De l’Institution Nolot à l’école Cavenne, cent-vingt-cinq ans d’histoire scolaire à Lyon

L’école élémentaire Cavenne (Lyon 7e) vient de faire l’objet d’une étude dans le cadre de l’inventaire topographique du patrimoine de Lyon (secteur urbain dit « Guillotière-Marseille-Saint-André »). Comme le rappelle l’inscription « Enseignement Secondaire » portée au sommet de la façade, cet édifice a été construit en 1888 pour accueillir un établissement d’enseignement secondaire privé, l’Institution Nolot, pensionnat de garçons. L’inventaire de ce bâtiment est l’occasion de sortir de l’oubli une institution et son fondateur, qui ont marqué leur époque mais sont aujourd’hui méconnus, et de tenter une expérience de micro-histoire scolaire dont les corollaires touchent à l’histoire des politiques scolaires, de la vie politique locale sous la Troisième République, ou à celle des institutions culturelles lyonnaises.

 

Ill. 1 : Institution Nolot, vue antérieure et vue postérieure. Deux vignettes publiées dans Lyon à l’Exposition universelle de 1900.

L’Institution Nolot, une école secondaire privée et laïque

 Origines

Au XIXe siècle, l’enseignement libre tenait une grande place dans le secteur secondaire, où les pensions et institutions privées, ouvertes et tenues par des particuliers, suppléaient à la grande rareté des lycées publics. Ainsi, la ville de Lyon ne comptait en 1875 que deux établissements secondaires publics, le Lycée de Lyon (actuel lycée Ampère) et le Petit lycée de Saint-Rambert (actuel lycée Jean-Perrin). À côté des grandes écoles congréganistes, telles celles des jésuites, des dominicains ou des chartreux, la plupart des institutions libres étaient alors de petits pensionnats ou externats laïques, issus de l’initiative individuelle d’un professeur et accueillant des effectifs modestes1.

Selon les termes de la loi Falloux du 15 mars 1850, qui avait affirmé le principe de la liberté de l’enseignement, l’ouverture d’une institution secondaire libre faisait l’objet d’une simple déclaration auprès du recteur d’académie. C’est en décembre 1876 qu’Antoine-Jacques Nolot effectue cette formalité2, même s’il reconnaît avoir donné des leçons à son domicile depuis 1871 et retient généralement cette dernière date comme date de fondation de son institution. Né à Verdun-sur-le-Doubs (71) en 1844, Nolot remplit les deux premiers critères d’autorisation, être âgé de plus de 25 ans et de nationalité française. La loi n’exige des directeurs d’institutions qu’un baccalauréat ou un brevet de capacité, or Nolot est bachelier ès-lettres et ès-sciences et a fréquenté la faculté de Lyon.

Ils doivent également justifier d’une expérience de cinq ans d’enseignement, que Nolot a entièrement réalisée comme professeur au cachet dans des institutions libres lyonnaises. Il intervient ainsi successivement en 1866 au Pensionnat Carlet (1 quai de Castellane), qualifié d’ « établissement modeste et sérieux » ; puis en 1867 à l’Institution Torre (43 rue Sainte-Hélène), « institution très confortable pour une clientèle riche », disposant d’une installation de campagne pour l’été à Francheville ; en 1868-1869 à l’Institution Sainte-Barbe (9 boulevard du Nord), pensionnat ecclésiastique dirigé par un prêtre séculier ; et enfin à l’Institution Léon Maréchal (19 rue Saint-Joseph), établissement relativement important accueillant une trentaine d’internes en 1869-18723.

Le dossier d’autorisation doit réglementairement comprendre un plan du local, mais celui-ci n’a pas été retrouvé et on ne dispose d’aucune précision sur l’installation primitive de l’école. L’Institution Nolot était établie dans la Presqu’île au 21 rue Longue, dans un immeuble neuf, construit par Henri Feuga en 18754.

Déménagement

En 1887, Antoine Nolot décide de transférer son établissement dans les quartiers neufs de la rive gauche du Rhône et fait construire « une maison d’étude » spécialement aménagée sur un terrain nu situé 21 rue Cavenne5. Le déménagement de l’Institution est motivé par le succès de l’établissement, mais aussi par le souhait d’« émigrer vers le nouveau quartier latin » pour accompagner et prévenir le déplacement des élites et professions intellectuelles vers le nouveau quartier universitaire où la faculté de médecine et de sciences venait d’ouvrir ses portes en 1886.6.

Elle s’installe dans un secteur encore peu urbanisé, en marge du quartier Combalot qui avait connu de premières opérations de lotissement au milieu du XIXe siècle. La rue Cavenne, ouverte par André Combalot avant 1839 au niveau de l’actuelle place Raspail, est prolongée vers le sud sous le Second Empire, après la construction du quai du Prince-impérial. Dans les années 1880, le démantèlement du clos de la Cristallerie de la Guillotière qui bouchait l’extrémité sud de la rue permet son prolongement jusqu’à la rue de l’Université, dans le cadre de l’aménagement urbain du quartier des facultés. Les terrains acquis par Antoine Nolot proviennent indirectement du clos de la Cristallerie. Par une coïncidence curieuse, la propriété des terrains a transité par la succession du restaurateur Charles Gailleton, qui se trouve également être le prédécesseur de Nolot au siège de conseiller général.

L’architecte de l’institution, Émile Ripert, compte parmi les architectes installés sur la rive gauche du Rhône et fréquemment appelés à intervenir dans les opérations de lotissement des quartiers neufs. À ce jour, il est identifié comme l’auteur de 15 constructions entre 1887 et 1903, qui sont presque exclusivement des immeubles à logements situés sur la rive gauche du Rhône. Dans le voisinage proche de l’Institution Nolot, il construit deux immeubles au 20 rue Cavenne en 18877, puis au 23 rue de Marseille en 18898. À deux reprises, en 1888 et 1890, il collabore avec un certain Petit, qui porte le même nom que l’ingénieur de l’Institution Nolot dont la signature figure en façade, en pendant à celle de l’architecte9. Il est enfin l’auteur d’un avant-projet (qui ne parait pas avoir été réalisé en l’état) pour le groupe scolaire Pierre-Corneille construit en 189610.

Les bâtiments de la rue Cavenne

La construction de l’immeuble est achevée en 1888 (date portée en façade). Les locaux se composent d’une imposante maison de trois étages en alignement sur la rue Cavenne et de deux bâtiments utilitaires implantés perpendiculairement à la maison, en retour sur l’arrière. La maison, construite selon des modalités comparables aux immeubles à logements du secteur, est exclusivement destinée au logement du personnel et des pensionnaires de l’institution. Les bâtiments annexes accueillent les salles de classe et d’étude d’une part, et les installations techniques d’autre part. Ces édifices disposés en U ménagent, en cœur de parcelle, un espace de récréation et de déambulation planté d’arbres avec une promenade couverte d’un ciel vitré autour d’un bassin, et un véritable jardin à l’extrémité orientale, donnant sur la rue de Béarn (actuelle rue Pasteur).

Ill. 2 : L'immeuble sur rue, vue générale (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP)

Ill. 2 : L’immeuble sur rue, vue générale (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP).

L’immeuble sur rue présente une architecture soignée avec son soubassement en bossage continu, son corps central formant fronton en toiture et cantonné de pilastres colossaux,  sa toiture à longs pans et croupes couverte de tuiles et d’ardoises. Il est construit « en bonne maçonnerie de pierre », alors que les bâtiments annexes sont en mâchefer.

À l’intérieur, il accueille exclusivement des espaces de vie, disposés dans un cadre presque familier. L’appartement du directeur se compose de quatre pièces au rez-de-chaussée (grand salon, cabinet du directeur, petit salon, chambre), et un escalier particulier en vis donne accès à l’étage aux trois chambres privées vraisemblablement réservées à ses six enfants. La deuxième partie du rez-de-chaussée accueille le réfectoire de l’Institution.

Ill. 3 : La salle à manger des élèves, aujourd'hui convertie en salle de classe (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP)

Ill. 3 : La salle à manger des élèves, aujourd’hui convertie en salle de classe, communiquait par trois portes encadrées de moulures, toujours visibles, avec la cuisine et la salle à manger des maîtres  (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2016 – ADAGP).

Les deux étages subdivisés par de multiples cloisons sont aménagés en chambres d’étudiants ou de professeurs. L’Institution accueillait jusqu’à quarante demi-pensionnaires ou pensionnaires, dont Nolot précise que « plusieurs ont leur chambre ». Le relevé des bâtiments dressé en 1901 laisse apparaître six chambres relativement vastes, côté rue, qui pourraient être des appartements de professeurs ou des chambres partagées ; et dix-neuf chambres individuelles dotées d’une seule fenêtre sur cour ou sous les combles. Deux des chambres sous combles sont réservées aux domestiques, au nombre de trois ou quatre selon les recensements de population.

Les espaces de travail et d’enseignement sont entièrement renvoyés dans les deux bâtiments annexes, hauts d’un étage desservi par un escalier extérieur et couverts d’une toiture à un pan. L’aile nord est exclusivement dévolue aux fonctions pédagogiques : elle accueille deux salles de cours superposées et se prolonge par un préau couvert. L’aile sud comprend également une salle de cours à l’étage, mais son rez-de-chaussée est affecté aux installations sanitaires et techniques. L’ensemble représente donc trois salles de classe assez spacieuses pour un effectif qui a pu être porté à son maximum, externes compris, à soixante-dix élèves.

Relevé des bâtiments de l'Institution Nolot en 1901 (rez-de-chaussée), AC Lyon, 321 WP 046. (Repro Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon)

Ill. 4 : Relevé des bâtiments de l’Institution Nolot en 1901 (rez-de-chaussée), AC Lyon, 321 WP 046 (Repr. Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon).

 

Une école modèle

Modernité pédagogique

Le soin apporté à la construction et à l’organisation  des bâtiments témoigne d’un projet ambitieux et de la volonté affirmée par Nolot lui-même de construire un établissement modèle. Cette recherche d’exemplarité s’exprime d’abord sur le plan pédagogique, avec le soin attaché au recrutement du personnel enseignant : « Les professeurs sont assez souvent de jeunes licenciés, étudiants de facultés et candidats à l’agrégation »11. L’effectif se composait d’une douzaine de professeurs laïques, parmi lesquels on connaît Jacques Antoine Descombes, professeur âgé de 36 ans en 189112 ; Antoine Caminat (64 ans) et Édouard Maguet (24 ans), tous deux maîtres d’études en 189613, ou Fernand Robert, professeur de philosophie en 1900.

Le papier à en-tête de l’Institution spécifie que celle-ci dispense un enseignement en lettres, sciences et langues vivantes, prépare au baccalauréat et « aux écoles du gouvernement », c’est-à-dire au concours des grandes écoles parisiennes. Ce programme correspond aux objectifs de l’enseignement moderne, prisé de la bourgeoisie d’affaires, qui se distingue de l’enseignement classique du lycée public encore dominé par les humanités et les langues anciennes. Antoine Nolot souligne que l’établissement respecte scrupuleusement les programmes officiels de l’enseignement secondaire public mais précise que « dans l’enseignement de la géographie on s’attache à suivre la méthode de M. Berlioux, ancien professeur de la Faculté des lettres. » Appartenant sensiblement à la même génération qu’Antoine Nolot, Étienne-Félix Berlioux (1828-1910) est le fondateur d’un cours public de géographie physique basé sur la topographie à Lyon en 1870. Contemporain de Vidal de la Blache, il est considéré comme un champion des méthodes pédagogiques nouvelles et comme l’inventeur des travaux pratiques en géographie14.

Antoine Nolot est attentif à l’évolution des conceptions pédagogiques et ouvert aux idées nouvelles dans le domaine de l’enseignement. Il est membre actif de la Société nationale d’éducation de Lyon, fondée dans les années 1870 et qui se veut un cercle « où se discutent librement tous les sujets qui se rattachent au double but de l’Éducation et de l’Instruction ». À la fin du XIXe siècle, la Société deviendra une force de défense de l’enseignement libre laïc dans la tourmente des luttes scolaires15. Sa compétence et son engagement sont reconnus par le titre d’officier de l’Instruction publique, obtenu avant 1889, qui lui permet de porter les palmes académiques en or.

La recherche de confort

L’Institution s’attache également à proposer aux élèves un cadre de vie moins strict que dans les lycées publics, que Françoise Mayeur qualifie de lycées-casernes ou de lycées-couvents16. « Le régime intérieur n’a rien de rigoureux. On donne aux jeunes gens une assez grande liberté (plusieurs ont leur chambre), et plus de confortable que n’en peuvent comporter les établissements publics ; sans parler des promenades, ils sortent en moyenne deux fois par mois, le dimanche. » Ainsi s’explique l’importance du jardin, plus bucolique qu’une vulgaire cour de récréation.

La disposition des pièces et le fonctionnement domestique, proches de ceux d’une résidence particulière, contribuent à recréer un mode de vie familial et bourgeois qui ne dépayse pas profondément les élèves. Nolot précise que « les internes prennent leurs repas avec la famille du directeur ».

Ill. 5 : L’escalier, monumental pour une demeure particulière, est en revanche très proche des modèles mis en œuvre dans les immeubles de rapport du secteur (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2016 – ADAGP).

Modernité des installations techniques

La modernité des installations de chauffage et d’éclairage est un argument promotionnel et identitaire de l’Institution dont la façade porte, sur le même plan, le nom de l’architecte et celui de l’ingénieur. Ce dispositif était une telle source de fierté qu’Antoine Nolot en envoya les plans à l’Exposition universelle de 1889 dans l’espoir de voir le même système généralisé à d’autres établissements, et qu’il l’aurait fait adopter, profitant vraisemblablement de sa position de conseiller général, pour la construction des bâtiments de l’Hôtel de Préfecture du Rhône inauguré en 1890.

Le compte-rendu de cette exposition offre un rappel éloquent des motivations du fondateur, manifestement appuyé sur une expérience vécue des difficultés matérielles rencontrées par les élèves : « Personne n’a perdu le souvenir de ces salles d’études où la température, traversant subitement toutes les variations, passait d’une chaleur démesurée, étouffante, à un froid presque glacial. Personne non plus n’a oublié les effets funestes des becs de gaz qui, laissant échapper des produits de combustion dangereux, contaminaient rapidement l’atmosphère des pièces où ils étaient allumés et dont la lumière, mobile et brûlante, a causé tant d’ophtalmies et compromis à toujours la vue de tant d’élèves. »17

Cette installation de pointe pour l’époque repose sur l’association d’un générateur assurant le chauffage à la vapeur de l’ensemble de l’établissement par un système de poêles en fonte « très élégants et très coquets », et de plusieurs machineries également animées par la vapeur : un chauffe-eau desservant la buanderie et la salle de bains « où se trouvent tous les appareils hydrothérapiques désirables », une pompe à eau et une machine dynamo-électrique Edison qui produit l’électricité destinée à l’éclairage. Ce système est encore suffisamment novateur pour que le rapporteur se donne la peine de préciser que les lampes à incandescence (inventées par Joseph Swan et Thomas Edison en 1879) « brûlent dans le vide, dans des ampoules de verre fermées hermétiquement, et par conséquent ne laissent échapper aucun gaz dangereux » et de décrire le fonctionnement du circuit électrique qui « se rend à un tableau de distribution et de là se divise dans les différents réseaux ou circuits qui parcourent l’Institution ». Ce double système est réputé offrir une excellente prévention de l’incendie, en supprimant à la fois les risques issus des cheminées et fourneaux, et ceux induits par les chandelles ou becs de gaz.

L’eau à usage sanitaire est puisée directement dans le lit du Rhône en profondeur et stockée dans un réservoir de 3 m3 situé dans les combles qui dessert les robinets placés à tous les étages, l’ensemble des appartements disposant ainsi d’eau courante. L’eau de consommation, en revanche, est fournie par la Compagnie des eaux de Lyon. Ces équipements sont installés au rez-de-chaussée du bâtiment technique sud, où l’on trouve successivement la salle de bains et la buanderie, la salle des machines et la salle du générateur, et enfin les latrines ouvrant sur le jardin et la cour.

Malgré la généralisation de l’alimentation électrique à Lyon, le dispositif imaginé par Nolot reste efficace en 1901. En effet, au moment de la vente du bâtiment à la Ville, une note interne impose la conservation du bâtiment technique, qu’on avait d’abord pensé transformer en salle de classe : « Il serait invraisemblable de démolir cette installation pour la remplacer par autre chose qui ne pourrait qu’être moins bon ». L’auteur de la note, élu ou technicien, paraît connaître intimement les lieux et précise que les machines électriques servent toujours à l’éclairage en été, mais qu’« en hiver on utilise le courant de Jonage »18.

 

Le paradoxe Antoine Nolot, essai biographique

Une célébrité oubliée

L’intérêt de la figure d’Antoine Nolot ne se limite pas à l’Institution qui porte son nom. Quoique bien oublié de nos jours, il s’agit d’une personnalité de l’histoire lyonnaise qui a connu une brève mais réelle célébrité locale et développé une brillante carrière, assez caractéristique des débuts de la IIIe République, qui embrasse successivement quatre domaines de l’action publique : l’associatif, l’enseignement, la politique et l’administration.

Ill. 6 : Portrait d'Antoine Nolot en 1889, tiré de La Gymnastique, 4e année n° 38, dimanche 22 septembre 1889, p. 273.

Ill. 6 : Portrait d’Antoine Nolot en 1889, tiré du périodique La Gymnastique.

L’examen des dictionnaires ou recueils de notices biographiques lyonnais contemporains est édifiant. Un portrait publié à la fin des années 1880 affirme ainsi « Nous le trouvons toujours sur la brèche ! Et qui donc à Lyon, dans la génération qui passe, ne connait pas M. Nolot ? »19 Selon Lyon-exposition, en 1892, « M. Nolot est certainement une des figures les plus populaires de notre ville. Chacun connaît cette tête altière en même temps que sympathique qui domine partout, dans toutes les cérémonies. » Cette authentique célébrité locale, alors à son apogée, s’est manifestement bien vite effacée, puisqu’en 1932, quinze ans seulement après son décès, Louis Maynard lui consacre une brève notice de son Dictionnaire de lyonnaiseries en s’étonnant : « Nolot fut président du Conseil général du Rhône et joua, vers 1890, un rôle politique assez important dans notre cité. Le souvenir en est bien effacé ! »20.

Les bataillons de la Revanche

La carrière d’Antoine Nolot connaît une progression régulière et suit pour ainsi dire toutes les étapes du cursus honorum classique du militant républicain dans le contexte de l’avènement de la IIIe République. Son engagement s’ouvre par l’expérience patriotique de la guerre franco-prussienne, survenue alors qu’il venait d’achever son service militaire en garnison à Lyon.

En 1870, il est mobilisé en tant que membre de la garde nationale mobile du Rhône, dont les deux régiments sont envoyés à Belfort assiégée jusqu’en février 1871. Les mobiles du Rhône s’illustrent particulièrement dans la défense de la redoute de Bellevue sous les ordres du capitaine de génie Édouard Thiers. Vingt ans plus tard, Antoine Nolot devenu président du Conseil général du Rhône fera attribuer des subventions départementales pour l’érection de plusieurs monuments commémoratifs au capitaine Thiers, aux mobiles du Rhône morts à Belfort, et au colonel Bourras commandant du corps franc des Vosges21. Nolot est ensuite nommé officier dans une légion de marche, régiment provisoire formé en regroupant des éléments de plusieurs régiments d’infanterie décimés par les combats.

Après la défaite, il s’engage fortement dans les mouvements associatifs d’éducation sportive et physique. À la charnière des domaines militaires, éducatifs et politiques, ces associations veulent répondre au traumatisme de la défaite par l’encouragement d’une éducation paramilitaire des jeunes gens : « parmi ces hommes de cœur, ces vaillants patriotes qui, depuis l’Année Terrible, se sont voués à la noble tâche d’initier la jeunesse aux vertus héroïques en lui apprenant au suprême degré le culte de la Patrie se détache M. Nolot. […] nous le trouvons en tête de tous ceux qui, à l’ombre d’une bannière ou d’une devise quelconque, ont travaillé au relèvement de la France »22.

Antoine Nolot est d’abord commandant militaire de la Société des touristes lyonnais de 1880 à 1885, puis devient de 1885 à 1889 président de la Fédération de gymnastique du Rhône et de sa région23. L’éducation physique restera toujours présente au cœur de son projet éducatif puisque l’école modèle de la rue Cavenne comprend, au sous-sol, une salle d’armes consacrée à la pratique de l’escrime.

Il est également premier délégué du Comité lyonnais de la Ligue des Patriotes de Paul Déroulède jusqu’en 1887, mais il ne suit pas la mutation antirépublicaine de ce mouvement nationaliste et en démissionne pendant la crise boulangiste, « par suite de l’attitude politique que commençait à prendre cette association » ou parce qu’ « il n’a pas cru devoir s’associer à ce que beaucoup de gens ont appelé les fautes de Déroulède ».

Un hussard de la République ?

Par ailleurs, Nolot s’investit dans des associations d’éducation populaire qui prolongent son activité professionnelle d’enseignant. Il participe notamment au développement de la Société d’enseignement professionnel du Rhône, pour laquelle il assure des cours publics de 1879 à 1886. Il intervient également auprès des anciens élèves de la Martinière ou des cercles socialistes pour lesquels il aurait donné « une quarantaine de conférences touchant la politique, l’économie politique, l’éducation, l’instruction, la littérature, la défense nationale, etc ».

En 1881, il est nommé délégué cantonal et membre de la commission scolaire du 1er arrondissement de Lyon : cette fonction bénévole, non politique mais porteuse de notabilité, est considérée comme une antichambre du pouvoir politique24. Les délégués cantonaux, successeurs des comités de charité ou comités de surveillance des écoles, sont des auxiliaires de l’administration académique chargés de surveiller les écoles et les instituteurs. Cette nomination reconnaît la notabilité de l’Institution Nolot et la compétence professionnelle de son directeur, et le place ainsi dans une posture de domination par rapport aux enseignants du premier degré. Il sera également, par la suite, membre du Conseil départemental de l’Instruction publique.

Antoine Nolot est ainsi représentatif d’une génération de militants républicains de la première heure, qui s’investit dans le champ de l’instruction publique et de la formation de la jeunesse, et dont l’instituteur communal laïque, « hussard de la République », est resté une image emblématique. Dans l’un des rares discours politiques dont on ait conservé la trace, Nolot lui-même se définit comme « instituteur »25, alors que son positionnement professionnel réel se rapproche plutôt de celui d’un précepteur au service des familles aisées. Au XIXe siècle, en effet, il n’y a pas de lien ni de continuité entre l’enseignement primaire, en voie de généralisation, et l’enseignement secondaire qui a essentiellement vocation à former les membres des professions libérales ou les cadres de la bourgeoisie commerçante et industrielle, et qui tient lieu d’enseignement supérieur26. Il y a là un paradoxe entre le militantisme politique et le positionnement professionnel d’Antoine Nolot, qui restera un obstacle à la réussite de sa carrière.

Un élu républicain

Le 19 août 1883, Antoine Nolot est élu conseiller d’arrondissement, dans le cadre du renouvellement triennal du Conseil général et des conseils d’arrondissement. Candidat républicain de nuance dite « progressiste », il est soutenu par le comité central des républicains radicaux. Il semble par ailleurs n’être qu’un candidat de second choix, le comité central ayant initialement prévu de reconduire son candidat sortant, M. Midor. Un rapport de renseignement le décrit comme un candidat inexpérimenté et maladroit qui « paraissait tout joyeux de l’attention dont il a été l’objet » 27.

Deux ans plus tard, à la suite du décès du titulaire, Antoine Nolot est élu conseiller général du 1er arrondissement (3e canton de Lyon) au cours d’une élection cantonale partielle. Réélu en 1889, il est nommé brièvement vice-président, puis président du Conseil général pour trois sessions successives, en 1891 et 1892. Représentant l’apogée de sa carrière politique, la présidence de Nolot parait relativement terne et consensuelle. D’après Laurent Bonnevay, le Conseil général était alors une assemblée très pacifiée, et les conseillers avaient établi par entente tacite un système de roulement selon lequel le président ne pouvait être réélu pour plus de deux années consécutives28. Outre les nombreux projets d’aménagement d’infrastructures ferroviaires, sujet prioritaire de la politique départementale sous la IIIe République, le président Nolot ne se signale que par un rapport très engagé en faveur du projet de loi sur les universités provinciales en février 1892, par lequel il demande la transformation des facultés lyonnaises en Université de Lyon.

Cette carrière politique est brisée net pendant l’été 1892, lorsque le comité central des républicains radicaux lui impose de donner sa démission du Conseil général, alors que son mandat courait jusqu’en 1895. En ouvrant la séance ordinaire d’août 1892, le doyen d’âge M. Causse prononce un bref éloge du président démissionnaire : « Nos démarches pour le faire revenir sur une décision aussi inattendue ont été vaines, malheureusement. M. Nolot avait pris une part très active aux travaux du Conseil général. Son dévouement, sa compétence, comme aussi son amabilité et sa courtoise, l’avaient désigné à l’unanimité de vos suffrages pour occuper le fauteuil de la présidence. Il ne laisse ici que des amis »29.

Les rapports de renseignement confidentiels révèlent que c’est un enjeu de politique scolaire, touchant directement sa pratique professionnelle, qui a causé la rupture avec les instances de son comité. Antoine Nolot avait en effet refusé de défendre « un vœu aux termes duquel une loi spéciale devait exclure des grandes écoles nationales ainsi que de tous les emplois civils les individus n’ayant pas reçu leur instruction complète dans les établissements et écoles de l’État »30. Cette situation résulte directement d’un conflit d’intérêt entre le positionnement politique d’Antoine Nolot et son activité professionnelle : la mesure qui lui était demandée revenait purement et simplement à interdire à ses clients et élèves tout débouché public, et donc à condamner son établissement. « M. Nolot a cherché surtout à ménager ses propres intérêts. Il reçoit en effet, dans son institution, des élèves appartenant à des familles réactionnaires et quelque peu cléricales, qui auraient pu trouver mauvais qu’il se fît le champion d’une proposition dirigée surtout contre l’enseignement religieux.» En ces années de querelles scolaires, sa profession d’enseignant privé, bien que laïque, n’était plus compatible avec son engagement politique au sein du parti radical.

Une reconversion administrative et culturelle

Après sa démission du Conseil général qui met un terme définitif à sa carrière politique, Antoine Nolot poursuit sa carrière d’enseignant pendant dix ans, avant de fermer son institution en 1901 (à l’âge de 57 ans) et de céder les locaux à la Ville de Lyon.

L’échec final de l’Institution Nolot paraît dû à la fois à un contexte général défavorable et à des raisons de gestion propres à l’établissement. En effet, si le modèle de l’externat privé laïque a été florissant à Lyon pendant les trois-quarts du XIXe siècle, les années d’existence de l’Institution correspondent à une période de déclin rapide. Le jeu de la concurrence économique fait disparaître les petits établissements, isolés ou mal organisés, et l’enseignement libre laïque « ne trouve plus de place entre l’Université [c’est-à-dire l’enseignement public] et les congrégations, qui restent seules en rivalité »31. En 1900, on ne recense plus que neuf institutions laïques en activité à Lyon.

La fermeture de l’Institution est également liée aux difficultés financières du fondateur, plusieurs fois soulignées par les textes contemporains qui insistent sur les origines modestes d’Antoine Nolot et sur la faiblesse de « ses propres ressources de chef d’institution », ou évoquent « les nombreuses difficultés d’un commencement pénible ». Plus encore, le rapport de renseignement sur sa démission indique que « comme il est dans une situation pécuniaire des plus précaires, il cherche avant tout à sauver sa position matérielle ». Au moment de la vente du bâtiment de la rue Cavenne, il s’avère que celui-ci était hypothéqué à hauteur de 199.500 francs soit 80 % de sa valeur. On peut supposer que, malgré son succès réel, l’école modèle et son installation technique ultramoderne étaient peut-être une réalisation trop ambitieuse, hors de proportion avec les moyens financiers d’un simple professeur, et un gouffre financier.

La reconversion d’Antoine Nolot est assurée par une manœuvre assez habile. En effet, Nolot était administrateur du conservatoire de musique. En 1900, alors que l’immeuble accueillant le conservatoire doit être démoli32, il propose à la Ville d’acheter les locaux de son institution pour y loger temporairement le conservatoire, en attendant la construction du Palais des Arts, sur le quai de Bondy. À terme, le bâtiment pourra facilement être réemployé par l’administration municipale dans sa destination première, en le transformant en école communale. Si l’abus de position paraît évident, force est de constater que la manœuvre n’a pas provoqué d’enrichissement personnel. Déduction faite du montant des hypothèques, Nolot ne tire de cette transaction que 50.050 francs de bénéfice, ce qui correspond presque exactement au coût du terrain nu acheté en 1887, sans aucune plus-value malgré l’urbanisation du quartier, devenu un important pôle de centralité du paysage lyonnais grâce à l’université33.

Au terme de sa carrière d’enseignant, Nolot entame alors une dernière carrière administrative comme fonctionnaire municipal, puisqu’il est immédiatement nommé, dès le 13 novembre 1901, secrétaire économe de l’école des beaux-arts et secrétaire de la commission consultative des musées34. De 1902 à 1906, il est « commissaire spécial » du Palais des Arts, et pendant l’automne 1904, il est chargé de l’organisation de l’exposition inaugurale du Palais de Bondy construit par Eugène Huguet. De 1907 à sa mort, le 4 mars 1915 à l’âge de 71 ans, il restera secrétaire de l’école d’architecture.

 

L’école Cavenne, une école primaire publique

 Le paysage des écoles de la Guillotière en 1900

C’est ainsi que l’Institution Nolot est devenue l’école Cavenne. La proposition d’Antoine Nolot est avantageuse et opportune pour la Ville de Lyon, car la pénurie de locaux scolaires est grande au début du XXe siècle, spécialement sur la rive gauche du Rhône en pleine expansion démographique. Jusqu’au dernier quart du XIXe siècle, en effet, peu d’écoles sont installées dans un local spécialement dédié à l’enseignement, et la quasi-totalité des classes occupent des espaces en location dans des immeubles ou maisons privées. Si la loi du 1er juin 1878 impose aux communes la construction de « maisons d’école », l’édification d’un réseau d’écoles publiques dans une ville de l’importance de Lyon ne peut se faire en un jour. À ce moment précis, les grands programmes de constructions de groupes scolaires engagés par la mairie doivent marquer une pause, faute de crédits, entre l’achèvement du deuxième programme de 1879 et le lancement de la campagne de grands travaux municipaux d’Édouard Herriot, en 190835.

Dans la proximité immédiate de l’Institution Nolot, cinq écoles publiques fonctionnent alors de façon précaire, « toutes extrêmement mal installées » dans des bâtiments en location. Au 24 rue de Béarn, une école de garçons occupe un immeuble spécialement construit en 1877 par l’architecte Berthelet, mais appartenant à un propriétaire privé qui loue ce local à la Ville de Lyon selon les termes d’un bail qui doit arriver à échéance en 190436. L’immeuble voisin, 12 rue d’Aguesseau, accueille une école de filles. Une seconde école de garçons colonise progressivement la totalité de l’immeuble situé 25 rue Béchevelin37. Enfin, une école de filles et une salle d’asile (école maternelle) sont implantées dans deux immeubles au 11 et au 13 rue des Trois-Pierres (bâtiments démolis).

Les conditions d’accueil des enfants dans ces bâtiments inadaptés, souvent dépourvus d’espaces de récréation et de sanitaires collectifs, sont régulièrement dénoncées, sans parler des difficultés de fonctionnement des écoles dans des locaux éclatés et malcommodes ou des complications administratives suscitées par les négociations entre la municipalité et les propriétaires, et bien sûr du coût induit par la location. En décembre 1900, l’inspecteur d’académie affirme que l’installation des quatre écoles de l’ensemble Béarn-Aguesseau et de la rue des Trois-Pierres « est une des plus défectueuses que je connaisse et suscite chaque année de nombreuses plaintes de la délégation cantonale »38. En  1904, les habitants du quartier Béchevelin se réunissent en « Amicale des anciens élèves de la rue Béchevelin » pour demander « la création d’un groupe scolaire dans ce quartier très populeux, réclamé depuis longtemps par les habitants, mesure qui s’impose tant du point de vue de la santé des enfants fréquentant l’école qu’au point de vue de l’assainissement du quartier »39. L’acquisition de l’immeuble Nolot et la construction, à partir de 1905 (pour un achèvement en 1924 seulement) du groupe scolaire de Béchevelin (aujourd’hui Gilbert-Dru)40 permettront progressivement l’accueil de l’ensemble des enfants scolarisés dans des locaux municipaux.

L’appropriation du bâtiment

Lorsque l’offre d’achat de l’Institution Nolot est soumise à l’’inspecteur d’académie en décembre 1900, celui-ci propose d’établir rue Cavenne un véritable groupe scolaire remplaçant quatre écoles voisines41. L’immeuble sur rue pourrait remplacer l’école de garçons de la rue de Béarn (six classes), et accueillir les logements de fonction (directeur, directrice et concierge). Sur l’arrière du terrain, le vaste jardin pourrait permettre la construction de deux bâtiments neufs parallèles au premier, une école de filles en cœur de parcelle (six classes), remplaçant les deux écoles de la rue d’Aguesseau et de la rue des Trois-Pierres, et une école maternelle remplaçant la salle d’asile, le long de la rue de Béarn.

Cette proposition témoigne d’une rentabilisation maximale de l’espace disponible et suppose une densité difficilement concevable aujourd’hui : dans cette configuration, l’école des garçons ne disposerait pas de cour de récréation, mais l’inspecteur estime que les enfants « pourraient prendre leurs récréations sur la place voisine quand il fait beau, et utiliser une des classes du rez-de-chaussée ou la salle d’armes située au sous-sol par temps de pluie ». Elle est en outre assez coûteuse, raison pour laquelle les élus décident d’écarter cette solution et font le choix d’une appropriation à moindre frais des locaux existants, pour y loger seulement les deux écoles de l’ensemble Béarn-Aguesseau dont le bail arrive à expiration en juin 1904.

Ill. 8 : Projet d’installation de deux écoles, par A. Duru, architecte, 1er avril 1904. (AC Lyon, 2 S 00479). Détail : plans des rez-de-chaussée et premier étage. (Repro Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon)

Ill. 8 : Projet d’installation de deux écoles, par A. Duru, architecte, 1er avril 1904 (AC Lyon, 2 S 479). Détail : plans des rez-de-chaussée et premier étage (Repr. Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon).

Les travaux sont conduits sous la direction d’A. Duru, architecte divisionnaire du 3e arrondissement, à partir de mai 190442. Ils visent à installer au mieux dans un seul local deux écoles distinctes, fonctionnant de manière totalement hermétique afin de respecter la séparation entre les sexes. L’école de filles a son entrée rue Cavenne et occupe le rez-de-chaussée de l’immeuble sur rue, la moitié du premier étage et l’ensemble du bâtiment annexe nord. L’école de garçons a son entrée au 38 rue Pasteur, qui ouvre directement sur la cour de récréation puis sur une longue allée longeant la cour des filles pour rejoindre le bâtiment annexe sud. Elle occupe l’ensemble du bâtiment sud, mais également la moitié du premier étage et la totalité du deuxième étage de l’immeuble sur rue. Les circulations entre les bâtiments sont repensées en fonction de l’impératif de séparation des filles et des garçons : les bâtiments annexes sont reliés au corps principal par deux passerelles sur solives en fer, avec hourdis en béton de mâchefer. Un nouvel escalier est spécialement construit sur l’arrière de l’immeuble principal pour permettre aux garçons de gagner directement leurs salles de classe du premier étage. Cette campagne de travaux comporte la suppression des aménagements de nature domestique qui caractérisaient l’Institution Nolot : suppression de tous les cloisonnements intérieurs, dépose de quatre cheminées en marbre, démolition du bassin au milieu de la cour et du lavoir dans la buanderie. Enfin, une fosse d’aisance est construite pour l’école des filles, alors que les garçons utilisent les sanitaires de l’Institution Nolot. Les installations techniques de l’aile sud sont conservées et remises en état.

Le groupe scolaire Cavenne-Pasteur

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la Ville engage un programme d’agrandissement de l’école Cavenne, qui devient le groupe scolaire Cavenne-Pasteur43. L’expansion démographique continue du quartier dépasse de nouveau les capacités d’accueil, d’autant plus que l’enseignement maternel se généralise et exige une organisation de l’espace adaptée aux tout-petits, et les aménagements a minima conduits en 1904 se révèlent désormais insuffisants. Le programme pédagogique rédigé par l’inspecteur signale que « toutes les classes du groupe scolaire sont installées dans des locaux insuffisants et fonctionnent dans des conditions médiocres » : deux classes ont dû être installées dans des locaux préfabriqués sur la place Déperet, deux classes occupent d’anciennes pièces d’appartement, les sanitaires sont très sommaires, il n’y a pas de préau ni de salle de repos pour les classes enfantines.

Dans ce but, la Ville acquiert et fait démolir deux immeubles situés 44 et 46 rue Pasteur, adjacents à l’école au nord-est. Le projet est confié à l’architecte Georges Lavenir, qui avait notamment construit, avec Maurice Maintigneux, le groupe scolaire Hector-Berlioz dans le 9e arrondissement de Lyon en 1959-196244. L’opération envisagée consiste en la construction d’un bâtiment neuf en alignement sur la rue Pasteur, ce qui permettrait de disposer de deux écoles complètement distinctes, reliées simplement par leurs deux cours de récréation accolées en cœur de parcelle. Cette extension fait l’objet de deux projets pédagogiques, et donc de deux programmes architecturaux très différents à quelques années d’intervalles, reflétant une évolution rapide du contexte pédagogique.

Groupe scolaire Cavenne-Pasteur, maternelle : façades / Georges Lavenir architecte DPLG, 1970, AC Lyon, 852 WP 004. (Repro Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon)

Ill. 9 : Groupe scolaire Cavenne-Pasteur, maternelle : façades / Georges Lavenir architecte DPLG, 1970, AC Lyon, 852 WP 004 (Repr. Gilles Bernasconi © Archives municipales de Lyon).

Le premier programme, élaboré en 1963 et approuvé par le conseil municipal, est conçu en donnant la priorité au développement de l’école maternelle. Depuis un certain temps, les classes enfantines de filles étaient accueillies au sein de l’école des filles, sans disposer de locaux adaptés. En 1962, l’école de filles comprend quatre classes primaires et quatre classes maternelles, soit 254 élèves pratiquant la co-éducation, alors qu’elle avait été disposée pour cinq classes en 1904. L’architecte prévoit alors la restructuration du bâtiment Nolot, exclusivement affecté à l’école de filles et à l’école maternelle, et la construction d’une école de garçons sur l’arrière de la parcelle, rue Pasteur.

ivr84_20166901434nuca

Ill. 10 : École maternelle, vue d’ensemble. (Eric Dessert © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2016 – ADAGP)

Mais ce projet est abandonné en 1968 à la demande de l’inspection d’académie qui formule de nouvelles instructions conformes à la circulaire du 15 juin 1965 imposant la mixité dans toutes les nouvelles écoles élémentaires. L’architecte produit donc le 24 octobre 1969 un nouveau projet proposant la construction à neuf d’une école maternelle au 46 rue Pasteur, et l’aménagement d’une école primaire mixte dans l’ancien immeuble Nolot. Ce projet est définitivement validé par le conseil municipal en décembre 1972, et les travaux sont achevés en juin 1975. L’école maternelle est un bâtiment allongé de trois niveaux, construit en béton armé avec toit terrasse. Elle  comprend un réfectoire et une salle de repos, spécifiquement destinée aux tout-petits, ainsi qu’une salle de jeux implantée en retour sur l’arrière et couverte d’une charpente métallique éclairée par des lanterneaux translucides en plastique de type Skydôme. Cette opération comprend la démolition des bâtiments annexes de l’Institution Nolot, permettant la création d’un préau avec portique couvert pour l’école primaire, et de deux cours de récréation séparées en cœur d’ilot, pour les élèves de primaire et de maternelle.

Ill. 11 : La façade postérieure de l’école, après la démolition des bâtiments annexes remplacés par un escalier de secours et un portique en 1975 (Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2015 – ADAGP)

L’enseignement secondaire privé laïque est un parent pauvre de l’histoire scolaire du XIXe siècle, dont la question essentielle est la généralisation et la laïcisation de l’enseignement primaire. L’acquisition de l’Institution Nolot par la Ville de Lyon a permis de préserver, en lui conservant sa vocation scolaire, un des rares exemples de ces nombreux pensionnats privés qui ont disparu à l’orée du XXe siècle. L’étude a montré, par ailleurs, que la conception architecturale et fonctionnelle de l’édifice en faisait un exemple remarquable et archétypique. Elle n’a pu en revanche qu’entrevoir le rayonnement de l’établissement, à travers l’activité de la Société des anciens élèves de l’Institution Nolot de 1890 à 1898, et l’influence de son fondateur qui fait figure de modèle pour d’autres chefs d’institution tels Fernand Robert, directeur de l’École Nouvelle successivement installée dans le quartier de la Guillotière45 et dans l’ancien couvent des carmes déchaussés46, deux édifices récemment étudiés par le service de l’inventaire général.

 

Pour consulter le dossier électronique en ligne :

École élémentaire Cavenne

École maternelle Cavenne

Pour citer cet article :

DELAVENNE, Magali. « De l’Institution Nolot à l’école Cavenne, cent-vingt-cinq ans d’histoire scolaire à Lyon », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Rhône-Alpes & Auvergne [en ligne], 30 mai 2017. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4256

______________________________________________________________________________
Notes
  1. L’enseignement secondaire libre à Lyon est bien documenté grâce à une étude historique et statistique publiée en 1901 par Charles Chabot, professeur de sciences de l’éducation, et Sébastien Charléty, professeur d’histoire lyonnaise, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. CHABOT, Charles et CHARLETY, Sébastien. Histoire de l’enseignement secondaire dans le Rhône de 1789 à 1900. Annales de l’Université de Lyon, 1901, nouvelle série II, fasc. 7. Paris : librairie Picard et fils, Lyon : A. Rey imprimeur-éditeur, 1901, 238 p. Un mémoire universitaire a été consacré spécifiquement à l’enseignement privé masculin, mais il porte sur une période légèrement antérieure : MAEDA Nobuko. L’offre d’éducation à Lyon, Les établissements secondaires privés pour les garçons (1808-1870). Mémoire de DEA : Histoire : Lyon 2 : 2002. À titre de comparaison, on peut consulter également HUGUET, Françoise. Les pensions et institutions secondaires privées pour garçons dans la région parisienne (1700-1940). Histoire de l’Éducation [en ligne], 2001, n°90. URL : https://histoire-education.revues.org/839  [consulté le 9 mars 2017]. []
  2. AD Rhône. T 310. Déclaration d’ouverture d’un établissement d’enseignement secondaire n°2671, 13 décembre 1876. []
  3. Les détails concernant chaque établissement sont tirés des notices statistiques compilées par Chabot et Charléty en 1901. []
  4. Voir le dossier d’inventaire de l’immeuble IA69005849. []
  5. AC Lyon. 315 WP 015/16. Rue Cavenne, alignement (1858-1895). Autorisation de construire une maison (institution d’enseignement), accordée à Jacques-Antoine Nolot, instituteur, le 14 avril 1887. []
  6. M. Nolot, ancien président du Conseil général du Rhône. Lyon-exposition, série « Galerie lyonnaise : Têtes et profils », ca 1892. []
  7. Voir le dossier d’inventaire de l’immeuble IA69007418. []
  8. Voir le dossier d’inventaire de l’immeuble IA69007627. []
  9. Pour la construction de deux immeubles situés 66 rue Chaponnay en 1888 (AC Lyon. 314 W 32 – document non communicable) et 54 rue Saint-Joseph, actuellement Auguste-Comte en 1890 (AC Lyon. 314 W 50 – document non communicable). []
  10. AC Lyon. 454 WP 25. Groupes scolaires. 1875-1903. []
  11. Cette analyse s’appuie sur le témoignage d’Antoine Nolot publié en 1901 dans l’étude de Chabot et Charléty. []
  12. D’après le recensement de population de 1891 (AD Rhône. 6 MP 384). []
  13. D’après le recensement de population de 1896, (AD Rhône. 6 MP 420). []
  14. BROC, Numa. Une histoire de la géographie physique en France, XIXe-XXe siècles. Les hommes – Les œuvres – Les idées. Presses universitaires de Perpignan (coll. Études), 2010. []
  15. LANFREY, André. Sécularisation, Séparation et guerre scolaire, Les catholiques français et l’école (1901-1914). Paris : Éditions du Cerf, 2003, 653 p. []
  16. MAYEUR, Françoise. Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France, T. III 1789-1930. Paris : Perrin (coll. Poche), 2004, p. 499 sq. []
  17. STORCK, Adrien et MARTIN, Henri. Lyon à l’Exposition universelle de 1889, Vol. I. Groupes I, II & III : Œuvres d’art, éducation & enseignement, arts libéraux, mobilier. Lyon : A. Storck imprimeur-éditeur, 1890, p. 141-144. []
  18. AC Lyon. 321 WP 046. Élargissement et ouverture des rues des Trois-Pierres, Cavenne, de la Cristallerie et de Bonald (1862-1902). Dossier d’acquisition de l’immeuble Nolot par la Ville de Lyon, 1901. []
  19. Notice imprimée (sd), coupure extraite du dossier biographique d’Antoine Nolot, documentation des Archives municipales de Lyon (AC Lyon. 3 C 382). []
  20. MAYNARD, Louis. Dictionnaire de lyonnaiseries. Les Hommes – Le Sol – Les Rues – Histoires et légendes T. III. Lyon : Marc Camus éditeur, 1932, p. 202 []
  21. AD Rhône. 1 N 161. Rapports et procès-verbaux des délibérations du Conseil général du Rhône, 1re session ordinaire de 1892. []
  22. AC Lyon. 3 C 382. Dossier de documentation sur Antoine Nolot. []
  23. Biographie d’Antoine Nolot, dans La Gymnastique et le Gymnaste-tireur de Lyon, 4e année n°38, dimanche 22 septembre 1889, p. 274 []
  24. NIESS, Alexandre. L’hérédité en République. Les élus et leurs familles dans la Marne (1871-1940). Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2012, p. 112. []
  25. AD Rhône. 3 M 1405. Élections cantonales, renouvellement triennal des 12 et 19 août 1883. Rapport de police sur la réunion électorale du 10 août 1883. []
  26. MAYEUR, Françoise, Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France. op. cit., p. 499 []
  27. AD Rhône. 3 M 1405. Élections cantonales, renouvellement triennal des 12 et 19 août 1883. Rapport de police sur la réunion électorale du 10 août 1883. []
  28. BONNEVAY, Laurent. Histoire politique et administrative du Conseil général du Rhône, 1790-1940. Lyon : édition Joannès Desvigne, 1946, p. 16. []
  29. AD Rhône. 1 N 162. Rapports et procès-verbaux des délibérations du Conseil général du Rhône, 2e session ordinaire de 1892. []
  30. AD Rhône. 4 M 296. Police politique, dossiers confidentiels (1874-1900). « Nolot (conseiller général et ses électeurs) », rapport du 18 décembre 1891. []
  31. CHABOT, Charles et CHARLETY, Sébastien. Histoire de l’enseignement secondaire dans le Rhône. art cit. []
  32. Le conservatoire occupait alors, depuis 1882, le 1er et le 2e étage d’un immeuble situé 1 rue Lainerie dans le Vieux-Lyon, démoli pour le percement de la rue François-Vernay. HOLSTEIN, Prosper. Le conservatoire de musique et les salles de concert à Lyon, étude historique. Revue d’Histoire de Lyon, 1904. Lyon : A. Rey et Cie éditeurs, 1904, 52 p. []
  33. AC Lyon. 321 WP 046. Dossier d’acquisition de l’immeuble Nolot par la Ville de Lyon, 1901. []
  34. AC Lyon. 524 W 72. Dossiers de carrière des agents municipaux. Nolot Antoine, économe. []
  35. THIVEND, Marianne. L’école républicaine en ville, Lyon 1870-1914. Paris : Belin (coll. Histoire de l’éducation), 2006, 251 p. []
  36. Voir le dossier d’inventaire IA69007216. []
  37. Voir le dossier IA69007450. []
  38. AC Lyon. 321 WP 046. Dossier d’acquisition de l’immeuble Nolot par la Ville de Lyon, 1901. []
  39. THIVEND Marianne. L’école républicaine en ville, op. cit. []
  40. Voir le dossier d’inventaire IA69005203. []
  41. AC Lyon. 321 WP 046. Dossier d’acquisition de l’immeuble Nolot par la Ville de Lyon, 1901. []
  42. AC Lyon. 176 WP 029/13. Écoles primaires, bâtiments. 21 rue Cavenne, installation : projet, devis, correspondance. []
  43. AC Lyon. 852 WP 005. Bureau technique des travaux municipaux. Groupe scolaire Cavenne-Pasteur, travaux de construction de l’école maternelle et d’agrandissement de l’école primaire : avant-projet, marchés et suivi de chantier (1963-1975). []
  44. Les archives des groupes scolaires lyonnais. Lyon : Archives municipales de Lyon (instrument de recherche, coll. « Les Fiches oranges »). []
  45. Voir le dossier d’inventaire  IA69006742. []
  46. Voir le dossier d’inventaire IA69007201. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *