Fontaines et lavoirs du pays de Grignan (XIXe-début XXe siècle)

L’eau dans le village

La vision pittoresque d’un village est une place entourée de l’église, de la mairie, d’un café tandis qu’au centre jaillit l’eau d’une fontaine. Il n’est pas de groupement humain ou animal sans un point d’eau à proximité. Comme partout ailleurs, les villages du canton de Grignan se sont implantés près d’un cours d’eau – voire de plusieurs –, qui contourne la butte lorsqu’ils sont perchés. Mais tous ne bénéficient pas d’une source sur place. Grâce à la présence d’une nappe phréatique, le puits est resté pendant très longtemps le mode de captage d’eau le plus utilisé. En 1447, le bail de la Grand’Grange, berceau du village de Montjoyer, fait mention d’une place publique et d’un puits commun1. Les châteaux et la plupart des maisons disposent de puits particuliers, presque toujours en place aujourd’hui et inutilisés. Le plan cadastral napoléonien, levé assez tard dans le canton (1835-1836), indique parfois les puits, mais pas systématiquement ; à Colonzelle, l’ancien puits commun, à l’origine hors les murs, n’y figure pas, bien qu’il ait donné son nom à la petite place du Puits sur laquelle il est conservé. Des trois puits publics dessinés à Salles, celui du château (rue de la Cure) existe toujours, un autre est devenu privé, le 3e a été remplacé par une fontaine et un lavoir, place du Cabaret. Sur le plan de Grignan sont portés également les puits privés.

Quelques éléments chronologiques

Avant la fin du XVIIIe siècle, l’eau courante à usage commun n’est pas présente dans tous les bourgs. Capter une source et, en dépit de la complexité du terrain, l’amener par un système de canalisations jusqu’à un point de l’agglomération relève d’un certain savoir-faire technique.

Les archives de l’Ancien Régime montrent que plusieurs villages possèdent une fontaine, dont les réparations apparaissent dans les comptes consulaires. Ainsi, ceux de la commune de Chantemerle consignent en 1613 « le prix-fait de la fontaine »2, probablement une construction neuve, puisqu’en 1638 sont payées cette fois des réparations à la fontaine3. A Rousset, vers 1672, le captage de la « Font-Neuve » vient augmenter le débit de la fontaine alimentée par une arrivée d’eau captée dans le Merdari4. La plupart de ces points d’eau sont cependant éloignés du centre du village, comme la fontaine de la Bourgade, dite de la Transhumance, hors les murs de Taulignan, qui abreuvait hommes et bêtes5. Il a fallu « une émeute de femmes » à Rousset en 1757, pour que les consuls décident de créer une fontaine sur la place qui prendra ce nom, sous la tour carrée6. Grignan n’est pas mieux loti : selon un rapport de 1728 il n’y a qu’une fontaine « qui est hors la ville »7. La Grande Fontaine de Chamaret, située au Colombier, à une centaine de mètres à l’ouest du village, est dessinée sur le cadastre de 1836 avec la légende « fontaine couverte » (section A 1, parcelle non numérotée). A l’intérieur du petit bâtiment au toit en pavillon (aujourd’hui en ciment), une pierre encastrée dans le mur est gravée d’une inscription, où figurent les noms de J.A. Roux, et B.A. Besset, consuls de l’époque. La date de 1781 surmonte l’inscription. Cette date, la plus ancienne inscrite sur un édicule des eaux dans le canton, commémore l’aménagement d’un bâtiment couvert, abritant à la fois une fontaine et un lavoir publics, peut-être à l’emplacement d’une fontaine antérieure.

Chamaret, le Colombier. Vue d’ensemble de la Grande Fontaine, datée de 1781.

Chamaret, le Colombier. Vue d’ensemble de la Grande Fontaine, datée de 1781. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Sauf exception, comme à Rousset et à Taulignan où les fontaines sont dessinées et identifiées, les fontaines de village ne figurent pas sur le plan cadastral napoléonien. La fontaine et le lavoir sont souvent confondus, et associés. En 1822, Valaurie remet en état son lavoir, avec des pierres de la carrière de Chamaret8. Ces édicules des eaux font l’objet de réparations régulières, ainsi la fontaine du hameau de Montjoyer en 1830, puis en 18439, ou celle de la Place à Rousset, réparée en 1836 par Louis Roussin, maçon du village10. Dans les années 1830-1840, de nouvelles fontaines sont bâties dans les communes qui en manquent. Salles construit une fontaine publique en 1832, puis en crée trois autres entre 1842 et 184611. En 1837 Taulignan décide la reconstruction de celle de la Bourgade12. Rousset fait appel à François Siffrein Tourre, géomètre à Taulignan, pour reconstruire sa fontaine principale en 1843 par suite de l’alignement de la route départementale13.

Grignan : un cas particulier

L’industrialisation qui se traduit dans le canton par l’essor des manufactures, de soie principalement, générant un accroissement de la population, et l’apparition des théories hygiénistes plus ou moins ressenties en milieu rural, incitent les municipalités à se doter de nouveaux équipements en matière d’eau.

A Grignan, chef-lieu de canton, revient l’apanage de posséder un lavoir et une fontaine monumentale dignes d’être élevés au rang de monuments publics urbains, que n’aurait pas désavoués Voltaire déplorant dans certains quartiers de Paris de « ridicules fontaines de village »14.

Sous le mandat du maire François-Auguste Ducros (1837-1868), attentif au bien public, Grignan bénéficie d’améliorations notoires tant du point de vue social qu’urbanistique. La gestion de l’eau est une de ses préoccupations. Dès 1839, il fait aménager un aqueduc souterrain15, pour alimenter convenablement sa ville en eau par une distribution planifiée, ce qui représente un progrès considérable pour la vie de la communauté. En 1840, il sollicite l’architecte Barthélemy, de Grillon (Vaucluse) pour la construction d’un lavoir public place du Mail16, dont le plan reprend celui du temple de l’Amour du petit Trianon, et l’agent voyer cantonal Pierre-Louis-Casimir Chaix pour l’établissement des fontaines17.

Grignan. Le lavoir du Mail, 1840 (inscrit M.H. le 24/12/1987).

Grignan. Le lavoir du Mail, 1840 (inscrit M.H. le 24/12/1987). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

Différents quartiers sont pourvus de petites fontaines entre 1840 et 1842, comme celle qui subsiste à Coste-Chaude, datée de 1840, tandis que la place principale, dominée par la Tour de l’Horloge, en reçoit une plus importante, pour laquelle F-A. Ducros a un projet : placer sur cette fontaine une statue en hommage à Madame de Sévigné ; une souscription publique nationale permet la réalisation de son souhait. L’oeuvre en bronze, commandée au sculpteur parisien Louis Rochet, est inaugurée solennellement le 4 octobre 1857, sur le monument appelé depuis « fontaine de la marquise »18.

Grignan. Place de la Fontaine, fontaine monumentale. Le pilier central sert de piédestal à la statue de Madame de Sévigné, érigée en 1857.

Grignan. Place de la Fontaine, fontaine monumentale. Le pilier central sert de piédestal à la statue de Madame de Sévigné, érigée en 1857. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

L’exemple de cette fontaine, ornée dans un second temps de sa statue financée par des citoyens relativement aisés, montre que le budget d’une municipalité villageoise doit faire face à d’autres nécessités. Le décor est superflu et serait inadapté face aux besoins multiples d’une population rurale. La fontaine est avant tout utilitaire et reste modeste faute de fonds. L’agent voyer cantonal joue un rôle important dans le domaine technique de l’eau à cette époque. C’est souvent lui qui, à la demande des maires, dresse les plans, simples et fonctionnels, des fontaines, privilégiant l’installation du réseau hydraulique souterrain.

Lavoirs et fontaines, des aménagements souvent simultanés

Dans les 14 communes du canton de Grignan, le service de l’Inventaire a repéré 31 fontaines (enquêtes 1997-2000, 2009-2011). Au cours du XXe siècle, la suppression de nombreuses bornes-fontaines désaffectées a réduit le nombre de celles qui sont mentionnées dans les archives ; quelques fontaines ont été démolies puis reconstruites à un emplacement plus adapté. Une douzaine d’édicules réunissent lavoir et fontaine sous un même toit. 24 lavoirs repérés subsistent ; 3 ont été détruits.

Les communes rurales de province ne semblent pas directement concernées par le projet de loi sur les lavoirs qui s’inscrit en 1850 dans le courant hygiéniste urbain19. Beaucoup, nous l’avons vu à Chamaret et Valaurie, disposent déjà d’un lavoir qui est régulièrement réparé ou restauré.

Avant 1850, de petits bâtiments couverts associent fontaines, abreuvoirs et lavoirs. Sur le plan cadastral napoléonien du village de Chantemerle, à l’emplacement du lavoir actuel est dessiné un bassin (parcelle A 696), certainement le lavoir signalé en construction en 178820. Un acte de 1851 indique que la commune possède une fontaine et un lavoir public non couvert, et une souscription est lancée pour le faire couvrir. De fait, l’ensemble a été complètement reconstruit, puisque le maire Héraud fait établir en mai 1852 par C. Brun un projet de lavoir public approuvé par le préfet21. Construit en 1854, l’édicule, conforme au projet, comprend un lavoir couvert auquel est adossée une fontaine-abreuvoir à l’air libre à trois jets continus.

Département de la Drôme. Arrondissement de Montélimar. Commune de Chantemerle. Projet d’établissement d’un lavoir public. Plan, coupes et élévation, dessinés par C. Brun, 12 mai 1852.

Département de la Drôme. Arrondissement de Montélimar. Commune de Chantemerle. Projet d’établissement d’un lavoir public. Plan, coupes et élévation, dessinés par C. Brun, 12 mai 1852. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Chantemerle-lès-Grignan, ADAGP, 1997

 

Une pierre de grès en remploi, probablement d’une ancienne fontaine, couronne son fût ; elle est ornée d’un bas-relief fruste, figurant de larges godrons de part et d’autre d’un oiseau de profil (coq ?), où la tradition voit le merle de Chantemerle22.

Salles, qui souhaite des lavoirs depuis 1851, en fait construire trois en 1860-61, liés à ses fontaines existantes23.

Taulignan aménage son lavoir rue des Fontaines, tout près de la fontaine principale, dans l’ancienne salle de garde du château ; situé en étage de soubassement, le lavoir est abrité par une profonde voûte en berceau ouverte sur la rue.

Salles-sous-Bois. Place du Cabaret, fontaine et ancien lavoir, aujourd’hui transformé en jardinet, vus de trois quarts.

Salles-sous-Bois. Place du Cabaret, fontaine et ancien lavoir, aujourd’hui transformé en jardinet, vus de trois quarts. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 Vague de constructions dans la seconde moitié du XIXe siècle

Le souci de confort et de salubrité publique impose parallèlement l’implantation de nouvelles fontaines qui se multiplient à partir des années 1850 ; ainsi Salles en construit-elle une quatrième en 1860 et fait restaurer les plus anciennes en 188024, date que portent deux d’entre elles. Saint-Pantaléon édifie la sienne en 1858, sur les plans de P.-L. Casimir Chaix, agent voyer cantonal25, qui avait réalisé celles de Grignan, puis des lavoirs dans les communes de Chantemerle (1853) et de Rousset (1868). L’architecte Fontanille de Montélimar restaure la fontaine publique et les lavoirs de Montjoyer en 186726. En 1876-1877, le maire du Pègue, Bonfils, dote son village de trois fontaines. A Taulignan, la petite fontaine de la rue des Fontaines, est reconstruite en 1876 (date portée) et d’autres sont ajoutées dans différents quartiers en 188727. Grignan en installe de nouvelles, dont deux sur la place Castellane en 1890.

 

Le Pègue, place de la Bourgade. La fontaine principale, datée de 1877.

Le Pègue, place de la Bourgade. La fontaine principale, datée de 1877. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1998

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, les lavoirs qui ne l’étaient pas sont couverts, comme celui du Fraysse (commune de Montjoyer) abrité d’un hangar en 189328, et ceux nouvellement construits le sont systématiquement. Les travaux du lavoir public de Saint-Pantaléon sont exécutés en 1873, par l’entrepreneur Auguste Riousset, de Valréas29. A Taulignan, un second lavoir voit le jour en 1879, place de la République près du nouveau centre de l’agglomération30. Roussas abandonne un ancien lavoir pour en bâtir deux, en haut et en bas du village. Au hameau de Bayonne, commune de Grignan, la fontaine et le lavoir sont logés côte à côte dans deux petits édicules identiques. Valaurie établit ses fontaines publiques en 1891-1892 et fait couvrir son lavoir élevé sur la place, selon le devis de Léon Bernard, architecte31. A Chamaret, le legs d’un généreux donateur, Xavier Sylvestre, permet d’édifier en 1905 un nouveau lavoir vivement réclamé par les habitants. Il est l’œuvre de l’architecte valentinois Joannès Rey32.

Types, formes et décor des fontaines

Les fontaines du canton se rattachent aux deux types de fontaines habituels : fontaine isolée et fontaine adossée. Des 31 fontaines repérées, près de la moitié sont associées à un lavoir, ce qui explique que la fontaine adossée soit le type le plus répandu.

Les matériaux sont les mêmes pour les bassins de fontaines et de lavoirs, construits en pierre de taille de calcaire dur, excepté les plus récents (Colonzelle) ou ceux restaurés tardivement (Montjoyer) qui emploient le béton.

Les fontaines isolées comprennent aussi le peu de bornes-fontaines subsistantes, moins de 10. Celles-ci, œuvres de série, sont des dalles monolithes en pierre calcaire, taillées en demi-cercle à la partie supérieure (Colonzelle, Taulignan, Valaurie) ; à Chantemerle, c’est un pilier vertical de calcaire appareillé muni d’un système de pompe en fonte, probablement reliée à un puits.

La fontaine isolée se présente sous deux formes, les fontaines de plan centré (6 repérées), et celles dont le fût de distribution s’appuie contre un dosseret plat, imitant les fontaines adossées. Ces dernières sont peu nombreuses : fontaine de Citelles (Montjoyer), la plus rustique, adossée à un muret maçonné en moellon et reliée à un lavoir, fontaine-abreuvoir du hameau de Margerie (Colonzelle) ; deux autres sont les fontaines principales des villages de Saint-Pantaléon et de Chantemerle (partie haute du village), auxquelles un sobre décor sculpté – dosseret à ailerons, urne, palmette et vase en couronnement – confère un petit air monumental.

Chantemerle-lès-Grignan. Détail du plan du réseau d'eau de la commune et des aménagements à faire : Fontaine principale. Elévation et coupe, par A. Bertrand, architecte, février 1904, et sa réalisation, la fontaine principale alimentant le haut du village.

Chantemerle-lès-Grignan. Détail du plan du réseau d’eau de la commune et des aménagements à faire : Fontaine principale. Elévation et coupe, par A. Bertrand, architecte, février 1904, et sa réalisation, la fontaine principale alimentant le haut du village. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Chantemerle-lès-Grignan, ADAGP, 1997

Les fontaines de plan centré s’élèvent sur les places principales de Grignan (place de la Fontaine), Le Pègue (place de la Bourgade), Salles-sous-Bois (place des Aires), Taulignan (place du 11 Novembre), Colonzelle (place de l’Eglise) et Montjoyer. Elles privilégient le bassin polygonal : carré à pans coupés à Grignan, Salles et Colonzelle, ou octogonal au Pègue et à Montjoyer ; seule l’ancienne fontaine de la Bourgade à Taulignan, démontée en 1957, puis remontée plus loin en 2001, a un bassin circulaire. Le fût de distribution central est contenu dans un pilier plus ou moins épais aux angles abattus. Il sert de support à un éventuel décor : une colonne de pierre coiffée d’une girouette à Salles-sous-Bois, un simple vase en fonte au Pègue, et un socle octogonal piriforme à Montjoyer, portant une statue en fonte de Saint-Paulin, patron de l’église du village, placée en 1925 ; l’arrivée d’eau de cette fontaine sort du bec d’un cygne en bronze (?) ouvrant ses ailes à la base du fût. La fontaine de Montjoyer et celle dite de la Marquise à Grignan sont les seules couronnées d’une statue.

Montjoyer. La place du village, avec au centre la fontaine surmontée d'une statue de Saint-Paulin.

Montjoyer. La place du village, avec au centre la fontaine surmontée d’une statue de Saint-Paulin. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

La fontaine adossée est composée d’un dosseret vertical en pierre de taille peu épais dissimulant le fût d’alimentation et d’un bassin ou d’une vasque pour recevoir l’eau. Certaines fontaines, au bassin rectangulaire bas, font aussi fonction d’abreuvoir (Chantemerle, Montjoyer et Le Fraysse).

Si un petit nombre de bassins sont de simples auges carrées ou rectangulaires (Roussas, petites fontaines du Pègue), la majorité est constituée de belles vasques, de plan demi-circulaire ou rectangulaire aux angles adoucis et à rebord en tore ; leur élévation est souvent galbée (fontaines de Coste-Chaude et de Bayonne à Grignan, du Colombier à Chamaret, de Salles-sous-Bois), parfois chantournée. Quelques-unes, comme trois des quatre fontaines de Salles-sous-Bois, identiques, sont posées sur un pied. Le dosseret, formé de dalles rectangulaires, se termine généralement par un entablement nu à corniche moulurée ; un fronton cintré monolithe couronne celui de la Grande Fontaine de Chamaret et une des fontaines de ce village présente un fût en forme d’obélisque. Trois fontaines adossées sont placées à l’intérieur d’une niche en plein cintre à Taulignan, Réauville et Rousset ; leur fût n’apparaît pas. La niche en cul-de-four de celle de Taulignan s’orne d’une coquille en bas-relief. Dans l’ensemble, l’équilibre entre les volumes et les formes pallie l’économie ornementale.

L’accent décoratif se concentre plutôt, dans toutes les fontaines, sur l’arrivée d’eau, simple dégorgeoir terminé en tête de dauphin, mais le plus souvent sortant d’un masque de lion en fonte ; ce mascaron est parfois en pierre, comme celui de la fontaine principale de Taulignan, et la mandegloire33 sculptée à la fontaine de Coste-Chaude à Grignan. Les dégorgeoirs participent au décor des fontaines isolées qui en sont pourvues de deux sur les côtés opposés du fût central, et placés côte à côte sur la fontaine de la Marquise à Grignan, disposition qui se retrouve sur quelques fontaines adossées (Saint-Pantaléon, Chamaret, fontaine-abreuvoir de Chantemerle). A l’aplomb du jet du dégorgeoir, tous les bassins sont munis de barres de métal pour poser les récipients.

Réauville. La fontaine du village adossée au lavoir ; remaniée en 1905, elle conserve son bassin antérieur.

Réauville. La fontaine du village adossée au lavoir ; remaniée en 1905, elle conserve son bassin antérieur. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Morphologie des lavoirs

 

Presque tous les lavoirs sont couverts ; seuls ceux du Pègue, du hameau de Citelles à Montjoyer et de la place du Cabaret à Salles sont à ciel ouvert. Quatre sont voûtés : ceux, situés en étage de soubassement des anciens châteaux, à Taulignan et Rousset, sont voûtés en berceau.

Montjoyer. Hameau de Citelles. Vue d'ensemble du lavoir à ciel ouvert.

Montjoyer. Hameau de Citelles. Vue d’ensemble du lavoir à ciel ouvert. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Taulignan. Le lavoir de la rue des Fontaines (encore ponctuellement utilisé, en 2000).

Taulignan. Le lavoir de la rue des Fontaines (encore ponctuellement utilisé, en 2000). Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

Le lavoir dit La Grande Fontaine à Chamaret, le plus ancien, est isolé dans un petit bâtiment carré et ouvre sur le chemin par deux larges arcades en plein cintre ; couvert d’une voûte d’arêtes, il abrite la fontaine adossée à l’un des deux murs aveugles et le lavoir bâti dans son prolongement. Un lavoir plus récent (1893), Grande rue à Salles-sous-Bois, utilise le 1er niveau d’une maison voûtée d’arêtes où se loge aussi une fontaine.

Le lavoir du Mail à Grignan, de forme circulaire (11,30 m de diamètre), fait exception : entourant le bassin rond, 16 colonnes doriques en pierre de Chamaret portent une coupole surbaissée coiffée d’un petit dôme.

Partout ailleurs, ces petits bâtiments indépendants, généralement rectangulaires, de 4 à 10 m de long, adoptent un parti fonctionnel. L’édicule contenant le lavoir, largement ouvert en façade, est bâti en moellon de calcaire des carrières de Taulignan ou de Chamaret et couvert d’un toit de tuiles creuses, ou plates mécaniques, selon l’époque. Le toit en appentis ou à deux versants, à charpente apparente en bois, repose sur le mur du fond et les murs latéraux pour les plus simples, ceux isolés dans la campagne par exemple, mais plus fréquemment sur deux murs et un ou plusieurs piliers en pierre de taille (Chantemerle, Margerie à Colonzelle, Réauville, Roussas, Rousset, Valaurie). Ainsi, quatre piliers de pierre blanche soutiennent la toiture du lavoir de Valaurie appuyé au mur de fortification ; son toit à croupes est souligné d’un lambrequin de bois, décor qu’on retrouve au lavoir situé en bordure de la RD. 538 à Rousset.

 

Petit lavoir de La Font à Réauville.

Petit lavoir de La Font à Réauville. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

 

Valaurie, place du Lavoir. Le lavoir vu de trois quarts.

Valaurie, place du Lavoir. Le lavoir vu de trois quarts. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2011

Celui du village de Chamaret, à l’architecture élégante, s’ouvre sur la place du Bal par trois arcades en plein cintre retombant sur deux colonnes toscanes ; sous la corniche du toit, un fronton central affiche l’inscription « lavoir communal ». Son bassin en pierre de Chamaret est de forme elliptique ; il en existe un exemple proche, de forme allongée aux petits côtés convexes, Grande rue, à Salles-sous-Bois.

Chamaret. Le lavoir du village, construit en 1905 sur les plans de l’architecte Joannès Rey, de Valence, entrepreneur Charransol.

Chamaret. Le lavoir du village, construit en 1905 sur les plans de l’architecte Joannès Rey, de Valence, entrepreneur Charransol. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

 

En majorité de plan rectangulaire, les bassins de lavoir sont constitués d’un muret appareillé et d’une margelle en pierre de taille de calcaire dur, en longues dalles plates ou en blocs plus épais à rebord taillé en tore sur tout le pourtour. Le bassin comprend deux compartiments, l’un plus petit que l’autre, et la margelle inclinée est la plupart du temps creusée d’une rigole en gorge le long de la partie interne à fleur d’eau qui refoule les remous vers le trop-plein. L’alimentation des lavoirs peut se faire par un simple tuyau en fonte ou en bronze à tête de dauphin (Roussas, Montjoyer, Saint-Pantaléon…), ou par l’intermédiaire d’une fontaine comme au village de Chamaret. Le sol de l’édicule est généralement dallé de calcaire, et parfois des banquettes de pierre courent le long des murs (le Colombier à Chamaret, Rousset, R.D. 538).

Les fontaines associées aux lavoirs sont de formes variées. A Valaurie, une borne distribue l’eau dans un bassin rectangulaire qui se déverse ensuite dans celui du lavoir auquel il est accolé. Plus souvent, la fontaine et le lavoir sont distincts, bien que communicants, comme à la Grande Fontaine de Chamaret. A Chantermerle et à Réauville la fontaine est à l’extérieur et communique avec le lavoir auquel elle s’adosse. Les trois fontaines identiques de Salles-sous-Bois sont adossées à côté des trois lavoirs, dont deux au bassin de même style.

Gestion communale optimisée de la ressource en eau

Au début du XXe siècle, et parfois avant, les municipalités réorganisent dans leur commune le réseau et la distribution de l’eau selon un plan d’ensemble. Elles s’adressent pour cela à des spécialistes. Des sources privées sont achetées pour augmenter la capacité, et des études techniques sont réalisées. Les travaux s’étalent sur plusieurs années. De 1881 à 1885, Guilliny, conducteur des Ponts et Chaussées et architecte à Nyons, s’occupe de construire de nouvelles fontaines à Rousset34. En 1893, Salles demande à Auguste Etienne, architecte à Grignan, d’installer un nouveau lavoir public au rez-de-chaussée d’une maison communale35 ; les réparations de l’ensemble des canalisations de la commune seront assurées en 1912 par Barnier, fontainier à Valréas. Le plan de distribution d’eau de Réauville, dressé en 1903, comprend l’implantation de 5 bornes-fontaines aux points cardinaux du village ; la date de 1905 gravée au-dessus de la fontaine-abreuvoir tournée vers la rue marque à la fois sa rénovation et la construction du lavoir auquel elle s’adosse.

Les travaux d’adduction d’eau sont aussi liés à la construction des écoles dont les normes sanitaires sont strictes. Pour cela, l’architecte et géomètre Maurice Durand, de Montélimar, est sollicité en 1906 par la commune de Montjoyer36, puis par celle de Rousset, lors de la construction de son groupe scolaire en 1907, pour l’adduction et le plan de distribution d’eau de source dans les communes du Pègue et de Rousset, travaux qui durent de 1909 à 191337. En 1906, le même architecte dresse le plan et réalise le réseau d’eau de la commune de Colonzelle et du hameau de Margerie, où aux fontaines et lavoirs s’ajoute une série de bornes-fontaines38.

Chantemerle choisit en 1906 Bertrand, architecte de Saint-Paul-Trois-Châteaux, pour moderniser et réorganiser sa gestion de l’eau39 ; une nouvelle fontaine principale alimente la partie haute du village qui bénéficie en plus de plusieurs bornes-fontaines.

En 1935, Maurice Durand signe la réception définitive des travaux d’adduction d’eau de Montjoyer, exécutés par l’entrepreneur Elie Marius Grosjeanne.

Colonzelle, hameau de Margerie. Plan du réseau hydraulique, par Durand, architecte, 1906.

Colonzelle, hameau de Margerie. Plan du réseau hydraulique, par Durand, architecte, 1906. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Colonzelle, ADAGP, 1997

Transfert de fonction : de l’utile à l’agréable

Aux premiers temps de l’installation de l’eau courante dans les maisons, les fontaines sont encore utilisées par habitude pour se rafraîchir en rentrant des champs, ou laver des fruits, des légumes, des ustensiles gratuitement. Puis, avec l’accélération des progrès techniques et le changement radical des façons de vivre, elles sont tombées en désuétude, appréciées seulement de quelques promeneurs, d’animaux contents de s’y abreuver et d’enfants joueurs toujours prêts à s’éclabousser.

L’usage du lavoir a perduré malgré l’invention de la machine à laver le linge, introduite lentement dans les campagnes, pas seulement à cause de son coût, mais parce qu’elle ne paraissait pas indispensable. L’exode rural des jeunes a sans doute contribué à apporter le confort moderne dans la maison familiale où ils revenaient. Mais vers la fin du XXe siècle, quelques ménagères encore se servaient du lavoir pour des tâches qu’elles ne pouvaient accomplir chez elles.

Aujourd’hui, si quelques lavoirs sont à l’abandon, la plupart des communes restaurent leurs fontaines et leurs lavoirs, conscientes de la valeur de ce petit patrimoine, témoin de la vie du village à une époque pas si éloignée. La fontaine est souvent fleurie, mais celui qui voudrait s’y désaltérer trouve presque partout un discret panneau apposé « eau non potable »…  Les règles drastiques actuelles sur la qualité de l’eau, auxquelles sont soumises les municipalités, leur imposent cet avertissement. Il faut espérer que de prochains contrôles sanitaires pourront démentir et lever cette mesure de précaution.

Salles-sous-Bois, place des Aires. La fontaine principale du village, à plan centré.

Salles-sous-Bois, place des Aires. La fontaine principale du village, à plan centré. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Geneviève Jourdan – Conservateur en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

Référence électronique

JOURDAN, Geneviève. « Fontaines et lavoirs du pays de Grignan (XIXe-début XXe siècle) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er août 2012 [consulté le…]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/980>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. BOUTON, R.P. Jean de la Croix. Au seuil de la Provence. Montjoyer, village paisible. Valence : Sorepi-Domergue, 1984, 263 p. : ill. ; 21 cm ; p. 60 []
  2. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : Inventaire sommaire des archives de la commune de Chantemerle-les-Grignan (Drôme), [antérieures à 1790], comptes consulaires, CC7 []
  3. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : ibid., CC10 []
  4. LAURENT-FILLIATRE, Marguerite. Clefs pour Rousset. Avignon : A. Barthélemy, 1983, p. 111-112 []
  5. HUGONNET, Huguette, Taulignan, notre village, Montélimar: Association des onze tours. Tome 1, 1995, 152 p. : ill., p. 134 []
  6. A. D. Drôme, 16 J 260, 2C2 : Annales de la paroisse de Rousset et du sanctuaire de Notre-Dame, 169 p. ; supplément aux notes de M. Denesson concernant la paroisse de Rousset, p. 113 []
  7. A. C. Grignan, CC 15 []
  8. AC Valaurie : série M, Lavoir []
  9. A.D. Drôme : 2 O 628 – Montjoyer, liasse Eau, fontaines []
  10. A.D. Drôme : 2 O 874 – Rousset, dossier Eau []
  11. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, liasse Eau, dossier Fontaines []
  12. HUGONNET, Huguette. Taulignan, t. 2, 2000, p. 42 []
  13. A. D. Drôme 2O 674 – Rousset, Dossier Eau []
  14. FALLEX, Eugène. Lettres choisies de Voltaire. Paris : Delagrave et Cie, 1867, t. 1, p. 146-147 []
  15. Grignan 2000 ans d’histoire / BRISSET, Roger, MIQUEL, Jean-Marie. 291 p. Annexe du Bulletin municipal, n° 18 (mars 1998) – n° 36 (février 2001), p. 107, 110 []
  16. A.C. Grignan : série M, Lavoir, 1840 []
  17. A. D. Drôme : 2O 429 – Grignan, Fontaines, adduction d’eau []
  18. LACROIX, André. Histoire de l’arrondissement de Montélimar, t. 4 (1873). Réimpr. Nyons : Chantemerle, 1974. Grignan, p. 285-288 ; Grignan 2000 ans d’histoire ; ibid., p. 122-123 []
  19. Bains et lavoirs publics. Paris : Gide et J. Baudry, 1850 []
  20. MOISSONNIER, Maurice. Ils ont ouvert les temps nouveaux… Paysans de Chantemerle-lès-Grignan, 1788-1795. Grignan : Philippe Devoghel, 1992, p. 51 []
  21. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : série M, lavoir 1851-1852 []
  22. Certains archéologues datent ce relief de l’Antiquité : BOISSE, Claude. Le Pays tricastin : petit guide du Tricastin à l’usage du tourisme éclairé. Les Granges-Gontardes : Soc. des amis de l’Abbé Boisse, 1976, n° 5 (numéro spécial), p. 51 []
  23. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, ibid. []
  24. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, ibid. []
  25. A.D. Drôme : 2 O 989, Saint-Pantaléon, Bâtiments publics : Fontaine publique, décembre 1850 – avril 1862 et A. C. Saint-Pantaléon, Registre de délibérations du conseil municipal 1853-1879 : 12 mai 1857, 13 juin 1862 []
  26. A. D. Drôme 2O 628 – Montjoyer, Dossier Eau, fontaines, lavoir public []
  27. HUGONNET, Huguette. Taulignan, t. 2, 2000, p. 127 []
  28. A. D. Drôme 2O 628 – Montjoyer, ibid. []
  29. A.C. Saint-Pantaléon-les-Vignes : Délibération du conseil municipal, 23 mars 1873 []
  30. HUGONNET, Huguette. Taulignan, ibid. []
  31. A. D. Drôme : 1O 1544- Valaurie, Comptes an I-1900, et 2O 113, Valaurie, Lavoir public []
  32. A. D. Drôme, 2 O 176 Chamaret – Lavoir public []
  33. Figure humaine dont les traits s’achèvent en feuillage []
  34. A. D. Drôme : 2O 674 – Rousset, Dossier Eau []
  35. A. D. Drôme : 2 O 1041, ibid. []
  36. A. D. Drôme : 2O 628 – Montjoyer, Adduction d’eau []
  37. A.D. Drôme 2O 674 – Rousset, dossier Adduction d’eau []
  38. A.C. Colonzelle. Plan du réseau hydraulique, septembre 1906 []
  39. A.C. Chantemerle-lès-Grignan : série O, Adduction d’eau 1903-1908, plan général et dessin des ouvrages, 1904 []

2 réponses

  1. Emile LUGGER dit :

    une étude très intéressante sur la gestion de l’eau au 19 ème siècle .
    Sur le point d’entreprendre la restauration d’un système d’irrigation et d’alimentation de moulin ( béats) dans les Cévennes , je suis preneur de toutes études et références historiques sur le mode de gestion de ce système de distribution d’eau
    elugger@optonline.net

    • Inventaire général du patrimoine culturel Région Rhône-Alpes dit :

      Bonjour,
      Merci de votre intérêt pour cet article. Concernant votre demande, vous pourriez contacter la Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins (FFAM), qui publie des fiches techniques sur son site et dispose d’un réseau national : http://www.moulinsdefrance.org/
      Cordialement,
      JG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *