Le Cahier des clauses scientifiques et techniques (CCST) à l’Inventaire : préalable et boussole de l’étude

L’enseignement dispensé à l’INP sur le Cahier des clauses scientifiques et techniques (CCST), nous a donné l’opportunité d’approfondir la fonction, le contenu et la place de ce document préalable à la mise en œuvre des études d’Inventaire. Revenant sur le contexte historique de sa genèse et son développement, un point a particulièrement retenu notre attention : les remarques faites à propos du CCST de l’étude de la ville de Riom menée par Bénédicte Renaud-Morand. Ce CCST fut pensé comme un cas d’application du canevas type mis en place lors d’ateliers tenus en 2005 et 2006. Le rapporteur remet alors en question le caractère préalable du CCST par rapport à la conduite de l’étude : en effet, comment poser une problématique si l’on n’a pas déjà une connaissance de l’objet d’étude ? Cet article revient sur ce point spécifique à travers l’exemple de l’élaboration du CCST de l’étude sur les boulevards de Clermont-Ferrand.

« Alchimie de la recherche, qui voudrait que l’on ait une problématique fondatrice pour s’élancer, quand elle s’établit largement en cours de route, pour ne pas dire en fin de parcours »

Contexte d’émergence et consolidation du CCST

Créé en 1964 au sein du ministère des affaires culturelles, décentralisé en 2004 par la loi relative aux libertés et responsabilités locales, l’Inventaire est alors rattaché aux Régions. L’Inventaire en région est placé soit au service de l’aménagement du territoire soit à la culture, connaissant parfois des alternances de rattachement à la faveur de la fusion des Régions opérée en 2016. Fréquemment regroupé avec des équipes de gestionnaires de subventions, incité à nouer des relations avec des partenaires de collectivités locales irriguant le territoire sur lequel il se trouve, service de recherche fondamentale inséré dans un environnement administratif gérant des usagers, l’Inventaire persiste à avoir une place à part. Son identité se concentre alors dans ses méthodes d’investigation, les normes scientifiques et techniques, et les outils qui les traduisent (en cela il garde un lien avec son ancien ministère de tutelle et doit maintenir une cohérence au niveau national). C’est à la charnière des « Principes et méthodes », du dogme de l’enquête, et de l’application concrète à un territoire régional que se place l’outil fondamental qu’est le CCST. C’est la raison pour laquelle le contexte de décentralisation va précipiter le besoin de lui donner une définition circonstanciée et un usage généralisé.

« Les questions de choix, d’ordre, voire de partage des tâches pour les opérations conduites en partenariat, les questions d’enjeux, de calendriers et de moyens au travers d’un cahier des charges, que le travail soit réalisé en partenariat ou non » ne font l’objet de prescriptions qu’en 2001 (Principes, méthode et conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel, 2001, 1ère éd., p.61 et sq.) »1. Ces prescriptions jettent les bases de ce que sera le CCST tout en restant à un niveau de généralité, pour ce qui est des enjeux et méthode d’étude, qui les rendent délicats à appliquer. Sous l’impulsion des conservateurs régionaux de l’Inventaire (CRI), en 2004, le CCST prend place dans les dossiers de l’étude, à l’origine dans le dossier d’aire d’étude, à présent dans le dossier d’opération. En 2005 et 2006, il fait l’objet d’ateliers de réflexion ambitionnant de « tester de nouveaux modes de fonctionnement dans le cadre de la décentralisation »2. Il en résulte que le CCST est à la fois un outil, c’est-à-dire un guide dans le contexte de la décentralisation et un document à caractère scientifique, qui permet de maintenir l’Inventaire à un niveau extrarégional.

Il encadre l’étude et permet au chercheur d’avoir une boussole. Pour autant, les recherches de l’Inventaire ne peuvent et ne doivent s’affranchir de la méthode nationale, le CCST répond donc à un cadre ; le chercheur doit se conformer à un canevas préétabli. En 2003, un plan préétabli fait son apparition au sein de celui des rapports annuels (document de synthèse remis chaque année par les Régions au Ministère). Puis, un canevas est réalisé auquel l’étude de Riom menée par Bénédicte Renaud-Morand se pliera, sorte de test scientifique présenté au cours de la dernière séance du groupe de travail sur les CCST (28 septembre 2006). Le compte rendu attire alors l’attention sur le nécessaire caractère scientifique du CCST ayant pour effet de remettre en cause sa position de préalable à l’étude.

Il est en effet mentionné que suivre le canevas tel que présenté dans l’étude de Riom « supposerait presque que l’opération soit … déjà faite ».

Cela soulève le fait que le CCST n’est pas un document figé. Il évolue au fil des retours de terrain. Il est possible qu’une problématique s’avère finalement non pertinente et que l’observation de terrain ouvre d’autres perspectives. Ainsi, on peut se poser la question de savoir où commence et où s’achève le travail de problématisation d’une étude.

Début du CCST : mise en ordre du questionnement

Le CCST de Riom démontre que même s’il n’est qu’une étape préalable à l’enquête, il n’est pas uniquement une formalité d’ordre administratif par laquelle on se contenterait de donner le contexte et les moyens matériel de l’étude. Le CCST est un document scientifique qui doit poser une problématique, par conséquent définir les questions auxquelles on entend répondre et mettre en adéquation les moyens nécessaires pour ce faire. Or, ces questions ne trouvent une pertinence qu’en fonction du terrain étudié parce qu’elles doivent aider à souligner une spécificité territoriale. Il n’est par conséquent pas possible de les élaborer a priori. Les premiers pas sur le terrain peuvent soulever une nuée de questions qu’il convient de synthétiser en deux ou trois grands axes de réflexion. Avant donc de discriminer les axes problématiques de l’étude, il faudra avoir pris connaissance de la nature et de la quantité de la documentation (publications, archives) ainsi que de la composition globale du terrain. Ce que l’on entrevoit dans le CCST de Riom est une articulation entre des questions et des axes de recherche synthétique. Les questions portent sur le degré d’homogénéité des façades, qui est en effet une des caractéristiques de cette ville : « le dessin des façades et leur alignement : comment jouent degrés de liberté, règles d’usage et du goût d’une part, et réglementation urbaine de l’autre ? La structure des demeures : quels traits définissent des formes de référence, quels traits traduisent leurs variantes, comment se situent-ils dans la chronologie ? Façades et structures : que dit la façade sur la structure, y a-t-il des associations privilégiées entre façades et structures, contemporaines ou non ? Quelle est la part de l’héritage médiéval dans le tissu actuel ? » Les deux axes problématiques seront par conséquent :

« les façades, les systèmes distributifs comme base d’une typo-chronologie des demeures, et la restitution la plus exhaustive possible du substrat médiéval sur lequel la ville s’est construite par récolement des vestiges matériels. »

Sans doute, pour arriver à ce point, Bénédicte Renaud-Morand a-t-elle dû affronter une avalanche de questions s’attachant au détail de l’observation de terrain. C’est en tout cas l’expérience directe que nous avons faite lors de nos premiers pas sur le terrain des boulevards de Clermont-Ferrand. Les questions s’amoncelaient avant de prendre la forme d’axes définis. Quels sont les types des bâtiments de bord de rive ? Est-ce qu’on observe des phénomènes d’imperfections urbaines (pour reprendre la démarche de M. Darin3), supposant un relevé des héberges, pignons d’alignement, élévations aveugles, d’après la terminologie de B. Gauthiez4 ? Est-ce que l’alignement est régulier et quand peut-on parler de rupture d’alignement, de discontinuité ? Les façades sont-elles orientées vers le boulevard ? Reflètent-t-elles une absence de prise en compte du contexte ou à l’inverse marquent-elles des phénomènes de combinaisons avec leurs mitoyens ? Sont-elles traitées de façon particulièrement soignée ? Comment s’organisent les intérieurs par rapport à la voie (on ne rentre pas dans les immeubles mais on a les plans grâce aux archives) ? En définitive, ces questions renvoient à deux grands axes de recherche. Il s’agit de caractériser le mode d’édification de rives par observation des séquences bâties (chronologie d’édification, type d’alignement) et de caractériser le degré d’élaboration architecturale des édifices de ces rives et leur relation avec le tissu urbain.

 

Séquence urbaine, front d’îlot avenue d’Italie. La toiture au premier plan qui rattrape l’alignement, la rupture d’échelle et le mur d’héberge, puis le dernier édifice en rupture d’alignement, les styles de bâtiments très distincts donnent à cette séquence un caractère hétérogène. Phot. © C. Parisey/Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2023

 

Fin du CSST : mise en place de la grille de lecture

Une nouvelle difficulté s’élève alors : quels critères s’avèreront les plus pertinents pour répondre à ces questions ? A ce stade de la rédaction du CCST, il faut suspendre sa plume et retourner sur le terrain pour tester l’outil d’observation synthétique qu’est la fiche de repérage puisqu’elle est le relevé opéré in situ des éléments qui vont permettre de qualifier, d’ordonner et de faire des typologies de ce que l’on a vu. De la même façon qu’est nécessaire le tamisage des questions pour arriver à un problématique s’établissant en axes clairement énoncés, il faut parvenir à se départir de la variété que l’on rencontre sur le terrain par l’établissement d’un nombre limité de critères. L’œil est, par exemple, attiré par la variété des types d’encadrement de baies. Cependant, est-il pertinent de les décrire dans le détail ? On risque là d’introduire une telle masse de particularités qu’il deviendrait impossible d’en faire un critère concourant à l’établissement d’une typologie. On prend donc le parti de ne conserver qu’une notation générale se résumant à un critère binaire : baies ornées / baies non ornées. Ce sont là des choix qui ressortent de la problématique et de son application à un terrain donné.

« On entend par « étalonner les regards », le fait de considérer l’œil comme un instrument de mesure, qu’il convient de calibrer par une procédure de réglage (méthodologiques et épistémologiques), dont l’objectif est d’obtenir les mêmes résultats en termes de mesure et de restitution des données, quel que soit la situation initiale (l’observateur ou le terrain observé). Cela nécessite donc avant tout de définir une grille de lecture ».5

La grille de lecture reflète l’objectif et structure la méthode de recherche. Cela est sans doute l’opération la plus délicate dont le CCST fait état.

La boussole

A ce stade, nous savons quels sont les critères qui vont encadrer notre regard et la logique qui sous-tendra la restitution de l’étude. On peut donc, dans le CCST, exposer la méthode employée. Pour l’exemple de l’étude sur les boulevards de Clermont, l’opération se décompose en trois étapes : la première s’élabore au bureau en dépouillant les archives. Elle part de ces dernières et de la superposition cadastrale afin d’établir un calage chronologique qui oriente la détermination d’une typologie d’édification de rives (en sandwich, en damier, en séquence linéaire chronologique, autonome). Le terrain fournit les éléments des deux étapes suivantes. Les critères d’observation permettent de discriminer le caractère homogène ou hétérogène d’une séquence d’édifices généralement découpée en front d’îlot. Enfin, le relevé de la morphologie architecturale s’effectue édifice par édifice. L’observation de terrain permet de qualifier le degré d’implication dans la composition architecturale des bâtiments. « Afin de quantifier cet effort qui pourrait finalement renvoyer à des considérations esthétiques difficilement ordonnables, une grille de lecture a été mise en place qui comprend le type de façade (du simple pan vertical parfois agrémenter de la saillie de balcons à un jeu d’emboîtement de corps de bâtiment), l’emploi de décor ou de matériaux spécifiques (briques, pierre de Volvic), de rythme des ouvertures (symétrie, ordonnance), l’ornement des baies, le traitement des angles du bâtiment comme des ouvertures (allant du simple angle droit à un jeu d’association de pans coupés, d’amortissements, d’arcs) et l’usage d’un marquage de lignes horizontales et verticales (liaison des travées et limitation des niveaux, jusqu’à parfois former un quadrillage) »6.

On va ainsi pouvoir croiser deux critères qui donneront lieux à une typologie (mode d’alignement et degré de composition architecturale) au sein de laquelle la fonction de l’édifice, la distribution intérieure et le traitement du niveau de rez-de-chaussée (qui est à la fois un potentiel marqueur chronologique mais aussi la première appréhension urbaine du piéton depuis le trottoir) permet de dégager des familles qui iront nourrir les dossiers collectifs.

Le CCST est reporté dans le dossier d’opération de l’étude. Il se place donc effectivement en préalable. Cependant, il irrigue l’ensemble de la démarche puisque son organisation se retrouve dans la rédaction des dossier d’œuvres : la partie consacrée au texte de présentation exposera le contexte urbain (typologie d’édification de rive, mode d’alignement, caractère homogène ou hétérogène de la séquence), l’historique et la description se concentreront sur l’édifice étudié déployant les éléments collectés dans les archives et les critères d’observation du bâtiment. Le CCST conserve par conséquent son rôle structurant dans la restitution de l’étude.

Conclusion

Le CCST est un document martyre qui peut être modifié alors même que l’enquête est entamée. En revanche, il conserve tout au long de l’étude un rôle introductif. Il ne donne pas de résultats, que l’on trouvera dans les dossiers de synthèse ou dans une publication, mais transcrit les questions que se posent le chercheur (et les moyens pour atteindre les réponses) ou bien décrit des hypothèses de travail. Cette démarche n’est d’ailleurs pas propre à l’Inventaire mais est celle de toute recherche en science sociale : « Alchimie de la recherche, qui voudrait que l’on ait une problématique fondatrice pour s’élancer, quand elle s’établit largement en cours de route, pour ne pas dire en fin de parcours »7.

 

Félicie Fougère, Conservatrice du patrimoine, responsable unité Ressources, Inventaire et patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 



Citer ce billet
Félicie Fougère (2024, 3 avril). Le Cahier des clauses scientifiques et techniques (CCST) à l’Inventaire : préalable et boussole de l’étude. Les Carnets de l'Inventaire. Etudes sur le patrimoine culturel en Auvergne-Rhône-Alpes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w632

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Cahier des clauses scientifiques et techniques (CCST), Etat de la réflexion (novembre 2011), publication du Ministère de la culture, Inventaire Général du Patrimoine Culturel : Projets scientifiques d’opérations – CCST []
  2. Compte rendu de la conférence des CRI des 11-12 mai 2005 []
  3. DARIN M., La comédie urbaine, édition Infolio, collection Archigraphy, 2008 []
  4. Ministère de la Culture et de la Communication. Direction de l’Architecture et du Patrimoine. Espace urbain. Vocabulaire et morphologie. Réd. Bernard Gauthiez. Paris : Centre des Monuments nationaux / Monum, Éditions du patrimoine (coll. “Principes d’analyse scientifique”), 2003 []
  5. SCHWERER Odile. Pour un répertoire des formes en périurbain. Une étude de cas : le parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, PERIURBAINS – PNR Haute Vallée de Chevreuse : Cahier des clauses scientifiques et techniques, 2013 []
  6. FOUGERE F., Présentation de l’opération d’inventaire des boulevards de ceinture de Clermont-Ferrand, 2023, (Présentation de l’opération d’inventaire des boulevards de ceinture de Clermont-Ferrand – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  7. BURGEL G., Variations sur la méthode, in Marcel Roncayolo, sur les pas d’un géographe singulier, Ed. Parenthèse, 2023, p. 109 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search