les croix en fer forgé du XIXe siècle ; le cinquième prend en compte les croix en fonte ; le sixième celles qui sont en pierre de Volvic, et le dernier englobe tous les autres types (croix en bois, béton…). Le but de cette typologie est de faire ressortir un certain nombre de constatations, d’hypothèses, et de pistes de travail : existence d’ateliers de sculpteurs de croix monolithiques, et répartition géographique de leur production ; constance et évolution au cours des siècles de certaines représentations (la Vierge à l’Enfant couronnée, le positionnement et la nature des sculptures sur la croix…) ; localisation typologique des croix sur le territoire ; statut social des commanditaires de croix ; type et nature de dévotion, de rogations, pour ces croix…

Etude typologique des croix

De l’époque romane au XVe siècle, nous ne connaissons que de très rares exemples de croix qui nous soient parvenues ; elles auront souffert des maux que les conflits politiques ou religieux, les intempéries ou les accidents leur auront infligés.

De 1330 à 1480, les fléaux liés aux épidémies et aux conflits désastreux, comme la Grande Peste noire de 1348 et la guerre de Cent ans (1337-1453), ont limité la production de croix, en particulier au XV e siècle.

La croix des argnats11 du XIVe ou XVe siècle sur le chemin d’Essertines-Basses (site d’un château comtal)12, est l’exemplaire éponyme, et le mieux conservé, d’une petite série de croix localisées dans les parties montagneuses des cantons ligériens de Montbrison, Boën et Saint-Jean-Soleymieux, datées par Louis Bernard de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle13. Monolithes, elles sont de section octogonale, avec un grand Christ en faible relief à la croisée. Elles présentent surtout un décor caractéristique de billettes, une sur chaque pan oblique aux quatre extrémités du croisillon, et dix sur le socle cylindrique, lorsqu’il est conservé : ce sont les argnats, furoncles en patois. On suppose qu’ils représentent des bubons de peste et que ces croix étaient censées protéger contre les maladies contagieuses. Une tradition orale raconte que l’on venait déposer une pièce sur un argnat du socle pour être guéri, et que si quelqu’un venait à la voler il prenait aussi le mal.

Essertines-en-Châtelneuf (Loire). Vue d’ensemble de la croix des "argnats" dans son site

Essertines-en-Châtelneuf (Loire). Vue d’ensemble de la croix des « argnats » dans son site. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2006.

 

Essertines-en-Châtelneuf (Loire). Vue rapprochée de la croix des "argnats" dans son site

Essertines-en-Châtelneuf (Loire). Vue rapprochée de la croix des « argnats » dans son site. Phot. D. Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2006.

A la fin du XVe siècle, une fois la paix retrouvée, le gothique flamboyant imprègne sobrement les églises foréziennes et de nombreuses croix s’élèvent et se parent d’une iconographie plus diversifiée que les croix du XVIe siècle accentueront encore.

« Jailli d’une lourde table, dont la masse s’attache au sol, le fût [de la croix] très élancé porte en plein ciel les scènes de la Passion, sculptées sur un croisillon de forte envergure ». C’est ainsi que Louis Bernard introduit son descriptif des croix du XVIe siècle.14

Les croix de cette époque ont des caractéristiques communes. Le matériau mis en œuvre est le granite à gros grain, exploité dans tout le Forez, et le grès. Le socle, gros parallélépipède maçonné, est couvert d’une large table monolithe. A la base du fût, haut de 2 à 4 mètres, un dé de section carrée est fréquemment orné de moulures prismatiques ; c’est sur celle-ci que se trouvent parfois les dates, blasons ou inscriptions, un texte en lettres gothiques pouvant également être reporté sur le pourtour de la table. Au sommet du fût, le croisillon historié n’excède pas en général 1,20 m ; il comporte une large base qui favorise son assise, parfois ornée de feuillages ou d’animaux. Des bouquets de feuillages, ou de feuilles de choux d’inspiration auvergnate, taillés en carré aux extrémités des bras, caractérisent la majorité des croix du XVIe siècle.

Située devant l’église paroissiale de Merle-Leignec, et datant de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle, la croix ci-dessous illustrée provient probablement du cimetière ((Référence IA42000351 : croix monumentale)), vraisemblablement déplacée dans le courant du XIXe siècle. Une tradition orale évoque sa fonction : la pierre dite « des morts », autrefois placée à mi-hauteur devant le socle, servait à poser le cercueil afin que le prêtre procède à sa bénédiction avant son entrée dans l’église ; une lithographie réalisée d’après une épreuve photographique de F. Thiollier15 illustre le positionnement initial de cette pierre au-devant de la croix. Une telle pratique était encore vivante au début du XXe siècle. Cette pierre, aujourd’hui déposée sur le devant du socle, cachait l’inscription « Jubilé 1826 » ; le jubilé, ou Année sainte, est un temps de conversion, de pénitence, de pardon et de rémission des peines temporelles encourues pour le péché, et par conséquent une année de liesse et d’action de grâce.16. Le fût de la croix a été écourté et sa base comporte, fait exceptionnel, une Vierge de Pitié reposant sur un modillon à arcatures. Les extrémités de la croix sont garnies de choux frisés, et trois écus servent de support aux personnages. Le Christ, tourné vers l’ouest comme à l’accoutumée, est encadré des saints Pierre et Paul ; les traits grossiers du visage du Christ, son attitude nonchalante et ses proportions maladroites lui donnent un aspect naïf ; au revers, la Vierge à l’Enfant est couronnée par un ange. Ce dernier thème disparaît au début du XVIIe siècle.

Merle-Leignec (Loire). Lithographie d’après un dessin de P. Tardieu de la croix de cimetière

Merle-Leignec (Loire). Lithographie d’après un dessin de P. Tardieu de la croix de cimetière. Repro. J.-M. Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1997.

 

Merle-Leignec (Loire). Vue d’ensemble de la croix de cimetière

Merle-Leignec (Loire). Vue d’ensemble de la croix de cimetière. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1997.

 

Merle-Leignec (Loire). Détail du croisillon de la croix de cimetière

Merle-Leignec (Loire). Détail du croisillon de la croix de cimetière. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1997.

Des 127 croix du XVIe siècle repérées sur le territoire étudié, seule une petite moitié subsiste entière en élévation. Parmi celles-ci, 28 d’entre elles présentent des caractères récurrents : toutes sont monolithes, en granite, avec un croisillon prolongeant sans rupture la ligne décroissante du fût, d’où une impression de légèreté et d’extrême fragilité. L’iconographie est également similaire : le Christ est sculpté à l’ouest sous un titulus tandis qu’au revers est représenté le couronnement de la Vierge. Cette dernière scène est propre au Forez : un ange, plongeant le long du bras supérieur de la croix, tient une couronne au-dessus de la tête de la Vierge à l’Enfant dont les pieds reposent sur un culot. Plus commun encore est le traitement stylisé et en faible saillie du feuillage situé aux extrémités des bras.

Sans nul doute, il s’agit là d’un ensemble de croix réalisées par le même atelier et à la même époque. La plus grande d’entre elles est celle du bourg de la commune de Leigneux ; elle s’élance à plus de 4,60 m au-dessus de son socle17. Les autres sont de dimensions plus modestes, 2 m environ. La croix d’Éculieux18, commune de Marcoux, appartient à cet ensemble original. Son emmarchement de trois degrés se fond avec le rocher sur lequel elle est posée, et son dé, rectangulaire en élévation, est dépourvu de tout décor. La croix de Vernay, autre exemple situé dans la commune de Roche19, porte la date 1795 correspondant certainement à sa remise en place, après avoir été dissimulée durant la Terreur de 1793. Des feuilles délicatement sculptées en faible relief assurent la transition entre la base du fût et le dé.

Marcoux (Loire). Croix d’Eculieux, vue d’ensemble

Marcoux (Loire). Croix d’Eculieux, vue d’ensemble. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2002.

 

Roche (Loire). Croix de Vernay, vue d’ensemble

Roche (Loire). Croix de Vernay, vue d’ensemble. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2012.

Les croix du XVIIe siècle se réfèrent aux modèles élaborés après le Concile de Trente (1545-1563). L’iconographie de la croix se limite au Christ et à la Vierge, les statues des saints se fixant au-dessus des moulures de la base. Visibles dès le XVIe siècle, ces statuettes, sculptées au milieu ou au sommet des fûts, représentent généralement le saint patron de la paroisse, et souvent un certain nombre de saints protecteurs contre les épidémies. Au XVIIe siècle, l’importance du croisillon diminue au profit du décor du fût. Les bases des croix évoluent également : les dés, aux faces parfois ornées d’écussons et décorées de moulures prismatiques, sont remplacés par une base surmontée d’un tore.

La croix d’Estiallet, anciennement placée au bord du Vizézy à son entrée dans Montbrison, est exceptionnelle avec ses six grands personnages en taille d’épargne occupant tout le fût, haut de 2,21 m20. Ce monument est érigé en 1628 par les habitants de la ville pour implorer la fin d’une terrible peste. Les saints disposés sur trois registres sont saint Jean Baptiste et saint Laurent, sainte Catherine et sainte Barbe, sainte Madeleine et saint Pierre. Restaurée une première fois en 1820 avec changement de son croisillon, la croix tombe à nouveau en ruine vers 1965 lorsque le croisillon est cassé. Le fût réparé est entreposé en 1973 au musée de la Diana (Montbrison) en attendant d’être déposé dans l’ancienne collégiale de Montbrison, où il se trouve actuellement, avec un nouveau croisillon21. Les personnages sculptés sur le fût ont une polychromie récente, est-elle identique à celle que la croix aurait pu avoir dès l’origine ? La polychromie des croix monumentales est une problématique qu’il serait intéressant d’approfondir : on peut supposer que certaines croix étaient peintes, et sans doute alors abritées sous un auvent.

Montbrison (Loire). Croix d’Estiallet photographiée en 1960 par Jean Gourbeix pour les Archives photographiques des monuments historiques

Montbrison (Loire). Croix d’Estiallet photographiée en 1960 par Jean Gourbeix pour les Archives photographiques des monuments historiques. Phot. Jean Gourbeix © Ministère de la Culture, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN ; N° phototype 60P00240.

 

Montbrison (Loire). Croix d’Estiallet à l’entrée du choeur de l’ancienne collégiale.

Montbrison (Loire). Croix d’Estiallet à l’entrée du choeur de l’ancienne collégiale. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2005.

Dans le Forez, les croix en fer forgé du XVIIIe siècle sont relativement sobres mais certaines possèdent un décor plus important. Le coq, la tulipe et la fleur de lys sont trois motifs récurrents de l’ornementation de ces croix. On trouve ces deux derniers sur la croix de chemin de Pralong, au lieu-dit Lard, où sont gravées les lettres peu lisibles A, V, M, A ainsi que la date 171922. Il est intéressant de noter le traitement quelque peu naïf du Christ, ainsi que l’ajout peut-être plus tardif des instruments de la passion et de la girouette.

Pralong (Loire). Croix de Lard, vue d’ensemble.

Pralong (Loire). Croix de Lard, vue d’ensemble. Phot. E. Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2002

Une grande partie des croix en fer forgé du XIXe siècle ont des bras ajourés et ornés de motifs géométriques semblables. Ce sont bien souvent des suites de cercles et de losanges en alternance, ou de volutes en S.

Sous la Restauration, à partir de 1820, on élève de très nombreuses croix en fer forgé. Elles s’ornent presque systématiquement de fleurs de lys sous Louis XVIII et plus encore sous Charles X. On affirme ainsi l’alliance du Trône et de l’Autel qui s’épaulent l’un l’autre. En 1830, au début du règne de Louis-Philippe, la fleur de lys, interdite par décret du 22 février 1831, disparaît des croix.23

La croix de Salayes (Usson-en-Forez), datée de 1828 et ornée des instruments de la Passion, correspond aux modèles de cette époque24.

Usson-en-Forez (Loire). Croix de Salayes, vue d’ensemble.

Usson-en-Forez (Loire). Croix de Salayes, vue d’ensemble. Phot. J.-M. Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1998.

La pratique de commémorer les missions paroissiales, en usage dès le XVIIe siècle, s’accentue au XIXe siècle dans de nombreuses paroisses, en moyenne une tous les 10 ou 15 ans, jusque vers 1970. Accueillies avec ferveur, des bannières de mission étaient brodées pour l’occasion et une croix de mission était érigée afin d’en conserver le souvenir, comme celle, en fonte, du lieu-dit le Chaumas (commune de Rozier-Côtes-d’Aurec)25. Une plaque commémorative rappelle les missions de 1878 et de 1911, ainsi que le nom de la donatrice de cette croix : Mme Peyrard, probablement membre de la famille J.-B. Peyrard, le plus important marchand de serrures de la commune dans la première moitié du XIXe siècle.26 C’est à partir du milieu de ce siècle que la fonte remplace le fer forgé pour les croix monumentales.

Rozier-Côtes-d’Aurec (Loire). Croix de mission de Chaumas, vue d’ensemble

Rozier-Côtes-d’Aurec (Loire). Croix de mission de Chaumas, vue d’ensemble. Phot. A. Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1996.

Au XIXe siècle, la pierre de Volvic, également utilisée pour les croix de cimetière, est alors le matériau de prédilection. D’origine volcanique, cette pierre de couleur grise est très utilisée dans les environs de Clermont-Ferrand (Auvergne)27. D’abord exploitée dans des mines souterraines, son extraction au XIXe siècle s’effectue à ciel ouvert, se mécanise et s’intensifie. Résistante au gel et aux pollutions, sa texture et sa dureté en font un matériau se prêtant bien à la sculpture ; à ce titre, la pierre de Volvic est toujours utilisée pour de nombreux monuments funéraires. La croix de mission du bourg d’Ailleux28, dans le style néo-gothique, a été dessinée en 1875 par Vincent Durand, alors maire de la commune ; le texte, finalement jamais gravé, était le suivant : J.M. CARO. DE / BONALD. ARCH. DE / LYON. A CONCEDE / UNE INDULGENCE / DE TRENTE JOURS / AUX FIDELES QUI / PRIERONT DEVANT / CETTE CROIX. / MLCCCLXXV.29

Ailleux, le bourg. Croix de mission, vue d'ensemble.

Ailleux, le bourg. Croix de mission, vue d’ensemble. Phot. A. Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1996.

La toponymie locale a parfois gardé le souvenir de ces croix, élevées en période d’épidémie pour conjurer le fléau, érigées comme limite de paroisse, de justice ou de domaine. Aujourd’hui occasionnellement restaurées, mais trop souvent méconnues de la population, ces nombreuses croix disséminées sur le territoire du Forez, demeurent, au fil des siècles, autant de repères durables, de signes sensibles d’un attachement profond des hommes à leur terre, et un témoignage séculaire de leur dévotion religieuse.

 Thierry Monnet – Chercheur du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

Référence électronique

MONNET, Thierry. « Les croix monumentales du Forez (Loire), par l’exemple », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 5 juin 2012 [consulté le…]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/862>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. DUCOURET, Bernard, MONNET, Thierry. Canton de Saint-Bonnet-le-Château, entre Forez et Velay. Lyon : Inventaire général, 1998 – Images du Patrimoine ; 182 []
  2. BARDISA, Marie, GUIBAUD, Caroline, MONNET, Thierry. Le Pays d’Astrée, canton de Boën, commune de Sail-sous-Couzan. Lyon : Edition Lieux Dits, 2003 – Images du Patrimoine ; 221 []
  3. GUIBAUD, Caroline, HARTMANN-NUSSBAUM, Simone, JOURDAN, Geneviève, MONNET, Thierry. Montbrison, un canton en Forez. Lyon : Editions Lieux Dits, 2008 – Images du Patrimoine ; 251 []
  4. BERNARD, Louis. Les croix monumentales du Forez. Saint-Etienne : Conseil général de la Loire, 1971 []
  5. MASSARY DE, Xavier, COSTE, Georges. Principes, méthode et conduite de l’Inventaire général. Monum, Editions du patrimoine, 2001. Accès internet : < URL : http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/inventaire/extranetIGPC/normes/livretPMC/livretPMC_2007.pdf> []
  6. Référence IA42000553 : croix monumentale []
  7. Référence IA42001052 : croix monumentale []
  8. Référence IA42001302 : croix monumentale []
  9. Référence IA42000584 : croix de hameau []
  10. Référence IA42000390 : croix de hameau []
  11. Référence IA42002532 : croix de chemin []
  12. Référence IA42002533 : château []
  13. BERNARD, Louis, 1971, p. 25 à 32 []
  14. BERNARD, Louis, 1971, p. 37 []
  15. THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, Lyon, 1889, t. 1, p. 352. []
  16. « Le Pape Léon XII, qui vient de succéder à Pie VII, veut contrecarrer l’esprit laïque révolutionnaire (nous sommes encore proches du I­er Empire et de la Révolution) restaurer la foi et la religion, revenir au texte de la Bible latine et condamner les sociétés bibliques alors en plein essor.
    Par la bulle du 3 mai 1824, il décide d’une Année sainte pour Rome. En 1825, Léon XII décide d’étendre ce Jubilé à toute la chrétienté et envoie cette bulle notamment aux Evêques de France sans la faire viser par le Roi, ce qui était contraire aux accords passés. L’ordonnance royale autorisant la publication de la bulle ne sera délivrée qu’en 1826 ». Accès internet : < URL :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Croix_monumentales,_oratoires_%26_chapelles_de_Raon-l’%C3%89tape > []
  17. Référence IA000674 : croix de chemin n°1 []
  18. Référence IA42000694 : croix de chemin []
  19. Référence IA42002331 : croix de chemin []
  20. Référence IA42002531 : croix de chemin []
  21. AD Loire. Côte 111VT 128, Montbrison, Fonds Louis bernard, dossier 42 73 1178 établi en novembre 1973 par Louis Bernard. Croix de l’Estiallet []
  22. Référence IA452000719 : croix de chemin []
  23. La monarchie de Juillet. Accès internet : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Monarchie_de_Juillet> []
  24. Référence IA42000429 : croix monumentale []
  25. Référence IA42000311 : croix monumentale []
  26. BERGER, Gérard. Aspects anciens et récents des activités industrielles rurales du plateau haut-forézien : l’exemple de Rozier-Côtes-d’Aurec. Actes du 98e congrès national des sociétés savantes, Saint-Etienne, 1973, t. 2 : Histoire forézienne. Questions diverses, p. 181-204. []
  27. La pierre de Volvic. Accès internet : < URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Volvic > []
  28. Référence IA42000706 : croix de mission []
  29. Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Vincent Durand (non classé). Projet de croix monumentale pour le bourg d’Ailleux. Ms, ensemble de dessins à la plume sur papier, éch : 1/20e, 1975, DURAND, Vincent (dessinateur) []

12 réponses

  1. roland dit :

    je suis sur la commune de Poncins, au lieu-dit  » Les Périchons ». Sur le domaine, subsiste 2 croix privatives, l’une en fer et l’autre en pierre que nous aimerions arriver à identifier et à dater. Quelqu’un pourrait-il nous aider ? Nous faisons cela dans le cadre de la publication d’une notice historique du château des Périchons 42110 PONCINS. Contacter RM ROLAND 06 89 63 63 39 ou par email rmr@saute-ruisseau.com.
    Merci.

  2. Charron dit :

    Avez vous référencé les croix en Ardèche? Merci à vous

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Merci de l’intérêt que vous portez à nos travaux. Nous n’avons pas publié d’article équivalent à celui-ci concernant l’Ardèche ; en revanche, l’Inventaire mené dans la seconde moitié des années 1970 dans le canton de Viviers a conduit au recensement et à l’étude de nombreuses croix monumentales, croix de chemin et croix de cimetières. Les dossiers en question ont été numérisés et sont consultables via la base de données Architecture/Mérimée : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/
      Cordialement,
      Julien Guillot

    • Julien Guillot dit :

      En complément, une réponse adressée par Paul Gagnaire :
      « Désolé, je n’ai conduit aucune recherche en Ardèche.
      Mes amis des « Chemins du Petit Patrimoine » ont toujours en projet de relever quelques orientations en Forez, surtout sur des croix des XVème et XVIème siècles, mais cela ne vient pas vite.
      De mon côté, j’ai poursuivi une recherche, au Studium de Droit canon de l’archevêché de Lyon pour essayer de trouver s’il avait existé une règle prescrivant telle ou telle orientation des croix de plein air, sans aucune autre découverte que celle des croix hosannières des cimetières, et encore, chez un seul auteur. »

  3. SABATIER Paul dit :

    Bonjour Guy,
    je viens de voir les croix répertoriéés sur Cellieu.
    Je n’ai pas vu celles de Perrieux.
    Ou dois-je envoyer les photos?
    Par contre je n’ai pas les coordonnées GPS
    Paul
    NB: rien ne presse pour la réponse car nous partons deux semaines

  4. GAGNAIRE Paul dit :

    Bonjour, Monsieur
    D’abord, permettez-moi de vous remercier et de vous féliciter pour cet important travail que vous partagez avec les lecteurs.
    J’aimerais vous demander ce que vous pensez de cette affirmation, souvent rencontrée et en particulier chez Louis Bernard, selon laquelle il existerait une règle liturgique (ou une simple tradition pieuse)qui ferait orienter la traverse (croisillon) des croix dans l’azimut nord-sud de telle façon que le Christ crucifié regarde le plein ouest, domaine symbolique des morts. Ainsi il ferait tout naturellement se tourner vers l’est le fidèle qui s’arrête devant lui pour prier.
    Merci de vos lumières
    P.Gagnaire

    • SABATTIER Guy dit :

      Bonjour,
      Malgré les centaines de croix que j’ai photographiées, je n’ai malheureusement pas pensé à vérifier cette orientation, je me promets de le faire dorénavant. J’ai cependant constaté que les photos sont souvent à contre-jour, ce qui laisse supposer cette orientation est-ouest pour les sculptures du croisillon. Ceci n’a rien d’étonnant puisque les églises elles-mêmes sont traditionnellement orientées pour que les fidèles prient en direction de la lumière c’est-à-dire là où le soleil se lève. Quant à savoir si c’est une règle ou une tradition, c’est une autre question. Je pense néanmoins que, comme les églises, toutes les croix ne respectent pas cette orientation, en particulier celles qui ne présentent pas de sculptures. Désolé de ne pas en savoir plus sur ce sujet.

  5. DE SAINT ETIENNE dit :

    Bonjour,

    Étude très intéressante…

    Mais comment accéder à la base de données de Mr Sabattier ?

    Merci.

  6. SABATTIER dit :

    Bonjour,
    Très intéressante étude, il reste fort à faire. J’ai moi-même entrepris de faire une base de données de photos des croix du Forez. J’ai actuellement 1300 photos géolocalisées avec des critères de sélection en fonction des inscriptions et des matériaux utilisés.

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Bonjour,
      Merci de votre intérêt pour le travail de l’Inventaire. Nous connaissions aussi votre base de données, qui est un outil fort utile. Le recensement du patrimoine est en effet un travail de longue haleine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *