L’urbanisation du plateau de la Croix-Rousse 1815 – 1895 : les immeubles-ateliers

Le plateau de la Croix-Rousse à la fin du XVIIIe siècle1

A l’aube du XIXe siècle, le centre du plateau est occupé par des jardins, l’est et l’ouest par des vignes et des terres cultivées2, tandis que les quais du Rhône et de la Saône sont progressivement aménagés comme le présente le plan de 1799 dressé par Villionne3. Seules quelques auberges, hôtelleries et propriétés bourgeoises constituent le bâti du plateau. Les constructions se regroupent principalement autour de la Grande-Rue de la Croix-Rousse, dans un parcellaire très serré. La Grande-Rue est à cette époque l’unique rue commerçante du plateau en lien avec la montée de la Grande Côte, une des première voie à s’urbaniser4 formant un grand axe de circulation vers le Nord. Commerces et artisanats (auberges, maréchaux-ferrants…) sont liés à la clientèle de passage qui emprunte cette voie de communication importante entre Lyon et les régions voisines.

Plan scénographique de la Ville de Lyon, XVIe siècle, Formas Urbis AC Lyon

Plan scénographique de la Ville de Lyon, XVIe siècle, Forma Urbis AC Lyon, Nadine Halitim-Dubois @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015

Plan Villione 1799, Forma Urbis AC Lyon

Plan Villione 1799, Forma Urbis, les plans généraux de Lyon, AC Lyon, 1997, Nadine Halitim-Dubois @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2015

 

L’espace compris entre la Grande-Rue et la rue du Chapeau-Rouge (aujourd’hui rue Belfort) correspond à l’époque moderne au territoire de Pierrebrune5. C’est un espace essentiellement rural où peu de constructions sont présentes jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, hormis la première hôtellerie du plateau : l’hôtellerie du Chariot d’Or, attestée dès 1493 et située à l’angle de la Grande-Rue et de la future rue du Chariot d’Or. Au XIVe siècle, seuls quatre propriétaires se partagent ce territoire qui est alors une grande terre de cultures de froment et de seigle. Vers la fin du XVe siècle, la famille Paquelet constitue un grand domaine6.

Occupation des sols en 1758, à partir du fonds J. Pointet 1926 , André Céréza-Gabriel Simunek @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, 2015

 

Des facteurs favorables à l’urbanisation 

 

Dès le début du XIXe siècle, le plateau7 connaît une urbanisation spontanée qui s’exprime par le passage d’une activité essentiellement agricole à une activité industrielle. L’urbanisation qui se profile va être cependant très inégale. Les terrains les plus à l’est sont les premiers à être lotis puis bâtis, tandis que le secteur occidental et le centre du plateau conservent jusqu’au 2e quart du XIXe siècle le caractère rural des siècles précédents. Ce phénomène n’est pas propre au plateau, puisque les pentes de la Croix-Rousse appartenant à la Ville s’urbanisent elles aussi spontanément et accueillent à la même période de nouveaux immeubles destinés au travail.

Plusieurs facteurs donnent « à la colline un rôle économique privilégié » et en font un pôle attractif. Certains tiennent aux conditions naturelles revalorisées, d’autres aux modifications récentes liées au bouleversement foncier né de la Révolution, d’autres encore à la résurrection économique de la soierie après une période de troubles importants (les révoltes des canuts de 1831, 1834, 1848…)8. Dès le milieu du XVIIIe siècle, la Ville de Lyon engage des opérations d’extension pour sortir du cœur historique qui “étouffe”. Notamment sur la rive gauche du Rhône, mais ce secteur n’est pas encore constructible en ce début du siècle, en raison des contraintes liées au fleuve et aux risques récurrents d’inondation qui retardent les travaux. Il faut attendre la mise en place de digues.

Prise de la barricade de la rue du Mail, BM Lyon

 

Du côté du confluent, la compagnie Perrache connaît elle aussi des problèmes et l’ouest de Bellecour est quant à lui trop éloigné du quartier des Terreaux qui regroupe les marchands fabricants et bientôt la Condition des Soies9. Il est donc plus logique de s’installer près du centre des affaires. Face à ces contraintes et grâce à sa géographie, le plateau est le lieu adéquat pour une extension de la ville. Le renouveau de la soierie commence au tout début du XIXe siècle et dure jusqu’aux années 1860. « Au début du XIXe siècle, la soierie opèrera un prompt rétablissement dont les effets bénéfiques se feront sentir à Lyon pendant plus d’un demi-siècle »10. En 1852, la commune de la Croix-Rousse est rattachée à Lyon.

Les soieries réalisées à Lyon sont diffusées sur le marché français, s’exportent à l’étranger et le nombre de métiers augmente. Le renouveau de la soierie lyonnaise est dû à plusieurs facteurs. Un plan est mis en place pour reconquérir les marchés et redorer l’image lyonnaise. En 1801, on interdit l’importation de tissus. Napoléon joue un rôle important en imposant le port de soieries à son entourage, à certains hauts fonctionnaires et aux cours des pays conquis11 et demande l’utilisation des soieries pour le mobilier national. Il développe au sein des cours européennes une mode et un goût pour la Fabrique lyonnaise. En parallèle, de nouvelles techniques apparaissent et assurent le bon rétablissement de la soierie. Le tissage est perfectionné au début du XIXe siècle grâce au métier à tisser Jacquard (1801-1804) qui permet entre-autre de remplacer le tireur de lacs (une personne nécessaire pour tirer les fils de chaîne) par une mécanique qui sélectionne elle-même les fils d’arcades pour soulever les fils de chaîne. En 1840, selon Louis-René Villermé, « une heureuse modification est apportée à l’habitation des ouvriers : la hauteur du métier Jacquard force les propriétaires et constructeurs de maisons à espacer beaucoup les planchers, et par conséquent à donner abondamment de l’air et de la lumière dans l’intérieur des logements »12. Après 1850, avec la mécanisation des métiers, annonçant la préfiguration de son industrialisation, la soierie lyonnaise se déplace en milieu rural.

 

Vue d'ensemble de la rue d'Ivry, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015 – ADAGP.

Vue d’ensemble de la rue d’Ivry, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

 

 

Une urbanisation rapide à l’est du Plateau au cours de la première moitié du XIXe siècle.

 

Dès 1808, l’est de la Grande-Rue devient le centre d’intérêt des particuliers et des lotissements sont créés pour répondre aux besoins qu’exprime le renouveau de l’industrie de la soie à Lyon. Ce secteur connaît une métamorphose rapide grâce à un nombre restreint de particuliers qui savent tirer profit des avantages de la Croix-Rousse et de l’activité économique de Lyon. Le renouveau de la soierie engendre une forte demande locative13 et en quelques décennies, l’ancien territoire de Pierrebrune est complètement urbanisé. Le cadastre napoléonien de 1827-1828 met en évidence cette première phase, puisque les deux ilots compris entre la rue Dumenge, la rue de Belfort, la rue d’Austerlitz et la rue du Mail sont presque entièrement bâtis.

 

 

Première phase urbanisation 1816-1829,Gabriel Simunek @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2021

Seconde phase d’urbanisation 1834-1850,Gabriel Simunek @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Troisième et quatrième phases d’urbanisation 1854-1895, Gabriel Simunek @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2021

Datation des percements, André Céréza @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques propriétaires privés se partagent les clos : ils engagent tour à tour des créations de rues et vendent leurs terrains afin qu’ils soient bâtis. Entre la Grande-Rue de la Croix-Rousse et la rue de Belfort se met en place un quadrillage plus ou moins régulier14 de rues perpendiculaires aux deux voies ouest et est. Du sud au nord, trois propriétaires principaux se partagent le territoire en clos : Dumenge15, Perrin et Pailleron16. Entre 1812 et 1842, ils donnent au quartier une physionomie qui reste encore visible aujourd’hui.

 

Les différents clos du plateau de la Croix-Rousse début XIXe siècle, Gabriel Simunek @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, IGPC, 2021

 

Plan chronologique du secteur étudié. André Céréza, Gabriel Simunek © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015, 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre d’un lotissement, le propriétaire se réserve en général une parcelle pour lui. Les autres sont vendues une à une, avant ou après le percement des rues et en fonction de la demande. Le lotisseur vend à des particuliers, parfois regroupés en association. Les parcelles créées au début du XIXe siècle sont juxtaposées les unes aux autres, perpendiculaires à la rue et généralement plus longues que larges. Elles sont différentes des parcelles en lanière de l’époque moderne que l’on peut rencontrer sur la Grande-Rue de la Croix-Rousse. On peut distinguer trois phases d’urbanisation dans la partie est du plateau, de part et d’autre de la rue de Belfort. Elle a été très rapide du côté ouest où les différentes opérations d’ouverture de rues se sont étalées sur une trentaine d’années entre 1815-1842, progressant du sud au nord17. Les percements à l’est ont été réalisés plus tard, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle (1842-1862).

Cette seconde phase correspond au second quart du XIXe siècle avec la vente du reste du clos Rey mais aussi des clos Fayolle et Theoleyre. Le prolongement de la rue Dumenge à l’est vers 1840 permet d’étendre l’urbanisation vers le nord. La typologie des immeubles reste la même excepté sur la partie sud de la rue Dumenge, où les immeubles s’élèvent sur seulement trois niveaux. Les escaliers à mur noyau disparaissent presque totalement au profit d’escaliers à jour central. De même, il a fallu tenir compte de la pente pour les constructions sur la rue Justin Godart et la rue Célu. La troisième phase d’urbanisation correspond à la vente du clos de la Visitation en deux temps. Entre 1854 et 1866, le clos est vendu à différents entrepreneurs pour la construction d’immeubles-ateliers. Puis entre 1879 et 1883, au nord du secteur, la Ville de Lyon achète à M. Reynaud et Mme Revenant leur terrain afin d’implanter un groupe scolaire. L’urbanisation est très cohérente dans cette partie du plateau ; les propriétaires ont pu ouvrir des rues et construire presque sans obstacles. La municipalité est très peu intervenue et il y a eu peu de problèmes d’acquisition de terrains.

 

Une architecture sobre et fonctionnelle

 

La particularité des immeubles-ateliers de la Croix-Rousse est que l’habitat et le travail sont réunis en un même espace. Ainsi, la Fabrique, véritable système économique, s’organise en de multiples lieux de production et non pas en une seule usine et un seul lieu de travail séparé et/ou éloigné du lieu d’habitation : déjà les prémices de la cité industrielle imaginée par l’architecte Tony Garnier ?18. C’est pourquoi les bâtiments construits peuvent être qualifiés d’immeubles-ateliers car ils sont à la fois des immeubles de logements et des immeubles de travail divisés en ateliers. Au n°11 de la rue Dumenge sont décomptés en 1825, 15 fabricants, 1 perruquier et 1 épicier et 57 métiers à mécanique Jacquard19. La composition architecturale des premiers immeubles construits sur le Plateau à l’est de la Grande-Rue est régulière. Il s’agit d’une architecture qui doit répondre à certains critères et contraintes. Ce sont en majorité des fabricants qui ont acheté les terrains et fait construire les immeubles pour y installer des ateliers. Il n’est donc pas jugé nécessaire d’orner les façades ou d’y installer des balcons puisque la première fonction est celle du travail. Ce n’est pas une population bourgeoise et aisée qui s’installe dans ces nouveaux quartiers et qui cherche à montrer son statut à travers l’ornementation des façades. L’architecture est contrainte par l’économie et les commanditaires doivent choisir des matériaux avantageux et répondre à des exigences qui laissent peu de place à l’inventivité et à la liberté. Mais de petites constructions sont également réalisées, qui peuvent faire l’objet d’un traitement des façades plus élaboré. Avant cette période, Louis-René Villermé fait l’état des habitations des tisseurs et explique qu’ils vivaient dans les maisons “les moins commodes” et les moins belles de Lyon (dans le Vieux-Lyon et à Vaise)20.

 

Escalier de la Croix-Rousse, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015 – ADAGP.

Escalier rue de Nuits, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

Les matériaux

 Ces immeubles canuts s’élèvent en général sur 5 ou 6 niveaux : construire en hauteur permet aux entrepreneurs de valoriser leurs terrains en superposant les logements-ateliers. On décide de construire en pierre, afin de réaliser des immeubles solides et élevés, ce que ne permet pas le pisé. Par ailleurs, l’utilisation du pisé est interdite depuis 1817 sur le plateau de la Croix-Rousse car « les bâtiments neufs doivent être en bons matériaux et bonne maçonnerie afin de lutter contre les incendies et permettre de grandes hauteurs »21.

Toutefois, le pisé continue parfois à être utilisé à l’intérieur, pour les derniers niveaux ou pour les façades sur cour. Tout au long du XIXe siècle, les carrières de pierre se développent industriellement et le chemin de fer va permettre d’acheminer de nouveaux matériaux. Les soubassements et le rez-de-chaussée de immeubles-ateliers sont en pierre de taille, souvent en « pierre de Villebois », de teinte grise plus ou moins sombre. Ce calcaire très dur, exploité le long du Haut-Rhône, provient de l’île Crémieu (Isère) et de la rive droite du Rhône (Ain)22. Sa résistance exceptionnelle et la possibilité d’extraire des blocs très volumineux autorisent des ouvertures de grande portée, notamment pour les boutiques. La mise en œuvre de blocs monolithes pour les ouvertures des rez-de-chaussée, confère une grande simplicité aux façades, dont les formes répétitives anticipent sur les constructions industrielles modulaires postérieures. De grandes dalles verticale reliées par des agrafes constituent les murs des couloirs d’accès.

Grandes dalles monolithes avec agrafes, rue d’Ivry Nadine Halitim-Dubois © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2020.

 

Les élévations sont généralement réalisées en moellons de calcaire jaune du mont d’Or (« pierre de Couzon ») recouverts d’enduits. La mise à nu des façades permet d’observer aujourd’hui le système de construction à lancis et crossettes, largement répandu à cette époque. Il est notamment visible au n°12 rue Dumenge où les trois premiers étages n’ont plus d’enduit. Vers 1894, Clair Tisseur définit ainsi la crosse : « pierre de taille, mince et longue, posée debout et alternant avec des pierres posées sur plat, qu’on nomme lancis, pour former le jambage d’une baie. »23.

 

Vue des matériaux en façade rue Dumenge : calcaire dur. Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

A l’intérieur, les escaliers sont le plus souvent réalisés en « pierre de Saint-Fortunat ». Il s’agit d’un calcaire dur, de couleur variable (généralement gris, mais parfois brun-rouge), extrait du massif du mont d’Or. Certains bancs se distinguent par une abondance de coquilles d’huitres fossiles (gryphées). Très résistant, il peut aussi servir pour les soubassements et les linteaux. L’escalier d’un immeuble de la rue d’Ivry présente un bel exemple d’escalier très riche en gryphées.

Escalier rue d’Ivry, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

L’organisation rationnelle des façades : une première standardisation

 

Les façades des immeubles-ateliers sont régulièrement percées de hautes baies rectangulaires séparées par de minces trumeaux sans décor. Les baies sont généralement identiques à chaque étage, contribuant à une homogénéité des façades. Il n’y a pas de hiérarchie visible, mais les ouvertures et les appuis de fenêtre ou les bandeaux saillants créent un rythme. Les baies sont régulièrement équipées de jalousies dont le mécanisme est dissimulé par des lambrequins.

La façade s’organise selon le rythme ternaire habituel : rez-de-chaussée, étages et toiture. Au sein des immeubles-ateliers, seuls les rez-de-chaussée reçoivent parfois un traitement particulier. Ils sont de plain-pied par rapport au niveau de la rue et constitués d’arcades ou de travées rectangulaires surmontées de linteaux en pierre de taille. Ils accueillent en général des commerces. L’entresol est rare et s’il existe, il demeure l’habitat du commerçant de la boutique qu’il surplombe, et se trouve lié architecturalement à cette dernière comme pour traduire le lien fonctionnel qui unit ces deux niveaux de la maison24.

Dès le premier étage, on ne dissocie pas logement et travail. L’homogénéité de la façade se joue dès le rez-de-chaussée où les travées dictent l’emplacement des ouvertures des étages. Les verticales sont fortement marquées dans cette architecture, contrairement aux horizontales qui n’existent que par le biais de bandeaux séparant le rez-de-chaussée des étages. Peu d’immeubles ont des limites marquées à chaque niveau.

Façades rue Dumenge, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

Ce choix de composition sobre et pauvre en ornements est volontaire à cette époque et constitue un goût esthétique et un modèle à suivre pour l’édification d’immeubles industriels. Nombre d’immeubles sont construits d’après ce vocabulaire et illustrent cette tendance à la réduction du décor. La conception de la rue elle-même tend vers l’unité et la régularité. Les nouvelles rues sont percées perpendiculairement aux voies anciennes et sont parallèles les unes aux autres. Rectilignes, elles présentent normalement une largeur constante sur toute leur longueur. Les immeubles sont alignés le long des voies et les façades se répondent en symétrie de chaque côté de la rue. Les bâtiments s’élèvent rapidement car il faut répondre à l’accroissement de la population. Ainsi, c’est l’ordre qui l’emporte et apparaissent des rues bordées de façades quasi identiques et alignées. Cette systématisation dans la taille des matériaux, dans les proportions des pleins et des vides, ajoutée à la parcimonie décorative, confère aux façades de ces immeubles canuts l’appellation de « cartons Jacquard »25.

 

L’accès et la distribution

L´accès aux immeubles se fait depuis la rue par une porte latérale ou centrée si l’immeuble compte beaucoup de travées. Il s’agit en majorité de portes piétonnes puisque les parcelles sont trop petites pour avoir de larges cours et des écuries. La population bourgeoise ne vit pas dans ces quartiers et il n’est pas utile de créer des accès pour les voitures et les chevaux. Les portes sont à un seul vantail, suffisamment large toutefois pour permettre le passage des métiers à tisser et leurs mécaniques. Elles sont simples, rectangulaires et généralement surmontées d’une imposte, parfois cintrée, mais la plupart du temps rectangulaire et ajourée pour assurer l’éclairage de “l’allée”26. Elles ne disposent pas d’encadrement ouvragé ni de couronnement travaillé. Ces portes se fondent dans les façades lisses et sobres sans apporter aucune information sur la fonction de l’immeuble et les activités qui se tiennent à l’intérieur. Lorsqu’il existe des portes cochères, elles desservent des entrepôts ou des remises, ou bien constituent parfois l’accès principal à plusieurs immeubles mitoyens. Elles ne sont pas nécessairement plus ouvragées, mais se distinguent simplement par leurs dimensions. C’est notamment le cas au n°4 rue Dumenge. La porte et l’escalier sont communs à trois immeubles : les n°4 et n°6 rue Dumenge et le n°9 rue du Pavillon.

Escalier exceptionnel et mur noyau plein, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015 – ADAGP.

Escalier exceptionnel de 1815-1820 rue Dumenge avec mur noyau plein, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

Depuis la rue, une “allée” mène à l’escalier généralement perpendiculaire et à une petite cour à l’arrière du bâtiment. Les “allées” n’ont d’autre rôle que celui de passage et ne reçoivent aucun décor. Elles sont généralement longues et rectilignes et seulement éclairées par l’imposte de l’entrée et la cour qui peut exister à leur extrémité. Elles desservent la plupart du temps des appartements ou des commerces par des portes latérales avant de mener à l’escalier. Dans certains cas, l’escalier se trouve directement derrière la porte d’entrée. Parfois, d’autres immeubles ou des petites maisons situés au fond de la parcelle ouvrent sur la cour.

Les escaliers des immeubles construits dans le premier quart du XIXe siècle à la Croix-Rousse sont de trois formes : à mur-noyau, à mur-noyau ajouré ou à jour central. Sauf de rares exceptions, il s’agit toujours d’escaliers rampe sur rampe à deux volées droites et palier de repos. Dans la rue Dumenge (entre la rue de Belfort et la rue du Mail), les escaliers sont tous à mur-noyau plein ou à mur-noyau ajouré. A l’inverse, les immeubles construits trente ans plus tard dans l’impasse Gigodot sont tous à vide central. Le mur-noyau « était extrêmement fréquent au XVIIème et au XVIIIème siècle. Ce système est considéré comme démodé dans la seconde partie du XIXème siècle »27.

Escalier suspendu, rue de Nuits, Thierry Leroy © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2015.

Par ailleurs, les murs-noyaux pleins assombrissent énormément les cages d’escalier. Des baies, la plupart du temps en façade sur cour, leur apportent de la lumière, mais ils sont beaucoup moins aérés que les escaliers à mur noyau ajouré ou à jour central. Ces derniers se développent de la même manière que les premiers, mais apportent plus de lumière grâce à leur vide central, de forme ovale ou carrée. Souvent, le vide est sécurisé par une main courante en ferronnerie ou en bois. Certains escaliers n’ont pas de palier intermédiaire et sont tournants sur la gauche ou la droite. Au n°4 rue Dumenge, tout comme la porte et “l’allée”, l’escalier est commun à trois immeubles et était donc emprunté par beaucoup de personnes. Cela peut expliquer sa largeur peu commune :  les marches font près de deux mètres de large, soit presque le double des dimensions habituelles dans les immeubles lyonnais.

Plan schématique des escaliers du secteur d’étude, André Céréza @ Région Auvergne-Rhône-Alpes, 2015

Les espaces de vie et de travail ne sont pas réellement dissociés dans les ateliers. L’organisation classique dédie environ deux tiers de l’espace au travail, puisqu’il faut installer plusieurs métiers et tout le matériel de préparation nécessaire. Le dernier tiers est consacré à la partie habitation. Il est coupé en deux dans sa hauteur28 par une soupente qui sert de couchage. Les métiers sont placés perpendiculairement à la façade devant chaque fenêtre et sont fixés aux poutres et aux solives du plafond afin d’éviter les vibrations. Dans un appartement du troisième étage au n°4 rue Dumenge, des encoches sont encore visibles sur une poutre du plafond. Cela montre la présence de métiers et d’ateliers de tissage dans cet immeuble, ce qui est confirmé par les annuaires commerciaux, qui indiquent la présence de tisseurs à presque tous les étages. Une grande hauteur sous plafond est nécessaire pour accueillir les nouveaux métiers à mécanique Jacquard. Un métier fait presque deux mètres de haut et la mécanique plus d’un mètre, il faut donc une hauteur sous plafond d’au moins quatre mètres.

 

Un quartier très actif 

D’après le recensement de 1825, six fabricants sont recensés au n°1 rue Dumenge, sept au n°3, treize au n°5, quinze au n°7, quatorze au n°9, quinze au n°11, quatre au n°2, douze au n°4, vingt au n°8 (certainement l’immeuble n°10 actuel) et dix au n°10. En 1834, 109 fabricants sont recensés dans la rue Dumenge29. Les immeubles n’accueillent pas que des tisseurs, mais aussi d’autres spécialistes du travail de la soie ainsi que des commerces. Un boucher est présent au n°4 rue Dumenge et en 1844, le n°7 de la même rue accueille un boulanger.

Dans le faubourg de la Croix-Rousse, il y a en 1832 environ 10 000 ouvriers sur 16 000 habitants, contre environ 4 000 à la Guillotière et un peu plus de 400 dans le faubourg de Vaise. En 1835, environ 38 000 tisseurs (chefs d’ateliers et compagnons) sont présents. Il faut ajouter à ces chiffres les professions complémentaires (sous-traitants) qui préparent la soie et construisent les métiers, peut-être aussi nombreux que les tisseurs30. Les ouvriers en soie ne sont pas seulement présents sur le Plateau : on les retrouve dans les autres faubourgs et à Lyon sur les Pentes, mais c’est la Croix-Rousse qui compte le plus de tisseurs et d’exemples d’immeubles-ateliers. Le quartier de la Guillotière autour de la rue de Victoire (actuellement palais de la Mutualité) et de l’ancienne rue de Chartre31 est un quartier de tisseurs également constitué d’immeubles-ateliers, mais avec une densité moindre.

En moins d’un demi-siècle, un nouvel espace industriel s’est formé sur le plateau de la Croix-Rousse. Les avantages géographiques, climatiques et économiques offerts par la commune indépendante ont été mis à profit par des propriétaires privés qui ont tour à tour percé de nouvelles rues et partagé leurs terres afin de les faire bâtir32. Un réel engouement pour la Croix-Rousse est apparu. Une importante demande immobilière et l’accroissement de la population ont amené à l’essor d’un nouveau type d’architecture : les immeubles-ateliers. Des immeubles fonctionnels, hauts et solides grâce à la mise en œuvre de la pierre, sont construits et accueillent les nouveaux ateliers de tissage de la Fabrique. L’alignement et la réduction de l’ornementation sont de rigueur et l’architecture est contrainte par le travail. Mais le rôle des initiatives privées dans l’urbanisation et l’élévation d’immeubles-ateliers ne sont pas propres au plateau de la Croix-Rousse. Un phénomène similaire a eu lieu sur les Pentes de la Croix-Rousse33 et des exemples sont visibles sur la rive gauche du Rhône.

Aujourd’hui, cet ancien quartier dédié à la Fabrique mérite toutes les attentions34. Il est devenu très attractif et de manière paradoxal très cher, les ateliers ont été remplacés par des logements et seuls les rez-de-chaussée sont occupés par des commerces, mais l’aspect des façades rappellent encore les activités qui, au XIXe siècle, se tenaient derrière les fenêtres35.

 

Nadine HALITIM-DUBOIS, Chercheure, Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

Pour citer cet article : HALITIM-DUBOIS, Nadine. L’urbanisation du plateau de la Croix-Rousse 1815- 1895 : Les immeubles-ateliers. Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Auvergne-Rhône-Alpes [en ligne], 25/03/2022. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4523

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. Étude réalisée à partir du travail de terrain effectué avec Manon Mauguin, Sandrine Majdar et Noémie Caillat, étudiantes de Dominique Bertin, en stage de 2013 à 2015 avec Nadine Halitim-Dubois Inventaire. Mémoires de Master 2 consultables à la BU Chevreul : Mauguin M., L’urbanisation du plateau de la Croix-Rousse dans la première moitié du XIXe siècle : initiatives privées et architecture fonctionnelle, Master 2, Université Lyon 2, 2013 – Madjar S., Urbanisation et architecture du plateau de la Croix-Rousse, de la fin du XVIIIe au XIXe siècle, Master 2, Université Lyon 2, 2014 – Caillat N., Urbanisation et architecture d’un quartier de la Croix-Rousse, territoire de Pierrebrune et des Gloriette, Master 2, Université Lyon 2, 2015 []
  2. AC Lyon. 1 C 316 1 et 2, POINTET Joseph, Historique des propriétés et maisons de la Croix-Rousse de 1350 à 1790, 1926 []
  3. AC. Lyon, Forma Urbis, les plans généraux de Lyon, XVIe – XXe siècles, “Plan général de la ville de Lyon et de ses environs, dessiné et levé par le citoyen Villionne, 1799, [signé] Jars, 1997 []
  4. QUAY Jean-Yves, un quartier de “fabrique”, la fabrique d’un quartier : les pentes de la Croix-Rousse, ENSAL, 2009, p. 6 []
  5. Limité à l’est par la rue de Belfort, au sud par le boulevard, à l’ouest par la Grande-Rue et au nord par la rue Janin []
  6. AC. Lyon 1 C 316 1 et 2, POINTET Joseph, op. cit. p.276 []
  7. AC. Lyon, 3 WP 190, Permission de voirie, dossiers par rue : Grande rue de la Croix-Rousse, 1816-1852 []
  8. FROBERT L., Les canuts ou la démocratie turbulente, Lyon, 1831-1834, Ed. Libel, 2017 -1ère édition en 2009 []
  9. HALITIM-DUBOIS, N., La condition des soies à Lyon : évolution morphologique du bâtiment, in catalogue Lyon et Dragons Dessiccateurs de la condition des Soies, Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon, EMCC, déc. 2012, p. 18 à 22 []
  10.  BARRE Josette, La colline de la Croix-Rousse : histoire et géographie urbaines, Ed. Lyonnaises d’Art et d’Histoire, Institut des études rhodaniennes, 1993, p. 107 []
  11. BARRE Josette, op. cit. p. 110 []
  12. VILLERMÉ Louis-René, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, 1840, p. 370 []
  13. Dossier ZPPAUP des Pentes de la Croix-Rousse, DRAC Rhône-Alpes, 1991, p. 18 []
  14. AC. Lyon, 3 WP 193, Permission de voirie, dossiers par rue : rue Pailleron, 1790-1851 []
  15. AD Rhône série 421Q, registres de formalité, transcription des actes translatifs de propriété d’immeubles 1810 []
  16. AC. Lyon 3WP193, dossier par rue : clos Pailleron, donation des deux rues par les mariés Guillaume Pailleron et Marie-Anne Rimbourg 1837 []
  17. AC. Lyon, 3 WP 193, 1818-1849, dossiers par rue : rue du Mail, clos Pailleron, rue Pailleron et rue du Pavillon []
  18. QUAY, Jean-Yves, op. cit. p. 17 []
  19. AC. Lyon 3 WP 027 1 à 061, registres de recensements de la population de la commune de la Croix-Rousse []
  20. VILLERMÉ Louis-René, op. cit. p. 361 []
  21. BERTIN Dominique, MATHIAN Nathalie, Lyon : silhouettes d’une ville recomposée, éd. ELAH, Lyon, 2008, p. 173 []
  22. SAVAY-GUERRAZ H. et TRITENNE D., L’approvisionnement en pierres de Lyon, de l’époque romaine au XIXe siècle. Esquisse d’une histoire, Lorenz J., Blary F. et Gely J.-P. (dir), Construire la ville, Actes du 137e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Tours, 23-28 avril 2012, Éditions du CTHS, Sciences 14, Paris, 2014, p. 262-275 []
  23. TISSEUR Clair, Le littré de la Grand’Côte : à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement / par Nizier du Puitspelu, Académie du Gourguillon : publié en 1903, p. 121 []
  24. MONNET Thierry, Etude de l’architecture mineure de la Croix-Rousse du XVIIIe siècle à la moitié du XIXe siècle : d’après un fonds de Mr Vanario, Université Lumière Lyon 2, 1990 []
  25. BERTIN Dominique et MATHIAN Nathalie, Lyon : silhouettes d’une ville recomposée, éd. ELAH, Lyon, 2008, p. 204 []
  26. terme usité à Lyon []
  27. MATHIAN Nathalie, L’habitat à Lyon 1800-1852 : quartier Perrache-Bellecour, Université Lumière Lyon 2, 1986, p. 101 []
  28. TASSINARI B., La soie à Lyon : de la Grande Fabrique aux textiles du XXIe siècle, Éd. ELAH, Lyon, 2005, p. 98 []
  29. AC. Lyon 3 WP 027 1 à 061, registres de recensements de la population de la commune de la Croix-Rousse []
  30. VILLERMÉ Louis-René, op. cit. []
  31. Actuelle rue Paul Bert []
  32. HALITIM-DUBOIS N. (dir), MAUGUIN M., MADJAR S., CAILLAT N., l’urbanisation du plateau de la Croix-Rousse, 2016,[en ligne] URL https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/secteur-d-etude-du-4eme-arrondissement-de-lyon-etudes-urbaines-du-4e-arrondissement-les-immeubles-ateliers-vecteur-du-developpement-urbain-du-plateau-de-la-croix-rousse/9a0cc2bf-873e-4aad-8aca-a015e23038cc []
  33. QUAY, J.-Y. op.cit. []
  34. A intégrer dans l’AVAP des pentes de la Croix-Rousse ? mettre une série d’immeubles et escaliers remarquables en EBP ? []
  35. Des associations présentent encore des démonstrations remarquables de tissage : Maison des Canuts, Soierie Vivante et l’Atelier Mattelon []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search