L’Unité Nationale Séricicole de La Mulatière (1979-2009)

Vue d'ensemble est du site.

Vue d’ensemble est du site. Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009 – ADAGP

Suite à la fermeture de la Station séricicole d’Alès en décembre 19771, et afin d’assurer le support matériel et logistique au maintien du siège de la Commission Séricicole Internationale en France, l’Unité Nationale Séricicole (UNS) est créée à La Mulatière, à côté de Lyon, en 1979. Le choix du lieu de l’installation de l’Unité Nationale Séricicole n’est pas un hasard : la soie2, qui a été la base de tous les développements techniques et industriels de la ville de Lyon, ainsi que la présence de l’Institut Textile de France (ITF), héritier direct de la Condition des soies3, et de l’Université Lyon 1, ont expliqué ce choix.

Plan du rez-de-chaussée (archives UNS).

Plan du rez-de-chaussée (archives UNS). Reproduction Nadine Halitim-Dubois © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2009 – ADAGP

L’Unité Nationale Séricicole, qui relève4 de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) depuis 1990, était dirigée par Gérard Chavancy, du CNRS. Le projet de ce laboratoire relevait du domaine des applications de la transgénèse : « transformer la glande séricigène, constituée d’un sécréteur, d’un réservoir et d’un tube conducteur qui libère en deux jours un fil d’un kilomètre de long et de 20 microns de diamètre (ce filament est principalement constitué d’une protéine appelée « fibroïne »), en usine à protéines. De faire en sorte, que le bombyx en vienne à produire de la soie d’araignée, plus résistante encore, ou des vaccins et des hormones à usage médical5. »

Vue de la bibliothèque.

Vue de la bibliothèque. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Ce laboratoire de recherche, atypique, unique en Europe (le seul centre équivalent se trouvant au Japon), est installé dans une villa du XVIIIe siècle où a été planté un jardin séricicole qui comprend un conservatoire des différentes espèces et cultivars6 de mûriers (l’arbre d’or), unique alimentation du ver à soie. L’animalerie héberge un stock de 70 lignées de vers à soie dit Bombyx mori7, qui présente des caractéristiques physiologiques et génétiques variées permettant de donner des quantités importantes de soie de très haute qualité.

Vue intérieure des bureaux.

Vue intérieure des bureaux. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Vue des laboratoires.

Vue des laboratoires. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Un des axes de recherche de l’UNS, grâce aux méthodes de la génétique moléculaire et du génie génétique, a été la transformation du patrimoine héréditaire de l’insecte pour obtenir, dans la glande séricigène, la production de protéines d’intérêt économique – pharmaceutique et médical (pansement cicatrisant, vaccins) ou agronomique – qui seront synthétisées et sécrétées avec la soie. Les industries de transformation de la soie, situées essentiellement en région Rhône-Alpes, dépendent exclusivement de la Chine pour leur approvisionnement en matière première : le fil de soie grège (brut). Pour pallier ce monopole chinois, une tentative a été menée par un groupe de six industriels pour créer « Eurochrysalide », une société anonyme dont l’UNS était le partenaire principal. L’objectif était de mettre en place, en France, une filière technologique complète de production de soie grège du mûrier au fil de soie, pour assurer un transfert de technologie.

Salle de réunion et armoire des curiosités.

Salle de réunion et armoire des curiosités. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Magnanerie.

Magnanerie. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

En effet, en 1994, dans le cadre des missions de la Commission Internationale Séricicole, sous la direction de son secrétaire général le Dr. Gérard Chavancy, a été élaboré un programme européen de production d’oeufs de vers à soie pour les pays ayant une activité séricicole. Dans ce projet « Eurochrysalide »,  l’UNS  a contribué au soutien scientifique et technique d’une unité de production (grainage) localisée au Pradel, sur le domaine Olivier de Serres (Ardèche). La sélection d’hybrides se faisait dans les locaux de l’Unité Nationale Séricicole. Cette structure a cessé ses activités en novembre 2009.

Maison principale.

Maison principale. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Pourtant l’empreinte textile reste forte pour la région Rhône-Alpes, avec comme corollaire le ver à soie qui en matière technologique avait, sans nul doute, un avenir prometteur. En effet, en 2000, les chercheurs du laboratoire implantent un gène étranger dans le génome du ver à soie : le processus génétique de la synthèse d’une soie modifiée est une première mondiale et fait référence au Japon. Deux défis sont atteints : le ver à soie peut produire d’autres protéines que la protéine soie, et cette transformation génétique est transmissible dans la descendance à partir d’un seul ver transformé. La création d’une nouvelle lignée permettait de produire une protéine de toute nature : un vaccin, une hormone où même de la soie d’araignée. En effet, le laboratoire aurait pu continuer les recherches pour produire une soie d’araignée dont les propriétés mécaniques du fil, à diamètre égal, sont 100 fois plus solide que l’acier alors que le fil du bombyx n’est que 10 fois plus solide que l’acier. La fabrication d’un fil composite entre la soie du bombyx et la soie d’araignée était en cours : il ne restait qu’à « supprimer » l’expression du gène qui exprime la synthèse de la soie du ver à soie, et n’avoir que l’expression de la spidroïne (soie d’araignée) pour ne produire qu’un fil de soie d’araignée. Des étudiants de Jussieu8 continuent toujours à travailler sur les propriétés mécaniques de la soie, encore en collaboration avec Bernard Mauchamp qui reste avec Gérard Chavancy et Bernard Perret les seuls référents9  sur le ver à soie. A titre d’exemple, ils sont intervenus à la villa Créatis à Lyon-Vaise pour l’allée plantée de mûriers de l’entrée.

Vue côté jardin.

Vue côté jardin. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Cette stratégie de transgénèse a été mise au point conjointement avec une équipe japonaise (Dr. Tamura, Tsukuba10). Ce travail a abouti en 2000 et fait l’objet du dépôt d’un brevet commun. L’INRA ayant cédé ses revendications lors de la suppression de l’UNS, le brevet est aujourd’hui entièrement japonais.

Nymphée.

Nymphée. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Un autre travail initié grâce à cette technique, a été réalisé avec une équipe indienne : rendre résistantes des lignées européennes, très sensibles à des virus (les baculovirus), et qui de ce fait ne pouvaient pas être élevées en Inde. Par un système très novateur et original, ont été transformés des vers à soie qui produisaient, dans toutes les cellules, des molécules bloquant la synthèse de protéines du virus indispensable à son développement. Le travail initié par un stagiaire indien à l’UNS, et validé par deux stages de chercheurs de l’UNS en Inde (Indupour) a abouti à un brevet déposé par les Indiens et auquel l’INRA n’a pas souhaité apparaître comme co-inventeur, suite à la suppression de son intérêt de recherches sur le ver à soie à La Mulatière.

Conservatoire de mûriers.

Conservatoire de mûriers. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Conservatoire de mûriers.

Conservatoire de mûriers. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

L’Unité séricicole, qui a fermé ses portes en 200911, se composait de quatre entités : une maison du XVIIIe siècle de quatre niveaux dans laquelle se trouvait l’ancienne magnanerie ainsi que les laboratoires de recherche sur le Bombyx mori, la maison du chercheur-jardinier localisée au sud de la parcelle dans d’anciennes dépendances, un bâtiment nouveau très technique dans lequel se trouvait une magnanerie moderne, et un jardin conservatoire de mûriers Morus alba L. (unique aliment des vers à soie) ainsi qu’une mûraie12 de 8 000 m², plantée en 1990 sur la commune de Sainte-Foy-lès-Lyon, sur un terrain appartenant au Conseil général. Soixante espèces et variétés sont présentes (à mûres blanches, rouges et noires), soit environ 4 500 mûriers conduits en cordons simples, cordons doubles, chandeliers, gobelets et têtes de saule13.

Conservatoire de mûriers  longeant le mur de soutènement.

Conservatoire de mûriers longeant le mur de soutènement. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2008 – ADAGP

Après la fermeture de l’Unité, les chercheurs ont essayé de sauvegarder les lignées ; des contacts ont été pris avec la station séricicole de Padoue en Italie, qui avait donné son accord pour acquérir les lignées, et un dépôt a ainsi pu être réalisé. De même, les ADN ont été extraits de chacune des lignées et ont été remis à un laboratoire japonais : le patrimoine génétique des souches des collections de lignées de l’UNS est sauvegardé dans des tubes à essais dans un congélateur à -80°. Par ailleurs Bernard Perret, à travers son activité « Lyon vers à soie », continue à élever des vers à soie pour le grainage. Un travail en collaboration avec les différents musées de société de la région Rhône-Alpes est en cours, avec par exemple le Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne, les musées de Bussières et de Jujurieux dans l’Ain, où les habitants ont accepté de planter des mûriers dans leur jardin pour accompagner le projet. Parallèlement, Bernard Mauchamp propose, à la demande de nombreuses associations, des conférences sur la soie et le ver à soie en croisant les aspects scientifiques, historiques, sociétaux.

Vue des mûriers de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Vue des mûriers de Sainte-Foy-lès-Lyon. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2007 – ADAGP

Quant à la villa du XVIIIe siècle, elle a été achetée par la société GL-Events qui a pour projet la construction d’un hôtel de luxe avec intégration du conservatoire des mûriers. De même, depuis 2011, le champ de mûriers de Saint-Foy-lès-Lyon est conservé grâce à « Lyon vers à soie ».

Nadine Halitim-Dubois, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

(un grand merci à Bernard Mauchamp pour l’aide apportée à la rédaction de ce texte)

Pour citer cet article

HALITIM-DUBOIS, Nadine. « L’Unité Nationale Séricicole de La Mulatière (1979-2009) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 17 septembre 2014 [consulté le …]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/2981>

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Boucher J.-J., Art et techniques de la soie, projet associé Routes de la soie – Unesco – Sorlot-Lanore, 1996. []
  2. Les ailes de la soie, musée des Confluences, Rhône le Département. Silvana Editoriale, 2009, p. 32-45. []
  3. Halitim-Dubois, Nadine, La condition des soies à Lyon : évolution morphologique du bâtiment, in catalogue Lyon et dragons Dessiccateurs de la condition des Soies, Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon, EMCC, déc. 2012, p. 18 à 22. []
  4. Entretiens avec Gérard Chavancy et Bernard Mauchamp, Directeurs de recherche au CNRS-INRA. []
  5. Émeric Fisset, Au fil des routes de la soie, Chemins d’étoiles n° 11 – entretien avec Gérard Chavancy []
  6. Un cultivar est une variété de plante (arbres compris) obtenue en culture, généralement par sélection, pour ses caractéristiques « réputées uniques ». []
  7. Dit bombyx du mûrier. []
  8. Université Pierre et Marie Curie-Paris. []
  9. Venant de l’Unité Nationale de Sériciculture de la Mulatière (1991-2009). []
  10. Entretien avec Bernard Mauchamp, 2014. []
  11. Date du départ à la retraite de Gérard Chavancy et de Bernard Mauchamp. []
  12. Plantation de mûriers. []
  13. Bernard Perret spécialistes des mûriers à l’UNS, Sériciculteur-graineur « Lyon vers à soie » []

3 réponses

  1. Aurèle Crasson dit :

    Bonjour, je cherche à joindre Monsieur Bernard Mauchamp pour un projet précis et je ne trouve pas ses coordonnées à l’INRA. Serait-il possible de me donner une adresse mail ou il est possible de le contacter?

    merci d’avance et bien cordialement

  2. KARCHID dit :

    J’aimerais exprimé avant tout ma sympathie et mon humble respect devant un excellent article auquel j’ai prêté attention jusqu’au bout.
    Dans le cadre de notre TPE (Travaux personnelle encadrés ), et après avoir étudié des dizaines d’articles, j’aimerais savoir comment la soie du bombyx génétiquement modifié pourrait être 100 fois plus résistante que l’acier, et comment la soie du bombyx pourrait être 10 fois plus résistante que l’acier ? Qui après l’avoir comparé l’avoir comparé avec l’acier et 2 à 3 fois moins résistante que ce dernier à masse égal. Sur quel acier vous basez vous( contrainte à la rupture à citer éventuellement ) ?. Et une dernière question combien de gênes avez vous intégrer au génome du bombyx et de quel protéine constituant la soie d’araignée sont-ils responsable ?
    Etant Éleves de 1ére S-SVT, nous aimerions avoir quelque réponse à d’autres question, auquel votre expérience et connaissance pourrait répondre.
    PS : Veuillez ,si vous en avez l’occasion ou la volonté, nous répondre sur l’adresse mail indiqué. Et nous saluons au passage un très bon travail de votre part ainsi qu’une excellente aide qui nous a permis d’enrichir de savoir notre TPE

    Cordialement.

    • Julien Guillot dit :

      Bonjour,
      Nous vous remercions tout d’abord de l’intérêt que vous avez manifesté pour cet article. Les aspects purement scientifiques n’étant pas du ressort du service de l’Inventaire du patrimoine, je ne peux que vous conseiller d’effectuer des recherches bibliographiques dans des bases de données spécialisées (ScienceDirect, BioMed Central, Scopus, Pascal, etc.), notamment en y recherchant d’éventuelles publications des spécialistes mentionnés dans l’article (Gérard Chavancy, Bernard Mauchamp et Bernard Perret).
      Cordialement,
      Julien Guillot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *