Au fil de la Saône : un diagnostic patrimonial de l’architecture et des paysages

Par Magali Delavenne, chercheur à l’inventaire (Région Auvergne-Rhône-Alpes)

et Corinne Vaucourt, animatrice du patrimoine (Communauté de communes de Trévoux Dombes Saône Vallée)

La Saône au niveau de l’ancien gué de Grelonges, entre Fareins (01) et Saint-Georges-de-Reneins (69) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

En 2017-2018, le service Patrimoines et Inventaire général s’est associé à la démarche engagée par les collectivités riveraines de la Saône afin de développer un itinéraire de tourisme fluvial interrégional. «L’Échappée bleue, Moselle Saône à vélo», est un itinéraire cyclable reliant l’Europe du Nord à la Méditerranée grâce à sa jonction avec la Via Rhôna à Lyon. Pour la section de parcours traversant la région Auvergne-Rhône-Alpes, entre Mâcon et Lyon, les collectivités territoriales se sont regroupées afin de réaliser des études touristiques et patrimoniales pour l’aménagement de l’itinéraire, achevées en 2018. Parallèlement à la programmation d’importants travaux d’infrastructure et de développement touristique, une mission de diagnostic patrimonial a été confiée à Élisabeth Dandel, gérante de l’agence de valorisation des patrimoines Art2 Conseil, sous le double encadrement du service de l’Inventaire régional et du Pays d’art et d’histoire de Trévoux Dombes Saône Vallée. Cet article présente les principaux enjeux mis en lumière par le diagnostic ainsi que ses premiers résultats.

L’étude s’étend sur les deux rives de la Saône dans l’ensemble de son parcours en région Auvergne-Rhône-Alpes, à l’exception du territoire de la Métropole de Lyon qui fait l’objet d’une opération d’inventaire du patrimoine conventionnée, soit de Massieux au pont de Mâcon-sud. Elle concerne donc 55 communes et implique 6 communautés de communes contribuant à l’opération (Beaujolais Pierres Dorées, Beaujolais Val de Saône, Villefranche Beaujolais Agglo ; Dombes Saône Vallée, Val de Saône Centre, La Veyle), dans les départements de l’Ain (rive gauche) et du Rhône (rive droite). En accord avec les élus du territoire, il a été convenu que le territoire serait parcouru et examiné sur une étendue de 5 km à partir de la rive.

Le périmètre du diagnostic – Cartographie André Céréza © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général, 2019

Cette opération s’inscrit dans la continuité des activités du service Patrimoines et Inventaire général, qui avait déjà conduit en 2010 un inventaire des ponts et points de franchissement du Rhône, en lien avec l’aménagement de la Via Rhôna. Le service est par ailleurs présent sur ce territoire par le biais d’études d’inventaire topographique (anciens cantons de Trévoux et Reyrieux ; Ville de Lyon). Enfin, l’étude concerne pour partie le territoire des deux Pays d’art et d’histoire de Trévoux (extension en 2018) et Villefranche-sur-Saône (création en 2019).

Pont, port et perré de Thoissey (01). Carte de la Saône, Atlas n°6 de Tournus à Dracé © Archives départementales de Saône-et-Loire, 3 S114 feuille n°11 (détail)

La méthode de travail adoptée pour cette mission d’une durée de six mois est celle du diagnostic patrimonial, qui n’est pas destiné à produire une documentation normalisée selon les principes de l’inventaire général mais à poser les jalons d’un questionnement scientifique permettant de faire émerger des axes de travail prometteurs. Le résultat est constitué d’un rapport d’étude et d’un atlas de cartes localisant les éléments patrimoniaux identifiés, accompagné de photographies de travail. Un recensement approfondi des ressources documentaires a été conduit, faisant émerger d’importants viviers d’information à la Maison du patrimoine de Villefranche-sur-Saône (collections photographiques), aux Archives nationales (commission des péages et octrois d’Ancien régime ; archives des Ponts et Chaussées au XIX° siècle), aux Archives départementales de l’Ain et aux Archives départementales et métropolitaines du Rhône. Quoique situées en-dehors de la région et du périmètre étudié, les Archives départementales de Saône-et-Loire conservent d’importantes ressources : les archives de la subdivision de Mâcon de Voies navigables de France, en particulier la précieuse Carte de la Saône dressée en 1860-1862, et le fonds de l’ancien conservateur du musée Vivant-Denon et spécialiste de la rivière Saône, Louis Bonnamour.

Les paysages

Vue des inondations de la vallée de la Saône au niveau de Trévoux – Phot. Eric Dessert / Jean-Marie Refflé © Région Rhône-Alpes, Inventaire général, 1994

Le périmètre de l’étude correspond à la partie méridionale de la “grande Saône”, appellation désignant la section de cette rivière comprise entre l’endroit où le Doubs la rejoint, à Verdun-sur-le-Doubs, et celui où elle se jette dans le Rhône à Lyon. Il s’agit d’une section classée navigable à grand gabarit depuis Saint-Jean-de-Losne (actuellement gabarit européen classe 1).

La rivière Saône se caractérise par un régime pluvial de type océanique, marqué par un étiage prononcé en été, des hautes eaux et d’importantes crues hivernales. Elle s’écoule à ce niveau dans une large plaine formée par le lit de l’ancien lac bressan. La pente naturelle très faible associé à un débit paresseux et irrégulier produisent de fortes crues, pendant lesquelles la rivière envahit la plaine inondable. De nombreux repères de crues conservent la mémoire des plus hautes eaux, en particulier la crue de 1840 qui a dévasté l’ensemble de la vallée de la Saône et du Rhône.

Vue du chemin de halage au port d’Arciat (Cormoranche-sur-Saône, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Aménagements fluviaux. Au XIX° siècle, la rivière fait l’objet de grands aménagements hydrauliques conduits par le Service spécial pour le perfectionnement de la navigation de la Saône créé en 1835 au sein de l’administration des Ponts et Chaussées. Ces travaux visent à garantir un chenal de navigation profond et continu de Lyon à Châlon-sur-Saône, grâce au draguage du lit de la Saône et au clayonnage des berges. Des barrages à aiguilles et des écluses sont aménagés pour assurer la continuité de la navigation commerciale. Les rives sont renforcées par un système de perrés (murs de soutènement en pierre sèche) et ponctuellement dotées de quais ou digues au niveau des ports, mais ces aménagements ne constituent pas une entreprise de régularisation ou de canalisation visant à lutter contre les inondations. Le chemin de halage, destiné à la remonte des bateaux, est situé sur la rive gauche. Ces travaux impactent le régime et l’écosystème de la rivière qui voit ses paysages bouleversés : le paysage caractéristique semé d’îles et de hauts-fonds associé aux périodes de basses eaux tend à disparaître, à l’exception de quelques îles et prairies inondables qui témoignent encore de l’ancien environnement de la Saône.

Entités paysagères. Les paysages rencontrés dans le périmètre de l’étude sont marqués par un contraste entre les deux rives et par une évolution progressive du nord au sud. Le contraste du relief individualise les deux rives : la rive gauche, à l’est, est occupée par la plaine inondable, peu lotie mais historiquement mise en valeur sous forme de prairies et pâturages impliquant les usages agraires communautaires liés à la vaine pâture. A l’ouest, la rive droite est marquée par un paysage de coteaux et accueille un réseau important d’axes de circulation majeurs longeant la rivière (route nationale 6, autoroute A 6, voie ferrée). Du nord au sud, le paysage montre une densification croissante. Très ouvert au nord du périmètre, qui présente un paysage rural de pâturages en rive gauche, et de vignoble en rive droite ; le territoire est marqué par une densification croissante du bâti qui culmine dans la région de Villefranche et Trévoux, portes d’entrée de la métropole lyonnaise.

Le dialogue des deux rives

En appréhendant les deux rives de la vallée comme un territoire d’étude continu, l’approche adoptée permet de s’affranchir de la limite administrative et historique que représente la rivière pour observer le territoire depuis le lit même du cours d’eau. Elle a permis de faire émerger les points de contact et de dialogue entre les deux rives, qui concentrent le bâti, les aménagements et les points d’intérêt patrimoniaux.

Jalons. Les principales confluences, les pôles urbains et les points de franchissement anciens ou actuels constituent des nœuds d’intérêt patrimonial jalonnant le parcours de la rivière. Dans le périmètre étudié, trois points de contact particulièrement évocateurs ont été identifiés. Au nord, à proximité immédiate de la ville de Mâcon, le lieu-dit Port de By est attesté depuis le XI° siècle à la confluence de la Petite-Veyle. Le port n’est plus matérialisé sur place que par un simple débarcadère, mais la commune de Grièges (01) sur laquelle il est situé reste un important point de franchissement doté de trois ponts (pont ferroviaire, pont autoroutier et pont routier dit de Mâcon-sud).

Les deux rives du lieu-dit Arciat représentées en 1862 – Carte de la Saône, Atlas n°6 de Tournus à Dracé © Archives départementales de Saône-et-Loire, 3 S114 feuille n°12 (détail)

Entre Cormoranche-sur-Saône (01) et Crèches-sur-Saône (71), le lieu-dit Arciat conserve la mémoire de plusieurs modes de franchissements successifs : l’Atlas de la Saône figure le passage du bac, en usage jusqu’à l’ouverture du premier pont d’Arciat en 1904, remplacé par deux ponts successifs en 1950 et 2010. La toponymie consacre ce dialogue des deux rives : si le hameau d’Arciat est situé en rive gauche, c’est sur la rive droite que se situe le hameau Port d’Arciat. Enfin, le gué de Grelonges, entre les communes de Fareins (01) et Saint-Georges-de-Reneins (69), était depuis le Néolithique un point de franchissement favorisé par l’existence d’une île et de bancs de sables disparus au cours des aménagements hydrauliques du XIX° siècle. Au Moyen Âge, un prieuré s’est établi sur l’ancienne île. De ce franchissement disparu ne subsistent aujourd’hui que deux bâtiments imposant implantés face-à-face, la Maison du Passeur en rive gauche, et la Grange du Diable en rive droite. Ce site fera l’objet d’une étude plus approfondie en 2020, dans le cadre du complément d’inventaire topographique de la commune de Fareins conduit par le Pays d’art et d’histoire de Trévoux.

Gués et bacs. Le recensement des points de rencontre montre que chaque commune ou presque est marquée par un point de franchissement ancien ou moderne. Les anciens bacs, plus nombreux que les ponts, sont attestés par l’iconographie ancienne et ont fréquemment laissé des traces dans la toponymie, où de nombreux lieux-dits portent le nom de “port” mais correspondent en pratique à des débarcadères de bacs ou relais de coche d’eau, seulement matérialisés par un quai généralement associé à une ancienne auberge ou restaurant. On peut ainsi citer, d’amont en aval, le port Jean-Gras (entre Saint-Didier-sur-Chalaronne, 01 et Saint-Symphorien d’Ancelles, 71) ; le Port-Chassy (entre Genouilleux, 01 et Taponas, 69) ; le Port-Rivière (entre Messimy-sur-Saône, 01 et Saint-Georges-de-Reneins, 69).

Ponts. 16 ponts franchissant la Saône ont été recensés, dont deux ponts ferroviaires (Grièges et Cormoranche-sur-Saône) et deux ponts autoroutiers (Grièges et Massieux). Une première série de ponts a été édifiée au milieu du XIX° siècle, il s’agit des ponts suspendus de Beauregard (1831), Montmerle-sur-Saône (1835) et Trévoux (1850). Des ouvrages du même type, aujourd’hui disparus, ont existé également à Belleville (1829), Jassans-Riottier (1834), Saint-Romain (1835), Saint-Bernard (1838) et Thoissey (1840). Trois générations de ponts se succèdent ensuite. Trois d’entre eux sont construits dans les premières années du XX° siècle (ponts d’Arciat, Belleville II et Jassans II entre 1902 et 1906) ; deux autres dans le deuxième quart du XIX° siècle (ponts de Thoissey II en 1925 et Saint-Bernard II en 1938). Les ponts d’Arciat et de Saint-Romain sont reconstruits à neuf dans les années 1950, suite aux dommages de guerre. Enfin, la campagne de construction la plus récente, postérieure à 1975, concerne huit ponts routiers, autoroutiers ou ferroviaires.

Les aménagements fluviaux

Ports. Les petits ports fluviaux sur la Saône sont connus par la documentation depuis le Moyen Âge, mais n’ont pas nécessairement laissé de vestiges tangibles. Le port de By est attesté depuis le XI° siècle ; les ports de Mure, des Trois-Pigeons ou de Frans sont connus dès le XIII° siècle ; celui de Thoissey depuis le XIV° siècle ; le port du Colombier à Anse depuis le XVII° siècle. Le port de Trévoux a connu des développements notables au XVIII° et XIX° siècles. Aujourd’hui, seul le port de Villefranche, héritier du port de Frans qui s’est anciennement déployé sur les deux rives de la Saône, à Villefranche et Jassans-Riottier, conserve une activité économique commerciale. À ce titre, il a fait l’objet de campagnes d’agrandissement et de modernisation en 1935 et en 1979. L’activité portuaire s’accompagne d’implantations industrielles principalement liées à l’exploitation des gravières ou à la force hydraulique (industrie minotière). À l’époque contemporaine se développent les ports de plaisance et haltes fluviales (Arciat, Bernalin, Chassy, le Colombier, Fareins, Jean-Gras, Mure, Thoissey, Trévoux), pérennisant souvent l’emplacement d’anciens ports ou relais fluviaux.

Écluses. Les deux anciens barrages de Thoissey et de Port-Bernalin correspondent aux aménagements hydrauliques mis en œuvre dans la deuxième moitié du XIX° siècle par le Service spécial de la Saône afin d’améliorer la navigabilité de la rivière entre Lyon et Châlon.

Barrage de Thoissey, ancienne écluse (1870) et maison d’éclusier (Mogneneins, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017
Barrage de Port-Bernalin, ancienne écluse et maison d’éclusier (Parcieux, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Dans le troisième quart du XX° siècle, des travaux de modernisation de la navigation sur l’axe Rhône-Saône ont entraîné la désaffectation des deux anciennes écluses. Le barrage et l’écluse de Dracé, construits en 1968, remplacent l’ancien barrage de Thoissey et adaptent les conditions de navigation au gabarit européen. L’ancienne écluse de Port-Bernalin a été convertie en halte fluviale. Les deux maisons d’éclusiers, aujourd’hui désaffectées, sont en attente d’une nouvelle fonction : la reconversion de la maison d’éclusier de Parcieux en lieu d’exposition sera effective en juillet 2019, la reconversion de la maison d’éclusier de Mogneneins est à l’étude.

Barrage et écluse de Dracé (69) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Villégiature des bords de rivière

Le diagnostic a pointé l’importance de l’architecture de villégiature, étroitement liée à la présence de la rivière et au paysage de la vallée de la Saône. Le corpus recensé comprend environ 150 éléments qualifiés de château, maison de maître ou de notable, maison bourgeoise, maison de plaisance, villa etc… Une étude plus approfondie serait nécessaire pour affiner la connaissance de ce patrimoine et comprendre les leviers de développement de cette architecture de villégiature fluviale. La répartition cartographique montre la polarisation de ce type d’édifices autour des anciens points de franchissement ou ports et sa concentration progressive, qui s’intensifie à l’extrême sud de l’aire d’étude, en raison de la proximité des villes de Villefranche, Lyon et Trévoux d’où sont originaires les propriétaires et acteurs de la villégiature des bords de Saône.

Château de Marzet (Saint-Georges-de-Reneins, 69) – Phot. Emmanuelle Vernin © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Les plus anciens édifices correspondent à d’anciennes constructions fortifiées (châteaux forts, maisons fortes), généralement associées au contrôle des points de franchissement de la rivière, transformées en demeures de villégiature à l’époque moderne. Les grands domaines fonciers, pourvus de jardins et de terres agricoles, sont implantés sur les coteaux de la Dombes ou du Beaujolais, en retrait de la rivière, mais bénéficient néanmoins des attraits du paysage et ménagent des perspectives et points de vue panoramiques sur la vallée. Les châteaux de Fléchères (Fareins, 01), de Chavagneux (Genouilleux, 01), de Laye (Saint-Georges-de-Reneins, 69) ou de Longsard (Arnas, 69), sont emblématiques de ce phénomène. Ces demeures et propriétés anciennes correspondent à la villégiature des aristocrates et grands bourgeois lyonnais, attestée depuis la Renaissance, mais également à celle des parlementaires de Trévoux, capitale de la principauté de Dombes, et des bourgeois de Villefranche. Au XIX° et au XX° siècle, cette tradition est perpétuée par les grandes familles industrielles.

Maisons jumelles le long du chemin de halage (Parcieux, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Plus discrètes et plus modestes, plus récentes également, un grand nombre de maisons construites en bordure de rivière relèvent également de l’architecture de villégiature fluviale. Elles se caractérisent avant tout par leur implantation, qui les distinguent de l’habitat périurbain classique : établies en bord de rivière, le long du chemin de halage ou d’une desserte secondaire parfois dénommée “front de Saône” à l’image des villes balnéaires, ces maisons sont tournées vers le cours d’eau et profitent souvent d’accès directs vers des pontons, des débarcadères privés ou de petites plages en herbe.

Maison de villégiature avec tour belvédère, actuellement restaurant au lieu-dit Port-Rivière (Saint-Georges-de-Reneins, 69) – Phot. Emmanuelle Vernin © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Certaines disposent de hangars ou remises à bateaux. Les caractéristiques architecturales correspondent au souhait de ménager les vues sur le paysage fluvial et la vallée : larges baies vitrées, bow-windows, balcons ou terrasses, parfois couvertes et transformées en vérandas… Cette recherche va parfois jusqu’à la construction de tours belvédères. Elle se poursuit aujourd’hui avec des constructions contemporaines qui témoignent d’une certaine recherche architecturale.

Maisons de construction contemporaine (Jassans-Riottier et Saint-Bernard, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Équipements de tourisme et de loisirs au fil de l’eau

Restaurant au Port de Thoissey (01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Restaurants, auberges et guinguettes. Les établissements de restauration et de récréation (salles de danse ou de bal, jeux de boules) en bord de Saône sont nombreux. On les retrouve généralement à l’aplomb des ponts ou au niveau des anciens ports ou bacs. Certains conservent des aménagements architecturaux, voire un décor caractéristique, comme par exemple au restaurant du pont de Thoissey. Bon nombre d’entre eux réinvestissent des maisons anciennes ou pérennisent des établissements anciens liés d’abord à la navigation commerciale (relais de mariniers, relais de chevaux pour la remonte de la rivière, auberges). Ils cohabitent avec des constructions contemporaines accompagnant l’aménagement des haltes fluviales. En revanche, les auberges ou hôtels de voyageurs paraissent peu nombreux, à l’exception de l’ancien Hôtel de l’Europe de Trévoux remontant au XVII° siècle.

Piscine (Saint-Didier-sur-Chalaronne, 01) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

Aménagements nautiques. L’aménagement de la rivière s’est infléchi au XX° siècle vers une dimension récréative : aménagement de plages (Villefranche), de bassins de joutes (Saint-Romain-des-Iles), de nombreux plans d’eau associés au développement des campings et des bases de loisirs. Le paysage et le patrimoine illustrent ainsi toute une histoire du développement et de la popularisation des sports et activités nautiques, qui fait écho aux préoccupations actuelles d’aménagement touristique.

Les piscines méritent une attention particulière : à Saint-Didier-sur-Chalaronne, la piscine couverte construite en bordure de Saône est associée aux bassins de natation extérieurs en pleine rivière, qui conservent leurs plongeoirs ; l’ancienne piscine Bointon de Villefranche, aujourd’hui halle des sports, est particulièrement remarquable pour son architecture et son décor (1936, Léon Weber architecte).

Ancienne piscine Bointon, vitrail signé Sarrasin, maître-verrier à Lyon (Villefranche-sur-Saône, 69) – Phot. Élisabeth Dandel © CC Dombes Saône Vallée, 2017

L’opération de diagnostic a permis d’asseoir un socle de connaissances partagées avec le territoire et d’ouvrir plusieurs pistes de recherche et de valorisation. Un groupe de travail installé courant 2019 devra statuer sur les suites à donner à cette opération. À court et moyen terme, le projet touristique se poursuit dans l’objectif d’aboutir à la continuité de l’itinérance cycliste à l’horizon 2022. Aujourd’hui des travaux d’aménagement de parcs de stationnements pour l’accès au chemin de halage, de points d’accueil touristiques, de sites patrimoniaux ont démarré. La recherche en matière d’inventaire du patrimoine se poursuivra quant à elle sur le territoire de la communauté de communes de Trévoux Dombes Saône Vallée par l’inventaire topographique de la commune de Fareins en 2020. Les données et résultats du diagnostic nourriront également l’axe de recherche au long cours du service régional en charge de l’inventaire général sur les matériaux de construction, et particulièrement l’étude du bâti ancien en pisé à l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes. En effet, la construction en terre (pisé, pan-de-bois ou brique) est la culture constructive traditionnelle de la vallée de la Saône (à l’exception des coteaux du Beaujolais), ce qui suppose des enjeux constructifs spécifiques aux zones inondables.

Pour en savoir plus

L’Échappée bleue : https://www.francevelotourisme.com/itineraire/l-echappee-bleue

L’association Cap sur le Rhône : https://www.capsurlerhone.fr/thematique/carte-didentite-de-la-saone/

Le Pays d’art et d’histoire Trévoux Dombes Saône Vallée : https://www.ccdsv.fr/-Le-Pays-d-art-et-d-histoire-.html

Le réseau des villes et pays d’art et d’histoire d’Auvergne Rhône Alpes : https://vpah-auvergne-rhone-alpes.fr/

Consulter les dossiers d’opérations d’inventaire associées

Pour citer cet article

DELAVENNE, Magali et VAUCOURT, Corinne. “Au fil de la Saône, un diagnostic patrimonial de l’architecture et des paysages”. Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes et Auvergne [en ligne], 2 juillet 2019. URL : https://inventaire-rra.hypotheses.org/4721


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.