Le monument aux morts de Blandin (Isère), une œuvre commémorative de la Grande Guerre et le symbole d’une histoire locale

Blandin est une commune du Nord-Isère de 144 habitants1, son territoire s’étend sur une surface de 4,26 km². Elle est située au cœur de la vallée de la Haute Bourbre dans les Terres Froides du Bas-Dauphiné dit également le Viennois.

 

Ill. 1. Vue générale de Blandin, carte postale, début XXe siècle. Repro. J. Bellet, 2018 © Archives privées.

Bien que d’une taille relativement modeste, Blandin possède comme la plupart des communes son monument aux morts de la Grande Guerre. Ce dernier fêtera bientôt son centenaire2. C’est l’occasion de revenir sur les origines d’une œuvre singulière qui dans sa réalisation, au-delà d’être un hommage aux morts tombés au service de la France, est aussi le témoin d’un pan de l’histoire locale.

 

Ill. 2. L’église et le monument aux morts de Blandin © J. Bellet, 2018.

Le monument aux morts de Blandin est installé dans le bourg, sur la place publique, près de l’ancienne église paroissiale Saint-Jacques. Il s’agit d’un obélisque composé d’un fût quadrangulaire reposant sur un piédestal et un soubassement.

Ill. 3. Vue de face du monument aux morts de Blandin à gauche, du monument aux morts de Panissage (Val-de-Virieu) à droite, tous deux réalisés par E. Pin. Photo © J. Bellet, 2018

Le fût est orné d’une médaille gravée et d’une couronne de laurier sculptée (elle est composée de deux branches nouées entre elles par un ruban). Son sommet est terminé par un pyramidion surmonté d’une croix latine. La médaille est une croix de guerre. Il s’agit d’une récompense créée en 1915 pour honorer la bravoure des soldats valeureux. Le laurier symbolise la victoire et le dépassement de soi. Ces ornements sont souvent utilisés sur les monuments aux morts français. La croix latine est un symbole chrétien, elle est normalement illégale sur un tel édicule mais elle est de fait bien souvent tolérée.

Ill. 4. Détail de la partie supérieure du monument aux morts de Blandin

Ill. 4. Détail de la partie supérieure du monument aux morts de Blandin © J. Bellet, 2018

Les noms de seize soldats morts pour la France sont inscrits sur la partie supérieure du monument. Le nom d’un soldat mort en 1940 est écrit sur le piédestal qui porte également la dédicace suivante : AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE 1914-1918 PRO PATRIA ainsi que le nom du sculpteur E. PIN. L’ensemble est sacralisé par un enclos constitué d’un mur de fond, de banquettes et de barrières métalliques. Il faut préciser que la forme des lettres de la dédicace est particulièrement travaillée, contrairement aux autres inscriptions. La police d’écriture utilisée semble inspirée par l’Art nouveau L’auteur de ce monument a réalisé également les monuments aux morts des communes de Saint-Victor-de-Morestel, Panissage et Doissin (Isère). Dans les deux premiers cas, le style des lettres des dédicaces est identique à celui employé à Blandin (voir ill. 3). Sur chaque édicule, le sculpteur a placé sa signature de façon visible sur la face du piédestal3.

 

Ill. 5. Vue de trois-quarts du monument aux morts de Saint-Victor-de-Morestel

Ill. 5. Vue de trois-quarts du monument aux morts de Saint-Victor-de-Morestel réalisé par l’entrepreneur E. Pin. Photo © J. Bellet, 2019

Si à première vue cette œuvre paraît classique et simple, elle est, à bien y regarder, plus complexe. Tout d’abord, elle présente clairement un caractère religieux assumé, à la fois par la croix chrétienne placée au sommet mais aussi par l’inscription PAROISSE DE BLANDIN inscrite sur le fût. Cet aspect religieux est encore renforcé par la proximité de l’église mais aussi par la statue de la Vierge à l’Enfant positionnée presque à l’opposé du monument. L’installation d’un monument républicain à proximité de symboles religieux aurait pu avoir vocation à les nuancer. Il s’intègre cependant à eux.

Ill. 6. Statue de la Vierge à l’Enfant, près de la place publique de Blandin. Photo © Jérôme Bellet, 2018

La loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État précise qu’il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. Le monument de Blandin semble pourtant être un hommage collectif et être dans un espace public. À ce titre, il ne devrait par conséquent pas porter de mentions et signes religieux. Son autre singularité est liée à la liste des dix-sept soldats morts pour la France qu’il porte. L’étude des noms montre que plusieurs d’entre eux ne sont pas des Blandinois mais des habitants de la commune voisine : Châbons. L’observation du monument aux morts de cet autre village pointe le fait que certains soldats sont inscrits sur les deux édifices !

Ill. 7. Liste des noms des soldats morts pour la France présents sur le monument aux morts de Blandin avec l’indication de leur présence ou non sur le monument de Châbons

Pour mieux comprendre ce monument, il est nécessaire, dans un premier temps, de s’intéresser en détails à l’histoire de Blandin puis à celle de la construction de l’œuvre.

Blandin : brève histoire de la paroisse et de la commune

Avant la Révolution, la paroisse de Blandin s’étend sur le mandement (unité administrative d’Ancien Régime) de Virieu4 et de Pupetières5. À cette époque, si l’église est située dans la partie viriaquoise, au hameau dit de Grand Blandin6, la majorité de la population habite dans l’autre moitié du territoire.

Ill. 8. Plan de la paroisse de Blandin, 1845. Repro. Jérôme Bellet, 2018 © AC Blandin

En 1790, la paroisse ne forme pas une commune. La première partie située dans le marquisat de Virieu, devient une des huit sections de la commune de Virieu-en-Dauphiné sous le nom de Blandin. Cinq années plus tard, elle fait partie de la municipalité de canton de Virieu7. Il faut attendre la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) pour qu’elle possède enfin sa propre municipalité8.

La seconde partie devient quant à elle la commune de Pupetières ; elle connaît une existence éphémère puisque rapidement rattachée à Châbons.

Jusqu’en 1793 et la mise en place de l’état civil, les habitants de la section de Blandin et ceux de la commune de Pupetières continuent à se faire enregistrer auprès de la paroisse. À partir de cette époque, les premiers, malgré leur rattachement à Virieu, ont leurs propres registres, et les seconds sont désormais liés à Châbons. À noter que le desservant de l’époque, Antoine Farnoux, démissionne quelques temps après et n’est pas remplacé9. Les aléas de l’époque révolutionnaire entrainent donc la disparition de la paroisse. En outre, la non-restauration de celle-ci, lors du rétablissement du culte en 1802, profite aux églises de Virieu et de Châbons.

Ill. 9. L’ancienne église de Blandin sur le cadastre de 1824. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin

Au début du XIXe siècle, les Blandinois demandent à plusieurs reprises l’installation d’un prêtre et la renaissance de leur paroisse10. Ils ont finalement gain de cause dans les années 1840 et obtiennent même, non sans difficulté11 , que les cinq hameaux de Châbons (Viallières, les Ripaux, les Sables, le Gaz et Pupetières) qui dépendent de Blandin sous l’Ancien Régime, soient intégrés dans la nouvelle paroisse12. À la même époque, l’église est détruite pour être reconstruite à son emplacement actuel13 , entrainant ainsi le déplacement du centre de gravité de la commune. Petit à petit, l’ancien chef-lieu devient un hameau14, le bourg se structure autour de la nouvelle église, malgré sa position excentrée et en limite de la commune15.

Ill. 10. Carte schématique de Blandin et de ses environs © J. Bellet, 2018

Quelques années après, au début de la décennie 1850, les habitants de Blandin tentent d’obtenir une unité administrative en adéquation avec leur circonscription religieuse. L’opposition des notables du canton du Grand-Lemps et de Châbons qui en dépend, rend la tentative infructueuse16. À l’époque, cette question soulève bien des passions dans les environs. Une variante du projet est même envisagée : unir Blandin à d’autres communes voisines (Panissage et Doissin)17. Si rien n’aboutit, la commission chargée d’étudier le projet fournit, vers 1850, de précieuses informations concernant la population :

– Châbons compte 2 020 habitants pour une superficie de 1 814 ha,

– Les cinq hameaux de la paroisse de Blandin sur la commune de Châbons abritent 400 habitants pour une superficie de 200 ha,

– La commune de Blandin a quant à elle 217 habitants pour une superficie de 420 ha.

La situation est semblable à celle d’avant la Révolution : une paroisse s’étendant sur deux entités administratives différentes.

À la lumière de l’histoire locale, la lecture du monument aux morts de Blandin prend un sens nouveau. À la fin de la Grande Guerre, lors de son érection, les Blandinois choisissent de l’intégrer dans les limites de la paroisse et non de la commune, d’où l’inscription PAROISSE DE BLANDIN. Et c’est pourquoi le nom des soldats, originaires des hameaux de Châbons faisant partie de la dite paroisse, est présent sur le monument18. Il s’agit probablement alors de respecter la volonté des familles attachées aux traditions locales car même si elles n’appartiennent pas à la commune elles se sentent liées à la paroisse. D’autant plus qu’elles ont probablement participé au financement de l’édicule…

 

Le monument

La première mention connue du monument aux morts de Blandin date du 1er novembre 1919. Ce jour-là, le maire Cyrille Carre expose aux conseillers municipaux qu’un certain nombre de communes du département ont pris l’initiative de placer des plaques ou [de] délivrer des monuments commémoratifs aux soldats morts pour la Patrie19. Il attend de cette annonce que la commune rende elle aussi hommage aux Blandinois tombés au champ d’honneur. Le conseil municipal accepte dès lors d’initier un tel projet et forme un Comité chargé de prendre les mesures nécessaires pour mener à bien cette œuvre de reconnaissance envers nos soldats.

Pour certains membres de la municipalité, cet hommage revêt un caractère particulier et personnel puisque plusieurs d’entre eux ont perdu des proches durant le conflit.

En décembre 1919, une nouvelle municipalité est constituée. C’est à elle qu’incombe dorénavant de mener à bien ce programme.

Le nouveau maire, Fortuné Moine, entreprend aussitôt les démarches pour faire avancer le projet. Lors d’une séance du conseil municipal, il rappelle aux nouveaux conseillers la nécessité de rendre hommage aux soldats morts pour la France : il conviendrait de perpétuer dans la commune de Blandin le souvenir des vaillants défenseurs de la Patrie tombés au Champ d’honneur au cours de la guerre de 1914-1918. Ensemble, ils décident qu’un monument commémoratif sera élevé dans la commune de Blandin à la mémoire de ceux qui sacrifièrent leur vie pour la France au cours de la dernière guerre20.

Ill. 11. Élévation du monument aux morts de Blandin, vers 1920. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin

Dans cette perspective, le maire se rapproche d’Édouard Pin, entrepreneur funéraire installé à la Tour-du-Pin, pour obtenir des plans et un devis estimatif des travaux. Ces derniers sont estimés à 3 000 francs pour l’exécution et l’installation du monument et à 150 francs pour la gravure des noms. Un marché de gré à gré, ou en tout cas un projet de marché, passé le 12 février entre le maire et l’entrepreneur précise que le monument projeté, d’une hauteur totale de 3, 45 m, sera érigé en pierre du Jura et reposera sur deux marches en pierre de Montalieu (Isère). Le conseil accepte cette proposition et ces conditions.

Ill. 12. Entête de l’entrepreneur E. Pin, 1920. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin.

Pour faire face aux dépenses, la municipalité envisage plusieurs solutions : l’organisation d’une souscription, le vote d’une subvention communale et la demande d’une subvention à l’État.

L’emplacement sélectionné pour l’installation du monument est le centre de la place située au-devant de l’église Saint-Jacques ((AC Blandin. Registre des délibérations, 1913-1922 : délibération du 30 mai 1920.)) ; finalement le conseil décide de l’installer contre le mur fermant la place au sud-est21.

 

Ill. 13. Projet d’emplacement du monument, 1920. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin

 

En juin 1920, le dossier du monument de Blandin est envoyé à la préfecture pour recevoir les autorisations et demander une subvention22 . Début juillet, le maire est informé que la Commission chargée d’étudier les projets de monuments valide les plans tout en demandant une légère modification de la base du monument.

Le 21 août, le conseil accepte, à la demande des parents des défunts, de faire placer une croix au sommet du monument23.

Ill. 14. Second projet d’emplacement du monument, 1920. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin.

Fin octobre, le maire est informé par l’entrepreneur qu’il peut venir chercher l’obélisque commandé. Il ne manque plus que la croix qui fait encore l’objet de courriers au mois de décembre.

La réception définitive des travaux est organisée le 12 février 1921. Cependant, le chantier n’est pas totalement terminé puisqu’il faut aménager le pourtour du monument (construction des murs et installation de la barrière). Ces derniers travaux sont confiés à Marius Vittoz, entrepreneur de Burcin, au printemps et à l’été 1921. Le monument est finalement inauguré officiellement quelques temps après, probablement en novembre, pour la célébration de l’armistice de 191824 .

Ill. 15. Photographie supposée de l’inauguration du monument aux morts, 1921 ? Repro. J. Bellet, 2018 © Archives privées.

Ill. 15. Photographie supposée de l’inauguration du monument aux morts, 1921 (?) Repro. J. Bellet, 2018 © Archives privées

Le financement du monument

La construction d’un monument aux morts est une initiative onéreuse qui pèse sur les finances communales. Le coût initial du projet est estimé à 3 440,40 francs (prix du monument, gravure des noms, transport et fondations) puis à 3 570 francs. Le montant des travaux est bien plus élevé et atteint finalement presque 4 800 francs. En effet, à la somme initiale il faut ajouter des frais de maçonnerie, le prix d’une barrière, le prix d’une croix et diverses autres dépenses, dont 90 francs de champagne pour l’inauguration.

Le financement du projet est multiple : la commune vote une subvention de 400 francs, il est demandé à l’État une contribution de 400 francs25 , et un appel à la générosité de la population est lancé. Les archives communales de Blandin conservent le détail de plusieurs souscriptions26.

Ill. 16. Photographies émaillées de soldats sur le monument aux morts de Châbons dont le nom figure aussi sur celui de Blandin, date inconnue. Repro. J. Bellet, 2018 © Châbons.

Une première liste circule au début de l’année 1920. Elle réunit les dons de plus de quatre-vingt personnes auxquels il faut ajouter les sommes recueillies lors des mariages, banquets, quêtes à l’église, de collectes dans les cafés et d’autres évènements.

Une seconde liste est organisée un peu plus tard pour pallier aux coûts supplémentaires générés par la barrière et la croix.

Les principaux donateurs sont le marquis de Virieu et Camille Suel (propriétaire du château de la Molinière) qui n’hésitent pas à ajouter d’importantes sommes afin de réunir le montant total.

 

Ill. 17. Le monument aux morts de Châbons. Photo © J. Bellet, 2018

 

Le monument aux morts de Blandin est un exemple où cohabitent hommages républicain et religieux, malgré les dispositions de la loi de 1905. L’explication réside dans l’histoire locale.

En 1919-1920, les Blandinois de la commune ou de la paroisse semblent être très attachés à leurs traditions. Ces dernières sont particulièrement liées au domaine religieux puisque, comme nous l’avons vu, le monument porte un signe et une mention chrétienne et est érigé, près de l’église, en face d’une statue de la Vierge à l’Enfant. En outre, la photo de son inauguration présumée montre l’installation de deux écus aux armoiries de Jeanne d’Arc.

Ill. 18. Détail de deux drapeaux commémoratifx de la Grande Guerre, date inconnue. Repro. J. Bellet, 2018 © AC Blandin

Enfin, les archives communales conservent deux drapeaux (en très mauvais état) commémoratifs de la guerre de 1914-1918 portant l’inscription PAROISSE DE BLANDIN, et une dédicace au Sacré-Cœur pour l’un des deux27 . Le caractère religieux de ces mentions illustrent également le puissant attachement de ce territoire à son passé.

Dans ce contexte, qui plus est lors d’un deuil collectif, il est cohérent que le monument érigé à la mémoire des disparus de la Grande Guerre soit à l’image des Blandinois et de leur histoire.

 

Jérôme Bellet, chercheur en histoire moderne et contemporaine

 

Pour citer cet article

BELLET, Jérôme. <<Le monument aux morts de Blandin (Isère), une œuvre commémorative de la Grande Guerre et le symbole d’une histoire locale>>.  Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 5 février 2019. URL https://inventaire-rra.hypotheses.org/4647

 

 

______________________________________________________________________________
Notes
  1. population municipale de 2016 source Insee []
  2. MAGNIN Claudette, « Le monument aux morts de la paroisse de Blandin a 91 ans », 14 à la une, Canton de Virieu, n°43, 2013, p. 29. []
  3. À noter qu’E. Pin a aussi réalisé au moins quatre tombes du cimetière de Saint-Sorlin-de-Morestel (familles Benoit, Cottaz, Guinet et Pey). https://monumentsmorts.univ-lille.fr/auteur/5131/pinedouard/ site consulté le 30/01/2019. []
  4. BELLET Jérôme, Du marquisat au canton de Virieu. Huit communes du Dauphiné de la fin de l’Ancien Régime à la Révolution, Bourgoin-Jallieu, Bellet J., 2017, p. 21, 23 et 24. LAGIER Augustin, Les anciens mandements de Virieu, Châbons, Montrevel et du Passage, Grenoble, F. Allier, 1891, p. 5.). Le mandement ou marquisat de Virieu s’étend en partie ou totalement sur les paroisses/succursales de Blandin, Chassignieu, Chélieu, Panissage, Le Pin, Saint-Ondras, Valencogne et Virieu. []
  5. Le mandement de Pupetières existe seulement depuis la fin des années 1720, époque à laquelle il a été détaché du mandement de Châbons. Il s’étend en partie sur les paroisses de Blandin, Burcin et Châbons []
  6. AC Blandin. 1 G. Cadastre, 1824. []
  7. BELLET, op. cit., p. 103. Les municipalités de canton sont instaurées par la Constitution de l’an III adoptée le 22 août 1795 réformant ainsi le territoire français. Les districts créés en 1790 sont supprimés en faveur des cantons. Les communes de moins de 5 000 habitants sont gérées par un agent municipal et un adjoint. La réunion des agents et des adjoints de toutes les communes du canton forme la municipalité de canton. Cette dernière est dirigée par un président et est surveillé par un commissaire nommé par le gouvernement. []
  8. BELLET, op. cit., p. 94-95. []
  9. LAGIER Augustin, La Révolution dans les Terres Froides ou les cantons de Virieu et de Châbons de 1787 à nos jours, Bourgoin, F. Moulin, 1889, p. 81 []
  10. AD38. 4 V 31. Dossier paroisse de Blandin, 1808-1884. []
  11. AD 38. 4E 713_56. Registre de délibérations de Châbons, 1837-1872 : délibération du 10 octobre 1844 à propos de la succursale de Blandin. []
  12. AC Blandin. Carte de la paroisse, 1845. []
  13. AD 38. 2 O 48/5. Blandin, biens communaux bâtis, église et presbytère, 1841-1935. L’église de Blandin est reconstruite au début des années 1840 (date inscrite sur la porte d’entrée de l’église). Ce nouvel emplacement correspond, peu ou prou, au centre géographique de la future paroisse. Faut-il y voir un calcul des notables blandinois pour convaincre les autorités non seulement de restaurer la paroisse mais aussi de le faire sous sa forme ancienne en plaçant l’église à un endroit stratégique ? []
  14. Dans la décennie 1860, le chemin de fer traverse le hameau de Grand Blandin. Il entraine la destruction de plusieurs maisons et contribue à son relatif délaissement au profit du nouveau bourg. []
  15. notamment du fait de l’échec de la création d’une entité communale selon les frontières de la paroisse []
  16. AD 38. 4E 713_56. Registre de délibérations de Châbons, 1837-1872 : délibérations du 20 février et du 15 juillet 1850 à propos de l’agrandissement de Blandin. []
  17. Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de l’Isère, Grenoble, F. Allier père et fils, 1850, p. 131-135 et 157. Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de l’Isère, Grenoble, F. Allier père et fils, 1851, p. 56-57. []
  18. L’étude des monuments aux morts montre qu’il n’est pas rare qu’un soldat soit parfois inscrit sur plusieurs monuments. L’exemple Blandinois illustre que dans ce cas l’explication est liée à l’histoire locale mais ailleurs il peut exister d’autres raisons notamment du fait des trajectoires individuelles de chaque soldat. CADIEU-DUMONT Céline (dir), Aux morts pour la patrie les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale dans les communes du Rhône et de la Métropole de Lyon, Lyon, Archives départementales et métropolitaines de Lyon, 2018. []
  19. AC Blandin. Registre des délibérations, 1913-1922 : délibération du 1er novembre 1919 []
  20. AC Blandin. Registre des délibérations, 1913-1922 : délibération du 30 mai [raturé et remplacé par 8 février], 1920 []
  21. AC Blandin. 1 M 1. Biens communaux bâtis, monument aux morts, 1920-1921. []
  22. AD 38. 2 O 48/4. Blandin, biens communaux bâtis, monument aux morts, 1920-1921. AD 38. 13 T3/21. Monuments aux morts de l’Isère (décrets), 1920-1921. []
  23. AC Blandin. Registre des délibérations, 1913-1922 : délibération du 21 août 1920. Dans plusieurs communes de l’Isère la présence d’un symbole religieux a parfois été à l’origine de conflits. Dans le cas de Blandin, il semble que la croix ne provoque pas de problème avec les autorités (malgré la mention non susceptible d’approbation par le sous-préfet à côté de la délibération qui entérine sa création) et les habitants. []
  24. La photo supposée de l’inauguration montre qu’à ce moment-là les lettres ne sont pas encore noircies []
  25. AC Blandin. Registre des délibérations, 1913-1922 : délibération du 27 novembre 1920. La commune renonce finalement à cette subvention. En effet, cette dernière est calculée à partir de l’investissement de la commune (l’État donne une subvention correspondant à 16% du montant investi par la commune). Comme la part de la commune de Blandin est faible dans le coût de construction du monument, la municipalité comprend qu’elle n’obtiendra presque rien de l’État et préfère abandonner la demande (16% de 400fr = 64fr soit environ 1,9% du coût initialement prévu du monument). []
  26. AC Blandin. 1 M 1. Biens communaux bâtis, monument aux morts, 1920-1921. []
  27. L’un des drapeaux porte l’inscription OFFERT PAR LES JEUNES FILLES DE BLANDIN ET DE CHÂBONS. []

2 réponses

  1. Blanc dit :

    Très beau travail. Félicitations

    • Inventaire général du patrimoine culturel dit :

      Nous vous remercions pour votre commentaire et le transmettons à l’auteur.
      Bien cordialement.
      Le service Patrimoine et Inventaire général

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.