La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes

En perdant leur fonction principale, les bâtiments industriels se voient modifiés et reconvertis à des fins multiples, et s’adaptent aux nécessités du présent. Les quatre exemples de sites présentés reflètent cette métamorphose constante du paysage urbain de diverses villes de la région Rhône-Alpes1.

Cour nord de la Manufacture des Tabacs de Lyon

Cour nord de la Manufacture des Tabacs de Lyon. Phot. Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

Le choix proposé ici des sites industriels réutilisés relève de similitudes architecturale et urbaine. Il est important de saisir que leur réhabilitation est, dans la plupart des cas, une réponse à la rareté du sol et à l’impossibilité des villes de s’étendre vers l’extérieur. Réutiliser, donc recycler, est un acte fondamental dans la mise en place d’un développement durable2.

La Manufacture des Tabacs de Lyon est un édifice industriel insolite ne s’inscrivant pas dans la tradition de la construction régionale (utilisation de la brique). Elle signe l’industrie du XIXe siècle en ce premier quart du XXe, puisqu’elle est une variation du modèle de référence des manufactures du XIXe siècle, telles celles de Nantes et de Châteauroux (construites entre 1858-1864)3. Elle sera la dernière à suivre ce modèle de construction.

Deux autres sites relèvent de l’architecture de fer, symbole de la modernité de cette fin du XIXe siècle. Il s’agit de deux halles métalliques : la Halle Tony Garnier à Lyon, et la halle Bouchayer-Viallet à Grenoble. Ces bâtiments étaient, pour la plupart, loués le temps des expositions universelles et vendus pour recevoir ensuite leur statut définitif4 : c’est le cas de la halle Bouchayer-Viallet.

Les matériaux de construction ont été révolutionnés par l’invention du béton armé auquel François Hennebique va donner une large application industrielle5. L’usine de la Grande Vapeur à Oyonnax bénéficiera de ce nouveau matériau.

Pour les quatre sites, les similitudes des quartiers peuvent s’illustrer ainsi : béton en centre ville, architecture métallique dans les nouveaux quartiers industriels (actuellement quartiers ouvriers).

La Manufacture des Tabacs de Lyon

La Manufacture des Tabacs est située en bordure de la ligne de chemin de fer de l’est. Cette ligne Lyon-Genève, construite vers 1852, suit approximativement la route de la ceinture fortifiée. Une réhabilitation a conduit à une redynamisation des quartiers concernés, à l’instar de la friche de la Belle de Mai de Marseille.

C’est une décision ministérielle du 21 novembre 1899 qui autorisa la construction d’une nouvelle manufacture des tabacs à Lyon pour remédier à la production insuffisante de la manufacture de Perrache. Cette ancienne indiennerie, créée en 1811, se situait sur le quai Gailleton entre le cours Verdun (ancien cours Récamier) et les rues Duhamel et de la Charité (implantée à l’emplacement de l’actuel lycée Récamier). La conception de la nouvelle manufacture de Monplaisir fut dirigée par Joseph Clugnet, ingénieur en chef du Service Central des manufactures de l’Etat6.

L’ensemble des bâtiments se divise en deux parties distinctes : les bâtiments d’exploitation nord et sud (ateliers de fabrication) et les bâtiments annexes (crèche, bureaux, maisons du directeur, de l’ingénieur, du contrôleur, conciergerie) en périphérie. Les bâtiments d’exploitation comprennent un sous-sol, deux étages carrés, un étage de comble. Cet ensemble a la forme d’un rectangle découpé en son centre par une transversale et muni de ponts de service en béton armé reliant les deux bâtiments d’exploitation. La plupart des bâtiments annexes, de dimensions variables, sont alignés sur le côté est du site, d’autres se trouvent aux angles ouest. Les toits à la Mansard sont recouverts d’ardoises sauf ceux du bâtiment A qui furent reconstruits après l’incendie de 1979 en tôle recouverte d’une étanchéité goudronnée. Les murs sont faits de maçonnerie mixte en moellons avec pierres de taille calcaires blanches et parement en brique jaune et blanche.

La Manufacture des Tabacs : vue d'ensemble sud

La Manufacture des Tabacs : vue d'ensemble sud. Phot. Martial Couderette © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2011

Le chantier de la manufacture se déroula de 1912 à 1932, mais elle commença à fonctionner en 1927. L’ancienne manufacture continua d’être employée comme entrepôt jusqu’en 1932 puis fut vendue aux enchères. Cette usine fonctionna jusqu’en 1988 sous le contrôle de la SEITA, Société d’Exploitation Industrielle des Tabacs et Allumettes. Etaient confectionnés des scaferlatis (tabac ordinaire) et cigarettes représentant, en 1933, 3 796 600 kg, mettant Lyon au deuxième rang des 22 manufactures françaises. Sur 22 sites de la SEITA, 11 ont été détruits, cinq sont en activité, un à usage divers et cinq à usages culturels : les manufactures de Nancy, Orléans, Toulouse, Lyon et Marseille.

En 1990, la Communauté Urbaine de Lyon fait l’acquisition des locaux de l’ancienne Manufacture des Tabacs d’une surface de 28 000 m2 afin de les mettre à la disposition de l’Université Lyon 3 Jean Moulin et lancer l’opération « l’université dans la ville ». Les travaux de rénovation, menés par la société L’Avenir-Pitance, débutent en 1992. Dans une première partie des travaux, le déroulement s’effectue sous maîtrise d’ouvrage de la Communauté Urbaine : il a fallu six tranches d’aménagement et 13 ans de travaux pour venir à terme de cette opération en 2004. Plusieurs structures ont participé financièrement à cette réalisation avec, par ordre d’importance, la Région Rhône-Alpes, l’Etat, la Communauté Urbaine, le Département, l’Université Lyon 3, le CROUS.

L’architecte est Albert Constantin, le sculpteur Josef Ciesla présente deux œuvres qui viennent parfaire l’aménagement du cloître : la sculpture intitulée Welon (voilier de l’imaginaire) dans la cour nord ainsi que la fontaine Empreintes et Résurgences réalisée en hommage à Jean Moulin, dans la cour sud7.

En ce qui concerne la réhabilitation du bâtiment, l’équipement dédié à la documentation correspond à 9152 m² de surface dont la bibliothèque qui est une construction moderne dans l’enceinte en brique de la manufacture. Il s’agit d’un rectangle de verre et d’acier qui coupe le site en deux. D’une superficie de 4 800m², elle comprend six étages de 700 m² chacun. Le bâtiment situé sur le cours Albert Thomas, tout en béton, représente une coque métallique, celui situé sur la rue Rollet est également tout en béton avec un porche monumental. Depuis 2003, ce site est référencé sous le label Patrimoine du XXe siècle.

 

Charpente de la Manufacture des Tabacs

Charpente de la Manufacture des Tabacs. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1987

Les abattoirs municipaux de la Mouche : Halle Tony Garnier

Il s’agit du premier grand équipement construit par Tony Garnier en remplacement des deux installations vétustes de Vaise et de Perrache. Sa construction s’est échelonnée de 1909 à 1913. L’ensemble des abattoirs municipaux, appelés abattoirs de la Mouche, d’une superficie de 25 ha, s’organise en deux zones : la grande halle qui sert de marché aux bestiaux et les abattoirs proprement dits qui seront détruits en 1974. Garnier a créé des bâtiments adaptés aux normes sanitaires de l’époque ; plus que d’architecture il conviendrait de parler ici « d’urbanisme industriel »8.

Les abattoirs se présentent en bâtiments parallèles, orientés nord-sud et composés de salles d’abattage alternant avec des écuries d’attente. Le frigorifique est séparé des salles d’abattage par un hall d’intercommunication servant au chargement. Une voie aérienne, le monorail, permet l’acheminement de la viande. La réalisation de cette halle est confiée à l’ingénieur Bertrand de Fontviolant et à la société Fives-Lille (Givors)9.

 

Halle Tony Garnier : vue d'ensemble nord

Halle Tony Garnier : vue d'ensemble nord. Phot. Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1997

 

Le marché est couvert d’une charpente métallique d’une superficie de 17600 m², constituée d’arcs en acier à trois articulations de 80 m de portée. Cette charpente d’une dimension exceptionnelle (80 x 120 m) ne repose sur aucun pilier intérieur. Pour dégager le sol, Tony Garnier reprend le principe des poutres articulées à rotules mis au point par Victor Contamin et Dutert pour la célèbre Galerie des machines bâtie pour l’exposition Universelle de 1885, également par la société Fives-Lille. Elle est éclairée par les vitres verticales de sa couverture en gradin.

Détail de la Halle Tony Garnier : couverture en gradins

Détail de la Halle Tony Garnier : couverture en gradins. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2008

Utilisée pour la première fois en 1914 lors de l’Exposition Internationale Urbaine, cette halle servira également d’usine d’armement en 1914-1918. Les abattoirs furent réellement mis en service en 1928. La halle est sauvée de la destruction, ainsi que ses pavillons d’entrée, par une inscription à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques le 16 mai 1975. Reconvertie en salle polyvalente de spectacles en 1988, les travaux de réhabilitation sont menés par les architectes Reichen et Robert qui se sont fait une spécialité de la reconversion des architectures de fer. En effet, en 1983, ils réhabilitent la grande halle de la Villette. Puis en 2002, l’architecte Albert Constantin dirige une seconde phase de réhabilitation.

Vue aérienne des abattoirs de la Mouche (1920)

Vue aérienne des abattoirs de la Mouche (1920). Phot. Georges Burlaton

 Usine Bouchayer-Viallet, constructeurs fondeurs (quartier Berriat, Grenoble)

Le site Bouchayer-Viallet10 s’installe à Grenoble, en 1870, au moment de l’association entre les sociétés Joseph Bouchayer et Félix Viallet, rue de la gare. Tous deux pressentent l’essor industriel et l’expansion de l’hydroélectricité avec l’exploitation des chutes d’eau, plus évidente à partir de 1890. Ils produisent des appareils calorifères (construction métallique), de la chaudronnerie, de la charpente. Leur usine se spécialisera également dans la construction de l’équipement d’usines hydroélectriques11. Convertis à la conduite forcée depuis 1879, ce sont les Etablissement Bouchayer-Viallet (EBV) qui ont construit, en 1882, la prestigieuse chute de 500 m  de la société Lancey (papeterie) et diverses conduites en Savoie pour la société des Forges et d’autres électrochimistes12.

Grande halle, Bouchayer-Viallet

Grande halle, Bouchayer-Viallet. Phot. Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2007

A la mort de Joseph Bouchayer, son fils, Aimé, prend la suite. C’est à partir de 1900 que commence le transfert des installations de l’avenue de la gare jusqu’aux berges du Drac où les Etablissements Bouchayer-Viallet se maintiendront jusqu’à la fin des années 1960, avec l’entrée principale sur le cours Berriat. Une halle construite en 1900 est attribuée aux ateliers Eiffel. Elle est achetée sur pied à l’Exposition Universelle de Paris, afin d’y installer l’atelier de chaudronnerie. Cette halle de 3000 m² est démontée, acheminée à Grenoble et remontée sur le nouveau terrain13. Deux autres exemples peuvent être cités dont le second avec quelques réserves : le pavillon de la Russie et de l’Autriche-Hongrie de l’exposition de 1889. Ce pavillon est devenu la verrière de la gare des chemins de fer du sud France, à Nice, inaugurée en 189214 et une halle du Pavillon des machines de l’Exposition Universelle de 1878, réutilisée pour l’usine textile Dollfus-Mieg et Cie (DMC)15.

Il s’agit d’un bâtiment industriel acquis à bas prix, où est plaqué un pignon en maçonnerie doté de trois ouvertures en plein cintre.

Racheté par la ville de Grenoble en 1980, le site est aménagé par Patrick Bouchain, architecte, qui a réhabilité l’usine LU de Nantes, assisté de François Braize, ingénieur-conseil. Depuis 1986, la halle est occupée par le Centre National d’Art Contemporain, dit le « Magasin », du nom de sa dernière utilisation. Des espaces techniques, chauffables individuellement, sont construits à l’intérieur de la halle, correspondant aux différentes fonctions du centre16.

Intérieur de la grande halle Bouchayer-Viallet

Intérieur de la grande halle Bouchayer-Viallet. Phot. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2007

Les espaces du Magasin se composent de galeries (salles d’expositions à éclairage artificiel, d’une surface de 860m²), d’une salle de projet, d’une « rue » (espace d’exposition éclairage lumière naturelle, d’une surface de 900 m²), d’une cafétéria de 80 m², d’un auditorium de 150 places, d’un atelier technique (école de formation aux métiers de l’exposition) de 160 m², d’une documentation, d’une librairie et d’une salle pédagogique. Bien que méconnu, cet espace d’exposition d’art contemporain occupe aujourd’hui une des premières places en Europe. La seconde phase de reconquête de cet espace démarre en 2004 avec le projet Bouchayer-Viallet, qui entre en phase opérationnelle avec les premières démolitions et les premiers travaux de requalification du site qui se poursuivront jusqu’en 2008. Après le choix de conserver la petite halle (4 000 m² d’emprise au sol) et de démolir les autres bâtiments, cet espace a fait l’objet de travaux de réhabilitation du clos et couvert par la SEM Grenoble 2000 (aménageur du site) qui a missionné le cabinet d’architecte Izoard17. Cette halle de 90 m de long, 15 m de haut et 20 m de large, avec ses murs en maçonnerie de béton et sa charpente métallique représente un témoin de l’architecture industrielle du début du XXe siècle. Les travaux ont consisté en un nettoyage général et une réfection à l’identique des bétons et moulures d’appareillage, ainsi qu’un traitement des murs qui a redonné aux façades leur teinte originelle. La charpente métallique est conservée, la toiture en tuiles a été remplacée par une couverture (sous face des plafonds en bac acier)18.

Le projet concerne la restructuration de la moitié de la halle (partie sud) en hôtel d’entreprises. Les travaux s’effectue sous maîtrise d’ouvrage d’Urbiparc : deux volumes sur deux niveaux se déploient dans la longueur du bâtiment.

 

Petite halle, Bouchayer-Viallet

Petite halle, Bouchayer-Viallet. Phot. Didier Gourbin © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2007

 

Usine d’articles en matière plastique dite la Grande Vapeur (Oyonnax)

L’usine de l’Union Electrique est conçue en 1905 par Auguste Charnard (1878-1934), architecte à Saint-Claude, et réalisée par les entrepreneurs lyonnais Bergeron et Peral, licenciés régionaux du procédé Hennebique. L’origine du nom de cette usine, la Grande Vapeur, est rattachée à celle d’une ancienne usine actionnée par une machine à vapeur construite en 1865-1867 par la société du Moteur Industriel, située dans le même quartier. L’usine de l’Union Electrique en a hérité alors qu’elle ne produisait aucune vapeur19.

La Grande Vapeur : vue d'ensemble en 1994

La Grande Vapeur : vue d'ensemble en 1994. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1994

C’est probablement à la fois pour vendre son courant électrique et pour réaliser un investissement industriel que la Société de l’Union Electrique décida de construire cette usine. Il s’agissait de regrouper dans un seul ensemble de production  des ouvriers-fabricants de peignes à domicile (ponçeurs, canneleurs, courbeuses, polisseuses, poseuses de similis, …) en leur louant des cabines individuelles et en leur vendant l’énergie motrice nécessaire à leur travail, tout en contrôlant mieux la production.

Ce bâtiment industriel est construit selon la technique du béton armé banché brut de décoffrage. Disposé en ailes de papillon sur deux niveaux axés sur une tour centrale regroupant les services généraux d’administration, cet édifice, dont chaque aile est divisée en cabines de travail, est un exemple rare de forme d’organisation du travail individuel rassemblé en un même lieu. Ce phénomène de construction et d’organisation en cellules répondait au souci d’éviter la propagation des incendies fréquents lors du travail du celluloïd, matière très inflammable utilisée dès 1880 après l’abandon de la corne pour la fabrication des peignes. Dans un but de prévention, une toiture-terrasse est aménagée en réserve d’eau ; elle est reliée à chacune des cabines par un tuyau avec diffuseur.

Bassin en couronne du bâtiment central de la Grande Vapeur

Bassin en couronne du bâtiment central de la Grande Vapeur. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1994

La Grande Vapeur est très active jusqu’en 1940, mais la guerre, puis l’apparition des presses à injecter (les Ets Billion installés à Oyonnax sont l’un des plus importants constructeurs européens de presses à injecter)  allaient réduire la production des objets faits main. En 1945, l’usine est nationalisée et devient propriété d’Electricité de France. Enfin, en 1967, EDF vend l’usine de la Grande Vapeur, laissée à l’abandon, à la ville d’Oyonnax. Le site est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1988. Inutilisé jusqu’en 1990, les édiles décident d’y transférer, à plus ou moins court terme, le musée du Peigne et de la Plasturgie20.

En 1993, c’est l’architecte lyonnais Olivier Naviglio qui a dirigé le projet, mais jusqu’à aujourd’hui seul l’extérieur du bâtiment a été réhabilité ; le projet consacré aux aménagements intérieurs, (muséographie, etc.) est hélas actuellement suspendu, repoussant ainsi le transfert de l’actuel musée du Peigne et de la Plasturgie.

La Grande Vapeur en 2010

La Grande Vapeur en 2010. Phot. Musée du peigne et de la plasturgie

Comme le soulignent ces exemples, la sauvegarde de ce legs industriel nécessite une prise de conscience collective pour dépasser les réaffectations à vocation essentiellement culturelles, ou relevant du seul secteur public (la protection), qui dominent encore le paysage du patrimoine reconverti. De même, la politique du développement durable constitue un autre facteur sociétal favorable au renouvellement de la gestion du patrimoine industriel.

Nadine Halitim-Dubois, chercheuse du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes / Ville de Lyon

Pour citer cet article

Référence électronique

HALITIM-DUBOIS, Nadine. « La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 13 juillet 2012 [consulté le…]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/971>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Lyon, Grenoble, Oyonnax []
  2. Usines reconverties, l’Inédite, 2006, p. 6 []
  3. Dreicer G. K., La manufacture des tabacs de Lyon, contrat d’étude, Drac Rhône-Alpes, 1987 []
  4. Reichen B., Les architectures du faire, in Revue urbanisme n° 222, La Halle Tony Garnier, 1987 []
  5. Woronoff D., Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Ed. Seuil, 1990, p. 408 []
  6. Mondiez A., Historique de la Manufacture des Tabacs de Lyon, in Flammes et Fumées, 1955 []
  7. Patrimoine immobilier de l’Université Jean-Moulin Lyon 3, Historique des sites des Quais et de la Manufacture, sept. 2005, p. 14 à 18 []
  8. Woronoff D., histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, ed. Seuil, 1990 []
  9. Revue urbanisme n° 222, La Halle Tony Garnier, 1987 []
  10. Bienfait Hervé, Une industrie dans la ville Bouchayer & Viallet à grenoble, Libris, 2004 []
  11. Vernus I., Linossier J., Bouchayer et Viallet photographies, Archives Départementales de l’Isère, Grenoble, 1993, pp. 18 à 20 []
  12. Morsel H., J.P. Parent, Les industries de la région grenobloise, Presses Universitaires de Grenoble, 1991, p.153 à 158 []
  13. Dossier de présentation du Magasin – Centre National D’art Contemporain, 2001, p. 2 []
  14. Géraud Buffa, Inventaire PACA []
  15. Raphaël Favereau, Inventaire Franche-Comté []
  16. Dossier de présentation du Magasin – Centre National D’art Contemporain, 2001, p. 7 []
  17. Halitim-Dubois N., Legs industriel : un vecteur de reconquête économique, ss la dir. Marina Gasnier et P. Lamard (dir.), Histoire, mémoire & patrimoine, UTBM Université Technologique de Belfort-Monbéliard, Lavauzelle 2007, p. 115 à 139 []
  18. Agathe Congio, Service économie de la Ville de Grenoble, 2007 []
  19. Patrimoine industriel, Cinquante sites en France, Image du Patrimoine, Ed. du Patrimoine, 1997, p. 98-99 []
  20. « La grande Vapeur » Usine de l’union Electrique 1905. Etude de faisabilité, Ville d’Oyonnax, Ed. Pierre Chanal 1987 []

7 réponses

  1. 13/07/2012

    […] 13/07/2012 Quatre sites du patrimoine industriel rhônalpin présentés par le service de l'Inventaire.  […]

  2. 14/07/2012

    […] En perdant leur fonction principale, les bâtiments industriels se voient modifiés et reconvertis à des fins multiples, et s’adapt…  […]

  3. 16/07/2012

    […] 13 juillet 2012. Par Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes … Les quatre exemples de sites présentés reflètent cette métamorphose constante du paysage urbain de diverses villes de la région Rhône-Alpes.  […]

  4. 28/08/2012

    […] La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes | Les carnets de l'Inventaire En perdant leur fonction principale, les bâtiments industriels se voient modifiés et reconvertis à des fins multiples, et s’adaptent aux nécessités du présent. […]

  5. 18/09/2012

    […] La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes | Les carnets de l'Inventaire {*style:<b> « Loft story » – La mode du Loft …. ? </b>*} […]

  6. 21/11/2012

    […] cet aspect, retrouvez l’article sur “La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes”, publié par l’Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes sur ce carnet en […]

  7. 13/12/2016

    […] de ce bien a été modifiée. Voir Décision 30.COM 8D.1. 8 | 2007 Le patrimoine industriel. La réutilisation des sites industriels en Rhône-Alpes. En perdant leur fonction principale, les bâtiments industriels se voient modifiés et reconvertis […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *