Quand la ville se transforme – dossiers d’urgence dans le cadre de l’étude d’Inventaire des boulevards de Clermont-Ferrand

 

Les premiers repérages des parcelles riveraines des boulevards de ceinture de Clermont-Ferrand1 ont fait apparaitre un ensemble de bâtiments menacés de destruction pour être remplacés par des résidences. Ce cas de figure n’a rien d’exceptionnel : la ville se développe en se densifiant verticalement par la substitution d’immeubles de moyenne ou grande hauteur à des maisons individuelles généralement pourvues de jardin. Cependant, il est d’usage de rédiger un dossier d’œuvre lorsque nous rencontrons, dans le périmètre d’une étude, un élément architectural en passe de disparaître ou d’être profondément remodelé (opérations d’urgence). Ainsi, en marge de l’activité d’analyse du patrimoine présentant un intérêt historique et architectural, l’Inventaire conserve par la mémoire les éléments qui sont voués à disparaître. Au demeurant, l’exercice s’avère intéressant : ces architectures n’auraient pas forcément été retenues par la grille de sélection des œuvres étudiées. S’imposant ainsi, au risque de ne pas présenter grand intérêt, l’on constate qu’en définitive elles permettent d’asseoir un discours sur la mutation urbaine.

Dans le cas qui nous occupe, l’intensification de la circulation automobile et la croissance de la ville érodent, depuis la fin du XXe siècle, un paysage urbain qui à l’origine était composé de jardins et de leurs villas ainsi que d’industries. De fait, sur une portion relativement courte du boulevard nord (fig. 1.), ce sont cinq édifices qui sont en passe de disparaître ou ont déjà disparu emportant avec eux des espaces végétaux, micro-points de verdure dont les urbanistes soulignent à l’heure actuelle l’importance, oblitérant également des pans d’histoire urbaine. A cela peut s’ajouter une modification de l’alignement en bord de rive du boulevard ou bien encore une restructuration globale de l’aménagement d’un îlot. Une déambulation remontant le boulevard Lavoisier, du n°132 aux n°64 et 66, nous permet d’observer l’addition de ces ingrédients de transformation urbaine.

Fig. 1. L’étude d’Inventaire des boulevards de ceinture documente les parcelles riveraines à cette voierie. Les balises indiquent les dossiers d’urgence du boulevard Lavoisier, au nord. Dess. © F. Fougère / Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, sur fond de plan © IGN

Le boulevard Lavoisier se situe au nord de l’aire d’étude. La portion qui nous intéresse débute au carrefour de la rue Fontgiève et s’achève à l’embranchement du périphérique extérieur venant de Montferrand et, au-delà, des autoroutes. Cet embranchement est d’ailleurs important : l’abandon du projet de prolongement du périphérique extérieur, rendu impossible par la butte de Montjuzet, rabat un tel flot de voitures qu’un système de doublement du boulevard Lavoisier a été mis en place à la fin des années 1980 (trois voies du nord-est au sud-ouest pour le boulevard Lavoisier, deux voies en sens inverse dans la rue du Clos-Notre-Dame). Autant dire que les vertus campagnardes qui avaient présidé à l’architecture du boulevard ne sont plus de mise. Ainsi, les vieilles maisons avec jardin disparaissent. Autre spécificité de ce secteur : le carrefour avec la rue Fontgiève était jusque dans les années 1970 occupé par les usines du caoutchoutier Bergougnan. Cette activité a disparu et a été remplacée par l’extension de la zone urbaine (résidence Galaxie, années 1970, Julien Arnaud et R. Bournadet architectes).

L’histoire s’efface

Plan de localisation. Dess. © F. Fougère sur fond de plan © IGN – Antenne ASSEDIC du Puy-de-Dôme. Phot. © Christian Parisey et Marion Urbanek, Région Auvergne-Rhône-Alpes, inventaire général du patrimoine culturel, 2024

 

L’ancienne antenne ASSEDIC du Puy-de-Dôme (fig. 2.) a été démolie au printemps 20242. Ce petit immeuble de bureau, construit à la fin des années 1990 par l’architecte Eugène Chifolo, va être remplacé par une résidence comprenant 60 logements, dont 12 logements sociaux, et 54 places de stationnement. Le promoteur est le groupe Edouard Denis, le cabinet d’architecte est basé à Riom (Yannick Hech, architecte). Par son implantation et sa morphologie, le bâtiment de l’antenne ASSEDIC rappelait le passé industriel de ce secteur. C’est avec la disparition de l’usine de bandage caoutchouté Bergougnan que commence l’effacement historique. Sur la photo aérienne de l’IGN (fig. 3), on voit distinctement les usines qui occupaient tout l’îlot compris entre la rue Fontgiève et le boulevard Berthelot. L’installation industrielle s’étendait également sur la rive nord du boulevard Lavoisier, au-delà du carrefour avec la rue Fontgiève. Un plan de 1948 détaille l’occupation de ce secteur (fig. 4).

Fig. 3. Détail d’une photographie aérienne. Phot © IGN, réf. C2531-0211_1964_CDP4038_5690, 05/07/1964

Fig. 4. Plan d’implantation, 132-148 boulevard Lavoisier, 1948. Dess. © Service immeubles, ville de Clermont-Ferrand / Archives municipales de Clermont-Ferrand

A l’angle du boulevard, en bas à gauche du plan, se trouve la villa Bergougnan, actuelle Chambre de Commerce et d’Industrie3, puis en progressant vers la droite, le magasin SOCAP de l’usine, détruit en 1996 pour l’agrandissement de la CCI (auditorium, Sylvie Soulas et Geneviève Jourde architectes).Les entrepôts et hangars ont cédé la place à une station-service et à la résidence Lavoisier, au début des années 1970 (Julien Arnaud et R. Bournadet architectes). Enfin, en bas à gauche du plan, se trouve l’emplacement de l’antenne ASSEDIC. En 1960, ce local de stockage est réaménagé par l’entreprise Bergougnan (façade en béton portant la raison sociale sur le pignon). Puis, dans les années 1970, le bâtiment appartient au « comptoir des pharmaciens du centre » qui ajoute des quais de déchargement de part et d’autre de l’édifice. Le bâtiment de l’antenne ASSEDIC n’est certes plus un hangar mais il en conservait globalement les traits par le parti architectural qui avait été adopté, ce qui était une façon d’en conserver la mémoire. Ce bâtiment reprenait, en effet, le plan issu des agrandissements successifs, le vaisseau central dans lequel était implanté le hall d’accueil correspondait à l’ancien entrepôt, les bas-côtés flanquant le hall dans lequel étaient installés les bureaux rappelaient les quais de déchargement édifiés dans les années 1970. On note également l’habillage de la façade en brique qui peut être lu comme une référence à l’ancienne destination industrielle de ce secteur. Le projet de résidence “Opus” déposé en 2022 transforme le gabarit du bâtiment en l’élevant à plus de 16m. On passe également d’une entrée vitrée sur le boulevard à un rez-de-chaussée aveugle abritant des places de parking.

 

Fig. 5. Plan de localisation. Dess. © F. Fougère sur fond de plan © IGN – Immeuble vu depuis le jardin, 105 boulevard Lavoisier. Phot. © François-Nicolas L’Hardy, 2021

 

Au carrefour du boulevard Lavoisier et de la rue Paul Diomède, se dresse un mur pignon sur lequel se lit encore la répartition des pièces d’habitation par le papier peint formant un patchwork coloré. C’est le dernier vestige d’un petit immeuble détruit au début de l’année 2024 (fig. 5)4. Il était l’un des premiers à avoir été construit le long du boulevard Lavoisier alors à peine ouvert, en 1913. A cette époque, la villa Bergougnan (actuelle CCI) était en cours de construction et une seule maison s’élevait entre elle et notre immeuble.

La construction du promoteur GC immo, Pierre-Olivier Gaulat architecte, est une résidence de 35 logements, dont 17 logements sociaux et de bureaux. Si l’on fait l’effort de remonter dans le temps, on constate que le jardin qui se trouvait derrière l’immeuble était le dernier vestige d’un cœur d’îlot occupé par des jardins maraichers. Les photos aériennes de l’IGN en infrarouge (fig. 6) permettent de bien repérer la rétractation du couvert végétal.

Fig. 6. Evolution de l’îlot sud du Boulevard Lavoisier. Dess. © Guylaine Beauparland-Dupuy, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2022 sur fond phot. © IGN 1974, 1985, 2000

En 1974, seul le front de boulevard est construit. L’ilot n’est pas encore traversé par la voierie et son cœur est constitué de jardins. En 1985, la première portion de la rue du Clos-Notre-Dame commence à fractionner l’ilot. Le périmètre des jardins est réduit de moitié par l’implantation d’une résidence, d’un EHPAD et d’un supermarché. En 2000, l’ilot est découpé par le percement, au nord, de la rue du Clos-Notre-Dame et, au sud, par l’ouverture de la rue Paul-Bresset, sur le tracé de la Tiretaine enterrée. Le reste des jardins a été remplacé par un terrain de sport. Par conséquent, le jardin du n°105 boulevard Lavoisier constituait le dernier vestige du cœur d’un vaste îlot entièrement végétalisé. En dehors des considérations écologiques que cela pourrait susciter, nous assistons là encore à un phénomène d’effacement historique. S’y ajoute une modification de l’aménagement du carrefour : à l’origine, les deux bâtiments en vis-à-vis disposent de jardins les isolant de la voierie. Les entrées étaient positionnées latéralement à l’axe du boulevard et donnaient sur les jardins. Le nouveau bâtiment du n°105 va épouser la morphologie parcellaire, occupant tout le front d’îlot et créant une connexion avec la rue Paul Diomède.

 

Fig. 7. Projet d’élévation au n°105 boulevard Lavoisier. Dess. © Olivier Gaulat, services de l’urbanisme de Clermont-Ferrand. Façade de la « villa Vigneron » en vis-vis, 110 boulevard Lavoisier. Phot. © Christian Parisey, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2023

Cependant, lorsque l’on observe alternativement le dessin du projet et la photo de la « villa Vigneron »5 placée en vis-à-vis, on constate une similitude de couleur : des teintes ocres. Surtout, on note une reprise morphologique par l’adoption d’un renfoncement de la travée centrale, produisant l’impression que le bâtiment s’inscrit dans une courbe, un cercle (une sorte d’effet de camembert auquel on aurait enlevé une part). Ce vis-à-vis est troublant, agissant comme un miroir déformant dans lequel le volume de la “villa Vigneron” est préservé tout en étant porté à une dimension emphatique. Les proportions n’ont plus rien à voir : six étages par rapport à un étage sur rez-de-chaussée surélevé. La transformation urbaine s’établit donc ici par une rupture d’échelle de gabarit d’immeuble et l’apparition d’un rez-de-chaussée aveugle, auxquels s’ajoute la disparition d’un espace vert qui rappelait l’histoire de cet ilot.

 

La rive du boulevard se modifie

 

Fig. 8. Plan de localisation. Dess. © F. Fougère sur fond de plan © IGN – Façade de la maison, 8 rue Montaigne. Phot. © Christian Parisey, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2023

 

La maison du n°8 rue Montaigne, portant également le n°94 boulevard Lavoisier, est construite en 1914 en fond de parcelle (fig. 8)6. La confluence des rues Montaigne et Eugène-Pelletan forme, à son débouché sur le boulevard Lavoisier, une placette triangulaire que borde le jardin de la maison du n°8 rue Montaigne, elle-même placée en recul oblique par rapport à l’axe du boulevard.

Fig. 9 et 10. Détail d’une photographie aérienne © IGN, réf. C2531-0251_1947_CDP2345_0082, 10/01/1947 et réf.CN81000321_1981_FR3300-DIC_2660, 01/01/1981

 

À partir de 1926, un premier état du bâti de rive fait apparaitre une ligne de retrait oblique par rapport à l’axe du boulevard, retrait occupé par de vastes jardins (fig. 9). Le premier édifice constitutif de cette ligne, l’actuel n°90 bis, est établi avant 1890. L’implantation du n°8 de la rue Montaigne en 1914, à l’ouest de ce premier édifice, puis celle à l’est du n°88 en 1926, complète ce dispositif d’urbanisme en retrait oblique. En 1954, une demande de permis de construire d’un immeuble sur le devant de parcelle du n°90 est déposée qui aura pour effet d’occulter le bâtiment déjà présent et d’engendrer une allée de desserte latérale (fig. 10). Cette modification sera complétée par le comblement de la parcelle du n°8 rue Montaigne, puisque le projet de la résidence qui se substituera à la maison épouse la morphologie parcellaire, oblitérant le jardin. La résidence Le Montaigne (Sinhsay Nachampassak architecte, Wabi Sabi paysagiste, promoteur immobilier Edouard Denis) comprendra 22 logements, dont 17 logements sociaux et 22 places de stationnement. 

 

Fig. 11. Façade sur le jardin. Phot. © Christian Parisey, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2023

La façade présente des ouvertures à décor d’encadrement de briques à talon surmontant une poutrelle métallique ornées de cache rivet en rosette. Ce décor est accompagné de motifs de croix en briques émaillées et le cabochon émaillé (fig. 11). C’est un type d’architecture assez courant au début du XXe siècle, qui reprend une partie des codes de l’architecture de villégiature. Nous retrouvons les phénomènes de mutation déjà évoqués par la suppression du jardin et la modification du gabarit de l’édifice. S’y ajoute l’effacement d’un type d’architecture que l’on peut assimiler à la villégiature de bord de ville et une modification de l’alignement sur rue. Ce phénomène se répète, dans des proportions plus importantes encore, un peu plus loin.

L’îlot se restructure

 

Fig. 12. Plan de localisation. Dess. © F. Fougère sur fond de plan © IGN – Façades des n°64 et 66 en surplomb du boulevard Lavoisier. Phot. © Christian Parisey, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du Patrimoine Culturel, 2023

 

Nous sommes près du grand carrefour où le boulevard extérieur rejoint le boulevard de ceinture (fig. 12). Les deux demeures, édifiées en 1924, sur les plans des architectes Guillaume Maschat pour le n°64 et Charbonneaux pour le n°66, sont placées en milieu de parcelle7. Le projet de construction de la résidence L’élémentaire comprend deux bâtiments totalisant 40 logements dont huit sociaux ainsi que 33 places de stationnement (William Teissier architecte).

Les parcelles de cette rive du boulevard Lavoisier, à l’origine plantées en vigne, présentent une forte inclinaison nord-sud. D’étroits escaliers fermés par des portails en ferronnerie ouvragée permettent l’accès aux maisons d’habitation. Le bâti s’établit tout d’abord selon un axe oblique par rapport au boulevard (fig. 13). Cette configuration plaçait les constructions entre un jardin d’agrément sur le devant des parcelles et un jardin potager à l’arrière. Dans les années 1930, des bâtiments annexes sont construits à l’alignement de l’axe du boulevard. La tendance à l’alignement sur le boulevard s’accentue entre 2007 et nos jours par la construction de résidences qui aura également pour effet d’effacer la ligne des maisons d’origine (fig. 14).

Fig. 13. Photographie aérienne © IGN, réf. CP09000342_09_073416, 05/08/2009. La ligne de retrait oblique des maisons placées en milieu de parcelles est visible. Fig. 14. Photographie aérienne © IGN, réf. CP13000622_036_1563, 12/08/2013. La ligne de retrait oblique des maisons placées en milieu de parcelles est coupé à gauche et au milieu par l’édification de résidence

Le projet actuel qui verra la substitution des maisons des n°64 et 66 fera de l’alignement sur le boulevard et d’un redoublement du bâti en fond de parcelle la nouvelle norme. Le milieu de parcelle sera alors occupé au mieux par des pelouses au pire par des parkings. On peut imaginer ce que percevait un piéton jusque dans les années 2010, à savoir un théâtre de la ville qui se déployait de façon implicite au-delà des garages, que l’on apercevait grâce aux portes à l’élégante ferronnerie donnant sur le boulevard, ou entre la cime des arbres encadrant les derniers niveaux des maisons, avec leurs lucarnes-pignons et leurs décors de pans de bois. Ces maisons, de type villa pittoresque, renvoyant à l’idée de villégiature « de bord de ville », se prémunissaient de la trop grande proximité de la rue tout en se dévoilant au regard par intermittence. A présent, il n’y a presque plus rien de cette implicite : le front de rue de l’îlot est fermé par des immeubles dont les rez-de-chaussée aveugles forment une muraille opaque.

 

Fig. 15. Rive du boulevard Lavoisier avant et après 2007. Photos état ancien (haut) © Archives municipales de Clermont-Ferrand; photo récentes (bas) et montages © François-Nicolas L’Hardy, 2023

La modification urbaine, ici étendue à l’ensemble d’un îlot, s’établit par la disparition des jardins, l’inflation du gabarit, la destruction de l’architecture de villégiature en retrait et la prédominance des rez-de-chaussée aveugles à l’aplomb du trottoir.

 

Conclusion

Cette évocation d’une évolution urbaine n’entend pas porter un regard passéiste qui condamnerait les réalisations contemporaines. Cependant, ce qui fait la richesse d’un paysage urbain est la rencontre, en des espaces proches voire mitoyens, de créations architecturales de fonction et d’époque diverses. Lorsqu’intervient, comme on vient de le voir, une série de modifications du bâti sur un secteur restreint, on court le risque d’éteindre la diversité et d’engendrer une monotonie qui efface toute profondeur historique.

 

Félicie Fougère, Conservatrice du patrimoine, responsable unité Ressources, Inventaire et patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour aller plus loin

La ceinture des boulevards de Clermont-Ferrand – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

Dossier d’œuvres citées dans l’article:

Entrepôt de l’entreprise Bergougnan, puis entrepôt de produits pharmaceutiques, actuellement Pôle emploi – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

Maison, dite “Villa Bergougnan”, actuellement Chambre de Commerce et d’Industrie du Puy-de-Dôme – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

Maison actuellement immeuble – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

Maison – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

maisons – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr)

 



Citer ce billet
Félicie Fougère (2024, 3 juin). Quand la ville se transforme – dossiers d’urgence dans le cadre de l’étude d’Inventaire des boulevards de Clermont-Ferrand. Les Carnets de l'Inventaire. Etudes sur le patrimoine culturel en Auvergne-Rhône-Alpes. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rrx

______________________________________________________________________________
Notes
  1. étude consultable sur internet : La ceinture des boulevards de Clermont-Ferrand – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  2. dossier consultable sur internet : Entrepôt de l’entreprise Bergougnan, puis entrepôt de produits pharmaceutiques, actuellement Pôle emploi – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  3. dossier consultable sur internet : Maison, dite “Villa Bergougnan”, actuellement Chambre de Commerce et d’Industrie du Puy-de-Dôme – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  4. dossier consultable sur internet : Maison actuellement immeuble – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  5. construite en 1937 par Valentin Vigneron []
  6. dossier consultable sur internet : Maison – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []
  7. dossier consultable sur internet : maisons – Inventaire Général du Patrimoine Culturel (auvergnerhonealpes.fr) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search